Liban: Le CPL demande l'approbation de Damas, après avoir rejeté le candidat du Hezbollah à la présidence

Le président syrien, Bachar al-Assad, (centre droit) rencontrant l'ancien président libanais Michel Aoun (centre gauche) à Damas le 6 juin 2023 (Photo, AFP).
Le président syrien, Bachar al-Assad, (centre droit) rencontrant l'ancien président libanais Michel Aoun (centre gauche) à Damas le 6 juin 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 07 juin 2023

Liban: Le CPL demande l'approbation de Damas, après avoir rejeté le candidat du Hezbollah à la présidence

  • Le mandat présidentiel de Michel Aoun s'est achevé le 31 octobre de l'année dernière, et la présidence est restée vacante depuis lors
  • Les partisans d'Azour affirment qu'il a déjà obtenu entre 65 et 70 voix. Cependant, le second tour reste soumis à la possibilité de ne pas atteindre le quorum

BEYROUTH: L'ancien président du Liban Michel Aoun s'est rendu en Syrie pour renforcer les relations avec Damas après que son parti a rejeté le candidat présidentiel préféré du Hezbollah.

Le Courant patriotique libre (CPL) a déclaré que son chef, Aoun, «s'est rendu mardi à Damas pour une visite au cours de laquelle il rencontrera le président syrien, Bachar al-Assad».

Cette visite intervient quelques jours après que le CPL a annoncé qu'il soutenait le candidat de l'opposition Jihad Azour à la présidence libanaise et qu'il rejetait la préférence du Hezbollah pour Sleiman Frangié, un ami proche d'Al-Assad.

Aoun était accompagné de l'ancien ministre Pierre Raffoul. Une source proche du CPL a révélé que l'objectif d’Aoun était de «confirmer la poursuite des relations et le positionnement stratégique du CPL».

«En retour, Aoun expliquera à Al-Assad que le rejet de Frangié par le CPL n'a rien à voir avec ce positionnement, et il l'avertira que s'accrocher à Frangié mettrait en danger le consensus chrétien.»

Le mandat présidentiel de Michel Aoun s'est achevé le 31 octobre de l'année dernière, et la présidence est restée vacante depuis lors à cause d'un remaniement politique qui a conduit le CPL à abandonner son alliance avec le Hezbollah en raison de la nomination de Frangié.

Lors d'une réunion du bloc parlementaire du CPL lundi soir, Aoun aurait déclaré qu’Azour, qui occupait auparavant le poste de ministre des Finances, «est un technocrate et travaille au FMI (en tant que directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale), ce dont le Liban a besoin, tandis que le chef du mouvement Marada, Sleiman Frangié, fait partie intégrante du système dirigeant qui a conduit le Liban à cette situation».

Les partis politiques se bousculent pour obtenir les votes des députés en vue de la prochaine élection présidentielle, fixée par le président du Parlement, Nabih Berri, au 14 juin.

Indécision politique

Jusqu'à présent, plus de 30 députés sur 128 n'ont pas encore décidé de leur position concernant leur soutien à Azour. Certains députés indépendants et indécis déclarent qu'ils n'ont pas encore pris de décision, tandis que d'autres ne veulent pas divulguer leur choix.

Le bloc parlementaire du Rassemblement démocratique (le Parti socialiste progressiste) se réunira jeudi pour discuter de son choix.

D'autres partis n'ont pas encore fait connaître leur choix : le Consensus national (Faisal Karami et ses alliés), la Modération nationale (Nord) et le Rassemblement parlementaire indépendant, qui comprend les députés Imad Hawat, Bilal al-Hachimi, Nabil Badr, Nehmat Ferm et Jamil Abboud.

Les députés arméniens, les trois députés de Sidon-Jezzine et une dizaine de députés du bloc du Changement, ainsi que d'autres indépendants non affiliés, constituent la liste des indécis.

Le député Hassan Fadlallah, du bloc parlementaire du Hezbollah, a déclaré qu'il «exercerait pleinement ses droits constitutionnels et légaux, et nous sommes maintenant dans une phase de discussion. Nous avons du temps jusqu'à la date de la session et nous adopterons une position commune que nous mettrons en œuvre à la date prévue».

«Nous n'avons imposé notre opinion à personne, pas plus que nous n'avons imposé un candidat à qui que ce soit. Au contraire, nous avons dit qu'il y avait un candidat et qu'il fallait en discuter. Le résultat naturel est le dialogue», a-t-il précisé.

Il est pratiquement garanti que 86 députés ou plus voteront au premier tour, ce qui signifie que le seuil légal de légitimité sera atteint. Toutefois, aucun des deux candidats ne devrait remporter les deux tiers des voix de tous les députés, ce qui signifie qu'un second tour sera nécessaire et que le seuil sera ramené à 65 voix.

Les partisans d'Azour affirment qu'il a déjà obtenu entre 65 et 70 voix. Cependant, le second tour reste soumis à la possibilité de ne pas atteindre le quorum.

Auparavant, un veto conjoint avait été opposé à Frangié par les blocs parlementaires chrétiens. Il est à craindre qu'un veto conjoint chiite soit maintenant opposé à Azour, qui n'a pas encore de soutien déclaré de la part de ce bloc.

Le mouvement Amal, le Hezbollah et leurs alliés ont déjà eu recours à l'obstruction du quorum du second tour, comme cela s'est produit lors des 11 sessions qui se sont tenues pendant la phase de nomination du député Michel Mouawad.

«Le second tour sera l'occasion de révéler les limites de chacun et de passer à une étape plus sérieuse dans la recherche d'un candidat présidentiel modéré», a déclaré l'observateur politique.

Razi el-Hage, membre du bloc parlementaire des Forces libanaises qui soutient Azour, a signalé que la campagne menée contre lui par ses adversaires «n'indique pas une approche positive concernant l'élection.

«Azour n'était auparavant le candidat d'aucun des blocs qui le soutiennent aujourd'hui, et il n'est pas un candidat de défi ou de manœuvres. Tout le monde a convergé autour de lui pour obtenir le mandat présidentiel.

«Il faut qu'ils respectent le choix des députés, qu'ils appliquent les dispositions de la Constitution et qu'ils autorisent les tours de scrutin successifs, et ils verront que les députés sont capables d'élire Azour à la majorité absolue», a soutenu el-Hage.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Raids israéliens meurtriers à Gaza, Israël en alerte après des menaces de l'Iran

Les forces israéliennes ont mené de nouveaux raids meurtriers dans la bande de Gaza dévastée par six mois de guerre. (AFP)
Les forces israéliennes ont mené de nouveaux raids meurtriers dans la bande de Gaza dévastée par six mois de guerre. (AFP)
Short Url
  • Selon le bureau de presse du Hamas, les forces israéliennes ont fait exploser dans la nuit des dizaines de maisons et de bâtiments résidentiels à l'aide d'explosifs dans le camp de réfugiés de Nousseirat
  • Elles ont également mené des dizaines de frappes aériennes sur les secteurs de Nousseirat, d'Al-Zahra, d'Al-Moughraqa et d'Al-Maghazi

TERRITOIRES PALESTINIENS: Les forces israéliennes ont mené de nouveaux raids meurtriers dans la bande de Gaza dévastée par six mois de guerre, a indiqué le Hamas vendredi, sur fond de craintes de riposte de l'Iran à une frappe attribuée à Israël contre le consulat iranien à Damas.

Alors que les médiateurs -- Qatar, Egypte, Etats-Unis -- attendent des réponses d'Israël et du Hamas à leur dernière proposition de trêve, l'offensive israélienne déclenchée le 7 octobre par une attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien sur le sol israélien ne connaît aucun répit dans le territoire palestinien assiégé et menacé de famine, selon l'ONU.

Selon le bureau de presse du Hamas, les forces israéliennes ont fait exploser dans la nuit des dizaines de maisons et de bâtiments résidentiels à l'aide d'explosifs dans le camp de réfugiés de Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza où le mouvement palestinien a pris le pouvoir en 2007.

Elles ont également mené des dizaines de frappes aériennes sur les secteurs de Nousseirat, d'Al-Zahra, d'Al-Moughraqa et d'Al-Maghazi, également dans le centre de la petite bande de terre, a-t-il ajouté.

Vingt-cinq personnes ont été tuées après un raid sur la maison de la famille Al-Tabatibi, dans le quartier al-Daraj, et transférées à l'hôpital des martyrs d'Al-Aqsa à Deir al-Balah, selon la même source.

"Des bombardements aériens et à l'artillerie ont frappé Nousseirat toute la nuit. Ce n’était que feu et destruction, avec des martyrs gisant dans les rues. Nous avons fui le matin et nous n'avons nulle part où aller. C'est la sixième fois que nous sommes déplacés. L'occupation (Israël, ndlr) a détruit tout Gaza. Gaza est devenue invivable", a dit à l'AFP Mohammad Al-Rayes, 61 ans.

Les risques d'un débordement du conflit ont redoublé avec les menaces de l'Iran contre Israël accusé d'une frappe qui a détruit le 1er avril son consulat à Damas faisant selon une ONG 16 morts, parmi lesquels sept membres des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran.

Après l'annonce mercredi du président américain, Joe Biden, selon laquelle l'Iran "menace de lancer une attaque importante contre Israël", un général américain chargé du Moyen-Orient, Michael Erik Kurilla, se trouve en Israël, et les Etats-Unis ont restreint les mouvements dans ce pays de leur personnel diplomatique.

Escalade des menaces

"Le niveau de préparation à une attaque iranienne contre l'Etat d'Israël" a été évoqué jeudi par les ministres de la Défense américain Lloyd Austin et israélien Yoav Gallant, selon un communiqué officiel israélien. "Israël ne tolérera pas une attaque iranienne sur son territoire", a dit M. Gallant.

"Si l'Iran mène une attaque depuis son territoire, Israël répondra et attaquera l'Iran", a prévenu avant lui le chef de la diplomatie israélienne, Israël Katz.

Les Etats-Unis ont réitéré leur "soutien inébranlable à la défense d'Israël", en dépit des tensions entre M. Biden et le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, autour de la conduite de la guerre contre le Hamas.

Ennemi juré d'Israël et allié du Hamas, l'Iran a menacé de "punir" Israël après la destruction de son consulat. "Le régime maléfique a fait une erreur (...) il doit être puni et il sera puni", a répété mercredi le guide suprême d'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei.

La Maison Blanche a "mis en garde" l'Iran, et le secrétaire d'Etat, Antony Blinken, a demandé à ses homologues chinois, turc et saoudien de dissuader Téhéran de toute attaque contre Israël.

Après des entretiens téléphoniques avec ses homologues allemand, australien et britannique, le chef de la diplomatie iranienne Hossein Amir-Abdollahian a évoqué la "nécessité" pour Téhéran de riposter à la frappe contre son consulat.

Moscou et Berlin ont appelé à la retenue et la compagnie aérienne allemande Lufthansa a suspendu ses vols depuis et vers Téhéran jusqu'à samedi.

« Occupez Rafah »

Le 7 octobre, des commandos du Hamas infiltrés depuis la bande de Gaza voisine ont mené une attaque sans précédent dans le sud d'Israël, entraînant la mort de 1.170 personnes, en majorité des civils, selon un bilan établi par l'AFP à partir des données officielles israéliennes.

Plus de 250 personnes ont été enlevées et 129 restent détenues à Gaza dont 34 sont mortes, d'après des responsables israéliens.

En représailles, Israël a juré d'anéantir le Hamas, qu'il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l'Union européenne. Son armée a lancé une offensive aérienne et terrestre à Gaza qui a fait depuis le 7 octobre 33.634 morts, en majorité des civils, selon le bilan vendredi du ministère de la Santé du Hamas.

Jeudi soir, des centaines d'Israéliens ont manifesté près de la résidence de M. Netanyahu à Jérusalem pour appeler le gouvernement à poursuivre la guerre.

"Il faut occuper Rafah le plus rapidement possible, pour sortir victorieux de la guerre", a affirmé l'un d'eux, Dimitri, un professeur de 42 ans, en allusion à l'offensive terrestre israélienne, voulue par M. Netanyahu, contre cette ville du sud de la bande de Gaza, où s'entassent 1,5 million de Palestiniens.

"L'arrêt des combats maintenant serait un cadeau pour nos ennemis", a dit un autre, Itzik Buntzel, le père d'un soldat tué à Gaza.

Les négociations pour une trêve de plusieurs semaines associée notamment à la libération d'otages en échange de Palestiniens incarcérés par Israël piétinent, les protagonistes demeurant inflexibles et s'accusant mutuellement de les bloquer.

Jeudi, un responsable du Hamas, Bassem Naïm, a prévenu que la localisation des otages à Gaza demanderait du "temps et de la sécurité", deux conditions qu'une trêve est susceptible de favoriser.


Aide humanitaire à Gaza: le Conseil de sécurité de l'ONU appelle Israël à faire «  plus »

Le Conseil de sécurité de l'ONU a dénoncé la mort au total d'"au moins 224" humanitaires depuis le début du conflit à Gaza, "plus de trois fois le nombre d'humanitaires tués dans un conflit en un an". (AFP).
Le Conseil de sécurité de l'ONU a dénoncé la mort au total d'"au moins 224" humanitaires depuis le début du conflit à Gaza, "plus de trois fois le nombre d'humanitaires tués dans un conflit en un an". (AFP).
Short Url
  • Les membres du Conseil, soulignant leur "profonde inquiétude concernant le bilan humain du conflit, la situation humanitaire catastrophique et la menace d'une famine imminente"
  • Il dénonce également la mort au total d'"au moins 224" humanitaires depuis le début du conflit à Gaza, "plus de trois fois le nombre d'humanitaires tués dans un conflit en un an"

NATIONS-UNIES: Le Conseil de sécurité de l'ONU a pris note jeudi de la promesse d'Israël d'ouvrir plus de points de passage pour l'aide humanitaire à Gaza, tout en appelant à faire "plus" face à la menace d'une "famine imminente".

Les membres du Conseil, soulignant leur "profonde inquiétude concernant le bilan humain du conflit, la situation humanitaire catastrophique et la menace d'une famine imminente", appellent "à la levée immédiate de tous les obstacles à la livraison d'une aide humanitaire d'ampleur à la population civile et à la distribution sans entrave de cette aide".

Dans cette déclaration publiée jeudi, ils "ont pris note de l'annonce d'Israël d'ouvrir le point de passage d'Erez et de permettre l'utilisation du port d'Ashdod pour l'aide à Gaza, mais ont souligné que plus doit être fait pour apporter l'aide humanitaire nécessaire face à l'ampleur des besoins à Gaza".

Ils insistent sur la "nécessité d'appliquer immédiatement et totalement cette décision de manière durable".

Israël avait annoncé la semaine dernière, après une mise en garde ferme de Washington, l'ouverture du point de passage d'Erez et l'utilisation du port israélien d'Ashdod (sud), situé à 35 kilomètres au nord de Gaza.

Mais ces mesures n'ont pas été mises en oeuvre à ce stade.

Le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a assuré mercredi qu'elles étaient en préparation.

Le Conseil a d'autre part souligné "la nécessité d'une enquête complète, transparente et exhaustive" sur la mort de sept travailleurs de l'ONG World Central Kitchen tués par une frappe israélienne début avril.

Il dénonce également la mort au total d'"au moins 224" humanitaires depuis le début du conflit à Gaza, "plus de trois fois le nombre d'humanitaires tués dans un conflit en un an", ainsi que "toutes les violences et hostilités contre les civils".

La guerre a éclaté le 7 octobre lorsque des commandos du Hamas infiltrés depuis la bande de Gaza ont mené une attaque sans précédent dans le sud d'Israël, entraînant la mort de 1.170 personnes, en majorité des civils, selon un bilan établi par l'AFP à partir des données officielles israéliennes.

En représailles, Israël a juré d'anéantir le Hamas, qu'il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l'Union européenne. Son armée a lancé une offensive qui a fait jusqu'à présent 33.545 morts à Gaza, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.


Liban: Vif émoi après l'assassinat d'un responsable local 

Le frère de Pascal tenant ses vêtements ensanglantés devant le cercueil. (Le corps de Pascal porte des traces de torture). (Photo : X)
Le frère de Pascal tenant ses vêtements ensanglantés devant le cercueil. (Le corps de Pascal porte des traces de torture). (Photo : X)
Short Url
  • Trois des suspects dans l'assassinat de Pascal Sleiman, enlevé dimanche au nord de Beyrouth, ont été remis par les autorités syriennes aux services de sécurité libanais
  • L'affaire a provoqué un vif émoi au Liban, l'influent parti chrétien évoquant "un assassinat politique jusqu'à preuve du contraire"

BEYROUTH: Les autorités libanaises ont arrêté sept Syriens soupçonnés d'implication dans l'assassinat d'un responsable du parti chrétien des Forces Libanaises (FL) dont le corps a été retrouvé en Syrie, ont indiqué des sources judiciaire et militaire.

Trois des suspects dans l'assassinat de Pascal Sleiman, enlevé dimanche au nord de Beyrouth, ont été remis par les autorités syriennes aux services de sécurité libanais, a précisé la source militaire.

L'affaire a provoqué un vif émoi au Liban, l'influent parti chrétien évoquant "un assassinat politique jusqu'à preuve du contraire".

Le parti des FL de Samir Geagea est un opposant notoire au Hezbollah pro-iranien, dont le chef Hassan Nasrallah a démenti dans un discours lundi soir tout lien avec cette affaire.

Selon une source judiciaire, "les aveux des sept Syriens arrêtés ont concordé sur le fait que le mobile unique du crime était le vol" de la voiture de Pascal Sleiman.

L'armée libanaise a indiqué lundi soir qu'"il a été tué par des membres d'un gang qui tentaient de voler sa voiture", selon les premiers résultats de l'enquête.

Selon la source judiciaire, les suspects "ont avoué avoir frappé la victime au visage et à la tête avec la crosse de leurs revolvers pour qu'il arrête de résister, puis l'ont placé dans le coffre de la voiture" et emmené en Syrie où ils ont découvert qu'il est décédé.

Une source militaire a indiqué que le corps avait été retrouvé en Syrie, et que les malfaiteurs faisaient partie d'un gang spécialisé dans le vol de voitures au Liban.

Boucs émissaires

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), basé au Royaume-Uni mais disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie, a indiqué qu'un corps correspondant au signalement de la victime avait été retrouvé dans la région syrienne de Homs.

Cette zone proche du Liban est contrôlée par le régime de Damas et le Hezbollah libanais, son allié, y est fortement implanté.

La source militaire a indiqué que Beyrouth devait récupérer le corps mardi.

L'annonce de l'enlèvement puis de la mort de Pascal Sleiman a provoqué l'indignation à Byblos (nord), dont il était le responsable local au sein des FL.

Le Premier ministre Najib Mikati, a condamné le meurtre et appelé les Libanais à "faire preuve de sagesse et ne pas se laisser entraîner par les rumeurs et les émotions".

Lundi soir, des centaines de sympathisants de la formation chrétienne avaient bloqué des routes à Byblos, certains s'en prenant à des Syriens, selon des vidéos en ligne.

"J'espère qu'on ne va pas faire porter à tous les réfugiés syriens la responsabilité de ce qui s'est passé", a déclaré à l'AFP Abdallah, un Syrien de 21 ans qui a refusé de donner son nom.

Le Liban accueille quelque deux millions de Syriens, des réfugiés ayant fui la guerre civile déclenchée dans leur pays en 2011.

Rami Kaiss, de l'ONG Human Rights Watch, a appelé dans une déclaration à l'AFP Beyrouth à mener une "enquête approfondie et transparente".

"La tentative de faire de l'ensemble de la population réfugiée un bouc émissaire est déplorable et doit être dénoncée parce qu'elle menace d'alimenter la violence déjà en cours contre les Syriens au Liban", a-t-il ajouté.