Liban: Le patriarche maronite rejette les «nominations par nécessité»

Le patriarche maronite libanais Mar Bechara Boutros Raï (Photo, AFP).
Le patriarche maronite libanais Mar Bechara Boutros Raï (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 10 juillet 2023

Liban: Le patriarche maronite rejette les «nominations par nécessité»

  • Le patriarche demande la tenue d'une nouvelle élection présidentielle au Liban
  • La vacance au siège de la banque centrale pourrait conduire au chaos, selon un analyste politique

BEYROUTH: Le patriarche maronite Bechara Raï a accusé les responsables libanais de «créer des crises et de chercher à les résoudre en violation de la Constitution», lors d'une homélie prononcée dimanche.

Au cours de son sermon, Mgr Raï a regretté «ce que la majorité des responsables font en détruisant le travail politique sans aucune dissuasion consciencieuse ni considération pour l'opinion publique interne et externe».

Ses propos interviennent à un moment où la banque centrale risque de se retrouver sans gouverneur alors que le pays est plongé dans une grave crise financière.

Les perspectives de gouvernance de la Banque du Liban ne sont pas claires, car le mandat de l'actuel gouverneur, Riad Salamé, s'achève à la fin de ce mois.

EN BREF

De nombreux Libanais imputent au gouverneur de la banque centrale, Riad Salamé, et à la classe dirigeante, la responsabilité de l'effondrement de l'économie libanaise.

Le gouvernement ne peut pas nommer de successeur en raison de la vacance présidentielle actuelle, qui dure depuis neuf mois.

Les vice-gouverneurs de la banque centrale ont menacé de démissionner si aucun successeur n'était nommé, bien que le Code libanais de la monnaie et du crédit précise que le premier vice-gouverneur doit assurer le rôle principal si le président ne peut pas nommer de gouverneur.

Ces derniers jours, de nombreuses idées ont été proposées pour résoudre le problème, notamment celle d'autoriser le gouvernement à nommer un nouveau gouverneur.

Les partis chrétiens ont toutefois rejeté cette solution, estimant qu'elle pourrait provoquer un nouveau conflit politico-sectaire en montrant que le pays peut être géré sans président, la gestion pratique du pays étant laissée au président du Parlement et au Premier ministre.

Un analyste politique a déclaré à Arab News que la vacance au poste de gouverneur de la banque centrale conduirait au chaos.

«La manipulation de ce poste critique aura des conséquences dramatiques qui toucheront directement la vie des Libanais, leurs institutions et leurs banques, et pourraient inciter les pays et les banques étrangères à ne plus traiter avec le Liban sur le plan financier.»

«Cela soulèvera des questions quant à la position du Liban dans le système financier mondial», a ajouté l'analyste.

Le député Ghassan Hasbani, membre de la commission parlementaire des finances et du budget, a déclaré que la menace des vice-gouverneurs de démissionner et de ne pas exercer leurs fonctions constituait un manquement à leurs devoirs.

«Ils sont tenus de poursuivre leur travail et ils ont une responsabilité personnelle sujette à des poursuites judiciaires, qui peuvent conduire à l'emprisonnement», a-t-il averti.

M. Hasbani, qui est député des Forces libanaises, a déclaré qu'«en l'absence d'un président, le gouvernement sortant ne devrait pas violer la Constitution en nommant un nouveau successeur à Salamé».

Il a affirmé que son parti étudiait la possibilité de déposer un recours devant le Conseil d'État si le gouvernement cherchait à nommer un nouveau gouverneur.

Le Hezbollah a évité de discuter publiquement de la question de la gouvernance de la banque centrale, mais le cheikh Nabil Kaouk, membre du conseil central, a lancé un avertissement: «Le Liban traverse une situation critique et exceptionnelle qui exige des décisions responsables et courageuses pour sauver le pays, arrêter l'effondrement et atténuer les souffrances du peuple.» 

«Cela ne peut se faire que par le dialogue, l'accord et la convergence des idées», a-t-il ajouté.

«Cependant, refuser le dialogue signifie qu'ils s'obstinent à perturber le pays, à aggraver la situation et à perdre du temps et des opportunités. C'est ce qui a conduit le pays à un état de stagnation.»

Appel aux forces politiques

Les remarques du patriarche Raï dimanche ont anticipé toute tentative du gouvernement de nommer un nouveau gouverneur.

Le patriarche a en effet accusé le gouvernement de transformer «le Parlement non législatif en un organe législatif, alors qu'il n'est qu'un simple organe électoral depuis le début de la vacance présidentielle», ajoutant que le gouvernement s'était octroyé «des pouvoirs présidentiels pour procéder à des nominations présidentielles».

«Vous créez un conflit constitutionnel qui s'ajoute à la division politique actuelle... La seule et unique nécessité, et la clé pour résoudre tous vos problèmes, est d'élire un président. Si vous ne le faites pas, vous commettez un crime de trahison contre l'État et le peuple, sachant que la trahison est la mère de tous les crimes», a-t-il ajouté.

Dans des remarques adressées aux députés, Mgr Raï a déclaré: «Vous disposez de deux candidats maronites respectables. Allez donc au Parlement et élisez l'un d'entre eux conformément à la Constitution. Si aucun des deux n'est élu... vous pouvez alors discuter entre vous et trouver un troisième candidat.»

Il a exhorté les députés à «cesser de perdre du temps alors que les institutions s'effondrent l'une après l'autre en attendant une inspiration extérieure».

Le Parlement a déjà tenu 12 sessions qui n'ont pas permis d'élire un nouveau président, en raison du clivage politique entre le bloc du Hezbollah – dont la majorité est représentée par les députés chiites – et l'opposition, qui comprend des députés du bloc chrétien, des réformistes et des indépendants.

Lors de la dernière session électorale de juin, la compétition opposait le candidat du Hezbollah, Sleiman Frangié, chef du mouvement Marada, à l'ancien ministre Jihad Azour, candidat de l'opposition.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le député du Hezbollah s'engage à ne pas battre en retraite, alors que les affrontements frontaliers reprennent.

Cette photo prise depuis le village d'Alma Al-Shaab, dans le sud du Liban, montre le poste militaire israélien de Hanita près de la frontière, le 17 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières, alors que les combats se poursuivent entre Israël et les militants palestiniens du Hamas dans la bande de Gaza. (AFP)
Cette photo prise depuis le village d'Alma Al-Shaab, dans le sud du Liban, montre le poste militaire israélien de Hanita près de la frontière, le 17 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières, alors que les combats se poursuivent entre Israël et les militants palestiniens du Hamas dans la bande de Gaza. (AFP)
Short Url
  • Naim Qassem promet une "réponse proportionnée" à toute escalade de la part d'Israël
  • L'armée israélienne a tiré des fusées éclairantes au-dessus des villages de l'ouest et du centre de la région frontalière vendredi en fin de journée.

BEYROUTH : Le Hezbollah a lancé samedi une série de frappes contre l'armée israélienne, visant des sites militaires près de la frontière sud du Liban, du Hermon à la ville côtière de Naqoura.

Le groupe a déclaré avoir tiré des missiles sur des soldats israéliens déployés près de la montagne Har Addir, en face de Rmaych, un village majoritairement chrétien situé à la frontière.

Il a également pris pour cible du "matériel d'espionnage" dans l'avant-poste israélien d'Al-Raheb, en face du village libanais d'Aita Al-Shaab.

Le Hezbollah a déclaré qu'une opération visant l'avant-poste de Hadb Yarin "avec des armes appropriées" avait abouti à des frappes directes, tandis que Ruwaizat Al-Alam, dans les collines de Kfar Shouba, a été frappée par quatre missiles.

Des sirènes ont retenti à Even Menachem, dans l'ouest de la Galilée, et dans les colonies de Shomera et de Kiryat Shmona, par crainte d'une attaque de drone du Hezbollah.

Les médias israéliens ont par la suite confirmé les dommages causés par les roquettes du Hezbollah à des propriétés agricoles à Even Menachem.

La plupart des habitants ont fui les régions du sud du Liban après 196 jours d'affrontements entre le Hezbollah et Israël dans le sillage du conflit de Gaza.

Les frappes aériennes israéliennes ont visé une maison à Kfarkela et dans la ville d'Aita Al-Shaab, tandis que l'artillerie israélienne a bombardé la ville de Dhayra.

Une personne blessée lors de la frappe de Kfarkela a été transportée à l'hôpital.

L'armée israélienne a tiré des fusées éclairantes au-dessus des villages de l'ouest et du centre de la région frontalière vendredi en fin de journée. Des avions de reconnaissance ont survolé toute la nuit les villages frontaliers adjacents à la Ligne bleue, atteignant la périphérie de Tyr.

Les responsables du Hezbollah ont déclaré que "nous répondrons de manière proportionnée à toute violation par Israël du plafond établi dans la confrontation".

Le député du groupe, Naim Qassem, a déclaré : "Si une escalade atteint un certain niveau, nous l'affronterons comme il se doit : "Si l'escalade atteint un certain niveau, nous y ferons face comme il se doit.

Il a ajouté : "Il n'y a pas de retrait de la confrontation, ni de retrait du soutien et de la protection de Gaza".

Les combats dans le sud du Liban se poursuivront tant qu'Israël n'aura pas mis fin à ses attaques contre Gaza, a déclaré M. Qassem.

"Ce soutien concerne aussi bien Gaza que le Liban, car ceux qui voient ce qui se passe à Gaza savent que s'ils restent silencieux, ils seront les prochains, et ils savent que s'ils permettent aux Israéliens d'être arrogants, ces derniers croiront qu'ils peuvent faire tout ce qu'ils veulent", a-t-il ajouté.

Hassan Al-Baghdadi, membre du conseil central du Hezbollah, a déclaré qu'Israël "n'a jamais connu de pire moment qu'aujourd'hui", ajoutant : "On peut le constater en observant la réaction de ses agents.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Abbas : l'Autorité palestinienne va "réexaminer sa relation" avec les Etats-Unis après leur veto à l'ONU

Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne, au siège de l'ONU à New York, le 18 avril 2024 (AFP)
Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne, au siège de l'ONU à New York, le 18 avril 2024 (AFP)
Short Url
  • "La direction palestinienne va réexaminer les relations bilatérales avec les Etats-Unis pour garantir la préservation des intérêts de notre peuple, de notre cause et de nos droits",
  • "Le veto américain a "suscité une colère sans précédent parmi les Palestiniens et les populations de la région, poussant potentiellement la région vers plus d'instabilité, de chaos et de terrorisme",

RAMALLAH : Mahmoud Abbas a annoncé samedi que l'Autorité palestinienne allait "réexaminer sa relation" avec Washington après le veto américain jeudi à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies.

"La direction palestinienne va réexaminer les relations bilatérales avec les Etats-Unis pour garantir la préservation des intérêts de notre peuple, de notre cause et de nos droits", a déclaré le président Abbas dans un entretien à l'agence de presse palestinienne Wafa.

Les Palestiniens, qui ont depuis 2012 le statut inférieur "d'Etat non membre observateur" à l'ONU, demandaient au Conseil de sécurité d'accepter qu'un "Etat palestinien" déjà reconnu par la majorité des capitales prenne sa place "légitime" au sein des Nations unies.

Mais les Etats-Unis, qui ont tout fait pour retarder le vote, n'ont pas hésité à recourir à leur droit de veto qu'ils utilisent régulièrement pour protéger leur allié israélien.

Le veto américain a "suscité une colère sans précédent parmi les Palestiniens et les populations de la région, poussant potentiellement la région vers plus d'instabilité, de chaos et de terrorisme", a averti le président Abbas.

Aussi l'Autorité palestinienne va-t-elle "élaborer une nouvelle stratégie" pour affirmer ses choix "de façon indépendante et suivre un projet palestinien plutôt qu'une vision américaine", a-t-il poursuivi.


Erdogan appelle les Palestiniens "à l'unité" après sa rencontre avec Haniyeh

Le président turc Tayyip Erdogan rencontre Ismail Haniyeh, chef du groupe islamiste palestinien Hamas, à Istanbul le 20 avril 2024. (Reuters)
Le président turc Tayyip Erdogan rencontre Ismail Haniyeh, chef du groupe islamiste palestinien Hamas, à Istanbul le 20 avril 2024. (Reuters)
Short Url
  • la réponse la plus forte à Israël et le chemin vers la victoire passent par l'unité et l'intégrité", a déclaré le chef de l'Etat turque
  • la Turquie "poursuivrait son aide humanitaire à la Palestine afin de soulager autant que possible les souffrances" de la population de Gaza.

ISTAMBUL : Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé samedi les Palestiniens "à l'unité" face à Israël, au terme de sa rencontre avec le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh à Istanbul.

"Il est vital que les Palestiniens agissent dans l'unité dans ce processus; la réponse la plus forte à Israël et le chemin vers la victoire passent par l'unité et l'intégrité", a déclaré le chef de l'Etat selon un communiqué de la présidence turque.

Après les tensions récentes entre Israël et l'Iran, M. Erdoğan a souligné que "ce qui s'est passé ne devait pas faire gagner du terrain à Israël et qu'il est important d'agir de façon à conserver l'attention sur Gaza", poursuit le texte.

Enfin, toujours selon le communiqué, le chef de l'Etat a également assuré que la Turquie "poursuivrait son aide humanitaire à la Palestine afin de soulager autant que possible les souffrances" de la population de Gaza.

La Turquie qui est l'un des principaux pays à envoyer de l'aide à la population du territoire palestinien a déjà fait parvenir 45.00 tonnes de vivres et de médicaments dans la région.

M. Erdogan a également rappelé que son pays avait pris "un certain nombre de sanctions contre Israël, y compris des restrictions commerciales", ces dernières depuis le 9 avril.