Après le sommet de l'Otan, les relations entre la Turquie et la Russie sous le feu des projecteurs

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et le président russe, Vladimir Poutine (Photo, AFP).
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et le président russe, Vladimir Poutine (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 14 juillet 2023

Après le sommet de l'Otan, les relations entre la Turquie et la Russie sous le feu des projecteurs

  • Ankara a provoqué l’ire de Moscou pour son soutien à l'élargissement de l'Otan, et pour sa rupture du pacte des prisonniers
  • Le Kremlin dispose de peu de marge de manœuvre pour répliquer en raison de sa dépendance commerciale à la Turquie, a déclaré un analyste à Arab News

ANKARA: Après la fin du sommet de l'Otan, l'attention s'est portée sur les relations épineuses entre la Turquie et la Russie, en particulier à la suite de la décision d'Ankara d'abandonner son opposition à l'adhésion de la Suède à l'organisme de défense multinational. Une décision qui a suscité de vives critiques de la part des propagandistes russes.

Cette décision de la Turquie marque l’éloignement de son précédent exercice d'équilibrisme entre l'Occident et la Russie, en particulier à la lumière de l'agression injustifiée de Moscou contre l'Ukraine. Cependant, les analystes estiment que cette évolution n'aura pas d'impact important sur les relations entre les deux pays en raison de liens économiques mutuellement bénéfiques.

Depuis mardi, les médias russes n'ont pas perdu de temps pour critiquer la Turquie et le leadership du président Recep Tayyip Erdogan, mettant même en doute la fiabilité de l'amitié d'Ankara.

Viktor Bondarev, président du Comité du Conseil de la Fédération de Russie sur la défense et la sécurité (CSFR), a accusé la Turquie de se transformer progressivement d'un pays neutre en un pays hostile, assimilant son comportement à une trahison.

«Les événements des dernières semaines, malheureusement, démontrent clairement que la Turquie continue progressivement sa mue de pays neutre en pays hostile», a affirmé Viktor Bondarev au média officiel Tass. Il a qualifié les actions de la Turquie de «coup de couteau dans le dos».

La récente irritation de Moscou a été alimentée par la décision de la Turquie de rapatrier les soldats ukrainiens capturés par la Russie dans la région d'Azov, malgré la promesse de ne pas le faire avant la fin de la guerre.

Cette décision fait suite à une rencontre entre le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, et Recep Tayyip Erdogan au début du mois.

Les cinq soldats ukrainiens, qui faisaient partie de la défense de l'Azovstal à Marioupol, se sont rendus après la chute de la ville et ont été emmenés en Turquie dans le cadre d'un accord d'échange de prisonniers. Selon cet accord, ils étaient censés rester en Turquie jusqu'à la fin de la guerre.

L'animatrice de télévision pro-Kremlin, Olga Skabeeva, a critiqué Erdogan pour ne pas avoir informé la Russie à l'avance de la libération des prisonniers d'Azov.

Les experts soulignent que le soutien continu de la Turquie à l'adhésion de l'Ukraine à l'Otan et à la construction d'une usine de drones en Ukraine sont les principales sources de désaccord entre Ankara et Moscou. L'Ukraine a commencé la construction de l'usine de fabrication de drones Bayraktar TB2, une étape cruciale pour renforcer la lutte de Kiev contre l'agression russe. L’établissement de cette usine fait suite à un accord entre Ankara et Kiev en février pour une coopération dans les secteurs de la haute technologie et de l'aviation.

Le propagandiste russe Sergey Mardan a rejeté l'influence géopolitique de la Turquie et a souligné l'affaiblissement de l'économie du pays. Il a affirmé que la Turquie considérait la Russie comme un allié puissant et a regretté le fait que Moscou ait soutenu la réélection d'Erdogan.

Recep Tayyip Erdogan a tenu mercredi une conférence de presse lors de laquelle il a annoncé que la ratification de l'adhésion de la Suède à l'Otan pourrait avoir lieu en octobre, voire plus tôt. 

Il a également déclaré que la décision de libérer les commandants d’Azov avait eu lieu pour des raisons précises. Erdogan devrait rencontrer le président russe, Vladimir Poutine, en août pour discuter de ces questions.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a répondu mardi à une question sur la décision de la Turquie de lever son opposition à l’adhésion de la Suède à l’Otan, et a indiqué qu'Ankara ne devrait pas se faire d'illusion sur le fait qu'elle pourrait un jour être autorisée à rejoindre l'UE.

«Personne ne veut voir la Turquie en Europe, je veux dire les Européens. Et ici, nos partenaires turcs ne devraient pas non plus voir la vie en rose», a-t-il affirmé.

Cependant, Dmitri Peskov, a souligné la préférence de la Russie pour le maintien de relations cordiales avec Ankara malgré les divergences, notamment celles concernant l'élargissement de l'Otan.

Restaurer la confiance de l’ONU

Selon Sinan Ulgen, ancien diplomate turc et président du groupe de réflexion Edam basé à Istanbul, les mouvements pro-occidentaux de la Turquie ont en effet eu un impact sur Moscou.

«C'est vraiment une indication de la dépendance de Moscou vis-à-vis de la Turquie, le seul pays de l'Otan avec lequel la Russie entretient un dialogue ouvert et sans entraves de sanctions», a-t-il affirmé à Arab News.

«La Turquie est toujours un débouché vital pour la Russie. Il existe une relation asymétrique entre la Turquie et la Russie qui a grandement profité à la Turquie depuis le début de la guerre. Ce calcul explique le manque de réaction de la Russie», selon Ulgen.

Moscou tente également de construire une nouvelle plate-forme énergétique en Turquie pour faciliter ses exportations de gaz en réponse aux projets européens visant à réduire la dépendance à l'énergie russe.

Sinan Ulgen prévoit que la Turquie fera d'autres gestes pro-occidentaux, comme la protection des navires utilisés dans l'accord sur les céréales qui permet à l'Ukraine d'exporter ces marchandises via la mer Noire.

«Si la Russie se retire de l'accord, cela enverrait un message fort», a-t-il indiqué. Alors qu'Ankara et Moscou sont en désaccord sur divers domaines politiques, les experts prévoient qu'ils continueront à coopérer là où leurs intérêts se recoupent.

Soner Cagaptay, chercheur principal au Washington Institute, indique que la politique étrangère turque restera transactionnelle et pragmatique, sans subir de changement majeur. «Recep Tayyip Erdogan profitera probablement de cette opportunité pour établir des liens plus étroits avec le président américain, Joe Biden, envisageant une visite à Washington», a précisé Soner Cagaptay à Arab News.

«Il s'agit d'une offensive de charme visant à garantir des avantages comme l'approfondissement et la modernisation de l'union douanière avec l'UE, et à restaurer la confiance du marché dans l'économie turque», a-t-il affirmé.

«En fin de compte, ce n'est pas un pivot central de politique étrangère. C'est un recalibrage de la réalité économique visant à rendre l'économie turque plus indépendante. La relation continuera d'être influencée par les réalités économiques et les considérations stratégiques», a ajouté Soner Cagaptay.

On ignore dans quelle mesure la Turquie sera à même d'équilibrer sa relation avec Joe Biden et Vladimir Poutine. Dans un tweet surprise mercredi soir, Joe Biden a remercié Recep Tayyip Erdogan pour son «courage, son leadership et sa diplomatie».

«Ce sommet réaffirme notre engagement envers la défense de l'Otan, et j'espère que nous pourrons continuer à le rendre encore plus fort», a-t-il ajouté.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les deux humanitaires français tués en Ukraine dans une «attaque délibérée», affirme leur ONG

Les artilleurs anti-aériens ukrainiens de la 93e brigade mécanisée séparée de Kholodny Yar équipent des armes depuis leurs positions en direction de Bakhmout dans la région de Donetsk, le 20 février 2024 (Photo, AFP).
Les artilleurs anti-aériens ukrainiens de la 93e brigade mécanisée séparée de Kholodny Yar équipent des armes depuis leurs positions en direction de Bakhmout dans la région de Donetsk, le 20 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Au lendemain de cette attaque du 1er février, le président français Emmanuel Macron avait dénoncé une «frappe russe» constituant un «acte lâche et indigne»
  • «Alors qu'ils sortaient de Beryslav, ils ont soudainement été attaqués par des drones», a indiqué l'ONG dans un communiqué

GENÈVE: Les deux humanitaires français tués début février dans le sud-est de l'Ukraine ont été victimes d'une "attaque délibérée" menée par des drones, a déclaré mardi l'ONG suisse pour laquelle ils travaillaient.

Au lendemain de cette attaque du 1er février, le président français Emmanuel Macron avait dénoncé une "frappe russe" constituant un "acte lâche et indigne".

L'équipe de six collaborateurs de l'Entraide protestante suisse (Eper, Heks en allemand) a été attaquée alors qu'elle était en mission pour évaluer la situation humanitaire dans la région entourant la ville de Beryslav, sur la rive nord du fleuve Dniepr, près de la ligne de front.

"Alors qu'ils sortaient de Beryslav, ils ont soudainement été attaqués par des drones", a indiqué l'ONG dans un communiqué.

Deux membres du personnel de l'ONG, deux Français, ont perdu la vie, et quatre autres, trois Français et un Ukrainien, ont été blessés.

Une enquête interne de l'ONG, se basant sur les déclarations des personnes directement impliquées et touchées et sur celles d'autres témoins, montre qu'il s'agissait d'une "attaque délibérée" menée par des drones.

En France, le parquet antiterroriste (Pnat) a ouvert une enquête après la mort des deux humanitaires français.

Cette enquête est ouverte pour crimes de guerre et atteinte volontaire à la vie d'une personne protégée par le droit international humanitaire notamment.

Confiée aux gendarmes de l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité (OCLCH), c'est la 10e procédure ouverte par le Pnat depuis le début de l'invasion russe en Ukraine en février 2022.

Selon l'ONG suisse, l'objectif de la mission était d'évaluer les zones où l'aide humanitaire pouvait être fournie.

Avant d'accéder à la zone où l'attaque a eu lieue, son équipe avait obtenu la permission des administrations civiles et militaires de l'oblast de Kherson, selon le communiqué.

Ses collaborateurs voyageaient dans deux 4x4 blancs, munis du logo de l'ONG sur les portes et le capot, ainsi que de symboles "No weapons" (pas d'armes). Après avoir passé deux postes de contrôle militaires, ils ont atteint le hub humanitaire de Beryslav pour une réunion avec la coordinatrice locale de l'aide humanitaire.

Ils ont été attaqués alors qu'ils sortaient de Beryslav. Un véhicule a été touché et les occupants de l'autre véhicule se sont arrêtés pour assister leurs collègues.

D'autres frappes de drones ont suivi, blessant les six collaborateurs et causant des blessures mortelles à Guennadi Guermanovitch (coordinateur senior de la sécurité) et Adrien Pajol (chargé de programmes itinérant), tous deux de nationalité française, indique l'ONG.

Les blessés se sont réfugiés dans deux maisons, emmenant avec eux les corps de leurs collègues, avant d'être évacués à la tombée de la nuit vers un centre de santé local, puis le lendemain vers Kiev.


Ukraine: les attaques russes se multiplient sur le front Est et Sud

Des sauveteurs retirent les décombres d'une école détruite lors d'une attaque nocturne de missiles contre la ville de Slоviansk, dans la région de Donetsk, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine, le 18 février 2024 (Photo, AFP).
Des sauveteurs retirent les décombres d'une école détruite lors d'une attaque nocturne de missiles contre la ville de Slоviansk, dans la région de Donetsk, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine, le 18 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Ce soulèvement a également marqué le début de l'annexion de la Crimée par la Russie
  • Les forces de Moscou continuent aussi leurs bombardements quasi quotidiens

KIEV: L'Ukraine a fait état mardi de dizaines d'attaques russes sur le front Est et Sud, au lendemain de l'aveu du président ukrainien d'une situation "extrêmement difficile" pour ses forces, privées de munitions et d'aide américaine, après bientôt deux ans de guerre.

Ces offensives surviennent au moment où l'Ukraine célèbre le 10e anniversaire de la mort de dizaines de manifestants à Kiev, lors de la révolution de la dignité, ou révolution de Maïdan, qui a conduit à la chute des dirigeants du pays soutenus par Moscou.

Ce soulèvement a également marqué le début de l'annexion de la Crimée par la Russie dans le sud de l'Ukraine et d’un mouvement séparatiste pro-russe dans l'est du pays.

"Cela fait 10 ans depuis (le début) des tentatives visant à nous détruire et à détruire notre indépendance", a déclaré mardi le président ukrainiens Volodymyr Zelensky sur Facebook.

"Mais nous avons tenu bon il y a dix ans et nous continuons de le faire aujourd'hui", a-t-il ajouté.

La Russie "a cherché à faire de nous sa colonie, mais n'a pas atteint son objectif. Nous gagnerons", a de son côté déclaré le chef de l'administration présidentielle, Andriï Iermak.

84 attaques 

Dans son compte-rendu matinal mardi, l'état-major ukrainien a relevé pas moins de 84 attaques russes enregistrées lors des dernières 24 heures, assurant que toutes ont été "repoussées" par l'armée ukrainienne.

Ces attaques interviennent dans la foulée de la prise samedi par les forces de Moscou de la ville d'Avdiïvka, dans la région de Donetsk, à quelques jours du début de la troisième année de guerre depuis l'invasion de l'Ukraine lancée par la Russie le 24 février 2022.

Si l'activité russe s'est nettement réduite autour d'Avdiïvka même --9 attaques relevées--, en revanche 21 attaques ont notamment eu lieu près de Mariïnka, au sud-ouest d'Avdiïvka, 14 dans la zone de Bakhmout (est) et 11 dans la région de Zaporijjia (sud).

Dans la zone d'Avdiïvka, "les Russes se regroupent, ils ont atteint leurs objectifs tactiques" et "ils transféreront probablement des unités vers d'autres secteurs", avait souligné lundi le porte-parole de l'armée ukrainienne Dmytro Lykhovy.

"La situation est extrêmement difficile en plusieurs points de la ligne de front, où les troupes russes ont concentré un maximum de réserves", a reconnu lundi soir le président ukrainienne Volodymyr Zelensky.

"Elles mettent à profit le retard dans l'aide à l'Ukraine", a-t-il ajouté, alors que Kiev, privée d'une aide militaire américaine cruciale de 60 milliards de dollars, actuellement bloquée au Congrès.

Kiev manque de munitions d'artillerie, de défense antiaérienne ou encore d'armes de longue portée. L'armée peine aussi à regarnir ses rangs, après l'échec de sa contre-offensive de l'été 2023.

Le président Zelensky a dans ce contexte remercié mardi la Suède qui a annoncé une nouvelle aide militaire à l'Ukraine, sous forme d'équipements d'un montant d'environ 633 millions d'euros.

En déplacement au Japon, le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal a dit mardi être confiant que le Congrès américain débloquera l'aide tant attendue.

"Je crois que les Etats-Unis soutiendront également l'Ukraine, comme l'Union européenne, comme le Japon, comme tous les pays du G7, le FMI et toutes les organisations financières internationales", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Tokyo.

Besoin de tout 

"Nous ne pouvons donc pas parler de fatigue, car c'est une guerre existentielle. Vous ne pouvez pas être fatigué lorsque vous vous battez pour votre avenir, pour votre vie... pour l'ordre sécuritaire mondial", a-t-il déclaré, interrogé sur "la lassitude de l'Ukraine".

Sur le terrain, Sviataslav Iaremenko, qui avait combattu contre les séparatistes dès 2014 puis a rejoint de nouveau l'armée après l'invasion du 24 février 2022, confie à l'AFP qu'"après deux ans de guerre, la fatigue s'est accumulée".

"Je pense qu'on doit continuer de combattre encore pendant plusieurs années", a-t-il dit, "ça dépendra de combien nos partenaires occidentaux vont nous aider".

"Nous avons beaucoup de besoins: blindés, armes, munitions. On a besoin de tout", assène le militaire, rencontré à Kostiantynivka, ville de l'Est non-loin du front.

Les forces de Moscou continuent aussi leurs bombardements quasi quotidiens sur des zones éloignées des combats.

Cinq civils ont ainsi été tués par une frappe russe sur un village de la région de Soumy, située dans le nord-est de l'Ukraine et frontalière de la Russie, a annoncé mardi l'armée ukrainienne.

Et la défense aérienne a de son côté annoncé avoir détruit 23 drones explosifs Shahed de conception iranienne, lancés dans la nuit de lundi à mardi par la Russie sur différentes régions d'Ukraine.


Le groupe de hackers «le plus nuisible» au monde démantelé par une opération internationale

Une photo publiée par la National Crime Agency britannique à Londres le 20 février 2024 montre une capture d'écran du site saisi du groupe de cybercriminalité «LockBit». (Photo, AFP)
Une photo publiée par la National Crime Agency britannique à Londres le 20 février 2024 montre une capture d'écran du site saisi du groupe de cybercriminalité «LockBit». (Photo, AFP)
Short Url
  • «Après avoir infiltré le réseau du groupe, la NCA (agence de lutte contre la criminalité britannique, NDLR) a pris le contrôle des services de LockBit, compromettant la totalité de leur entreprise criminelle», a déclaré la NCA
  • Selon elle, le rançongiciel a ciblé «des milliers de victimes à travers le monde» et causé des pertes qui au total se chiffrent en milliards d'euros

LONDRES: Des milliers de victimes, des hôpitaux ou des mairies visés, des pertes totalisant des milliards d'euros...  Le groupe de cybercriminels LockBit, présenté comme "le plus nuisible" au monde, a été démantelé lors d'une opération de police internationale, ont annoncé mardi les autorités de plusieurs pays.

"Après avoir infiltré le réseau du groupe, la NCA (agence de lutte contre la criminalité britannique, NDLR) a pris le contrôle des services de LockBit, compromettant la totalité de leur entreprise criminelle", a déclaré la NCA dans un communiqué.

Selon elle, le rançongiciel a ciblé "des milliers de victimes à travers le monde" et causé des pertes qui au total se chiffrent en milliards d'euros en comptant les rançons versées et les coût induits pour les victimes.

"Nous avons hacké les hackers", s'est félicité Graeme Biggar, directeur général de la NCA, annonçant la neutralisation de LockBit lors d'une conférence de presse à Londres.

LockBit a ciblé les infrastructures critiques et les grands groupes industriels, avec des demandes de rançon allant de 5 à 70 millions d'euros. En 2023, le groupe a notamment attaqué l'opérateur postal britannique et un hôpital canadien pour enfants, et en France les hôpitaux de Corbeil-Essonnes et Versailles en région parisienne.

Les cybercriminels mettaient à disposition de leurs "affiliés" outils et infrastructures leur permettant de mener des attaques.

Celles-ci consistaient à infecter le réseau informatique des victimes pour voler leur données et crypter leurs fichiers.

Une rançon était exigée en cryptomonnaies pour décrypter et récupérer les données, sous peine de publication des données des victimes.

«Tolérance» de la Russie

LockBit a perçu plus de 120 millions de dollars de rançons au total, selon les Etats-Unis, où cinq personnes, notamment deux ressortissants russes, au total font l'objet de poursuites.

Selon le patron de la NCA, les investigations n'ont pas mis en évidence de "soutien direct" de l'Etat russe envers LockBit, mais a néanmoins souligné une "tolérance" envers la cybercriminalité en Russie.

"Ce sont des cybercriminels, ils sont basés partout dans le monde, il y a une large concentration de ces individus en Russie et ils parlent souvent russe", a-t-il déclaré.

LockBit est présenté comme l'un des logiciels malveillants les plus actifs au monde, avec plus de 2.500 victimes dont plus de 200 en France, "parmi lesquels des hôpitaux, des mairies, et des sociétés de toutes tailles", a indiqué dans un communiqué le parquet de Paris.

Les enquêteurs français ont interpelé "deux cibles en Pologne et en Ukraine" et ont effectué des perquisitions, selon la même source.

L'opération a permis selon le parquet de Paris de "prendre le contrôle d'une partie importante de l'infrastructure du rançongiciel LockBit, y compris sur le darknet", et notamment le "wall of shame" (mur de la honte) "où étaient publiées les données de ceux qui refusaient de payer la rançon".

«Ce site est sous contrôle»

Selon la NCA britannique, plus de 200 comptes de cryptomonnaies liés au groupe ont été gelés et les enquêteurs ont obtenu plus de 1.000 clés servant à décrypter les données afin de pouvoir les restituer à leurs propriétaires.

"Ce site est à présent sous contrôle des forces de l'ordre", indique un message sur un site de LockBit, précisant que la NCA britannique a pris la main sur le site, en coopération avec le FBI américain et les agences de plusieurs pays.

En novembre 2022, le ministère américain de la Justice (DoJ) avait qualifié le rançongiciel LockBit de "plus actif et plus destructeur des variants dans le monde".

Il y a un an, le réseau d'attaques au rançongiciel Hive avait été démantelé. Il était accusé d'avoir pris pour cible 1.500 entités dans 80 pays et d'avoir collecté plus de 100 millions de dollars de rançons.