Maroc: La justice maintient en prison les journalistes Omar Radi et Soulaimane Raissouni

Manifestation de soutien à Omar Radi à Casablanca le 22 septembre 2020 (Photo, AFP).
Manifestation de soutien à Omar Radi à Casablanca le 22 septembre 2020 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 20 juillet 2023

Maroc: La justice maintient en prison les journalistes Omar Radi et Soulaimane Raissouni

  • La Cour de cassation du Maroc a rejeté le pourvoi de deux journalistes emprisonnés, Omar Radi et Soulaimane Raissouni
  • La semaine dernière, les avocats des détenus et les défenseurs des droits humains au Maroc avaient exhorté les autorités à trouver une «issue judiciaire, politique et légale»

RABAT: La Cour de cassation du Maroc a rejeté le pourvoi de deux journalistes emprisonnés, Omar Radi et Soulaimane Raissouni, confirmant leurs condamnations en appel pour des accusations d'agressions sexuelles dont ils se disent innocents.

La plus haute instance judiciaire du royaume "a rejeté (mardi) notre recours et confirmé les peines d'emprisonnement à l'encontre d'Omar et Soulaimane", a déclaré mercredi à l'AFP Me Miloud Kandil, leur avocat.

Omar Radi, 37 ans, et Soulaimane Raissouni, 51 ans, ont été condamnés en appel respectivement à six et cinq ans de prison ferme en 2022 dans des affaires d'agressions sexuelles, des charges qu'ils réfutent. Ils sont derrière les barreaux depuis 2021.

"Nous nous attendions à cette décision malgré les innombrables irrégularités qui ont entaché la procédure", a réagi auprès de l'AFP Driss Radi, père d'Omar Radi.

"Nous savons que la justice n'est pas indépendante dans cette affaire, mais nous espérons une grâce royale pour clore ce dossier qui a tellement nui à l'image de notre pays", a-t-il ajouté.

Au Maroc, la grâce peut être accordée par le souverain ou bien --en théorie-- par le Parlement.

«Calvaire judiciaire»

La semaine dernière, les avocats des détenus et les défenseurs des droits humains au Maroc avaient exhorté les autorités à trouver une "issue judiciaire, politique et légale" afin que les deux journalistes puissent recouvrer la liberté.

Les avocats avaient alerté sur leur état de santé et leurs conditions de détention "qui ne respectent pas les droits élémentaires", selon eux.

"Le signal envoyé est désastreux", a réagi Khaled Drareni, le représentant de Reporters sans frontières (RSF) en Afrique du Nord.

RSF appelle les autorités marocaines "à mettre un terme à ce calvaire judiciaire inhumain et à libérer" les deux journalistes, a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, le Comité pour la protection de journalistes (CPJ), basé à New York, a exprimé sa "profonde déception".

"Le Maroc a perdu une occasion d'inverser la tendance sur ses mesures de représailles contre des journalistes indépendants, dont les voix sont si désespérément nécessaires au pays", a regretté Sherif Mansour, coordinateur du CPJ pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Mais pour les autorités marocaines, Omar Radi et Soulaimane Raissouni ont été jugés pour des crimes de droit commun qui "n'ont rien à voir" avec leur profession ni le respect de la liberté d'expression.

Interrogée par l'AFP, l'avocate féministe Aïcha Guella, présidente de l'AMVD (Association pour les droits des victimes), s'est félicitée du jugement, en déplorant que "M. Radi et Raissouni et leurs soutiens essaient de politiser ces affaires alors que les faits ont été établis devant la justice".

Mme Guella a reproché aux ONG étrangères d'"instrumentaliser les deux cas à des fins purement politiques".

L'arrêt de la Cour de cassation ne sera pas publié avant plusieurs jours.

M. Raissouni, un éditorialiste critique des autorités, a été poursuivi pour "agression sexuelle" par un jeune militant, charge qu'il a toujours rejetée devant le tribunal, estimant être poursuivi "à cause de ses opinions".

Arrêté en mai 2020, il n'a pas assisté à la plus grande partie de son procès en première instance -- entre février et juillet 2021 -- en raison d'une grève de la faim de 122 jours.

Dégradation de la liberté de la presse

M. Radi, reporter indépendant et militant des droits humains, a lui été arrêté en juillet 2020.

Il a été poursuivi pour "atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat" avec "financement de l'étranger", et pour "viol", deux affaires distinctes jugées conjointement.

Accusé de "viol" par une ex-collègue, le journaliste a parlé de "relations librement consenties" tandis que la plaignante a affirmé le contraire.

Le journaliste Imad Stitou -- qui avait corroboré la version de M. Radi et dit être dans la même pièce au moment des faits -- a été condamné à un an de prison, dont six mois ferme, pour "non-assistance à personne en danger".

Le jugement a confirmé la peine de M. Stitou, qui a quitté le Maroc.

Dans un rapport publié en juillet 2022, l'ONG Human Rights Watch (HRW) a dénoncé au Maroc l'utilisation de procès pour des crimes de droit commun, en particulier sexuels, comme "techniques de répression" visant à faire taire des journalistes et des opposants.

Face à ces critiques, les autorités insistent sur "l'indépendance de la justice" et "les droits des victimes".

En janvier, le Parlement européen s'est inquiété de la dégradation de la liberté de la presse au Maroc, évoquant notamment l'incarcération d'Omar Radi, dans une résolution adoptée à une large majorité qui avait déclenché les foudres de la classe politique et des médias marocains.


L’Arabie saoudite inaugure un taxi aérien sans pilote pendant la saison du Hajj

Le taxi volant, lancé en Arabie saoudite, est le premier du monde à être agréé par une autorité de l’aviation civile. (SPA)
Le taxi volant, lancé en Arabie saoudite, est le premier du monde à être agréé par une autorité de l’aviation civile. (SPA)
Le taxi volant, lancé en Arabie saoudite, est le premier du monde à être agréé par une autorité de l’aviation civile. (SPA)
Le taxi volant, lancé en Arabie saoudite, est le premier du monde à être agréé par une autorité de l’aviation civile. (SPA)
Short Url
  • Mercredi, M. Al-Jasser a assisté au décollage vertical du véhicule autonome lors de la cérémonie de lancement
  • Le ministère souhaite également mettre en place des environnements expérimentaux afin de favoriser l’essor des futures technologies de transport

LA MECQUE: L’Arabie saoudite a inauguré un service pionnier de taxis aériens sans pilote destiné aux pèlerins pendant la saison du Hajj de cette année.

Ce taxi volant électrique assurera le transport des pèlerins entre les lieux saints et facilitera le transfert rapide des urgences et des fournitures médicales ainsi que la livraison de marchandises, a rapporté l’agence de presse saoudienne (SPA).

Le ministre saoudien des Transports et des Services logistiques, Saleh ben Nasser al-Jasser, a précisé que ce taxi volant était le premier du monde à être agréé par une autorité de l’aviation civile.

Mercredi, M. Al-Jasser a assisté au décollage vertical du véhicule autonome lors de la cérémonie de lancement en présence d’Abdelaziz al-Duailej, président de l’Autorité générale de l’aviation civile (Gaca), de Rumaih al-Rumaih, vice-ministre des Transports et des Services logistiques, et de plusieurs représentants d’entités connexes.

Le ministre a indiqué que l’inauguration du taxi volant s’inscrivait dans le cadre des efforts qui visent à utiliser les dernières technologies de transport et à adopter des modèles de transport innovants et respectueux de l’environnement qui reposent sur des applications d’intelligence artificielle.

Conformément aux objectifs de la Stratégie nationale en matière de transport et de logistique, le Royaume cherche à moderniser le secteur des transports en lançant des taxis volants, des voitures électriques et des trains à hydrogène.

M. Al-Jasser a souligné que le ministère s’efforçait d’améliorer la mobilité intelligente et d’élaborer une législation, des lois et des systèmes qui permettent l’utilisation des technologies modernes.

Le ministère souhaite également mettre en place des environnements expérimentaux afin de favoriser l’essor des futures technologies de transport.

Le président de la Gaca, Abdelaziz al-Duailej, a affirmé que ce taxi volant figurait parmi les initiatives les plus importantes de la feuille de route sur la mobilité aérienne avancée, qui a pour but de réduire le temps de déplacement des passagers dans les zones congestionnées – en particulier en cas d’urgence –, de faciliter le transport de marchandises et de fournitures médicales ainsi qued’effectuer des tâches de surveillance et d’inspection de manière rapide.

Le taxi aérien fait partie des trente-deux technologies modernes mises en œuvre pour servir les pèlerins lors de la saison du Hajj de cette année.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Une commission de l'ONU accuse Israël de crimes contre l'humanité et le Hamas de crimes de guerre

Selon le décompte d’Israël, plus de 1 200 personnes ont été tuées et 250 prises en otages lors des attaques transfrontalières du 7 octobre qui ont déclenché des représailles militaires à Gaza qui ont depuis tué plus de 37 000 personnes (Photo, Reuters).
Selon le décompte d’Israël, plus de 1 200 personnes ont été tuées et 250 prises en otages lors des attaques transfrontalières du 7 octobre qui ont déclenché des représailles militaires à Gaza qui ont depuis tué plus de 37 000 personnes (Photo, Reuters).
Short Url
  • Dans ce territoire, plus de 37.200 Palestiniens, en majorité des civils, ont été tués depuis dans les bombardements et les opérations militaires israéliennes terrestres
  • A l'inverse du génocide, les crimes contre l'humanité ne doivent pas obligatoirement prendre pour cible un groupe de population particulier mais peuvent viser toute population civile, selon l'ONU

 

GENEVE: Israël est responsable dans la bande de Gaza de crimes contre l'humanité, notamment pour "extermination", a estimé mercredi une commission d'enquête de l'ONU, accusant aussi les autorités israéliennes et les groupes armés palestiniens de crimes de guerre depuis le 7 octobre.

L'ambassade d'Israël à Genève a immédiatement accusé la commission de "discrimination systématique" à son encontre.

"Les crimes contre l'humanité d'extermination, de meurtre, de persécution fondée sur le genre ciblant les hommes et les garçons palestiniens, de transfert forcé, d'actes de torture et de traitements inhumains et cruels, ont été commis" par Israël, conclut dans un rapport cette commission, créée par le Conseil des droits de l'homme après la guerre de 11 jours que se sont livrés Israël et le Hamas en mai 2021.

La commission d'enquête "a prouvé une fois de plus que ses actions sont toutes au service d’un ordre du jour politique focalisé contre Israël", a dénoncé l'ambassadrice d'Israël auprès de l'ONU à Genève, Meirav Shahar, dans un communiqué.

Interrogé sur ce rapport, Antonio Guterres n'a pas souhaité le commenter. "Mais nous sommes parfaitement conscients du niveau unique de destruction et de victimes au sein de la population palestinienne au cours de ces mois de guerre, qui n'a de précédent dans aucune autre situation que j'ai vécue en tant que secrétaire général des Nations unies", a-t-il dit au cours d'un point de presse à Genève.

A l'inverse du génocide, les crimes contre l'humanité ne doivent pas obligatoirement prendre pour cible un groupe de population particulier mais peuvent viser toute population civile, selon l'ONU. Ils doivent toutefois être commis dans le cadre d'attaques à grande échelle, contrairement aux crimes de guerre qui peuvent être des faits isolés.

Selon les enquêteurs onusiens, les autorités israéliennes et "la branche militaire du Hamas et six autres groupes armés palestiniens" sont "responsables" de "crimes de guerre".

"Il est impératif que tous ceux qui ont commis des crimes soient tenus pour responsables", a déclaré dans un communiqué la présidente de la commission, la Sud-Africaine Navi Pillay, qui fut Haute-Commissaire aux droits de l'homme, présidente du Tribunal pénal international pour le Rwanda et juge à la Cour pénale internationale (CPI).

La commission accuse les autorités israéliennes d'"entraver" ses investigations et n'a pas accès à Israël et aux territoires occupés. Le rapport s'appuie sur des entretiens avec des victimes, réalisés à distance et au cours d'une mission en Turquie et en Egypte, et des documents, dont des rapports médico-légaux et des images satellite.

«Lrosme palestinien»

"Israël doit immédiatement cesser ses opérations militaires et ses attaques à Gaza", a demandé Mme Pillay. "Le Hamas et les groupes armés palestiniens doivent immédiatement cesser leurs tirs de roquettes et libérer tous les otages. La prise d'otages constitue un crime de guerre".

La commission "tente de justifier l'odieux attentat terroriste du 7 octobre en le contextualisant à travers le prisme du narratif palestinien. Il ne mentionne pas le +terrorisme+ qui dure depuis des décennies, ni les tirs de roquettes incessants sur le territoire israélien", a répliqué l'ambassade israélienne.

La guerre, déclenchée par l'attaque du mouvement islamiste palestinien Hamas du 7 octobre sur le sol israélien, a entraîné la mort de 1.194 personnes côté israélien, en majorité des civils, selon un comptage de l'AFP effectué à partir de chiffres officiels israéliens. Sur 251 personnes enlevées, 116 sont toujours dans la bande de Gaza, dont 41 sont mortes, selon l'armée israélienne.

Dans ce territoire, plus de 37.200 Palestiniens, en majorité des civils, ont été tués depuis dans les bombardements et les opérations militaires israéliennes terrestres, selon des données du ministère de la Santé de la bande de Gaza dirigé par le Hamas.

Concernant le 7 octobre, la commission accuse les groupes armés palestiniens d'avoir commis divers crimes de guerre, notamment des attaques contre des civils, des meurtres et des tortures.

Concernant l'offensive israélienne dans la bande de Gaza, la commission affirme que les autorités israéliennes sont "responsables de crimes de guerre" : utilisation de la famine comme méthode de guerre, attaques intentionnellement dirigées contre des civils, violences sexuelles, tortures et transferts forcés.

En Cisjordanie, elle assure que les forces israéliennes ont "commis des actes de violence sexuelle, de torture, des traitements inhumains ou cruels et des atteintes à la dignité de la personne, qui constituent tous des crimes de guerre". Sur les violences sexuelles, Israël dénonce une "fausse équivalence".

La commission affirme que le gouvernement israélien et les forces israéliennes "ont permis, encouragé et incité à une campagne de violence des colons".

Le rapport souligne aussi que les déclarations de responsables israéliens – "y compris celles reflétant la politique consistant à infliger des destructions généralisées et à tuer un grand nombre de civils" - peuvent constituer des crimes internationaux graves, tels que l'incitation au génocide ou aux discriminations et à la violence.


Pluie de roquettes en provenance du Liban sur le nord d'Israël

Israeli firefighters put out flames in a field after rockets launched from southern Lebanon landed on Banias area in the Israel-annexed Golan Heights amid ongoing cross-border clashes between Israeli troops and Hezbollah fighters. (File/AFP)
Israeli firefighters put out flames in a field after rockets launched from southern Lebanon landed on Banias area in the Israel-annexed Golan Heights amid ongoing cross-border clashes between Israeli troops and Hezbollah fighters. (File/AFP)
Short Url
  • Ce nouvel accès de fièvre à la frontière entre les deux pays survient après l'annonce pendant la nuit de la mort de Taleb Sami Abdallah, «le plus important commandant du Hezbollah à être tué depuis le début de la guerre»
  • Selon l'armée israélienne, environ 160 projectiles ont été tirés du Liban sur Israël mercredi matin, en deux barrages successifs, sans faire de victimes d'après les premières informations des autorités

BEYROUTH: Le nord d'Israël a été visé mercredi par une pluie de roquettes, au moins 160 projectiles selon l'armée, en provenance du Liban, le Hezbollah confirmant avoir frappé pour venger la mort d'un haut commandant militaire dans une frappe attribuée à Israël.

Ce nouvel accès de fièvre à la frontière entre les deux pays survient après l'annonce pendant la nuit de la mort de Taleb Sami Abdallah, "le plus important commandant du Hezbollah à être tué depuis le début de la guerre", selon une source proche du mouvement chiite libanais.

Selon l'armée israélienne, environ 160 projectiles ont été tirés du Liban sur Israël mercredi matin, en deux barrages successifs, sans faire de victimes d'après les premières informations des autorités.

Dans quatre communiqués séparés, le Hezbollah a annoncé avoir tiré "des dizaines de roquettes Katioucha" sur trois bases israéliennes et affirme avoir touché "une usine militaire" à l'aide de missiles guidés "en réponse à l'assassinat" de ce chef militaire.

Taleb Sami Abdallah a été tué avec trois autres combattants du Hezbollah dans une frappe israélienne qui a visé mardi soir une maison où ils se trouvaient dans le village de Jouaiyya, dans le sud du Liban, selon la source proche du Hezbollah.

Il s'agit du coup le plus dur pour la formation islamiste depuis qu'elle a ouvert le front du sud du Liban contre Israël il y a huit mois, pour soutenir son allié palestinien, le Hamas, dans sa guerre à Gaza.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole de l'armée israélienne a indiqué ne pas être en mesure de confirmer qu'Israël était à l'origine de la frappe ayant tué ce commandant militaire du Hezbollah, formation soutenue par la République islamique d'Iran, ennemi juré d'Israël.

«Escalade dangereuse»

"L'ennemi israélien a porté un coup sévère et douloureux à la Résistance islamique", a écrit mercredi le quotidien Al-Akhbar, proche du Hezbollah.

Il a estimé que cette attaque "constituait une escalade dangereuse de la part de l'ennemi", alors que les échanges de tirs ont gagné en intensité ces derniers jours.

Vers 09h00 mercredi (06h00 GMT) "environ 90 projectiles ont été identifiés (entrant en Israël) en provenance du Liban", a indiqué l'armée israélienne dans un premier communiqué.

Plusieurs projectiles ont été interceptés mais d'autres sont tombés dans le nord d'Israël, provoquant des incendies par endroits, ajoute l'armée sans en préciser l'ampleur.

Vers 10h00 (07h00 GMT) les sirènes d'alerte à la roquette ont de nouveau retenti dans plus d'une dizaine de localités proches de la frontière libanaise mais aussi plus en profondeur dans le nord d'Israël.

"Environ 70 projectiles ont été identifiés (entrant en Israël) en provenance du Liban", a indiqué l'armée, dans un deuxième communiqué, ajoutant qu'un certain nombre de projectiles avaient été interceptés.

"La plupart sont tombés dans des terrains découverts et plusieurs sur des localités du nord d'Israël", a précisé l'armée, assurant qu'aucune victime n'était pour l'heure à déplorer.

Le Magen David Adom, équivalent israélien de la Croix-Rouge, a indiqué qu'aucun blessé n'avait été recensé en fin de matinée. Peu avant midi (09h00 GMT), les sirènes ont de nouveau retenti dans plusieurs zones du nord d'Israël.

Cette escalade des tensions survient après que Benjamin Netanyahu a affirmé, le 5 juin, qu'Israël était "prêt pour une opération très intense au Nord".

Ces propos ont suscité l'inquiétude des Etats-Unis, Washington mettant en garde son allié sur le fait qu'une "escalade" au Liban mettrait en péril la sécurité d'Israël.

Les deux principaux alliés d'extrême droite du Premier ministre israélien ont appelé ces jours-ci à agir en urgence pour rétablir la sécurité dans le nord d'Israël.

Plus de huit mois de violences quasi-quotidiennes ont fait au moins 467 morts au Liban, selon un décompte de l'AFP basé sur les données du mouvement chiite et de sources officielles libanaises.

Parmi eux figurent environ 90 civils et près de 306 combattants du Hezbollah, soit plus que les pertes du mouvement libanais lors de sa dernière guerre avec Israël en 2006.

Côté israélien, au moins 15 soldats et 11 civils ont été tués, selon les autorités. De part et d'autre de la frontière, des dizaines de milliers d'habitants ont été déplacés par les combats.