Coup d'État au Niger: Une entrave à la lutte contre les groupes extrémistes du Sahel africain

Des partisans des forces de défense nigériennes ont attaqué le siège du parti politique du président déchu, Mohammed Bazoum, à Niamey, jeudi (Photo, AFP).
Des partisans des forces de défense nigériennes ont attaqué le siège du parti politique du président déchu, Mohammed Bazoum, à Niamey, jeudi (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 02 août 2023

Coup d'État au Niger: Une entrave à la lutte contre les groupes extrémistes du Sahel africain

  • Les experts estiment que le Niger risque de devenir un terrain propice au recrutement de terroristes à la suite du coup d'État du 26 juillet
  • Selon des analystes, Daech et les affiliés d'Al-Qaida ont le plus à gagner du chaos qui règne au Burkina Faso, au Mali et au Niger

JUBA: Le Niger est devenu le troisième pays de la région troublée du Sahel à subir un coup d'État militaire en l'espace de quelques années, suscitant l'inquiétude des dirigeants occidentaux et des États voisins quant aux répercussions sur la lutte en cours contre l'insurrection islamiste.

Le président, Mohammed Bazoum, qui est actuellement confiné dans sa résidence officielle à Niamey, la capitale, a été renversé le 26 juillet par sa propre garde présidentielle. Le chef de la force d'élite, le général Abdourahamane Tiani, s'est autoproclamé nouveau président.

À la suite de prises de pouvoir militaires similaires au Burkina Faso et au Mali, les États-Unis et l'ancienne puissance coloniale, la France, ont exigé la réintégration de Bazoum, reconnaissant son rôle clé dans la lutte contre l'extrémisme.

L'Union africaine et la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) ont également insisté sur la nécessité de rétablir la stabilité pour faire face efficacement à la menace extrémiste, indiquant que les pays voisins pourraient envisager de recourir à la force afin de rétablir Bazoum.

Le général Abdourahmane Tiani, qui a été déclaré nouveau chef de l'État du Niger par les dirigeants d'un coup d'État, arrive pour rencontrer des ministres à Niamey, au Niger (Photo, Reuters).

La position stratégique du Niger dans la région du Sahel, bordée par des pays en proie à l'extrémisme violent, en fait un allié important dans la lutte internationale contre l'insurrection islamiste. Avant le coup d'État, le Niger participait activement aux initiatives régionales de lutte contre le terrorisme.

Toutefois, le coup d'État et les perturbations qu'il pourrait entraîner en matière de gouvernance et de sécurité pourraient mettre en péril ces partenariats vitaux et entraver la progression des efforts de sécurité régionale.

Aneliese Bernard, directrice du groupe de conseil sur les risques Strategic Stabilization Advisors, basé à Washington, affirme que des coups d'État similaires dans la région montrent que ce sont les groupes extrémistes qui ont le plus à gagner de ces périodes d'instabilité.

«L'histoire a montré que des groupes comme l'État islamique de la province du Sahel et Jama'a Nusrat ul-Islam wa al-Muslimin (le Groupe de soutien à l'Islam et aux musulmans, Jnim) ont réussi à capitaliser sur les vides de gouvernance et de sécurité laissés par des États accaparés par des questions politiques internes, ce qui leur a permis d'étendre leur influence au Mali et au Burkina Faso à la suite des récents coups d'État», a expliqué Bernard à Arab News.

Le Jnim et l'État islamique de la province du Sahel (ISSP) sont deux groupes radicaux rivaux qui opèrent dans la région. Il n'est pas rare que des individus changent de camp entre ces groupes, ce qui complique encore la situation sécuritaire dans la région.

Le Jnim opère dans le Mali voisin et étend ses activités à toute l'Afrique de l'Ouest. Il a prêté allégeance à Al-Qaïda dans les pays du Maghreb islamique (AQMI).

Miliciens djihadistes au Burkina Faso (Photo fournie).

L'ISSP, quant à lui, opère en tant que filiale sahélienne de Daech et a également été impliqué dans des attaques dans toute la région.

Selon Aneliese Bernard, le coup d'État a déstabilisé l'appareil de gouvernance et de sécurité dans la région de Tillaberi, au sud-ouest du Niger, près de la triple frontière avec le Burkina Faso et le Mali, où l'ISSP est actif.

«Dans de telles situations, le Jnim et l'ISSP pourraient saisir l'occasion d'exploiter l'absence d'autorité de l'État et se présenter comme des alternatives à la gouvernance et à la sécurité», a-t-elle déclaré.

«En défendant l'idée que les communautés négligées et marginalisées de la périphérie sont privées du soutien du gouvernement, ces groupes djihadistes ont réussi à s'infiltrer dans les communautés éloignées», a-t-elle précisé.

L'un des groupes ciblés est le peuple Fulani, une minorité ethnique de la région, accusée par les autorités d'entretenir des sympathies pour le terrorisme. En raison de leur statut de minorité discriminée, les groupes extrémistes ont réussi à recruter des membres dans leurs rangs.

Virginie Baudais, directrice du programme Sahel et Afrique de l'Ouest à l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, estime que la possibilité d'une suspension de l'aide occidentale à la suite du coup d'État soulève des questions sur la manière dont les forces de sécurité nigériennes géreront la menace islamiste.

«Les groupes armés ont constamment pris pour cible les forces de défense et de sécurité dans la région, ce qui fait qu'il est essentiel pour la communauté internationale de réorienter ses priorités et son soutien», a signalé Baudais à Arab News.

EN BREF

  • Le président, Mohammed Bazoum, a été renversé par sa propre garde présidentielle le 26 juillet.
  • Ce coup d'État fait suite à des prises de pouvoir militaires similaires au Burkina Faso et au Mali.
  • Les experts estiment que les groupes radicaux tels que le Jnim et l'ISSP sont ceux qui ont le plus à gagner des coups d'État.

«Cependant, alors que la situation continue de se détériorer, les gens ne se sentent pas protégés par les troupes internationales. C'est pourquoi ils soutiennent leurs forces armées dans la lutte contre le terrorisme, mais le soutien aux auteurs du coup d'État n'est pas unanime», a-t-elle indiqué.

Alex Nkosi, un spécialiste politique malawite basé au Togo, pays d'Afrique de l'Ouest, souligne également le risque de divisions dans les rangs de l'armée nigérienne.

«Le coup d'État pourrait provoquer des divisions au sein de l'armée, car tous les soldats ne sont pas favorables à ce que l'armée se mêle de la politique», a déclaré Nkosi à Arab News. Il doute également que les forces armées nigériennes aient les moyens de lutter seules contre les groupes extrémistes.

«Si l'aide militaire et l'assistance des États-Unis et de la France sont suspendues en raison du coup d'État, les forces de sécurité du Niger pourraient avoir des difficultés à maintenir leurs capacités opérationnelles», a prévenu Nkosi.

«La perte de ressources, de plates-formes d'échange de renseignements et de programmes de formation pourrait donc affaiblir leur capacité à affronter efficacement des groupes islamistes bien armés et organisés. Le Niger pourrait devoir chercher d'autres sources de soutien ou réévaluer ses stratégies pour faire face aux défis sécuritaires de manière indépendante», a-t-il clarifié.

Ces alternatives pourraient inclure le groupe russe Wagner, basé au Belarus depuis son soulèvement avorté contre les dirigeants militaires russes en juin de cette année.

Le président français, Emmanuel Macron, avec le président du Niger, Mohammed Bazoum, à l'Élysée en juin (Photo, AFP).

Wagner a fait des incursions significatives au Burkina Faso et au Mali depuis que leurs armées respectives ont pris le pouvoir, en fournissant des effectifs et de l'expertise dans la lutte contre les extrémistes. Compte tenu des sentiments pro-russes des putschistes nigériens, ce n'est peut-être qu'une question de temps avant que les soldats de Wagner ne sortent de l'ombre.

Dans ce contexte, selon Wim Zwijneburg, responsable du projet de désarmement humanitaire pour l'organisation de paix néerlandaise PAX, un retrait des forces françaises du Niger entraînera probablement aussi un retrait des MQ-9 Reapers par les Américains, qui ont des bases de drones à Agadez, à 740 kilomètres au nord-est de Niamey.

«Les drones de combat exploités par les deux pays ont joué un rôle essentiel dans la surveillance des mouvements transfrontaliers des miliciens au Sahel», a déclaré Zwijneburg à Arab New.

«L'absence de ces moyens aériens pour les missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (RSR) se traduira par une diminution des informations disponibles pour suivre les groupes armées, notamment les affiliés de Daech, dans la région et pour réagir en temps voulu», a-t-il ajouté.

«Cela pourrait se traduire par une nouvelle vague d'attaques si les armées nationales n'ont pas d'autres solutions pour combler le vide. Bien que le Niger ait récemment équipé sa propre flotte de drones armés de TB-2 turcs, il n'est pas certain que les forces de sécurité aient réussi à les intégrer pleinement dans les opérations antiterroristes existantes», a précisé Zwijneburg.

Cameron Hudson, ancien analyste de la CIA et consultant sur les questions de paix, de sécurité et de gouvernance en Afrique, estime que si les États-Unis et la France veulent vraiment lutter contre la menace islamiste radicale, les pays occidentaux devront réévaluer leur volonté de s'engager avec des gouvernements dirigés par des militaires.

«La gravité de la menace islamiste et d'autres problèmes de sécurité dans la région pourraient les obliger à dialoguer avec les chefs militaires qui se trouvent désormais en première ligne dans la lutte contre le terrorisme», a-t-il déclaré à Arab News.

Des milliers de personnes ont manifesté devant l'ambassade de France à Niamey (Photo, AFP).

«Toutefois, cet engagement soulève également des questions quant à la promotion des principes démocratiques et de l'État civil, qui sont des valeurs fondamentales des démocraties occidentales», a-t-il souligné.

En fin de compte, il sera essentiel pour la stabilité et la sécurité à long terme de la région de surmonter les divergences d'opinion entre les gouvernements occidentaux et les chefs militaires africains sur les approches de la gouvernance, a déclaré Hudson.

La coopération de toutes les parties concernées, en particulier la communauté internationale, les organismes régionaux et la population locale, sera aussi essentielle pour trouver des solutions efficaces aux défis complexes auxquels sont confrontés les pays d'Afrique de l'Ouest.

Selon Fidel Amakye Owusu, analyste des relations internationales et sécuritaires, basé au Ghana, le coup d'État militaire a des implications pour l'avenir de la coopération régionale.

«Le Nigeria, qui a une frontière avec le Niger au nord, s'est toujours appuyé sur une coopération étroite pour répondre aux problèmes de sécurité, en particulier dans la lutte contre l'extrémisme», a-t-il déclaré à Arab News.

Toutefois, «l'absence d'un régime civil démocratique pourrait entraîner des incertitudes et des difficultés dans la coordination du partage des renseignements et des opérations conjointes contre l'extrémisme violent», a expliqué Owusu.

«Comme on l'a vu au Mali et au Burkina Faso, où des militaires ont pris le pouvoir, la transition vers un régime militaire ne se traduit pas nécessairement par la paix, la stabilité ou des progrès dans la lutte contre l'extrémisme», a-t-il précisé.

Des combattants au Mali (Photo, réseaux sociaux).

Cette situation peut être aggravée par l'incapacité d'un gouvernement faible et instable à s'attaquer efficacement aux causes profondes des problèmes socio-économiques.

Dans de telles conditions, les ressources et la capacité à mettre en œuvre des politiques et des programmes de lutte contre le chômage, la pauvreté et les inégalités sociales peuvent être limitées.

Par conséquent, «cette situation donne l'occasion aux groupes extrémistes de combler le vide en offrant des incitations financières et des récits idéologiques qui trouvent un écho auprès des populations vulnérables», a déclaré Nkosi, spécialiste des questions politiques.

«Il existe en effet un risque que le Niger devienne un terrain propice au recrutement de terroristes si la situation n'est pas traitée de manière efficace», a-t-il averti.

Rejoignant l'opinion de Nkosi sur la crise de la gouvernance, Zwijneburg, de la PAX, a indiqué : «En l’absence de tentative significative pour répondre aux griefs des groupes minoritaires, il y aura suffisamment de terrain fertile que les groupes miliciens seront en mesure d'exploiter, où même la présence de drones de combat ne fera pas de différence significative.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Kremlin menace les Etats-Unis de «conséquences», après une frappe ukrainienne en Crimée

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov (Photo, AFP).
Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov (Photo, AFP).
Short Url
  • Évoquant des représailles, Vladimir Poutine avait menacé ce mois-ci de livrer des armes équivalentes à des ennemis des Occidentaux
  • Moscou considère la Crimée comme sienne depuis son annexion en 2014

MOSCOU: Le Kremlin a menacé lundi les Etats-Unis de "conséquences", au lendemain d'une frappe ukrainienne en Crimée, menée selon Moscou à l'aide d'un missile américain, et a accusé les Occidentaux de "tuer des enfants russes".

"Il est évident que la participation des Etats-Unis aux combats, leur participation directe, qui entraîne la mort de citoyens russes, doit avoir des conséquences", a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence russe, appelant les journalistes à demander en Europe et aux Etats-Unis "pourquoi leurs gouvernements tuent des enfants russes".

Selon Moscou, les frappes de missiles de longue portée ATACMS, comme celle de dimanche en Crimée ukrainienne annexée par la Russie, ne peuvent pas être menée par l'Ukraine seule, car elles nécessitent des spécialistes, des technologies et des données de renseignement américains.

Américains et Européens ont récemment commencé à autoriser l'Ukraine à utiliser les armements occidentaux pour frapper en territoire russe des cibles militaires servant notamment à bombarder le territoire ukrainien.

Moscou considère la Crimée comme sienne depuis son annexion en 2014. Celle-ci a été dénoncée par l'écrasante majorité de la communauté internationale et n'est pas reconnue par des alliés de la Russie comme la Chine.

Représailles 

Évoquant des représailles, Vladimir Poutine avait menacé ce mois-ci de livrer des armes équivalentes à des ennemis des Occidentaux pour qu'ils frappent leurs intérêts dans d'autres régions du monde.

Selon l'armée russe, cinq missiles ATACMS ont été tirés par les forces ukrainiennes dimanche et quatre auraient été détruit en vol près de Sébastopol, ville portuaire abritant la flotte russe de la mer Noire. Le gouverneur local a indiqué que des débris des missiles interceptés étaient retombés "sur les zones côtières". Au moins quatre morts ont été recensés, dont deux enfants, et plus de 150 personnes ont été blessés, selon les autorités locales mises en place par la Russie.

Lundi, la diplomatie russe a convoqué à Moscou l'ambassadrice américaine, Lynne Tracy, pour l'avertir que la Russie prévoyait des "mesures de rétorsion", estimant que "les États-Unis, qui mènent une guerre hybride contre la Russie, sont devenus partie au conflit" en Ukraine.

"Il a été dit à l'ambassadrice que de telles actions de Washington, (...) autorisant des frappes à l'intérieur du territoire russe, ne resteraient pas impunies. Des mesures de rétorsion suivront", a insisté le ministère.

La veille, le ministère russe de la Défense avait également promis une réplique, soulignant que les données de ciblage des ATACMS étaient "saisies par des spécialistes américains sur la base des données des services de renseignement par satellite des États-Unis".

La Russie mène quotidiennement des frappes meurtrières contre l'Ukraine depuis deux ans, réclame de facto sa capitulation et dénonce le soutien occidental à Kiev.

Pour l'Ukraine, les cibles militaires en Crimée son légitimes et la péninsule elle-même doit être reprise.

"La Crimée est un vaste camp et entrepôt militaire (russe) avec des centaines de cibles militaires directes que les Russes cherchent à camoufler cyniquement avec leurs civils", a accusé un conseiller à la présidence ukrainienne, Mikhaïlo Podolyak.


Les sanctions internationales, enjeux de la présidentielle en Iran

Une femme fait un geste avec une affiche électorale lors d'un rassemblement électoral pour le candidat réformateur Massoud Pezeshkian au stade Afrasiabi de Téhéran le 23 juin 2024, à l'approche de l'élection présidentielle iranienne (Photo, AFP).
Une femme fait un geste avec une affiche électorale lors d'un rassemblement électoral pour le candidat réformateur Massoud Pezeshkian au stade Afrasiabi de Téhéran le 23 juin 2024, à l'approche de l'élection présidentielle iranienne (Photo, AFP).
Short Url
  • Une partie des six candidats au scrutin destiné à remplacer le président Ebrahim Raïssi, tué dans un accident d'hélicoptère en mai, font de la levée de ces sanctions une priorité s'ils étaient élus
  • Les 85 millions d'Iraniens sont confrontés à une très forte inflation, de l'ordre de 40%, à un chômage élevé et à la dépréciation record du rial

TEHERAN: Faut-il que l'Iran se réconcilie avec les pays occidentaux? La question agite la campagne de la présidentielle du 28 juin sur fond de marasme économique accentué par les sévères sanctions américaines.

Une partie des six candidats au scrutin destiné à remplacer le président Ebrahim Raïssi, tué dans un accident d'hélicoptère en mai, font de la levée de ces sanctions une priorité s'ils étaient élus.

Cette élection se tient alors que les pays occidentaux, Etats-Unis en tête, ne cessent de renforcer leurs régimes de sanctions contre Téhéran en mettant en cause la poursuite de son programme nucléaire, ses soutiens au Hamas dans la guerre contre Israël et à la Russie opposée à l'Ukraine ou "les violations" aux droits humains.

"Nous sommes sous sanctions depuis 45 ans. Pourquoi? Elles frappent durement les gens", se lamente Hamid Habibi, un commerçant du bazar de la capitale, qui aimerait que le prochain président "cherche à retisser les liens avec les Etats-Unis et les pays européens".

Fayyaz Zahed, professeur de relations internationales à l'université de Téhéran, souligne que la question des sanctions a été au coeur des deux premiers débats télévisés de la campagne, qui portaient sur l'économie. "Presque tous les candidats ont expliqué qu'elles avaient des effets dévastateurs" et qu'il était donc "crucial de résoudre ce problème pour soulager les souffrances du peuple".

L'ancien président modéré Hassan Rohani a récemment estimé que les sanctions coûtaient au pays quelque "100 milliards de dollars par an, directement ou indirectement".

"Si nous pouvions lever les sanctions, les Iraniens pourraient vivre confortablement", a résumé Massoud Pezeshkian, le seul des six candidats représentant le camp réformiste.

Les 85 millions d'Iraniens sont confrontés à une très forte inflation, de l'ordre de 40%, à un chômage élevé et à la dépréciation record du rial, la monnaie nationale, par rapport au dollar.

La question nucléaire 

Les experts font remarquer que, quel qu'il soit, le prochain président aura une marge de manœuvre limitée car la stratégie nationale est fixée par le Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, âgé de 85 ans dont 35 à la tête de la République islamique.

Néanmoins, s'il "gagne la confiance" du Guide et des institutions les plus influentes, comme les Gardiens de la révolution, "le président peut peser sur la politique étrangère" du pays, souligne Fayyaz Zahed.

Partisan de la fermeté face à l'Occident, l'ayatollah Khamenei a appelé samedi les six candidats à éviter toute déclaration qui serait susceptible de "plaire à l'ennemi".

L'un des trois favoris, Saïd Jalili, ancien négociateur ultraconservateur du dossier nucléaire, a plaidé pour la poursuite de cette politique anti-occidentale en déclarant que "la communauté internationale ne se composait pas de deux ou trois pays" occidentaux.

Pour lui, l'Iran doit au contraire renforcer ses liens avec la Chine sur le plan économique, avec la Russie dans le domaine de la défense, mais aussi avec les pays arabes, le rival saoudien en tête.

Saïd Jalili s'est positionné comme "le candidat le plus inflexible sur le plan diplomatique", souligne l'expert Fayyaz Zahed.

Plus pragmatique, le candidat conservateur Mohamad Bagher Ghalibaf estime que l'Iran ne doit négocier avec les pays occidentaux que s'il a "un avantage économique" à en retirer, en particulier par une levée des sanctions.

L'actuel président du Parlement appelle par ailleurs à continuer à accroître les capacités nucléaires du pays, une stratégie qui porte ses fruits en "forçant l'Occident à négocier avec l'Iran".

En revanche, le réformateur Massoud Pezeshkian promeut l'établissement de "relations constructives" avec Washington et les capitales européennes afin de "sortir l'Iran de son isolement".

Ces derniers jours, il a mené campagne avec Javad Zarif, qui avait cherché à rapprocher l'Iran des Occidentaux durant ses huit années à la tête de la diplomatie iranienne (2013-21).

Ce dernier a insisté sur l'impact positif sur l'économie qu'avait eu en 2015 l'accord international historique sur le nucléaire, censé garantir que l'Iran ne se dote pas de l'arme nucléaire.

Les espoirs soulevés en Iran avaient cependant été douchés trois ans plus tard lorsque Donald Trump ordonnait le retrait des Etats-Unis de cet accord.

Depuis, les négociations sont au point mort et le président Joe Biden a maintenu les sanctions imposées par son prédécesseur.

Le prochain président iranien pourrait être appelé à prendre des décisions cruciales sur ce dossier alors que certains responsables évoquent une possible évolution de la doctrine nucléaire du pays vers une vocation militaire assumée.


Mer de Chine méridionale: Manille dénonce l'«usage illégal de la force» par Pékin

Le président philippin Ferdinand Marcos Jr. a fait ces commentaires dans un discours prononcé devant les troupes de l'unité du Commandement occidental chargée de superviser la mer de Chine méridionale (Photo, Reuters).
Le président philippin Ferdinand Marcos Jr. a fait ces commentaires dans un discours prononcé devant les troupes de l'unité du Commandement occidental chargée de superviser la mer de Chine méridionale (Photo, Reuters).
Short Url
  • Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale
  • Une vidéo diffusée par l'armée philippine a montré des marins chinois crier et brandir des couteaux ainsi qu'une hache, depuis de petites embarcations

MANILLE: Les Philippines ont dénoncé lundi "l'usage agressif et illégal de la force" par la Chine lors d'un affrontement en mer de Chine méridionale la semaine dernière entre la marine philippine et les garde-côtes chinois.

Des marins chinois armés de couteaux, de bâtons et d'une hache ont bloqué une mission de réapprovisionnement destinée aux soldats philippins stationnés sur un navire échoué sur un récif dans une zone revendiquée par les deux pays.

"Nous ne minimisons pas l'incident. Il s'agit d'un usage agressif et illégal de la force", a déclaré le ministre de la Défense philippin, Gilberto Teodoro, lors d'une conférence de presse.

"Nous ne céderons pas un pouce, pas même un millimètre de notre territoire à une quelconque puissance étrangère", a-t-il ajouté, réitérant la politique du président Ferdinand Marcos sur la mer de Chine méridionale.

M. Teodoro a précisé que Manille continuerait à réapprovisionner son navire de guerre échoué sur le récif Second Thomas sans demander l'autorisation ou le consentement d'un autre État.

Route commerciale 

"Nous ne considérons pas le dernier incident survenu à Ayungin (le récif Second Thomas) comme un malentendu ou un accident. Il s'agit d'un acte délibéré de l'administration chinoise visant à nous empêcher de mener à bien notre mission", a déclaré le ministre philippin.

Une garnison de la marine philippine stationne sur ce récif situé à environ 200 kilomètres de l'île de Palawan (Philippines) et plus de 1.000 kilomètres de la grande île chinoise la plus proche, Hainan.

Pékin a insisté de son côté sur le fait que ses garde-côtes s'étaient comportés de manière "professionnelle et avec retenue" rejetant la responsabilité de l'affrontement sur Manille.

Le président philippin Ferdinand Marcos a affirmé dimanche que son pays ne se laisserait pas "intimider" après cet affrontement. Il a toutefois souligné l’importance de régler les différends de manière pacifique.

Les incidents en mer entre la Chine et les Philippines se sont multipliés ces derniers mois, alors que Pékin redouble d'efforts pour faire valoir ses prétentions territoriales dans cette zone maritime contestée.