La Suisse doit renforcer son arsenal pour gérer les crises bancaires

Un employé de la banque d'investissement multinationale UBS passe devant un panneau du géant bancaire suisse UBS au-dessus d'un panneau du Crédit Suisse à Zurich le 31 août 2023 après l'annonce par UBS des premiers résultats depuis le rachat du Crédit Suisse. (AFP)
Un employé de la banque d'investissement multinationale UBS passe devant un panneau du géant bancaire suisse UBS au-dessus d'un panneau du Crédit Suisse à Zurich le 31 août 2023 après l'annonce par UBS des premiers résultats depuis le rachat du Crédit Suisse. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 01 septembre 2023

La Suisse doit renforcer son arsenal pour gérer les crises bancaires

  • La fusion des deux plus grandes banques du pays a permis d'éviter «des bouleversements majeurs» du système financier
  • Fin mars, le Conseil fédéral (gouvernement) avait décidé de procéder à un examen approfondi de l'acquisition de Credit Suisse par UBS et de réexaminer la réglementation applicable aux grandes banques

ZURICH: La Suisse n'aura plus l'option d'organiser un rachat dans l'urgence si UBS devait un jour se trouver dans une situation similaire à Credit Suisse, et doit donc renforcer ses outils de gestion des crises, avertit un rapport d'experts indépendants.

"La reprise de Credit Suisse par UBS en mars 2023, soutenue par la Confédération, a permis de stabiliser rapidement une situation dangereuse", considèrent ces experts, mandatés par le ministère suisse des finances.

La fusion des deux plus grandes banques du pays a permis d'éviter "des bouleversements majeurs" du système financier. Mais le pays alpin, qui s'appuie sur une importante place bancaire, doit maintenant examiner le régime applicable aux établissements considérés comme trop gros pour faire faillite et combler ses lacunes, alerte ce rapport, qui propose des pistes pour gérer une crise bancaire à l'avenir.

"Le renforcement de la gestion de crise est d'autant plus important qu'une acquisition par une entreprise suisse ne serait plus envisageable en cas de crise d'UBS", préviennent les auteurs de ce rapport.

"La question du bon fonctionnement des instruments de liquidation et de la volonté des autorités de les utiliser revêt donc une urgence accrue", soulignent-ils.

Il recommande entre autres que la Finma, l'autorité de surveillance des marchés financiers en Suisse, ainsi que la banque centrale et le ministère des Finances examinent et évaluent régulièrement la faisabilité́d'une procédure d'assainissement pour les banques d’importance systémique.

Mené par un ancien président du Conseil de la banque centrale suisse avec l'aide notamment d'universitaires, ce rapport sur la stabilité des banques émet des recommandations autour de quatre axes concernant entre autres le renforcement des exigences en matière de fonds propres et de liquidités.

Taille «disproportionnée»

Selon ce rapport, la Suisse a "tout intérêt" à maintenir une place financière forte, ne serait-ce que pour accompagner les entreprises suisses dans leur expansion à l'étranger grâce à de solides services financiers, ce qui nécessite une réglementation crédible, d'autant que la décision de vendre Credit Suisse à UBS n'a pas été toujours été bien comprise.

Les autorités suisses disposaient d'autres options, dont celui d'un assainissement ou une liquididation ordonnée, comme prévu depuis les réformes bancaires imposées après la crise financière de 2008, ou encore d'une nationalisation. Compte tenu de l'urgence de la situation, elles ont toutefois opté pour une vente à UBS, estimant que cette solution présentait moins de risques de mise en oeuvre.

Avec ce rachat, "UBS est désormais la seule grande banque active au niveau international ayant encore son siège principal en Suisse" et la banque "a gagné en complexité et en poids politique, ce qui rend sa surveillance et sa réglementation plus exigeantes", affirment les auteurs du rapport.

La Suisse doit donc "prendre en compte" cette situation "spécifique" dans sa réglementation, la taille de cette banque étant "disproportionnée", par rapport à celle de l'économie helvétique.

Dans un communiqué, le ministère des Finances a indiqué que les résultats de ce rapport "seront intégrés dans les travaux" qu'il mène actuellement à l'intention du gouvernement.

Fin mars, le Conseil fédéral (gouvernement) avait décidé de procéder à un examen approfondi de l'acquisition de Credit Suisse par UBS et de réexaminer la réglementation applicable aux grandes banques.

En mai, la ministre des Finances, Karin Keller-Sutter, avait confié à ce groupe d'experts indépendants la mission de rédiger un rapport pour disposer de réflexions sur les banques et le cadre étatique nécessaire pour maintenir la stabilité de la place financière suisse.


Les pays riches doivent 500 milliards de dollars par an de dette morale aux pays pauvres, affirme Esther Duflo

L'économiste franco-américaine et co-lauréate du prix Nobel 2019 de sciences économiques, Esther Duflo, pose lors d'une séance photo à Paris le 20 juin 2023. (Photo, AFP)
L'économiste franco-américaine et co-lauréate du prix Nobel 2019 de sciences économiques, Esther Duflo, pose lors d'une séance photo à Paris le 20 juin 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les pays du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni), soit 10% de la population de la planète, émettent environ 25% du CO2 lié au système énergétique mondial
  • Esther Duflo se base sur les travaux de l'économiste américain Michael Greenstone qui, en partant d'une valeur monétaire donnée pour une année de vie et de l'effet du réchauffement climatique sur l'augmentation de la mortalité, évalue à 37 dollars le coût

PARIS: Les pays riches doivent 500 milliards de dollars par an de "dette morale" aux pays pauvres, évalue la prix Nobel d'économie Esther Duflo, qui propose de faire assumer aux pays développés la responsabilité du réchauffement climatique à travers deux taxes.

"C'est ce que j'appelle une dette morale. Ce n'est pas ce que cela coûterait de s'adapter; ce n'est pas ce que cela coûterait d'atténuer. C'est ce que nous devons", a détaillé l'économiste dans un entretien au Financial Times lundi, se basant surtout sur l'effet du réchauffement climatique sur la mortalité dans les pays pauvres.

"Il y aura des dégâts énormes", poursuit Mme Duflo qui se base une étude menée par le Global Impact Lab en 2020 ayant montré que le nombre de décès liés à la chaleur risquait de bondir dans les pays pauvres d'ici à la fin du siècle.

"Ces dégâts seront concentrés dans les pays pauvres en dehors de l'OCDE", ajoute-t-elle, pointant la responsabilité des pays riches sur le changement climatique.

Les pays du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni), soit 10% de la population de la planète, émettent environ 25% du CO2 lié au système énergétique mondial, selon l'AIE.

Esther Duflo se base sur les travaux de l'économiste américain Michael Greenstone qui, en partant d'une valeur monétaire donnée pour une année de vie et de l'effet du réchauffement climatique sur l'augmentation de la mortalité, évalue à 37 dollars le coût d'une tonne de carbone. Multiplié par la quantité d'émissions annuelles attribuables à l'Europe et aux Etats-Unis, 14 milliards de tonnes de CO2 équivalent, le prix de la "dette morale" monte alors à 518 milliards, soutient Mme Duflo.

Pour la financer, elle propose d'augmenter le taux minimal d'imposition des multinationales et de taxer les grandes fortunes, deux mécanismes qui permettraient selon elle de couvrir l'enveloppe annuelle.

L'aide financière climatique due par les pays riches aux pays en développement est fixée actuellement à 100 milliards de dollars par an. La COP29, en novembre à Bakou, doit établir le nouveau montant au-delà de 2025.

Le futur objectif, crucial pour renouer la confiance entre le Nord et le Sud, restera quoi qu'il arrive très en-deçà des besoins: les pays en développement (hors Chine) ont besoin de 2.400 milliards de dollars par an d'ici 2030 pour financer leur transition et s'adapter au changement climatique, selon un calcul d'experts de l'ONU.

En parallèle, de multiples pistes sont au coeur des négociations internationales pour trouver comment combler l'écart, parmi lesquelles l'allègement de la dette des pays pauvres ou des innovations financières via de nouvelles taxes internationales.

 

 


L'Asie paye le prix fort aux aléas climatiques

Des habitants traversent les eaux de crue après avoir été évacués d’une zone inondée suite à de fortes pluies dans la ville de Qingyuan, dans la province méridionale du Guangdong en Chine. (AFP)
Des habitants traversent les eaux de crue après avoir été évacués d’une zone inondée suite à de fortes pluies dans la ville de Qingyuan, dans la province méridionale du Guangdong en Chine. (AFP)
Short Url
  • L'année 2023 a été la plus chaude jamais enregistrée dans le monde. Et en Asie l'impact des vagues de chaleur devient de plus en plus sévère
  • L'Asie se réchauffe plus rapidement que la moyenne mondiale, avec des températures l'année dernière de près de deux degrés Celsius supérieures à la moyenne de 1961 à 1990

GENEVE: L'Asie a été "la région du monde la plus touchée par les catastrophes" liées à la météo en 2023, inondations et tempêtes ayant fait le plus de victimes et de pertes économiques, indique l'ONU mardi.

"Le changement climatique a exacerbé la fréquence et la gravité de tels événements, impactant profondément les sociétés, les économies et, plus important encore, les vies humaines et l'environnement dans lequel nous vivons", a déclaré Celeste Saulo, directrice de l'Organisation mondiale de la météorologie (OMM) dans un communiqué.

L'année 2023 a été la plus chaude jamais enregistrée dans le monde. Et en Asie l'impact des vagues de chaleur devient de plus en plus sévère, souligne l'OMM, ajoutant que la fonte des glaciers -notamment dans la chaîne de l'Himalaya- menace la sécurité hydrique de la région.

En outre, l'Asie se réchauffe plus rapidement que la moyenne mondiale, avec des températures l'année dernière de près de deux degrés Celsius supérieures à la moyenne de 1961 à 1990.

"Les conclusions du rapport donnent à réfléchir", a déclaré la cheffe de l'OMM.

"De nombreux pays de la région ont connu en 2023 leur année la plus chaude jamais enregistrée, accompagnée d'une série de conditions extrêmes, allant des sécheresses et des vagues de chaleur aux inondations et aux tempêtes", souligne le rapport.

Le rapport sur l'état du climat en Asie 2023 souligne l'accélération du rythme des principaux indicateurs du changement climatique tels que la température de surface, le retrait des glaciers et l'élévation du niveau de la mer, affirmant qu'ils auraient de graves répercussions sur les sociétés, les économies et les écosystèmes de la région.


Alistithmar Capital et Ezdihar Real Estate s'associent pour lancer un fonds de développement immobilier de 293 millions de dollars

Khalid bin Abdulaziz Al-Rayes , PDG d'Investment Capital, et Abdul Mohsen bin Fawaz Al Hokair, PDG d'Izdihar Real Estate Development Co. (Fournie)
Khalid bin Abdulaziz Al-Rayes , PDG d'Investment Capital, et Abdul Mohsen bin Fawaz Al Hokair, PDG d'Izdihar Real Estate Development Co. (Fournie)
Short Url
  • 'objectif est de stimuler la croissance du capital des investisseurs immobiliers
  • e partenariat avec Ezdihar vise à poursuivre des objectifs communs dans le domaine de l'immobilier et à offrir aux investisseurs des opportunités adaptées à leurs objectifs

RIYADH : La société saoudienne Alistithmar Capital s'associe à Ezdihar Real Estate Development Co pour créer un fonds immobilier de 1,1 milliard de SR (293 millions de dollars), ce qui profitera au paysage commercial et de bureaux de Riyad.

Dans un communiqué, Alistithmar Capital, la filiale d'investissement de la Saudi Investment Bank, a annoncé que l'objectif est de stimuler la croissance du capital des investisseurs en obtenant des droits d'usufruit sur une parcelle de 103 000 m² dans les locaux de l'Université du Roi Saoud sur la route Prince Turki Al-Awwal à Riyad, afin de développer le terrain en un complexe de bureaux commerciaux générant des revenus.

Le PDG de la société, Khalid Al-Rayes, a déclaré que le partenariat avec Ezdihar vise à poursuivre des objectifs communs dans le domaine de l'immobilier et à offrir aux investisseurs des opportunités adaptées à leurs objectifs et à l'évolution du paysage immobilier.

Il a ajouté que son organisation se consacre à offrir des perspectives d'investissement de haute qualité aux investisseurs immobiliers grâce à des fonds méticuleusement structurés et adaptés aux exigences de chaque projet. Cette approche garantit des avantages maximaux et des retours sur investissement optimaux.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com