Séisme au Maroc: Course contre la montre pour retrouver des survivants

A Tikht, un petit village près d'Adassil, un minaret et une poignée de maisons en argile non peintes tiennent debout au milieu d'un paysage apocalyptique (Photo d'illustration, AFP).
A Tikht, un petit village près d'Adassil, un minaret et une poignée de maisons en argile non peintes tiennent debout au milieu d'un paysage apocalyptique (Photo d'illustration, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 13 septembre 2023

Séisme au Maroc: Course contre la montre pour retrouver des survivants

  • Les secours poursuivent lundi une course contre la montre pour retrouver des survivants et fournir l'assistance à des centaines de sans-abris
  • De nombreux pays, de la France aux Etats-Unis, en passant par Israël, avaient proposé leur aide au Maroc après le séisme dévastateur

TIKHT: Les secouristes marocains, appuyés par des équipes étrangères, ont redoublé d'efforts lundi pour retrouver d'éventuels survivants et fournir l'assistance à des centaines de sans-abris, près de 72 heures après le séisme qui a fait près de 2.900 morts selon un nouveau bilan.

Le séisme, le plus meurtrier dans le royaume depuis plus de soixante ans, a dévasté vendredi soir des villages entiers dans une région située au sud-ouest de la cité touristique de Marrakech (centre), faisant 2.681 morts et 2.501 blessés, selon un dernier bilan officiel publié lundi.

L'épicentre de la secousse est situé dans une zone montagneuse du haut-Atlas, où les éboulements ont encore rendu difficile l'accès aux villages sinistrés, comme dans ceux de la commune d'Ighil.

Pour acheminer des vivres aux survivants du séisme dans les petites bourgades enclavées de cette commune, les hélicoptères font des aller-retours, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Une étroite route montagneuse dans cette commune était engorgée lundi par les voitures acheminant les aides et plusieurs ambulances mais les villages les plus proches de l'épicentre du tremblement de terre restent toujours inaccessibles en raison d’éboulements.

"J'ai parcouru 15 kilomètres à pieds depuis mon village où on a beaucoup de dégâts pour chercher des vivres. Nos enfants n’ont plus rien à manger", confie à l’AFP Lahcen Aït Malik.

Dimanche soir, le Maroc a annoncé avoir accepté les offres de quatre pays d'envoyer des équipes de recherche et sauvetage: l'Espagne, la Grande-Bretagne, le Qatar et les Emirats arabes unis.

«Espoir»

Selon des correspondants de l'AFP, des secouristes espagnols étaient présents dans deux localités frappées par le séisme au sud de Marrakech, Talat Nyaqoub et Amizmiz.

A Talat Nyaqoub, douze ambulances, plusieurs dizaines de 4x4 de l'armée et de la gendarmerie étaient déployés.

Non loin, une équipe de 30 pompiers espagnols, un médecin, une infirmière et deux techniciens se coordonne avec les autorités marocaines pour commencer les fouilles.

"La grande difficulté réside dans les zones éloignées et difficiles d'accès comme ici, mais les blessés sont héliportés", a déclaré à l'AFP la cheffe de l'équipe espagnole, Annika Coll.

"C'est difficile à dire si les chances de trouver des survivants s'amoindrissent car par exemple en Turquie (frappée d'un très violent séisme en février), nous avons réussi à trouver une femme vivante après six jours et demi. Il y a toujours de l'espoir", a-t-elle ajouté. "Il est aussi important de retrouver les corps sans vie car les familles doivent savoir et faire le deuil".

A 70 km plus au nord, une autre équipe de 48 hommes de l'Unité militaire d'urgence espagnole (UME) a établi un camp à l'entrée de petite ville d'Amizmiz depuis dimanche soir.

Dans le village, deux gros camions de l'armée marocaine distribuaient des centaines de couvertures à des habitants qui ont perdu leurs logements, a constaté une journaliste de l'AFP.

"Ma mère est morte, sa maison détruite. Mon logement à Amizmiz n'est plus sûr donc on dort dehors sous des tentes avec mes deux enfants de 4 mois et 6 ans", se désole Hafid Ait Lahcen, 32 ans.

"Personne des autorités ne nous a proposé de relogement. On est complètement perdu", déplore ce travailleur du bâtiment.

«Indemnités»

Dans plusieurs localités, des membres des forces de sécurité continuent d'aider à creuser des tombes pour les victimes, alors que d'autres installent des tentes jaunes pour les sinistrés.

Dans le village isolé de Imi n'Talat, au sud-ouest de Marrakech,  des bénévoles ont travaillé d'arrache-pied dimanche soir pour extraire des corps ensevelis sous les décombres, selon une correspondante de l'AFP.

"Je suis venu pour prêter main forte car personne n’est là pour eux. On a sorti déjà six corps", explique à l'AFP Yassine Ait Addi, venu d'un village voisin.

Le séisme a atteint une magnitude 7 selon le Centre marocain pour la recherche scientifique et technique (6,8 selon le service sismologique américain), est le plus puissant à avoir jamais été mesuré au Maroc.

Il est le plus meurtrier au Maroc depuis celui qui avait détruit Agadir, sur la côte ouest du pays, le 29 février 1960: entre 12.000 et 15.000 personnes, soit un tiers de la population de la ville, y avaient péri.

Le chef  du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, a présidé lundi une réunion consacrée notamment à la reconstruction des logements détruits dans les zones sinistrées.

"Les citoyens qui ont perdu leur logement recevront des indemnités (…) une offre claire sera annoncée prochainement", a-t-il déclaré.

Selon lui, des solutions sont actuellement à l'étude pour les personnes sans abri.


La Turquie, l’OCI et la Ligue arabe présentent leurs arguments contre l’occupation israélienne devant la CIJ

La Cour internationale de justice a tenu toute la semaine des audiences sur les implications juridiques de l’occupation israélienne depuis 1967, avec un nombre sans précédent de cinquante-deux pays – dont les États-Unis et la Russie – venus témoigner. (AFP)
La Cour internationale de justice a tenu toute la semaine des audiences sur les implications juridiques de l’occupation israélienne depuis 1967, avec un nombre sans précédent de cinquante-deux pays – dont les États-Unis et la Russie – venus témoigner. (AFP)
Short Url
  • Les représentants palestiniens ont demandé aux juges de déclarer illégale l’occupation de leur territoire par Israël
  • Ils soutiennent que sa décision pourrait contribuer à créer les conditions d’un accord en faveur d’une solution à deux États

LA HAYE: Des représentants de la Turquie, de la Ligue arabe, de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) et de l’Union africaine présentent aujourd’hui, lors du dernier jour de procédure devant la plus haute cour de l’ONU, leurs arguments sur la légalité de l’occupation des territoires palestiniens par Israël.

Les juges de la Cour internationale de justice (CIJ) ont entendu les arguments de plus de cinquante États, après une requête de l’Assemblée générale des nations unies, qui a demandé, en 2022, à la cour d’émettre un avis non contraignant sur les conséquences juridiques de l’occupation israélienne.

Lors de la première journée d’audience, le lundi 19 février, les représentants palestiniens ont demandé aux juges de déclarer illégale l’occupation de leur territoire par Israël, soutenant que sa décision pourrait contribuer à créer les conditions d’un accord en faveur d’une solution à deux États.

La plupart des pays ont critiqué la conduite d’Israël dans les territoires occupés. Nombre d’entre eux ont exhorté le tribunal à déclarer l’occupation illégale.

Cependant, les États-Unis se sont tenus aux côtés de leur allié, s’opposant à un retrait immédiat et inconditionnel du territoire occupé.

Israël, qui ne participe pas aux audiences, a indiqué, dans des commentaires écrits, que l’implication de la cour pourrait nuire à la mise en place d’un règlement négocié.

Ces audiences font partie d’une campagne palestinienne visant à inciter les institutions juridiques internationales à examiner la conduite d’Israël. Cette initiative a pris un caractère urgent depuis que les attaques du Hamas en Israël le 7 octobre ont déclenché une réponse militaire qui a provoqué la mort de quelque vingt-neuf mille six cents Palestiniens.

Les quinze juges de la CIJ ont été chargés d’étudier «l’occupation, la colonisation et l’annexion par Israël… notamment les mesures visant à modifier la composition démographique, le caractère et le statut de la Ville sainte de Jérusalem, en plus de l’adoption de lois et mesures discriminatoires connexes».

Le verdict des juges devrait être rendu dans six mois.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Franck Riester à Abu Dhabi pour la conférence ministérielle de l'OMC

Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU (Photo, AFP).
Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU (Photo, AFP).
Short Url
  • L'événement réunit des représentants de nombreux pays pour évoquer les défis et les opportunités du commerce mondial
  • Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU

RABAT: Dans le cadre de la 13ᵉ conférence ministérielle (CM13) de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), le ministre délégué Franck Riester, en charge du commerce extérieur et de l'attractivité, de la francophonie et des Français de l’étranger, s’est rendu à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis (EAU). 

L'événement, qui se déroule du dimanche 25 au mardi 27 février 2024, réunit des représentants de nombreux pays pour évoquer les défis et les opportunités du commerce mondial.

Ce déplacement revêt une importance significative dans le contexte où la France et l’Union européenne œuvrent pour que «l’OMC retrouve toute sa place au centre du système commercial multilatéral et soit en mesure de répondre aux enjeux actuels du commerce mondial», a annoncé le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Parmi les priorités figure le «rétablissement du mécanisme de règlement des différends de l’organisation», précise le communiqué.

Au cours de cette conférence, l’homme politique mettra en avant «l’importance de la montée en puissance des enjeux de politique industrielle et de concurrence équitable». Il défendra également la conclusion d'accords prioritaires pour la France, notamment celui qui porte sur les subventions contribuant à la surpêche et aux surcapacités, ajoute le communiqué.

Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU. Des échanges sont également prévus avec des membres de la communauté française établie dans le pays hôte.

La journée du lundi 26 février sera marquée par la cérémonie d’ouverture de la CM13, suivie de sessions dédiées à des sujets cruciaux tels que l’accession des Comores et du Timor oriental à l'OMC ainsi que la ratification de l’accord sur les subventions à la pêche.

Par ailleurs, Franck Riester profitera de son séjour pour visiter la Sorbonne Abu Dhabi ; il y discutera avec des professeurs de français et des étudiants.

 


L'occupation israélienne est un «affront à la justice», estime la Ligue arabe

Le représentant de la Ligue arabe Abdel Hakim El-Rifai (Capture d'écran, ONU).
Le représentant de la Ligue arabe Abdel Hakim El-Rifai (Capture d'écran, ONU).
Short Url
  • «Cette occupation prolongée est un affront à la justice internationale», a déclaré devant les magistrats le représentant de la Ligue arabe
  • «L'incapacité à y mettre fin a conduit aux horreurs actuelles perpétrées contre le peuple palestinien, équivalant à un génocide», a affirmé Abdel Hakim El-Rifai

LA HAYE: La Ligue des Etats arabes a qualifié lundi devant la plus haute juridiction de l'ONU l'occupation des territoires palestiniens par Israël d'"affront à la justice internationale", affirmant que ne pas y mettre fin équivalait à un "génocide".

La Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye, clôt lundi une semaine d'audiences sur les conséquences juridiques de l'occupation par Israël de territoires palestiniens depuis 1967, avec un nombre inédit de 52 pays appelés à témoigner.

"Cette occupation prolongée est un affront à la justice internationale", a déclaré devant les magistrats le représentant de la Ligue arabe.

"L'incapacité à y mettre fin a conduit aux horreurs actuelles perpétrées contre le peuple palestinien, équivalant à un génocide", a affirmé Abdel Hakim El-Rifai.

La plupart des intervenants ont appelé à ce qu'Israël mette fin à son occupation ayant suivi la guerre des Six Jours, mais Washington a pris la défense de son allié.

L'ONU a demandé à la CIJ de rendre un "avis consultatif" non contraignant sur les "conséquences juridiques découlant des politiques et pratiques d'Israël dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est".

La cour rendra probablement son avis avant la fin de l'année.

Israël ne participe pas aux audiences mais a soumis une contribution écrite dans laquelle il qualifie les questions posées au tribunal de "préjudiciables" et "tendancieuses".

Les audiences ont débuté lundi dernier avec les témoignages de responsables palestiniens, qui ont accusé les occupants israéliens de diriger un système de "colonialisme et d'apartheid" et exhorté les juges à appeler à la fin de l'occupation "immédiatement, totalement et sans condition".

Ces audiences sont distinctes d'une affaire portée auprès de la CIJ par l'Afrique du Sud, qui accuse Israël de commettre des actes génocidaires à Gaza. En janvier, la cour a appelé Israël à prévenir tout éventuel acte de génocide dans ce petit territoire palestinien, mais n'a pas évoqué de cessez-le-feu.

Le conflit a été déclenché par l'attaque sur le sol israélien du mouvement islamiste palestinien du Hamas du 7 octobre, qui a fait plus de 1.160 morts, civils en majorité, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

En représailles, l'armée israélienne a lancé une offensive qui a fait 29.782 morts à Gaza, en grande majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.