Deux études donnent des pistes sur le Covid long

Les chercheurs ont ensuite mesuré les fonctions cognitives de ces patients, pour constater de moins bonnes performances lorsque cette catégorie de neurones était affectée (Photo, AFP).
Les chercheurs ont ensuite mesuré les fonctions cognitives de ces patients, pour constater de moins bonnes performances lorsque cette catégorie de neurones était affectée (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 24 septembre 2023

Deux études donnent des pistes sur le Covid long

  • Ce travail se base sur des IRM réalisées chez 259 patients ayant été hospitalisés pour Covid en 2020-2021
  • Elles ont été comparées avec des examens effectués chez une cinquantaine de personnes jamais infectées

PARIS: Deux récentes études viennent donner des pistes d'explications sur les causes du Covid long, un syndrome aux mécanismes encore mystérieux, l'une évoquant l'effet conjoint de séquelles dans divers organes, l'autre un mécanisme au niveau des neurones.

Il y a "des preuves concrètes que différents organes subissent des changements" après une hospitalisation liée au Covid, a déclaré, lors d'une conférence de presse, Christopher Brightling, co-auteur d'une étude publiée vendredi dans le Lancet Respiratory Medicine.

Ce travail se base sur des IRM réalisées chez 259 patients ayant été hospitalisés pour Covid en 2020-2021. Elles ont été comparées avec des examens effectués chez une cinquantaine de personnes jamais infectées.

Près d'un tiers des patients Covid présentaient des "anomalies" dans plusieurs organes, plusieurs mois après leur sortie de l'hôpital. Ces organes incluent notamment le cerveau, les poumons ou les reins et, dans une moindre mesure, le cœur et le foie.

Les chercheurs ont, par exemple, recensé des lésions de la substance blanche du cerveau, un phénomène qui peut être associé par la littérature scientifique à un léger déclin cognitif.

Pour les auteurs de l'étude, ainsi que des observateurs indépendants, ces résultats ouvrent une piste d'explication au Covid long, c'est-à-dire la persistance de séquelles durables plusieurs mois après l'infection.

Ce trouble, qui manque toutefois d'une définition consensuelle, est toujours mal compris sur le plan physiologique, plusieurs explications se faisant concurrence sans être d'ailleurs forcément exclusives.

L'étude rendue publique vendredi laisse penser que le Covid long "ne s'explique pas par des insuffisances graves concentrées sur un seul organe" mais plutôt "une interaction entre au moins deux anomalies de (différents) organes", avance le pneumologue Matthew Baldwin, qui n'y a pas participé, dans le même numéro du Lancet Respiratory Medicine.

La piste du cerveau

Une autre étude, publiée une semaine plus tôt dans la revue eBiomedicine, a, elle, plutôt ouvert la piste d'un mécanisme concentré dans le cerveau.

Menée par une équipe de l'Inserm, l'Institut national français de la santé et de la recherche médicale, cette étude s'est penchée sur une cinquantaine de patients dont certains ont subi une baisse de leur taux de testostérone, liée à une altération par le virus de certains neurones régulant les fonctions reproductrices.

Les chercheurs ont ensuite mesuré les fonctions cognitives de ces patients, pour constater de moins bonnes performances quand cette catégorie de neurones était affectée.

Ces résultats, "suggèrent que l'infection peut entraîner la mort de ces neurones et être à l’origine de certains symptômes qui persistent dans le temps", avance l'Inserm dans un communiqué.

Fatigue, toux, essoufflement, fièvre intermittente, perte du goût ou de l'odorat, difficultés de concentration, dépression... le Covid long se manifeste par un ou plusieurs symptômes parmi une longue liste, généralement dans les trois mois après l'infection et persistant au moins deux mois. Des symptômes qui ne peuvent s'expliquer par d'autres diagnostics et ont un impact sur la vie quotidienne.

En France, le "Covid long" a touché 4% des adultes soit 2,06 millions de personnes de plus de 18 ans, une petite proportion (1,2%) déclarant être fortement gênée dans ses activités quotidiennes, selon une étude de Santé publique France réalisée à l'automne dernier et dont les résultats ont été dévoilés en juin.

La grande majorité des patients (90%) souffrant de Covid long voient cependant leurs symptômes lentement s'améliorer au bout de deux ans, les autres connaissant une amélioration rapide ou au contraire une persistance de leurs troubles, précise une étude publiée en mai par le Dr Viet-Thi Tran, épidémiologiste (Université Paris Cité / AP-HP), auprès de 2.197 patients de la cohorte "ComPare" souffrant de Covid long, suivis régulièrement.


L'émissaire américain John Kerry sonne l'alarme sur le financement de la cause climatique

L'émissaire américain pour le climat John Kerry s'exprime lors d'une conférence de presse au sommet des Nations Unies sur le climat à Dubaï le 6 décembre 2023 (Photo, AFP).
L'émissaire américain pour le climat John Kerry s'exprime lors d'une conférence de presse au sommet des Nations Unies sur le climat à Dubaï le 6 décembre 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • John Kerry, qui quitte bientôt son poste d'émissaire, a qualifié d'historique l'accord trouvé en décembre à Dubaï à la COP28
  • Selon le diplomate, les Etats-Unis devraient envisager un système de garanties financières pour les investisseurs, qui couvriraient les risques en cas d'échec de projets environnementaux

WASHINGTON: L'émissaire américain pour le climat John Kerry, sur le départ, a appelé vendredi les Etats-Unis à trouver de nouvelles méthodes importantes de financement de la lutte contre le réchauffement climatique.

L'ancien chef de la diplomatie américaine sous Barack Obama a prévenu qu'"une énorme déception" suivrait si les promesses historiques d'abandon des carburants fossiles n'étaient pas tenues.

John Kerry, qui quitte bientôt son poste d'émissaire, a qualifié d'historique l'accord trouvé en décembre à Dubaï à la COP28, pour son appel à se détourner des carburants fossiles, en grande partie responsables du réchauffement de la planète.

Mais il a également averti que cet accord ne devait pas être "réduit à de simples mots sur un bout de papier".

L'inaction encouragerait "le cynisme et le renoncement" et provoquerait "une énorme déception à travers le monde", a-t-il dit au cercle de réflexion Council on Foreign Relations.

L'ex-sénateur démocrate et candidat à la présidentielle américaine en 2004 a affirmé qu'il allait se concentrer, en dehors des sphères gouvernementales, sur la mobilisation de financements privés, comme complément aux fonds publics pour la lutte contre le réchauffement climatique.

Selon le diplomate, les Etats-Unis devraient envisager un système de garanties financières pour les investisseurs, qui couvriraient les risques en cas d'échec de projets environnementaux.

"Il est l'heure de faire place à la créativité. Nous avons inventé par le passé de nouveaux instruments financiers lorsque nous en avions eu besoin, et j'estime que nous en avons besoin aujourd'hui", a-t-il déclaré.

L'ex-secrétaire d'Etat a évoqué son travail en tant qu'émissaire avec l'Indonésie et le Vietnam sur des partenariats nommés JETP, qui servent d'intermédiaires de financement entre un petit groupe de pays riches et une économie émergente, et visant à réduire la dépendance aux hydrocarbures ou à prendre d'autres mesures de lutte contre le réchauffement.

Mais le monde "n'a pas le temps" pour de tels accords "très personnalisés", a lancé John Kerry.

"Nous avons besoin d'aide pour déployer de plus grandes sommes avec davantage de confiance dans le fait que l'accord est rentable et que nous lui avons suffisamment retiré ses risques", a-t-il ajouté.

Une étude récente de l'ONG Climate Policy Initiative a souligné que selon certaines évaluations, des garanties de crédit pourraient mobiliser 6 à 25 fois davantage de financement que des prêts traditionnels -- les pays émergents en particulier cherchant à réduire les incertitudes.


Lavrov en Turquie, désireuse de réunir à nouveau Moscou et Kiev

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov (Photo, AFP).
Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov (Photo, AFP).
Short Url
  • Le président Erdogan a dit cette semaine vouloir «rétablir la table de négociation» entre Moscou et Kiev
  • La Turquie, qui reste très dépendante de la Russie pour ses approvisionnements énergétiques, ne s'est pas associée aux sanctions occidentales à son encontre

ANTALYA: Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a entamé vendredi une visite de deux jours en Turquie, dont les dirigeants tentent de réunir à nouveau responsables russes et ukrainiens autour d'une table.

Le ministre russe des Affaires étrangères a participé au Forum diplomatique d'Antalya (sud), un rendez-vous annuel auquel sont conviés les pays amis d'Ankara, où il s'est entretenu avec son homologue turc Hakan Fidan.

Depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine en février 2022, la Turquie a conservé des liens étroits avec les deux belligérants, et a accueilli par deux fois des négociations directes entre Moscou et Kiev en mars 2022.

"Nous devons chercher sérieusement des moyens de rapprocher les parties", a déclaré M. Fidan dans son discours d'ouverture du Forum d'Antalya.

"Nous sommes prêts, comme hier, à tout mettre en œuvre pour faciliter les négociations de paix", a-t-il ajouté.

Le président Erdogan a aussi dit cette semaine vouloir "rétablir la table de négociation" entre Moscou et Kiev, affirmant par ailleurs oeuvrer à la création d'un nouveau mécanisme à même de garantir une "navigation sécurisée" en mer Noire, dont la Turquie longe la partie méridionale.

La création d'un tel mécanisme n'a toutefois pas été abordée lors de la rencontre entre MM. Fidan et Lavrov, a indiqué une source diplomatique turque sous couvert d'anonymat.

Le chef de la diplomatie russe a également souligné que les raisons ayant poussé la Russie à envahir son voisin "demeurent inchangées", a ajouté cette même source.

Céréales en mer Noire

Lors des premières semaines de l'invasion de l'Ukraine, la Turquie s'était impliquée très activement dans la création d'un corridor sécurisé en mer Noire associant l'Ukraine et la Russie sous l'égide de l'ONU.

Un accord avait ainsi été signé en juillet 2022 à Istanbul, avant d'être dénoncé un an plus tard par Moscou après avoir permis à l'Ukraine d'exporter près de 33 millions de tonnes de céréales, selon les Nations unies.

Depuis, Kiev utilise avec succès une voie alternative longeant les côtes de la Bulgarie et de la Roumanie, membres de l'Alliance atlantique, avec lesquelles Ankara a signé en janvier un accord de lutte contre les mines.

La Turquie, qui reste très dépendante de la Russie pour ses approvisionnements énergétiques, ne s'est pas associée aux sanctions occidentales à son encontre et se voit régulièrement accusée d'aider à leur contournement.

Seize entités turques sont ainsi désignées dans le dernier train de sanctions annoncé la semaine dernière par la Maison Blanche.

Il s'agit en particulier d'entreprises important pour les réexporter, du matériel contenant des pièces nécessaires à l'industrie militaire russe.

"Vu l'accroissement important du commerce entre la Turquie et la Russie (...), il y a en effet des investigations" sur un contournement des sanctions occidentales par la Russie, confirme Marc Pierini, chercheur associé à l'Institut Carnegie Europe.

Ce dernier souligne aussi "l'intérêt très prononcé de la Russie" pour le secteur énergétique turc avec "la centrale nucléaire d'Akkuyu (sud), les rabais sur le prix du gaz russe et des paiements en roubles, la promotion d'un hub gazier" et l'annonce par Rosatom, le géant russe du nucléaire, de la construction d'une deuxième centrale en Turquie et son intérêt pour une troisième.

"La Turquie essaie de mener une politique prudente, poursuivant ses relations commerciales avec la Russie tout en veillant à ne pas franchir une ligne rouge qui l'exposerait à des mesures de rétorsion de la part des Occidentaux", résume Sinan Ülgen, directeur du groupe de réflexion Edam à Istanbul.

Le Forum d'Antalya, une grande station balnéaire de la côte sud de la Turquie, réunit chaque année des chefs d'Etat et de gouvernement, des ministres, des diplomates, des hommes d'affaires et des chercheurs.


Le Texas redoute une aggravation du plus grand incendie de son histoire

L'incendie de Windy Deuce dans le comté de Moore, au Texas (Photo, AFP).
L'incendie de Windy Deuce dans le comté de Moore, au Texas (Photo, AFP).
Short Url
  • Quelque 500 maisons et constructions diverses ont disparu dans les flammes, a déclaré vendredi le gouverneur Greg Abbott, en prévenant que ce bilan allait probablement s'alourdir
  • Au Texas, l'incendie géant baptisé «Smokehouse Creek Fire» n'est désormais contenu qu'à 15%

HOUSTON: Les autorités du Texas redoutent une progression inquiétante durant le week-end du plus grand incendie de l'histoire de l'Etat, qui a déjà fait deux morts et ravagé des centaines de milliers d'hectares.

Quelque 500 maisons et constructions diverses ont disparu dans les flammes, a déclaré vendredi le gouverneur Greg Abbott, en prévenant que ce bilan allait probablement s'alourdir.

Dans un pays familier des contrastes aggravés par les dérèglements climatiques, la Californie était elle frappée ce même jour par une rude tempête de neige accompagnée de violentes bourrasques dépassant les 160 km/h sur les sommets de la Sierra Nevada.

Les précipitations de neige pourraient atteindre de 2 à 3,5 mètres de hauteur ces prochains jours en altitude, selon les services météo de cet Etat, le plus peuplé du pays.

Au Texas, l'incendie géant baptisé "Smokehouse Creek Fire" n'est désormais contenu qu'à 15%, même s'il a cessé provisoirement vendredi de s'étendre grâce à des précipitations la veille, selon les autorités locales.

Vents attendus

L'incendie s'étend toujours sur plus de 430 000 hectares, mais il a en grande partie "reçu des précipitations hier et il n'y a pas eu de progression du feu", a écrit l'Office des forêts du Texas vendredi sur X.

"Les équipes vont se concentrer sur la limite nord du feu et les secteurs autour des zones construites", a-t-il ajouté.

Le répit pourrait toutefois n'être que de courte durée.

"Des conditions favorisant une situation critique des feux devraient faire leur retour" en milieu de journée samedi et dimanche, ont déclaré les services météo locaux de la ville d'Amarillo, notamment en raison d'une végétation très sèche et des vents.

Trois autres incendies, plus petits, sont également actifs dans cette région du nord du Texas, située près de la ville d'Amarillo. Le plus grand de ces trois autres feux, le "Windy Deuce Fire", fait environ 57 000 hectares et est contenu à 55%.

Les médias locaux ont rapporté deux morts: une grand-mère de 83 ayant péri dans l'incendie de sa maison dans la petite ville de Stinnett, et une femme de 44 ans décédée après avoir été grièvement blessée quand le camion qu'elle conduisait s'est retrouvé cerné par les flammes.

Aucune évacuation n'était en cours jeudi dans le comté d'Hutchinson, où se trouve la ville de Stinnett, selon les autorités locales.

"Le Texas continue de renforcer ses moyens en hommes et en matériel pour combattre cet incendie très dangereux", a déclaré jeudi Greg Abbott, en remerciant les pompiers qui travaillent "24 heures sur 24 pour protéger les Texans".

Le "Smokehouse Creek Fire" s'étend par ailleurs désormais également dans l'Etat voisin de l'Oklahoma.

Le président Joe Biden, en visite électorale au Texas jeudi, a affirmé à la presse qu'environ 500 fonctionnaires fédéraux s'activaient pour lutter contre les incendies, en plus des pompiers locaux.

Vu la sécheresse, le chef de la division forestière de l'université Texas A&M, Wes Moorehead, a exhorté les habitants à redoubler d'attention samedi 2 mars, jour où les Texans célèbrent l'anniversaire de la proclamation de leur indépendance du Mexique en 1836. Cette indépendance a duré jusqu'à l'annexion du territoire par les Etats-Unis, en 1845.

La tradition veut qu'on marque cette fête avec des feux de joie et des barbecues. Soyez "prudents avec toute activité qui pourrait causer une étincelle", a-t-il insisté.