Israël exige l'évacuation de plus d'un million d'habitants de Gaza sous 24 heures

De la fumée s'élève lors des frappes aériennes israéliennes dans la ville de Gaza le 12 octobre 2023 alors que les combats entre Israël et le mouvement Hamas se poursuivent pour la sixième journée consécutive (Photo, AFP).
De la fumée s'élève lors des frappes aériennes israéliennes dans la ville de Gaza le 12 octobre 2023 alors que les combats entre Israël et le mouvement Hamas se poursuivent pour la sixième journée consécutive (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 13 octobre 2023

Israël exige l'évacuation de plus d'un million d'habitants de Gaza sous 24 heures

  • L'ONU a été informée par l'armée israélienne d'un ordre de «relocalisation» de quelque 1,1 million d'habitants du nord de la bande de Gaza vers le sud dans les 24 heures
  • Plus de 423000 Palestiniens ont été déplacés ces derniers jours dans la bande de Gaza pour fuir les bombardements, selon l'ONU

GAZA: L'armée israélienne a ordonné l'évacuation sous 24 heures vers le sud de plus d'un million d'habitants du nord de la bande de Gaza, a rapporté l'ONU au septième jour de la guerre entre Israël et le Hamas, que le Premier ministre israélien a promis d'"écraser".

Depuis le début des hostilités, déclenchées le 7 octobre par une attaque sanglante du mouvement islamiste palestinien, environ 1.200 personnes, en majorité des civils, ont été tuées en Israël. Dans la bande de Gaza, les frappes israéliennes massives lancées en riposte ont fait 1.417 morts, dont de nombreux civils, selon les autorités locales.

L'ONU a été informée par l'armée israélienne d'un ordre de "relocalisation" de quelque 1,1 million d'habitants du nord de la bande de Gaza vers le sud dans les 24 heures, a indiqué jeudi soir à l'AFP le porte-parole du secrétaire général de l'organisation, qui a réclamé que cet ordre soit immédiatement annulé.

«Conséquences dévastatrices»

"Aujourd'hui (12 octobre) juste avant minuit heure locale", les responsables de l'ONU à Gaza "ont été informés par leurs officiers de liaison de l'armée israélienne que la totalité de la population au nord de Wadi Gaza devait être relocalisée dans le sud dans les 24 heures", soit environ 1,1 million de personnes, a indiqué Stéphane Dujarric.

Il a averti qu'une évacuation d'une telle ampleur était "impossible sans provoquer des conséquences humanitaires dévastatrices".

Dans ces circonstances, "les Nations Unies appellent fortement à ce que cet ordre, s'il est confirmé, soit annulé pour empêcher de transformer ce qui est déjà une tragédie en une situation calamiteuse", a-t-il insisté.

Quelques heures plus tôt, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou avait promis, après un entretien à Tel-Aviv avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, d'anéantir le Hamas.

"Tout comme l'EI a été écrasé, le Hamas sera écrasé", a affirmé le Premier ministre en référence au groupe Etat islamique.

Des déclarations qui laissent présager une offensive terrestre à Gaza contre le Hamas.

Le 7 octobre à l'aube, au dernier jour des fêtes juives de Souccot, des centaines de combattants du Hamas ont infiltré Israël à bord de véhicules, par les airs et la mer, pour tuer plus d'un millier de civils dans la rue, chez eux ou en plein festival de musique, semant la terreur sous un déluge de roquettes. Le Hamas a également emmené à Gaza des dizaines d'otages.

Cette attaque d'une extrême violence a sidéré le pays et traumatisé les survivants et les personnes venues porter secours aux victimes.

Point de rupture

Dans la ville de Sdérot, proche de la frontière avec Gaza, Yossi Landau, un bénévole de l'organisation de secours israélienne Zaka, a presque atteint le point de rupture en récupérant les cadavres des victimes, et dit avoir été témoin d'une violence qu'il n'avait jamais vue auparavant.

Pendant que les combats faisaient rage entre le Hamas et les forces israéliennes, "un tronçon de route qui aurait dû prendre 15 minutes nous a pris 11 heures parce que nous sommes allés chercher tout le monde et les avons mis dans des sacs", raconte cet homme de 55 ans.

"J'ai senti que je m'effondrais, pas seulement moi, mais toute mon équipe", se souvient-il, décrivant des scènes abominables.

Après l'attaque, l'armée a affirmé avoir récupéré les corps de 1.500 combattants du Hamas infiltrés.

Le mouvement islamiste a par ailleurs enlevé plusieurs dizaines d'Israéliens, étrangers et binationaux. Israël recense 150 otages, alors que des centaines de personnes sont encore portées disparues et des corps en cours d'identification.

Israël a riposté en déclarant une guerre pour détruire le Hamas. L'armée israélienne a annoncé jeudi avoir largué sur la bande de Gaza environ 6.000 bombes pour un total de 4.000 tonnes d'explosifs depuis samedi.

Plus de 423 000 déplacés

Dans l'enclave palestinienne, le fracas des explosions, des drones et autres déflagrations est incessant, de jour comme de nuit.

"Pourquoi? On n'a rien fait!", hurle un homme en regardant des brancardiers emmener le corps sans vie d'un proche, tout juste sorti des décombres dans un quartier bombardé.

Plus de 423.000 Palestiniens ont été déplacés ces derniers jours dans la bande de Gaza pour fuir les bombardements, selon l'ONU, qui a lancé un appel d'urgence aux dons à hauteur de 294 millions de dollars pour répondre aux "besoins urgents" des territoires palestiniens.

L'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (OCHA), qui opère notamment des écoles dans la bande de Gaza, accueille environ 64% de ces déplacés dans 102 de ses établissements.

Boire de l'eau de mer

"L'unique centrale électrique de la bande de Gaza s'est trouvée à court de carburant et a cessé de fonctionner, coupant la seule source d'électricité" de l'enclave dont la plupart des habitants "n'ont plus accès à l'eau potable", a rapporté l'OCHA dans un communiqué.

Selon cette organisation, un réservoir d'eau et une usine de désalinisation avaient été touchés par des frappes aériennes.

"L'Unicef a indiqué que certains ont commencé à boire de l'eau de mer, très salée, et contaminée par 120.000 m3 d'eaux usées non traitées chaque jour", ajoute le texte.

La bande de Gaza, enclave pauvre et exiguë où s'entassent 2,4 millions d'habitants qui subissent un blocus terrestre, aérien et maritime depuis 2006, est désormais en état de siège, privée d'approvisionnements en eau, en électricité et en nourriture, coupés par Israël.

Outre les bombardements, l'armée israélienne a déployé des dizaines de milliers de soldats autour de Gaza et à la frontière avec le Liban, pays depuis lequel le Hezbollah pro-iranien, allié du Hamas, lance régulièrement des roquettes contre Israël.

Pendant sa visite-éclair en Israël, Antony Blinken a dit avoir discuté "des moyens de répondre aux besoins humanitaires des habitants de Gaza afin de les protéger, tandis qu'Israël mène ses opérations de sécurité légitimes pour se défendre contre le terrorisme et tenter de faire en sorte que cela ne se reproduise plus jamais".

"Nous serons toujours à vos côtés", a assuré à M. Netanyahou le chef de la diplomatie américaine.

En Jordanie, où il est arrivé dans la nuit de jeudi à vendredi, le secrétaire d'Etat doit rencontrer le roi Abdallah II et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Ce dernier a rejeté le "meurtre de civils des deux côtés" et exigé "la fin immédiate de l'agression" contre le peuple palestinien.

M. Blinken est ensuite attendu au Qatar, avant d'aller en Arabie saoudite, en Egypte et aux Emirats arabes unis.

Vendredi également, le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir à New York à l'initiative du Brésil, qui assure la présidence tournante de l'institution, pour aborder la situation dans la bande de Gaza. Une première réunion du Conseil, le 8 octobre, n'avait abouti à aucune condamnation unanime de l'attaque du Hamas.

Les présidentes de la Commission européenne Ursula von der Leyen et du Parlement européen Roberta Metsola sont à leur tour attendues vendredi en Israël pour "exprimer leur solidarité avec les victimes des attaques terroristes du Hamas et rencontrer les dirigeants israéliens", selon un communiqué conjoint des deux institutions.

Les cheffes de la diplomatie allemande et française, Annalena Baerbock et Catherine Colonna, doivent aussi se rendre en Israël, respectivement vendredi et dimanche.


Une accréditation prestigieuse pour AlUla

Alula est l'un des principaux sites touristiques d'Arabie saoudite. Il est opérationnel et ouvert aux touristes du monde entier depuis quatre ans. (AlUla)
Alula est l'un des principaux sites touristiques d'Arabie saoudite. Il est opérationnel et ouvert aux touristes du monde entier depuis quatre ans. (AlUla)
Short Url
  • La procédure exigeait de satisfaire à plus de 100 normes de performance.
  • Phillip Jones : L'achèvement du DMAP est une étape importante pour AlUla, qui s'efforce de développer une industrie et un écosystème touristiques de premier ordre et tournés vers l'avenir

ALULA, Arabie saoudite : AlUla, avec son mélange harmonieux d'ancien et de moderne, a reçu une prestigieuse accréditation internationalement reconnue.

La ville oasis a franchi une étape remarquable en devenant la première destination du Moyen-Orient à être accréditée par Destinations International, l'association mondiale des professionnels des destinations basée aux États-Unis, comme cela a été officiellement annoncé aujourd'hui lors de la convention annuelle de Destinations International en Floride.

Cette accréditation s'inscrit dans le cadre du programme d'accréditation du marketing de destination (DMAP), une norme industrielle de qualité et de professionnalisme pour les organisations de destination, et intervient un an après qu'AlUla est entrée dans l'histoire en devenant le premier membre de Destinations International originaire du Moyen-Orient.

Soutenue par un calendrier d'événements tout au long de l'année et des options d'hospitalité authentiques, AlUla est l'un des principaux sites touristiques d'Arabie saoudite et est opérationnelle et ouverte aux touristes du monde entier depuis quatre ans. Cette dernière accréditation témoigne de la vision et de la mission d'AlUla, qui consiste à susciter une nouvelle vague d'excellence touristique à l'échelle mondiale, axée sur la création d'une économie de l'expérience durable et axée sur la communauté.

Phillip Jones, responsable du tourisme à la Commission royale pour AlUla, a déclaré : « L'achèvement du programme d'accréditation du marketing de destination est une étape importante pour AlUla, qui s'efforce de développer une industrie et un écosystème touristiques de premier ordre et tournés vers l'avenir. Cette reconnaissance renforce notre engagement à garantir les normes les plus élevées au sein de notre destination et à établir la confiance entre les visiteurs, la communauté, les parties prenantes et nos partenaires. En faisant partie de Destinations International, un incubateur de meilleures pratiques, nous espérons partager notre méthodologie unique avec le monde entier et montrer pourquoi AlUla est l'une des destinations de luxe les plus innovantes et les plus convoitées au monde à l'heure actuelle ».

Pour recevoir l'accréditation DMAP, une organisation de destination doit satisfaire à plus de 100 normes de performance dans des domaines tels que la gouvernance, la gestion financière, les ressources humaines, les ventes et le marketing, l'engagement des parties prenantes et le développement de la destination. Les normes sont établies par un groupe indépendant de vétérans de l'industrie représentant un éventail d'organisations de destination. Les normes sont régulièrement mises à jour pour refléter l'évolution des meilleures pratiques dans l'industrie.

Pour AlUla, cette nouvelle reconnaissance vient s'ajouter à plusieurs autres. En mai, les 2024 World Travel Awards ont récompensé AlUla en tant que principale destination de festivals et d'événements au Moyen-Orient, principal projet de tourisme culturel en Arabie saoudite et principal projet de tourisme culturel au Moyen-Orient. En mai également, l'UCR a reçu une note de cinq étoiles pour son excellence organisationnelle de la part de la Fondation européenne pour la gestion de la qualité et un prix d'excellence de la part de l'Association de gestion des installations du Moyen-Orient (Middle East Facility Management Association).

Grâce à ses nombreuses récompenses régionales et mondiales, AlUla continue de consolider son statut de destination de luxe et de patrimoine, où les voyageurs peuvent se rapprocher des arts et de la culture, de la beauté naturelle, du bien-être holistique et de l'aventure palpitante.

Pour en savoir plus sur AlUla, visitez le site experiencealula.com.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


La RSG s'associe à la Fédération saoudienne d'escalade et de randonnée pour encourager le tourisme d'aventure

RSG et la Fédération saoudienne d'escalade et de randonnée s'associent pour développer des expériences d'aventure exaltantes dans la région. (Fournie)
RSG et la Fédération saoudienne d'escalade et de randonnée s'associent pour développer des expériences d'aventure exaltantes dans la région. (Fournie)
Short Url
  • Cette collaboration devrait révolutionner le paysage touristique en offrant des expériences passionnantes tout en privilégiant la sécurité et le professionnalisme.
  • Ce partenariat sera dirigé par Akun, la marque de sports d'aventure de RSG, chargée de superviser toutes les activités de randonnée, d'escalade et d'aventure dans les destinations de RSG.

JEDDAH : Red Sea Global a récemment annoncé un partenariat avec la Fédération saoudienne d'escalade et de randonnée dans le but de renforcer les activités de tourisme d'aventure dans la région de la mer Rouge.

Selon le communiqué, cette collaboration devrait révolutionner le paysage touristique en offrant des expériences palpitantes tout en donnant la priorité à la sécurité et au professionnalisme.

Le partenariat sera dirigé par Akun, la marque de sports d'aventure de RSG chargée de superviser toutes les expériences de randonnée, d'escalade et d'aventure dans les destinations de RSG, y compris The Red Sea et AMAALA.

Nicholas King, directeur du développement du groupe Red Sea Global, a souligné l'importance de combiner l'aventure avec le tourisme de luxe, en déclarant dans un communiqué de presse : « Notre partenariat avec la Fédération saoudienne d'escalade et de randonnée permet à Akun d'offrir des expériences revigorantes qui complètent l'élégance de nos complexes hôteliers de manière sûre et professionnelle. Ensemble, nous propulsons l'industrie du tourisme d'aventure dans toute la région de la mer Rouge ».

Grâce à cette collaboration, les stagiaires de la SCHF auront l'occasion d'acquérir de l'expérience en effectuant des stages chez Akun, tout en bénéficiant d'une formation et d'un soutien fournis par des formateurs qualifiés de la SCHF.

Yasmin Gahtani, directrice générale de la SCHF, a mis en avant les paysages de la côte saoudienne de la mer Rouge et a exprimé le désir de présenter ces terrains étonnants par le biais d'expériences d'escalade et de randonnée.

Elle a déclaré : « L'Arabie saoudite possède certains des plus beaux paysages du monde : « L'Arabie saoudite possède certains des plus beaux paysages du monde, en particulier le long de la côte de la mer Rouge. Nous voulons aider les Saoudiens et le reste du monde à découvrir ce terrain spectaculaire en l'ouvrant à des expériences d'escalade et de randonnée à la fois exaltantes et sûres. Grâce à ce partenariat, nous pouvons faire de l'Arabie saoudite et de la mer Rouge une destination incontournable pour les alpinistes, les randonneurs et les amateurs de sensations fortes les plus passionnés ».

Pour promouvoir la région de la mer Rouge en tant que destination d'aventure de premier plan, RSG et SCHF prévoient d'organiser une série d'événements locaux, régionaux et internationaux, notamment des compétitions d'escalade, des randonnées et des festivals.

Selon la déclaration, les évaluations techniques et de sécurité de la fédération aideront à certifier les développements de RSG en tant que destinations d'aventure de classe mondiale.

À l'avenir, RSG et SCHF envisagent la création d'un contenu de randonnée et d'escalade adapté à la région de la mer Rouge. Cette ressource offrira des informations précieuses sur les sentiers, les sites d'escalade, les détails logistiques et les consignes de sécurité, positionnant ainsi la mer Rouge comme une plaque tournante de premier ordre pour les amateurs de plein air du monde entier.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Yémen: nappe de pétrole de 220 km en mer Rouge après une attaque des Houthis (ONG)

Cette photo obtenue par le centre des médias de Huthi Ansarullah au Yémen montre ce qu'ils disent être le ciblage du CHIOS LION, un pétrolier battant pavillon libérien, par des navires de surface sans équipage en mer Rouge, le 15 juillet 2024 (AFP)
Cette photo obtenue par le centre des médias de Huthi Ansarullah au Yémen montre ce qu'ils disent être le ciblage du CHIOS LION, un pétrolier battant pavillon libérien, par des navires de surface sans équipage en mer Rouge, le 15 juillet 2024 (AFP)
Short Url
  • Des images du satellite Sentinel-2 de l'Agence spatiale européenne ont montré mardi une nappe près de l'endroit où les Houthis ont attaqué le navire Chios Lion, a ajouté l'ONG
  • Mardi, le Centre conjoint d'information maritime (JMIC), dirigé par une coalition navale occidentale, a déclaré que le Chios Lion enquêtait sur une éventuelle fuite de pétrole.

DUBAI : Une nappe de pétrole de 220 kilomètres a été repérée au large des côtes du Yémen après une attaque des rebelles houthis qui a endommagé un pétrolier cette semaine, a indiqué mercredi une ONG spécialisée dans la protection de l'environnement.

Des images du satellite Sentinel-2 de l'Agence spatiale européenne ont montré mardi une nappe près de l'endroit où les Houthis ont attaqué le navire Chios Lion, a ajouté l'ONG Conflict and Environment Observatory (CEOBS), basée en Grande-Bretagne.

La nappe suggère que "le navire endommagé laisse échapper du pétrole", a précisé le CEOBS dans un message publié sur le réseau social X, estimant qu'elle s'étendait sur 220 km de long.

Le pétrolier Chios Lion, battant pavillon libérien, a été attaqué lundi à 97 milles nautiques (environ 180 km) au nord-ouest de la ville portuaire yéménite de Hodeidah.

Un navire sans équipage a "heurté" le pétrolier, provoquant des dégâts mineurs, a rapporté le United Kingdom Maritime Trade Operations, géré par la marine britannique.

Selon le CEOBS, la nappe de pétrole s'est formée à 106 milles nautiques (environ 196 km) au nord-ouest de Hodeidah, ce qui correspond à l'endroit de l'attaque lundi contre le Chios Lion, a-t-il ajouté.

Mardi, le Centre conjoint d'information maritime (JMIC), dirigé par une coalition navale occidentale, a déclaré que le Chios Lion enquêtait sur une éventuelle fuite de pétrole.

Les rebelles yéménites attaquent des navires en mer Rouge et dans le golfe d'Aden depuis le mois de novembre, dans le cadre d'une campagne destinée, selon eux, à marquer leur solidarité avec les Palestiniens de la bande de Gaza, où Israël est en guerre depuis le 7 octobre contre le mouvement islamiste palestinien Hamas.

"Les frappes incessantes sur divers pétroliers, chimiquiers et cargos ne mettent pas seulement en danger le personnel maritime et le trafic maritime en général, mais détériorent gravement les écosystèmes de la mer Rouge", a averti Wim Zwijnenburg, de l'ONG néerlandaise de promotion de la paix PAX.

"Les frappes actuelles constituent une menace supplémentaire pour l'environnement et les communautés côtières du Yémen", a-t-il déclaré à l'AFP.