Mikati: Un front libanais dans le conflit Hamas-Israël n'est dans l'intérêt de personne

Les autorités libanaises devraient prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter une guerre avec Israël, a déclaré lundi à Beyrouth Catherine Colonna (Photo, AFP).
Les autorités libanaises devraient prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter une guerre avec Israël, a déclaré lundi à Beyrouth Catherine Colonna (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 17 octobre 2023

Mikati: Un front libanais dans le conflit Hamas-Israël n'est dans l'intérêt de personne

  • Najib Mikati s'efforce d'éloigner le Liban des répercussions de la guerre en cours à Gaza
  • Les Forces de défense israéliennes évacuent les communautés le long de la frontière et mettent en garde le Hezbollah contre toute provocation

BEYROUTH: Le Premier ministre libanais sortant, Najib Mikati, a déclaré lundi que Beyrouth s'efforçait d'apaiser les tensions le long de sa frontière sud avec Israël et d'éviter d'entraîner le pays dans une nouvelle guerre.

«Le Liban est au cœur de la tourmente et la région dans son ensemble se trouve dans une situation difficile», indique un communiqué de son bureau.

Le gouvernement libanais reste critique à l'égard d'Israël, mais craint qu'une nouvelle guerre ne dévaste davantage son économie meurtrie et ne mette en péril la vie de ses habitants.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a mis en garde l'Iran et son groupe affilié libanais, le Hezbollah, de ne pas «tester» son pays lors d'un discours prononcé lundi devant la Knesset israélienne.

M. Mikati a également déclaré que son gouvernement continuait, tant au Liban qu'à l'étranger, à maintenir le calme à l'intérieur du pays dans la mesure du possible et à prendre ses distances par rapport aux répercussions de la guerre qui sévit actuellement dans la bande de Gaza.

Le Premier ministre s'est entretenu par téléphone avec de hauts responsables américains, des chefs d'État et de hauts diplomates du Royaume-Uni, de France, de Turquie, du Qatar, de Jordanie et d'Italie.

Les autorités libanaises devraient prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter une guerre avec Israël, a déclaré lundi à Beyrouth la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Hakan Fidan, se rendra au Liban mardi pour discuter de questions régionales, mondiales et bilatérales.

M. Mikati a également déclaré que personne ne souhaitait prendre de risques et ouvrir un front au Sud-Liban, car la population ne pouvait le supporter.

«Personne ne peut prédire ce qui va se passer. Tout change d'heure en heure selon le cours des événements, et personne ne peut prédire quoi que ce soit», a-t-il déclaré.

Il a toutefois reproché à Israël de chercher à «multiplier les provocations».

Les remarques de M. Mikati sont intervenues alors que les forces armées libanaises ont démantelé sept roquettes Grad prêtes à être lancées près de Hanniyeh, une petite ville du caza de Tyr située dans la zone d'opérations de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul), dans le sud du Liban.

Combats frontaliers

Israël et le Hezbollah restent en état d'alerte à la frontière libanaise après une nuit tendue et délicate, au cours de laquelle Israël a tiré des fusées éclairantes et des obus au phosphore au-dessus de la région.

Dimanche, des frappes aériennes israéliennes ont visé des cibles du Hezbollah, notamment un site appartenant à l'organisation Green Without Borders.

Toutefois, les escarmouches quotidiennes à la frontière sud du Liban et dans la bande de Gaza restent contrôlées en vertu des accords internationaux et des règles d'engagement en vigueur depuis 2006.

Un communiqué des Forces de défense israéliennes a annoncé un plan d'évacuation des résidents situés à 2 kilomètres de la frontière libanaise vers des maisons d'hôtes financées par l'État.

L'armée israélienne a également affirmé que l'Iran avait demandé au Hezbollah de mener les attaques de dimanche à la frontière.

«Nous avons renforcé nos unités à la frontière nord et nous répondrons avec fermeté et vigueur à toute opération menée contre nous», a déclaré le porte-parole de l'armée, Avichay Adraee, qui a ajouté que le Hezbollah avait tiré des obus dimanche «à la demande et avec le soutien de l'Iran, dans une tentative de détourner notre attention des efforts opérationnels dans le sud, exposant ainsi le Liban et ses citoyens à un danger».

M. Adraee a également averti que «si le Hezbollah commet une erreur de calcul en nous provoquant, la réponse sera mortelle».

Hesham Dibsi, chercheur palestinien et directeur du centre d'études Tatwir, a déclaré à Arab News que l'escalade à la frontière libanaise avec Israël coïncidait avec le durcissement des positions politiques arabes à l'égard d'Israël et avait conduit les États-Unis à changer de ton.

«Cela a mis dans l'embarras la partie iranienne, qui avait fait savoir qu'elle n'interviendrait pas dans la guerre à moins qu'Israël ne la prenne pour cible», a-t-il affirmé.

«En attendant, l'affrontement entre Israël et le Hezbollah ne dérogera pas aux règles d'engagement.

Par ailleurs, Fadi Karam, député du parti des Forces libanaises, a indiqué que «la décision d'entrer en guerre aujourd'hui appartient à l'Iran».

«Après avoir suivi la rhétorique iranienne et israélienne depuis samedi dernier, il semble que le pas ait été franchi pour entrer en guerre», a-t-il ajouté.

«Si le Hezbollah entre en guerre, nous ne savons pas ce qu'il adviendra du Liban, et si l'Iran s'y joint également, quelle sera la position de la Russie?»

Selon M. Karam, l'impasse dans laquelle se trouve la nomination d'un nouveau président libanais signifie que l'opposition du pays a involontairement entravé un éventuel engagement libanais en Israël, car le Hezbollah n'a pas réussi à choisir un président qui lui soit fidèle.

«Si le parti avait été en mesure de le faire, nous aurions devancé le Hamas dans la guerre contre Israël», a-t-il insisté.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


L’émir du Koweït nomme Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre

L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’émir koweïtien a chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement
  • Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement

DUBAÏ: L’émir du Koweït, le cheikh Mechaal al-Ahmed al-Jaber al-Sabah, a nommé Ahmed Abdallah al-Ahmed al-Sabah au poste de Premier ministre, rapporte aujourd’hui l’agence de presse nationale (Kuna).

Le dirigeant koweïtien a également chargé le nouveau Premier ministre de former un gouvernement.

La semaine dernière, le cheikh Mechaal a accepté la démission du Premier ministre, Mohammed al-Sabah al-Salem al-Sabah, après la tenue d’élections pour choisir les nouveaux membres de l’Assemblée nationale.

Il a également demandé au gouvernement sortant d’expédier les affaires courantes jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Au moins 16 morts, dont plusieurs écoliers, dans des inondations à Oman

Cette photo prise le 4 janvier 2022 montre des voitures complètement inondées dans un parking à l'extérieur d'un centre commercial à Mascate, la capitale d'Oman. Le mauvais temps affecte les États du Golfe, et plusieurs d'entre eux ont émis des alertes météorologiques. (Photo Mohammed Mahjoub AFP)
Cette photo prise le 4 janvier 2022 montre des voitures complètement inondées dans un parking à l'extérieur d'un centre commercial à Mascate, la capitale d'Oman. Le mauvais temps affecte les États du Golfe, et plusieurs d'entre eux ont émis des alertes météorologiques. (Photo Mohammed Mahjoub AFP)
Short Url
  • Les orages violents, accompagnés de fortes pluies et de rafales de vents, qui frappent le pays depuis dimanche ont provoqué des crues soudaines dans plusieurs régions du nord et de l'est du pays
  • Les intempéries devraient s'étendre à d’autres pays du Golfe dans les heures à venir, notamment Bahreïn et les Emirats arabes unis

MASCATE, Oman : Au moins 16 personnes, dont de nombreux enfants, ont péri à Oman dans des inondations provoquées par les fortes pluies qui s'abattent depuis dimanche sur le pays du Golfe, ont indiqué les autorités.

L'agence de presse officielle Oman news agency a rapporté dimanche soir que neuf écoliers et trois adultes ont "perdu la vie après que leur véhicule a été emporté par les eaux" dans le gouvernorat d'Ach-Charqiya du Nord situé à l'est du pays, à quelques 150 kilomètres de la capitale Mascate, tandis que cinq personnes étaient portées disparue.

Lundi, les corps d'un enfant et de trois autres personnes ont également été retrouvés sans vie, selon la même source.

Les orages violents, accompagnés de fortes pluies et de rafales de vents, qui frappent le pays depuis dimanche ont provoqué des crues soudaines dans plusieurs régions du nord et de l'est du pays.

Le ministère omanais de l’Education a qualifié l'incident de tragique, en affirmant avoir mis en garde les parents contre les pluies torrentielles prévues dans la région. Les écoles ont été fermées lundi dans la plupart des gouvernorats du pays.

Des inondations avaient déjà provoqué la mort de trois enfants le 12 février.

Les forces aériennes omanaises sont intervenues avec des hélicoptères pour récupérer des personnes toujours bloquées.

Les intempéries devraient s'étendre à d’autres pays du Golfe dans les heures à venir, notamment Bahreïn et les Emirats arabes unis.


Liban: le Hezbollah dit avoir visé des soldats israéliens ayant «franchi la frontière»

Un soldat de l'armée libanaise et des secouristes de la défense civile devant un cratère d'impact à la suite d'une frappe aérienne israélienne qui a touché une route dans le village d'Alma al-Shaab, au sud du Liban, le 15 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières continues. (Photo par AFP)
Un soldat de l'armée libanaise et des secouristes de la défense civile devant un cratère d'impact à la suite d'une frappe aérienne israélienne qui a touché une route dans le village d'Alma al-Shaab, au sud du Liban, le 15 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières continues. (Photo par AFP)
Short Url
  • C'est la première fois que le Hezbollah pro-iranien, qui échange des tirs avec Israël depuis le début de la guerre à Gaza il y a plus de six mois, annonce une telle opération
  • L'armée israélienne n'a pas confirmé que ses soldats ont franchi la frontière avec le Liban

BEYROUTH, Liban : Le Hezbollah libanais a affirmé lundi avoir activé des «engins explosifs» au passage de soldats israéliens qui ont traversé la frontière côté libanais, Israël faisant état de quatre soldats blessés.

C'est la première fois que le Hezbollah pro-iranien, qui échange des tirs avec Israël depuis le début de la guerre à Gaza il y a plus de six mois, annonce une telle opération.

Les combattants du Hezbollah «ont placé des charges dans la zone de Tal Ismaïl, près de la» frontière israélienne, qui ont explosé après que les soldats israéliens «ont traversé la frontière», a indiqué le groupe dans un communiqué.

De son côté, l'armée israélienne a annoncé que quatre de ses soldats, «en activité dans une zone à la frontière nord», ont été blessés durant la nuit, dont l'un «grièvement, à la suite d'une explosion d'origine inconnue».

L'armée israélienne n'a pas confirmé que ses soldats ont franchi la frontière avec le Liban.

Interrogée par l'AFP, elle a refusé de donner des précisions, se bornant à indiquer qu'une «enquête est en cours».

Depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas le 7 octobre, des échanges de tirs opposent quotidiennement l'armée israélienne au Hezbollah, qui affirme soutenir son allié, le mouvement islamiste palestinien.

L'attaque du Hezbollah intervient à la suite d'un pic de tension ce week-end.

Dans la nuit de samedi à dimanche, l'Iran a lancé une attaque inédite contre Israël à l'aide de drones et de missiles, en réponse à une frappe sur son consulat à Damas.

Au même moment, le Hezbollah a annoncé avoir lancé deux salves de roquettes Katioucha sur des positions militaires israéliennes situées dans le Golan syrien occupé par Israël. Israël a de son côté mené plusieurs frappes en territoire libanais.