Immigration: LR fait monter les enchères

Le président du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau, s'adresse à la presse après une rencontre avec le Premier ministre français à l'hôtel Matignon à Paris le 3 juillet 2023 (Photo de Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP).
Le président du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau, s'adresse à la presse après une rencontre avec le Premier ministre français à l'hôtel Matignon à Paris le 3 juillet 2023 (Photo de Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 26 octobre 2023

Immigration: LR fait monter les enchères

  • Après avoir présenté pendant des mois comme une «ligne rouge» la régularisation des sans-papiers dans les métiers en tension, la droite estime désormais que sa suppression n'est qu'un «préalable» pour accorder son soutien au texte
  • Parallèlement, les dirigeants LR brandissent la menace d'une motion de censure, à l'image de Laurent Wauquiez, son candidat potentiel à la présidentielle en 2027

PARIS: A l'approche de l'examen au Parlement du projet de loi sur l'immigration, qui débute le 6 novembre au Sénat, Les Républicains font monter les enchères en jouant sur les divisions au sein de l'exécutif.

Après avoir présenté pendant des mois comme une "ligne rouge" la régularisation des sans-papiers dans les métiers en tension, prévue par l'article 3 du projet de loi, la droite estime désormais que sa suppression n'est qu'un "préalable" pour accorder son soutien au texte.

"Cela ne suffit pas", a martelé jeudi sur Sud Radio le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau, énumérant une série de mesures qu'il compte ajouter lors du débat parlementaire comme l'arrêt de l'aide médicale d'Etat pour les sans-papiers.

Des propos qui confirment le changement de ton des Républicains depuis l'assassinat à Arras du professeur de français Dominique Bernard par un jeune Russe, originaire d'Ingouchie, fiché pour radicalisation islamiste depuis février 2021.

En réponse à Gérald Darmanin qui a durci son texte pour obtenir le soutien de la soixantaine de députés LR et éviter ainsi le recours au 49.3, la droite l'accuse désormais sans ambages de "mentir".

Elle fustige "l'impuissance" du projet gouvernemental et insiste sur une réforme constitutionnelle qui permettrait à la France de déroger au droit européen sur les questions migratoires au nom des intérêts de la nation.

Motion de censure? 

Parallèlement, les dirigeants LR brandissent la menace d'une motion de censure, à l'image de Laurent Wauquiez, son candidat potentiel à la présidentielle en 2027, qui a promis de s'opposer de "toutes ses forces" à un texte qui conduirait à "ouvrir de nouveaux appels d'air pour encore plus d'immigration".

La droite compte également profiter des divisions au sein de la majorité: "on a l'impression que le gouvernement est guidé par l'aile gauche de la macronie", ironise un cadre de LR.

"M. Retailleau essaie de mettre le souk chez nous", reconnaît le député Renaissance Sacha Houlié, fer de lance de cette aile gauche, qui a bondi en découvrant dans les colonnes du Parisien que la cheffe du gouvernement se serait dite prête à renoncer à l'article 3 lors d'un dîner secret lundi avec le chef de file des sénateurs LR.

Près de 40 députés de la majorité, soit presque autant que de LR qui soutiendraient le projet de loi revu et corrigé, ont écrit à la Première ministre pour réaffirmer "leur attachement aux équilibres du texte initial", article 3 compris, et exiger "un rendez-vous à très court terme", précise Le Figaro.

De source gouvernementale, on dément fermement que Mme Borne ait tenu de tels propos.

M. Darmanin s'est, quant à lui, "montré ferme sur le maintien de l'article 3" lors d'un déjeuner jeudi avec la commission des Lois du Sénat, estimant qu'une "accroche législative" était nécessaire, a indiqué un participant.

M. Retailleau a assuré, au contraire, avoir compris que Mme Borne était davantage favorable à une simple "circulaire" qui donnerait aux préfets la capacité de régulariser "au compte-gouttes".

Mais le projet de loi divise aussi la droite, "entre des sénateurs qui souhaitent approuver un texte et des députés qui le refusent", explique à l'AFP un autre cadre du parti.

"On est tous sur la même ligne", rétorque l'entourage de M. Ciotti, qui en veut pour preuve les entretiens que le patron du parti a eu mercredi avec le président du Sénat, Gérard Larcher, ainsi qu'avec M. Retailleau et son homologue à l'Assemblée, Olivier Marleix.

Les mêmes s'étaient déjà concertés pour soumettre en décembre aux deux chambres du Parlement leur proposition concurrente de la loi sur l'immigration.

M. Retailleau prévient: si la droite vote un texte au Sénat, ce sera le sien et non plus celui de M. Darmanin qui "aura totalement changé".

Une démarche qui rappelle celle de LR lors de la réforme des retraites, comme le déplore un parlementaire macroniste: "Ils sont en train de nous faire le même coup. Si on leur en file chaque jour un peu plus, ils vont tout prendre et à la fin ils ne voteront pas la loi!"

Autre problème: même au Sénat où la droite est dominante mais pas majoritaire à elle seule, la suppression de l'article 3 ne semble pas du goût des centristes, traditionnels alliés de la droite.


Fusion de l'audiovisuel public: les opposants pensent à la suite

Un manifestant tient une pancarte avec le logo de la radio française France Inter lors d'une manifestation des syndicats de Radio France, France TV, Ina et France Médias Monde contre le projet du gouvernement français de fusionner Radio France et France TV, place Colette à Paris le 23 mai 2024. (AFP)
Un manifestant tient une pancarte avec le logo de la radio française France Inter lors d'une manifestation des syndicats de Radio France, France TV, Ina et France Médias Monde contre le projet du gouvernement français de fusionner Radio France et France TV, place Colette à Paris le 23 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Une grève de 48 heures avait été votée dans les quatre entreprises concernées: France Télévisions, Radio France, l'Ina et France Médias Monde
  • Ce projet commence toutefois à soulever des doutes au sein même de la majorité présidentielle, dans son aile gauche

PARIS: Après deux jours de grève, jeudi et vendredi, les salariés de l'audiovisuel public, Radio France en tête, réfléchissent à la suite de leur mobilisation contre le projet gouvernemental de fusion, dont l'examen à l'Assemblée nationale a été repoussé.

Pour protester contre cette réforme portée par la ministre de la Culture, Rachida Dati, une grève de 48 heures avait été votée dans les quatre entreprises concernées: France Télévisions, Radio France, l'Ina et France Médias Monde (RFI, France 24), dont le sort fait cependant débat jusque dans le camp présidentiel.

Comme la veille, les antennes de Radio France ont été particulièrement perturbées vendredi. De la musique a remplacé les programmes de France Inter, franceinfo, France Culture et d'un grand nombre de locales de France Bleu.

Les perturbations étaient moins visibles à la télé. Le journal de 13h00 de France 2 a toutefois été réalisé avec des moyens limités, avec une seule caméra fixe sur le présentateur Julian Bugier.

Initialement, les députés devaient débattre de cette réforme éclair jeudi et vendredi. Mais, face à l'encombrement de l'ordre du jour, le gouvernement a décidé jeudi de reporter l'examen du texte. Il pourrait avoir lieu la semaine du 24 juin.

«Idée fixe»

Ce contretemps intervient alors que le calendrier voulu par Mme Dati était déjà très serré: une fusion de l'audiovisuel public dès le 1er janvier 2026, après une année de transition sous un régime de holding.

Au lendemain d'un rassemblement de plusieurs centaines de personnes jeudi près du ministère de la Culture, les salariés de l'audiovisuel public ont tenu une assemblée générale vendredi matin à Paris. L'affluence y était moindre, avec moins d'une centaine de personnes.

Les grévistes ont débattu de la suite de la mobilisation d'ici l'examen du texte à l'Assemblée.

"Il y a du travail à faire", a lancé Antoine Chuzeville, représentant syndical SNJ (Syndicat national des journalistes) à France Télévisions.

Il a évoqué les pistes d'un "rassemblement encore plus grand fin juin", d'une "mobilisation des auditeurs et des téléspectateurs", ou d'un travail de persuasion auprès des parlementaires.

Benoît Gaspard, délégué Sud à Radio France, a pour sa part jugé "décevante" la réunion à laquelle les syndicats ont participé jeudi au ministère.

Les membres du cabinet de Mme Dati "ne sortent pas d'une idée fixe: un texte de loi va passer", a-t-il dit. Il a rappelé "l'opposition" des syndicats à "toute forme de rapprochement de nos entreprises".

Doutes 

"Il y a encore des marges de progression: c'est à France Télévisions qu'il y a le plus de salariés, et le moins de grévistes", a toutefois noté M. Chuzeville.

La direction du groupe a assuré qu'il y avait 9,9% de grévistes vendredi (12% jeudi), tous métiers confondus.

En interne, on attribue cette faible mobilisation à une lassitude après plusieurs réorganisations récentes et au fait que la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte Cunci, est favorable à la réforme.

Ce projet commence toutefois à soulever des doutes au sein même de la majorité présidentielle, dans son aile gauche.

"Je ne suis pas convaincu par l'état actuel de la réforme", a lâché le député Renaissance et ancien ministre Clément Beaune, vendredi sur Sud Radio. "Sur un sujet comme ça, je pense qu'il ne faut pas aller trop vite".

Pour sa part, la directrice de France Inter, Adèle Van Reeth, a invité les députés à "visiter" la station. "Je suis sûre que vous repartirez convaincus de tout faire pour préserver la radio publique", a-t-elle dit sur le réseau social X.

"Chiche", lui a répondu le président des députés Renaissance, Sylvain Maillard.

Dans ce climat de turbulences pour l'audiovisuel public, la direction de Radio France a dénoncé une "opération de dénigrement" du Figaro Magazine.

Dans son édition de ce weekend, le magazine reproche à l'audiovisuel public un "manque de pluralisme" qui profite à la gauche, sur la base d'une étude de l'institut "libéral et conservateur" Thomas More.

Il s'agit "d'une étude à la méthodologie hautement questionnable, dont ni le contenu, ni le timing de publication, ne sont neutres", a protesté Radio France dans un communiqué.


Grève du contrôle aérien en France: 70% des vols annulés samedi à Paris-Orly

 L'aviation civile française a demandé vendredi aux compagnies aériennes d'annuler préventivement samedi 70% des vols à Paris-Orly, le deuxième aéroport du pays. (AFP)
 L'aviation civile française a demandé vendredi aux compagnies aériennes d'annuler préventivement samedi 70% des vols à Paris-Orly, le deuxième aéroport du pays. (AFP)
Short Url
  • Le gouvernement a déploré cette nouvelle grève, un mois après la signature d'un accord salarial avec les contrôleurs aériens
  • Selon l'organisation syndicale Unsa-Icna, l'accord signé in extremis fin avril ne résout pas la question des "sous-effectifs" qui se profilent à Orly, selon elle, à l'horizon 2027

PARIS: L'aviation civile française a demandé vendredi aux compagnies aériennes d'annuler préventivement samedi 70% des vols à Paris-Orly, le deuxième aéroport du pays, en raison de l'appel à la grève ce week-end d'un syndicat de contrôleurs aériens, en désaccord avec un accord conclu le mois dernier.

"Les opérateurs aériens doivent réduire leur programme de vols commerciaux pour la journée du 25 mai 2024 de 04H00 à 21H30 GMT de 70% (...) sur l'aéroport de Paris-Orly", selon la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

Le gouvernement a déploré cette nouvelle grève, un mois après la signature d'un accord salarial avec les contrôleurs aériens.

"Je déplore le comportement de quelques agents au niveau local, qui refusent de reconnaître la légitimité d'un accord majoritaire et en font payer le prix aux passagers. J’en appelle à leur responsabilité", a réagi le ministre délégué aux Transports Patrice Vergriete, interrogé par l'AFP.

L'Unsa-Icna, deuxième syndicat représentatif des aiguilleurs du ciel (17% aux dernières élections professionnelles), a appelé à la grève pour réclamer des "effectifs adéquats", selon elle non garantis par l'accord signé fin avril entre la DGAC et le principal syndicat des contrôleurs, le SNCTA (60% des voix).

Selon l'organisation syndicale Unsa-Icna, l'accord signé in extremis fin avril ne résout pas la question des "sous-effectifs" qui se profilent à Orly, selon elle, à l'horizon 2027.

Cet accord sur des mesures d'accompagnement, notamment salariales, à la refonte prévue du contrôle aérien en France avait été rejeté par l'Unsa-Icna, ainsi que par le troisième syndicat représentatif, l'Usac-CGT, qui avaient maintenu un préavis de grève pour le 25 avril.

Ce mouvement s'était traduit par l'annulation de plusieurs milliers de vols en France et en Europe.

Parallèlement à la mobilisation de l'Unsa-Icna à Orly, l'Usac-CGT a déposé un préavis de grève du 23 au 30 mai pour protester spécifiquement contre l'affaiblissement du "maillage territorial" prévu selon le syndicat par la réforme du contrôle aérien.


Le président français accueillera les ministres arabes des affaires étrangères pour des discussions sur Gaza

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours à la résidence du haut-commissaire de Nouvelle-Calédonie à Nouméa, le 24 mai 2024. (AFP)
Le président français Emmanuel Macron prononce un discours à la résidence du haut-commissaire de Nouvelle-Calédonie à Nouméa, le 24 mai 2024. (AFP)
Short Url
  • Le président français Emmanuel Macron accueillera vendredi les ministres des Affaires étrangères de quatre États arabes
  • Accompagné de son propre chef de la diplomatie, Stéphane Sejourne, M. Macron discutera de la situation à Gaza

PARIS : Le président français Emmanuel Macron accueillera vendredi les ministres des Affaires étrangères de quatre États arabes clés pour des discussions sur la guerre à Gaza entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas, a déclaré son bureau.

Accompagné de son propre chef de la diplomatie, Stéphane Sejourne, M. Macron discutera de la situation avec Mohammed bin Abdulrahman al-Thani (Qatar), Sameh Shoukry (Égypte), Ayman Safadi (Jordanie) et Faisal bin Farhan al-Saud (Arabie saoudite), le ministre des affaires étrangères, a indiqué l'Élysée.