Couvrir la guerre Israël-Hamas, défi inédit et terrain piégé pour les médias

Un journaliste équipé d'une caméra observe depuis Sderot, dans le sud d'Israël, l'horizon du nord de la bande de Gaza lors des bombardements israéliens du 18 octobre. (Photo, AFP)
Un journaliste équipé d'une caméra observe depuis Sderot, dans le sud d'Israël, l'horizon du nord de la bande de Gaza lors des bombardements israéliens du 18 octobre. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 27 octobre 2023

Couvrir la guerre Israël-Hamas, défi inédit et terrain piégé pour les médias

  • "Cette guerre est l'une des histoires les plus complexes et les plus clivantes qu'on ait jamais couvertes", estime Deborah Turness, présidente de la branche info du groupe audiovisuel britannique BBC
  • Première particularité: l'impossibilité pour les journalistes étrangers d'aller à Gaza, en raison du blocus par Israël et de l'absence d'accès via l'Egypte

PARIS: Propagande, impossibilité d'aller sur le terrain à Gaza, pression des réseaux sociaux, opinions publiques chauffées à blanc: les grands médias occidentaux se heurtent à des difficultés majeures pour couvrir la guerre entre Israël et le Hamas, qui les obligent à redoubler de prudence.

"Cette guerre est l'une des histoires les plus complexes et les plus clivantes qu'on ait jamais couvertes", estime Deborah Turness, présidente de la branche info du groupe audiovisuel britannique BBC, dans un billet mis en ligne mercredi.

Première particularité: l'impossibilité pour les journalistes étrangers d'aller à Gaza, en raison du blocus par Israël et de l'absence d'accès via l'Egypte.

Seuls restent sur place des journalistes palestiniens, qui fournissent images et informations aux médias internationaux. Mais eux-mêmes sont limités par les bombardements ou les pénuries d'essence et d'électricité.

Selon leur syndicat, 22 journalistes ont été tués dans la bande de Gaza depuis le déclenchement de la guerre après une attaque sanglante du mouvement islamiste palestinien sur le sol israélien le 7 octobre.

"Dans d'autres conflits, on était toujours en mesure d'avoir des envoyés spéciaux. Là, nos équipes à Gaza sont coupées du monde", explique Phil Chetwynd, directeur de l'information de l'AFP, qui a un bureau dans la bande de Gaza.

L'agence y compte une équipe d'une dizaine de journalistes. Ils ont dû quitter Gaza-ville pour le sud du territoire, où ils vivent dans des conditions précaires, dont certains sous des tentes.

En Israël, le gouvernement a recensé un nombre impressionnant de 2.050 journalistes venus couvrir le conflit. Les plus nombreux sont les Américains (358), les Britanniques (281) et les Français (221). L'Ukraine, pays lui-même en guerre, en a envoyé deux.

Hôpital

Conséquence de l'"étouffement médiatique" de Gaza, selon les termes de Reporters sans frontières (RSF): les médias dépendent davantage "des sources +officielles+ de chaque partie, sans pouvoir vérifier leur véracité", a déploré la Fédération internationale des journalistes (FIJ) dans un communiqué.

Et la FIJ de tancer: "Confondant vitesse et précipitation, de nombreux médias ont ainsi publié des informations et des images fausses, non contextualisées, non vérifiées".

Deux cas ont marqué l'opinion.

D'abord, des affirmations sur la décapitation de bébés par le Hamas, largement reprises sans pourtant pouvoir être vérifiées.

"J'aurais dû être plus prudente dans mes mots", s'est excusée le 12 octobre sur le réseau social X (ex-Twitter) une présentatrice de la chaîne américaine CNN, Sara Sidner.

Plus polémique encore, le cas de l'hôpital Ahli Arab à Gaza.

Le 17 octobre, de nombreux médias, dont l'AFP, ont repris des affirmations du ministère de la Santé du Hamas selon lesquelles "200 à 300" personnes avaient été tuées dans une frappe sur cet hôpital qu'il attribuait à Israël.

Israël a démenti, affirmant qu'il s'agissait d'un "tir de roquette raté" du mouvement palestinien Jihad islamique.

Mea culpa

Depuis, nombre de médias penchent pour cette version-là, sur la base de sources de services de renseignements ou d'analyses de vidéos. Mais il n'y a aucune certitude, pas plus que sur le nombre de victimes.

Cela a poussé le New York Times et Le Monde à un mea culpa public.

"Les premières versions de la couverture (...) s'appuyaient trop sur les affirmations du Hamas et n'indiquaient pas clairement que ces affirmations ne pouvaient pas être immédiatement vérifiées", a reconnu le journal américain lundi.

"Nous avons manqué de prudence", a renchéri mardi le quotidien français.

"Je peux voir des faiblesses dans la manière dont on a présenté l'info: on était obligé d'en faire état, mais avec le recul, on aurait pu l'écrire avec plus de prudence dans la formulation, et plus de contexte sur ce qu'on ne savait pas", juge Phil Chetwynd, le directeur de l'information de l'AFP.

"C'est facile a posteriori, mais dans le temps réel de l'actu, c'est moins évident", poursuit-il.

La tâche est compliquée par le fait que la moindre affirmation, la moindre image, peuvent devenir virales sur les réseaux sociaux, et susciter des accusations de partialité de la part d'opinions publiques déjà très divisées.

"Dans chaque guerre, savoir les choses avec certitude prend du temps. C'est particulièrement difficile dans ce cas, étant donné les passions des deux côtés (...) et la façon dont notre couverture est scrutée", a déclaré un responsable du journal américain The Washington Post, Douglas Jehl, au podcast Recode Media.

D'où l'importance du vocabulaire. Les médias se fixent donc des consignes internes sur les mots à employer et à éviter.

Les plus brûlants sont "terrorisme" et "terroriste". La BBC a été critiquée pour ne pas avoir qualifié le Hamas ainsi. Elle a répondu qu'elle n'employait le terme "terroriste" que dans des citations, sans l'endosser.

Cette politique est également celle de l'AFP.


Liban: le Hezbollah dit avoir visé des soldats israéliens ayant «franchi la frontière»

Un soldat de l'armée libanaise et des secouristes de la défense civile devant un cratère d'impact à la suite d'une frappe aérienne israélienne qui a touché une route dans le village d'Alma al-Shaab, au sud du Liban, le 15 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières continues. (Photo par AFP)
Un soldat de l'armée libanaise et des secouristes de la défense civile devant un cratère d'impact à la suite d'une frappe aérienne israélienne qui a touché une route dans le village d'Alma al-Shaab, au sud du Liban, le 15 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières continues. (Photo par AFP)
Short Url
  • C'est la première fois que le Hezbollah pro-iranien, qui échange des tirs avec Israël depuis le début de la guerre à Gaza il y a plus de six mois, annonce une telle opération
  • L'armée israélienne n'a pas confirmé que ses soldats ont franchi la frontière avec le Liban

BEYROUTH, Liban : Le Hezbollah libanais a affirmé lundi avoir activé des «engins explosifs» au passage de soldats israéliens qui ont traversé la frontière côté libanais, Israël faisant état de quatre soldats blessés.

C'est la première fois que le Hezbollah pro-iranien, qui échange des tirs avec Israël depuis le début de la guerre à Gaza il y a plus de six mois, annonce une telle opération.

Les combattants du Hezbollah «ont placé des charges dans la zone de Tal Ismaïl, près de la» frontière israélienne, qui ont explosé après que les soldats israéliens «ont traversé la frontière», a indiqué le groupe dans un communiqué.

De son côté, l'armée israélienne a annoncé que quatre de ses soldats, «en activité dans une zone à la frontière nord», ont été blessés durant la nuit, dont l'un «grièvement, à la suite d'une explosion d'origine inconnue».

L'armée israélienne n'a pas confirmé que ses soldats ont franchi la frontière avec le Liban.

Interrogée par l'AFP, elle a refusé de donner des précisions, se bornant à indiquer qu'une «enquête est en cours».

Depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas le 7 octobre, des échanges de tirs opposent quotidiennement l'armée israélienne au Hezbollah, qui affirme soutenir son allié, le mouvement islamiste palestinien.

L'attaque du Hezbollah intervient à la suite d'un pic de tension ce week-end.

Dans la nuit de samedi à dimanche, l'Iran a lancé une attaque inédite contre Israël à l'aide de drones et de missiles, en réponse à une frappe sur son consulat à Damas.

Au même moment, le Hezbollah a annoncé avoir lancé deux salves de roquettes Katioucha sur des positions militaires israéliennes situées dans le Golan syrien occupé par Israël. Israël a de son côté mené plusieurs frappes en territoire libanais.


La main-d'œuvre de la NEOM devrait dépasser les 200 000 personnes d'ici à 2025 selon le PDG

NEOM a réuni plus de 100 des principales entreprises de construction du monde pour un forum industriel de deux jours. NEOM
NEOM a réuni plus de 100 des principales entreprises de construction du monde pour un forum industriel de deux jours. NEOM
Short Url
  • Cette augmentation significative de la main-d'œuvre - une hausse de 43 % par rapport au niveau actuel - marque une étape cruciale dans l'initiative Vision 2030, soulignant le rôle central du projet dans la refonte de l'économie saoudienne
  • a réunion, à laquelle ont participé des entreprises d'Arabie saoudite et des entreprises internationales d'Asie, d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Afrique du Nord, a mis en évidence les progrès actuels de la construction sur le si

RIYADH : La main-d'œuvre du gigantesque projet saoudien NEOM devrait dépasser les 200 000 personnes d'ici 2025, alors que l'ambitieuse ville du Royaume, d'une valeur de 500 milliards de dollars, entre dans sa phase de développement la plus active.  

Cette augmentation significative de la main-d'œuvre - une hausse de 43 % par rapport au niveau actuel - marque une étape cruciale dans l'initiative Vision 2030, soulignant le rôle central du projet dans la refonte de l'économie saoudienne.  

NEOM, actuellement en cours de construction dans le nord-ouest de l'Arabie saoudite, a rassemblé plus de 100 des principales entreprises de construction du monde pour un forum industriel de deux jours, selon un communiqué.  

Nadhmi Al-Nasr, PDG du gigantesque projet, s'est exprimé à cette occasion : "Alors que nous entrons dans la phase de développement la plus active de notre histoire, l'ampleur des opportunités offertes par NEOM est monumentale. Les projets progressant rapidement dans toute la région, nous nous engageons à collaborer avec des entrepreneurs de renommée mondiale pour concrétiser la vision de NEOM".   

L'hôtel d'OXAGON comptera 300 chambres (Fourni)
L'hôtel d'OXAGON comptera 300 chambres (Fourni)

 

Les participants ont pu se faire une idée des plans et de la portée des opportunités à venir et ont visité des sites de projets afin d'assister directement aux travaux de construction en cours. 

L'événement a également facilité les rencontres individuelles, permettant des discussions approfondies sur des perspectives commerciales spécifiques tandis que les entrepreneurs faisaient la démonstration de leurs services et de leurs capacités. 

La réunion, à laquelle ont participé des entreprises d'Arabie saoudite et des entreprises internationales d'Asie, d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Afrique du Nord, a mis en évidence les progrès actuels de la construction sur le site tout en soulignant les développements futurs, signifiant ainsi la transition de NEOM vers la phase suivante de son vaste portefeuille de projets. 

La déclaration souligne qu'à mesure que les projets de la ville entrent dans une nouvelle phase d'exécution, le besoin d'une expertise de premier plan en matière de construction est crucial pour mener à bien certains des projets de développement les plus ambitieux que le monde ait jamais connus. 

It further stated that among these ambitious projects is The Line, a 170-km-long city currently being constructed in modular phases, with the first phase expected to welcome residents in 2030. 

The forum, furthermore, underscored the critical role of innovation within the industry, emphasizing that traditional construction methods are inadequate to meet the scale and scope of the projects in the city of the future. 

Moreover, progress made on-site was demonstrated across NEOM, encompassing advancements in the construction of key projects such as The Line, the Spine, Oxagon, Trojena, and an international airport. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 

 

 


Attaque en Israël: les aéroports iraniens reprennent leurs activités

"Les vols de l'aéroport international Imam Khomeini de Téhéran ont été rétablis à la normale" depuis 06H00. (AFP).
"Les vols de l'aéroport international Imam Khomeini de Téhéran ont été rétablis à la normale" depuis 06H00. (AFP).
Short Url
  • "Les vols de l'aéroport international Imam Khomeini de Téhéran ont été rétablis à la normale" depuis 06H00
  • La situation s'est aussi normalisée dans les aéroports de Mehrabad à Téhéran, et des villes de Tabriz, Mashhad et Shiraz

TEHERAN: Les aéroports iraniens, dont les deux de Téhéran, ont repris lundi leurs activités, qui avaient été suspendues ou perturbées par l'attaque iranienne contre Israël, a annoncé un média d'Etat.

"Les vols de l'aéroport international Imam Khomeini de Téhéran ont été rétablis à la normale" depuis 06H00 (02H30 GMT), a indiqué l'agence de presse officielle Irna.

La situation s'est aussi normalisée dans les aéroports de Mehrabad à Téhéran, et des villes de Tabriz (nord-ouest), Mashhad (nord-est) et Shiraz (sud), selon elle.

L'Iran avait suspendu leur activité par précaution après avoir lancé une attaque sans précédent avec des drones et des missiles dans la nuit de samedi à dimanche contre le territoire israélien, en riposte à une frappe imputée à Israël contre le consulat d'Iran à Damas le 1er avril.

Les autorités israéliennes n'avaient pas exclu, avant l'attaque, de frapper le territoire iranien, en visant probablement des sites militaires ou nucléaires selon des experts.

Avant l'attaque, quelques compagnies aériennes, comme l'Allemande Lufthansa, avaient suspendu leurs vols vers l'Iran, tandis que d'autres décidaient de ne plus survoler le territoire du pays.

Plusieurs pays du Moyen-Orient, dont Israël, l'Irak, le Liban et la Jordanie, avaient en outre fermé dans la nuit de samedi à dimanche leur espace aérien, qu'ils ont rouvert dimanche.