Un camp de réfugiés bombardé à Gaza, Israël dit avoir visé un chef du Hamas

Un Palestinien pleure en tenant un enfant mort retrouvé sous les décombres d'un bâtiment détruit suite aux frappes aériennes israéliennes dans le camp de réfugiés de Nusseirat, au centre de la bande de Gaza, le mardi 31 octobre 2023 (Photo, AP).
Un Palestinien pleure en tenant un enfant mort retrouvé sous les décombres d'un bâtiment détruit suite aux frappes aériennes israéliennes dans le camp de réfugiés de Nusseirat, au centre de la bande de Gaza, le mardi 31 octobre 2023 (Photo, AP).
Short Url
Publié le Mercredi 01 novembre 2023

Un camp de réfugiés bombardé à Gaza, Israël dit avoir visé un chef du Hamas

  • Depuis ce week-end, l'armée israélienne a progressivement déployé des troupes au sol et intensifié ses frappes aériennes
  • Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exclu lundi tout cessez-le-feu

JÉRUSALEM: Des dizaines de Palestiniens ont été tués dans le bombardement du plus grand camp de réfugiés de la bande de Gaza, une frappe que l'armée israélienne a confirmée, indiquant qu'elle ciblait un des responsables de l'attaque du 7 octobre.

Dans une vidéo de l'AFPTV, il est possible de compter au moins 47 corps drapés de linceuls allongés au sol dans la cour d'un hôpital après avoir été extraits des décombres. Les images montrent aussi un énorme cratère et des destructions causées par le bombardement.

La guerre, déclenchée par l'attaque du mouvement islamiste palestinien en Israël le 7 octobre, inédite par sa violence et son ampleur, a déjà fait des milliers de morts et menace d'embraser toute la région.

Depuis ce week-end, l'armée israélienne déploie progressivement des troupes au sol et intensifie ses frappes aériennes. Elle a déploré mardi la mort de deux soldats.

Selon le ministère de la Santé du gouvernement du Hamas qui contrôle Gaza depuis 2007, un bombardement a touché dans la journée le camp de réfugiés de Jabaliya (116.000 réfugiés), tuant "plus de 50" personnes.

L'armée israélienne a confirmé ce bombardement qui visait selon elle un commandant du Hamas, Ibrahim Biari, présenté comme un des responsables de l'attaque du 7 octobre.

Cette "élimination" a eu lieu "dans le cadre d'une vaste opération de lutte contre les terroristes et les infrastructures terroristes appartenant au bataillon central de Jabaliya, qui avait pris le contrôle de bâtiments civils dans la bande de Gaza", d'après l'armée.

"C'était une scène de tremblement de terre", a affirmé à l'AFP un habitant du camp, Ragheb Aqel, âgé de 41 ans.

Le Qatar, impliqué dans les tentatives de résolution de la crise des otages aux mains du Hamas, a condamné "un nouveau massacre", mettant en garde contre l'extension des opérations israéliennes, susceptible selon lui de "saper les efforts de médiation".

Près d'un mois après le début de la guerre, les appels à une "trêve humanitaire" pour soulager les souffrances des 2,4 millions d'habitants de Gaza, restent sans suite, malgré les cris d'alarme quotidiens de l'ONU.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exclu lundi tout cessez-le-feu.

«300 cibles»

Des "combats féroces" dans la bande de Gaza opposent les soldats israéliens au Hamas, a affirmé mardi l'armée israélienne, ajoutant que des dizaines de combattants palestiniens avaient été tués au cours des dernières heures.

"Nous avons fait entrer des véhicules lourdement blindés, des chars, des véhicules blindés de combat, des bulldozers", a dit le porte-parole de l'armée, Jonathan Conricus, faisant état de quelque "300 cibles" frappées en 24 heures.

De son côté, la branche militaire du Hamas a affirmé avoir ciblé "deux blindés" avec des obus antichars, menaçant de faire de la bande de Gaza "un cimetière et un bourbier" pour les soldats israéliens.

Elle a promis par ailleurs d'infliger à Benjamin Netanyahu une défaite "qui sonnera la fin de sa carrière politique".

Si les combats sont intenses, il est impossible de fournir de bilans humains de source indépendante.

 

Borrell condamne «fermement» les attaques de colons israéliens contre des Palestiniens

Le chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell a "fermement" condamné mardi les attaques commises "par des colons israéliens contre des Palestiniens" en Cisjordanie occupée, faisant part de sa "vive inquiétude" à ce sujet.

Lors d'échanges avec les ministres des Affaires étrangères d'Arabie saoudite, d'Egypte et de Jordanie, ainsi qu'avec le secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), M. Borrell a également abordé "la nécessité urgente de restaurer l'horizon politique et de relancer le processus de paix, ainsi que de parvenir à un règlement permanent et durable de ce conflit, fondé sur la solution à deux États", selon un communiqué.

Le porte-parole de l'UE pour les Affaires étrangères, Peter Stano, a pour sa part déclaré que la situation en Cisjordanie "pourrait échapper à tout contrôle" et a mis en garde contre "le risque d'une escalade dangereuse du conflit".

"Israël a le devoir de protéger les civils de Cisjordanie contre la violence des colons extrémistes, de demander des comptes aux auteurs de ces actes et de veiller à ce que les forces de défense israéliennes interviennent. Il s'agit d'une obligation légale qui doit être remplie", a-t-il ajouté.

«Ne serait-ce que trois heures»

En Israël, d'après les autorités, plus de 1.400 personnes sont mortes depuis le 7 octobre, essentiellement des civils tués le jour de l'attaque du Hamas. Au moins 240 otages sont encore aux mains du mouvement islamiste palestinien qu'Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne considèrent comme une organisation "terroriste", selon la même source.

La branche militaire du Hamas a assuré mardi qu'elle se tenait prête à libérer "un certain nombre d'étrangers dans les prochains jours".

Le Hamas affirme que plus de 8.500 personnes, majoritairement des civils, ont été tuées dans les bombardements israéliens dans la bande de Gaza.

La situation humanitaire dans le petit territoire, soumis depuis le 9 octobre à un "siège complet" par Israël, est alarmante, privant les habitants de livraisons d'eau, de nourriture et d'électricité.

Mardi, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a estimé à "plus de 485.000" le nombre de Gazaouis souffrant "de troubles psychiques sévères ou modérés".

A Rafah (sud), des tonnes d'aide continuent de s'entasser du côté égyptien du poste-frontière, en attendant d'être inspectées par Israël, selon un responsable américain ayant requis l'anonymat.

Au total, 117 camions ont pu entrer à ce jour, quand il en faudrait 100 par jour.

Le Haut Commissaire de l'ONU pour les réfugiés, Filippo Grandi, a quant à lui imploré mardi le Conseil de sécurité de "surmonter" ses fractures afin d'"exiger" un cessez-le-feu".

A Gaza-ville, près d'un centre culturel grec-orthodoxe touché dans la nuit, Ahmed al-Kahlout, 50 ans, implore. "Le minimum qu'ils pourraient nous accorder, c'est une trêve, donnez-nous ne serait-ce que trois heures", a-t-il dit à l'AFP.

A Jérusalem, le Patriarcat orthodoxe a dénoncé le bombardement de son centre culturel de Gaza, en déplorant la "détermination injustifiée d'Israël à détruire les infrastructures civiles".

Enfants en danger

La bande de Gaza, où selon le Hamas 3.450 enfants sont décédés, est devenue "un cimetière pour des milliers d'enfants", selon les Nations unies.

"Nos craintes les plus vives de voir le nombre d'enfants tués se transformer en dizaines, puis en centaines, et enfin en milliers, se sont réalisées en l'espace de quinze jours", a déclaré James Elder, porte-parole de l'Unicef, dans un communiqué.

Paris a annoncé mardi la mort de deux enfants français dans la bande de Gaza.

Plus d'un million de mineurs, sur 2,4 millions d'habitants vivant dans ce territoire palestinien de 362 km2, souffrent en outre d'un manque d'eau potable, a précisé M. Elder.

La situation des hôpitaux inquiète également les ONG, alors que les patients manquent de médicament

Les autorités égyptiennes ont annoncé qu'elles étaient prêtes à accueillir mercredi 81 blessés palestiniens via le point de passage de Rafah, selon des sources médicales et des services de sécurité.

Cisjordanie: Deux Palestiniens, dont un septuagénaire, tués par des tirs israéliens

Rawhi Rachid Sawafta, 70 ans, est mort "après avoir été touché par balle au visage" lors d'une incursion de l'armée israélienne dans la ville de Toubas dans le nord de la Cisjordanie, selon le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne.

En début de soirée, un deuxième palestinien âgé de 16 ans, Abdallah Moqbel, a été tué par des tirs de soldats israéliens à Beit Ummar, dans le sud de la Cisjordanie, selon le ministère palestinien.

Par ailleurs, un Palestinien de 14 ans blessé lundi par des tirs de l'armée israélienne à Zawata, au sud-ouest de Toubas, est décédé mardi, selon la même source. Cinq autres Palestiniens ont été tués lundi lors de différents raids de l'armée en Cisjordanie.

Tensions régionales

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres s'est dit "profondément inquiet" mardi, mettant en garde contre le risque d'une "dangereuse escalade au-delà de Gaza".

Au moins 122 Palestiniens ont été tués depuis le 7 octobre par des tirs de soldats et de colons israéliens en Cisjordanie.

Et les menaces d'embrasement régional demeurent. Mardi, Israël a annoncé avoir intercepté un missile tiré depuis la région de la mer Rouge après que les rebelles Houthis au Yémen, un pays riverain, eurent affirmé avoir lancé des drones en direction de l'Etat hébreu.

A la frontière israélo-libanaise, où les accrochages sont quotidiens, l'armée israélienne a affirmé avoir effectué de nouvelles frappes aériennes visant le Hezbollah, allié du Hamas.


Ryad se prépare à accueillir la conférence des Nations unies sur la désertification en décembre

La conférence se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention. (X/@Cop16Riyadh)
La conférence se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention. (X/@Cop16Riyadh)
Short Url
  • "La COP16 sera un événement marquant pour l'accélération de l'action en faveur de la résilience des terres et de la sécheresse, et elle changera la donne pour la transition verte en Arabie saoudite, dans la région et au-delà", a déclaré l'UNCCD dans un co
  • Une exposition au siège des Nations unies a présenté les préparatifs de l'Arabie saoudite en vue d'accueillir les 11 jours de la CdP16 de la CCD.

RIYADH : La capitale de l'Arabie saoudite accueillera en décembre la 16e session de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, ou COP16.

L'événement se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention.

"La COP16 sera un événement marquant pour l'accélération de l'action en faveur de la résilience des terres et de la sécheresse, et elle changera la donne pour la transition verte en Arabie saoudite, dans la région et au-delà", a déclaré l'UNCCD dans un communiqué publié sur son site web.

En préparation de ce qui est considéré comme le plus grand événement environnemental des Nations unies axé sur la désertification, l'Arabie saoudite a exposé sa vision des solutions environnementales durables, en se concentrant sur la lutte contre le problème lors du forum politique de haut niveau des Nations unies sur le développement durable.

Lors d'un événement organisé du 8 au 18 juillet à New York, la délégation saoudienne a participé à des sessions clés portant sur des questions économiques, sociales, politiques et environnementales qui ont un impact direct sur le développement durable.

La délégation a souligné les initiatives et les efforts législatifs de l'Arabie saoudite en matière de protection de l'environnement, qui ont eu une influence considérable sur les villes et les villages du Royaume.

Une exposition au siège des Nations unies a présenté les préparatifs de l'Arabie saoudite en vue d'accueillir les 11 jours de la CdP16 de la CCD.

La délégation comprenait des représentants de 18 entités gouvernementales saoudiennes et a participé à des réunions bilatérales, des discussions publiques et des sessions clés avec des ministres de différents pays. Elle a également fourni des informations détaillées sur la gestion durable des terres et discuté des effets négatifs de la dégradation des terres sur l'économie mondiale, la sécurité alimentaire, le changement climatique et la pénurie d'eau.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les armes incendiaires israéliennes laissent des traces de destruction dans le sud du Liban

Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne. (Fourni)
Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne. (Fourni)
Short Url
  • Le Hezbollah acceptera toute décision de trêve du Hamas et respectera le cessez-le-feu : Nasrallah

BEYROUTH : L'armée israélienne a allumé jeudi des incendies dans des vergers et des forêts à la frontière libanaise en utilisant des armes incendiaires interdites au niveau international.

Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne.

La frappe, au sud de Kabri, "a eu un impact direct" et a fait des morts et des blessés du côté israélien, a déclaré le Hezbollah.

Le groupe a également pris pour cible des soldats israéliens près de Hanita, affirmant dans un communiqué que l'attaque avait fait "un mort et deux blessés".

Les frappes de drones du Hezbollah ont eu des "conséquences très dures" pour les cibles visées, a déclaré la chaîne israélienne Channel 13.

Dans un communiqué, l'armée israélienne a déclaré "Suite aux sirènes d'alerte qui ont été activées dans la région de la Haute Galilée dans la matinée, des drones ont été observés en train de traverser le territoire libanais et d'atterrir dans la région de la Haute Galilée".

Les systèmes de défense aérienne ont intercepté plusieurs cibles se dirigeant vers Israël, a ajouté l'armée.

Pendant ce temps, l'artillerie israélienne au phosphore a ciblé Mays Al-Jabal, et les restes d'un missile intercepteur sont tombés sur le toit d'une maison habitée à Shaqra.

Le bombardement de Naqoura et d'Alma Al-Shaab a provoqué des incendies dans les forêts et les oliveraies. Les équipes de la défense civile libanaise se sont efforcées d'éteindre les incendies.

L'artillerie lourde israélienne a pilonné plusieurs zones frontalières - Houla, Wadi Al-Saluki, Aitaroun, Naqoura, Alma Al-Shaab et Dhayra - dont certaines ont été des cibles fréquentes depuis le début des affrontements il y a neuf mois.

Les avions israéliens ont violé l'espace aérien du Sud-Liban en volant à très basse altitude.

Le parti socialiste progressiste a appelé jeudi à une action urgente en réponse à l'interception par Israël d'appels téléphoniques au Liban.

Le journal libanais An-Nahar a fait état de cette violation, qui a permis à Israël d'accéder à des données, telles que des appels téléphoniques, par le biais du câble sous-marin qui relie le Liban à Chypre.

Le parti a remis en question l'approbation par le Liban, en 2022, du câble CADMOS-2, qui est relié au câble israélien Ariel reliant Haïfa et Tel-Aviv à Chypre.

Le Liban "n'a pas pris de mesures de précaution pour empêcher une violation aussi importante", a averti le parti.

Le Hezbollah a réagi en demandant à ses membres d'éviter les appels téléphoniques et l'utilisation d'Internet, et de déconnecter les caméras de surveillance dans le sud du pays.

Cette directive fait suite à l'assassinat de membres importants du Hezbollah.

"Nous ne sommes pas au bord d'une guerre ouverte ou de grande envergure. Ni les Israéliens ni les Libanais ne le souhaitent. Même les puissances régionales et internationales ne le souhaitent pas", a déclaré Ibrahim Moussaoui, député du Hezbollah.

Moussaoui a déclaré à CNN : "Depuis le début des hostilités, nous avons établi un modus operandi selon lequel toute escalade provoquée par l'ennemi israélien sera confrontée à une escalade de même intensité, voire plus.

"C'est ainsi que les choses se passent jusqu'à présent. Cependant, je ne crois pas qu'une guerre totale favorise l'une ou l'autre des parties".

Dans son discours de mercredi soir, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a fait référence aux négociations de cessez-le-feu menées à Doha entre le Hamas et Israël, en présence de l'Égypte, du Qatar et des États-Unis.

M. Nasrallah a déclaré que son mouvement accepterait toute décision du Hamas concernant les négociations sur la trêve à Gaza, ajoutant que le Hezbollah mettrait fin à ses attaques transfrontalières contre Israël si un cessez-le-feu était conclu.

"Tout ce que le Hamas acceptera, tout le monde l'acceptera et en sera satisfait", a-t-il déclaré.

"C'est notre engagement en tant que front de soutien. Nous avons été clairs à ce sujet depuis le début, et cela devrait aller de soi.

"Nos frères du Hamas le savent mieux que nous. Nous ne demandons à personne d'écouter notre avis. Nous nous tenons à leurs côtés et les soutenons dans toute position ou décision qu'ils prendront jusqu'à la fin".

Un observateur politique a décrit l'annonce de Nasrallah comme "une position qui tend vers la désescalade et répond aux négociations en cours à Doha".

Et d'ajouter : "L'Iran n'est pas loin d'adopter la même position".

Pendant ce temps, les responsables israéliens ont intensifié leurs menaces à l'encontre du Hezbollah, mettant en garde contre la possibilité d'une guerre sur deux fronts.

Lors de sa tournée en Galilée, le chef d'état-major israélien Herzi Halevi a déclaré : "Nous devons être en mesure d'affronter deux fronts : "Nous devons être capables d'affronter deux fronts simultanément, et nous devons nous rendre compte que ces guerres vont durer longtemps".

Il a ajouté : "L'Iran est plus proche que jamais d'obtenir des armes nucléaires. Nous pourrions être confrontés à des confrontations répétées avec l'Iran".


Le ministre saoudien des Affaires étrangères reçoit à Riyad la conseillère du président français pour le Moyen-Orient

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, reçoit la conseillère du président français pour la région MENA, Anne-Claire Legendre, jeudi à Riyad. (SPA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, reçoit la conseillère du président français pour la région MENA, Anne-Claire Legendre, jeudi à Riyad. (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal et Anne-Claire Legendre ont passé en revue les relations franco-saoudiennes et les moyens de les renforcer et de les développer dans divers domaines

RIYAD : Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, a reçu jeudi à Riyad la conseillère du président français pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Au cours de cette réception, le prince Faisal et Anne-Claire Legendre ont passé en revue les relations franco-saoudiennes et les moyens de les renforcer et de les développer dans divers domaines.

Les développements régionaux, y compris la situation dans la bande de Gaza et les efforts déployés à cet égard, ont également été abordés au cours de la réunion.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com