Sommet saoudo-africain: Mohammed ben Salmane réitère la condamnation des violations israéliennes à Gaza

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a réitéré vendredi la condamnation par le Royaume des violations israéliennes dans la bande de Gaza et du déplacement forcé des Palestiniens dans l'enclave. (SPA)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a réitéré vendredi la condamnation par le Royaume des violations israéliennes dans la bande de Gaza et du déplacement forcé des Palestiniens dans l'enclave. (SPA)
Short Url
Publié le Samedi 11 novembre 2023

Sommet saoudo-africain: Mohammed ben Salmane réitère la condamnation des violations israéliennes à Gaza

  • Le prince Mohammed a également dénoncé le déplacement forcé des Palestiniens dans l'enclave
  • Le sommet de Riyad a rassemblé 50 dirigeants du Moyen-Orient et de l'Afrique

RIYAD: Les dirigeants de 50 pays du Moyen-Orient et d'Afrique se sont réunis à Riyad vendredi pour le premier Sommet saoudo-africain. 

Cet événement, qui a suivi le Sommet économique saoudo-arabo-africain le jeudi, visait à renforcer la coordination politique entre les pays africains et le Royaume, à traiter les menaces contre la sécurité régionale, à promouvoir la transformation économique à travers de nouveaux partenariats et la recherche, tout en plaidant pour le développement local pour de nouvelles solutions énergétiques et la coopération en matière d'investissement.

Lors de la réunion de jeudi, le Fonds saoudien de développement a annoncé la signature d'accords d'une valeur de 2 milliards de riyals (533 millions de dollars) avec des pays africains.

Dans son discours d'ouverture vendredi, le prince héritier Mohammed ben Salmane a réitéré la «condamnation des forces d'occupation israéliennes pour leur violation du droit international humanitaire à Gaza». 

EN BREF

  • Lors de la réunion de jeudi, le Fonds saoudien de développement a annoncé la signature d'accords d'une valeur de 2 milliards de riyals (533 millions de dollars) avec des pays africains.
  • Dans son discours d'ouverture vendredi, le prince héritier Mohammed ben Salmane a réitéré la «condamnation des forces d'occupation israéliennes pour leur violation du droit international humanitaire à Gaza».

Il a ajouté : «Nous soulignons la nécessité de mettre fin à cette guerre et aux déplacements forcés, et de créer les conditions pour instaurer la stabilité et la paix».

Plusieurs dirigeants africains ont appuyé les propos du prince héritier

Pravind Kumar Jugnauth, le Premier ministre de Maurice, a déclaré : «Nous réaffirmons notre soutien à la solution des deux États, seul moyen d'atteindre une paix durable dans la région».

Avant de prononcer son discours, le président tchadien Mahamat Idriss Deby a réclamé une minute de silence en mémoire des victimes palestiniennes du conflit. 

«Malgré la tenue de ce sommet en ces temps difficiles, nous devons néanmoins chercher à renforcer la coopération et à développer nos partenariats pour faire face à ces défis en période de pertes humaines», a-t-il déclaré. 

«J'en appelle au Royaume d'Arabie saoudite et aux nations africaines pour soutenir le développement au bénéfice commun de tous les pays et forger des partenariats basés sur les intérêts mutuels et le respect de toutes les parties dans divers domaines, qu'ils soient politiques, économiques, commerciaux, humanitaires ou environnementaux».

D'autres dirigeants ont exprimé le souhait de leurs pays d’aboutir à un cessez-le-feu immédiat à Gaza qui pourrait mettre ainsi fin aux souffrances humaines et permettre d’œuvrer pour instaurer la paix.

Deby a également déclaré qu'il était «attristé» par la guerre au Soudan, qui, selon lui, a «grandement affecté la situation économique et sociale au Tchad». 

«Je saisis cette occasion pour souligner la présence de nombreux citoyens soudanais déplacés au Tchad, et dire que nous avons déjà lancé plusieurs appels pour résoudre ce problème. Le Tchad, quant à lui, apporte le soutien nécessaire à cet égard».

Outre le conflit à Gaza, le Sommet saoudo-africain s'est tenu dans le contexte de plusieurs défis mondiaux et régionaux, tels que le changement climatique, les conséquences de la pandémie de COVID-19, les guerres au Soudan et en Ukraine, l'inflation, la pénurie d'eau et la sécurité alimentaire.

Plusieurs dirigeants ont évoqué le partenariat et les liens d'amitié entre l'Arabie saoudite et le continent africain, qui remontent à la période entre les années 1950 et 1970 lorsque plusieurs nations africaines avaient obtenu leur indépendance.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali, dont le pays continue de faire face à des troubles un an après la fin de la guerre du Tigré, a souligné l'importance des relations saoudo-africaines et le potentiel de futures collaborations. 

Il a salué l'engagement du Royaume à investir en Afrique, notamment dans des secteurs tels que les énergies renouvelables, les infrastructures, l'agriculture, la santé et l'éducation, exprimant l'enthousiasme de l'Éthiopie à poursuivre le renforcement des relations économiques qui contribuent au développement social des nations africaines.

L'Éthiopie est l'une des économies à la croissance la plus rapide de la région, mais aussi l'une des plus pauvres. Entre 1995 et 2021, la valeur des exportations saoudiennes vers l'Éthiopie a augmenté d'environ 33 % pour atteindre 174 millions de dollars.

Abiy s'est entretenu avec le prince héritier en marge du sommet.

Le président nigérian Bola Tinubu, dont les réformes des dernières décennies ont été bien accueillies à l'étranger, a déclaré que son pays était désireux d'attirer davantage d'investissements directs étrangers pour soutenir le développement des infrastructures.

Il a également souligné le potentiel d'une relation diplomatique et économique renforcée avec l'Arabie saoudite.

En marge de la conférence, le ministre d'État saoudien aux Affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, a rencontré le président Filipe Nyusi du Mozambique et le ministre des Affaires étrangères du Burundi, Albert Chingyor.

Le succès du Sommet saoudo-africain dépend de sa capacité à renforcer les liens historiques et économiques entre les deux parties.

Abdel Fattah Al-Burhan, président du Conseil souverain de transition du Soudan, a déclaré: «Le Soudan soutiendra toujours le partenariat saoudo-africain, tirant avantage de sa position géographique qui relie le continent africain à la Corne de l'Arabie. Nous nous réjouissons de ce partenariat et aspirons à sa réussite.

«Nous désirons servir de lien entre le continent africain et le Royaume d'Arabie saoudite.»

Fin octobre, les factions en conflit au Soudan ont repris les pourparlers dans le Royaume pour mettre fin à un conflit qui sévit depuis plus de six mois, et ayant causé la mort de milliers de personnes.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministère de la Culture lance le concours «1727» pour commémorer le jour de la fondation de l'Arabie saoudite

La compétition commence jeudi et se termine samedi. Elle est ouverte au grand public. (Twitter @SAFoundingDay)
La compétition commence jeudi et se termine samedi. Elle est ouverte au grand public. (Twitter @SAFoundingDay)
Short Url
  • Cette compétition fait partie des nombreux événements et activités présentés par le ministère de la Culture pour commémorer le Jour de la Fondation, source d’une immense fierté pour tous les Saoudiens
  • Les participants, qui répondent correctement à toutes les questions et avancent dans toutes les étapes, seront qualifiés pour un tirage au sort

RIYAD: Le ministère de la Culture a annoncé le lancement du concours «1727», doté de prix de 100 000 SR, en l'honneur du Jour de la fondation de l’Arabie saoudite.  

Ce concours, ouvert au grand public, débute jeudi et se poursuivra jusqu'à samedi. Il comprend une série de questions liées à la création de l’État saoudien par l’imam Mouhammad ben Saoud en 1727 après J-C.

Les participants devront répondre à huit questions diverses divisées en quatre étapes, avec deux questions par étape, axées sur les aspects culturels et historiques du Jour de la Fondation.

Les participants, qui répondent correctement à toutes les questions et avancent dans toutes les étapes, seront qualifiés pour un tirage au sort. 100 gagnants seront retenus au hasard, chacun recevant 1 000 SR.

Ce concours s'inscrit dans le cadre des nombreux événements et activités présentés par le ministère de la Culture pour commémorer le Jour de la Fondation, source d'immense fierté pour tous les Saoudiens. Ces événements visent à intéresser toutes les composantes de la société à travers le Royaume.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Nouveaux raids israéliens sanglants à Gaza, discussions sur une trêve à Paris

Une femme palestinienne blessée par une frappe israélienne pleure la mort de son frère dans la frappe, dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le groupe islamiste palestinien Hamas, à l'hôpital Abu Yousef Al-Najjar à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 23 février 2024. (Photo, Reuters)
Une femme palestinienne blessée par une frappe israélienne pleure la mort de son frère dans la frappe, dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le groupe islamiste palestinien Hamas, à l'hôpital Abu Yousef Al-Najjar à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 23 février 2024. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Les opérations militaires israéliennes ont fait au moins 103 morts dans la nuit, a annoncé samedi le ministère de la Santé du Hamas
  • «Regardez, nous nous battons pour du riz», a témoigné Ahmad Atef Safi, faisant la queue pour obtenir de la nourriture à Jabaliya dans le nord

TERRITOIRES PALESTINIENS : Plus de 100 Palestiniens ont été tués dans de nouvelles frappes nocturnes israéliennes dans la bande de Gaza assiégée et dévastée, a indiqué samedi le Hamas, avant des discussions prévues à Paris sur une trêve en présence d'une délégation israélienne.

Plus de quatre mois après le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste Hamas, la situation humanitaire ne cesse d'empirer dans le territoire palestinien où l'ONU a mis en garde contre "une menace de famine de masse" faute d'approvisionnements suffisants en eau et nourriture.

"Regardez, nous nous battons pour du riz", a dit à l'AFP Ahmad Atef Safi, faisant la queue pour obtenir de la nourriture à Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza: "C'est une guerre de famine."

L'inquiétude grandit chaque jour à Rafah, à la pointe sud du territoire palestinien où se massent au moins 1,4 million de personnes, pour la plupart des déplacés, menacée d'une opération de grande envergure de l'armée israélienne.

Avant l'aube, les bombardements israéliens ont coûté la vie à au moins 103 Palestiniens dans la bande de Gaza, a indiqué le ministère de la Santé du Hamas qui fait état quotidiennement état d'une centaine de morts dans ce petit territoire où Israël mène l'offensive la plus vaste de son histoire.

Au moins 29.606 Palestiniens y ont péri, en grande majorité des civils, depuis le début de la guerre le 7 octobre, selon le dernier bilan du même ministère.

Ce jour-là, des commandos du Hamas infiltrés de Gaza ont mené une attaque d'une violence sans précédent dans le sud d'Israël durant laquelle au moins 1.160 personnes, en majorité des civils, ont été tuées, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

Non à une «réoccupation de Gaza»

Durant l'attaque, quelque 250 personnes ont été en outre enlevées et emmenées à Gaza. Selon Israël, 130 otages, dont 30 seraient morts, y sont encore retenus après la libération d'une centaine à la faveur d'une trêve d'une semaine fin novembre, en échange de prisonniers palestiniens.

Après l'attaque, Israël a juré d'anéantir le mouvement islamiste palestinien, qui a pris le pouvoir à Gaza en 2007 et qu'il considère, à l'instar des Etats-Unis et de l'Union européenne, comme une organisation terroriste.

Après avoir mené une campagne de bombardements par terre, mer et air contre le territoire exigu, l'armée israélienne a lancé le 27 octobre une offensive terrestre dans le nord de la bande de Gaza et ses soldats ont progressé jusqu'à Khan Younès dans le sud, où se concentrent les combats.

Déterminé à poursuivre la guerre jusqu'à l'élimination du Hamas, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a présenté jeudi à son cabinet un plan d'"après-guerre", qui prévoit le maintien du "contrôle sécuritaire" d'Israël sur le territoire qu'il avait occupé de 1967 à 2005.

Ce plan a été immédiatement rejeté par le Hamas et l'Autorité palestinienne basée en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Et critiqué par les Etats-Unis, principal allié d'Israël, dont le chef de la diplomatie, Antony Blinken, a réaffirmé l'opposition de son pays à toute "réoccupation israélienne" de Gaza.

Face au blocage diplomatique, de nouvelles discussions sont prévues à Paris pour tenter d'obtenir une trêve assortie d'une libération des otages.

Une délégation menée par le chef du Mossad, les services secrets israéliens, David Barnea, est arrivée dans la capitale française.

«La faim»

M. Barnea avait rencontré fin janvier à Paris ses homologues américain et égyptien et le Premier ministre du Qatar, les principaux médiateurs dans le conflit.

D'après une source du Hamas, le plan prévoyait alors une pause de six semaines et la libération de 200 à 300 prisonniers palestiniens en échange de 35 à 40 otages.

Des pourparlers ont aussi eu lieu cette semaine en Egypte et un émissaire américain vient d'achever une mission en Israël.

En Israël, des familles d'otages ont appelé à une vaste mobilisation samedi pour réclamer leur libération.

"Ramenez-les à la maison, c'est tout. On ne peut pas rester là plus longtemps, on finira par s'écrouler", a affirmé Avivit Yablonka, la soeur d'un otage qui vient chaque semaine sur une place de Tel-Aviv devenue point de ralliement des familles.

En quatre mois et demi, la guerre a déplacé des centaines de milliers de Palestiniens et poussé environ 2,2 millions d'habitants, soit l'immense majorité de la population de la bande de Gaza, au bord de la famine, selon l'ONU.

L'aide, dont l'entrée est soumise au feu vert d'Israël, est toujours insuffisante et son acheminement vers le nord est difficile en raison des destructions et des combats.

"Nous ne pouvons pas nous tenir debout à cause de la faim", a lancé Oum Wajdi Salha, une habitante de Jabaliya dans le nord de Gaza.


Washington détruit trois drones houthis en mer Rouge et sept missiles anti-navire

Un extrait d'une vidéo diffusée par le centre des médias du Huthi Ansarullah du Yémen, le 19 novembre 2023, montre des membres du groupe militant lors de la capture d'un navire de charge lié à Israël, dans un lieu non défini de la mer Rouge. (Photo Ansarullah Media Centre AFP)
Un extrait d'une vidéo diffusée par le centre des médias du Huthi Ansarullah du Yémen, le 19 novembre 2023, montre des membres du groupe militant lors de la capture d'un navire de charge lié à Israël, dans un lieu non défini de la mer Rouge. (Photo Ansarullah Media Centre AFP)
Short Url
  • Les militants yéménites, soutenus par l'Iran, continuent de viser depuis novembre le trafic maritime dans ce couloir essentiel du commerce mondial, malgré la réponse militaire américaine
  • Tôt vendredi, les Américains «ont abattu trois drones d'attaque explosifs près de plusieurs navires marchands naviguant en mer Rouge. Il n'y a eu aucun dégât sur les navires», a écrit le Centcom dans un communiqué

WASHINGTON : Les forces armées américaines ont annoncé avoir abattu vendredi en mer Rouge trois drones d'attaques venant des militants Houthis du Yémen et détruit sept missiles anti-navire positionnés à terre.

Les militants yéménites, soutenus par l'Iran, continuent de viser depuis novembre le trafic maritime dans ce couloir essentiel du commerce mondial, malgré la réponse militaire américaine.

Tôt vendredi, les Américains «ont abattu trois drones d'attaque explosifs près de plusieurs navires marchands naviguant en mer Rouge. Il n'y a eu aucun dégât sur les navires», a écrit le Commandement militaire des Etats-Unis pour le Moyen-Orient (Centcom), dans un communiqué.

Le Centcom a ensuite rapporté que les forces américaines avaient détruit «sept missiles de croisière anti-navire mobiles des Houthis, soutenus par l'Iran, qui étaient prêts à être lancés en direction de la mer Rouge».

Ces frappes, menées entre 12H30 et 19H15 locales (entre 09H30 et 16H15 GMT), ont été effectuées, selon lui, en état de légitime défense.

«Les forces du Centcom ont identifié ces missiles dans les zones du Yémen contrôlées par les Houthis et ont déterminé qu'ils représentaient une menace imminente pour les navires marchands et les navires de la Marine américaine dans la région», a déclaré l'armée dans un second communiqué publié tard vendredi.

La veille, les troupes américaines avaient frappé au sol quatre drones et deux missiles anti-navire qui s’apprêtaient à être tirés «vers la mer Rouge depuis des zones du Yémen contrôlées par les Houthis», selon le Centcom.

Les Houthis mènent depuis novembre des attaques de navires qu'ils estiment liés à Israël. Ils affirment agir en solidarité avec les Palestiniens dans la bande de Gaza, où Israël mène une guerre sanglante contre le Hamas en représailles à l'attaque sans précédent de ce mouvement islamiste palestinien sur le sol israélien le 7 octobre.

Face aux attaques houthies, les Etats-Unis, soutien d'Israël, ont mis en place en décembre une force multinationale de protection maritime en mer Rouge et lancé, avec l'aide du Royaume-Uni, des frappes au Yémen contre les Houthis. Ces derniers ont depuis élargi leurs attaques à des navires liés aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni.