Plus de 100 000 manifestants à Paris contre l'antisémitisme

Des manifestants, brandissant des pancartes et participent à une marche contre l'antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023 (Photo, AFP).
Des manifestants, brandissant des pancartes et participent à une marche contre l'antisémitisme à Paris, le 12 novembre 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 13 novembre 2023

Plus de 100 000 manifestants à Paris contre l'antisémitisme

  • La France insoumise, accusée d'ambivalences sur l'antisémitisme, ne participe pas à la manifestation du fait de la présence du RN
  • L'esplanade des Invalides, point de départ de la marche, est restée longtemps emplie d'une foule compacte, témoignant d'une très forte affluence

PARIS: Une foule très nombreuse, un signal adressé par les Français: plus de 100.000 personnes ont défilé dimanche à Paris et des dizaines de milliers d'autres partout en France pour la "grande marche" contre l'antisémitisme, en présence d'une bonne partie de la classe politique, mais sans le chef de l'Etat ni l'opposition de gauche radicale.

"Pour la République, contre l'antisémitisme": derrière ce mot d'ordre, la tête du cortège s'est élancée depuis le parvis de l'Assemblée nationale avant de s'arrêter à plusieurs reprises pour entonner la Marseillaise. Peu de pancartes ou de banderoles, mais les drapeaux tricolores étaient de sortie.

L'esplanade des Invalides, point de départ de la marche, est restée longtemps emplie d'une foule compacte, témoignant d'une très forte affluence. Les manifestants étaient précisément 105.000 à Paris, selon la police, mais aussi 7.500 à Marseille ou encore 3.000 à Lyon et Strasbourg.

Au total, le ministère de l'Intérieur a totalisé en fin de journée 182.000 participants, dont la capitale, dans plus de 70 villes.

"Je ne pensais pas devoir manifester un jour contre l'antisémitisme", a témoigne auprès de l'AFP Johanna, 46 ans, secrétaire médicale en Seine-Saint-Denis, venue pour la seule raison qu'on ne doit pas "avoir peur d'être juif". Comme beaucoup, elle a préféré ne donner que son prénom.

Un carré de personnalités politiques, au premier rang desquelles les deux têtes du Parlement, Yaël Braun-Pivet et Gérard Larcher, à l'initiative de cette marche, ainsi que la Première ministre Elisabeth Borne, les ex-présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande, et le président du Crif Yonathan Arfi.

"On est heureux et rassurés que les Français aient répondu présents", a dit Yaël Braun-Pivet. "Notre ordre du jour, c'est la République", a résumé M. Larcher, prônant un "sursaut citoyen" face à l'explosion du nombre d'actes hostiles aux juifs depuis les massacres du Hamas en Israël le 7 octobre et la riposte militaire massive qui a suivi.

La France compte la communauté juive la plus nombreuse d'Europe, avec environ 500.000 personnes, qui vivent côte-à-côte avec des millions de musulmans. L'augmentation des actes antisémites est un des signes d'une importation redoutée du conflit.

"Je suis juif et j'ai pas envie de me cacher pour pouvoir vivre tranquillement", témoigne Lucas, 17 ans, lycéen en banlieue parisienne.

C'est une cause pour laquelle "tout le monde devrait se sentir concerné", a jugé le grand rabbin de France Haïm Korsia, regrettant que le sujet ait tourné au pugilat politique, "une honte".

"Les postures n'ont pas leur place" dans cette manifestation, a mis en garde Elisabeth Borne dimanche matin, ciblant à la fois La France insoumise dont "l'absence parle d'elle-même", et le Rassemblement national dont "la présence ne trompe personne".

Tensions

"Nous sommes exactement là où nous devons être", a rétorqué Marine Le Pen quelques heures plus tard depuis les Invalides, fustigeant la "petite politique politicienne" de ses détracteurs qui soulignent depuis plusieurs jours le passé antisémite de son parti.

Elle a reçu un soutien inattendu d'Edouard Philippe, l'ancien Premier ministre d'Emmanuel Macron qui, tout en combattant le RN, ne fait "pas le tri des bonnes volontés qui veulent lutter contre l'antisémitisme".

Pour des électeurs d'extrême droite comme Christine, retraitée de 71 ans rencontrée dans la manifestation, "on est en train de faire passer le RN pour un parti anti-juif à cause des mots maladroits" de son fondateur Jean-Marie Le Pen.

La présence du RN était cependant source de quelques tensions dans le défilé. Un groupe de militants juifs de gauche a ainsi brièvement essayé de s'opposer à sa participation au début de la manifestation.

Les partis de gauche Europe Ecologie-Les Verts, PS et PCF ont eux choisi de s'afficher derrière une banderole commune "contre l'antisémitisme et tous les fauteurs de haine et de racisme" dans une démarche de "cordon républicain" face à l'extrême droite, qui a défilé en queue de cortège.

"On ne peut pas nier qu'on connaît des voisins juifs qui ont peur", dit à l'AFP Nathalie Cassard, 53 ans, parisienne, lectrice documentaliste et électrice de gauche.

Lutte contre l'antisémitisme: Edouard Philippe «prend tout le monde» RN compris

L'ancien Premier ministre Édouard Philippe a pris le contrepied du reste de la majorité macroniste dimanche, en jugeant d'un bon œil la participation du Rassemblement national (RN) à la manifestation contre l'antisémitisme.

"Lorsqu'il s'agit de dire quelle nation nous voulons être, lorsqu'il s'agit de dire que nous voulons combattre l'antisémitisme, moi je prends tout le monde", a-t-il dit sur BFMTV, tout en rappelant qu'il est un adversaire résolu du parti de Marine Le Pen.

"Le Front national est un parti politique que je combats", a-t-il déclaré en utilisant l'ancien nom du Rassemblement national, lié à son cofondateur désormais écarté Jean-Marie Le Pen, condamné à plusieurs reprises pour des propos antisémites ou négationnistes.

"Le fait que le Rassemblement national dise de façon explicite, peut-être désormais, qu'il lutte contre l'antisémitisme est quelque chose à prendre en compte. Je ne fais pas le tri des bonnes volontés qui veulent lutter contre l'antisémitisme", a ajouté le favori des sondages dans le camp macroniste pour l'élection présidentielle de 2027.

Macron absent

Emmanuel Macron, lui, a décidé de ne pas défiler. Le président s'est adressé aux Français samedi soir, par le biais d'une lettre dans le journal Le Parisien. Il y a déploré "l'insupportable résurgence d'un antisémitisme débridé".

"Une France où nos concitoyens juifs ont peur n'est pas la France", a-t-il écrit, en lançant un appel à l'unité du pays derrière "son universalisme".

Mais la France insoumise manquait à l'appel. Le parti de gauche radicale, accusé d'ambivalences sur l'antisémitisme, boycottait la manifestation du fait de la présence du RN. Jean-Luc Mélenchon a affirmé en fin de journée que les organisateurs avaient "échoué à reproduire les mobilisations générales du passé".

Signe d'une fracture grandissante, le dépôt de gerbe organisé par LFI en fin de matinée près de l'emplacement de l'ancien Vel d'Hiv a été perturbé par un groupe de contre-manifestants arborant des pancartes "Touche pas à la mémoire".

Les responsables musulmans étaient par ailleurs divisés, plusieurs organisations ayant déploré que l'appel à manifester ne comporte "pas un mot sur l'islamophobie" et pointé "les amalgames" entre islam et antisémitisme.


L'ex-détenu en Iran Louis Arnaud est arrivé en France

Après avoir serré la main du ministre des Affaires étrangères Stéphane Séjourné, présent au pied de la passerelle du petit avion qui l'a transporté à l'aéroport du Bourget, près de Paris, il a ensuite longuement serré dans ses bras son père, puis sa mère, venus l'y attendre. (AFP).
Après avoir serré la main du ministre des Affaires étrangères Stéphane Séjourné, présent au pied de la passerelle du petit avion qui l'a transporté à l'aéroport du Bourget, près de Paris, il a ensuite longuement serré dans ses bras son père, puis sa mère, venus l'y attendre. (AFP).
Short Url
  • L'ex-détenu n'est pas monté directement dans l'ambulance mise à disposition. Il s'est dirigé, visiblement fatigué mais souriant, bras dessus bras dessous avec ses proches, vers un salon, hors du champ des caméras
  • "Je suis très heureux d'accueillir ici un de nos otages qui était justement détenu arbitrairement en Iran", a déclaré Stéphane Séjourné, saluant une "belle victoire diplomatique de la France (...) pour faire sortir notre compatriote français"

PARIS: Le Français Louis Arnaud, qui était détenu en Iran depuis septembre 2022, est arrivé jeudi matin en France après sa libération la veille, selon des images diffusées en direct par la chaîne de télévision LCI.

Après avoir serré la main du ministre des Affaires étrangères Stéphane Séjourné, présent au pied de la passerelle du petit avion qui l'a transporté à l'aéroport du Bourget, près de Paris, il a ensuite longuement serré dans ses bras son père, puis sa mère, venus l'y attendre.

L'ex-détenu n'est pas monté directement dans l'ambulance mise à disposition. Il s'est dirigé, visiblement fatigué mais souriant, bras dessus bras dessous avec ses proches, vers un salon, hors du champ des caméras.

"Je suis très heureux d'accueillir ici un de nos otages qui était justement détenu arbitrairement en Iran", a déclaré Stéphane Séjourné, saluant une "belle victoire diplomatique de la France (...) pour faire sortir notre compatriote français".

Il a toutefois rappelé que trois Français restaient encore détenus en Iran. "Notre diplomatie est toujours mobilisée" pour obtenir leur libération, a-t-il assuré.

Les trois autres Français toujours détenus dans les geôles iraniennes sont le couple Cécile Kohler et Jacques Paris, arrêtés en mai 2022 ainsi qu'un Français prénommé Olivier dont le nom n'a pas été rendu public.

Louis Arnaud, 36 ans, consultant, avait entamé un tour du monde en juillet 2022 qui l'avait mené jusqu'en Iran, "un pays qu'il rêvait de visiter depuis longtemps pour la richesse de son histoire et l'accueil de ses habitants", avait relaté sa mère Sylvie Arnaud il y a quelques mois.

Il avait été arrêté en septembre 2022 avec d'autres Européens accusés d'avoir participé aux manifestations après la mort de Mahsa Amini, une jeune Kurde iranienne décédée après son arrestation par la police des moeurs.

Ses compagnons de voyage avaient été assez vite libérés mais Louis Arnaud était resté en prison avant d'être condamné, en novembre dernier, à cinq ans de prison pour propagande et atteinte à la sécurité de l'Etat iranien.

Deux autres Français, Benjamin Brière et Bernard Phelan, qui a également la nationalité irlandaise, avaient, eux, été libérés il y a un peu plus d'un an, en mai 2023, pour "raisons humanitaires". Ils étaient alors très affaiblis et diminués par une grève de la faim.

La République islamique d'Iran détient une dizaine de ressortissants occidentaux et est accusée par leurs soutiens et des ONG de s'en servir comme monnaie d'échange dans des négociations d'Etat à Etat.


Attentat de Nice: les deux accusés fixés sur leur sort en appel

Alors qu'en première instance le parquet avait requis 15 ans d'emprisonnement contre les deux hommes, l'avocate générale, Naïma Rudloff, a cette fois requis le maximum légal prévu, soit 20 ans de réclusion à leur encontre. (AFP).
Alors qu'en première instance le parquet avait requis 15 ans d'emprisonnement contre les deux hommes, l'avocate générale, Naïma Rudloff, a cette fois requis le maximum légal prévu, soit 20 ans de réclusion à leur encontre. (AFP).
Short Url
  • Seuls deux des huit accusés de première instance, Mohamed Ghraieb et Chokri Chafroud, deux amis de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, le Tunisien de 31 ans auteur de l'attentat au camion-bélier ont choisi de faire appel
  • Poursuivis pour association de malfaiteurs terroriste, ils avaient été tous deux condamnés à 18 ans de réclusion criminelle lors du premier procès en décembre 2022.

PARIS: La cour d'assises spéciale de Paris rend jeudi son verdict en appel contre deux accusés jugés pour leur rôle présumé dans l'attentat de Nice qui a fait 86 morts le 14 juillet 2016.

Seuls deux des huit accusés de première instance, Mohamed Ghraieb et Chokri Chafroud, deux amis de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, le Tunisien de 31 ans auteur de l'attentat au camion-bélier sur la promenade des Anglais le soir du feu d'artifice, ont choisi de faire appel.

Poursuivis pour association de malfaiteurs terroriste, ils avaient été tous deux condamnés à 18 ans de réclusion criminelle lors du premier procès en décembre 2022.

Alors qu'en première instance le parquet avait requis 15 ans d'emprisonnement contre les deux hommes, l'avocate générale, Naïma Rudloff, a cette fois requis le maximum légal prévu, soit 20 ans de réclusion à leur encontre.

Estimant que le dossier ne reposait que sur des "fantasmes" et des "hypothèses", les avocats des deux accusés ont plaidé leur acquittement.

La cour composée uniquement de magistrats professionnels et présidée par Christophe Petiteau, un magistrat habitué aux procès pour terrorisme - il était notamment président de la cour d'assises qui a jugé l'attentat de Magnanville - doit donner une dernière fois la parole aux accusés jeudi matin avant de se retirer pour délibérer.

Le verdict est attendu en fin d'après-midi ou en début de soirée.

Mohamed Ghraieb, réceptionniste d'hôtel franco-tunisien de 48 ans, et Chokri Chafroud, 44 ans, un migrant tunisien sans-papiers, sont soupçonnés d'avoir apporté "un soutien logistique et idéologique" à l'auteur de l'attentat de Nice.

Selon l'accusation, qui admet que les deux accusés ne sont ni complices, ni co-auteurs des actes de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, ils auraient néanmoins été sollicités par leur compatriote pour lui fournir une arme et auraient été associés à la location du camion qui a servi au massacre.

« Sens moral défaillant »

Lors du procès, les deux accusés ont répété qu'ils n'avaient pas cherché d'arme pour Mohamed Lahouaiej-Bouhlel - mais M. Chafroud a livré plusieurs versions sur le sujet - et qu'ils n'avaient pas été associés à la location du camion.

Quelques jours avant l'attentat, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait invité séparément les deux hommes à monter avec lui dans son camion. Mais il ne s'agissait pas de faire des repérages en vue de l'attentat, a reconnu l'accusation.

Cependant, a insisté l'avocate générale, MM. Ghraieb et Chafroud ont beaucoup de points communs avec Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, notamment "le complotisme, une constante dans les dossiers de terrorisme".

"Chez ces trois hommes, on retient le ressentiment, la victimisation, la duplicité et un sens moral défaillant, tous les leviers puissants qui peuvent mener au terrorisme", a soutenu la magistrate.

Issu d'une famille rurale du Sud tunisien, Chokri Chafroud a arrêté l'école à l'âge de 11 ans.

Après un premier passage à Nice à l'été 2015 où il a rencontré pour la première fois Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, il était reparti en Tunisie au début de l'année 2016, sans perdre contact avec son compatriote, avant de revenir clandestinement à Nice au printemps 2016.

Lus à l'audience, les messages envoyés par Chokri Chafroud à Lahouaiej-Bouhlel alors qu'il se trouvait en Tunisie, frustré et sans le sou, sont d'une rare obscénité et souvent très violents.

Trois mois avant l'attentat, Chokri Chafroud avait ainsi écrit à son ami: "vas-y, charge le camion avec 2.000 tonnes de fer et nique, coupe-lui les freins mon cher, et moi je regarde".

Pour l'accusation, ce genre de messages a pu inspirer le mode opératoire de Lahouaiej-Bouhlel.

Quant à Mohamed Ghraieb, l'accusation considère qu'il pourrait être à l'origine de la radicalisation du tueur.

En janvier 2015, trois jours après l'attentat contre Charlie Hebdo, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait écrit sur ses réseaux sociaux "Je suis Charlie". Mohamed Ghraieb lui avait répondu: "Je suis pas Charlie (...) T'as vu comment Dieu a envoyé des soldats d'Allah pour les finir comme des m... !!".

En première instance, M. Ghraieb avait nié être l'auteur de ces messages de haine. En appel, il a reconnu les avoir rédigés. "Quand je vois ce que j'ai écrit, j'ai honte", a-t-il dit.


Pour une partie des électeurs socialistes, la « trahison » du «  Front populaire »

Certains sympathisants réprouvent la ligne de Jean-Luc Mélenchon, au contraire d’un François Ruffin qui apparaît plus consensuel. (AFP).
Certains sympathisants réprouvent la ligne de Jean-Luc Mélenchon, au contraire d’un François Ruffin qui apparaît plus consensuel. (AFP).
Short Url
  • Les socialistes, menés par Raphaël Glucksmann, ont fini premiers des listes de gauche aux européennes dimanche. Leur nombre de candidats augmente par rapport aux accords de la Nupes en 2022
  • "Ça fait mal au cœur, l’essence du parti s’effrite", lâche Florence

PARIS: Entre "désillusion" et "trahison", une partie des électeurs socialistes s'élève contre le nouveau "Front populaire" entre le PS, LFI, les communistes et les Écologistes. Pour ceux qui ont choisi Raphaël Glucksmann lors des élections européennes, l'union avec LFI a parfois un goût amer.

"Tout le monde sait bien que le PS est arrivé en tête, mais le parti n'aborde pas l'élection en leader" de la gauche, dénonce Daniel, chef d'entreprise parisien. Encarté depuis 20 ans au sein du parti à la rose, le quadragénaire se sent "trahi". Le "Front populaire" devrait présenter 175 candidats PS aux élections législatives, contre 229 Insoumis, 92 écologistes et 50 communistes.

Les socialistes, menés par Raphaël Glucksmann, ont fini premiers des listes de gauche aux européennes dimanche. Leur nombre de candidats augmente par rapport aux accords de la Nupes en 2022, mais reste sous le nombre d'Insoumis, forts de leur score de 22% à l'élection présidentielle de 2022.

"Ça fait mal au cœur, l’essence du parti s’effrite", lâche Florence, entrepreneure albigeoise et électrice socialiste depuis toujours. "Comment avoir confiance en des gens qui changent de discours toutes les trois minutes ?" interroge Vincent, directeur d'établissement de santé à Toulouse, aujourd'hui "dépité".

L'alliance impossible

Pour eux, le problème n’est pas le principe d’une union à gauche, mais la présence de La France insoumise en son sein. "LFI enfreint complètement les valeurs socialistes", affirme Florence.

Plus précisément, certains sympathisants réprouvent la ligne de Jean-Luc Mélenchon, au contraire d’un François Ruffin qui apparaît plus consensuel. "Mélenchon, c’est du Trump" estime Vincent.

Parmi les reproches au leader LFI : "communautarisme", "complotisme", "propos violents", "soutien à des régimes autoritaires en Chine et en Russie". Certains dénoncent également des propos qu'ils considèrent antisémites depuis les attaques du Hamas le 7 octobre.

Faire barrage au RN ?

Si les partis de gauche veulent s'allier pour contrer le RN, l'argument ne convainc pas tous les sympathisants socialistes. Pour Daniel, mieux vaut "accepter de perdre plutôt qu’essayer de sauver quelques sièges".

Mais tout le monde n’est pas aussi définitif. Gaëlle, quinquagénaire, cheffe d'une petite agence de communication et fidèle à l'aile libérale du PS, attend de voir le programme avant d’arrêter son choix. Elle souhaite par exemple des positions pro-européennes, la défense de l’Ukraine, ou encore la protection des services publics. Si ses exigences sont satisfaites, elle pourrait voter pour un candidat LFI, "en [se] bouchant le nez".

"Si c'est un LFI qui n’a pas fait de déclaration antisémite, je pourrais tout de même voter pour eux, sinon je m’abstiendrai", explique Daniel. Florence, elle, a fait son choix: elle votera Renaissance, à contrecœur.

Malgré tout, 65% des électeurs de Raphaël Glucksmann aux européennes prévoient de voter pour l'alliance des gauches, selon un sondage Elabe pour BFMTV et La Tribune Dimanche paru mercredi.