Au Mali, la guerre avec les rebelles touareg se joue aussi sur le terrain de l'information

L'Office de la Radio et Télévision du Mali (ORTM) montre le colonel Abdoulaye Maiga, porte-parole du gouvernement malien, lisant une déclaration à la télévision le 31 juillet 2023 (Photo, AFP).
L'Office de la Radio et Télévision du Mali (ORTM) montre le colonel Abdoulaye Maiga, porte-parole du gouvernement malien, lisant une déclaration à la télévision le 31 juillet 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 16 novembre 2023

Au Mali, la guerre avec les rebelles touareg se joue aussi sur le terrain de l'information

  • La reprise mardi par l'armée de Kidal, bastion de la revendication indépendantiste, est un succès symbolique pour les colonels
  • La junte au pouvoir a rompu le partenariat militaire historique avec la France et ses alliés européens pour se tourner vers la Russie

BAMAKO: Faux comptes, émission de "fact-checking" et radio indépendantiste : au Mali, la guerre entre l'armée malienne et la rébellion séparatiste à dominante touareg se joue également sur le terrain de l'information.

Après huit ans d'accalmie, les hostilités ont repris en août dans le nord du Mali entre les forces régulières et les séparatistes, réunis au sein d'une alliance de groupes armés appelée Cadre stratégique permanent (CSP).

Le retrait de la Mission de l'ONU, poussée vers la sortie par la junte au pouvoir, ya déclencher une course pour le contrôle du territoire, les autorités centrales réclamant la restitution des camps, les rebelles s'y opposent.

La reprise mardi par l'armée de Kidal, bastion de la revendication indépendantiste, est un succès symbolique pour les colonels qui ont pris le pouvoir par la force en 2020.

A l'ombre des combats sur le terrain, les deux camps s'affrontent aussi sur les réseaux sociaux, notamment X (ex-Twitter), TikTok et Facebook, au travers de comptes de soutien, dont beaucoup ont été créés récemment, sur fond de désinformation .

Sur X, c'est récit contre récit. Des comptes de soutien aux rebelles ont publié par exemple un faux tweet au nom du Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga, celui-ci annonçant "l'abandon" par l'armée malienne et de ses "partenaires Wagner" d'Anéfis, une localité reprise aux rebelles le 7 octobre et située à environ 100 km de Kidal.

Cache de Saddam Hussein

De leur côté, des soutiens de l'armée ont fait passer d'anciennes images d'un film américain et des photos de la cache de l'ex-président irakien Saddam Hussein pour un tunnel ouvrant un important "chef terroriste" à Aguelhok, dans la région de Kidal.

"Les sponsors du terrorisme veulent empêcher la capture de ce terroriste", a écrit l'un des auteurs de la publication sur X.

Une information démentie par un soutien des rebelles qui a publié la même image montrant en réalité la cache de Saddam Hussein publiée en décembre 2003.

"Chaque camp donne sa version de ce qui se passe sur le terrain et décrédibilise celle de l'adversaire qu'il présente comme de la propagande", explique Seidik Abba, journaliste et analyste politique nigérien spécialisé sur le Sahel.

La junte au pouvoir a rompu le partenariat militaire historique avec la France et ses alliés européens pour se tourner vers la Russie et ont intime à la mission de l'ONU de partir.

L'armée et les autorités ont arrêté de délivrer des bilans humains précis d'attaques subies par les militaires ou d'exactions perpétrées contre les civils, ou se montrer plus évasives.

«Fact-checking» et radio 

La télévision d'Etat a lancé en octobre une émission mensuelle de "fact-checking" afin, selon elle, de "parcourir les images et documents attribués aux forces armées maliennes sur les réseaux sociaux et voir s'ils sont vrais ou faux".

Cette émission, appelée "Démêler le vrai du faux", a consacré son premier numéro à la vérification d'images présumées fausses de matériels militaires maliens qui auraient été détruits par le CSP et très relayées par des comptes de soutien aux indépendantistes.

"C'est une première de voir qu'un média d'Etat qui diffuse très souvent de la désinformation avait aussi envie de lutter contre la désinformation", ironise Abdoulaye Guindo, coordinateur de Benbere, une plateforme de fact-checking au Mali.

Pour le présentateur de l'émission, Abdoulaye Kéïta, les soupçons tendant à réduire ce programme sur un canal de propagande de l'armée sont erronés. C'est "une initiative de la télévision publique (...) les autorités n'ont rien demandé", assure-t-il.

"Le premier numéro était consacré à l'armée car d'actualité" mais les prochaines éditions aborderont d'autres sujets, ajoute-t-il.

Les rebelles du CSP ont multiplié leurs canaux de communication. Une "Cellule d'information et de Communication des Affaires Militaires de l'Azawad" est mise en place sur X depuis septembre. On la retrouve également sur Telegram et Facebook.

Les indépendantistes transmettent également leurs messages sur une radio en ligne, "Radio Azawad International". Elle relaye les récits des opérations favorables au CSP et amplifie tout ce qui est défavorable aux militaires.

Vague de désinformation

Cette guerre entre l'armée malienne et les indépendantistes vient s'ajouter à la vague de désinformation qui noie plus largement le Sahel sur fond de luttes d'influence entre puissances étrangères, dont la Russie et la France.

En juillet 2023, le Niger a été le troisième pays de la région à connaître un coup d'État militaire en trois ans après le Mali et le Burkina Faso.

Les trois pays ont signé mi-septembre un accord de coopération militaire. Leurs médias d'Etat ont conclu début novembre un partenariat visant à mutualiser leurs moyens : "Nous sommes en guerre, celle sur le terrain mais également sur le plan de la communication. Il est donc important d'aller ensemble main dans la main pour relever le défi de la communication", a indiqué le directeur de la télévision d'Etat du Mali Hassane Baba Diombélé, à l'Agence d'information du Burkina.

Les militaires au pouvoir dans ces pays ont suspendu plusieurs médias français et expulsé des journalistes.

Les médias locaux, eux, sont soumis à d'importantes pressions et peuvent difficilement traiter de sujets sensibles, surtout ceux liés à "l'armée", précise Abdoulaye Guindo.

Pour le journaliste Seidik Abba, ce "black-out consistant à interdire des médias va pousser les gens à s'accrocher à des outils qui maintiennent la désinformation".


Le Vietnam en deuil rend hommage à son dirigeant Nguyen Phu Trong

Des Vietnamiens font la queue devant la maison funéraire nationale pour rendre hommage au défunt secrétaire général du Parti communiste du Vietnam Nguyen Phu Trong, lors du premier jour d'un deuil national de deux jours, à Hanoi, le 25 juillet 2024. (Photo AFP)
Des Vietnamiens font la queue devant la maison funéraire nationale pour rendre hommage au défunt secrétaire général du Parti communiste du Vietnam Nguyen Phu Trong, lors du premier jour d'un deuil national de deux jours, à Hanoi, le 25 juillet 2024. (Photo AFP)
Short Url
  • Ses politiques ont contribué à étendre l'emprise de l'appareil communiste sur le pays, dans une période de boom des échanges commerciaux, mais au détriment des libertés fondamentales.
  • Ruban blanc autour de la tête en signe de deuil, les membres de la famille de Trong saluaient les invités un par un. Ils avaient demandé qu'aucune enveloppe d'argent ni aucune couronne ne soit apportée lors de ces funérailles.

HANOÏ : Par milliers, les Vietnamiens rendent un dernier hommage, jeudi, au dirigeant du parti communiste au pouvoir Nguyen Phu Trong, décédé à l'âge de 80 ans.

Vêtus de noir, les invités à ces obsèques qui dureront deux jours se relaient, cadres du parti en tête, auprès du cercueil du leader le plus puissant que le pays ait connu depuis des décennies.

Nguyen Phu Trong est décédé vendredi dans un hôpital militaire de la capitale Hanoï "en raison de son âge avancé et d'une grave maladie".

Son décès a été rendu public un jour après l'annonce que le Parti communiste vietnamien confiait les rênes du pouvoir au président du pays et ancien ministre de la Sécurité publique, To Lam.

Trong dirigeait le parti unique depuis 2011 et était le premier dirigeant vietnamien à exercer trois mandats consécutifs depuis la libéralisation de l'économie en 1986.

Ses politiques ont contribué à étendre l'emprise de l'appareil communiste sur le pays, dans une période de boom des échanges commerciaux, mais au détriment des libertés fondamentales.

Le cercueil de Nguyen Phu Trong, recouvert du drapeau vietnamien, a été déposé sous un grand portrait du dirigeant et des dizaines de ses médailles à la Maison funéraire nationale, dans le centre de Hanoï, avec des bouquets de fleurs jaunes et de l'encens brûlant.

Ruban blanc autour de la tête en signe de deuil, les membres de la famille de Trong saluaient les invités un par un. Ils avaient demandé qu'aucune enveloppe d'argent ni aucune couronne ne soit apportée lors de ces funérailles.

Les plus hauts responsables du parti ont rendu hommage à Trong, tel le président To Lam. "Nous formons le vœu d'apprendre de vous, en consacrant notre vie à la nation et au peuple", a écrit M. Lam dans le registre de condoléances de la maison funéraire.

- Deuil national de deux jours -

Des fonctionnaires vêtus de noir, des moines bouddhistes portant des robes dorées, ou encore des écoliers en uniforme ont ainsi défilé devant le cercueil.

Partout dans le pays, les drapeaux étaient en berne et les équipements culturels et sportifs fermés pendant les deux jours de deuil national.

Une cérémonie plus modeste a également été organisées jeudi matin en l'honneur de Trong à Hô Chi Minh-Ville, centre des affaires dans le sud du pays.

A Dong Anh, le village natal de l'ex-dirigeant, des milliers de personnes ont défilé, brandissant souvent des portraits de lui.

"La mort du secrétaire général est une perte irréparable pour le parti, l'Etat, le peuple et sa famille", a déclaré Luong Cuong, membre du politburo, au début des funérailles.

Le premier ministre sud-coréen Han Duck-soo et le président du parlement cubain Esteban Lazo Hernandez figuraient parmi les personnalités étrangères présentes.

Joe Biden avait salué vendredi en Trong un "ardent promoteur des liens" entre les deux pays, et Vladimir Poutine l'a qualifié de "véritable ami" de la Russie.

"J'admirais Trong... Il a passé toute sa vie et sa carrière à travailler pour le Parti communiste et le peuple vietnamien", a déclaré Tran Van Thuong, un habitant de Hanoï.

Il sera enterré au cimetière de Mai Dich, la dernière demeure de nombreux hauts dirigeants vietnamiens, à 15H00 (08H00 GMT) vendredi.


La vague d'extrémisme et de criminalité pourrait être la bombe à retardement de l'Afrique de l'Ouest

Au cours du premier semestre de 2024 seulement, des centaines de personnes ont été tuées dans des attaques terroristes, reflétant une escalade dramatique de la violence. (AFP)
Au cours du premier semestre de 2024 seulement, des centaines de personnes ont été tuées dans des attaques terroristes, reflétant une escalade dramatique de la violence. (AFP)
Short Url
  • L'envoyé de l'ONU pour le Sahel et l'Afrique de l'Ouest a récemment mis en évidence la montée en flèche du trafic de drogues, d'armes et même d'êtres humains
  • Les alliances régionales en matière de sécurité se sont dissoutes, laissant un vide de pouvoir comblé par les groupes extrémistes et les syndicats du crime

N'DJAMENA, Tchad : Un haut fonctionnaire de l'ONU a lancé au début du mois un avertissement sévère selon lequel le terrorisme et le crime organisé par des groupes extrémistes violents liés à Al-Qaïda et à Daesh se transforment en une menace omniprésente dans toute l'Afrique de l'Ouest et la région du Sahel.

Cette menace s'étend maintenant aux pays côtiers de l'Afrique de l'Ouest, ce qui laisse penser que le monde se réveille peut-être trop tard face à la crise en cours.

Les déclarations de Leonardo Simao, représentant spécial des Nations unies pour le Sahel et l'Afrique de l'Ouest, ont mis en évidence une recrudescence du trafic illégal de drogues, d'armes, de ressources minérales, d'êtres humains et même de denrées alimentaires.

Au cours du premier semestre 2024 seulement, des centaines de personnes ont été tuées dans des attaques terroristes, reflétant une escalade dramatique de la violence.

--
Des membres de la junte militaire arrivent au ministère malien de la Défense à Bamako, au Mali. (AFP)

Ces développements soulignent la nature complexe et multiforme du défi. L'imbrication du terrorisme et des réseaux de criminalité organisée a créé un environnement instable où l'insécurité est la norme.

“Cette instabilité est également importante pour la communauté internationale. Alors que les groupes extrémistes resserrent leur emprise, les retombées humanitaires, économiques et politiques menacent de se répercuter bien au-delà des frontières de l'Afrique”, a déclaré à Arab News Moustapha Saleh, un expert tchadien en matière de sécurité.

La situation est encore aggravée par les récents bouleversements politiques. Le G5 Sahel, une alliance soutenue par la France et destinée à coordonner les questions de sécurité et de développement en Afrique de l'Ouest, s'est effondrée l'année dernière après le départ des pays du Mali, du Niger et du Burkina Faso, dirigés par la junte militaire.

Cette situation a incité les États-Unis et d'autres pays occidentaux à aider le Ghana et les pays côtiers voisins d'Afrique de l'Ouest à renforcer leurs défenses. Bien que le Ghana n'ait pas encore été confronté à des violences militantes directes, le Togo, le Bénin et la Côte d'Ivoire ont subi des attaques près de leurs frontières ces dernières années, illustrant la menace croissante de l'instabilité régionale.

Pourtant, l'aide à l'Afrique de l'Ouest a été insuffisante par rapport à l'aide offerte à l'Ukraine, a déclaré le président du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, lors d'une entrevue récente.

L'aide américaine à l'Ukraine depuis l'invasion russe a atteint 113 milliards de dollars. En revanche, l'aide combinée de l'UE, du Royaume-Uni et de l'Union européenne des États-Unis à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, le bloc connu sous le nom de CEDEAO, s’est élevée à un montant relativement minime de 29,6 millions de dollars sur la même période.

--
Une opération à Menaka, au Mali, en 2020, visant à réduire le nombre d'armes en circulation. (AFP)

“Les régimes militaires luttent souvent contre la légitimité et les ressources, ce qui les rend mal équipés pour faire face aux opérations sophistiquées et bien financées des groupes extrémistes. L'absence de soutien militaire international a rendu ces nations vulnérables, et les conséquences sont de plus en plus désastreuses”, a déclaré Saleh.

Ce changement brutal a ouvert les portes à une marée d'extrémisme alors que ces pays s'efforcent de combler le vide sécuritaire laissé par le retrait des troupes étrangères.

De nombreux pays du Sahel se détournent désormais de l'Occident pour trouver un allié capable de renforcer leurs défenses. Le groupe mercenaire russe Wagner aurait déployé des entrepreneurs et du matériel militaire dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, dont le Mali et le Burkina Faso, au cours des deux dernières années. 

Le bilan humain de cette crise qui s'aggrave est stupéfiant. Au cours des six premiers mois de 2024, des centaines de civils ont été tués dans des attaques terroristes. Les communautés sont déchirées et les déplacements de population atteignent des niveaux sans précédent. Les camps de réfugiés se multiplient à mesure que les gens fuient la violence, ce qui entraîne un besoin urgent d'aide humanitaire.

En outre, la traite des êtres humains devient un problème crucial. Les populations vulnérables sont exploitées, vendues comme esclaves ou enrôlées de force dans des groupes militants. L'émigration clandestine des pays d'Afrique de l'Ouest vers l'Europe, via les routes migratoires habituelles, monte en flèche.

--
Des voitures supposément brûlées par des membres de la province de l'État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP). (AFP)

Entre-temps, le trafic de drogues et d'armes ne finance pas seulement les opérations extrémistes, mais alimente également d'autres violences, créant ainsi un cercle vicieux d'instabilité.

Les ramifications économiques sont tout aussi graves. L'essor du commerce illégal de ressources minérales, dont l'or, le diamant et d'autres produits de valeur, prive les pays de recettes cruciales. Au lieu de financer le développement et les infrastructures, ces ressources financent la terreur et la criminalité.

L'interruption des routes commerciales légales due à l'insécurité a paralysé les économies locales. Les agriculteurs et les commerçants ont de plus en plus de mal à transporter les marchandises, ce qui entraîne des pénuries alimentaires et des hausses de prix.

“L'instabilité économique générale décourage les investissements étrangers et entrave le développement, ce qui aggrave encore la pauvreté et la marginalisation”, a déclaré Saleh.

Jusqu'à l'année dernière, le soutien mondial à la lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel était important, grâce aux contributions de divers pays et organisations. Les États-Unis ont joué un rôle crucial, avec leurs bases de drones au Niger et au Burkina Faso et environ 1000 soldats dans la région.

--
La junte militaire prend le pouvoir au Mali le 19 août 2020. (AFP)

La France a été un soutien de premier plan par le biais de ses opérations militaires telles que l'opération Barkhane, dont le siège se trouve au Tchad et qui a mobilisé environ 4000 personnes à son apogée. Elle visait à sécuriser la région et à lutter contre le terrorisme en partenariat avec les forces locales au Mali, au Niger et au Tchad.
La mission de formation de l'UE et la mission de renforcement des capacités de l'UE ont également joué un rôle jusqu'à ce que la vague de coups d'État prenne la région par surprise. Par conséquent, il est devenu impossible pour les gouvernements occidentaux de poursuivre la coopération militaire avec des juntes hostiles.

Toutefois, compte tenu de la gravité de la crise actuelle, de nombreux experts estiment que le monde ne peut pas se permettre de détourner le regard. “La communauté internationale doit reconnaître que les menaces émanant du Sahel et de l'Afrique de l'Ouest ne se limitent pas à la région, mais ont des implications mondiales”, a déclaré Souley Amalkher, un expert nigérien en sécurité, à Arab News.


Poutine reçoit le président syrien Assad à Moscou, avec Erdogan en toile de fond

Sur cette photo de famille diffusée par l'agence d'État russe Sputnik le 25 juillet 2024, le président russe Vladimir Poutine (à droite) serre la main du président syrien Bachar al-Assad lors de leur rencontre au Kremlin, à Moscou, le 24 juillet 2024. (AFP)
Sur cette photo de famille diffusée par l'agence d'État russe Sputnik le 25 juillet 2024, le président russe Vladimir Poutine (à droite) serre la main du président syrien Bachar al-Assad lors de leur rencontre au Kremlin, à Moscou, le 24 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • Le président russe Vladimir Poutine a reçu mercredi soir à Moscou son homologue Bachar al-Assad, selon des images diffusées jeudi à la télévision russe, alors que Moscou pourrait jouer un rôle de médiateur entre la Syrie et la Turquie
  • La Russie est un allié crucial pour la Syrie, sauvant le régime de M. Assad par son intervention militaire en 2015 en pleine guerre civile

MOSCOU: Le président russe Vladimir Poutine a reçu mercredi soir à Moscou son homologue Bachar al-Assad, selon des images diffusées jeudi à la télévision russe, alors que Moscou pourrait jouer un rôle de médiateur entre la Syrie et la Turquie.

Le dirigeant russe a évoqué "l'escalade" de la situation au Proche-Orient comme sujet de discussion ainsi que leurs relations économiques bilatérales.

La Russie est un allié crucial pour la Syrie, sauvant le régime de M. Assad par son intervention militaire en 2015 en pleine guerre civile.

La rencontre entre les deux hommes, leur première depuis mars 2023, intervient alors qu'au début du mois, en marge d'un sommet au Kazakhstan, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait évoqué une rencontre à trois pour lancer une normalisation des relations turco-syriennes.

M. Poutine est un allié clé de M. Assad et entretient des relations complexes mais pragmatiques avec M. Erdogan même si dans de nombreux dossiers, comme la Syrie, ils soutiennent des camps adverses.

"Je suis très intéressé par votre opinion sur l'évolution de la situation dans l'ensemble de la région. Malheureusement, elle a tendance à l'escalade, nous le constatons. Cela concerne directement la Syrie", a dit M. Poutine semblant faire référence à la guerre à Gaza et aux tensions au Liban, avec le conflit entre Israël et le Hezbollah, soutenu par l'Iran, un autre allié de la Syrie.

"Au regard des événements dans le monde entier et en Eurasie, notre réunion d'aujourd'hui semble être très importante (...) pour discuter des perspectives et des scénarios possibles", a dit M. Assad selon une traduction en russe de ses propos en arabe.

- Main tendue turque -

Aucun des deux dirigeants n'a fait référence à la situation en Syrie, ni à la récente main tendue du président turc qui a dit pouvoir inviter "à tout moment" M. Assad.

Interrogé par un média russe sur une possible rencontre tripartite Assad-Erdogan-Poutine, le porte-parole du Kremlin a botté en touche: "la situation dans la région a été discutée dans un large contexte", a dit, selon l'agence Interfax, Dmitri Peskov.

Le président syrien a dit ne pas être opposé à rencontrer son homologue turc mais a fixé des conditions sur le contenu relevant que "le soutien au terrorisme et le retrait du territoire syrien" des troupes turques constituaient "l'essence du problème".

Depuis 2022, Damas exige que la Turquie retire ses forces, qui contrôlent deux zones frontalière au nord du pays et exercent une influence dans le nord-ouest, sous contrôle des jihadistes, en préalable à toute rencontre et normalisation des relations.

Par ailleurs, la Turquie accueille encore quelque 3,2 millions de réfugiés syriens, mais le sentiment anti-syrien exerce une pression accrue sur M. Erdogan pour leur renvoi en Syrie.

Mi-juillet, le président turc a annoncé la fin imminente de l'opération "griffe-verrou" des forces armées turques dans le nord de l'Irak et de la Syrie.

Damas et Ankara ont rompu toutes relations officielles en 2011, après le début du conflit syrien qui dure depuis plus de 13 ans et a morcelé le pays.