Arabie saoudite: les chrétiens fêtent Noël dans un nouveau climat de tolérance religieuse

Lydia Diggs (ci-dessous), professeur d'anglais, pourra fêter Noël avec sa famille par téléphone et elle apprécie l'ambiance festive particulière qui est créée dans le Royaume. (Photo fournie)
Lydia Diggs (ci-dessous), professeur d'anglais, pourra fêter Noël avec sa famille par téléphone et elle apprécie l'ambiance festive particulière qui est créée dans le Royaume. (Photo fournie)
Les expatriés qui vivent en Arabie saoudite choisissent des décorations de Noël dans une boutique de la capitale Riyad. (AFP)
Les expatriés qui vivent en Arabie saoudite choisissent des décorations de Noël dans une boutique de la capitale Riyad. (AFP)
Lidiane Ramos Faubel lors de son séjour de Noël aux Pays-Bas. (Photo fournie)
Lidiane Ramos Faubel lors de son séjour de Noël aux Pays-Bas. (Photo fournie)
Fina Concepcion et son fils dans un centre commercial aux Philippines pendant les fêtes de Noël l'année dernière. (Photo fournie)
Fina Concepcion et son fils dans un centre commercial aux Philippines pendant les fêtes de Noël l'année dernière. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 25 décembre 2020

Arabie saoudite: les chrétiens fêtent Noël dans un nouveau climat de tolérance religieuse

  • La tolérance plus grande à l'égard des autres religions se traduit par une ambiance plus festive, en dépit de l'impact négatif de la pandémie sur l'esprit des fêtes
  • La vente de décorations de Noël dans une boutique de Riyad illustre bien l'esprit d'une nouvelle ère dans le Royaume

RIYAD: Noël en Arabie saoudite semble différent cette année. Une boutique de cadeaux à Riyad propose des sapins et des décorations de Noël. Les personnes qui achètent des tenues de Père Noël, des guirlandes, des boules et d'autres décorations dans cette boutique de la capitale saoudienne témoignent d'une plus grande tolérance dans le Royaume envers les autres religions et confessions.

Au cours des dernières années, les ventes de produits festifs ont progressivement été introduites à Riyad. Elles illustrent la libéralisation sociale qui a été engagée par un décret du gouvernement en 2016, limitant le pouvoir du Comité saoudien pour la promotion de la vertu et la prévention du vice de poursuivre et d'arrêter les contrevenants.

En février, les magasins vendaient des roses rouges et des peluches pour célébrer la Saint-Valentin, une évolution elle aussi inconcevable il y a seulement deux ans. Les décorations de Noël proposées aujourd'hui à Riyad incarnent parfaitement l'esprit d'une nouvelle ère dans le Royaume.

Certes, les foyers chrétiens du monde entier ne vivent pas Noël comme ils le faisaient auparavant. Les restrictions des réunions familiales imposées par la pandémie, combinées aux difficultés financières engendrées par les mesures de verrouillage, ont terni quelque peu l'éclat de la fête du 25 décembre.

En Arabie saoudite, qui continue à imposer des restrictions reliées à la Covid-19, la journée sera plutôt un temps de réflexion que de réjouissance pour les familles chrétiennes expatriées.

La situation dans la région du Golfe est la même que celle qui prévaut dans le reste du monde. Ainsi, les traditions festives des grandes réunions familiales, des rassemblements religieux, des célébrations entre amis et collègues et des marchés de Noël à thème alpin ont été remplacées cette année par des activités en ligne, ou ont été tout simplement annulées. En effet, les gouvernements à travers le monde restreignent les voyages, limitent le nombre de personnes qui peuvent se réunir dans les foyers et suppriment les activités sociales.

En mars, l'Arabie saoudite a imposé des restrictions sur les voyages afin d'endiguer la pandémie de coronavirus. Si le Royaume a partiellement levé la suspension des vols le 15 septembre, tous les vols internationaux ont été de nouveau suspendus le 20 décembre pour une durée d’une semaine, après l'apparition d'une nouvelle souche de coronavirus en Europe.

«Je suis un chrétien basé en Arabie saoudite. Je fête Noël dans la solitude, loin de ma famille», déclare à Arab News Jeruel Trinidad, un expatrié américain qui travaille à Riyad. «Normalement, je rentre chez moi pendant cette période pour être à côté de mes proches. Mais cette année, pour les raisons que l'on connaît, je suis resté coincé là où je suis. J'essaierai de passer Noël dans un restaurant confortable qui sert mes plats préférés, de communiquer par vidéo avec mes proches, de retrouver des amis qui sont dans la même situation que moi et, surtout, je n'arrêterai pas de travailler afin de me distraire et de chasser la nostalgie. Quand tout cela prendra fin, je rentrerai chez moi».

De nombreuses familles chrétiennes espéraient que la pandémie serait contenue avant le mois de décembre, et rêvaient de réunions de fête après les longs mois de solitude et d'isolement. Toutefois, l'Organisation mondiale de la santé a mis en garde contre «un risque important de propagation accrue de la Covid-19 au cours des fêtes de fin d'année». Les experts conseillent d'éviter les déplacements inutiles et les rassemblements religieux dans des endroits fermés.

Cette situation ne devrait pas changer de manière significative le 7 janvier prochain, lorsque les chrétiens coptes célébreront la naissance de Jésus-Christ.

Quoiqu'ils soient déçus, un grand nombre d'expatriés chrétiens en Arabie saoudite entendent célébrer cet événement, mais de manière responsable. 

(photo fournie)
Décorations de Noël dans un centre commercial à Djeddah. (photo fournie)

Berney James, un ressortissant indien basé à Riyad, admet que les choses ne seront plus les mêmes. Il affirme cependant qu'il ne laissera pas la pandémie tempérer son esprit de fête. «La maison est l'endroit idéal pour célébrer Noël», confie M. James à Arab News. «Cette fois-ci, nous nous attendons à beaucoup de choses, mais nous sommes aussi déçus en raison des restrictions de voyage imposées par la pandémie. Néanmoins, nous décorons nos maisons et organisons des repas entre amis.»

En cette année ravagée par la pandémie, les expatriés chrétiens dans le Royaume, comme partout dans le monde, essaient de profiter au mieux, malgré la crise, et de se concentrer sur les aspects positifs.

Fina Concepcion est une ergothérapeute qui travaille à la Cité médicale militaire du prince Sultan à Riyad. Elle retourne d'habitude aux Philippines passer les fêtes avec sa grande famille. Cette année, elle a essayé, autant que possible, de créer un Noël magique pour son jeune fils. Sous leur sapin, un nouveau jouet emballé l'attend. Il l'ouvrira le matin de Noël.

Le Simbang Gabi, ou Messe de nuit, est une importante célébration religieuse qui s'étend sur neuf jours et qui est célébrée chaque année aux Philippines avant Noël. Cette année, la famille Concepcion ainsi que de nombreux Philippins catholiques sont privés de ce service. Fina espère que la pandémie sera bientôt contenue et qu'elle pourra se rendre chez elle.

(photo fournie)
Les enfants de Fina Concepcion passent Noël à Riyad.  (photo fournie)

Si certaines familles d'expatriés cherchent à vivre les traditions d'un Noël plus familier, d'autres ont choisi des passe-temps saoudiens pour compenser leur désir de retourner chez eux.

Arnold Gonzales Pineda, un expatrié philippin basé dans la ville saoudienne de Buraydah, raconte à Arab News: «La veille de Noël, nous organisons un festin, nous chantons un peu et nous échangeons des cadeaux, selon ce que chacun peut se permettre.»

Nonie Sagadal Jr, un résident de Riyad, explique que les Philippins en Arabie saoudite célèbrent habituellement Noël de différentes façons: «Certains organisent des fêtes chez eux ou près de leur domicile, organisent des activités et échangent des cadeaux. Durant ces rassemblements, ils chantent en groupe et dansent sur la musique.

«D'autres groupes d'amis ou de collègues de travail sortent pour fêter la nuit de Noël. Ils oublient les corvées de cuisine et dînent à l’extérieur.»

Selon Nonie Sagadal Jr., les familles, en revanche, passent généralement le jour de Noël dans les parcs publics ou se retrouvent au restaurant.

Pour Lidiane Ramos Faubel, une entraîneure personnelle de fitness et d'arts martiaux originaire du Brésil, passer du temps avec ses amis et ses proches est plus important que les cérémonies religieuses de la saison.

Elle est heureuse d'avoir une communauté d'amis brésiliens à Djeddah avec lesquels elle peut vivre les fêtes, et soulager le mal du pays.  

(photo fournie)
Lidiane Ramos Faubel passe Noël en famille. (photo fournie)

Lydia Diggs, professeur d'anglais à l'université du Roi Abdelaziz de Djeddah et entraîneure holistique, explique qu'elle aurait souhaité passer Noël avec sa famille. Pour elle, cette fête a une signification plus spirituelle que matérielle. Elle souligne néanmoins qu'elle apprécie que les étudiants lui souhaitent un «Joyeux Noël», dans la mesure où ces vœux créent un environnement plus convivial.

Don Owens est directeur des sciences des polymères et des matériaux au Centre de recherche et de développement d'entreprise de la Sabic, à l'Université des sciences et technologies du Roi Abdallah (Kaust). Cette année, il passe son premier Noël en Arabie saoudite. Plutôt que de rentrer aux États-Unis passer les vacances avec sa grande famille, il profite de cette période pour explorer les merveilles naturelles de l'Arabie saoudite et faire l'expérience d'un voyage de camping de Noël. 

«L'une de nos activités préférées en Arabie saoudite durant cette époque de l'année est de faire des excursions dans le désert», raconte M. Owens à Arab News. «Nous avons décidé de nous réunir avec des amis de l'université Kaust, de faire un voyage de deux jours et de camper dans le désert. Nous passerons pour la première fois la nuit dans le désert. Toute la famille est donc très enthousiaste.»

Sarah Palmer, qui travaille pour la société John Hopkins Aramco Healthcare à Dhahran, explique à Arab News: «Je suis Australienne. Je me réjouis donc de passer le jour de Noël au soleil en Arabie saoudite. Certains de nos amis ici sont devenus aussi proches que notre famille. Ainsi, le jour de Noël, nous déjeunerons en plein air au bord de la piscine pour profiter du beau temps».

(photo fournie)
Lydia avec sa famille à Noël, il y a deux ans. (photo fournie)

Pendant les longs mois de séparation, Internet a été une véritable «bénédiction» qui lui a permis de rester en contact avec les membres de sa famille qui vivent à des milliers de kilomètres.

«Nous échangerons plein de messages avec nos proches dans le monde entier. Nous partagerons des vidéos des enfants qui ouvrent leurs cadeaux, des photos des plats, sans oublier FaceTime qui permettra aux enfants de voir leurs cousins et leurs grands-parents», ajoute Mme Palmer.

Noël peut paraître différent cette année, en particulier pour les expatriés qui passent la période des fêtes loin de chez eux. Cependant, ils se souviendront longtemps de ce Noël, grâce à l'environnement de plus en plus ouvert et tolérant du Royaume, et grâce aux allées des magasins qui évoquent des souvenirs de leur pays, et surtout grâce à la technologie des smartphones.

 

************************************

Une vision moderne de la vie

Lors d'une visite officielle en Égypte en mars 2018, le prince héritier Mohammed ben Salmane a convié le pape Tawadros II, chef spirituel de l'Église orthodoxe copte du pays, à visiter le Royaume. Au cours d'une visite de la cathédrale Saint-Marc au Caire, le prince héritier a affirmé que tous les chrétiens coptes étaient les bienvenus en Arabie saoudite.

Le pape Tawadros a évoqué cette rencontre dans une interview exclusive accordée par la suite à Faisal J. Abbas, rédacteur en chef d'Arab News: «Le prince héritier est une personnalité ouverte d'esprit qui a une vision moderne de la vie, et cela nous réjouit.» Peu de temps après, une délégation copte se rendait en Arabie saoudite pour des sermons privés destinés aux chrétiens coptes vivant dans le Royaume.

Le pape Tawadros a également précisé que les réunions que tiennent le prince héritier, Mohammed ben Salmane, et les responsables saoudiens «à tous les niveaux, qu'ils soient religieux, politiques ou culturels, sont très bénéfiques pour le peuple et le Royaume et favorisent le développement humain».

En mars 2018, le prince héritier Mohammed ben Salmane a rencontré à Londres l'archevêque de Canterbury, Justin Welby. Ils ont abordé les réformes engagées en Arabie saoudite. Selon l'archevêché: «Le prince héritier s'est engagé fermement à soutenir l'épanouissement des personnes appartenant aux différentes religions et à promouvoir le dialogue interconfessionnel dans le Royaume et au-delà.»

En septembre 2019, une délégation composée de dirigeants chrétiens évangéliques s’est rendue en Arabie saoudite et a tenu une série de réunions dans le but de promouvoir l'harmonie entre les religions. Cette délégation, présidée par l'écrivain américain Joel Rosenberg, a été accueillie par le prince héritier, Mohammed ben Salmane. Les efforts visant à promouvoir la coexistence des religions et la tolérance ainsi que la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme ont été mis en avant.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.

 


L’Arabie saoudite condamne la visite du président israélien en Cisjordanie

La visite du président israélien, Isaac Herzog, a suscité de nombreuses critiques de la part des Palestiniens et des Israéliens de gauche. (AFP)
La visite du président israélien, Isaac Herzog, a suscité de nombreuses critiques de la part des Palestiniens et des Israéliens de gauche. (AFP)
Short Url
  • L’Arabie saoudite appelle la communauté internationale à prendre ses responsabilités afin de mettre fin aux atteintes continuelles du gouvernement israélien
  • Le président israélien a visité la mosquée Ibrahimi pour célébrer la fête juive de Hanoucca, déclenchant des échauffourées entre les forces de sécurité israéliennes et les manifestants

RIYAD: L’Arabie saoudite dénonce la visite du président israélien à la mosquée Ibrahimi en Cisjordanie, et qualifie cet acte de violation flagrante de l’intégrité du lieu saint.

L’Arabie saoudite appelle la communauté internationale à prendre ses responsabilités afin de mettre fin aux atteintes continuelles du gouvernement israélien et de ses responsables envers les sanctuaires islamiques, selon un communiqué publié par le ministère saoudien des Affaires étrangères.

Le président israélien, Isaac Herzog, a visité le site dimanche pour célébrer la fête juive de Hanoucca, déclenchant des échauffourées entre les forces de sécurité israéliennes et les manifestants.

Le président affirme qu’il a visité le tombeau des patriarches, connu par les musulmans sous le nom de «mosquée Ibrahimi», à Hébron, pour célébrer le passé juif de la ville antique et promouvoir les relations interconfessionnelles. Cependant, sa visite de la ville, qui comprend une petite communauté de colons juifs ultranationalistes et où les conditions de vie sont difficiles pour les Palestiniens, a suscité de nombreuses critiques de la part des Palestiniens et des Israéliens de gauche.

(Avec Reuters)

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les responsables d'attaques chimiques doivent rendre des comptes, déclare le chef de l'ONU

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré que les auteurs d'attaques à l'arme chimique devaient être identifiés et tenus pour responsables. (Photo, Reuters)
Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré que les auteurs d'attaques à l'arme chimique devaient être identifiés et tenus pour responsables. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Au début de la conférence consacrée à un Moyen-Orient dénucléarisé, le Secrétaire général Antonio Guterres a également appelé toutes les parties à œuvrer pour sauver l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien
  • L'expansion des zones dénucléarisées existantes dans le monde conduirait à des normes de désarmement et de non-prolifération plus solides, a-t-il ajouté

NEW YORK : Les auteurs d'attaques à l'arme chimique doivent être identifiés et tenus responsables de leurs actes, a déclaré lundi le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

Ses commentaires interviennent lors de l'ouverture de la deuxième session de la Conférence sur la création au Moyen-Orient d'une zone exempte d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive.

Actuellement, 60% des États membres des Nations unies sont couverts par cinq zones exemptes d'armes nucléaires en Amérique latine et dans les Caraïbes, dans le Pacifique Sud, en Asie du Sud-Est, en Afrique et en Asie centrale. M. Guterres a déclaré que l'élargissement de ces zones conduirait à des normes plus solides en matière de désarmement et de non-prolifération.

« Cela est particulièrement le cas au Moyen-Orient, où les préoccupations concernant les programmes nucléaires persistent et où les conflits et les guerres civiles font de nombreuses victimes civiles et causent de grandes souffrances, sapant la stabilité et perturbant le développement social et économique », a déclaré le chef des Nations unies, appelant une nouvelle fois tous les acteurs de la région à faire preuve de retenue et à éviter l'escalade des conflits.

La deuxième session de la conférence annuelle, qui a été retardée d'un an en raison de la pandémie de COVID-19, a été présidée par Mansour al-Otaibi, le représentant permanent du Koweït à l’ONU, qui a été choisi pour hériter de la présidence de la Jordanie après la première session de 2019.

Conformément à une décision de l'Assemblée générale, l'objectif de la conférence est « d'élaborer un traité juridiquement contraignant » pour établir une zone au Moyen-Orient exempte d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive, sur la base « d'arrangements librement conclus par les États de la région ».

António Guterres a félicité le Koweït pour avoir « engagé activement les participants pendant la période intersessionnelle afin de tirer les leçons des autres zones exemptes d'armes nucléaires et de continuer à faire avancer le processus ».

Il a déclaré que la conférence représentait une chance de produire des résultats tangibles pour le Moyen-Orient et de rétablir le dialogue sur la mise en œuvre « complète et efficace » du Plan d'action global conjoint, également connu sous le nom d'accord sur le nucléaire iranien.

Il a exhorté « toutes les parties » à œuvrer pour sauver l'accord, signé en 2015 par les puissances mondiales et l'Iran, en vertu duquel Téhéran s'est engagé à mettre fin à ses efforts pour développer une arme nucléaire en échange de la levée des sanctions internationales.

L'ancien président Donald Trump a retiré les États-Unis de l'accord en 2018. Un sixième cycle de négociations visant à relancer le Plan d'action global conjoint a débuté lundi à Vienne.

« Votre forte volonté politique, ainsi que le soutien de la communauté internationale, peuvent transformer la vision d'un Moyen-Orient exempt d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive en une réalité », a déclaré Antonio Guterres aux participants.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru dans Arabnews.com


La coalition arabe cible des experts iraniens des Gardiens de la révolution à Sanaa

Short Url
  • La coalition a appelé les civils de Sanaa à ne pas se rassembler près des sites visés
  • La coalition a frappé un certain nombre de sites dans la capitale au cours des dernières semaines dans le but de détériorer les capacités de la milice houthie soutenue par l'Iran

RIYAD : La coalition arabe a frappé des experts iraniens appartenant aux Gardiens de la révolution dans la capitale du Yémen, a rapporté l'agence de presse saoudienne (SPA).

La coalition a appelé les civils de Sanaa à ne pas se rassembler près des sites visés.

L'opération est conforme au droit humanitaire international et à ses règles coutumières, a-t-elle déclaré.

La coalition a frappé un certain nombre de sites dans la capitale au cours des dernières semaines dans le but de détériorer les capacités de la milice houthie soutenue par l'Iran.

Les attaques précédentes ont visé des entrepôts de drones et des experts appartenant au Hezbollah libanais et aux Gardiens de la révolution iraniens.

Les Houthis ciblent à plusieurs reprises le Royaume avec des drones chargés de bombes, généralement sans causer beaucoup de dégâts en raison des défenses aériennes saoudiennes.

Les tentatives des Houthis de cibler des civils ont été qualifiées de crimes de guerre par le Royaume.

La coalition arabe a soutenu le gouvernement yéménite internationalement reconnu qui a repris le contrôle total du pays après que les Houthis se soient emparés de la capitale, Sanaa, en 2014.

L'Arabie saoudite a précédemment déclaré qu'une solution politique était le seul moyen d'instaurer une paix permanente au Yémen. Lancée en mars, l’« Initiative de Riyad » a justement cet objectif. Le plan prévoit un cessez-le-feu à l'échelle nationale ainsi que des négociations de paix. Toutefois, les dirigeants houthis ont rejeté ce plan.

La guerre, qui dure maintenant depuis sept ans, a coûté la vie à des milliers de Yéménites et en a contraint beaucoup d'autres à dépendre de l'aide humanitaire.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com