La Banque mondiale souligne l’importance de l’action climatique pour l’économie tunisienne

La Tunisie fait face à des défis climatiques importants, notamment la pénurie d’eau, l’érosion côtière et les inondations, selon un rapport de la Banque mondiale (Photo, AFP).
La Tunisie fait face à des défis climatiques importants, notamment la pénurie d’eau, l’érosion côtière et les inondations, selon un rapport de la Banque mondiale (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 30 novembre 2023

La Banque mondiale souligne l’importance de l’action climatique pour l’économie tunisienne

  • Selon un rapport de la Banque mondiale, une combinaison d’actions d’adaptation et d’atténuation face au changement climatique, ainsi que la décarbonation du secteur de l’électricité, pourraient propulser la croissance du PIB à 8,8% d’ici 2030
  • En revanche, l’inaction pourrait entraîner des pertes de PIB atteignant 3,4% d’ici 2030

RABAT: La Tunisie fait face à des défis climatiques importants, notamment la pénurie d’eau, l’érosion côtière et les inondations, selon un rapport de la Banque mondiale publié à la veille de la COP28. Il préconise des mesures immédiates d’adaptation et de décarbonation pour stimuler la reprise économique et créer des emplois dans le pays.

Le «Rapport national sur le climat et le développement en Tunisie» met en avant des mesures cruciales pour atténuer les effets du changement climatique sur les populations et les entreprises, tout en renforçant la compétitivité de l’économie tunisienne.

Selon le rapport, une combinaison d’actions d’adaptation et d’atténuation face au changement climatique, ainsi que la décarbonation du secteur de l’électricité, pourraient propulser la croissance du PIB à 8,8% d’ici 2030. En revanche, l’inaction pourrait entraîner des pertes de PIB atteignant 3,4% d’ici 2030, avec des pertes annuelles estimées à environ 5,6 milliards de dinars (1,64 milliard d’euros).

«Opportunité unique»

Jesko Hentschel, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb, a souligné le soutien continu de la Banque mondiale envers la Tunisie dans sa transition vers un avenir plus durable. «L’adaptation au changement climatique et la promotion d’une économie verte représentent une opportunité unique pour la croissance, la résilience et le développement durable du pays», a-t-il affirmé.

La pénurie d’eau, en particulier, menace la production agricole en exposant les carences d’un secteur nécessitant des réformes face au changement climatique. Les pertes en eau enregistrées par la Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux sont passées de 25% en 2010 à 34% en 2021.

Le rapport souligne également le risque d’élévation du niveau de la mer, affectant près d’un quart de la zone côtière tunisienne d’ici 2050, avec des coûts potentiels de réparation des infrastructures routières après des inondations atteignant 252 millions d’euros d’ici 2050.

Pour remédier à la pénurie d’eau, le rapport préconise des mesures telles que la rationalisation de la demande en eau, le renforcement des réseaux hydrauliques, et la protection des écosystèmes pour augmenter la disponibilité de l’eau et renforcer la résilience aux chocs climatiques.

Décarboner l’énergie

La décarbonation du secteur de l’énergie offre également des opportunités significatives, selon le rapport. En 2022, l’énergie représentait 53% du déficit commercial et 58% des émissions de gaz à effet de serre du pays. La décarbonation permettrait de remédier à ces déséquilibres, améliorant l’accessibilité financière pour les ménages et la compétitivité des entreprises, tout en réduisant les émissions, estiment les experts de la Banque mondiale.

Cheick-Oumar Sylla, directeur régional pour l’Afrique du Nord et la Corne de l’Afrique de la Société financière Internationale (SFI), une organisation de la Banque mondiale consacrée au secteur privé, souligne l'importance de la collaboration entre les secteurs public et privé pour relever les défis du changement climatique. La SFI s’engage à soutenir la Tunisie dans son adaptation au changement climatique et sa croissance durable, ajoute-t-il.

Par ailleurs, le rapport souligne l’importance de créer des conditions macro-financières propices aux investissements nécessaires, en réorientant les dépenses publiques vers des investissements d'adaptation et en facilitant les investissements du secteur privé dans des initiatives vertes.


Le ministère de l'Économie et de la Planification signe un protocole d'accord avec l'Institut national saoudien de la santé

Des représentants du ministère saoudien de l’Économie et de la Planification, et de l’Institut national saoudien de la santé signant un protocole d’accord. (Ministère de l'Économie et du Plan)
Des représentants du ministère saoudien de l’Économie et de la Planification, et de l’Institut national saoudien de la santé signant un protocole d’accord. (Ministère de l'Économie et du Plan)
Short Url
  • Le protocole d'accord vise à développer et à harmoniser l'orientation stratégique des priorités de développement nationales et des politiques économiques
  • Il vise également à faciliter le processus de prise de décision à travers la préparation de méthodologies et d'études, a indiqué le ministère

RIYAD: Le ministère saoudien de l'Économie et de la planification a signé un protocole d'accord avec l'Institut national saoudien de la santé, a annoncé jeudi le ministère.

Ce protocole d'accord vise à développer et à harmoniser l'orientation stratégique des priorités de développement nationales et des politiques économiques, conformément aux objectifs de la Vision 2030 de l’Arabie saoudite.

Il vise également à faciliter le processus de prise de décision à travers la préparation de méthodologies et d'études, a indiqué le ministère.

Dans le cadre de ce protocole d'accord, des expériences scientifiques et pratiques seront échangées, et les deux parties préparent des études et des recherches liées à leur travail en vue d'améliorer la qualité.

Elles organiseront également des ateliers et des cours de formation communs afin de renforcer les capacités et les compétences, et bénéficier des infrastructures et des équipements publics des deux parties.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les investissements privés dans les secteurs émergents créeront de «formidables opportunités», affirme un ministre saoudien

Le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, prenant la parole lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad. (Shutterstock)
Le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, prenant la parole lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad. (Shutterstock)
Short Url
  • Le ministre de l’Investissement saoudien a indiqué que d’ici à la fin de la décennie, l’économie visait à multiplier par 2,5 son niveau d’avant la Vision 2030, avec une participation du secteur privé passant de 40% à 65%
  • Selon le ministre, une part importante des investissements du secteur privé sera réalisée dans des secteurs économiques nouveaux, notamment l’économie numérique, le tourisme et les services financiers et professionnels

RIYAD: Les investissements du secteur privé en Arabie saoudite sont sur le point de créer de «formidables opportunités» dans les secteurs de l’économie numérique, du tourisme, des services financiers et des biotechnologies, a déclaré un ministre de premier plan.

Lors de la deuxième journée de l’Initiative sur les capacités humaines à Riyad, le ministre de l’Investissement du Royaume, Khaled al-Faleh, a indiqué que d’ici à la fin de la décennie, l’économie visait à multiplier par 2,5 son niveau d’avant la Vision 2030, avec une participation du secteur privé passant de 40% à 65%.

«Grâce à ça, la taille et l’ampleur du secteur privé seront quatre fois supérieures à ce qu’elles étaient au cours de cette seule décennie, ajoutant plus de 3 000 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro) d’investissements à l’économie nationale par le biais de la stratégie nationale d’investissement et d’autres initiatives», a-t-il ajouté. 

Le ministre a affirmé qu’une part importante de ces investissements serait réalisée dans des secteurs économiques nouveaux et en développement, notamment l’économie numérique, le tourisme et les services financiers et professionnels. Les secteurs de la santé, de la pharmacie et de la biotechnologie ont également été mis en avant.

«Ces secteurs créeront de formidables opportunités pour le développement du capital humain, car ils nécessiteront un ensemble de compétences complètement différent ainsi qu’une vision du monde et des perspectives nouvelles», a précisé M. Al-Faleh, ajoutant que «le monde connaît des changements structurels importants marqués par la transition énergétique, l’automatisation et la numérisation, par des chaînes d’approvisionnement nouvelles et changeantes, et par l’émergence de technologies de rupture». 

Le ministre a expliqué que s’il n’est peut-être pas possible de prédire avec précision dans quelle mesure ces tendances macroéconomiques affecteront le capital humain et quels emplois seront demandés, il est clair qu’elles auront un impact considérable.

«Depuis le début, nous observons de près ce qui se passe lorsque les investissements catalysent le potentiel humain. Les quatre-vint-dix années de développement du secteur de l’énergie, déclenchées par les investissements d’Aramco, constituent peut-être le meilleur exemple, mais pas le seul», a déclaré M. Al-Faleh. 

«Ainsi, lorsqu’un nouveau secteur émerge, comme les énergies renouvelables, la fintech ou la biotechnologie, le déficit de compétences qui en découle sera comblé par la formation, le perfectionnement ou, dans le cas de l’Arabie saoudite, l’ouverture du pays en invitant des personnes qualifiées du monde entier à répondre à cette demande. Avant même de s’en rendre compte, nous disposerons d’un vivier de compétences entièrement nouveau, prêt à être déployé», a-t-il poursuivi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


France: les 10% des ménages les plus fortunés possèdent la moitié du patrimoine

Ce prix photographique le 6 décembre 2022 montre l'inscription "Banque de France" sur la façade du siège de la Banque de France à Paris (Photo, AFP).
Ce prix photographique le 6 décembre 2022 montre l'inscription "Banque de France" sur la façade du siège de la Banque de France à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Le patrimoine des ménages a fortement augmenté en valeur entre fin 2009 et fin 2021, de 23% en euros constants
  • La moitié des ménages détient toutefois un patrimoine inférieur à 185 000 euros

PARIS: Les 10% des ménages les plus fortunés vivant en France possèdent 54% du patrimoine total, un chiffre stable depuis 2019, a indiqué jeudi le Bulletin de la Banque de France.

Ce rapport souligne aussi que la moitié des ménages vivant en France détiennent 95% du patrimoine total, des inégalités de patrimoine qui restent toutefois un peu moins élevées qu'en zone euro.

Augmentation 

Le patrimoine des ménages a fortement augmenté en valeur entre fin 2009 et fin 2021, de 23% en euros constants (corrigé de la variation des prix sur la période, NDLR). Il atteignait 14.041 milliards d'euros au deuxième trimestre 2023, selon la Banque de France.

En moyenne, le patrimoine net d'un ménage en France est de 446.000 euros, soit une augmentation de 13% en euros constants par rapport à 2009, et est composé en majorité d'immobilier (55%) et d'actifs financiers (32%).

La moitié des ménages détient toutefois un patrimoine inférieur à 185.000 euros (+5% en euros constants sur la période).