La Banque mondiale souligne l’importance de l’action climatique pour l’économie tunisienne

La Tunisie fait face à des défis climatiques importants, notamment la pénurie d’eau, l’érosion côtière et les inondations, selon un rapport de la Banque mondiale (Photo, AFP).
La Tunisie fait face à des défis climatiques importants, notamment la pénurie d’eau, l’érosion côtière et les inondations, selon un rapport de la Banque mondiale (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 30 novembre 2023

La Banque mondiale souligne l’importance de l’action climatique pour l’économie tunisienne

  • Selon un rapport de la Banque mondiale, une combinaison d’actions d’adaptation et d’atténuation face au changement climatique, ainsi que la décarbonation du secteur de l’électricité, pourraient propulser la croissance du PIB à 8,8% d’ici 2030
  • En revanche, l’inaction pourrait entraîner des pertes de PIB atteignant 3,4% d’ici 2030

RABAT: La Tunisie fait face à des défis climatiques importants, notamment la pénurie d’eau, l’érosion côtière et les inondations, selon un rapport de la Banque mondiale publié à la veille de la COP28. Il préconise des mesures immédiates d’adaptation et de décarbonation pour stimuler la reprise économique et créer des emplois dans le pays.

Le «Rapport national sur le climat et le développement en Tunisie» met en avant des mesures cruciales pour atténuer les effets du changement climatique sur les populations et les entreprises, tout en renforçant la compétitivité de l’économie tunisienne.

Selon le rapport, une combinaison d’actions d’adaptation et d’atténuation face au changement climatique, ainsi que la décarbonation du secteur de l’électricité, pourraient propulser la croissance du PIB à 8,8% d’ici 2030. En revanche, l’inaction pourrait entraîner des pertes de PIB atteignant 3,4% d’ici 2030, avec des pertes annuelles estimées à environ 5,6 milliards de dinars (1,64 milliard d’euros).

«Opportunité unique»

Jesko Hentschel, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb, a souligné le soutien continu de la Banque mondiale envers la Tunisie dans sa transition vers un avenir plus durable. «L’adaptation au changement climatique et la promotion d’une économie verte représentent une opportunité unique pour la croissance, la résilience et le développement durable du pays», a-t-il affirmé.

La pénurie d’eau, en particulier, menace la production agricole en exposant les carences d’un secteur nécessitant des réformes face au changement climatique. Les pertes en eau enregistrées par la Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux sont passées de 25% en 2010 à 34% en 2021.

Le rapport souligne également le risque d’élévation du niveau de la mer, affectant près d’un quart de la zone côtière tunisienne d’ici 2050, avec des coûts potentiels de réparation des infrastructures routières après des inondations atteignant 252 millions d’euros d’ici 2050.

Pour remédier à la pénurie d’eau, le rapport préconise des mesures telles que la rationalisation de la demande en eau, le renforcement des réseaux hydrauliques, et la protection des écosystèmes pour augmenter la disponibilité de l’eau et renforcer la résilience aux chocs climatiques.

Décarboner l’énergie

La décarbonation du secteur de l’énergie offre également des opportunités significatives, selon le rapport. En 2022, l’énergie représentait 53% du déficit commercial et 58% des émissions de gaz à effet de serre du pays. La décarbonation permettrait de remédier à ces déséquilibres, améliorant l’accessibilité financière pour les ménages et la compétitivité des entreprises, tout en réduisant les émissions, estiment les experts de la Banque mondiale.

Cheick-Oumar Sylla, directeur régional pour l’Afrique du Nord et la Corne de l’Afrique de la Société financière Internationale (SFI), une organisation de la Banque mondiale consacrée au secteur privé, souligne l'importance de la collaboration entre les secteurs public et privé pour relever les défis du changement climatique. La SFI s’engage à soutenir la Tunisie dans son adaptation au changement climatique et sa croissance durable, ajoute-t-il.

Par ailleurs, le rapport souligne l’importance de créer des conditions macro-financières propices aux investissements nécessaires, en réorientant les dépenses publiques vers des investissements d'adaptation et en facilitant les investissements du secteur privé dans des initiatives vertes.


Trois femmes à la tête de Globivest, un fonds d’investissement vertueux, impactant et rentable

L'équipe Globivest, de gauche à droite: Sophie Makzoumé, Jessica al Hussaini, Jasmine Busson, Laura-Joy Boulos, Charbel Moarbes (fournie)
L'équipe Globivest, de gauche à droite: Sophie Makzoumé, Jessica al Hussaini, Jasmine Busson, Laura-Joy Boulos, Charbel Moarbes (fournie)
Short Url
  • Le but du fonds est de construire un portefeuille selon l’approche « One Health » de l’Organisation Mondiale de la Santé, qui stipule un lien étroit entre les trois verticales du triptyque : humains sains, animaux sains, environnement sain
  • « Le but est de placer des investissements qui répondent au double objectif de rentabilité financière et d’impact », souligne à Arab News en français la fondatrice, Jasmine Busson

BEYROUTH : A la tête de la société de capital-risque Globivest, Jasmine Busson lance un fonds institutionnel conforme à l’approche « One Health » de l’Organisation Mondiale de la Santé. Retour sur l’une des premières initiatives du genre, portée par des femmes, au Moyen Orient.

Tout a commencé en 2016. Jasmine Busson, au parcours jusque-là à cheval entre l’industrie de l’automobile et le saut d’obstacle en équitation, décide de fonder Globivest, un Family Office qui a pour objectif d’investir dans les nouvelles technologies. Le défi : sélectionner des startups à fort potentiel financier qui ont aussi un impact tangible aligné avec les valeurs de Globivest.

De 2016 à 2022, l’entrepreneure s’attèle d’abord à recruter des coéquipiers et coéquipières ayant la carrure nécessaire pour relever le défi, et ensuite à construire un portefeuille conforme à sa vision. C’est ainsi que, dès le départ, une équipe se forme avec pour noyau dur Sophie Makzoumé, l’amie d’enfance, forte du même parcours universitaire et aujourd’hui directrice des opérations de Globivest. Charbel Moarbes, avocat et membre des barreaux de New York, Paris et Beyrouth, monte à bord à son tour et contribue à la création du fonds. « Nous nous concentrons principalement sur les start-ups innovantes et évolutives en phase de démarrage. Nous cherchons à établir des relations à long terme avec des entrepreneurs visionnaires tout en apportant une valeur ajoutée claire en matière de stratégie et d'exécution. Nos investissements couvrent un large éventail de secteurs et de classes d'actifs, principalement aux EMEA, mais aussi aux Etats-Unis », détaille Jasmine Busson.

En 6 ans, Globivest investit dans cinquante entreprises qui, à terme, offrent de beaux retours. Le fonds construit aussi son réseau et se fait connaître des plus grands acteurs de l’écosystème financier, avec des partenaires et co-investisseurs incluant Citi Ventures et Plug and Play ainsi que Newfund, Angelini Ventures et Arab Angel Fund. Jasmine Busson est, entre temps, nommée Kauffman Fellow et intègre cette formation reconnue comme l’une des meilleures au monde pour ses programmes d’innovation, de leadership et de capital risque.

Fort de son succès, et de manière très organique, Globivest est prêt à passer à la prochaine étape : lever un fonds institutionnel, le premier fonds de la région mené par des femmes.

D’un Familly Office à un fonds institutionnel de capital risque

En 2023, Globivest lève donc son premier fonds institutionnel, avec une thèse affinée et des objectifs aiguisés par l’expérience du Family Office. Le but du fonds est de construire un portefeuille selon l’approche « One Health » de l’Organisation Mondiale de la Santé, qui stipule un lien étroit entre les trois verticales du triptyque : humains sains, animaux sains, environnement sain. En d’autres termes, Globivest a pour but d’investir dans des startups dédiées à la santé et à l’environnement, un angle qui donne sens et profondeur au terme « impact » avec une vision claire, au-delà du phénomène de mode que ces concepts représentent.

« Faire en sorte que le capital levé contribue à changer le monde dans le bon sens », explique Jasmine Busson à Arab News en français. « Le but est de placer des investissements qui répondent au double objectif de rentabilité financière et d’impact », souligne-t-elle, ajoutant que « le Family Office l’a d’ailleurs prouvé : impact et retours financiers ne sont pas incompatibles ».

Pour relever ce nouveau défi, la Dr Laura-Joy Boulos rejoint l’équipe en tant que partenaire. Neuroscientifique de formation, et nommée l’une des 15 femmes scientifiques les plus prometteuses par la fondation L’Oréal-UNESCO en 2020, la chercheuse apportait déjà son expertise scientifique à Globivest depuis plusieurs années, en analysant de manière ponctuelle les opportunités du secteur santé. En se joignant à l’équipe de manière plus pérenne, elle se charge de la validation des fondements scientifiques des startups du portefeuille, afin d’augmenter leur chance de réussite et d’ancrer leur impact dans la durée. C’est à travers elle que Globivest établit un partenariat avec la startup Sci-dip qui leur donne accès à un réseau de plus de 8000 médecins et/ou chercheurs en santé et une expertise de niche unique dans le secteur des fonds de capital-risque.

L’équipe de Globivest a aussi été enrichie par le recrutement de Jessica al Hussaini au poste de Senior Associate. Ingénieure de formation, avec dix ans d’expérience dans l’industrie des finances et le domaine des technologies de trading, Jessica al Hussaini a mis en œuvre des projets à grande échelle pour Citi Bank et HSBC, puis a occupé un poste de négociateur en algorithmes pour la vente d'actions à New York.

Nous voulons faire en sorte que le capital levé contribue à changer le monde dans le bon sens, le but étant de placer des investissements qui répondent au double objectif de rentabilité financière et d’impact.

Jasmine Busson

Quand un investisseur cherche « les hommes de l’équipe »

Jasmine Busson et Laura-Joy Boulos forment un binôme de partenaires solide dans sa complémentarité. Ensemble, elles expliquent avoir consacré ces derniers mois à la levée de capitaux. Fières d’avoir atteint en 6 mois leur objectif de première clôture (soit les deux tiers d’un fonds total de 25-30 millions $US), elles confient : « il ne faut pas se leurrer, les femmes sont encore très peu représentées dans cet écosystème. On se heurte constamment à des difficultés, mais c’est justement au sein même de ces challenges qu’on puise notre force. Quand un investisseur potentiel nous demande où sont les hommes de l’équipe, et enchaine sur des remarques paternalistes, on laisse échapper un sourire ironique, notre sang bout un peu de l’intérieur, mais on s’en nourrit pour mieux entreprendre notre projet, notre détermination en est renforcée. Parce que c’est bien de cela qu’il s’agit :  prouver notre légitimité dans le milieu, montrer ce qu’on peut apporter à l’écosystème, notamment dans le lien entre impact et retours financiers, et encourager plus de femmes, plus de personnes sous-représentées, à suivre le même chemin. » Tel est l’état d’esprit dans lequel Globivest entame sa levée de fonds pour sa seconde clôture en ce début d’année 2024.

 


Le groupe allemand WIKA ouvre une nouvelle usine à Dammam

Le groupe allemand WIKA a inauguré sa nouvelle usine le 29 février (fournie)
Le groupe allemand WIKA a inauguré sa nouvelle usine le 29 février (fournie)
Short Url
  • Le groupe allemand WIKA a inauguré sa nouvelle usine le 29 février, avec des installations de production locale à la pointe de la technologie
  • M. Kindsgrab, qui était venu en avion pour l'occasion, a souligné que cette nouvelle usine était un exemple des nombreuses opportunités récemment offertes aux entreprises allemandes dans le Royaume

DAMMAM : La vaste ville industrielle, connue sous le nom de MODON, située dans la zone industrielle bordée d'entrepôts et d'usines de Dammam, compte une nouvelle usine.

Le groupe allemand WIKA a inauguré sa nouvelle usine le 29 février, avec des installations de production locale à la pointe de la technologie destinées à rationaliser chaque étape.

«C'est un symbole de nos relations bilatérales, qui consistent en une myriade de relations commerciales, économiques, culturelles et politiques», a déclaré au public l'ambassadeur d'Allemagne au Royaume, Michael Kindsgrab.

M. Kindsgrab, qui était venu en avion pour l'occasion, a souligné que cette nouvelle usine était un exemple des nombreuses opportunités récemment offertes aux entreprises allemandes dans le Royaume et qu'elle contribuerait à approfondir les relations étroites entre l'Allemagne et l'Arabie saoudite.

Il a déclaré qu'il s'agissait de sa première visite dans la province orientale et s’est montré particulièrement sensible aux prestation scéniques des artistes locaux qui l'ont accueilli - ainsi que WIKA - par des chants et des danses folkloriques traditionnels entre les différents discours.

Le lancement a également rassemblé des Allemands et des Saoudiens, ainsi que le personnel diversifié de WIKA.

Au nom de Saudi Aramco, je tiens à remercier, apprécier et féliciter chaleureusement WIKA pour l'inauguration de WIKA Saudi Arabia», a déclaré Fawaz Al-Sahan, directeur de la division des systèmes d'automatisation des processus chez Saudi Aramco, avant d'ajouter : «Aujourd'hui, j'ai l'honneur de participer à l'inauguration de WIKA Saudi Arabia : «Aujourd'hui, je suis honoré de célébrer ce succès avec vous, car nous sommes convaincus que la localisation présente de grands avantages pour nos deux entreprises.

«En termes d'envergure, je pense qu'il s'agit de la plus grande installation d'instrumentation du Royaume. Je suis persuadé que cette installation servira de centre WIKA pour le Moyen-Orient».

Alexander Wiegand, président-directeur général de WIKA, s'est également adressé aux présents et a exprimé sa sincère gratitude à ceux qui ont aidé son entreprise familiale à exceller au fil des décennies. Il a rappelé avec amour les jours où sa mère était aux commandes et a expliqué que cette nouvelle installation à Dammam serait une extension de la famille WIKA, qui fêtera ses 78 ans d'existence en 2024.

«L'expansion de WIKA en Arabie saoudite créera plus de 100 nouveaux emplois au cours des prochaines années, apportant ainsi une contribution importante au marché de l'emploi local. Dans la nouvelle usine, la technologie allemande de pointe est mise en œuvre par une équipe qualifiée ayant une connaissance approfondie du marché local. Cela permet de fournir aux clients des solutions d'instrumentation de haute qualité adaptées à leurs besoins spécifiques», a déclaré M. Wiegand.

L'usine couvre une superficie totale de 3 000 m² (fournie)
L'usine couvre une superficie totale de 3 000 m² (fournie)

La nouvelle usine au logo orange et bleu doit permettre à WIKA de mieux servir ses clients en Arabie Saoudite et dans l'ensemble de la région.

À l'avenir, des instruments de mesure de la pression, de la température, du niveau et du débit seront fabriqués localement sur une surface totale de 3 000 m². Cela comprendra des membranes d'étanchéité, des vannes d'instrumentation et des puits thermométriques pour connecter des instruments de mesure à des processus critiques. La gamme de ces services sera encore élargie.

WIKA, comme cela a été souligné lors de la cérémonie, se considère comme un partenaire du développement économique de l'Arabie saoudite, en particulier dans le domaine de l'expansion des secteurs économiques à côté du pétrole et du gaz et de la diversification au-delà de ces secteurs. Le groupe d'entreprises est présent avec des filiales de vente dans le Royaume depuis plus de 20 ans, avec environ 12 000 employés dans le monde entier, et ce n'est pas fini.

Conformément à la Vision saoudienne 2030 et à l'initiative Saudi Made, le lancement était également tourné vers l'avenir.

«Nous ne pensons pas en trimestres, mais en décennies», a conclu M. Wiegand.


Concurrence: 34 organisations affirment qu'Apple se moque des nouvelles règles de

Le PDG d'Apple, Tim Cook, écoute le président des États-Unis, Joe Biden, lors d'une table ronde avec des chefs d'entreprise américains et indiens dans la salle Est de la Maison-Blanche, le 23 juin 2023 à Washington, DC. (Photo Anna Moneymaker Getty Images North America Getty Images via AFP)
Le PDG d'Apple, Tim Cook, écoute le président des États-Unis, Joe Biden, lors d'une table ronde avec des chefs d'entreprise américains et indiens dans la salle Est de la Maison-Blanche, le 23 juin 2023 à Washington, DC. (Photo Anna Moneymaker Getty Images North America Getty Images via AFP)
Short Url
  • «Nous sommes très préoccupés par le fait que le plan proposé par Apple pour se conformer au règlement sur les marchés numériques (DMA) (...) ne répondra pas aux exigences de cette législation», ont écrit ces groupes issus de plusieurs pays européens
  • Ce nouveau règlement entend mettre fin aux abus de position dominante dont ils sont accusés, et leur impose une série d'obligations et d'interdictions, sous peine de très lourdes amendes

BRUXELLES : Un groupe de 34 entreprises ou associations professionnelles, actives dans l'économie numérique, dénonce dans une lettre à la Commission européenne les mesures annoncées par Apple pour se conformer à partir de jeudi aux nouvelles règles renforcées de concurrence dans l'UE.

«Nous sommes très préoccupés par le fait que le plan proposé par Apple pour se conformer au règlement sur les marchés numériques (DMA) (...) ne répondra pas aux exigences de cette législation», ont écrit ces groupes issus de plusieurs pays européens.

Parmi les signataires se trouvent les services de streaming musical Deezer et Spotify, l'association de start-up France digitale, l'association européenne de la Fintech EFA (technologies financières) ou encore l'Association européenne des éditeurs de journaux ENPA.

Leur courrier, daté du 1er mars, est adressé aux commissaires européens Thierry Breton et Margrethe Vestager, chargés de la nouvelle législation.

Apple, ainsi que cinq autres géants du numérique - Alphabet (Google), Amazon, Meta (Facebook, Instagram), Microsoft et ByteDance (TikTok) -, ont jusqu'au 7 mars pour se mettre en règle avec le DMA.

Ce nouveau règlement entend mettre fin aux abus de position dominante dont ils sont accusés, et leur impose une série d'obligations et d'interdictions, sous peine de très lourdes amendes.

Ouvertement hostile au DMA, Apple avait annoncé le 25 janvier plusieurs modifications de son système d'exploitation iOS, qui équipe ses célèbres téléphones iPhone.

La marque à la pomme affirme par exemple qu'elle autorisera des magasins d'applications concurrents de son App Store et qu'elle s'ouvrira à d'autres services de paiement sans contact que sa solution Apple Pay, comme elle y est contrainte.

«Les nouvelles conditions d'Apple non seulement ignorent l'esprit et la lettre de la loi, mais si elles restent inchangées, elles tournent en dérision le DMA», estiment pourtant les 34 organisations dans leur missive.

Depuis le début de l'année, les groupes concernés par le DMA multiplient les annonces pour se conformer.

Mais de nombreux experts ou entreprises du secteur ont exprimé des doutes sur l'efficacité réelle de ces changements, dénonçant des réformes de façade qui n'apporteront pas les bénéfices attendus pour les consommateurs et les entreprises concurrentes.

«Une fois les solutions de mise en conformité connues la semaine prochaine, elles devront être analysées correctement par la Commission et les parties prenantes, dans leur intégralité et pas seulement sur la base de quelques annonces», a souligné samedi la Commission, contactée par l'AFP au sujet de la lettre. «Nous n'hésiterons pas à agir», en cas d'infraction, a-t-elle prévenu.

Apple est particulièrement visé par le DMA, car le géant californien a construit son succès sur un écosystème fermé dont il contrôle tous les paramètres, invoquant une sécurité accrue pour ses utilisateurs. Cette philosophie est en opposition frontale avec l'ouverture à la concurrence prônée par l'UE.