​Pourquoi le destin politique de Netanyahou est lié à la guerre à Gaza

De nombreux Israéliens pensent que l’échec du leadership de Benjamin Netanyahou a entraîné l’attaque du Hamas du 7 octobre, qui a déclenché la dernière phase de violence à Gaza. (Photo, AP)
De nombreux Israéliens pensent que l’échec du leadership de Benjamin Netanyahou a entraîné l’attaque du Hamas du 7 octobre, qui a déclenché la dernière phase de violence à Gaza. (Photo, AP)
De la fumée s'élève après un bombardement israélien dans la bande de Gaza, vue depuis le sud d'Israël, lundi 11 décembre 2023. (Photo, AP)
De la fumée s'élève après un bombardement israélien dans la bande de Gaza, vue depuis le sud d'Israël, lundi 11 décembre 2023. (Photo, AP)
Short Url
Publié le Samedi 16 décembre 2023

​Pourquoi le destin politique de Netanyahou est lié à la guerre à Gaza

  • Avec une cote de popularité en baisse et un soutien américain en déclin, le Premier ministre israélien pourrait être à court de voie politique
  • Selon les experts, la perte de soutien de l'opinion publique à l'égard de Netanyahou s'explique par la manière dont il a géré le conflit avec le Hamas

LONDRES: Les espoirs d'une résolution pacifique du conflit entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas dépendent d'un changement de leadership au sommet de la Knesset, car il semble que le Premier ministre sortant, Benyamin Netanyahou, soit convaincu que la paix n'est pas une option.

C'est du moins l'avis de plusieurs experts, qui estiment que l'obsession de Netanyahou à considérer le conflit vieux de plusieurs décennies entre Israël et les Palestiniens comme quelque chose qui ne peut être que géré, et non pas terminé, a empêché toutes les autres alternatives.

«Netanyahou n'a rien à voir avec la paix», a déclaré à Arab News Yossi Mekelberg, professeur de relations internationales et membre associé du programme MENA à Chatham House, à Londres.

1
De la fumée s'élève après un bombardement israélien dans la bande de Gaza, vue depuis le sud d'Israël, lundi 11 décembre 2023. (Photo, AP)

Mekelberg est d'avis qu'Israël devrait «chercher un futur leader», ajoutant que, bien que nous ne soyons pas dans la phase de «paix active» du conflit, cela devrait «commencer bientôt, si nous ne voulons pas d'une autre période prolongée de guerre de faible intensité».

Bien qu'il ait acquis une réputation de survie et de renaissance au cours de ses plus de 20 ans au sommet de la politique israélienne, les sondages indiquent que l'éviction de Netanyahou à court terme est désormais une possibilité très réelle.

Compte tenu des accusations de corruption qui pèsent sur lui une fois qu'il aura été privé de l'immunité juridique que lui confèrent ses hautes fonctions, l'enjeu est particulièrement important.

Selon un récent rapport du Wall Street Journal, les Israéliens ne sont que 18% à souhaiter que Netanyahou reste au pouvoir à long terme, 29% d'entre eux exigeant son départ immédiat et 47% ne voyant pas de place pour lui au gouvernement après la fin de la guerre.

Interviewée par le New Yorker, Dahlia Scheindlin, politologue et experte de l'opinion publique israélienne, a révélé que la popularité de Netanyahou avait atteint son point le plus bas.

«Selon tous les indicateurs possibles, et de nombreux sondages ont été réalisés depuis le 7 octobre, sa popularité est épouvantable», a indiqué Scheindlin. «C'est le pire que je n’aie jamais vu, certainement depuis 2009. J'aimerais dire jamais, mais il faudrait que je vérifie tous les sondages depuis le début des années 90.»

Ce déclin pourrait avoir des conséquences sur la manière dont la guerre à Gaza est menée, la coalition de Netanyahou, formée en 2022, ayant perdu sa majorité, passant de 64 à 32 sièges au parlement.

1
Des Israéliens manifestent à Tel Aviv le 15 décembre après que l'armée a annoncé qu'elle avait tué par erreur trois otages israéliens détenus à Gaza par des militants du Hamas. (Photo, Reuters)

Pourtant, cette perte de soutien populaire s'explique en partie par la manière dont Netanyahou a cherché à gérer le conflit avec le Hamas, de nombreux Israéliens imputant à son manque de leadership l'attentat qui a déclenché la dernière phase de violence.

Osama al-Sharif, analyste et chroniqueur politique jordanien, estime que le destin politique de Netanyahou est étroitement lié à la manière dont la guerre a été menée.

«Le scénario le plus probable concernant les plans israéliens de démilitarisation de Gaza est que Netanyahou lui-même quitte la scène avant le Hamas, alors que le public commence à se plaindre d'une victoire qui ne viendra peut-être jamais», a expliqué Al-Sharif à Arab News.

Les électeurs israéliens ne sont pas les seuls à être à bout de patience. Le soutien du président américain Joe Biden à Netanyahou et la gestion de la guerre par son gouvernement d'extrême droite l'ont placé en mauvaise posture à l'approche de sa propre année électorale.

Dans des remarques hors caméra rapportées par Axios, Biden aurait déclaré: «Je pense que Netanyahou doit changer, et avec ce gouvernement. Ce gouvernement en Israël lui rend la tâche très difficile.»

Pour Tobias Borck, chargé de recherche principal sur la sécurité au Moyen-Orient au Royal United Services Institute de Londres, Netanyahou a été paralysé dès le départ par sa propre perception du conflit avec les Palestiniens, sa stratégie de «statu quo du conflit gérable» s'est avérée un échec.

«Son intransigeance à ne considérer la Palestine que comme un problème à gérer est ce qui empêche l'émergence de nouvelles idées», a précisé Borck à Arab News.

1
Des Palestiniens recherchent des survivants du bombardement israélien de la bande de Gaza à Rafah, le 12 décembre 2023. (Photo, AP)

Cela a créé «cette situation intermédiaire totalement insoutenable: ni un État, ni deux États». Ce n'est pas une solution au problème. C'est une confusion causée par la position adoptée par Netanyahou il y a des décennies. Le fait qu'il n'ait pas trouvé de nouvelles idées n'est pas surprenant.

Après une trêve de sept jours, au cours de laquelle le Hamas a libéré plusieurs otages en échange de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, la campagne de bombardements des forces de défense israéliennes (FDI) a repris, portant le nombre de civils tués à Gaza à plus de 18 000, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas.

Dans ce contexte, plusieurs sources anonymes qui ont parlé aux médias américains ont déclaré que Washington pourrait essayer de forcer la main d'Israël et d'imposer la fin des violences d'ici Noël. Borck a signalé avoir entendu ces rumeurs, mais n'est pas convaincu de leur véracité.

Ce qui est devenu très clair, c'est que «le ton américain est en train de changer et de passer d'une attitude ouverte à une volonté d'en finir», a-t-il déclaré.

«Il est possible de suivre l'évolution de la situation au cours des deux derniers mois. Cette évolution se poursuit et le point final est inévitable: Cessez-le-feu maintenant. Tout ce qui compte, c'est ce que les Américains perçoivent comme le fait que les Israéliens ont atteint leurs objectifs de guerre. N'oubliez pas que des Américains sont toujours retenus en otage», a-t-il souligné.

1
Des Palestiniens récupèrent leurs biens après une frappe israélienne à Rafah, dans la bande de Gaza, le 13 décembre 2023. (Photo, AP)

Borck ne s'attend pas à ce que les Israéliens déposent simplement les armes dès que Washington leur criera «cessez le feu maintenant». Il s'attend plutôt à ce qu'ils contestent et condamnent ce qu'ils perçoivent comme une ingérence des États-Unis.

Toutefois, le changement de ton de Washington pourrait bien être la meilleure chance de survie politique de Netanyahou. Reuters a cité des sondages récents qui indiquent un soutien massif de l'opinion publique à la guerre, malgré le nombre de victimes civiles à Gaza.

Un ancien ambassadeur israélien à Washington, Itamar Rabinovich, a déclaré au New York Times que Netanyahou se concentrait autant sur les prochaines élections que sur la guerre.

«Il envisage une campagne électorale potentielle dans quelques mois. Ce sera son programme: Je suis le leader qui peut tenir tête à Biden et empêcher la création d'un État palestinien», a éclairci Rabinovich.

Biden semble vouloir dissocier le soutien à Israël du soutien à Netanyahou. En début de semaine, le président américain a déclaré qu'Israël perdait le soutien de la communauté internationale en raison de ses bombardements aveugles.

1
Le président américain Joe Biden, montré sur cette photo avec le secrétaire d'État Antony Blinken (à gauche) et le secrétaire à la Défense Lloyd Austin (à droite), s'impatiente de plus en plus face à l'intransigeance du gouvernement israélien sur la guerre à Gaza. (Photo, AFP)

De son côté, Netanyahou semble vouloir s'opposer à Biden en déclarant récemment: «Nous continuerons jusqu'à la fin, il n'y a pas de doute. Je le dis même si la douleur est grande et si la pression internationale est forte. Rien ne nous arrêtera.»

Ahron Bregman, chargé de cours au département des études sur la guerre du King's College de Londres, a déclaré à Arab News qu'il hésitait à faire une croix sur Netanyahou pour l'instant, notant qu'après 30 ans de rédaction de nécrologies politiques, il est encore trop tôt pour se prononcer.

Faisant écho à d’autres qui ont parlé à Arab News, Bregman est également sceptique quant au fait qu’un changement de direction au sommet de la politique israélienne entraînerait un changement significatif pour les Palestiniens.

«Cela n’a pas vraiment d’importance, car celui qui le remplacera poursuivra probablement la même politique, à savoir le recours à la force brutale pour réprimer les Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie. Israël n’a pas de chance dans la mesure où, à ce moment critique, il n’a pas de (David) Ben Gourion», a-t-il indiqué, faisant référence au fondateur et Premier ministre d’Israël.

1
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et son cabinet. (Photo, AFP)

Bregman a ajouté: «Il arrive souvent dans l’histoire des nations que, dans les moments critiques, lorsqu’on a besoin de dirigeants courageux, audacieux et capables de sortir des sentiers battus, ils ne soient pas là.»

Bregman a soutenu que cela place les Palestiniens dans une position peu enviable, mais a suggéré que ceux qui soutiennent leur cause seraient les mieux placés pour consacrer leurs énergies. «Pas tant pour une solution à long terme que pour garantir que les Israéliens quittent la bande de Gaza, une fois cette guerre terminée.»

Cela signifiait également s’assurer que si Israël veut une zone tampon le séparant de Gaza, elle devra être construite à l’intérieur d’Israël, a-t-il estimé.

Si, comme certains l’ont suggéré, l’armée israélienne envisage la possibilité de transformer le nord de Gaza en zone tampon, Bregman a conclu que toute présence israélienne dans la «petite» bande de Gaza, même si elle n’est que «temporaire», ne servirait qu’à retarder encore davantage une solution à long terme au conflit.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'armée égyptienne annonce la mort d'un garde-frontière dans des «  tirs  » à la frontière avec Rafah

L'armée égyptienne a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête concernant la mort d'un garde-frontière dans des "tirs" à la zone frontalière de Rafah, entre l'Egypte et la bande de Gaza où sont déployées des forces israéliennes. (AFP).
L'armée égyptienne a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête concernant la mort d'un garde-frontière dans des "tirs" à la zone frontalière de Rafah, entre l'Egypte et la bande de Gaza où sont déployées des forces israéliennes. (AFP).
Short Url
  • "Les forces armées égyptiennes, via les autorités compétentes, enquêtent sur des tirs à la zone frontalière de Rafah ayant entraîné la mort d'un des gardes"
  • L'armée israélienne avait pour sa part dit examiner un "incident" impliquant des "tirs" à la frontière égyptienne, faisant état de "discussions en cours avec les Egyptiens"

LE CAIRE: L'armée égyptienne a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête concernant la mort d'un garde-frontière dans des "tirs" à la zone frontalière de Rafah, entre l'Egypte et la bande de Gaza où sont déployées des forces israéliennes.

"Les forces armées égyptiennes, via les autorités compétentes, enquêtent sur des tirs à la zone frontalière de Rafah ayant entraîné la mort d'un des gardes", selon un communiqué publié par le porte-parole de l'armée égyptienne.

L'armée israélienne avait pour sa part dit examiner un "incident" impliquant des "tirs" à la frontière égyptienne, faisant état de "discussions en cours avec les Egyptiens".

Selon les premiers éléments de l'enquête, "des coups de feu ont été tirés" entre l'armée israélienne et des membres "de la résistance palestinienne, ce qui a conduit à des tirs dans plusieurs directions", a indiqué lundi soir une source sécuritaire citée par Al-Qahera News, un média proche du renseignement égyptien.

A ce moment-là, le garde-frontière "prenait des mesures de protection et s'occupait de la provenance" des tirs, d'après cette source.

Mise en garde 

L'armée israélienne mène des opérations militaires accompagnées de bombardements depuis le 7 mai dans Rafah, ville du sud de la bande de Gaza à la frontière avec l'Egypte.

Le Caire "a mis en garde contre les répercussions des opérations militaires israéliennes sur l'axe de Philadelphie et contre toute atteinte à la sécurité du personnel de sécurité égyptien déployé aux frontières", a ajouté la source citée par Al-Qahera, en référence à une zone tampon d'une douzaine de kilomètres entre l'Egypte et la bande de gaza qu'Israël contrôlait jusqu'à son retrait unilatéral de ce territoire en août 2005.

L'Egypte a été le premier pays arabe à normaliser ses relations avec Israël voisin, en 1979.

Depuis le début de la guerre en octobre dernier entre Israël et le Hamas palestinien dans la bande de Gaza, l'Egypte tient à la fois à rester solidaire avec les Palestiniens et à préserver ses relations avec Israël.

Mais ces rapports sont émaillés de tensions, Le Caire craignant aussi les répercussions sur son territoire de la guerre en cours à Gaza, et haussant le ton dès le début des opérations militaires israéliennes à Rafah. Le 7 mai, Israël a pris le contrôle du côté palestinien du poste-frontière.

Ces derniers mois, des frappes aériennes ou des tirs d'artillerie de l'armée israélienne se sont abattus sur le terminal frontalier de Rafah.

En octobre 2023, deux touristes israéliens et un Egyptien avaient été tués par un policier à Alexandrie.

En juin 2023, trois soldats israéliens ont été tués par un "policier égyptien", "infiltré" depuis l'Egypte en Israël avant d'être abattu, selon un porte-parole militaire israélien.

Selon la version égyptienne, un membre des "forces de sécurité pourchassant des trafiquants de drogue" a traversé un point de contrôle frontalier. Il s'en est suivi un "échange de tirs ayant fait trois morts côté israélien" en plus de l'Egyptien.


Le Hezbollah dit avoir lancé des roquettes sur Israël en riposte à une frappe meurtrière

Plus tôt lundi, l'agence nationale d'information (Ani) avait indiqué qu'"un drone ennemi a visé peu avant 10H00 (07H00 GMT), à l'aide d'un missile guidé, une moto à proximité de l'hôpital Salah Ghandour, dans la localité de Bint Jbeil".  La frappe a fait "un martyr et plusieurs blessés", selon la même source, qui n'a pas précisé si la personne tuée était un civil. (AFP).
Plus tôt lundi, l'agence nationale d'information (Ani) avait indiqué qu'"un drone ennemi a visé peu avant 10H00 (07H00 GMT), à l'aide d'un missile guidé, une moto à proximité de l'hôpital Salah Ghandour, dans la localité de Bint Jbeil". La frappe a fait "un martyr et plusieurs blessés", selon la même source, qui n'a pas précisé si la personne tuée était un civil. (AFP).
Short Url
  • Le Hezbollah a affirmé lundi avoir tiré un barrage de roquettes sur le nord d'Israël en riposte à une frappe israélienne près d'un hôpital dans le sud du Liban, qui a fait un mort
  • Plus tôt lundi, l'agence nationale d'information (Ani) avait indiqué qu'"un drone ennemi a visé peu avant 10H00 (07H00 GMT), à l'aide d'un missile guidé, une moto à proximité de l'hôpital Salah Ghandour, dans la localité de Bint Jbeil"

BEYROUTH: Le Hezbollah a affirmé lundi avoir tiré un barrage de roquettes sur le nord d'Israël en riposte à une frappe israélienne près d'un hôpital dans le sud du Liban, qui a fait un mort.

Depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le mouvement islamiste Hamas le 7 octobre, le Hezbollah échange régulièrement les tirs avec Israël, en soutien à son allié palestinien.

Lundi, les combattants du Hezbollah ont tiré "des dizaines de roquettes de type Katioucha" sur le nord d'Israël "en réponse à l'agression de l'ennemi israélien qui a visé l'hôpital du martyr Salah Ghandour à Bint Jbeil", a indiqué le mouvement dans un communiqué.

L'armée israélienne a déclaré peu après que les sirènes avaient retenti dans le nord du pays.

Plus tôt lundi, l'agence nationale d'information (Ani) avait indiqué qu'"un drone ennemi a visé peu avant 10H00 (07H00 GMT), à l'aide d'un missile guidé, une moto à proximité de l'hôpital Salah Ghandour, dans la localité de Bint Jbeil".

La frappe a fait "un martyr et plusieurs blessés", selon la même source, qui n'a pas précisé si la personne tuée était un civil.

L'hôpital est géré par le comité islamique de santé, affilié au Hezbollah, qui n'a pas dans l'immédiat annoncé la mort de l'un de ses membres.

Selon le personnel de l'hôpital, dix personnes ont été blessées, dont quatre grièvement.

Le ministère libanais de la Santé a condamné dans un communiqué la "frappe brutale israélienne" contre l'hôpital, la qualifiant de "crime de guerre".

Un photographe de l'AFP sur place a vu une moto calcinée près de l'entrée de l'hôpital.

L'attaque israélienne ciblant une moto lundi est la quatrième du genre depuis dimanche, après des frappes similaires dans d'autres localités.

Dimanche, les frappes israéliennes ont tué au moins sept personnes, deux civils et cinq combattants dont le Hezbollah a annoncé la mort.

Plus de sept mois de violences transfrontalières ont fait au moins 441 morts au Liban, dont 287 combattants du Hezbollah et au moins 84 civils, selon un décompte de l'AFP.

Côté israélien, au moins 14 soldats et 11 civils ont été tués dans ces violences selon les autorités.

Le Hezbollah, armé et financé par l'Iran, a intensifié ses attaques au cours des derniers jours contre des positions militaires dans le nord d'Israël.

Pour sa part, l'armée israélienne mène des frappes de plus en plus en profondeur au Liban et dit viser des responsables du Hezbollah.


L'Arabie saoudite condamne les attaques israéliennes sur Rafah

Les frappes aériennes israéliennes ont tué au moins quarante-cinq personnes dimanche et elles ont touché des tentes de personnes déplacées dans la ville de Rafah, dans le sud de Gaza. Ci-dessus, des Palestiniens cherchent de la nourriture parmi les débris brûlés après la frappe du 27 mai 2024. (Reuters)
Les frappes aériennes israéliennes ont tué au moins quarante-cinq personnes dimanche et elles ont touché des tentes de personnes déplacées dans la ville de Rafah, dans le sud de Gaza. Ci-dessus, des Palestiniens cherchent de la nourriture parmi les débris brûlés après la frappe du 27 mai 2024. (Reuters)
Short Url
  • La Jordanie, le Koweït et les Émirats arabes unis condamnent «les crimes de guerre continus commis par les forces d'occupation israéliennes à Gaza»
  • Le prince Faisal souligne que la solution à deux États au conflit israélo-palestinien reste essentielle pour parvenir à une paix et une sécurité durables dans la région

RIYAD: L'Arabie saoudite a condamné, aujourd’hui, les attaques israéliennes sur Rafah, la dernière en date ayant ciblé des tentes de Palestiniens déplacés près des entrepôts de l'Unrwa, tuant au moins quarante-cinq personnes, principalement des enfants et des femmes.

Dans une déclaration publiée sur la plate-forme X, le ministère des Affaires étrangères affirme également que le Royaume rejette les violations flagrantes des lois internationales et humanitaires par les forces d'occupation israéliennes.

Il appelle la communauté internationale à intervenir immédiatement.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a déclaré aujourd’hui que la situation humanitaire à Gaza était totalement inacceptable.

Le prince Faisal souligne que la solution à deux États au conflit israélo-palestinien reste essentielle pour parvenir à une paix et une sécurité durables dans la région.

Il indique également que plusieurs pays européens prévoient de reconnaître officiellement l'État de Palestine, à l'instar de l'Espagne, de l'Irlande et de la Norvège, dans le cadre des efforts visant à mettre en œuvre la solution à deux États.

La Jordanie a également fermement condamné les «crimes de guerre continus commis par les forces d'occupation israéliennes à Gaza», en particulier le «dernier incident impliquant le bombardement d'un camp de réfugiés près du siège de l'Unrwa à l’ouest de Rafah».

«Ce geste défie les décisions de la Cour internationale de justice (CIJ) et il constitue une grave violation du droit international et du droit humanitaire international», lit-on sur un communiqué du ministère jordanien des Affaires étrangères.

La Jordanie réitère sa «condamnation sans équivoque de ces actions», a déclaré le porte-parole de l'ambassade, Sufian Qudah.

M. Qudah qualifie ces actions de «violations flagrantes du droit international et du droit humanitaire international», allant à l'encontre de toutes les valeurs humaines et morales.

Il déclare qu'il s'agit de crimes de guerre que la communauté internationale doit condamner, en s’assurant que les responsables répondent de leurs actes. Il appelle à une action internationale immédiate et efficace pour tenir Israël responsable de ses pratiques et violations.

Sufian Qudah a également exhorté la communauté internationale à «mettre fin aux violations continues du droit international et du droit humanitaire international par Israël, à garantir la protection des civils non armés à Gaza, et à préserver les organisations humanitaires et leur personnel, en particulier l'Unrwa».

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a affirmé aujourd’hui que la Turquie déploierait tous les efforts nécessaires pour tenir Israël responsable des frappes à Rafah, qualifiant Israël de «barbare».

«Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour demander des comptes à ces barbares et meurtriers qui n'ont rien à voir avec l'humanité», déclare-t-il.

Le président français, Emmanuel Macron, a exprimé aujourd’hui son indignation face aux dernières frappes d'Israël sur Rafah, qui ont tué des dizaines de personnes déplacées.

«Ces opérations doivent cesser. Il n'y a pas de zones sûres pour les civils palestiniens à Rafah», souligne M. Macron sur la plate-forme X.

Le Koweït a également condamné «l’agression de l'occupation israélienne contre les tentes des déplacés à Rafah, tuant des dizaines de personnes, dont des femmes et des enfants».

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères souligne que les actions de l'occupation israélienne contre les Palestiniens «exposent ses crimes de guerre flagrants et son génocide sans précédent au monde entier».

Le Koweït appelle à une «intervention immédiate et ferme de la communauté internationale pour contraindre les forces israéliennes à respecter les résolutions de la communauté internationale, notamment la résolution de la CIJ sur l’arrêt immédiat de l'agression contre Rafah et la protection du peuple palestinien».

Les Émirats arabes unis ont également condamné ce qu'ils ont qualifié de «ciblage» par Israël des tentes des personnes déplacées à Rafah.

Le ministère émirati des Affaires étrangères souligne l'importance de mettre en œuvre la décision de la CIJ selon laquelle Israël devait cesser immédiatement ses opérations militaires à Rafah, indique un communiqué.

Dans des déclarations distinctes, la Ligue arabe et l'Organisation de la coopération islamique (OCI) ont condamné «l'agression continue d'Israël dans les camps de réfugiés de l'Unrwa à Rafah».

«Nous présentons ce nouveau crime aux tribunaux internationaux pour renforcer les preuves de ces crimes de guerre et les inculper», a déclaré Ahmad Aboul-Gheit, secrétaire général de la Ligue arabe.

De son côté, le secrétaire général de l'OCI, Hussein Taha, a déclaré que l'organisation tenait l'occupation israélienne pour responsable des crimes atroces commis contre les Palestiniens, ainsi que des pratiques qui vont à l’encontre des principes humanitaires et violent le droit international.

Le Parlement arabe a également vivement condamné le massacre brutal perpétré par les forces d'occupation israéliennes contre des civils palestiniens, selon l'agence de presse saoudienne officielle (SPA).

Le Parlement a exprimé sa préoccupation concernant les actions des forces d'occupation israéliennes, soulignant qu'elles ont violé les lois, les normes, les résolutions et les décisions internationales qui exigent un arrêt immédiat de l'agression, indique le communiqué.

Ces attaques ont eu lieu deux jours après que la CIJ a ordonné à Israël de mettre fin à son offensive militaire à Rafah, où plus de la moitié de la population de Gaza a trouvé refuge avant l'incursion israélienne plus tôt ce mois-ci.

Des dizaines de milliers de personnes se trouvent encore dans la région, tandis que nombre d'autres ont fui. Les images du site visé par une frappe aérienne majeure montrent d’importantes destructions. L'armée israélienne a confirmé avoir effectué la frappe, précisant qu'elle avait ciblé une installation du Hamas, tuant deux hauts responsables de l’organisation. Elle a également annoncé qu'elle enquêtait sur des informations faisant état de civils blessés lors de cette opération.

Le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, était à Rafah dimanche et il a été informé de «l'intensification des opérations» dans cette zone, indique son bureau.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com