A Sciences Po Menton, le défi du débat sur le conflit Israël Hamas

Des policiers contrôlent les documents d'un passager dans un train en provenance d'Italie à la gare de Menton Garavan, à Menton, le 8 décembre 2023. (Photo Valery Hache AFP)
Des policiers contrôlent les documents d'un passager dans un train en provenance d'Italie à la gare de Menton Garavan, à Menton, le 8 décembre 2023. (Photo Valery Hache AFP)
Short Url
Publié le Samedi 16 décembre 2023

A Sciences Po Menton, le défi du débat sur le conflit Israël Hamas

  • Dans cette antenne de l’ Institut d'études politiques de Paris, installée dans un bâtiment majestueux surplombant le vieux port et la mer, 400 étudiants effectuent leur 1ère et 2ème année de formation sur les enjeux de la Méditerranée et du Moyen-Orient
  • Selon des étudiants et membres du syndicat Palestine UTS, des étudiants d'origine arabe se font parfois traiter de «terroristes» dans les rues de Menton, cette petite ville balnéaire où l'extrême droite est très présente

MENTON, France : Publications controversées sur les réseaux sociaux, tensions internes, menaces extérieures, blocage: sur le campus Méditerranée/Moyen-Orient de Sciences Po à Menton (Alpes-Maritimes), le conflit entre Israël et le Hamas a provoqué des remous depuis le 7 octobre, mais le délicat débat se poursuit.

Dans cette antenne du prestigieux Institut d'études politiques (IEP) de Paris, installée dans un bâtiment majestueux surplombant le vieux port et la mer, 400 étudiants de 18-20 ans, dont plus de la moitié des étrangers d'une cinquantaine de nationalités, effectuent leur 1ère et 2ème année de formation, avec un accent particulier sur les enjeux de la Méditerranée et du Moyen-Orient.

Et, plus qu'ailleurs, le débat s'est tendu depuis l'attaque sanglante du Hamas le 7 octobre et la violente riposte israélienne encore en cours à Gaza.

«De toute évidence, nous sommes venus ici pour étudier la politique et plus particulièrement la politique du Moyen-Orient. Beaucoup d'entre nous sommes des passionnés et certains venus de la région sont directement concernés», explique une étudiante britannique de 2e année qui souhaite garder l'anonymat.

Dès le 8 octobre, une référence aux «résistants palestiniens» sur le compte Instagram de «Sciences Palestine» a provoqué un tollé. Rebaptisée ensuite «Palestine UTS», cette association qui compte sept membres, essentiellement de très jeunes filles, est l'une des 34 reconnues sur le campus.

Si la députée de Menton Alexandra Masson (Rassemblement national) a aussitôt réclamé que les auteurs de la publication soient expulsés de l'établissement, le directeur Youssef Halaoua a refusé d'envisager des sanctions.

Mais, après consultations juridiques à Paris, il a «conseillé chaleureusement» à l'association de supprimer la mention, puis de faire valider en amont toutes leurs prochaines publications ou initiatives, explique-t-il à l'AFP.

Quelques semaines plus tard, saisie par d'autres étudiants à propos d'une trentaine de posts litigieux sur des comptes privés, la direction a rappelé à l'ordre les auteurs de quatre d'entre eux, qui présentaient «un fort risque d'apologie du terrorisme», selon M. Halaoua.

- «Gaza mon amour» -

En réaction, plusieurs dizaines d'étudiants ont bloqué l'entrée du campus le 16 novembre, pour dénoncer une «censure», à l'initiative du syndicat Solidaires étudiant.e.s. Ils ont été évacués par les forces de l'ordre, qui ont verbalisé 66 personnes.

Le blocage visait aussi à alerter sur les «menaces de mort et de viol venues de la fachosphère» contre les membres de Palestine UTS, a expliqué un porte-parole du syndicat.

Quant aux étudiants d'origine arabe, ils se font même parfois traiter de «terroristes» dans les rues de Menton, petite ville balnéaire où l'extrême droite est très présente, ont rapporté à l'AFP des étudiants et le même syndicat.

Mais, sur le campus, le quotidien des étudiants juifs a changé aussi: «Mes amis qui ne me parlaient pas du sujet sont devenus très agressifs depuis le 7 octobre», raconte Mila Benhamou, présidente de la section locale de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF). «Ici, on est une minorité à penser qu'Israël a le droit d'exister», assure-t-elle.

«C'est vrai que c'est difficile de débattre avec ceux qui soutiennent ce que l'Etat d'Israël est en train de faire à Gaza», explique une étudiante lituanienne de 2ème année, préférant elle aussi garder l'anonymat.

Les membres de Palestine UTS n'ont pour leur part pas donné suite aux différentes tentatives de l'AFP pour les contacter.

Parallèlement, la direction a invité des intervenants extérieurs pour éclairer le débat, en commençant par la projection il y a deux semaines de «Gaza mon amour», film doux-amer de 2021 sur le quotidien dans l'enclave, en présence du réalisateur Arab Nasser.

Un tiers du campus était présent, mais les questions lors du débat s'en sont tenues aux conditions de tournage en Jordanie, aux symboliques, à la musique...

La semaine dernière, une constitutionnaliste palestinienne, Sanaa Alsarghali, est venue évoquer les enjeux d'une solution à deux Etats. Mais seulement une vingtaine d'étudiants sont venus, prenant sagement des notes sur leur ordinateur. Là aussi les questions ont fusé, souvent réfléchies et élaborées, très loin des tensions précédentes.


JO-2024: en cas de menace, la cérémonie d'ouverture serait «  limitée au Trocadéro », voire au Stade de France, selon Macron

"il y a des plans B et même des plans C", "et on les prépare en parallèle", "on fera une analyse en temps réel" des risques, a dit Emmanuel Macron. (AFP).
"il y a des plans B et même des plans C", "et on les prépare en parallèle", "on fera une analyse en temps réel" des risques, a dit Emmanuel Macron. (AFP).
Short Url
  • En cas de menace terroriste, la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris, prévue sur la Seine le 26 juillet, pourrait être "limitée au Trocadéro", voire "rapatriée dans le Stade de France"
  • "Cette cérémonie d'ouverture" le long de la Seine, "c'est une première au monde. On peut le faire et on va le faire"

PARIS: En cas de menace terroriste, la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris, prévue sur la Seine le 26 juillet, pourrait être "limitée au Trocadéro", voire "rapatriée dans le Stade de France", a déclaré lundi Emmanuel Macron sur BFMTV et RMC.

"Cette cérémonie d'ouverture" le long de la Seine, "c'est une première au monde. On peut le faire et on va le faire", a dit le président dans une interview pour marquer le compte à rebours à 100 jours des JO. Mais "il y a des plans B et même des plans C", "et on les prépare en parallèle", "on fera une analyse en temps réel" des risques, a-t-il ajouté.


Sous la verrière du Grand Palais, dernière ligne droite avant les JO et rendez-vous avec Macron

Short Url
  • Dernière ligne droite avant les JO: les travaux battent leur plein sous l'immense verrière du Grand Palais à Paris
  • Construit pour l'Exposition universelle de 1900, le Grand Palais est fermé depuis mars 2021 pour d'importants travaux de réhabilitation au coût "avoisinant 500 millions d'euros", d'après l'Elysée

PARIS: Dernière ligne droite avant les JO: les travaux battent leur plein sous l'immense verrière du Grand Palais à Paris, site des épreuves olympiques et paralympiques d'escrime et de taekwondo, où se rend lundi le président de la République.

Lors de sa visite du chantier, dans le cadre du J-100 avant l'événement, Emmanuel Macron doit rencontrer "une délégation d'ouvriers, de compagnons et d'entreprises, mobilisés sur ce qui est la plus grande restauration patrimoniale initiée ces dernières années en France après Notre-Dame de Paris", selon l'Elysée.

"Il viendra en voisin", se félicite auprès de l'AFP Didier Fusillier, président de la Réunion des musées nationaux (RMN) – Grand Palais, situé à deux pas du palais présidentiel, en plein coeur de la capitale.

Construit pour l'Exposition universelle de 1900, le Grand Palais est fermé depuis mars 2021 pour d'importants travaux de réhabilitation au coût "avoisinant 500 millions d'euros", d'après l'Elysée.

"La remise des clés au Comité d'organisation des Jeux olympiques (Cojo) est prévue le 19 avril (vendredi, NDLR). Ses équipes disposeront de trois mois pour réaliser un énorme travail logistique avant les JO", précise à l'AFP Daniel Sancho, directeur du projet de restauration.

Baignée de lumière à travers sa verrière de 17.500 m2 dotée de charpentes métalliques "d'un vert unique", selon lui, et d'une coupole culminant à 45 mètres de hauteur, la grande nef de 13.500 m2 est longue de 200 mètres.

Tatamis et pistes d'escrime seront disposés en son centre pour les épreuves qui doivent y débuter le 27 juillet.

La nef "pourrait abriter le château de Versailles", s'amuse M. Fusillier, en rappelant qu'avant sa rénovation, elle accueillait déjà toutes sortes d'événements artistiques et culturels, comme des foires et expositions d'art, des défilés de mode et même des épreuves équestres.

Canicule

Balcons, peintures, huisseries, escaliers, ascenseurs, mosaïques, parquets, statuaire... Depuis trois ans, le chantier a été mené "à grande vitesse", dit-il, malgré "beaucoup d'imprévus, ce qui est propre aux grands monuments comme celui-là, lui-même construit en trois ans".

Là où "Matisse, Cézanne et Marquet ont été jeunes ouvriers, le défi, pour notre architecte François Châtillon et ses équipes, était à la fois de respecter le monument en le propulsant dans notre siècle, avec la nécessité de le mettre aux normes", souligne-t-il.

Parmi les plus importants challenges, M. Sancho cite la protection des charpentes métalliques par des peintures contre le feu, la création de nombreuses issues de secours pour pouvoir doubler la jauge de visiteurs (9.000 contre 5.600) et "la dalle (sol, NDLR) de la nef", qui aujourd'hui "peut supporter deux tonnes au m2, soit plus qu'un pont".

Dans les années 2000, l'édifice s'était affaissé de 13 cm en raison de l'usure, par l'eau d'une nappe phréatique, des pieux en chêne portant les fondations. Ils avaient été remplacés à l'époque par des parois moulées en béton et la charpente avait également fait l'objet d'une consolidation importante.

En cas de canicule ou de grand froid, la dalle de la nef sera par ailleurs dotée "d'un réseau de canalisations remplies d'eau, permettant de refroidir ou réchauffer l'espace à hauteur humaine", ajoute M. Sancho.

Joyau de l'Art Nouveau

Pendant les Jeux, la grande nef pourra accueillir 8.000 personnes installées dans deux tribunes et qui entreront par une grande entrée entièrement restaurée.

Les athlètes, eux, "s'entraîneront dans quelques galeries attenantes. Il y aura différents stades d'échauffement, jusqu'au +salon d'honneur+ (un espace de plus de 200 m2), où ils seront en phase finale avant leur compétition. Ils descendront alors les grands escaliers, joyaux de l'Art Nouveau qui ont retrouvé leur couleur bronze d'origine, pour arriver sur les tatamis ou les pistes d'escrime", s'enthousiasme-t-il.

Les travaux dans nombre d'espaces attenants à la nef vont se poursuivre "pendant environ un mois et demi" avant de s'interrompre pour les JO, selon M. Sancho.

"Après les Jeux, qui occuperont environ 30.000 m2 de tout l'espace, la nef va commencer à vivre dès octobre et on se donne jusqu'au mois de mars pour terminer l'ensemble des travaux, afin d'ouvrir la totalité du Grand Palais en juin 2025", détaille-t-il.


Macron accuse l'Iran d'avoir «  décidé de frapper Israël », provoquant «  une rupture profonde  »

La représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations Unies, Nathalie Broadhurst, s'adresse au Conseil de sécurité des Nations Unies lors d'une réunion d'urgence le 14 avril 2024 au siège de l'ONU à New York.  (AFP).
La représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations Unies, Nathalie Broadhurst, s'adresse au Conseil de sécurité des Nations Unies lors d'une réunion d'urgence le 14 avril 2024 au siège de l'ONU à New York. (AFP).
Short Url
  • La France a procédé à "des interceptions" de missiles et drones iraniens visant Israël dans la nuit de samedi à dimanche à la demande de la Jordanie
  • Le ministre français des Affaires étrangères Stéphane Séjourné a annoncé dimanche faire convoquer lundi l'ambassadeur d'Iran en France pour "passer un message de fermeté"

PARIS: La France a procédé à "des interceptions" de missiles et drones iraniens visant Israël dans la nuit de samedi à dimanche à la demande de la Jordanie, a confirmé lundi Emmnuel Macron qui veut "tout faire pour éviter l'embrasement" au Moyen-Orient.

"Nous avons une base aérienne en Jordanie (...) L'espace aérien jordanien était violé par ces tirs. Nous avons fait décoller nos avions et nous avons intercepté ce que nous devions intercepter", a déclaré le président français sur les chaînes BFMTV-RMC. En décidant de "frapper Israël" depuis son sol, l'Iran a provoqué "une rupture profonde", a-t-il également estimé.