Année 2020 - Et surtout, la santé ! 

Quels sacrifices une société peut-elle accepter pour éviter des dizaines de milliers de morts et une hécatombe à l'hôpital? Le Covid-19 a brutalement posé cette question en 2020. (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 30 décembre 2020

Année 2020 - Et surtout, la santé ! 

  • Pendant 55 jours, du 17 mars au 11 mai, la France, mal préparée et prise de vitesse par le virus, s'est mise à l'arrêt sur décision de l'exécutif
  • Qu'est-ce qui est acceptable, jusqu'où aller pour sauver des vies et éviter aux soignants de devoir choisir entre les malades?

PARIS: Quels sacrifices une société peut-elle accepter pour éviter des dizaines de milliers de morts et une hécatombe à l'hôpital? Le Covid-19 a brutalement posé cette question en 2020, en soumettant le pays aux impératifs sanitaires dans une urgence qui a souvent éclipsé le débat.


Pendant 55 jours, du 17 mars au 11 mai, la France, mal préparée et prise de vitesse par le virus, s'est mise à l'arrêt sur décision de l'exécutif.


Rideau sur les écoles, les cafés, les commerces, les salles de sport, les musées et cinémas, télétravail généralisé et rues désertes, avec un horizon limité au kilomètre. Comme si "le gouvernement avait fait disparaître le monde", avait commenté sur Arte l'avocat et écrivain François Sureau.


Mais à l'automne, avec le retour des restrictions, l'unité s'est fissurée. "Pourquoi nous?", a-t-on demandé, d'abord à Marseille, première métropole visée, puis chez les restaurateurs, les libraires, dans les églises, les stations de ski. Cachez ces rayons "non-essentiels", a demandé le gouvernement aux grandes surfaces pour apaiser la colère des petits commerçants. 

 "Sans perspective" 

L'état d'urgence sanitaire s'éternise, les "jours heureux" se font attendre et malgré les aides directes du gouvernement (86 milliards d'euros), le bilan économique de la crise s'annonce lourd: les associations craignent un million de pauvres supplémentaires et la récession devrait atteindre un recul historique de 9 à 10%.


De la "sidération", "on est passé à un temps sans perspective claire. Quand l'horizon s'éloigne, ça devient très angoissant", explique à l'AFP Karine Lefeuvre, vice-présidente du Comité consultatif national d'éthique (CCNE) et professeure à l'Ecole des hautes études en santé publique (EHESP).


L'exécutif est aussi accusé de négliger la concertation.


"Il y a eu une forme d'exemplarité" de la population durant le premier confinement, "mais elle n'a pas été associée à un retour d'expérience parce qu'il y a une défiance des politiques à l'égard des citoyens", regrette le professeur d'éthique médicale à l'université de Paris-Saclay Emmanuel Hirsch. "Le plus gênant, c'est que des décisions aléatoires sont imposées, sans même qu'on en évalue a posteriori la pertinence", déplore-t-il.


Dès le mois d'avril, le Conseil scientifique, créé par le gouvernement pour le guider dans la crise sanitaire, réclamait plus de place dans le débat pour la société civile et le monde associatif.


"Ce qui a été possible une fois parce qu'on n'avait pas le choix, dans un contexte d'angoisse, de peur, et même d'impuissance, qui a mis entre parenthèse la vie démocratique, ça l'est moins maintenant parce qu'il y a un savoir et une expérience des citoyens qui ne sont plus prêts à tout accepter", estime Emmanuel Hirsch.

"Tous vulnérables" 

Qu'est-ce qui est acceptable, jusqu'où aller pour sauver des vies et éviter aux soignants de devoir choisir entre les malades? Au printemps, les premières questions ont surgi de l'impossibilité d'assister à des funérailles, ou quand des personnes âgées, déjà isolées, se sont retrouvées encore plus seules, privées de visites familiales dans les Ehpad.


"Des décisions sanitaires, censées protéger le vivant, ont en fait généré de l'inhumanité et de l'indignité", dénonce la psychologue Marie de Hennezel dans son livre "L'Adieu interdit".


Pour le professeur de philosophie Eric Chevet, auteur de "La mort aujourd'hui", il n'est pas question de remettre en cause la lutte contre une épidémie qui a déjà causé plus de 60.000 décès en France (plus d'1,7 million dans le monde) mais de se demander "si nous n'allons pas trop loin dans une politique réduite à la volonté de préserver la vie au détriment d'autres valeurs".


"Ce n'est pas un problème de minimum, mais de maximum: à partir de quand va-t-on trop loin dans la logique vitaliste au profit d'une régression de notre +monde commun+?", interroge-t-il.


"La santé devient la seule préoccupation", avait protesté de son côté le philosophe André Comte-Sponville, craignant que "pour protéger les vieux, dont je fais partie, on finisse par sacrifier toute une génération", celle des jeunes, abandonnés à la pauvreté et à la précarité.


"Dans une démocratie, on sait que nos responsabilités sont plus fortes à l'égard des plus vulnérables", justifie Emmanuel Hirsch. "Le problème", nuance-t-il, "c'est que face à une pandémie, nous sommes tous vulnérables".

Tolérer le tragique 

En mai, le Comité d'éthique jugeait que la crise invitait à une "réflexion collective" sur les enjeux sanitaires mais aussi sur "le niveau des sacrifices économiques et sociaux que l'on peut accepter pour limiter le nombre de décès liés à cette pandémie". 


Report de soins, cancers non diagnostiqués, maladies chroniques, santé mentale, le comité d'éthique suggérait de "considérer non seulement les décès dus au Covid-19, mais l'ensemble des décès induits par le confinement et la crise économique qui en découle".


Mais ne faut-il pas, ajoutait l'instance, aussi considérer les vies sauvées? Fin avril, une étude de chercheurs de l'EHESP a chiffré à 60.000 le nombre de morts du Covid-19 évités à l'hôpital après un mois de confinement.


Pour Karine Lefeuvre, qui regrette aussi un "déficit" de concertation, les pouvoirs publics sont devant une situation "d'une extrême complexité". "Aujourd'hui, tout le monde a besoin d'une bouffée d'air, mais si jamais ça dérape à nouveau, on va se tourner vers le gouvernement à qui l'on réclamera plus de protection".


"Nous voulons toujours trouver des responsables", ajoute Eric Chevet. A mesure que les sociétés se sécurisent, cela "exacerbe l’intolérance au tragique". "Dès lors, le surgissement d’une catastrophe est toujours vécu non plus comme une fatalité mais comme un processus anormal qui exige des coupables".


France : un ex-ministre admet avoir été à un déjeuner organisé dans un appartement

Un ancien ministre du président français Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux, (AFP)
Short Url
  • Le repas était un "déjeuner professionnel" avec un journaliste politique très connu, Alain Duhamel, "parce qu'on m'a garanti que c'était légal, dans une pièce isolée d'un appartement"
  • "C'est un appartement privé et pas un restaurant, on me l'a présenté comme un business club. Nous étions moins de six, aucune règle n'a été enfreinte"

PARIS : Un ancien ministre du président français Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux, a reconnu samedi avoir participé à un déjeuner organisé par un cuisinier mis en cause pour des repas qui violeraient les règles anti-Covid, tout en se défendant d'avoir enfreint la loi.

Le repas était un "déjeuner professionnel" avec un journaliste politique très connu, Alain Duhamel, "parce qu'on m'a garanti que c'était légal, dans une pièce isolée d'un appartement", a déclaré à l'AFP l'eurodéputé Les Républicains (droite, opposition), après avoir donné ces informations au site d’information Mediapart.

"C'est un appartement privé et pas un restaurant, on me l'a présenté comme un business club. Nous étions moins de six, aucune règle n'a été enfreinte", a insisté M. Hortefeux, jugeant "très dérangeant l'amalgame avec ces soirées" illégales pour lesquelles Christophe Leroy fait l'objet d'une information judiciaire.

Brice Hortefeux a occupé plusieurs fonctions ministérielles quand M. Sarkozy était à la tête de l'Etat (2007-2012), dont celles de ministre de l'Intérieur entre 2009 et 2011.

Le cuisinier Christophe Leroy et le collectionneur Pierre-Jean Chalençon, soupçonnés d'avoir organisé à Paris des repas luxueux clandestins alors que les restaurants sont fermés dans le cadre des mesures de lutte contre la Covid-19, ont été placés quelques heures en garde à vue vendredi.

La diffusion d'un reportage par la chaîne de télévision M6 la semaine dernière sur des dîners clandestins fastueux dans la capitale a déclenché une vive polémique, un des organisateurs, identifié comme étant Pierre-Jean Chalençon, affirmant avoir "dîné dans la semaine dans deux-trois restaurants clandestins" où il aurait croisé "des ministres". Il a ensuite plaidé l'humour.


Loi Climat: les députés suppriment un avantage fiscal sur le gazole routier pour 2030

Des manifestants participent à une manifestation appelée par plusieurs ONG et syndicats pour une "vraie" loi sur le climat, Place de la République à Paris. (AFP)
Short Url
  • L'Assemblée nationale a largement adopté cette mesure par 73 votes pour, six contre et neuf abstentions. Celle-ci prévoit la suppression par paliers jusqu'en 2030 de l'avantage fiscal dont bénéficie le gazole routier sur la TICPE
  • La majorité souhaite ainsi donner un coup d'accélérateur au renouvellement des flottes de poids lourds au bénéfice de camions roulant à l'hydrogène, au bio-gaz ou au bio-diesel

PARIS : Les députés ont programmé samedi la suppression d'un avantage fiscal sur le gazole routier à l'horizon 2030, malgré les mises en garde de la droite sur ses conséquences sur le secteur du transport routier, lors de l'examen du projet de loi "climat".

L'Assemblée nationale a largement adopté cette mesure par 73 votes pour, six contre et neuf abstentions. Celle-ci prévoit la suppression par paliers jusqu'en 2030 de l'avantage fiscal dont bénéficie le gazole routier sur la TICPE (taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques).

La majorité souhaite ainsi donner un coup d'accélérateur au renouvellement des flottes de poids lourds au bénéfice de camions roulant à l'hydrogène, au bio-gaz ou au bio-diesel. Avec un horizon: la fin de la vente des poids lourds à "énergie fossile" en 2040 voté dans l'hémicycle. 

Pour la droite, cet objectif pour 2030 relève du voeu pieux et risque d'avoir de sérieuses conséquences tant sociales qu'économiques sur un pavillon français déjà fragilisé par le dumping issu très majoritairement des pays de l'Est.

"Il faut arrêter ce 'camion bashing' depuis quelques années", a déclaré le LR Jean-Marie Sermier.

"L'augmentation de la fiscalité qui découlera de l'adoption de cet article handicapera les entreprises françaises", s'est alarmé son collègue Vincent Descoeur.

Pour les députés LR qui ont déposé une ribambelle d'amendements de suppression, les transporteurs vont se retrouver mécaniquement dans une impasse car ils ne pourront basculer massivement vers des véhicules décarbonés en raison de la faiblesse de l'offre industrielle. 

Avec un parc de 600 000 camions qui doit être changé tous les six ans, il n'y a pas "de capacité industrielle de massifier la production pour produire suffisamment de camions", a fait valoir M. Sermier.

Le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari lui a opposé "les aides directes pour accompagner le secteur" vers un renouvellement de la flotte avec des engins "plus vertueux", et un écosystème industriel français "favorable" pour produire ces véhicules. 

Il a également promis une régulation sociale et politique "beaucoup plus efficace au niveau européen". 

Pour éviter toute distorsion de concurrence avec les pays voisins, la trajectoire sera précisée à l'issue de la présidence française du Conseil de l'Union européenne au premier semestre 2022, précise le projet de loi.


Gel: Castex promet «des enveloppes exceptionnelles», le Fonds des calamités «déplafonné»

Le Premier ministre Jean Castex à Colombier-Le-Cardinal. (AFP)
Short Url
  • Le gouvernement compte également «utiliser tous les moyens dont nous disposons en pareille circonstance, notamment par rapport aux charges», et va «réunir les banquiers, les assureurs et l'ensemble des acteurs qui vont pouvoir être mobilisés»
  • «À vous, agriculteurs qui, partout en France, avez lutté sans relâche, nuit après nuit, pour protéger les fruits de votre travail, je veux vous dire notre soutien plein et entier dans ce combat»

COLOMBIER-LE-CARDINAL : Le Premier ministre Jean Castex a promis samedi "des enveloppes exceptionnelles" pour aider les agriculteurs à faire face à l'épisode de gel qui a touché cette semaine 10 des 13 régions françaises, annonçant dans l'immédiat le déplafonnement du régime d'indemnisation des calamités agricoles.

Le gouvernement compte également "utiliser tous les moyens dont nous disposons en pareille circonstance, notamment par rapport aux charges", et va "réunir les banquiers, les assureurs et l'ensemble des acteurs qui vont pouvoir être mobilisés" pour répondre à cette crise, a-t-il ajouté après la visite d'une exploitation en Ardèche.

"À vous, agriculteurs qui, partout en France, avez lutté sans relâche, nuit après nuit, pour protéger les fruits de votre travail, je veux vous dire notre soutien plein et entier dans ce combat", a de son côté déclaré Emmanuel Macron dans un tweet.

"Tenez bon ! Nous sommes à vos côtés et le resterons", a ajouté le chef de l'Etat.

Le gel qui a couvert une large partie de la France cette semaine s'annonce comme l'un des pires des dernières décennies, de nombreuses cultures, vignes et vergers en particulier, ayant été frappées du nord au sud du pays.

Le régime des calamités agricoles, déclenché vendredi par le gouvernement, indemnise les pertes de récolte et les pertes de fonds causées par des variations anormales d'intensité d'un agent naturel climatique (sécheresse, inondation, gel...). 

Le Fonds des calamités agricoles est alimenté par une taxe de 5,5% sur les assurances obligatoires. Cette cotisation est plafonnée à 60 millions d'euros par an et l'Etat complète avec des subventions à hauteur des besoins en cas de sinistres climatiques importants.

"Il nous faudra aller au-delà en dégageant des enveloppes exceptionnelles motivées par cette situation exceptionnelle", a expliqué M. Castex lors de son déplacement, assurant que "le gouvernement, l'Etat assumera les responsabilités qui sont les siennes".

Face à des phénomènes climatiques qui "ont tendance à se répéter, on voit bien que tout ceci est lié au changement climatique qui est à l'oeuvre", a ajouté le Premier ministre. 

Il faudra selon lui "poursuivre et amplifier des actions structurelles" pour adapter à ce changement l'agriculture et l'ensemble de l'économie, à travers notamment la prochaine Politique agricole commune (PAC) européenne et le projet de loi sur le climat actuellement en discussion à l'Assemblée nationale.

"La France a besoin, et c'est aussi une question de souveraineté, d'une agriculture forte", a insisté Jean Castex à la fin de son intervention à Colombier-le-Cardinal.