La convalescence s'annonce encore longue pour l'économie française

Le ministre de l’Économie Bruno le Maire (à gauche) en conversation avec le Président Emmanuel Macron (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 31 décembre 2020

La convalescence s'annonce encore longue pour l'économie française

  • Après une récession historique en 2020, le rebond de l'économie française l'an prochain dépendra encore de l'évolution de l'épidémie
  • «Les faillites vont arriver courant 2021 et elles pourraient causer 200 000 destructions d'emplois», avance Bruno Ducoudré, économiste de l'OFCE

PARIS: Après une récession historique en 2020, le rebond de l'économie française l'an prochain dépendra encore de l'évolution de l'épidémie qui fait de la résistance, au risque de menacer de nombreuses entreprises et des milliers d'emplois, accentuant les effets déjà désastreux de la crise.

Après le premier confinement, les économistes et le gouvernement ont été surpris par une reprise plus forte que prévu de l'économie. Mais la deuxième vague de l'automne et le danger d'une troisième ont refroidi les espoirs. Et cela malgré le déploiement progressif des vaccins.

Le gouvernement a dû revoir à la baisse sa prévision de croissance pour 2021 à +6%. Une performance atteignable « s'il n'y a pas de troisième confinement et si on a une reprise économique relativement régulière à partir du premier trimestre », prévient Patrick Artus, économiste en chef de Natixis.

Sinon, « tout sera différent : ça voudra dire qu'il faudra attendre 2024 pour retrouver le niveau de PIB d'avant la crise, le chômage va monter beaucoup plus haut, les faillites d'entreprises aussi », ajoute-t-il.

Au-delà des chiffres, la réalité s'annonce plus contrastée. La crise devrait consolider certaines activités, comme le commerce en ligne, les métiers de la santé et du soin, et la transition écologique, un axe clé du plan de relance.

A l'inverse, tout un pan de l'économie - le tourisme, la restauration, les activités culturelles et de loisirs - reste en sursis. 

« Il y a de nombreux points d'interrogation » sur l'avenir de ces secteurs, souligne Patrick Artus. « Est-ce qu'on retourne autant qu'avant dans les restaurants ? Est-ce qu'on reprend autant qu'avant l'avion ? Est-ce que le tourisme de masse du week-end recommence ? Personne n'en sait rien ».

Pour l'instant, les entreprises résistent, sous perfusion de plus de 470 milliards d'euros d'aides publiques, dont la majorité en garanties de prêts. Et, grâce au recours massif au chômage partiel, elles ont encore peu licencié, supprimant surtout les emplois en CDD ou en intérim. 

Mais le pire est à venir, même sans troisième vague.

« Les faillites vont arriver courant 2021 et elles pourraient causer 200 000 destructions d'emplois », avance Bruno Ducoudré, économiste de l'OFCE.

Le taux de chômage, déjà monté à 9% au troisième trimestre, devrait continuer à grimper, l'OFCE tablant sur 10,6% à la fin 2021.

Pour limiter cette hausse, le gouvernement mise notamment sur son plan « un jeune, une solution », dont il perçoit de « premiers signaux positifs », au niveau du recours à la prime à l'embauche, de la progression des contrats d'apprentissage et des parcours d'accompagnement pour les plus éloignés de l'emploi. 

Une garantie de ressources de 900 euros par mois a également été décidée jusqu'à février pour 400 000 travailleurs précaires, qui alternent emploi et chômage.

Cela risque cependant de ne pas suffire à combler tous les « trous dans la raquette » et à empêcher le basculement d'un certain nombre de personnes dans la pauvreté.

Les départements constatent déjà une hausse des bénéficiaires du RSA - estimée à 8,5% sur un an fin octobre - et les associations d'aide alimentaire ont déjà enregistré entre 10% et 25% de nouveaux inscrits pour leur campagne cet hiver.

Relance et réformes

Face à ces risques, le « quoi qu'il en coûte » promis par Emmanuel Macron reste d'actualité, avec 20 milliards d'euros de dépenses d'urgence rajoutées in extremis dans le projet de budget pour 2021.

« Il n'est pas temps de lever les mesures de soutien à l'économie », a plaidé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, même si les aides - et en particulier le fonds de solidarité dédié aux petites entreprises - seront désormais ciblées sur les secteurs les plus touchés par la crise.

Pour ceux qui vont mieux, l'exécutif compte sur le plan de relance de 100 milliards d'euros sur deux ans pour prendre le relais en 2021 et doper la reprise.

Mais la plupart des économistes s'interrogent sur son efficacité à court terme, alors qu'il est surtout axé sur un soutien à l'investissement dans des secteurs d'avenir et sur la baisse des impôts de production pour les entreprises.

C'est dans ce climat d'incertitudes, à un peu plus d'un an de la prochaine élection présidentielle, que l'exécutif veut reprendre ses projets de réformes de l'assurance-chômage et des retraites, malgré les dissonances en son sein sur la méthode et le calendrier.

Il est question du respect des promesses présidentielles, mais l'enjeu est aussi financier, avec une dette publique qui a explosé à 120% du PIB cette année et qui va encore grimper l'an prochain, et l'œil de Bruxelles qui pourrait se faire moins conciliant à mesure que la crise s'éloigne.


Castex débloque 60 millions d'aides d'urgence aux éleveurs

Le Premier ministre Français Jean Castex visite un poste de police à Beauvais, au nord de Paris, le Mars 5, 2021. (Ludovic MARIN / AFP)
Short Url
  • Jean Castex a annoncé samedi le déblocage de 60 millions d'euros d'aides d'urgence aux éleveurs les plus en difficulté
  • Au-delà de l'élevage, le revenu des fermes françaises a reculé en 2020, a estimé l'Insee fin décembre, conséquence de mauvaises récoltes de céréales et de betteraves, mais aussi de la baisse des rentrées d'argent des élevages porcin et bovin

PARIS: Jean Castex a annoncé samedi le déblocage de 60 millions d'euros d'aides d'urgence aux éleveurs les plus en difficulté, qui ont gagné moins de 11.000 euros en 2020, tout en incitant la filière à continuer à se restructurer.

"Pour tous les éleveurs qui ont gagné moins de 11.000 euros en 2020 et qui ont subi des pertes importantes, ce qui représente 18.000 exploitations, (…) nous allons mettre en place un dispositif exceptionnel de soutien financier qui permettra de couvrir jusqu'à 80% des pertes d'exploitation", a affirmé le Premier ministre en conclusion d'une table-ronde dans la Creuse avec les représentants de cette filière agricole.

"Cela signifie une enveloppe de 60 millions (d'euros) qui va s'ajouter à l'enveloppe prévue dans le plan de relance (...) de 50 millions pour la restructuration de la filière, actions que je veux lier", a-t-il ajouté. Dans le plan de relance présenté début septembre, le gouvernement prévoit un total de 1,2 milliard pour le secteur de l'agriculture et de l'alimentation.

"C'est un tout. Il y a une situation d'urgence, nous devons (y) répondre. Mais les aides d'urgence ne régleront rien" pour la filière de l'élevage, "il faut que ces filières continuent encore à s'améliorer, notamment dans le secteur de la viande, à mieux se structurer", a insisté M. Castex.

"On ne peut pas vous abandonner", a-t-il souligné. "La crise Covid a fait naître des situations de difficultés, de précarité".

Célébrés par les autorités politiques pour avoir continué à nourrir les Français au plus fort de la crise sanitaire, les agriculteurs demeurent confrontés à une multitude de défis et à un malaise qui demeure, privés encore cette année de leur vitrine du salon de l'Agriculture pour cause de Covid-19.

Au-delà de l'élevage, le revenu des fermes françaises a reculé en 2020, a estimé l'Insee fin décembre, conséquence de mauvaises récoltes de céréales et de betteraves, mais aussi de la baisse des rentrées d'argent des élevages porcin et bovin (lait et viande).

Les éleveurs dénoncent régulièrement le fait qu'ils doivent vendre leurs bêtes à un prix inférieur à leurs coûts de production.

La Fédération nationale bovine (FNB) a récemment calculé qu'un éleveur bovin avait gagné en moyenne 8.000 euros en 2020, soit moins de 700 euros par mois. La surmortalité par suicide est aussi "particulièrement marquée chez les éleveurs bovins (lait et viande) âgés de 45 à 54 ans", selon la FNB.

Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a indiqué pour sa part la volonté du gouvernement de faire entrer en vigueur dès le 1er septembre cette année, au lieu de 2022, la revalorisation des retraites des agriculteurs de 75 à 85% du Smic, votée par le Parlement en juin.

Il a promis des "changements" à la loi Alimentation, rappelant toutefois que "la loi ne peut pas fixer le prix" des produits agricoles mais que le gouvernement avait "démultiplié les sanctions" contre les distributeurs.


Un projet d'attentat jihadiste déjoué avant l'Euro-2016 devant les assises de Paris

Réda Kriket avait entreposé un arsenal dans son appartement de cet immeuble à Argenteuil, en banlieue parisienne (Photo, AFP).
Short Url
  • Sept hommes accusés d'avoir projeté une attaque terroriste sont jugés à partir de lundi à Paris
  • L'enquête à tiroirs et aux ramifications européennes avait débuté en novembre 2015, avec l'interpellation en Turquie de deux hommes sur le point de se rendre en Syrie

PARIS: Le 24 mars 2016, deux jours après les attentats jihadistes de Bruxelles et trois mois avant l'Euro de football, un arsenal « d'une ampleur inédite » était découvert en banlieue parisienne : sept hommes accusés d'avoir projeté une attaque terroriste sont jugés à partir de lundi à Paris.

Cinq fusils d'assaut de type Kalachnikov, sept armes de poing, de nombreuses munitions, 105 g de TATP - substance prisée des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) - 1,3 kg d'explosif industriel, des milliers de billes d'acier. L'arsenal était caché dans un appartement d'Argenteuil (Val-d'Oise), loué depuis plusieurs mois par Réda Kriket. 

Ce délinquant multirécidiviste de 39 ans, « acquis de longue date aux thèses jihadistes » selon l'accusation, a toujours nié avoir eu pour projet de commettre un attentat : il voulait gagner un peu d'argent en revendant les armes, a-t-il assuré au cours de l'enquête.   

A quelques jours du début de l'audience, Réda Kriket, tout comme l'un de ses coaccusés âgé de 37 ans, Anis Bahri, ont récusé leurs avocats, a-t-on appris de source proche du dossier. 

Cela pourrait avoir une conséquence sur la tenue du procès, prévu jusqu'au 9 avril. La question sera débattue lundi devant la cour d'assises spéciale de Paris. 

L'enquête à tiroirs et aux ramifications européennes avait débuté en novembre 2015, avec l'interpellation en Turquie de deux hommes sur le point de se rendre en Syrie selon les autorités. En s'intéressant à leur entourage, les enquêteurs sont remontés à Anis Bahri puis à Réda Kriket. 

Ce dernier n'est pas un inconnu de la justice antiterroriste : en juillet 2015, il a été condamné par défaut à dix ans d'emprisonnement en Belgique, au procès d'une filière jihadiste vers la Syrie. L'un des principaux prévenus, lui aussi absent, était Abdelhamid Abaaoud, l'un des organisateurs présumés des attentats de Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015.

Après des semaines de surveillance et de filatures, Réda Kriket est interpellé le 24 mars 2016 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), le logement qu'il louait à Argenteuil sous une fausse identité perquisitionné. 

Anis Bahri est arrêté trois jours plus tard à Rotterdam, à la demande des autorités françaises. A son domicile, sont retrouvés 45 kg de munitions. 

« Cœur opérationnel »

Réda Kriket et Anis Bahri sont suspectés d'avoir séjourné en Syrie entre fin 2014 et début 2015. Et d'avoir fait plusieurs allers-retours les semaines précédant leurs interpellations entre la France, la Belgique et les Pays-Bas, en compagnie d'un troisième homme, Abderrahmane Ameuroud, dont l'ADN sera aussi identifié dans la planque d'Argenteuil. 

Cet Algérien de 43 ans a été condamné à Paris en 2005 au procès d'un réseau accusé d'avoir apporté un soutien logistique au départ en Afghanistan des assassins du commandant Massoud, tué deux jours avant le 11-Septembre.

Principaux accusés au procès qui s'ouvre lundi, les trois hommes étaient selon l'accusation « le cœur idéologique et opérationnel » de la « cellule d'Argenteuil », soupçonnée d'avoir été mandatée par le groupe Etat islamique pour commettre un attentat en France.

Ils sont jugés avec quatre autres hommes âgés de 38 à 44 ans, accusés d'avoir participé à des degrés divers au projet d'attaque. 

Pour frapper où et quand ? La découverte de cet arsenal de guerre montrait « à l'évidence les préparatifs d'une action terroriste imminente », avait affirmé le procureur de Paris de l'époque, François Molins, même si « aucune cible précise n'a été identifiée ». 

Selon l'accusation, la « cellule d'Argenteuil » - démantelée deux jours après les attaques de Bruxelles et quelques semaines avant l'Euro de football, qui s'est tenu en France en juin-juillet 2016 – « semblait s'inscrire (...) en cohérence avec les attentats et projets d'attentats perpétrés en Europe depuis 2015 ». 

Devant les enquêteurs, Réda Kriket avait assuré n'avoir « rien à voir » avec les attentats de Bruxelles et du 13-Novembre. 

Durant un temps, il avait également évoqué un individu, qu'il appelait Abou Badr, comme étant celui ayant déposé les armes dans l'appartement avant de partir en Syrie. Il a finalement reconnu avoir inventé l'existence de ce personnage.

Les sept accusés sont jugés pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, certains en état de récidive légale. Réda Kriket est également renvoyé pour « usage de faux document administratif ». 


Notre-Dame: de la forêt à la charpente, la longue marche des chênes

Le 5 mars 2021, dans la forêt de Berce à Jupilles, dans l'ouest de la France, La ministre française de la Culture, Roselyne Bachelot (C) cloue une étiquette marteau sur un chêne sélectionné pour être utilisé dans la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Huit chênes ont été sélectionnés pour être utilisés dans la reconstruction de Notre-Dame de Paris, qui a été détruite par un incendie le 15 avril 2019. (Thomas Coex / AFP)
Short Url
  • Huit chênes ont été sélectionnés pour être utilisés dans la reconstruction de Notre-Dame de Paris, qui a été détruite par un incendie le 15 avril 2019
  • Destinés au tabouret de la flèche détruite dans l'incendie du 15 avril 2019, ainsi qu'aux charpentes du transept et travées adjacentes, ces arbres de 200 ans assureront l'assise d'une structure de quelque 300 tonnes

LE MANS, France : Ils ont déjà vécu deux siècles, il leur faudra plusieurs années pour que leurs précieux bois puissent soutenir la future flèche de Notre-Dame de Paris: un traitement long et complexe attend les chênes majestueux de la forêt de Bercé (Sarthe).

Huit arbres d'exception repérés dans cette futaie - plus de vingt mètres de tronc utile et un mètre de diamètre - ont été sélectionnés vendredi par Philippe Villeneuve et Rémi Fromont, architectes en chef des monuments historiques. Destinés au tabouret de la flèche détruite dans l'incendie du 15 avril 2019, ainsi qu'aux charpentes du transept et travées adjacentes, ils assureront l'assise d'une structure de quelque 300 tonnes.

Ici, tel chêne immense, marqué d'un chiffre 8 peint en rouge, sera épargné, car on y a découvert un noeud. Là, un autre géant porte la pancarte "arbre numéro un" et sera bientôt à terre.  

"Un drone a fait des profils en 3D pour vérifier ceux qui convenaient", raconte Aymeric Albert, chef du département commercial de l'Office national des forêts (ONF). Ils doivent en effet être légèrement courbés, pour que les futures poutres suivent la courbure des voûtes, en reliant les piliers de la croisée du transept.

Un millier de chênes de l'hexagone ont été offerts, en majorité de cinq régions (Bourgogne, Centre Val de Loire, Grand Est, Pays de la Loire, Normandie). Ils sont issus pour moitié de forêts publiques, pour moitié de près de 150 forêts privées. Et des nouvelles offres continuent d'affluer.

Dans une phase ultérieure, il faudra refaire les charpentes médiévales de la nef et du chœur. Des milliers d'autres arbres, plus jeunes cette fois, seront sélectionnés. Des chênes ont déjà été aussi proposés par des donateurs étrangers.

"Récolte"

La "récolte" de ces mille arbres, comme on nomme l'abattage en langue forestière, était déjà prévue pour 2021. Afin de permettre aux futaies de se régénérer naturellement.

Et l'opération va s'achever ces prochains jours, plus vite que prévu, avant la montée de sève.

Pendant six mois, les troncs seront laissés sur place "car l'arbre peut réagir, avec des vrilles, des courbures. Quand il a vrillé, alors on sait qu'il ne bougera plus", explique Aymeric Albert.

Chaque arbre est identifié par un numéro permettant sa traçabilité.

D'avril à juin, les troncs seront "débardés" (amenés au bord des chemins), puis au deuxième semestre, ils seront débités et transportés dans une vingtaine de scieries.

Leur temps de séchage sera de 12 à 18 mois, jusqu’à ce qu'un taux d'humidité de moins de 30% soit atteint.

Vers le début 2023, ils seront transportés vers les ateliers des charpentiers, qui suivront les plans de Viollet-Le-Duc pour une reconstruction à l'identique.

Répondant aux inquiétudes d'associations dénonçant l'abattage d'arbres centenaires, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, venue assister à ce moment symbolique, s'insurge: "Comment défendre la filière bois sans procéder à des coupes prévues en tout état de cause! Il n'y a aucune flibuste, aucun piratage, aucune amputation du patrimoine. Une forêt, ça se gère".

Selon l'ONF, ces mille chênes représentent 0,1% de la récolte annuelle de bois de chêne destiné à la construction ou l’ameublement.

"Il pousse plus de chênes qu'on en récolte: 3 millions de mètres cubes, contre 2 millions, chaque année",  estime Aymeric Albert.

Leur sélection, s'est félicité l'architecte en chef Villeneuve, "est le début de la renaissance réelle de la cathédrale. On entre dans une phase où on va voir renaître des choses neuves". Même si la restauration ne débutera formellement qu'en septembre.

Interrogé sur les risques d'un dépassement des délais de cinq ans du chantier, le général Jean-Louis Georgelin, président de l'Établissement public chargé de Notre-Dame, les balaie: "nous sommes dans les temps pour rendre la cathédrale au culte en 2024. Même s'il restera "encore beaucoup de travail".

Et de poursuivre : "En 2024, vous verrez dans le ciel de Paris briller la flèche qui ne sera plus la flèche de Viollet-Le-Duc mais de Philippe Villeneuve!".