Gouvernement Attal: polémiques à foison et virage à droite

Prenant la parole lors de la première réunion du nouveau gouvernement présidé par Gabriel Attal, le président Emmanuel Macron a livré d’emblée le fond de sa pensée.  (AFP)
Prenant la parole lors de la première réunion du nouveau gouvernement présidé par Gabriel Attal, le président Emmanuel Macron a livré d’emblée le fond de sa pensée. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 18 janvier 2024

Gouvernement Attal: polémiques à foison et virage à droite

  • La mission qui incombe aux douze ministres et aux trois ministres délégués du gouvernement constitué il y a une semaine est particulièrement délicate
  • La désignation de Rachida Dati, figure de proue du sarkozysme au ministère de la Culture, fait grincer des dents jusque dans les rangs du parti présidentiel

PARIS: Prenant la parole lors de la première réunion du nouveau gouvernement présidé par Gabriel Attal, le président Emmanuel Macron a livré d’emblée le fond de sa pensée. «Je veux des révolutionnaires, pas des gestionnaires», a-t-il affirmé devant les ministres fraîchement nommés, décrivant ainsi la tâche qui leur est confiée.

En s’exprimant ainsi, le président français, dont la popularité est au plus bas deux ans à peine après le début de son second quinquennat, ne pouvait pas mieux choisir ses mots. Il a assurément besoin d’un gouvernement de révolutionnaires, voire de visionnaires, pour donner un nouveau souffle à son mandat et retisser le lien rompu avec les Français, y compris avec ceux qui avaient misé sur lui lors de sa première élection, en 2017. 

La mission qui incombe aux douze ministres et aux trois ministres délégués du gouvernement constitué il y a une semaine est certes particulièrement délicate. Elle consiste à réinventer une «macronie» en état de déliquescence. 

Composée de huit hommes et de sept femmes, cette équipe sera-t-elle capable de relever pareil défi et d’assurer une continuité politique apaisée dans un contexte politique extrêmement trouble auquel s’ajoutent les maladresses et les déchirures engendrées par l’adoption de la nouvelle loi pour contrôler l’immigration? 

Cette interrogation peut donner lieu à deux réponses contradictoires, selon que l’on regarde la photo de famille gouvernementale du côté face ou pile. 

André Barreyre s’interroge sur la capacité du président Macron à laisser une véritable marge de créativité et d’initiative à son équipe gouvernementale.

Côté face, le gouvernement, qui sera prochainement renforcé par la nomination de secrétaires d’État, constitue une équipe resserrée et presque homogène puisqu’il ne comprend que quatre nouveaux entrants, les onze autres ayant déjà fait partie du gouvernement sortant d’Élisabeth Borne. 

Ainsi, le maintien à leurs postes des ministres des Finances (Bruno Le Maire), des Armées (Sébastien Lecornu), de l’Intérieur (Gérald Darmanin), ou du garde des sceaux (Éric Dupond-Moretti) est considéré comme un gage de stabilité et de continuité gouvernementale. On note aussi la symbiose entre le président Macron et le Premier ministre, lui-même macroniste de la première heure, ce qui ne peut que faciliter le travail de l’équipe gouvernementale et éviter les tensions avec l’Élysée lors des arbitrages. 

Toujours côté face, on salue la tactique du président de la république, qui a «ratissé» sur le terrain du parti Les Républicains, avec deux prises de tailles: l’ancienne garde des sceaux Rachida Dati et l’ancienne porte-parole du président Nicolas Sarkozy, lors des primaires de 2016, Catherine Vautrin. 

Tous ces facteurs font sourire l’analyste André Barreyre, qui se demande si le président Macron entend laisser une véritable marge de créativité et d’initiative à son équipe gouvernementale. 

Le président français étant connu pour sa volonté de tout contrôler, Barreyre craint que la tâche principale du gouvernement Attal se borne à «un exercice de service après-vente» des décisions présidentielles. 

Le principal atout de cette nouvelle équipe gouvernementale réside dans son efficacité face aux médias.

Un point de vue similaire est relayé par une source diplomatique familière des coulisses du palais présidentiel, qui souligne que le principal atout de cette nouvelle équipe gouvernementale réside dans son efficacité face aux médias.

L’important, selon cette source, est que le gouvernement parvienne à vendre aux médias – et, à travers eux, aux Français – les choix arrêtés par le président. Les idées révolutionnaires annoncées par Emmanuel Macron ne seraient que «des propos de circonstances». 

Mais observons désormais l’image côté pile. À peine sa composition dévoilée, le nouveau gouvernement s’est trouvé confronté à plusieurs polémiques dans les médias et sur les réseaux sociaux; ces dernières n’épargnent pas le Premier ministre lui-même. Gabriel Attal, 34 ans, est le plus jeune Premier ministre de la Ve République.

Zone d’ombre pour Attal: le parachutage de son ex-compagnon, Stéphane Séjourné, au poste de ministre de l’Europe et des Affaires étrangères. Il succède à Catherine Colonna, qui a la réputation d’être une diplomate chevronnée. Jusque-là secrétaire général du parti présidentiel, Séjourné ne possède aucune expérience sur le plan des relations internationales.

C’est ce qu’il a d’ailleurs concédé lors de la cérémonie de passation des pouvoirs au Quai d’Orsay, au cours de laquelle il a déclaré: «Je ne suis pas diplomate de métier, mais, ayant grandi à l’étranger, je sais ce que signifie la France dans le monde.»

Maigre bagage, selon un ancien diplomate, qui estime que le recul de la position de la France dans le monde nécessite «une grande maîtrise du savoir-faire des chancelleries» que ne procure guère le simple fait d’avoir grandi à l’étranger, surtout au regard de deux conflits graves en cours, en Ukraine et au Proche-Orient. 

Autre polémique, qui continue d’enfler: celle qui a été provoquée par la ministre de l’Éducation nationale, Amélie Ouéda-Castéra. Cette dernière a déclaré avoir scolarisé ses enfants dans un établissement privé à cause de l’absentéisme récurrent dans l’école publique, jetant ainsi l’opprobre sur des enseignants dont elle est la ministre de tutelle. 

Enfin, la désignation de Rachida Dati, figure de proue du sarkozysme au ministère de la Culture, fait grincer des dents jusque dans les rangs du parti présidentiel. Mise en examen pour «corruption» et «trafic d’influence passif» dans le cadre d’une enquête sur des contrats fictifs avec l’ancien PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn, sa présence à la tête du ministère de la Culture signifie que Macron fait bien peu de cas de «la république exemplaire», l’un des slogans de sa première campagne présidentielle. 

Mais, au-delà des polémiques, ce gouvernement reflète par sa composition un virage à droite qui, selon le politologue Benjamin Morel, cité par le journal La Dépêche, «risque de poser un certain nombre de problèmes à l’aile gauche de la majorité, échaudée par la loi sur l’immigration», mais aussi dans les rangs des formations proches de Renaissance telles que le Modem de François Bayrou et Horizons d’Édouard Philippe.


Gabriel Attal s'oppose à tout gouvernement incluant des ministres RN ou LFI

Le Premier ministre français Gabriel Attal prononce un discours à la suite des premiers résultats du second tour des élections législatives françaises à Matignon, à Paris, le 7 juillet 2024. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
Le Premier ministre français Gabriel Attal prononce un discours à la suite des premiers résultats du second tour des élections législatives françaises à Matignon, à Paris, le 7 juillet 2024. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
Short Url
  • Gabriel Attal s'est engagé vendredi à "protéger les Français de tout gouvernement" comportant des ministres du Rassemblement national ou de La France insoumise
  • M. Attal assure à ses collègues que leur groupe devra être "incontournable" et aura "vocation" à "contribuer à l'émergence de majorités de projets et d'idées"

PARIS: Gabriel Attal s'est engagé vendredi à "protéger les Français de tout gouvernement" comportant des ministres du Rassemblement national ou de La France insoumise, dans sa profession de foi pour la présidence du groupe Renaissance à l'Assemblée nationale dont l'AFP a obtenu copie.

"Avec la dissolution et les élections législatives anticipées, nous avons frôlé la disparition", reconnaît également le Premier ministre dans ce texte, à la veille de son élection probable à la tête du groupe Renaissance qu'il proposera de rebaptiser "Ensemble pour la République".

"Je souhaite revoir intégralement nos méthodes et notre organisation, en tirant toutes les leçons acquises depuis 2017 et plus encore depuis 2022", affirme également le chef de campagne du camp présidentiel, dans une profession de foi qui ne mentionne jamais Emmanuel Macron.

Cette opposition à un gouvernement incluant des ministres insoumis avait déjà été partagée par les députés du groupe, dans un communiqué mercredi où ils se positionnaient pour une "coalition de projet allant des sociaux-démocrates à la droite de gouvernement".

M. Attal assure à ses collègues que leur groupe devra être "incontournable" et aura "vocation" à "contribuer à l'émergence de majorités de projets et d'idées", après des élections qui n'ont offert la majorité absolue à aucun des trois blocs de l'hémicycle.

"J'assumerai mes fonctions de Premier ministre tant que le devoir l'exigera. Je pourrai siéger sur vos bancs dès lors que le Président de la République aura accepté ma démission et qu'avec mon gouvernement, nous expédierons les affaires courantes", a par ailleurs écrit Gabriel Attal dans un message adressé à ses collègues, consulté par l'AFP.

Arrivé en tête, le Nouveau Front populaire revendique Matignon mais ne parvient pas, pour le moment, à s'entendre pour proposer un Premier ministre et une équipe gouvernementale.

Le RN a précisé jeudi soir qu'il "censurera" tout gouvernement incluant des ministres LFI et écologistes.

Le Premier ministre est "officiellement candidat" à la présidence du groupe Renaissance et sera "probablement le seul", a indiqué l'ex-président du groupe Sylvain Maillard sur France 2. "Il sera choisi, désigné demain", a-t-il ajouté.

Le groupe Renaissance doit élire son président samedi entre 9H00 et 12H00, par vote électronique.

"La fin des candidatures c'est tout à l'heure à midi, il est fort probable qu'il soit le seul candidat", a précisé le député de Paris, puisque, "dans un choix d'unité", Gérald Darmanin et Élisabeth Borne, dont les noms avaient circulé, ne se présenteront pas.

Pour la députée des Yvelines Aurore Bergé, qui avait occupé la fonction avant Sylvain Maillard, la candidature du Premier ministre est "évidemment légitime". "Il a été et il est encore le chef de la majorité", a-t-elle indiqué sur franceinfo.


Après les législatives, des étudiants étrangers qui s'interrogent sur leur avenir

Des étudiants participent à une manifestation pour protester contre la montée des partis d'extrême droite, devant le lycée Henri IV à Paris, le 10 juin 2024, au lendemain des élections européennes. (Photo: AFP)
Des étudiants participent à une manifestation pour protester contre la montée des partis d'extrême droite, devant le lycée Henri IV à Paris, le 10 juin 2024, au lendemain des élections européennes. (Photo: AFP)
Short Url
  • Après des élections législatives marquées par une poussée de l'extrême droite, qui a fait campagne sur les thèmes de la préférence nationale et de la réduction de l'immigration, les étudiants étrangers se questionnent sur leur avenir dans l'Hexagone
  • Dans sa résidence étudiante du Crous, dans le 14e arrondissement de Paris, le malaise demeure malgré la défaite surprise du parti lepéniste, arrivé en troisième position derrière le Nouveau Front Populaire et le camp présidentiel

PARIS: "On a quand même évité le pire du racisme et de l'obscurantisme frontal, mais je sens que ça va continuer à être hyper latent". Kawder, étudiante marocaine de 26 ans, songe à quitter la France après l'obtention de son bac+5.

Après des élections législatives marquées par une poussée de l'extrême droite, qui a fait campagne sur les thèmes de la préférence nationale et de la réduction de l'immigration, les étudiants étrangers se questionnent sur leur avenir dans l'Hexagone.

"Même si le Rassemblement national n'a pas la majorité à l'Assemblée nationale, tu sens vraiment qu'il y a un clivage social qui s'est fait", remarque l'étudiante à l'Ecole des arts décoratifs, qui dit avoir constaté une recrudescence de gestes racistes et les "regards plus insistants" dans l'espace public ces dernières semaines.

Dans sa résidence étudiante du Crous, dans le 14e arrondissement de Paris, le malaise demeure malgré la défaite surprise du parti lepéniste, arrivé en troisième position derrière le Nouveau Front Populaire et le camp présidentiel, et alors que le pays se cherche encore un nouveau gouvernement.

Brahim (prénom modifié), 26 ans, étudiant à Sciences Po et réfugié politique syrien, est arrivé en France depuis bientôt sept ans et entend y rester.

Mais les élections lui ont "fait mal au cœur", explique celui qui a effectué une remise à niveau scolaire en arrivant en France et a appris - parfaitement - le français avant d'intégrer la grande école en vue d'une carrière dans la finance.

Comme Kawder, il a entendu des remarques racistes et xénophobes dans la rue pendant la campagne des législatives. "Mon nouveau chez moi, mon nouveau pays ne veut pas de moi, quoi que je fasse pour m'assimiler et m'intégrer", soupire-t-il.

Il fait partie des plus de 410.000 étrangers inscrits dans l'enseignement supérieur français d'après les derniers chiffres officiels, qui datent de 2022-2023, soit 14% des étudiants, selon Campus France.

- "Frappé en pleine figure" -

Au lendemain du premier tour des législatives, les universités et grandes écoles de France ont publié un communiqué commun pour dire "non au Rassemblement national", dont la politique "met en danger notre enseignement supérieur et la chance qu'il offre à toute la jeunesse", estiment-elles.

Le parti d'extrême droite proposait notamment la mise en place d'une caution ou encore de quotas dans certains établissements pour limiter le nombre d'étudiants étrangers. En 2022, Marine Le Pen réclamait la préférence nationale pour les logements étudiants des Crous.

Selon une étude de Campus France en 2022, les étudiants internationaux rapportent 5 milliards d'euros à l'économie française, pour un bénéfice net de 1,35 milliard d'euros.

"Que des étrangers viennent étudier chez nous, c'est une chose dont il faut se féliciter, cela fait partie de notre influence mondiale", avait reconnu le député RN Roger Chudeau fin juin.

"Ensuite, ils pourraient retourner chez eux, demander à devenir français ou demander un titre de séjour", avait ajouté ce spécialiste des questions d'éducation au sein du Rassemblement national.

Pas de quoi rassurer Ali Tchari, étudiant tchadien de 25 ans arrivé en France il y a trois ans, qui a vécu les élections dans "l'angoisse". Quitter la France après ses études, l'étudiant en certificat professionnel à Sciences Po y a lui aussi pensé.

Désormais "rassuré", il espère avoir "une opportunité et une chance" en évoquant l'arrivée de la gauche en tête en nombre de sièges à l'Assemblée nationale.

Sur la grande pelouse de la Cité internationale universitaire de Paris, un campus à l'américaine qui héberge 12.000 étudiants et chercheurs de 150 nationalités, Abraham Selano, Mexicain de 26 ans, n'est lui "pas vraiment" soulagé. "La réalité" d'une extrême droite forte "m'a frappé en pleine figure", explique l'étudiant, qui aimerait cependant rester travailler en France.


La France, forte de son nucléaire, refuse toujours les objectifs de l'UE

Cette photographie prise le 25 avril 2024 montre la centrale nucléaire de Flamanville, dans le nord-ouest de la France, alors que la centrale nucléaire Flamanville 3 est prête à démarrer. (Photo: AFP)
Cette photographie prise le 25 avril 2024 montre la centrale nucléaire de Flamanville, dans le nord-ouest de la France, alors que la centrale nucléaire Flamanville 3 est prête à démarrer. (Photo: AFP)
Short Url
  • La France, en contentieux avec la Commission européenne pour son retard sur les énergies renouvelables, a envoyé à Bruxelles une stratégie climatique actualisée qui ne rehausse pas l'ambition sur l'éolien et le solaire
  • La France mène depuis plusieurs années un bras de fer avec Bruxelles faute d'avoir atteint les objectifs fixés en 2009

PARIS: La France, en contentieux avec la Commission européenne pour son retard sur les énergies renouvelables, a envoyé à Bruxelles une stratégie climatique actualisée qui ne rehausse pas l'ambition sur l'éolien et le solaire autant qu'exigé, invoquant l'origine majoritairement décarbonée de son énergie, grâce au nucléaire.

La France mène depuis plusieurs années un bras de fer avec Bruxelles faute d'avoir atteint les objectifs fixés en 2009 de compter 23% d'énergies renouvelables dans sa consommation finale d'énergie en 2020.

Paris s'est encore fait épingler en décembre par la Commission pour avoir soumis un projet de "Plan national intégré énergie-climat" (Pniec) fixant un objectif de 33% de renouvelables d'ici 2030 au lieu des 44% exigés par une directive de 2018.

Six mois plus tard, la France persiste, selon la version actualisée du Pniec publiée mercredi par la Commission et consultée jeudi par l'AFP.

Elle garde les mêmes cibles de développement des renouvelables et préfère mettre en avant un objectif "décarboné", incluant donc le nucléaire, peu émetteur des gaz à effet de serre responsables du changement climatique.

La trajectoire prévue "permettra à la France d’atteindre 58% d’énergies décarbonées dans sa consommation finale d’énergie" en 2030, "ce qui contribue pleinement aux objectifs européens", se défend Paris.

Quant à l'objectif de 2020, il "sera atteint en 2024 et serait même dépassé de près d’un point", se félicite-t-on.

"La France dispose d’un bouquet énergétique et électrique parmi les plus décarbonés de l’UE", se justifie-t-elle encore.

Pour cette raison, le gouvernement avait écrit à la Commission pour justifier son refus d'acheter "a posteriori (des) volumes de production d'énergies renouvelables à d'autres Etats", comme le prévoit la directive en cas de non-atteinte des objectifs.

La France prend ainsi le risque d'une procédure de sanctions par la Commission. Mais, profitant d'un retour en grâce du nucléaire, elle espère aussi rallier des Etats autour de son action pour remplacer les objectifs de renouvelables par des objectifs de décarbonation.

Globalement, "la France se fixe l’objectif d’une réduction brute de ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins -50 % en 2030 par rapport à 1990", soit 270 millions de tonnes de CO2 équivalent (contre 373 MtCO2e en 2023), ajoute le Pniec actualisé.

Ce plan, que le gouvernement devait remettre à Bruxelles pour le 30 juin, n'est toutefois pas définitif car il compile trois documents stratégiques devant encore être mis en consultation publique.