Les forces américaines et anti-Daech doivent quitter l'Irak, déclare Chia al-Soudani à Davos

Le Premier ministre irakien, Mohammed Chia al-Soudani (Photo fournie).
Le Premier ministre irakien, Mohammed Chia al-Soudani (Photo fournie).
Short Url
Publié le Vendredi 19 janvier 2024

Les forces américaines et anti-Daech doivent quitter l'Irak, déclare Chia al-Soudani à Davos

  • Le Premier ministre irakien déclare que la fin de la présence des troupes américaines est «cruciale pour la sécurité et la stabilité de l'Irak»
  • «C'est aussi une nécessité pour préserver des relations bilatérales constructives entre l'Irak et les pays de la coalition»

DAVOS: Les forces américaines et leurs alliés internationaux doivent quitter l'Irak, compte tenu des tensions accrues au Moyen-Orient, a déclaré jeudi le Premier ministre irakien, Mohamed Chia al-Soudani.

Une coalition internationale anti-Daech dirigée par les États-Unis opère dans le pays depuis 2014.

La fin de la mission de la coalition internationale est une «nécessité pour la sécurité et la stabilité de l'Irak», a-t-il signalé lors d'une table ronde au Forum économique mondial de Davos (FEM).

«C'est aussi une nécessité pour préserver des relations bilatérales constructives entre l'Irak et les pays de la coalition», a-t-il ajouté.

Al-Soudani, dont l'administration est soutenue par des partis alignés sur l'Iran, a demandé à plusieurs reprises le retrait des troupes étrangères d'Irak.

Les États-Unis ont environ 2 500 soldats en Irak et près de 900 en Syrie pour soutenir la coalition anti-Daech, qui, depuis 2021, a indiqué avoir arrêté toutes les opérations de combat. Ces troupes forment et conseillent les forces militaires locales.

Il s'exprimait à Davos alors que les forces américaines poursuivaient leurs frappes contre les groupes pro-iraniens en réponse aux attaques menées depuis la mi-octobre contre les forces américaines et leurs alliés déployés en Irak. Selon le Pentagone, au moins 130 attaques, dont 53 en Irak et 77 en Syrie, ont été enregistrées entre le mois d'octobre de l'année dernière et le 11 janvier de cette année.

La plupart des attaques de drones ou de roquettes visant les forces américaines ou alliées ont été revendiquées par la Résistance islamique en Irak, une alliance informelle de groupes armés liés à l'Iran qui s'opposent au soutien des États-Unis à Israël dans la guerre de Gaza.

Daech «pas une menace» pour l’Irak

Ce début janvier, un drone américain a tué un commandant militaire et un autre membre de Harakat Hezbollah al-Nujaba ou HHN, une faction d’Al-Hachd al-Chaabi, un ensemble d'anciennes unités paramilitaires pro-iraniennes désormais intégrées aux forces armées irakiennes.

Lors de son intervention à Davos, Al-Soudani a déclaré qu'un dialogue immédiat était nécessaire pour «parvenir à un accord et à un calendrier concernant la fin de la mission des conseillers internationaux».

Al-Soudani a mentionné que la coalition n'était plus nécessaire.

«Aujourd'hui, selon l'analyse de tous les spécialistes en Irak et parmi nos amis, Daech ne représente pas une menace pour l'État irakien», a-t-il expliqué.

«Le plus tôt nous retirerons la coalition, c’est une nécessité pour la stabilité, la sécurité de l’Irak», a-t-il ajouté.

S'exprimant sur la crise à Gaza, Al-Soudani a réfuté les affirmations du secrétaire d'État américain, Antony Blinken, selon lesquelles la guerre entre Israël et le Hamas offrait une chance de revenir sur la voie d'une solution à deux États pour le conflit israélo-palestinien.

Blinken, qui a participé au forum mardi et mercredi, a déclaré que cela devrait impliquer des efforts plus larges pour améliorer les relations d'Israël avec les pays arabes par le biais d'efforts de normalisation, dans la même veine que les accords d'Abraham de 2020.

«Ce qu'a dit Blinken n'est pas nouveau. Tout le monde a dit la même chose», a-t-il précisé. «Ce que dit Blinken est refusé par le gouvernement israélien. Même le scénario d'après-guerre est refusé par les Israéliens.»

«La communauté internationale a échoué, les organisations internationales ont échoué. Les institutions internationales ont échoué dans cette mort injustifiable, inacceptable, qui se déroule sous nos yeux à Gaza», a poursuivi Al-Soudani.

L'Irak s'est fixé pour objectif d'établir un budget triennal afin de ne plus dépendre des recettes pétrolières à hauteur de 80% au lieu de 95%, a-t-il soutenu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Une ambulance aérienne du ministère saoudien de la Défense prête à transporter les pèlerins en cas d’urgence

L’Arabie saoudite a lancé un service d’ambulance aérienne afin d’améliorer les soins de santé pour les pèlerins qui effectuent le Hajj cette saison. (SPA)
L’Arabie saoudite a lancé un service d’ambulance aérienne afin d’améliorer les soins de santé pour les pèlerins qui effectuent le Hajj cette saison. (SPA)
Short Url
  • Le premier cas d’urgence a déjà été transporté dans cette ambulance, a indiqué le ministère vendredi
  • Les avions disposent notamment d’une machine à oxygène qui peut fonctionner à bord pendant quatre heures

RIYAD: Le ministère saoudien de la Défense est prêt à fournir des services de sûreté et de sécurité, y compris une ambulance aérienne, aux pèlerins rassemblés dans la cité des tentes de Mina. 

Le Royaume a lancé un service d’ambulance aérienne afin d’améliorer les soins de santé pour les pèlerins qui effectuent le Hajj cette saison. 

Le premier cas d’urgence a déjà été transporté dans cette ambulance, a indiqué le ministère vendredi. 

Après avoir reçu un rapport de la salle de commandement, les équipes d’ambulanciers de l’Autorité du Croissant-Rouge saoudien (SRCA) ont secouru le pèlerin, un Africain d’une soixantaine d’années qui souffrait de douleurs à la poitrine. Il se trouvait dans la zone de la Grande Mosquée. 

Le personnel médical a examiné le patient et lui a fait passer un électrocardiogramme avant de le transporter par avion de la plate-forme d’atterrissage de la Tour de l’horloge de La Mecque, dans la Cité médicale du roi Abdallah. 

Les services de santé du ministère de la Défense continueront à fournir des services d’ambulance aérienne tout au long de la saison du Hajj de cette année, en coopération avec la SRCA et la présidence de la sécurité de l’État, représentée par la Direction générale de la sécurité aérienne. 

Le commandant adjoint de la mission, le général de brigade Bandar ben Mohammed al-Jaïd, a déclaré à l’agence de presse saoudienne (SPA) que, cette année, des avions d’évacuation médicale à décollage vertical et à réaction qui appartiennent aux services médicaux des forces armées seraient prêts à intervenir vingt-quatre heures sur vingt-quatre en cas de situations d’urgence. L’objectif est de transporter à l’hôpital les personnes qui ont besoin de recevoir des soins supplémentaires. 

Les avions sont dotés des équipements les plus récents pour assurer les meilleurs soins aux pèlerins qui en ont besoin. Ils disposent notamment d’une machine à oxygène qui peut fonctionner à bord pendant quatre heures. 

L’objectif est de soutenir les efforts déployés par les services de sécurité et les agences gouvernementales en vue de fournir toutes les installations nécessaires pour servir les pèlerins et réaliser les directives et les aspirations des dirigeants saoudiens. Les pèlerins pourront ainsi accomplir les rituels du Hajj en toute facilité, sécurité et sûreté. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Au Liban, des habitants découvrent les dégâts d'une frappe israélienne sur leur village

De la fumée s'échappe des bombardements militaires israéliens qui ont balayé les champs près du village de Shebaa, près de la frontière sud du Liban avec Israël, le 14 juin 2024, au milieu d'affrontements transfrontaliers en cours entre les troupes israéliennes et les combattants du Hezbollah. (Photo de RABIH DAHER / AFP)
De la fumée s'échappe des bombardements militaires israéliens qui ont balayé les champs près du village de Shebaa, près de la frontière sud du Liban avec Israël, le 14 juin 2024, au milieu d'affrontements transfrontaliers en cours entre les troupes israéliennes et les combattants du Hezbollah. (Photo de RABIH DAHER / AFP)
Short Url
  • Un bâtiment de trois étages tout proche, visé dans la nuit de jeudi à vendredi par une frappe attribuée à Israël, a été entièrement détruit
  • Le vice-président de la municipalité du village, Hassan Chour, affirme à l'AFP que la frappe a provoqué la mort de deux femmes et des dégâts dans un immeuble voisin

JENNATA: A Jennata, un village du sud du Liban jusque-là épargné par les affrontements transfrontaliers quotidiens entre Israël et le Hezbollah, les habitants découvrent vendredi les dégâts causés par une frappe nocturne israélienne qui a fait deux morts et plusieurs blessés civils.

Khadija Husseini a trouvé la devanture de sa boutique pulvérisée. "Il y a des éclats de verre partout", dit-elle en retirant les débris des robes sur les mannequins.

Un bâtiment de trois étages tout proche, visé dans la nuit de jeudi à vendredi par une frappe attribuée à Israël, a été entièrement détruit, a constaté un correspondant de l'AFP.

"On était assis jeudi soir sur le balcon, quand un obus est passé au-dessus de nos têtes (...) tout a tremblé autour de nous", raconte Mme Husseini.

De la fumée s'élevait toujours vendredi matin du bâtiment, qui était inhabité et dans lequel se trouvait un entrepôt de bois selon des habitants.

A 200 mètres à la ronde, des appartements dans un immeuble résidentiel voisin, des boutiques et des voitures ont été endommagés.

Le vice-président de la municipalité du village, Hassan Chour, affirme à l'AFP que la frappe a provoqué la mort de deux femmes et des dégâts dans un immeuble voisin.

Selon des secouristes locaux, neuf civils, dont trois enfants au moins, ont été blessés.

Israël mène régulièrement des frappes ciblées contre des responsables du Hezbollah pro-iranien, mais il n'a pas été possible de savoir si l'un d'eux était visé par ce raid.

Mardi soir, un haut responsable militaire de la formation libanaise, Taleb Sami Abdallah, a été tué avec trois autres combattants du Hezbollah dans une frappe sur une maison dans le village tout proche de Jouaiyya.

«Nous resterons»

La puissante formation islamiste a répliqué à cette frappe en lançant les plus importantes attaques simultanées contre des positions militaires israéliennes de l'autre côté de la frontière en huit mois.

Mercredi, le chef du comité exécutif du Hezbollah, Hachem Safieddine, a prévenu que son mouvement allait "intensifier (ses) opérations" à la suite de cette frappe ciblée.

Le Hezbollah affirme que ses attaques contre Israël sont lancées en soutien au Hamas palestinien en guerre contre l'armée israélienne dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre.

Plus de huit mois de violences transfrontalières ont fait au moins 470 morts au Liban, dont environ 91 civils et plus de 307 combattants du Hezbollah, selon un décompte de l'AFP basé sur les données du mouvement et des sources officielles libanaises.

Côté israélien, au moins 15 soldats et 11 civils ont été tués, selon les autorités.

Jannata est située à 21 km à vol d'oiseau de la frontière, et les bombardements ne l'avaient pas encore rattrapé.

"Les dégâts matériels ne nous importent pas (...) et les raids contre les civils ne nous font pas peur", dit Houda Chour, qui retire les débris de verre des vêtements d'enfants dans son magasin.

"Nous n'avons pas l'intention de partir, nous resterons sur notre terre", assure-t-elle avec détermination.


L'ouverture de la route de Taïz par les Houthis suscite l’espoir de la fin des blocages

La circulation est ralentie sur une route de montagne reliant Taïz au port d'Aden, en 2022. (AFP)
La circulation est ralentie sur une route de montagne reliant Taïz au port d'Aden, en 2022. (AFP)
Short Url
  • Un chauffeur de bus compare l'ouverture de la route Al-Houban à la chute du mur de Berlin
  • Les responsables militaires du gouvernement yéménite ont exhorté les Houthis à déverrouiller les sept entrées de la ville qui restent fermées

AL-MUKALLA: La ville de Taïz, assiégée au Yémen, a été envahie par la foule jeudi lorsque des habitants sont entrés dans la ville depuis les zones contrôlées par les Houthis, pour la première fois depuis des années.

À la surprise générale, les Houthis ont ouvert une route importante, suscitant l’espoir de mettre fin au blocus de la principale ville du Yémen par la milice après presque une décennie.

Des centaines de Yéménites ont célébré l'arrivée de la première voiture en provenance d'Al-Houban à Taïz, et se sont massés du côté gouvernemental de la ville, brandissant le drapeau national et entonnant des chants patriotiques.

Abdel Karim Chaiban, chef de la délégation gouvernementale aux pourparlers avec les Houthis, a déclaré à Arab News que l'ouverture de la route urbaine Al-Houban-Taïz soulagerait plus de neuf ans de souffrance pour les habitants. Cette initiative permettrait de relier la ville à Taïz, Ibb, Sanaa et à d'autres centres yéménites, facilitant ainsi le transport de la nourriture et des fournitures tout en réduisant les frais de déplacement.

«Aujourd'hui, nous sommes soulagés de voir que nos familles, nos mères, nos sœurs et nos frères ont pu arriver à Taïz et en repartir après l'ouverture de cette route, permettant enfin aux familles de se réunir après des années de séparation», déclare M. Chaiban. Il exhorte également les Houthis à ne pas harceler les personnes traversant leur zone, à ouvrir les sorties restantes de la ville et à lever complètement leur siège.

La milice des Houthis a assiégé la ville de Taïz au début de l’année 2015 après que leurs forces ont échoué à en prendre le contrôle en raison de la forte opposition des troupes gouvernementales yéménites et des combattants de la résistance alliée.

Le groupe a barricadé les principales sorties de la ville, déployé des tireurs embusqués et posé des mines terrestres pour empêcher les civils de quitter ou d'entrer dans la ville. Ce blocus a contraint plus de deux millions de civils à emprunter des pistes en terre dangereuses pour quitter Taïz ou y entrer.

Les organisations locales et internationales de secours ainsi que les défenseurs des droits critiquent depuis longtemps les Houthis pour avoir bloqué l'acheminement de fournitures humanitaires essentielles vers la ville assiégée, aggravant ainsi la famine parmi les habitants.

En plus de la route Al-Houban, les Houthis ont rouvert une autre voie reliant Marib à Sanaa via Al-Bayda et ils se sont engagés à envisager la levée des barrages sur d'autres routes à accès limité. En réponse à cette proposition, le gouvernement yéménite de Taïz a envoyé des bulldozers pour dégager les arbres, les dunes et les barrières, tandis que des démineurs ont désamorcé les mines terrestres.

Abou Mohammed, un chauffeur de bus de Taïz, compare l'ouverture de la route à la chute du mur de Berlin. Il ajoute qu'il peut désormais rendre visite à sa mère et à d'autres membres de sa famille à la campagne en une heure seulement, contre sept auparavant lorsque la route était fermée.

«C'est un événement très important. Cette année, l'Aïd (Al-Adha) sera très joyeuse, car j'emmène ma famille qui est en ville voir ma mère à la campagne», précise-t-il avec joie à Arab News.

Des Yéménites de Taïz vivant à l'étranger, dont des politiciens, des journalistes, des hommes d'affaires et des activistes, ont exprimé la même joie.

«Grâce aux efforts acharnés et au sérieux de toutes les parties prenantes, le sourire est revenu aujourd'hui pour illuminer les visages des habitants de Taïz, avec la réouverture de la principale artère», écrit Chawki Ahmed Hayel Saïd, un éminent homme d'affaires de Taïz, sur X.

Parallèlement, les responsables militaires du gouvernement yéménite ont exhorté les Houthis à déverrouiller les sept entrées de la ville qui restent fermées et à permettre aux gros véhicules transportant de la nourriture et d'autres fournitures d’accéder à la ville par l'itinéraire nouvellement ouvert.

«Il s'agit d'une levée partielle du siège de Taïz, car la milice n'autorise que les voitures légères et les piétons à entrer ou à sortir de Taïz par cette route, et elle n'a pas encore permis aux camions ou aux cargaisons alimentaires d'entrer dans la ville», explique Abdel Basit al-Baher, un responsable militaire yéménite à Taïz, à Arab News.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com