La crise à Gaza, dernière d’une longue liste de conflits en cours dans le monde

Les Palestiniens se dirigent vers le sud de la bande de Gaza, fuyant les combats entre Israël et le Hamas (Photo, AP).
Les Palestiniens se dirigent vers le sud de la bande de Gaza, fuyant les combats entre Israël et le Hamas (Photo, AP).
Short Url
Publié le Vendredi 01 décembre 2023

La crise à Gaza, dernière d’une longue liste de conflits en cours dans le monde

  • Plusieurs tendances inquiétantes ont été relevées par un rapport qui utilise des dizaines de paramètres pour déterminer le degré de paix d'un pays
  • L'année en cours a été marquée par une recrudescence de la violence et des guerres en Europe, en Afrique et en Asie, selon le rapport

ATHENES: «Seuls les morts ont vu la fin de la guerre.» Cette citation poignante du philosophe hispano-américain George Santayana est toujours d'actualité près d'un siècle après avoir été écrite, alors que la liste des conflits de grande ou de faible intensité s'allonge chaque année dans le monde.

La violence sans précédent qui caractérise la guerre incessante entre Israël et le Hamas a coûté la vie à plus de 15 000 civils, détruit la quasi-totalité du nord de Gaza et déplacé 1,7 million de Palestiniens à l'intérieur de la bande de Gaza ainsi qu'un demi-million d'Israéliens, principalement le long de la frontière avec le Liban.

Le Comité des droits de l'enfant des Nations unies a marqué solennellement la Journée mondiale de l'enfance le 20 novembre, en appelant à un cessez-le-feu à Gaza et en rappelant que «des milliers d'enfants meurent dans des conflits armés dans de nombreuses régions du monde, notamment en Ukraine, en Afghanistan, au Yémen, en Syrie, au Myanmar, en Haïti, au Soudan, au Mali, au Niger, au Burkina Faso, en République démocratique du Congo et en Somalie».

Avec de nouvelles guerres qui commencent, des guerres plus anciennes qui entrent dans leur dixième année ou plus, et d'autres qui s'intensifient, l'effusion de sang à Gaza peut être révélatrice de ce que certains analystes et observateurs considèrent comme une période d'augmentation de la violence dans le monde entier.

Des soldats de la Force de défense du Tigré (TDF) se préparent à partir pour un autre champ de bataille au Centre de commémoration du martyr du Tigré à Mekele (Photo, AFP).

Le rapport 2023 de l'Indice de paix globale compilé par le groupe de réflexion Institute for Economics and Peace, indique qu'«au cours des quinze dernières années, le monde est devenu moins pacifique», enregistrant une «détérioration de la paix» dans 95 des 163 pays couverts par le rapport.

Le rapport, qui utilise des dizaines de paramètres pour déterminer le degré de paix d'un pays, a identifié plusieurs tendances inquiétantes. L'indice de paix globale a enregistré une augmentation de la violence dans les conflits en Afrique subsaharienne, en Europe et dans la région Asie-Pacifique, en particulier au Mali, en Éthiopie, au Myanmar et en Ukraine, avec des conflits caractérisés par le recours croissant aux attaques de drones et à la livraison d'armes à des groupes armés par des puissances de grande et moyenne taille.

Le Soudan, le Sahel et au-delà

Le conflit au Soudan est le conflit africain le plus sanglant jamais enregistré cette année. Les combats ont commencé en avril lorsque les affrontements entre les forces armées soudanaises et les Forces paramilitaires de soutien rapide (FSR) ont abouti à une guerre totale. Les Nations unies estiment qu'environ 4,3 millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays et que plus de 1,1 million ont fui le pays vers le Tchad, la République centrafricaine, l'Égypte, l'Éthiopie et le Sud-Soudan depuis le début des combats.

En octobre, Martin Griffiths, sous-secrétaire général des Nations unies, a déclaré que les violences avaient fait 9 000 morts et que les cas de violences sexuelles étaient de plus en plus nombreux.

En effet, Robert Wood, représentant suppléant des États-Unis pour les affaires politiques spéciales, a déclaré en mai au Conseil de sécurité des Nations unies que des forces militaires et de police du Soudan et du Sud-Soudan avaient été déployées dans la région frontalière d'Abiyé, revendiquée par les deux parties.

La semaine dernière, des hommes armés ont attaqué des villages dans la région contestée, tuant au moins 32 personnes. Si les responsables régionaux ont déclaré à l'agence de presse Associated Press que les affrontements avaient fini par cesser, les tensions ethniques qui couvent dans les pays de la région pourraient également refaire surface.

À la mi-novembre, l'ONU a également déclaré qu'au moins 10 000 civils avaient été tués dans le conflit entre l'Ukraine et la Russie (Photo, Shutterstock).

En février de cette année, un autre conflit africain a provoqué des morts et des vagues de réfugiés lorsque l'armée nationale du Somaliland et les forces de l'État autonome de Khatumo se sont affrontées dans la région de Las Anod. Le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies a fait état de centaines de morts et du déplacement de 154 000 à 203 000 personnes, dont environ 100 000 ont fui vers l'Éthiopie voisine.

L'Éthiopie elle-même est déjà en proie à une litanie de conflits et de troubles, dont une violence intense entre les nombreux groupes ethniques du pays, qui a entraîné un nombre incalculable de décès et le déplacement interne d'environ 4,38 millions de personnes, selon l'Organisation internationale pour les migrations.

L’Ukraine

L'invasion de l'Ukraine par la Russie s'est prolongée jusqu'en 2023, l'ONU signalant que plus de 6,5 millions d'Ukrainiens ont été déplacés par le conflit, qui a débuté en février 2022. À la mi-novembre, l'ONU a également déclaré qu'au moins 10 000 civils avaient été tués dans le conflit et, un mois plus tôt, a publié une déclaration ajoutant que les civils dans les zones perdues par l'Ukraine «sont confrontés à la torture, aux mauvais traitements, à la violence sexuelle et à la détention arbitraire».

Au cours de l'année, les forces ukrainiennes ont entamé une contre-offensive contre les troupes russes, principalement dans les régions de Zaporijjia et de Donetsk. Au moment où les bombes israéliennes pilonnaient Gaza, des dizaines de médias russes et ukrainiens ont fait état de l'utilisation d'armes à sous-munitions et de la mort de plusieurs civils, dont des enfants, lors de frappes de missiles.

Caucase du Sud

Le conflit autour de la région contestée du Haut-Karabakh, qui n'a cessé de croître et de décroître depuis la fin des années 1980, a atteint un niveau d'intensité sans précédent à la fin du mois de septembre. L'Azerbaïdjan revendique le Haut-Karabakh, une région située à l'intérieur de ses frontières territoriales. La région était gouvernée et habitée principalement par des Arméniens qui ont créé un État sécessionniste connu sous le nom de République d'Artsakh en 1991.

Un soldat arménien du Haut-Karabakh tirant une pièce d'artillerie conventionnelle en direction des positions azéries (Photo, AFP).

Une offensive contre le Haut-Karabakh a été lancée le 19 septembre et, après seulement une journée, la république autoproclamée s'est auto-dissoute. Cette décision a entraîné un exode massif de la région, les observateurs de l'ONU signalant en octobre qu'environ 100 000 Arméniens de souche, du Haut-Karabakh avaient été déplacés.

Cette décision fait suite à des rapports des Nations unies datant du mois d'août, selon lesquels le blocage du corridor de Lachin, la seule route reliant le Haut-Karabakh à l'Arménie, a entraîné de graves pénuries de nourriture, de médicaments et d'autres produits essentiels, déclenchant une crise humanitaire dans la région.

EN BREF

- Le monde est devenu moins pacifique au cours des quinze dernières années.

 

- Détérioration de la paix dans au moins 95 pays.

 

- Augmentation de la violence en Afrique subsaharienne, en Europe et dans la région Asie-Pacifique.

 

Source : Rapport 2023 sur l'Indice de paix globale

Syrie

En Syrie, alors que le conflit fait rage depuis plus de dix ans, les quatre dernières années ont été marquées par des attaques répétées contre l'Administration autonome dirigée par les Kurdes, l'entité soutenue par la Coalition mondiale anti-Daech qui gouverne le nord et l'est du pays.

Deux jours seulement avant que la guerre actuelle entre Israël et le Hamas n'éclate à Gaza, plus de 43 frappes aériennes ont visé le nord, selon le centre d'information Rojava, un organisme local de surveillance de la guerre.

Cette dernière attaque contre des infrastructures civiles n'est que la tragédie la plus récente d'une série d'invasions du nord de la Syrie, à Afrin en 2018 et à Ras al-Ain en 2019, avec une ramification syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan citée comme cible de l'assaut.

La première opération a déplacé entre 200 000 et 300 000 personnes – dont beaucoup avaient déjà fui vers la sécurité relative d'Afrin au début de la crise syrienne – tandis que l'invasion de 2019 en a déplacé 160 000 de plus.

L'ONU estime qu'environ 4,3 millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur du Soudan et que plus de 1,1 million ont fui le pays (Photo, AFP).

Les dernières frappes, qui ont fait au total 48 morts, ont visé des installations d'eau, de gaz, de pétrole et d'électricité dans le nord du pays, privant des millions de personnes d'électricité, de carburant ou d'eau pendant plus d'une semaine, aggravant ainsi les crises causées par l'infrastructure déjà affaiblie de la région et par un embargo pratique imposé par toutes les parties.

Depuis la défaite de Daech en 2019, les États-Unis ont stationné quelque 900 soldats dans le nord-est du pays, ainsi qu'un nombre indéterminé d'agents de sécurité.

Myanmar

Au Myanmar, un conflit moins connu fait rage depuis 2021, date à laquelle l'armée du pays a mené un coup d'État et mis en place une junte militaire. L'année dernière, Tom Andrews, rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'homme au Myanmar, a déclaré que la répression militaire des manifestations avait fait 2 000 morts et plus de 700 000 déplacés.

En novembre dernier, les Nations unies ont signalé que les combats entre les groupes armés et les forces armées du Myanmar s'étaient étendus à l'est et à l'ouest du pays, les combats urbains et les frappes aériennes devenant de plus en plus fréquents et intenses.

Les médias ont rapporté que les deux parties étaient prêtes à prolonger la trêve à Gaza (Photo, AP).

L'intensification du conflit a entraîné une nouvelle vague de déplacements, plus de 200 000 personnes ayant été contraintes de fuir leur domicile entre le 27 octobre et le 17 novembre. Le mécanisme d'enquête indépendant des Nations unies pour le Myanmar s'est adressé au Conseil des droits de l'homme des Nations unies à Genève en septembre, citant des cas de bombardements et de frappes aériennes aveugles, d'exécutions de prisonniers de guerre et de civils, et d'incendies de villages civils.

L'avenir de Gaza

À Gaza, une pause humanitaire est entrée en vigueur le 24 novembre, marquant l'entrée des premiers convois d'aide dans l'enclave ravagée par la guerre en provenance d'Égypte. Israël a commencé à libérer des prisonniers palestiniens, tandis que le Hamas a commencé à libérer des otages, dont des Israéliens et des travailleurs étrangers.

Bien que les médias aient rapporté que les deux parties étaient disposées à prolonger la trêve, il est à craindre que la pause humanitaire ne soit en fait qu'une interruption temporaire des combats.

Ce mercredi, Benjamin Netanyahou, le Premier ministre israélien, a déclaré que la guerre d'Israël contre le Hamas reprendrait dès que la libération des otages israéliens serait assurée, laissant la menace imminente d'une nouvelle destruction planer sur la tête de millions de personnes à Gaza.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Sanctions américano-britanniques après les dernières attaques houthies

Le vraquier battant pavillon grec Sea Champion est amarré au port d'Aden, au Yémen, où il est arrivé après avoir été attaqué dans la mer Rouge dans ce qui semble avoir été une frappe de missile erronée par la milice Houthi, le 21 février 2024 (Photo, Reuters).
Le vraquier battant pavillon grec Sea Champion est amarré au port d'Aden, au Yémen, où il est arrivé après avoir été attaqué dans la mer Rouge dans ce qui semble avoir été une frappe de missile erronée par la milice Houthi, le 21 février 2024 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Le Trésor américain accuse les Houthis de vendre des matières premières iraniennes à des acteurs étrangers pour financer les opérations militaires
  • Un responsable houthi, Ibrahim al-Nashiri, est aussi visé par les sanctions

WASHINGTON: Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont annoncé mardi sanctionner un commandant du Corps des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran, ainsi qu'un responsable houthi, après les récentes attaques aériennes contre le commerce maritime international.

Etant donné que les Houthis "menacent constamment la sécurité d'un commerce maritime international pacifique, les Etats-Unis et le Royaume-Uni continueront à agir contre les voies de financement qui permettent ces actions déstabilisatrices", a justifié le sous-secrétaire américain au Trésor chargé du terrorisme et du renseignement financier, Brian Nelson, cité dans le communiqué.

Est notamment ciblé par ces sanctions Mohammad Reza Falahzadeh, l'actuel commandant-adjoint de la Force Qods, la branche des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution iraniens.

Sanctions 

Le Trésor américain accuse les Houthis et la Force Qods, une unité d'élite, de vendre des matières premières iraniennes à des acteurs étrangers pour financer les opérations militaires des Houthis.

Un responsable houthi, Ibrahim al-Nashiri, est aussi visé par les sanctions.

Les Houthis, qui contrôlent de vastes régions du Yémen, mènent depuis novembre des attaques contre des navires dans la région de la mer Rouge et du Golfe d'Aden. Ils affirment agir en solidarité avec les Palestiniens dans la bande de Gaza, où Israël mène une guerre sanglante contre le Hamas en représailles à l'attaque sans précédent du 7 octobre sur le sol israélien.

Londres et Washington ont en réponse mené plusieurs raids aériens conjoints contre des cibles houthies au Yémen, depuis le 11 janvier.


Campus France organise le deuxième salon universitaire Choose France à Riyad et Djeddah

Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Short Url
  • Le salon Choose France permet aux futurs étudiants de rencontrer des représentants de Campus France et de poser des questions sur les programmes universitaires
  • Le salon réunit une douzaine d’établissements français d’excellence, et est organisé à Djeddah et à Riyad du 25 au 27 février

RIYAD: Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah.

Cet événement est l’unique occasion pour les jeunes Saoudiens et Saoudiennes, ainsi que les partenaires saoudiens, de rencontrer des représentants de 12 prestigieux établissements d'enseignement supérieur français, notamment trois universités publiques, deux écoles d’ingénieurs, quatre établissements d’enseignement supérieur spécialisés, Media School International, ainsi que deux centres de langue française. 

 


Le prince héritier saoudien reçoit le président ukrainien à Riyad

 le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a reçu le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Riyad. (SPA)
le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a reçu le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Riyad. (SPA)
M. Zelensky a été reçu au Royal Lounge de l’aéroport international du roi Khaled par le prince Mohammed ben Abdelaziz, vice-gouverneur de la région de Riyad. (SPA)
M. Zelensky a été reçu au Royal Lounge de l’aéroport international du roi Khaled par le prince Mohammed ben Abdelaziz, vice-gouverneur de la région de Riyad. (SPA)
Short Url
  • Le président a déclaré qu’il se trouvait au Royaume pour poursuivre son «dialogue régulier avec le prince héritier Mohammed ben Salmane.»
  • M. Zelensky a annoncé sur la plate-forme X qu’il discuterait des prisonniers de guerre et des déportés avec le prince héritier

RIYAD: Mardi, le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a reçu le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Riyad.

Le président a déclaré qu’il se trouvait dans le Royaume pour poursuivre son «dialogue régulier avec le prince héritier Mohammed ben Salmane».

M. Zelensky a annoncé sur la plate-forme X qu’il discuterait des prisonniers de guerre et des déportés avec le prince héritier.

«Les dirigeants du Royaume ont déjà contribué à la libération de notre peuple. Je suis convaincu que cette réunion portera également ses fruits», écrit-il.

Le président a ajouté qu’il discuterait «des domaines prometteurs de la coopération économique et de la participation de l’Arabie saoudite à la reconstruction de l’Ukraine».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com