Quartier pauvre, quartier riche: à six mois des JO-2024, l'engouement au point mort

Plusieurs épreuves se dérouleront sur le Champ-de-Mars: beach-volley dans un stade monté pour l'occasion au pied de la Tour Eiffel, judo et lutte dans le Grand Palais Ephémère. Plus à l'est, l'esplanade des Invalides accueillera le tir à l'arc. (AFP)
Plusieurs épreuves se dérouleront sur le Champ-de-Mars: beach-volley dans un stade monté pour l'occasion au pied de la Tour Eiffel, judo et lutte dans le Grand Palais Ephémère. Plus à l'est, l'esplanade des Invalides accueillera le tir à l'arc. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 24 janvier 2024

Quartier pauvre, quartier riche: à six mois des JO-2024, l'engouement au point mort

  • Un natif de Saint-Denis redoute une accélération de la gentrification autour de la capitale: Les nouveaux logements construits à Saint-Ouen, ça ne sera pas pour les gens du coin
  • Au coeur de la capitale, un quartier autrement plus huppé, le VIIe arrondissement de Paris, s'apprête aussi à devenir le centre du monde pendant quinze jours

PARIS: Des grands ensembles de Seine-Saint-Denis aux beaux quartiers parisiens, ceux qui vivent aux premières loges des épreuves des Jeux olympiques 2024 ne montrent qu'un faible enthousiasme à six mois de l'évènement, davantage signe pour eux de contraintes quotidiennes.

A l'entrée nord de Paris, le seul canal Saint-Denis sépare le Stade de France du quartier pauvre du Franc-Moisin mais ses grandes tours, en voie de réhabilitation, vivent pour l'heure aux antipodes du rêve olympique.

Samia Achoui, qui essaie d'économiser pour voyager tous les étés, avait tout bonnement oublié que l'évènement attendu depuis son attribution à Paris, en 2017, allait enfin survenir du 26 juillet au 11 août. "J'ai complètement occulté le fait qu'il y avait les Jeux", raconte la secrétaire en comptabilité de 61 ans dans un sourire.

Elle n'aurait rien contre le fait d'aller voir des épreuves mais "vu le prix des billets, trop chers", elle se contentera d'entendre "le bruit des applaudissements," ajoute-t-elle sans rancœur.

«Pas les moyens» de partir...

Les acclamations lors des épreuves d'athlétisme, Jean-Pierre Bagassien ne pourra pas les rater : il habite dans un immeuble coincé entre le stade et l'autoroute.

Fuir la foule qu'il ne supporte plus à son âge ? "Je voudrais bien partir mais je n'en ai pas les moyens," souffle l'homme de 64 ans.

Bonnet enfoncé jusqu'à la moitié des yeux, Achraf, 24 ans, traîne dans la cité du Franc-Moisin, gangrenée par le trafic de stupéfiants. "Avec les Jeux à côté, je pourrais peut-être trouver à travailler," espère-t-il, levant le bras en direction du stade.

En centre-ville de Saint-Denis, le restaurateur Antoine Bento, 70 ans, espère le même dynamisme que lors de la Coupe du monde de rugby, à l'automne 2023: les animations et écrans géants avaient fait gonfler son chiffre d'affaires. "Embaucher des extras, payés à la semaine", tel est déjà son plan.

A un ami attablé qui râle d'avance contre une trop grande affluence dans les transports, il rétorque que l'évènement "va faire briller la France et le quartier".

Les Jeux, Nordine ne veut déjà plus en entendre parler. "Qu’on s'en débarrasse le plus vite possible!", assène ce natif de Saint-Denis, qui n'a pas voulu donner son nom de famille.

Ce sexagénaire redoute une accélération de la gentrification autour de la capitale. "Les nouveaux logements construits à Saint-Ouen (village des athlètes, ndlr), ça ne sera pas pour les gens du coin", tacle Nordine, pestant contre "les bobos (...) qui ont fait monter les prix de tout au quotidien".

...«Tout le monde va partir»

Au coeur de la capitale, un quartier autrement plus huppé, le VIIe arrondissement de Paris, s'apprête aussi à devenir le centre du monde pendant quinze jours.

Plusieurs épreuves se dérouleront sur le Champ-de-Mars: beach-volley dans un stade monté pour l'occasion au pied de la Tour Eiffel, judo et lutte dans le Grand Palais Ephémère. Plus à l'est, l'esplanade des Invalides accueillera le tir à l'arc.

Mais autour de la Dame de Fer, l'enthousiasme a du plomb dans l'aile.

"Je ne serai pas là, c'est en plein été", dit Zoe Ben Amar, responsable commerciale dans l'événementiel pour qui les JO ne changent "pas grand-chose" à ses vacances habituelles.

Comme beaucoup, elle déplore le coût des billets. "Les Parisiens sont là pour payer des impôts, mais pas pour être associés à cet événement", critique la femme de 48 ans, convaincue que "tout le monde va partir".

Bonnet et manteau bleus, Catharina Wulf annonce avec un délicieux accent allemand qu'elle louera son logement à des personnes qu'elle connaît... Les JO? "Ça m'est égal", lâche cette Parisienne élégante, habitant le quartier depuis 25 ans.

Le scepticisme contamine même les plus jeunes. "Déjà, en prenant les transports tous les jours, c'est un peu galère, alors là...", dit Guillaume, 19 ans, étudiant en école de commerce.

Dans cet arrondissement de droite dirigé par Rachida Dati, opposante à la maire PS Anne Hidalgo, l'AFP n'a recueilli, sans surprise, quasiment que des avis hostiles.

Antoine Heslot, 32 ans, gérant de fonds d'investissement immobiliers, fait presque figure d'exception quand il dit qu'il passera "peut-être un week-end ici" pendant la quinzaine olympique.

Circulation «rouge écarlate»

Dans le VIIe aussi, logiquement, la tonalité est un peu meilleure chez les commerçants. "On s'attend à avoir plus de monde" qu'un été normal, quand Paris est une "zone de commerce morte", dit Benjamin Perronnet, caviste de 37 ans.

Mais la principale crainte reste la même: les restrictions de circulation.

Si les restaurants de renom "sont contents" car ils affichent complet, "on va livrer mais ce sera galère", résume Jean-Marie Boëdec, patron d'une boucherie-charcuterie qui redoute les zones "rouge écarlate" où le passage des voitures sera interdit, sauf dérogation.

Le périmètre de protection où la circulation des véhicules motorisés devra être motivée - la zone bleue - englobe la moitié de l'arrondissement, tandis que la zone rouge concerne les environs immédiats de la Tour Eiffel.

La présentation de justificatifs pour entrer dans ces dernières hérisse le poil des commerçants comme des habitants: "le QR code fait très peur, car ça rappelle un peu le confinement" du Covid-19, souligne Zoe Ben Amar.


Le plus grand squat de France évacué, des migrants déboussolés

Agrippés à leurs documents administratifs soigneusement mis sous pochette plastique, les migrants ont à peine quelques minutes pour expliquer leur situation, dans un français parfois approximatif ou un anglais balbutiant. (AFP)
Agrippés à leurs documents administratifs soigneusement mis sous pochette plastique, les migrants ont à peine quelques minutes pour expliquer leur situation, dans un français parfois approximatif ou un anglais balbutiant. (AFP)
Short Url
  • La plupart, demandeurs d'asile, sont fortement incités à rejoindre des «sas» --des structures d'accueil provisoires-- à Bordeaux (sud-ouest) et en Val de Loire (centre)
  • Depuis plusieurs mois, les associations dénoncent l'évacuation des squats de la région parisienne et campements de rue à un rythme plus soutenu

VITRY-SUR-SEINE: "Vous savez, en France, il n'y a pas que Paris. Bordeaux, c'est bien, il fait plus chaud qu'ici!": une employée de l'Office de l'immigration tente de convaincre un migrant évacué du plus grand squat de France, près de Paris, de partir dans le sud-ouest du pays. Sans grand succès.

Dans ce squat de Vitry-sur-Seine (sud de la capitale), une entreprise désaffectée occupée depuis presque trois ans, vivaient jusqu'à peu plusieurs centaines de migrants --jusqu'à 450--. Préparés depuis plusieurs jours par les associations à une évacuation imminente, les 300 personnes toujours présentes ont assisté mercredi, dans le calme, à l'arrivée des forces de l'ordre.

Des hommes seuls en majorité, des femmes et quelques enfants en bas-âge, en situation régulière en France pour beaucoup, sont sortis de cette ancienne entreprise de transport. En portant sacs et valise qui contiennent toutes leurs affaires d'une vie d'errance.

Dans le froid, visage fermé et inquiet, ils sont regroupés dans la cour. Derrière des tables, des personnels des préfectures et de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) les orientent et proposent des relogements provisoires.

Agrippés à leurs documents administratifs soigneusement mis sous pochette plastique, les migrants ont à peine quelques minutes pour expliquer leur situation, dans un français parfois approximatif ou un anglais balbutiant.

Sous la surveillance des forces de l'ordre, les files d'attente s'étirent devant ces bureaux à ciel ouvert. A l'exception de celui dédié aux départs en province.

La plupart, demandeurs d'asile, sont fortement incités à rejoindre des "sas" --des structures d'accueil provisoires-- à Bordeaux (sud-ouest) et en Val de Loire (centre). Les cars en partance pour ces destinations attendent devant les grilles mais peinent à se remplir.

«Je veux rester ici»

"Vous voulez aller en région? Il y a plus de place là-bas, c'est dynamique!", explique une employée de l'Ofii à un jeune migrant à l'air dubitatif qui comprend difficilement la proposition.

"Il n'y pas que Paris comme ville en France", insiste-t-elle. Peine perdue, son interlocuteur explique suivre une formation en Ile-de-France. Il est orienté vers la table voisine pour trouver une place dans un "sas" plus proche de Paris.

Abakar, lui aussi réfugié soudanais, 29 ans, était à Nantes (ouest). Il a rejoint la région parisienne pour suivre une formation en logistique. Le jeune homme dit avoir décroché une promesse d'embauche dans un supermarché: "Je veux rester ici, je ne peux pas toujours partir ailleurs".

Depuis plusieurs mois, les associations dénoncent l'évacuation des squats de la région parisienne et campements de rue à un rythme plus soutenu, selon eux, pour faire place nette avant les Jeux olympiques et ses milliers de touristes.

"Il y a des places dans des structures d'accueil près de Paris, mais, clairement, la volonté est de les éloigner de la capitale. Surtout avant les JO", assure Paul Alauzy, représentant de l'ONG Médecins du monde.

Merci Daniel, demandeuse d'asile soudanaise, a confié ses enfants à une association du Val-de-Marne, au sud-est de la capitale. A l'intérieur du squat, explique-t-elle, "il y avait trop de violence". Mais elle ne veut pas quitter l'Ile-de-France. "J'ai peur de ne pas les revoir". Elle est finalement orientée dans un hôtel à Boissy-Saint-Léger, en région parisienne, pour quelques jours.

Assise sur sa valise, Ishia, enceinte de cinq mois, semble perdue. Comme son mari, Gamaral, rencontré il y a quelques années lors d'un long parcours d'exil, elle a fui le Soudan. Ils sont arrivés en France il y a trois semaines.

Ishia est envoyée dans un hôpital. Gamaral, lui, ne "sait pas quoi espérer".


Pour la justice, la Seine-Saint-Denis ne peut être «l'Eldorado des blanchisseurs»

Palais de justice de Bobigny, au nord-est de Paris, le 15 janvier 2024. (AFP)
Palais de justice de Bobigny, au nord-est de Paris, le 15 janvier 2024. (AFP)
Short Url
  • Si les montants individuels ne sont pas forcément très élevés, les victimes peuvent se compter en centaines
  • En 2023, le tribunal de Bobigny a saisi pour environ 42 millions d'euros d'avoirs criminels, contre 39 millions d'euros l'année précédente

BOBIGNY: Dans une Seine-Saint-Denis confrontée à une importante criminalité organisée, la justice renforce ses capacités de lutte contre la délinquance financière, un travail d'enquête "très lent, très frustrant mais avec quelques succès", estime la juge d'instruction Claire Thépaut dans un entretien à l'AFP.

Vice-présidente du tribunal de Bobigny en charge des 16 juges d'instruction saisis des affaires les plus complexes, la magistrate de 52 ans supervise le renforcement de cette investigation spécialisée, dans une juridiction davantage rompue à la lutte contre les violences faites aux personnes ou les trafics en tous genres.

D'un premier passage à Bobigny au début des années 2000, Claire Thépaut avait gardé un sentiment d'inachevé. "J'étais partie avec une grande frustration de ne pas avoir instruit comme je l'aurais voulu les gros dossiers de blanchiment car j'étais complètement débordée par mes dossiers de meurtres, trafic de stupéfiants, extorsion et autres", raconte-t-elle, en recevant l'AFP dans son bureau.

Dans ce tribunal notoirement saturé, chaque juge d'instruction doit gérer plus d'une centaine de dossiers en simultané, avec une priorité donnée aux affaires tenues par des délais légaux en raison de personnes en détention provisoire.

Ce qui est plus rarement le cas dans les dossiers "éco-fi", qui s'empoussièrent souvent au bas de la pile.

Pour pallier cette carence, deux cabinets de juges d'instruction ont été créés à l'automne. Désormais, quatre juges travaillent sur les questions économiques et financières, dont deux à plein temps (contre trois juges partagés entre éco-fi et droit commun auparavant).

«Call-center de cocaïne»

"La Seine-Saint-Denis est considérée comme un endroit où l'on peut facilement créer des sociétés bidons et ouvrir des comptes sur lesquels on fait un peu ce qu'on veut pendant un peu trop longtemps à mon goût", décrit Claire Thépaut. "L'idée est d'éviter qu'elle ne soit vue comme l'Eldorado des blanchisseurs".

Dans son bureau défilent des dossiers d'"officines" de blanchiment d'espèces, dont le travail consiste à faire rentrer de manière masquée l'argent sale du travail dissimulé ou des divers trafics dans le système bancaire.

"Quand vous savez qu'un +call-center+ de cocaïne peut générer un chiffre d'affaires de 300 000 euros en espèces par mois, on se doute bien que ces espèces doivent être blanchies d'une manière ou d'une autre et qu'on ne peut pas tout dépenser en location de voitures ou en chambres d'hôtel", détaille la juge.

Les escroqueries en bande organisée (escroquerie à l'encart publicitaire fictif, escroquerie "à l'amour", etc.) sont également fréquentes. Si les montants individuels ne sont pas forcément très élevés, les victimes peuvent se compter en centaines.

Mais dans ce département parmi les plus pauvres et criminogènes de France métropolitaine, la circulation de l'argent sale constitue souvent un angle mort des services de police et de justice.

Travail de bénédictin 

"Une grande partie de nos effectifs de police travaille sur des affaires simples, des affaires de voie publique. Quand on veut faire des enquêtes au long cours, nous avons du mal à trouver des services susceptibles de le faire", déplore Claire Thépaut, signataire d'une récente tribune de 130 magistrats demandant plus de moyens humains et matériels face à la délinquance financière.

Être juge d'instruction sur les dossiers économiques et financiers relève parfois du travail de bénédictin: "on court après les banques pour avoir les documents, notamment à l'étranger, on est obligés d'auditionner de nombreuses personnes pour remonter toutes les sociétés écrans jusqu'aux bénéficiaires, c'est beaucoup plus compliqué".

"On est très lents, par manque de moyens, c'est souvent très frustrant mais on a quelques succès sur des dossiers avec d'énormes préjudices, d'énormes montants blanchis et de belles saisies", estime la magistrate, tenue au secret de l'instruction.

Une des priorités de sa nouvelle section est de "taper au porte-monnaie les délinquants". En 2023, le tribunal de Bobigny a saisi pour environ 42 millions d'euros d'avoirs criminels, contre 39 millions d'euros l'année précédente, selon des chiffres communiqués en début d'année par son procureur Eric Mathais.

Les chefs de juridiction espèrent instaurer à partir de 2025 une chambre correctionnelle spécialisée dans le jugement de dossiers de criminalité organisée et financière.


Cisjordanie: Paris «  condamne avec la plus grande fermeté les actes de violences  »

Deux Palestiniens ont été tués par balles lundi dans le nord de la Cisjordanie occupée après des heurts avec des colons israéliens, a indiqué lundi le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne. (AFP).
Deux Palestiniens ont été tués par balles lundi dans le nord de la Cisjordanie occupée après des heurts avec des colons israéliens, a indiqué lundi le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne. (AFP).
Short Url
  • La mort ce week-end d'un adolescent israélien assassiné dans des circonstances inconnues en Cisjordanie occupée a provoqué d'importantes représailles de colons qui ont attaqué des villages
  • La France "condamne le meurtre" de l'adolescent israélien ce week-end "qui ne saurait en aucune manière justifier ces violences", selon le communiqué du ministère

PARIS: La France "condamne avec la plus grande fermeté les actes de violence commis par des colons contre des civils palestiniens en Cisjordanie", et appelle les autorités israéliennes "à traduire sans délai les auteurs de ces violences en justice", indique mardi soir un communiqué du ministère français des Affaires étrangères.

La mort ce week-end d'un adolescent israélien assassiné dans des circonstances inconnues en Cisjordanie occupée a provoqué d'importantes représailles de colons qui ont attaqué des villages, incendié des maisons et des voitures palestiniennes au cours du week-end, tuant au moins deux personnes. En outre, deux Palestiniens ont été tués par balles lundi dans le nord de la Cisjordanie occupée après des heurts avec des colons israéliens, a indiqué lundi le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne.

La France "condamne le meurtre" de l'adolescent israélien ce week-end "qui ne saurait en aucune manière justifier ces violences", selon le communiqué du ministère.