Ce que le verdict de la CIJ sur le «génocide de Gaza» signifie pour la Palestine, Israël et l'Afrique du Sud

Un char israélien garde une position alors que les Palestiniens fuient Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, dans le cadre des batailles entre Israël et le Hamas. (AFP)
Un char israélien garde une position alors que les Palestiniens fuient Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, dans le cadre des batailles entre Israël et le Hamas. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 27 janvier 2024

Ce que le verdict de la CIJ sur le «génocide de Gaza» signifie pour la Palestine, Israël et l'Afrique du Sud

  • Les Palestiniens ont qualifié cette décision de «moment charnière» dans le cheminement vers la justice, tandis qu'Israël l'a qualifiée de «scandaleuse»
  • Toutefois, les experts se demandent pourquoi la CIJ n'a pas appelé à un cessez-le-feu à Gaza, alors qu'elle l'a fait dans les cas de l'Ukraine et du Myanmar

LONDRES: Sans exiger l'arrêt immédiat de l’opération militaire israélienne à Gaza, la plus haute juridiction de l'ONU a confirmé la validité de l'affirmation de l'Afrique du Sud selon laquelle l'enclave palestinienne assiégée pourrait être au cœur d'un génocide.

Par une majorité de 15 contre 2, un panel de juges de la Cour internationale de justice a confirmé vendredi sa compétence pour entendre l'affaire de l'Afrique du Sud dans son intégralité, refusant la demande d'Israël de rejeter l'affaire.

Bien qu'il ne s'agisse que d'un verdict provisoire, l'affaire devant durer plusieurs années, les ramifications immédiates de la décision provisoire de la CIJ se font déjà sentir, les hommes politiques palestiniens célébrant la décision comme un moment charnière dans le long voyage vers la justice et l’imputabilité.

1
Des partisans pro-palestiniens rassemblés devant l'ambassade de Palestine à Pretoria, le 26 janvier 2024, se réjouissent après avoir vu la Cour internationale de justice rendre sa décision dans l'affaire contre Israël intentée par l'Afrique du Sud à La Haye. (Photo, AFP)

«L'affaire engagée par l'Afrique du Sud a permis de détailler les actions d'Israël et son intention de commettre un génocide à Gaza», a déclaré Husam Zomlot, l'ambassadeur palestinien au Royaume-Uni, dans un communiqué.

«La Cour a rendu son verdict: Israël doit cesser de tuer des Palestiniens, mettre fin à l'incitation au génocide et permettre l'acheminement de l'aide humanitaire dont a désespérément besoin une population déplacée, affamée et soumise à un siège et à des bombardements», a-t-il signalé.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux peu après la décision, Riyad al-Maliki, le ministre palestinien des Affaires étrangères, a déclaré que cette décision était un «rappel important qu'aucun État n'est au-dessus de la loi».

La présidente du tribunal, la juge Joan Donoghue, a prononcé le verdict en disant: «La Cour est consciente de la tragédie humaine qui frappe la région. Le sort des enfants est particulièrement déchirant. Toute une génération d'enfants de Gaza est traumatisée. Leur avenir est menacé.»

Le tribunal a également ordonné au groupe militant palestinien Hamas de relâcher les 140 otages restants qui avaient été capturés lors de l'attentat du 7 octobre, au cours duquel 1 200 personnes ont été tuées.

1
Des personnes se rassemblent à la Bertha House au Cap, le 26 janvier 2024, pour assister à la décision de la Cour mondiale dans l'affaire intentée contre Israël par l'Afrique du Sud à La Haye. (Photo, AFP)

Benjamin Netanyahou, le Premier ministre israélien, a qualifié la décision de la CIJ de «honte qui ne sera pas effacée pendant des générations».

Sur la plateforme de médias sociaux X, Netanyahou a déclaré: «L'engagement d'Israël envers le droit international est inébranlable. Notre engagement sacré à défendre notre pays et notre peuple est tout aussi inébranlable.»

«Comme tout pays, Israël a le droit inhérent de se défendre. La tentative ignoble de nier ce droit est une discrimination flagrante à l'encontre de l'État juif, et elle a été rejetée à juste titre. L'accusation de génocide n'est pas seulement fausse, elle est scandaleuse. Les personnes décentes du monde entier devraient la rejeter», a-t-il indiqué.

«Notre guerre est contre les terroristes du Hamas, pas contre les civils palestiniens. Nous continuerons à faciliter l'aide humanitaire et à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que les civils ne soient pas mis en danger», a-t-il éclairci.

Néanmoins, la décision oblige Israël à changer sa conduite à Gaza, la CIJ imposant six mesures provisoires, notamment la prévention des actes qui pourraient être considérés comme génocidaires et la punition des commentaires qui semblent inciter au génocide.

Pour la population civile de Gaza, la question la plus immédiate est de savoir si Israël respectera la demande de la Cour de veiller à ce qu'une aide humanitaire suffisante soit autorisée à entrer dans l'enclave assiégée afin d'éviter la famine.

Selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas, quelque 26 000 personnes ont été tuées à Gaza depuis le début de l'opération militaire israélienne en octobre, et la majeure partie de la population de l'enclave a été déplacée par les combats.

Bien que cette décision soit importante, l'équipe juridique de l'Afrique du Sud n'a pas obtenu toutes les mesures provisoires qu'elle espérait.

S'exprimant après la décision, Naledi Pandor, ministre sud-africain des Affaires étrangères, a déclaré qu'en l'absence du cessez-le-feu, les ordres de la Cour «ne fonctionnent pas», ajoutant qu'il appartiendrait aux «puissants amis» d'Israël de l'inciter à se conformer à la décision de la Cour.

1
La ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Naledi Pandor, s'adresse aux journalistes après la session de la Cour mondiale à La Haye (Pays-Bas), le 26 janvier 2024. (Photo, AP)

Bien qu'elle ait souhaité que le mot «cessation» soit inclus dans le verdict, Pandor s'est déclarée «satisfaite des instructions données». Le gouvernement de Pretoria a également qualifié cette décision d’«historique».

D'autres personnes qui ont parlé à Arab News ont partagé la consternation de Pandor quant au fait que la Cour n’ait pas répété son ordonnance provisoire du 16 mars 2022, obligeant la Russie à «suspendre immédiatement les opérations militaires» en Ukraine en attendant une décision finale.

Hassan Ben Imran, membre du conseil d'administration de Law for Palestine, l’organisme sans but lucratif basé à Manchester en Angleterre, a déclaré à Arab News qu'il était «déçu» par la formulation.

«Oui, moralement, les juges doivent se demander pourquoi ils n'ont pas énoncé clairement le mot ‘cessez-le-feu’ comme ils l'ont fait en Ukraine et au Myanmar. Cependant, l'ordonnance de mesures provisoires a été un énorme succès stratégique pour les victimes à long terme», a-t-il précisé.

«Ainsi, bien que la Cour n'ait pas utilisé le mot ‘cessez-le-feu’, l'ensemble de la décision signifie clairement que la mise en œuvre nécessite un cessez-le-feu», a-t-il spécifié.

De même, Juliette McIntyre, experte en droit international de l'Université d'Australie du Sud, a estimé que la décision de la Cour rendrait «beaucoup plus difficile pour d'autres États de continuer à soutenir Israël face à une tierce partie neutre estimant qu'il y a un risque de génocide».

Cette situation, a ajouté McIntyre, pourrait conduire les États à retirer «leur soutien militaire ou autre à Israël afin d'éviter cette situation», les États-Unis étant censés suivre de près l'évolution de la situation.

Dans toute l'Europe, des pressions ont commencé à s'exercer sur les gouvernements pour qu'ils donnent suite à la décision, le parti national écossais avertissant que le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, «ne peut plus rester silencieux face aux atrocités commises à Gaza».

De même, l'organisation Human Rights Watch, basée à New York, a déclaré que la décision de la CIJ avait mis «Israël et ses alliés en garde», les appelant à «respecter leur engagement déclaré à l'égard du droit international».

«Les gouvernements doivent de toute urgence user de leur influence pour garantir l'application de l'ordonnance», a déclaré Balkees Jarrah, directrice adjointe du Programme Justice internationale à HRW, dans un communiqué publié à la suite de la décision.

«L'ampleur et la gravité des souffrances des civils à Gaza, causées par les crimes de guerre israéliens, n'exigent rien de moins», a-t-elle insisté.

Pandor a souligné que le succès du verdict dépendait des puissances internationales, déclarant aux journalistes qu'elle n'avait «jamais vraiment espéré qu'Israël» se conforme aux ordres de la Cour.

Julia Roknifard, professeure adjointe à l'école de politique, d'histoire et de relations internationales de l'université de Nottingham, a déclaré à Arab News que, même si l'on était en partie déçu que la CIJ n'ait pas exigé un cessez-le-feu comme elle l'avait fait avec la Russie, la décision avait du poids.

«Israël est censé autoriser l'entrée de l'aide et fournir un rapport à ce sujet dans un mois», a-t-elle indiqué. «Mais même si Tel-Aviv s'exécute et que toute l'aide nécessaire est acheminée, alors que l'opération se poursuit, cela n'empêchera pas la dévastation, et surtout l'augmentation du nombre de morts.»

«Pour l'instant et sans surprise, les responsables israéliens font preuve de mépris à l'égard de la décision et de l'ensemble de la procédure», a-t-elle ajouté.

En effet, Itamar Ben-Gvir, ministre israélien de la Sécurité nationale, a réagi au verdict sur X par une boutade: «La Haye, enfant capricieux».

1
Le ministre israélien de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir. (Photo, AFP)

Contrairement à Ben-Gvir, les forces de défense israéliennes pourraient prendre le verdict de la Cour plus au sérieux, puisqu'elles auraient déjà modifié leurs tactiques pour se conformer à la décision de la CIJ.

Bien qu'Arab News n'ait pas été en mesure de vérifier ces changements, des sources ont fait état, ces dernières semaines, d'un fossé grandissant entre les dirigeants militaires et politiques d'Israël sur la manière dont la guerre est menée.

Pour l'instant, cependant, le gouvernement israélien semble résolument opposé à cette décision. Yoav Gallant, le ministre israélien de la Défense, a déclaré qu'Israël n'avait pas besoin de «leçons de morale pour faire la distinction entre terroristes et civils».

Il a ajouté que les forces de défense israéliennes «poursuivront leurs opérations pour démanteler les capacités militaires et administratives de l'organisation terroriste du Hamas et pour ramener les otages dans leurs foyers».

1
Des chars de l'armée israélienne roulent dans le sud d'Israël, le long de la frontière avec la bande de Gaza, le 24 janvier 2024, au sein des combats entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo, AFP)

Pour Yossi Mekelberg, chercheur associé du programme MENA à la Chatham House de Londres, l'affaire a montré les limites des voies légales pour obtenir justice pour les Palestiniens − ce qui, selon lui, est en fin de compte un processus politique.

«Je craignais depuis le début que cette affaire ne détourne l'attention de l'objectif principal, qui est d'instaurer un cessez-le-feu humanitaire immédiat», a révélé Mekelberg à Arab News.

«L'accent aurait dû être mis, au moins à ce stade, sur l'aspect politique et non sur l'aspect juridique. La priorité est d'abord de faire cesser les souffrances, puis de s'occuper des aspects juridiques. Je ne suis pas opposé à l'application du droit international et à l'obligation de rendre des comptes; c'est une question d'ordre», a-t-il soutenu.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La réunion de Riyad se concentre sur les questions de la charia moderne

Des universitaires et des chercheurs de pays islamiques et de minorités musulmanes participent à la séance, qui se déroule du 20 au 22 avril. (SPA)
Des universitaires et des chercheurs de pays islamiques et de minorités musulmanes participent à la séance, qui se déroule du 20 au 22 avril. (SPA)
Short Url
  • Les dirigeants des pays islamiques se réunissent pour discuter de la jurisprudence et des défis auxquels le monde islamique est confronté
  • M. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa, secrétaire général de la Ligue mondiale musulmane, a déclaré dans son discours que la session passerait en revue les questions de la charia,

Riyad : Le grand mufti d’Arabie saoudite, le cheikh Abdulaziz Al-Asheikh, et des érudits du monde islamique sont à Riyad pour la 23e session du Conseil islamique Fiqh pour discuter des défis de la jurisprudence contemporaine.

Des universitaires et des chercheurs de pays islamiques et de minorités musulmanes participent à la session, qui se déroule du 20 au 22 avril.

Le Conseil islamique Fiqh a pour objectif de clarifier les décisions de la charia pour les musulmans sur un éventail de questions, de montrer l’adaptabilité de la jurisprudence islamique et de promouvoir son patrimoine. Le conseil cherche également à expliquer sa terminologie dans un langage contemporain.

Al-Asheikh a souligné que la jurisprudence islamique, avec ses principes généraux, ses règles complètes, son éventail de branches jurisprudentielles, ses fatwas et ses recherches diverses sur divers sujets, offre une flexibilité et des perspectives larges aux chercheurs contemporains.

Il a également remercié le roi Salman et le prince héritier Mohammed ben Salmane pour leurs efforts au service des deux mosquées saintes et de leurs visiteurs, ainsi que pour le soutien apporté aux érudits.

M. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa, secrétaire général de la Ligue mondiale musulmane, a déclaré dans son discours que la session passerait en revue les questions de la charia, sur la base d’enquêtes approfondies menées par des chercheurs éminents.

Hissein Brahim Taha, secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique, a déclaré que la session se déroulait pendant une période critique pour le monde islamique, remplie de défis intellectuels et politiques importants.

Dr. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa (C), secretary-general of the Muslim World League, said in his speech that the session would review Shariah issues, based on in-depth academic research surveys conducted by distinguished scholars. (SPA)
Dr. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa (C), secretary-general of the Muslim World League, said in his speech that the session would review Shariah issues, based on in-depth academic research surveys conducted by distinguished scholars. (SPA)

Le président de l’Académie islamique internationale Fiqh, le Dr. Saleh bin Abdullah bin Humaid, a mentionné que les sujets discutés par les comités et les conseils de l’académie englobent la charia, la famille, les politiques médicales, économiques, financières et intellectuelles, tout ce qui intéresse la nation islamique.

Le secrétaire général de l’académie, M. Koutoub Moustapha Sano, a déclaré : « Nous sommes tous tenus de travailler pour unifier les décisions dans les pays islamiques dans toutes les questions de la vie, conformément aux dispositions de la charia islamique. C’est la seule façon d’accomplir l’unité islamique parmi les peuples islamiques. »

La session comprendra plusieurs sessions scientifiques consacrées aux questions et défis jurisprudentiels contemporains.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 

 


Des experts discuteront des avancées du Web3, de l’IA et de la croissance de l’écosystème des jeux en Arabie saoudite

Le sommet vise à présenter les progrès réalisés dans le Web3 et le développement de l’écosystème du jeu en Arabie saoudite. (@NFTLAlive)
Le sommet vise à présenter les progrès réalisés dans le Web3 et le développement de l’écosystème du jeu en Arabie saoudite. (@NFTLAlive)
Short Url
  • Le sommet, en partenariat avec Animoca Brands et King Abdulaziz City for Science and Technology, vise à présenter les progrès du Web3 et du développement de l’écosystème de jeu en Arabie saoudite.
  • Mohammed Hadhrawi, directeur général du Gaming and Immersive Technologies Institute de KACST, a déclaré : « Nos efforts sont alignés sur la vision et les stratégies nationales, visant à favoriser un écosystème novateur qui favorise la créativité

RIYADH : Outer Edge Riyadh, le forum d’innovation Web3, réunira mardi au Garage de la capitale saoudienne certains des plus grands noms de la blockchain, de l’intelligence artificielle et des écosystèmes de jeux du monde entier.

Le sommet, en partenariat avec Animoca Brands et King Abdulaziz City for Science and Technology, vise à présenter les progrès du Web3 et du développement de l’écosystème de jeu en Arabie saoudite.

La société Outer Edge, basée à Los Angeles, est réputée pour organiser des événements qui offrent des opportunités de réseautage inestimables pour les fondateurs, les constructeurs et les investisseurs en capital-risque dans les technologies émergentes.

Mohammed Hadhrawi, directeur général du Gaming and Immersive Technologies Institute de KACST, a déclaré : « Nous nous engageons à faire progresser les frontières de la recherche et développement dans les jeux et les technologies immersives.

« Nos efforts sont alignés sur la vision et les stratégies nationales, visant à favoriser un écosystème novateur qui favorise la créativité, l’avancement technologique et la diversification économique.

« En menant des projets qui tirent parti du Web3, de l’IA et des expériences immersives, nous visons à avoir un impact sur le paysage technologique mondial et à doter notre pays des compétences et des opportunités nécessaires pour exceller dans ces domaines.

« Notre engagement est d’obtenir des résultats tangibles qui contribuent à la position du Royaume en tant que leader dans les économies futures - un domaine prioritaire pour le Royaume - assurant un avenir durable et prospère pour tous. »

Joshua Kriger, cofondateur de Outer Edge et co-animateur des podcasts « Edge of NFT » et « Edge of AI », a déclaré que lors du lancement de Outer Edge à Los Angeles, l’intention était toujours de catalyser l’innovation à l’échelle mondiale.

« Nous sommes ravis d’apporter le concept de co-création, de connexion et de communauté en Arabie saoudite et d’unir les leaders régionaux et mondiaux du Web3, de l’IA et du gaming. Notre format unique favorise les possibilités de collaboration à long terme à l’intersection de la culture, du divertissement et de la technologie. »

Yat Siu, cofondateur et président exécutif d’Animoca Brands, a déclaré : « Grâce à notre partenariat avec Outer Edge Riyadh, nous sommes honorés de soutenir les progrès de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) vers l’exploitation complète de la puissance de Web3 et de la blockchain.

« Les dirigeants mondiaux d’Outer Edge Riyadh se réuniront pour participer à des discussions animées, forger des partenariats précieux, créer de nouvelles opportunités et se mobiliser sur divers sujets allant de la révolution des villes intelligentes à la redéfinition de la finance et du divertissement. »

Les sujets abordés au sommet comprendront les villes intelligentes, les jeux, l’e-sport, l’art, la culture et plus encore. Pour plus d’informations sur le Sommet de l’innovation Outer Edge à Riyad, visitez https://www.outeredge.live/en-us/riyadh

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Le projet saoudien Masam a déminé 857 mines Houthi au Yémen

Au total, 437 616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018. (Fournie)
Au total, 437 616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018. (Fournie)
Short Url

RIYAD : Le projet Masam de l’Arabie saoudite a déminé 857 mines au Yémen — qui avaient été plantées par les milices Houthis — entre le 13 et le 19 avril, selon un rapport récent.

Supervisées par l’agence d’aide KSrelief du Royaume, les équipes spéciales du projet ont détruit 782 munitions non explosées et 75 mines antichars.

Les explosifs, qui ont été placés sans discrimination par les Houthis à travers le Yémen, représentaient une menace pour les civils, y compris les enfants, les femmes et les personnes âgées.

Le projet Masam est l’une des nombreuses initiatives entreprises par l’Arabie saoudite à la demande du roi Salmane, qui a dégagé des routes pour l’aide humanitaire afin d’atteindre les citoyens du pays.

Les opérations de déminage ont eu lieu à Marib, Aden, Jouf, Shabwa, Taiz, Hodeidah, Lahij, Sanaa, Al-Bayda, Al-Dhale et Saada.

Au total, 437616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018, selon Ousama Al-Gosaibi, directeur général du projet.

Il s’agit notamment de 279002 articles de munitions non explosées, de 144 101 mines antichars, de 8 018 engins explosifs improvisés et de 6 495 mines antipersonnel.

L’initiative forme des ingénieurs démineurs locaux et leur fournit des équipements modernes. Elle offre également un soutien aux Yéménites blessés par les dispositifs.

Environ 5 millions de personnes ont été forcées de fuir leur foyer depuis le début du conflit au Yémen, dont beaucoup ont été déplacées par la présence de mines terrestres.

Les équipes de Masam sont chargées de nettoyer les villages, les routes et les écoles pour faciliter la circulation sécuritaire des civils et la livraison de l’aide humanitaire.

Le contrat du projet a été prolongé d’un an en juin 2023 pour un coût de 33,29 millions de dollars.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com