Le remaniement attendu, Bayrou et Oudéa-Castéra au cœur de l'équation

Le chef du parti centriste MoDem français François Bayrou quitte le tribunal judiciaire de Paris, district nord de Paris, le 5 février 2024 (Photo, AFP).
Le chef du parti centriste MoDem français François Bayrou quitte le tribunal judiciaire de Paris, district nord de Paris, le 5 février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 07 février 2024

Le remaniement attendu, Bayrou et Oudéa-Castéra au cœur de l'équation

  • Le Premier ministre s'est entretenu du casting à la mi-journée mardi avec Emmanuel Macron, dans l'espoir de trouver la bonne formule
  • Gabriel Attal semble en tout cas vouloir dissiper l'idée qu'il ferait obstacle à un tel retour tonitruant du dirigeant centriste

PARIS: Une équation à plusieurs inconnues et des invités surprises : la composition de la deuxième moitié du gouvernement, qui devrait être annoncée "plutôt" mercredi, pourrait s'avérer plus spectaculaire que prévu, avec l'entrée potentielle de François Bayrou et le possible départ d'Amélie Oudéa-Castéra, au coeur d'une série de polémiques à l'Education nationale.

Le Premier ministre Gabriel Attal s'est entretenu du casting à la mi-journée mardi avec le chef de l'Etat, dans l'espoir de trouver la bonne formule, mais différentes sources ont laissé entendre que les noms ne seraient probablement dévoilés que mercredi.

La rencontre de midi "n'a pas été conclusive", a reconnu un conseiller de l'Elysée.

"Ce sera plutôt demain (mercredi, ndlr) et plutôt après le Conseil des ministres", a indiqué, par ailleurs, l'entourage d'Emmanuel Macron, à propos de l'annonce des noms de la quinzaine de ministres délégués et secrétaires d'Etat appelés à rejoindre les 14 ministres en fonction depuis déjà un mois.

Malgré ces intenses tractations, le chef de l'Etat s'est rendu dans l'après-midi dans le Doubs, où il a été vu dans un bar-tabac au cœur du village de Roulans, selon le journal L'Est Républicain. L'Elysée a précisé que le déplacement visait à "échanger avec différents agriculteurs sur une exploitation (...) en petit comité".

La relaxe, lundi, de François Bayrou dans l'affaire des assistants parlementaires européens s'est subitement invitée dans la composition de l'équipe. Il a, dans la foulée, été longuement reçu par M. Macron, selon une source du camp présidentiel.

Résultat de cette entrevue, d'après deux influents conseillers de l'exécutif: le leader centriste âgé de 72 ans fait désormais bien "partie de l'équation" gouvernementale.

Mardi, c'est avec Gabriel Attal qu'il s'est entretenu, selon des sources proches du président du MoDem.

"Il y a beaucoup de manières de servir, je n'en ai éliminé aucune et choisi aucune", a martelé sur BFMTV-RMC le  leader centriste, éphémère ministre de la Justice juste après l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Elysée en 2017.

Il avait déjà été ministre de l'Education nationale de 1993-1997 sous les gouvernements Balladur et Juppé.

«Poids lourds»

Si son nom circule beaucoup depuis lundi pour remplacer Amélie Oudéa-Castéra, la surprise à ce poste pourrait venir d'ailleurs, selon une source proche de l'exécutif, qui voit une autre personnalité émerger à l'Education nationale.

Amélie Oudéa-Castéra est dans la tourmente depuis ses propos sur ses enfants scolarisés dans le très conservateur établissement privé catholique Stanislas dans le VIe arrondissement de Paris et, de plus en plus, son sort semble scellé.

La ministre, qui était auditionnée mardi après-midi à l'Assemblée nationale, a été chahutée lors de la séance des questions au gouvernement, certains députés criant le nom de "François Bayrou". "C'est vous qui refusez de démissionner, qui insultez les enseignants", lui a lancé le socialiste Arthur Delaporte.

Amélie Oudéa-Castéra, qui affrontait mardi une nouvelle grève des enseignants, n'a "plus la confiance de la profession", juge Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes-FSU, principal syndicat du second degré. La syndicaliste réclame "un ou une ministre de plein exercice" alors que Mme Oudéa-Castéra a gardé la responsabilité des Sports et des Jeux olympiques.

"La maison brûle, si on a besoin de quelqu'un pour pacifier les relations entre le monde de l'Education nationale et le pouvoir politique, François Bayrou a des titres à faire valoir", a estimé de son côté le député MoDem Jean-Louis Bourlanges.

Gabriel Attal semble en tout cas vouloir dissiper l'idée qu'il ferait obstacle à un retour tonitruant du dirigeant centriste, qui n'avait pas accueilli avec ferveur sa nomination à Matignon. "J'ai tout intérêt à avoir des poids lourds dans l'équipe", a plaidé le chef du gouvernement auprès du quotidien Le Monde.

Mais in fine, "personne ou alors très peu de monde sait ce qu'il se trame réellement entre le président (Emmanuel Macron) et François Bayrou", relève un cadre du camp présidentiel.

D'autant que son arrivée aurait une influence sur d'autres équilibres à respecter, comme la place de son parti et d'Horizons, celui de l'ex-Premier ministre Edouard Philippe, ou la parité hommes-femmes.

Selon le chef de file des députés Renaissance, Sylvain Maillard, la volonté de M. Macron et de M. Attal d'avoir un gouvernement resserré de 30 membres maximum complique aussi la donne.

"Ils ont du mal avec les périmètres", explique-t-il, car certains secteurs veulent "des ministres pour les représenter", comme les associations de défense de l'enfance.

D'autres enjeux politiques seront à surveiller comme la place de l'aile gauche de la macronie, ou le débauchage de nouvelles recrues à droite, notamment chez les sénateurs, après celui de Rachida Dati à la Culture.


Nouvelle-Calédonie: nouvelles violences après le transfert en métropole de figures indépendantistes

Les forces de police françaises participent à une opération visant à supprimer un barrage routier de fortune installé par des indépendantistes dans le quartier de la Vallée du Tir à Nouméa, sur le territoire français du Pacifique de Nouvelle-Calédonie, le 24 juin 2024 (Photo, AFP).
Les forces de police françaises participent à une opération visant à supprimer un barrage routier de fortune installé par des indépendantistes dans le quartier de la Vallée du Tir à Nouméa, sur le territoire français du Pacifique de Nouvelle-Calédonie, le 24 juin 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • A Dumbéa, au nord de l'agglomération de Nouméa, les locaux de la police municipale et un garage ont été incendiés
  • Quatre véhicules blindés de la gendarmerie sont intervenus

 

NOUMÉA: Les violences ont repris dans la nuit de dimanche à lundi en Nouvelle-Calédonie après la mise en examen et l'incarcération en métropole de plusieurs militants indépendantistes, leur organisation exigeant leur "libération" et leur "retour immédiat".

"La nuit a été agitée et marquée par des troubles sur l'ensemble de la Grande-Terre (l'île principale, ndlr), sur l'île des Pins et Maré, nécessitant l'intervention de nombreux renforts", a rapporté le Haut-commissariat.

A Dumbéa, au nord de l'agglomération de Nouméa, les locaux de la police municipale et un garage ont été incendiés, a ajouté dans un communiqué le représentant de l'Etat dans le territoire français du Pacifique Sud.

Quatre véhicules blindés de la gendarmerie sont intervenus, a constaté un journaliste de l'AFP, tandis que des militants cagoulés en position derrière des barricades de fortune lançaient des projectiles vers les forces de l'ordre en les invectivant.

Un homme de 23 ans en état "de détresse respiratoire" est décédé dans la nuit après s'être rendu sur des barrages à Nouméa, a annoncé le procureur de la République de Nouméa, Yves Dupas.

Le parquet a ouvert une enquête, a ajouté le magistrat, précisant que la victime avait assuré à ses parents qu'il n'avait pas été "blessé par la police".

Un automobiliste "contraint de faire demi-tour en raison d'un barrage édifié par des militants indépendantistes", selon les pompiers, est par ailleurs décédé dimanche soir d'un choc frontal avec un autre véhicule à Païta, dans l'agglomération de Nouméa.

«Tactiques coloniales»

Ce regain de tension intervient après le transfert en métropole, dans la nuit de samedi à dimanche, de plusieurs figures indépendantistes calédoniennes dont Christian Tein, le porte-parole de la Cellule de coordination des actions de terrain (CCAT).

Les autorités accusent la CCAT d'avoir fomenté les émeutes survenues à partir du 13 mai après le vote d'un projet de loi constitutionnelle réformant le corps électoral pour le scrutin provincial prévu fin 2024.

Ce mouvement a réfuté cette mise en cause.

Le camp indépendantiste refuse cette réforme, qu'il accuse de réduire le poids politique des Kanak.

Ces violence, les plus graves survenues dans l'archipel depuis les années 1980, ont fait 9 morts et des dégâts matériels considérables (incendies, destructions, pillages...), selon le dernier bilan des autorités.

Lundi, la CCAT a exigé "la libération et le retour immédiat" de ses militants pour qu'ils soient "jugés sur leur terre" et dénoncé les "tactiques coloniales" de la France.

Interpellés lors d'un vaste coup de filet mercredi, ses onze militants ont été mis en examen notamment pour complicité de tentative de meurtre, vol en bande organisée avec arme, destruction en bande organisée du bien d'autrui par un moyen dangereux.

Neuf d'entre eux ont fait l'objet d'en placement en détention provisoire, Christian Tein devant par exemple être incarcéré à Mulhouse (Haut-Rhin).

Parmi ces neuf-là, deux ont sollicité un débat différé devant le juge, prévu mardi, dont Joël Tjibaou, l'un des fils du chef indépendantiste Jean-Marie Tjibaou assassiné en 1989.

Réactivation du pont aérien 

"L'éloignement de responsables indépendantistes kanak de la CCAT à plus de 17.000 km de chez eux dans le cadre de leur placement en détention provisoire porte une atteinte grave à leur droit à une vie privée et familiale", a dénoncé dans un communiqué la Ligue des droits de l'Homme (LDH).

Dans la nuit de dimanche à lundi, des affrontements ont aussi opposé forces de l'ordre et  indépendantistes à Bourail, à 200 km au nord de Nouméa, faisant un blessé, selon les autorités.

Le Haut-commissariat a également fait état "d'exactions, destructions et tentatives d'incendies (...) à plusieurs endroits sur Païta", dans l'agglomération de Nouméa.

Au total, 1.493 personnes ont été interpellées depuis le début des troubles, dont 38 lundi.

La route qui mène à l'aéroport était bloquée lundi en début d'après-midi en raison d'une opération de déblaiement par les forces de l'ordre, selon des journalistes de l'AFP.

Le pont aérien entre l'aérodrome de Magenta, situé dans le quartier du même nom à Nouméa, et l'aéroport international de La Tontouta, qui devait être levé totalement lundi, a été réactivé, a annoncé la chambre de commerce et d'industrie (CCI), gestionnaire de l'infrastructure.

Lundi matin, de nombreuses écoles étaient par ailleurs fermées en raison du regain de violences et la voie express menant à l'hôpital bloquée.

 


Le RN veut interdire des «emplois sensibles» aux binationaux

French far-right Rassemblement National (RN) party President Jordan Bardella  (Photo, AFP).
French far-right Rassemblement National (RN) party President Jordan Bardella (Photo, AFP).
Short Url
  • La mesure d'interdiction portera sur «des emplois extrêmement sensibles, par exemple des gens qui soient binationaux russes pour occuper des postes de direction stratégique dans La Défense»
  • Aujourd'hui, un certain nombre d'emplois publics sont fermés aux ressortissants étrangers

PARIS: Le Rassemblement national souhaite "empêcher" les personnes avec une double nationalité d'occuper "des emplois extrêmement sensibles" dont la liste sera définie "par décret", a annoncé lundi le député Sébastien Chenu.

La mesure d'interdiction portera sur "des emplois extrêmement sensibles, par exemple des gens qui soient binationaux russes pour occuper des postes de direction stratégique dans la défense", a expliqué le député sur TF1, sans donner davantage de détails sur le type d'emplois concernés.

Cette mesure passera par "une loi organique et un décret pour empêcher les ingérences" car il s'agit de "se protéger", dans les "secteurs sensibles", a encore insisté Sébastien Chenu.

Moins facile d’être français 

"Nous, ce que nous jugeons, c'est la nationalité: vous êtes français ou vous n'êtes pas français. Lorsque vous êtes français, vous avez les mêmes droits que n'importe quel Français, y compris lorsque vous avez été français par naturalisation dans le passé", a-t-il ajouté, rappelant qu'en cas de victoire du parti d"extrême droite aux législatives anticipées, "il sera probablement moins facile d'être français".

Il a en outre répété que pour le reste, les personnes ayant la double nationalité disposeraient des mêmes droits que les autres, contrairement à ce que proposait le RN en 2022. "Quand vous êtes franco-ceci ou franco-cela, vous êtes Français et vous avez évidemment les mêmes droits que n'importe quel Français", a-t-il précisé.

Aujourd'hui, un certain nombre d'emplois publics sont fermés aux ressortissants étrangers, à l'exception notable des médecins hospitaliers et des enseignants-chercheurs.


Législatives : le vestiaire politique décrypté par des experts

Le président du Mouvement démocrate (MoDem) et maire de Pau François Bayrou (au centre), entouré du ministre français des Affaires étrangères et européennes Stéphane Sejourne (à droite) et de la ministre française de la Culture Rachida Dati (à droite), assiste au dernier meeting de campagne du groupe français Renouveau (Renaissance), Valérie Hayer, candidate principale du parti Modem et Horizons aux élections européennes, à Aubervilliers, dans la banlieue nord-est de Paris, le 1er juin 2024, avant les prochaines élections européennes. (Photo Stephane De Sakutin AFP)
Le président du Mouvement démocrate (MoDem) et maire de Pau François Bayrou (au centre), entouré du ministre français des Affaires étrangères et européennes Stéphane Sejourne (à droite) et de la ministre française de la Culture Rachida Dati (à droite), assiste au dernier meeting de campagne du groupe français Renouveau (Renaissance), Valérie Hayer, candidate principale du parti Modem et Horizons aux élections européennes, à Aubervilliers, dans la banlieue nord-est de Paris, le 1er juin 2024, avant les prochaines élections européennes. (Photo Stephane De Sakutin AFP)
Short Url
  • L'homme politique français a son uniforme, le costume bleu marine, cintré et généralement un peu étroit, accompagné d'une chemise blanche et d'une cravate fine
  • Les femmes politiques, de droite comme de gauche, ont d'ailleurs aussi progressivement abandonné les tenues de créateurs, malgré le goût de certaines pour la mode et la couture

PARIS : Des basiques, quelques audaces mais surtout une convergence des styles quelles que soient les tendances: retour sur les évolutions du vestiaire politique en France, décrypté par des experts pour l'AFP.

-Uniforme -

L'homme politique français a son uniforme, le costume bleu marine, cintré et généralement un peu étroit, accompagné d'une chemise blanche et d'une cravate fine. Une panoplie qui commence à s'imposer sous Nicolas Sarkozy, signant la fin du complet de flanelle grise.

«Ce costume bleu marine envoie la respectabilité, l'autorité et surtout la non-ostentation. On ne peut pas lui donner de prix, l'accuser d'élégance exacerbée», analyse le journaliste spécialiste de mode masculine Marc Beaugé.

Selon lui, «la social-démocratie, le centre, vont avec ce lissage du style» et une convergence des repères vestimentaires.

- Relooking express -

Avec quelques contre-exemples, comme le look longtemps austère de la socialiste Ségolène Royal avant d'opter pour un style plus décontracté dans les années 2010.

Les femmes politiques, de droite comme de gauche, ont d'ailleurs aussi progressivement abandonné les tenues de créateurs, malgré le goût de certaines pour la mode et la couture, comme la ministre de la Culture Rachida Dati, que l'on voit presque uniquement en tailleur pantalon depuis son entrée au gouvernement.

En pleine Coupe du monde 2014, le journaliste Marc Beaugé a été convoqué pour deux heures à l'Elysée, raconte-t-il à l'AFP, «avec prescription», pour un coaching d'image de François Hollande, qui lui donne comme mot d'ordre «ni trop chic, ni trop plouc».

- Lunettes, barbe, sourire... -

En 2012, une étude publiée dans le Journal of Economic Behavior & Organization, demande à un échantillon de Français d'attribuer le camp politique de 550 candidats aux européennes à partir d'une simple photo.

«On a regardé concrètement ce qui différenciait dans la tête des gens l'apparence d'un député de gauche ou de droite», explique à l'AFP son auteur, l'économiste Pierre-Guillaume Méon.

«On a réalisé que, dans des looks très uniformisés, c'est la couleur de la cravate qui jouait, rouge ou de couleur pour la gauche, bleue pour la droite. Puis la proportion de députés à barbe et à moustache qui est plus importante à gauche», ajoute t-il.

«Et, enfin, les lunettes, plus fréquentes à gauche qu'à droite. Ainsi que, pour une raison inexpliquée, le fait de montrer ses dents en souriant, un marqueur de droite», déroule l'économiste.

- Déringardisé -

La macronie a ringardisé la chaussure de ville mais porte aux nues l'uniforme du costume bleu, emblème de l'homme politique.

Pour se fondre dans le décor, l'ex-avocat devenu ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, l'adopte aussi, d'autant plus que ce grand amateur de montres de luxe est prié de les laisser à la maison.

Emmanuel Macron, qui apparait occasionnellement sur ses réseaux sociaux en tenue de sport ou en sweat décontracté maîtrise lui aussi le pouvoir de communication par le vêtement.

Le soir du 9 juin, pour annoncer la dissolution, le président avait d'ailleurs exceptionnellement décidé de porter un costume... noir.

- Dédiabolisation -

Entré en force à l'Assemblée en 2022, le Rassemblement national utilise le vêtement pour assoir sa stratégie de dédiabolisation.

Après les législatives cette année-là, Marine Le Pen impose le port de la cravate à tous ses élus, «alors même que quasi plus personne ne la porte en France», note Marc Beaugé.

«Le député RN doit être mieux habillé que le Français moyen», décrypte l'expert,  à propos de cette stratégie dite «de la cravate».

- Happening cravate -

Et Jean-Luc Mélenchon, leader des insoumis, ne quitte pas son veston à col chevalière, symbole de la tradition ouvrière et révolutionnaire.

La France Insoumise (LFI) a également immédiatement politisé la question du vêtement dans l’hémicycle. Accusé par le LR Renaud Muselier de paraître «sale et débraillé», le bloc des députés LFI s'empare de l'occasion pour un happening cravate à l'Assemblée le 26 juillet 2022: tenue débraillée et cravate par-dessus.