Frankly Speaking: Pourquoi l'Espagne se distingue dans sa défense de la Palestine

Le ministre espagnol des Affaires étrangères a indiqué que si l'Europe continuait à tergiverser dans son soutien aux Palestiniens, l'Espagne, « en tant que pays souverain », « prendrait ses propres décisions » (Photo, AN).
Le ministre espagnol des Affaires étrangères a indiqué que si l'Europe continuait à tergiverser dans son soutien aux Palestiniens, l'Espagne, « en tant que pays souverain », « prendrait ses propres décisions » (Photo, AN).
Short Url
Publié le Dimanche 11 février 2024

Frankly Speaking: Pourquoi l'Espagne se distingue dans sa défense de la Palestine

  • Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Albares, indique que Madrid prendra sa propre décision si l'Europe continue à hésiter dans son soutien
  • L'Espagne soutient la solution de deux États avec un corridor terrestre reliant la bande de Gaza et la Cisjordanie et Jérusalem-Est comme capitale

DUBAΪ: Le ministre espagnol des Affaires étrangères a indiqué que si l'Europe continuait à tergiverser dans son soutien aux Palestiniens, l'Espagne, « en tant que pays souverain », « prendrait ses propres décisions ».

Jose Manuel Albares a également déclaré que la paix au Moyen-Orient ne pouvait être obtenue que par la création d'un État palestinien, reliant Gaza et la Cisjordanie, avec Jérusalem-Est pour capitale.

Le diplomate espagnol, qui occupe le poste de ministre des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la coopération depuis 2021, a tenu ces propos dans l'émission d'actualité d'Arab News « Frankly Speaking ».

Selon Albares, si les 27 États membres de l'Union européenne « souhaitent tous la paix » au Moyen-Orient, il existe des « nuances » dans la manière dont ils envisagent sa concrétisation.

ds
Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares (Photo, AN).

Pour l'Espagne, cependant, la position est « très claire ». Elle souhaite un arrêt immédiat du conflit entre Israël et le Hamas, un accès humanitaire illimité à la bande de Gaza et la mise en œuvre de la « solution à deux États ».

« Nous appelons à un cessez-le-feu permanent, à la libération immédiate des otages, à l'accès immédiat de l'aide humanitaire et à une conférence de paix qui servira de cadre à la mise en œuvre de la solution à deux États », a précisé Albares.

« En fin de compte, nous savons tous que tant que le peuple palestinien n'aura pas d'État, il n'y aura pas de Moyen-Orient stable ».

« Et nous sommes tous conscients que la véritable solution à cette situation au Moyen-Orient et pour une paix définitive est un État avec la Cisjordanie et Gaza sous une seule autorité palestinienne, relié par un corridor avec une sortie vers la mer et avec la capitale à Jérusalem-Est ».

ds
Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares (Photo, AN).

Décrivant la solution comme « juste et équitable » pour le peuple palestinien, Albares a déclaré que le modèle à deux États offrait à Israël la « meilleure garantie » d'assurer sa sécurité intérieure et d'éviter une conflagration régionale plus large.

Cependant, dans son rôle de coordinateur de l'engagement de l'Espagne auprès de l'Union européenne, Albares a reconnu que la proposition en était encore au stade du « dialogue », alors que le bloc cherche un moyen d'avancer en tant qu'unité collective.

Il a également noté la « préoccupation croissante » dans le Sud global - un terme souvent utilisé pour désigner les économies en développement du monde - concernant la réponse hésitante de l'Union à la crise de Gaza par opposition à son alignement ferme sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

« C'est pourquoi il est si important, et je l'explique toujours à mes collègues européens, que nous maintenions la même position : Suivre la Charte des Nations unies et ses principes, qu'il s'agisse de l'Ukraine, sur laquelle nous avons une position claire, très claire », a affirmé Albares à Katie Jensen, animatrice de l'émission « Frankly Speaking ».

« Tout pays a le droit de se défendre contre une attaque terroriste, Israël aussi, mais il faut le faire dans le respect du droit humanitaire international ».

« Il doit y avoir une différence entre les cibles terroristes et le bombardement d'hôpitaux, d'écoles, de lieux de prière, de sièges des Nations unies. Il en va de même pour les réfugiés. Peu importe la couleur de leur peau, leur religion, leur genre, ils sont tous les mêmes et ils méritent tous notre protection ».

ds
Des Palestiniens blessés lors du bombardement israélien de la bande de Gaza sont soignés dans un hôpital de Deir al Balah, dans la bande de Gaza, le 10 février 2024 (Photo, AP).

S'adressant à Arab News depuis Riyad, lors d'une tournée officielle dans trois pays du Golfe, Albares a déclaré que l'Espagne partageait l'opinion de ses hôtes arabes, les discussions ayant inévitablement tourné autour du conflit à Gaza et de ses ramifications régionales plus larges.

 Albares a fait l'éloge de son homologue saoudien, le prince Faisal ben Farhane Al-Saud, pour son « rôle exceptionnel » dans la recherche de la paix dans la région.

« Nous avions besoin d'un grand moment d'unité euro-arabe et nous avons discuté de la possibilité d'unir nos forces pour garantir le retour définitif de la paix au Moyen-Orient », a-t-il déclaré.

ds
Le ministre espagnol des Affaires étrangères Albares a félicité son homologue saoudien (Photo, Fournie).

« C'est ce que nous appelons de nos vœux et nous ne cesserons de le faire. Ma tournée dans la région, à Riyad, dans les Émirats, est porteuse de ce message et, à moyen et à long terme, nous avons besoin de l'État de Palestine ». En attendant, Albares a affirmé que le besoin le plus pressant pour les habitants de Gaza était d'augmenter la quantité d'aide humanitaire autorisée à entrer dans l'enclave palestinienne assiégée.

« Nous n'allons pas cesser de réclamer un cessez-le-feu permanent. Ce dont nous avons besoin à très court terme, c'est d'un cessez-le-feu permanent, de la libération immédiate des otages et de l'accès immédiat de l'aide humanitaire », a-t-il souligné.

L'acheminement de l'aide, déjà réduit à un filet d'eau par les contrôles frontaliers onéreux d'Israël, a été encore plus entravé par les récentes allégations portées contre le personnel de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), qui s'occupe des réfugiés palestiniens.

Selon les preuves communiquées aux Nations unies par les services de renseignement israéliens, douze membres du personnel de l'UNRWA à Gaza ont participé activement à l'attaque du 7 octobre menée par le Hamas contre le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1 200 personnes et l'enlèvement de 240 autres, déclenchant ainsi le conflit actuel.

En réponse à ces accusations, les États-Unis et d'autres donateurs importants de l'UNRWA ont suspendu leur financement à l'agence, qui pourrait être contrainte d'interrompre ses opérations dans toute la région d'ici la fin du mois, à moins que les dons ne reprennent.

ds
Des soldats israéliens opèrent à côté du siège de l’UNRWA dans la bande de Gaza, le 8 février 2024 (Photo, Reuters).

Interrogé sur la véracité des accusations ou sur la justification des suspensions de financement, Albares a précisé que douze personnes sur 30 000 employés, dont aucune n'avait de lien avec la direction de l'UNRWA, constituaient un « nombre négligeable »

« Douze personnes sont accusées, nous prenons cela très au sérieux et nous examinons les conclusions de l'enquête », a-t-il dit, se référant à la propre enquête interne de l'agence des Nations unies.

« Mais l'UNRWA est indispensable. Il n'y a pas de substitut à l'UNRWA. Il s'occupe de millions de réfugiés à Gaza. Et dans beaucoup d'autres endroits - au Liban, en Jordanie, en Cisjordanie - et ce qu'ils font à Gaza est absolument fondamental ».

Compte tenu du rôle essentiel joué par l’UNRWA, Albares a déclaré que des millions de personnes qui dépendent de son soutien ne seraient pas nourries si le financement n'était pas rétabli. C'est pourquoi l'Espagne a l'intention d'augmenter sa contribution à l'UNRWA afin d'éviter que l'agence ne s'effondre.

ds
Des Palestiniens passent devant un employé de l'UNRWA dans le camp de réfugiés d'Aida à Bethléem, en Cisjordanie occupée par Israël, le 5 février 2024 (Photo, Reuters).

« L'UNRWA fournit de la nourriture et de l'aide d'urgence aux réfugiés. S'il échoue, s'il n'est pas suffisamment financé d'un jour à l'autre, il ne sera pas en mesure de nourrir ces gens », a expliqué Albares.

« C'est pourquoi nous avons décidé d'augmenter notre contribution à environ 3,5 millions d'euros, afin de nous assurer que l'UNRWA puisse fonctionner, et c'est ce que j'explique à tous mes collègues européens ».

L'Espagne n'est pas la seule nation européenne à renforcer son soutien à l'UNRWA. L'Irlande et la Norvège ont également renouvelé leur engagement envers l'agence.

Toutefois, ces pays ne peuvent à eux seuls combler l'énorme déficit créé par la suspension du financement américain, qui contribuait à hauteur de 300 à 400 millions de dollars par an. Sans ce financement, Albares a déclaré que la région « se dirigeait vers une véritable catastrophe humanitaire »

« Nous y sommes déjà. Près de 30 000 Palestiniens, des civils, sont morts. C'est une catastrophe. Mais nous parlons ici de quelque chose d'impensable : la faim à Gaza » a-t-il dit.

« Et nous pouvons l'éviter si nous continuons à fournir un financement suffisant. C'est pourquoi nous augmentons notre aide. Nous montrons notre engagement envers les réfugiés palestiniens de Gaza ».

ds
Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares (Photo, AN).

Conscient du risque de détournement des dons, Albares a déclaré que l'Espagne avait mis en place un processus de « sélection très strict » pour tous les pays auxquels elle envoie de l'aide, ajoutant que l'argent destiné à la Palestine était « utilisé à bon escient ».

Il a exhorté les pays à reverser leurs dons, soulignant que l'UNRWA et l'ONU n'ont pas essayé de « cacher quoi que ce soit ».

« Ils ont mené leur propre enquête et ont également demandé une enquête indépendante, je pense donc qu'ils font preuve de bonne volonté. Attendons que ces enquêtes soient menées à bien », a-t-il ajouté

« En attendant, suivons ce que le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé de ses vœux. Continuons à financer l'UNRWA ».

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


A la frontière du Niger, les Nigérians étouffés par la crise économique et l'insécurité

Vue générale de la frontière fermée entre le Niger et le Nigeria à Jibia le 17 février 2024. (AFP)
Vue générale de la frontière fermée entre le Niger et le Nigeria à Jibia le 17 février 2024. (AFP)
Short Url
  • Le Nigeria, qui partage 1 600 km de frontière avec son voisin, était jusque-là l'un des principaux partenaires commerciaux du Niger avec 193 millions de dollars d'exportations
  • En janvier, l'inflation frôlait les 30% et les Nigérians sont écrasés par le coût de la vie

JIBIA: Trois sœurs, bébés amarrés dans le dos, avancent sous le vif soleil de midi pour traverser la frontière entre l'Etat rural de Katsina, dans le nord-ouest musulman conservateur du Nigeria où elles vivent, et le Niger, où réside leur père, afin de se rendre à un mariage.

Ce trajet banal leur est pourtant officiellement interdit depuis août 2023 et les sanctions imposées à Niamey par la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) après la prise du pouvoir au Niger par une junte militaire.

La route où défilaient continuellement camions et voitures est silencieuse depuis presque sept mois.

"Les conducteurs de moto évitent de passer par le poste frontière et font un détour, ils prennent trop cher, c'est pour cela qu'on marche", explique Sa'adatu Sani, 30 ans, qui n'a pas pu dépenser les 800 nairas (0.50 dollars) réclamés par le moto-taxi pour se rendre de Jibia au village nigérien de Dan Issa, à 18 kilomètres.

Comme tant d'autres Nigérians frontaliers, les trois soeurs continuent de se rendre de l'autre côté, soit par le poste frontière de Jibia, où les autorités ferment les yeux sur les voyageurs à pied, soit par les chemins parallèles où s'aventurent automobilistes et mêmes certains commerçants, au risque de se faire saisir leurs biens par les douaniers.

Double peine

A quelques centaines de mètres de là, le réputé marché dominical de Jibia bourdonne mollement. L'affluence est bien inférieure à celle d'avant la fermeture de la frontière.

"Les Nigériens venaient ici vendre des haricots, des dattes, et achetaient notre maïs, notre sorgho... Maintenant nous devons trouver d'autres clients alors que tout ce que nous avons connu jusqu'ici était le commerce transfrontalier", déplore Ibrahim Lawal Makiyayi, 53 ans, qui cultive fruits et légumes à la limite de la ville, chef-lieu d'une circonscription de près de 300.000 habitants.

Dans cet Etat considéré comme le grenier à céréales du pays, "nous avons du mal à faire trois repas par jour", se plaint Hamza Lawal, chauffeur routier dont les activités sont à l'arrêt depuis la fermeture de la frontière.

Le Nigeria, qui partage 1.600 km de frontière avec son voisin, était jusque-là l'un des principaux partenaires commerciaux du Niger avec 193 millions de dollars d'exportations en 2022 selon les Nations Unies (électricité, tabac, ciment...).

Depuis la fermeture de la frontière, c'est même la double peine pour la population locale, qui a vu les prix de l'alimentation exploser sous l'effet combiné des nouvelles restrictions de circulation et de l'inflation galopante après que le président nigérian, Bola Ahmed Tinubu, en fonction depuis mai, a mis en place des réformes économiques qui ont plongé le pays dans la crise.

En janvier, l'inflation frôlait les 30% et les Nigérians sont écrasés par le coût de la vie.

A Jibia, le sac de 100 kilos de millet ou de maïs a doublé en un an et se vend actuellement 60.000 nairas (40 dollars).

La crise actuelle pousse au pessimisme Hassan Issa, coordinateur régional de Médecins sans frontières (MSF), qui craint que la malnutrition, déjà récurrente ici, atteigne des sommets cette année, d'autant que le ramadan doit démarrer en mars, incitant les familles "à épuiser rapidement leurs réserves pendant cette période de fêtes".

Pillages, rançons et forces de l'ordre

En plus des difficultés commerciales, les habitants de cette région rurale sont confrontés à une insécurité endémique qui a empiré depuis la fermeture de la frontière.

Depuis des années, des groupes armés appelés "bandits" sévissent dans la région, pillant, confisquant les terres et tuant sur leur passage.

"Nous achetions aux Nigériens notre bétail, nous l'élevions et le revendions pour vivre, maintenant nous n'avons presque plus rien car les bandits nous volent nos bêtes", se lamente l'éleveur Musa Abdullahu, 67 ans.

Avec la fermeture de la frontière et l'évanouissement de leurs perspectives d'emplois et de revenus, certains jeunes nigérians se laissent tenter par le banditisme.

"Les gens n'ont rien à faire, ils tuent le temps, se mettent à consommer des drogues. La pauvreté vous pousse au pire, au vol, au meurtre, à tout, pour survivre", se désole Sade Rabi'u, 57 ans, chef traditionnel de Jibia.

Mais l'insécurité liée aux bandits n'est pas le seul ennemi des habitants.

"La fermeture de la frontière a créé des opportunités pour les bandits mais aussi pour les agences de sécurité qui n'hésitent pas à confisquer les biens et à exiger des pots-de-vin", insiste Philip Ikita, directeur de projet pour l'ONG Mercy Corps à Katsina.

Sur la route de 50 kilomètres qui mène de Katsina, la capitale de l'Etat éponyme, à Jibia, les postes de contrôle se succèdent. Policiers, militaires ou contrôleurs autoproclamés ponctionnent sans vergogne les voyageurs.

"Les bandits doivent se cacher, opérer dans l'ombre, alors que ceux qui sont censés faire respecter la loi et protéger les citoyens constituent en réalité le pire fardeau pour le commerce et la libre circulation", assène amèrement Philip Ikita.


Peur, épuisement et pénurie de munitions dans l'Est ukrainien après deux ans de guerre

Peur, épuisement et pénurie de munitions dans l'Est ukrainien après deux ans de guerre
Short Url
  • Les défenses ukrainiennes tremblent, affaiblies par le manque d'hommes et de munitions
  • Depuis des mois, les mauvaises nouvelles s'accumulent: l'échec de la contre-offensive estivale de Kiev, le tarissement de l'aide occidentale, les pénuries d'armements…

KOSTIANTYNIVKA: Lioudmyla Polokova erre parmi les décombres de son école, frappée en janvier par deux missiles russes. L'enseignante sait qu'il est loin le jour où, peut-être, y résonneront de nouveau des rires d'enfants.

Marchant sur le sol jonché de bris de verre et de pages arrachées, elle raconte son épuisement, après deux années à vivre avec les bombes russes qui s'abattent sur sa ville de Kostiantynivka et sur le reste du Donbass ukrainien.

A 18 kilomètres de là, sur le front, les forces russes sont à l'offensive. Les défenses ukrainiennes tremblent, affaiblies par le manque d'hommes et de munitions.

"Nous sommes fatigués d'entendre que nos hommes meurent. Nous sommes fatigués de voir tout ça de nos propres yeux, de ne pas dormir la nuit à cause du bruit, à cause des missiles", confie à l'AFP cette prof de 62 ans depuis la cour d'école, qui surplombe un cimetière et des cheminées d'usines soviétiques.

Elle veut encore croire en "des jours meilleurs", alors que l'Ukraine marquera le 24 février le deuxième anniversaire de l'invasion russe. Mais dans toute la région, un sentiment croissant d'abattement est palpable.

Depuis des mois, les mauvaises nouvelles s'accumulent: l'échec de la contre-offensive estivale de Kiev, le tarissement de l'aide occidentale, les pénuries d'armements, la consolidation de la machine de guerre russe, et désormais aussi la chute d'Avdiïvka, ville forteresse ukrainienne abandonnée aux Russes le 17 février.

Et chez les soldats ukrainiens, le sentiment de vaciller au bord d'un abîme grandit.


«Nous devrions tous les tuer», réagit un membre du Congrès américain sur Gaza

Andy Ogles est connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël (Photo, AFP).
Andy Ogles est connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël (Photo, AFP).
Short Url
  • Les propos d’Ogles sont «révélateurs de la complicité de Washington» dans les souffrances des habitants de Gaza, avertissent les experts
  • Une vidéo controversée révèle que les États-Unis ont opposé leur veto à la résolution de l’ONU sur le cessez-le-feu pour la troisième fois

LONDRES: Un membre du Congrès américain a suscité l’indignation après avoir lancé «Nous devrions tous les tuer» en référence aux Palestiniens de Gaza.

Mardi, le représentant américain de la cinquième circonscription du Tennessee, Andy Ogles, a été approché par un groupe d’activistes propalestiniens à Washington.

L’un d’entre eux lui a dit: «J’ai vu les images de corps d’enfants déchiquetés. C’est l’argent que je paye en impôts qui va bombarder ces enfants.»

«Vous savez quoi? Je pense que nous devrions tous les tuer, si cela peut vous rassurer. Le Hamas et les Palestiniens attaquent Israël depuis vingt ans. Il est temps de payer les pots cassés», a répondu Ogles.

La vidéo choquante du membre républicain du Congrès a suscité une condamnation générale sur les réseaux sociaux, les experts avertissant que les propos d’Ogles sont révélateurs de la complicité de Washington dans les souffrances des habitants de Gaza. 

«Pour ceux d’entre vous qui se demandent comment les nazis, Daech, etc. peuvent tuer des gens sans discernement, vous voyez maintenant des dirigeants et des personnes éminentes dans les sociétés démocratiques soi-disant éclairées démontrer que l’adhésion aveugle à toute idéologie peut transformer des gens ordinaires en monstres diaboliques», a écrit Faisal Kutty, avocat, auteur et défenseur des droits de l’homme, sur la plate-forme X.

«Ces personnes ont toutes vendu leur âme au plus offrant», a-t-il ajouté.

Indignation

Ogles, connu pour son soutien ferme et inconditionnel à Israël, a déjà voté en faveur de la censure de la députée Rashida Tlaib, accusée d’avoir soutenu l’attaque menée par le Hamas contre Israël le 7 octobre. Ogles a également proposé une loi visant à empêcher les Palestiniens d’entrer aux États-Unis.

L’indignation suscitée par les propos d’Ogles survient alors que l’administration Biden est de plus en plus critiquée pour avoir opposé son veto à une résolution sur le cessez-le-feu au Conseil de sécurité de l’ONU. Il s’agit du troisième veto américain depuis le 7 octobre.

L’Unicef a mis en garde contre une augmentation potentielle des décès évitables d’enfants à Gaza en raison de la malnutrition et de la maladie. Jason Lee, de l’ONG Save the Children, a qualifié la situation d’«astronomique» et a averti qu’aucun mot ne pouvait décrire l’ampleur de la mort et de la destruction dans l’enclave.

L’armée israélienne aurait tué plus de 12 400 enfants à Gaza depuis le 7 octobre, et plus de 600 000 enfants sont actuellement bloqués à Rafah. Save the Children a révélé le nombre alarmant d’amputations: en moyenne, plus de dix enfants par jour à Gaza ont perdu une jambe ou les deux depuis le mois d’octobre.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com