Le pétrole en hausse, tensions toujours fortes au Moyen-Orient

Le fait que les rebelles yéménites s'en prennent désormais ouvertement aux navires britanniques et américains contribue également à aggraver la crise en mer Rouge (Photo, AFP).
Le fait que les rebelles yéménites s'en prennent désormais ouvertement aux navires britanniques et américains contribue également à aggraver la crise en mer Rouge (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 27 février 2024

Le pétrole en hausse, tensions toujours fortes au Moyen-Orient

  • Les nouvelles frappes américaines et britanniques contre des cibles houthies samedi ont fait monter de quelques degrés supplémentaires la température
  • De façon plus marginale, les cours ont profité de la fermeture temporaire du champ d'al-Wafa en Libye, dimanche

NEW YORK: Les cours du pétrole ont terminé en hausse lundi, soutenus par les vives tensions qui agitent le Moyen-Orient, ainsi que par les prix des produits raffinés, toujours fermes.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril a gagné 1,11%, pour clôturer à 82,53 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) de même échéance a lui pris 1,42%, à 77,58 dollars.

Pour Andy Lipow, de Lipow Oil Associates, les nouvelles frappes américaines et britanniques contre des cibles houthies samedi ont fait monter de quelques degrés supplémentaires la température.

Le fait que les rebelles yéménites s'en prennent désormais ouvertement aux navires britanniques et américains contribue également à aggraver la crise en mer Rouge, selon l'analyste.

De façon plus marginale, les cours ont profité de la fermeture temporaire du champ d'al-Wafa en Libye, dimanche, du fait d'un mouvement de protestation des personnels de sécurité du site, qui réclament des revalorisations de salaires.

Le champ a néanmoins repris ses activités lundi.

L'or noir bénéficiait également d'un repli du dollar, monnaie de référence pour les échanges de pétrole.

Les cours du brut étaient aussi aidés par ceux des produits raffinés, notamment le gazole américain, qui a pris 2% lundi.

"On est en pleine saison de maintenance des raffineries" aux Etats-Unis, rappelle Andy Lipow. "Cela a un effet négatif sur la demande de brut, mais cela fait aussi baisser les stocks de produits raffinés, ce qui est favorable aux prix."

Pour Mark Waggoner, d'Excel Futures, "il y a suffisamment de pression pour qu'on parvienne à un accord sur une trêve" dans les combats entre Israël et le Hamas à Gaza. "Et les prix intègrent une prime de 10 dollars liée à la géopolitique."

"Donc une fois cette pause conclue, les cours vont chuter", annonce-t-il, évoquant un WTI sous les 70 dollars.

Un décrochage annoncé, pour lui, que ne pourrait empêcher le prolongement possible, au deuxième trimestre, des réductions de production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de leurs alliés de l'alliance Opep+.

"Leur influence est en train de diminuer", fait-il valoir.


Les USA vont accorder à Samsung jusqu'à 6,4 mds USD pour des usines de puces électroniques

Des personnes passent devant le logo Samsung affiché sur une porte en verre dans le bâtiment Seocho de la société à Séoul, le 5 avril 2024. (Photo Jung Yeon-je / AFP)
Des personnes passent devant le logo Samsung affiché sur une porte en verre dans le bâtiment Seocho de la société à Séoul, le 5 avril 2024. (Photo Jung Yeon-je / AFP)
Short Url
  • «Le ministère du Commerce et Samsung Electronics ont signé un protocole d'accord préliminaire accordant jusqu'à 6,4 milliards de dollars de financement direct» de nouvelles usines, selon un communiqué du ministère
  • Décidés à réduire leur dépendance à ces composants indispensables dans la course aux nouvelles technologies, les Etats-Unis multiplient les initiatives de ce type

WASHINGTON : Les Etats-Unis vont accorder jusqu'à 6,4 milliards de dollars de subventions au géant sud-coréen Samsung pour produire des puces électroniques de pointe au Texas, a annoncé le gouvernement lundi.

«Le ministère du Commerce et Samsung Electronics ont signé un protocole d'accord préliminaire accordant jusqu'à 6,4 milliards de dollars de financement direct» de nouvelles usines, selon un communiqué du ministère.

Samsung devrait investir «plus de 40 milliards de dollars dans la région dans les années qui viennent» permettant ainsi la «création de plus de 20.000 emplois», a ajouté le ministère.

Décidés à réduire leur dépendance à ces composants indispensables dans la course aux nouvelles technologies, les Etats-Unis multiplient les initiatives de ce type.

L'accord conclu avec Samsung va «sceller le rôle central du Texas» dans l'industrie des semi-conducteurs aux Etats-Unis, s'est félicité le président américain Joe Biden dans un communiqué.

«Ces installations vont soutenir la production de certaines des puces les plus puissantes au monde, qui sont essentielles pour des technologies comme l'intelligence artificielle et vont renforcer la sécurité nationale», a ajouté le communiqué.

D'après le dernier accord, Samsung va également étendre ses installations existantes au Texas, a précisé le ministère du Commerce.

En plus de cette expansion, «nous allons renforcer l'ecosystème local en matière de semi-conducteurs» aux Etats-Unis, selon Kyung Kye-hyun, co-PDG de Samsung Electronics, cité par le communiqué du ministère américain.

Lundi dernier, le géant taïwanais des semiconducteurs TSMC a ainsi annoncé la construction d'une troisième usine en Arizona (ouest), portant son investissement total à 65 milliards de dollars.

Cette annonce s'appuyait sur un accord préliminaire avec le ministère du Commerce, lié à une grande loi d'investissement dans les technologies, le «Chips and Science Act».

Selon cet accord, l'entreprise recevra jusqu'à 6,6 milliards de dollars de financements directs et pourra bénéficier de 5 milliards supplémentaires sous forme de prêts.

Le «Chips and Science Act», qui date de l'été 2022, prévoit 52,7 milliards de dollars pour relancer la production de semi-conducteurs aux Etats-Unis, avec l'idée que l'argent public serve de tremplin pour des investissements privés.


Le promoteur saoudien KEC signe deux contrats d'une valeur de 78 millions de dollars pour le projet Al-Alya   

Knowledge Economic City Co. s'apprête à livrer 396 appartements résidentiels dans le cadre de la première phase de son projet à usage mixte Al-Alya, après avoir signé deux contrats. Photo fournie
Knowledge Economic City Co. s'apprête à livrer 396 appartements résidentiels dans le cadre de la première phase de son projet à usage mixte Al-Alya, après avoir signé deux contrats. Photo fournie
Short Url
  • La société cotée en bourse a annoncé les accords avec Elkhereiji Commerce and Contracting Co., d'une valeur de 288,6 millions de riyals saoudiens
  • Al-Alya a pour objectif de créer un environnement dynamique en accord avec la Vision 2030 du Royaume

RIYAD: Le principal promoteur saoudien Knowledge Economic City Co. a conclu deux contrats pour livrer 396 appartements résidentiels dans la première phase de son projet mixte Al-Alya.

Dans des documents Tadawul, la société cotée en bourse a annoncé les accords avec Elkhereiji Commerce and Contracting Co., d'une valeur de 288,6 millions de riyals saoudiens (SAR), soit 77,92 millions de dollars américains (1 dollar = 0,94 euro).

Le premier accord porte sur l’exécution complète des travaux de construction pour des bâtiments résidentiels supplémentaires dans la première phase du projet mixte Al-Alya. Il s’agit d’un complexe de quatre immeubles, offrant 132 appartements de différentes tailles d'une valeur de 117,5 millions de SAR, hors taxe sur la valeur ajoutée.

Le deuxième accord concerne l’exécution des travaux électromécaniques, de finition, d’aménagement paysager et de coordination sur site pour un groupe de huit bâtiments résidentiels d'une valeur de 171,13 millions de SAR. Dans ce cadre, 264 appartements seront fournis, a déclaré la société dans un communiqué adressé à Tadawul.

Selon l'avancement des travaux, les deux contrats seront payés par des versements échelonnés sur la base de certificats de paiement mensuels.

L’entreprise a commenté le second contrat en précisant: «En conséquence, l'impact financier se traduit par une sortie de trésorerie correspondant au montant payable à l'entrepreneur sur une période de vingt mois à compter de la fin de mai 2024.»

Elle a également précisé que l'impact financier du premier contrat se matérialise par une sortie de trésorerie correspondant au montant payable à l'entrepreneur sur une période de vingt-quatre mois.

Al-Alya est l'un des projets phares de la Knowledge Economic City. Il s’agit d’un programme comprenant diverses composantes à usage mixte au sein d'un complexe fermé, regroupant notamment des installations d'hospitalité, des logements, des bureaux, ainsi que des services commerciaux et éducatifs.

Conçu pour répondre à la tendance urbaine d’humanisation des villes et au programme de qualité de vie privilégiant les espaces verts et les voies piétonnes, Al-Alya vise à créer un environnement dynamique en accord avec la Vision 2030 du Royaume.

Le projet permettra également aux entreprises locales et étrangères, aux hommes d'affaires et aux entrepreneurs numériques de travailler à Médine.

En octobre dernier, Knowledge Economic City Co. a signé un accord avec Gulf International Bank Capital pour 3,5 milliards de SAR en vue de créer un fonds d'investissement immobilier.

Cette initiative s'apprête à lancer la phase initiale du District du monde islamique à Médine, qui couvrira plus de 140 000 mètres carrés, transformant la zone en un complexe à usage mixte.

Le site comprendra des espaces d'hospitalité, de résidence, de commerce, de divertissement et de culture, offrant plus de 5 000 chambres d'hôtel, 743 appartements résidentiels, ainsi qu'une zone commerciale de 24 000 mètres carrés.

GIB Capital, partenaire de ce projet, est une filiale de Gulf International Bank, détenue par les gouvernements du Conseil de coopération du Golfe, dont le Fonds d'investissement public d'Arabie saoudite détient une participation de 97,2%, selon le rapport annuel de la banque de 2022.

Le projet vise à améliorer l'expérience des visiteurs à Médine, une ville qui revêt une importance historique en tant que première capitale de la civilisation islamique et une destination qui attire des millions de pèlerins et de touristes chaque année.


OpenAI ouvre à Tokyo son premier bureau en Asie

La société a aussi annoncé lundi le lancement progressif dans l'archipel nippon d'une version de son dernier modèle d'agent conversationnel GPT-4 "spécifiquement optimisée" pour la langue japonaise, et qui fonctionne "trois fois plus vite" que son prédécesseur GPT-4 Turbo. (AFP).
La société a aussi annoncé lundi le lancement progressif dans l'archipel nippon d'une version de son dernier modèle d'agent conversationnel GPT-4 "spécifiquement optimisée" pour la langue japonaise, et qui fonctionne "trois fois plus vite" que son prédécesseur GPT-4 Turbo. (AFP).
Short Url
  • Le grand allié d'OpenAI, le géant technologique américain Microsoft, a annoncé la semaine dernière qu'il allait investir 2,9 milliards de dollars au Japon
  • Le gouvernement japonais mise notamment sur l'IA pour dynamiser la croissance économique de l'archipel à l'avenir

TOKYO: La start-up américaine OpenAI, créatrice du très populaire outil d'intelligence artificielle (IA) ChatGPT, a ouvert lundi à Tokyo son premier bureau en Asie, et son troisième hors des Etats-Unis après Londres et Dublin l'an dernier.

"Nous nous engageons à collaborer avec le gouvernement japonais, les entreprises locales et les instituts de recherche pour développer des outils d'IA sûrs qui répondent aux besoins spécifiques du Japon et ouvriront de nouvelles perspectives" a déclaré OpenAI dans un communiqué publié sur son blog.

La société a aussi annoncé lundi le lancement progressif dans l'archipel nippon d'une version de son dernier modèle d'agent conversationnel GPT-4 "spécifiquement optimisée" pour la langue japonaise, et qui fonctionne "trois fois plus vite" que son prédécesseur GPT-4 Turbo.

Le patron d'OpenAI, Sam Altman, avait rencontré il y a un an le Premier ministre japonais Fumio Kishida à Tokyo, et il s'était de nouveau rendu dans le pays quelques mois plus tard.

Le grand allié d'OpenAI, le géant technologique américain Microsoft, a annoncé la semaine dernière qu'il allait investir 2,9 milliards de dollars au Japon, notamment pour y accélérer le développement de l'IA et former trois millions de salariés japonais à ces nouveaux outils sur trois ans.

Le gouvernement japonais mise notamment sur l'IA pour dynamiser la croissance économique de l'archipel à l'avenir, tout en voulant créer des garde-fous pour encadrer son usage.

L'IA est de plus en plus perçue par des entreprises nippones comme un moyen d'améliorer la productivité du travail dans le pays, qui est parmi les plus faibles au sein des pays de l'OCDE, à cause notamment d'un marché nippon de l'emploi encore rigide et d'une culture d'entreprise désuète, reposant essentiellement sur l'ancienneté.

Pour ses partisans, l'IA devrait aussi aider à faire face à la pénurie de main-d'oeuvre devenant critique dans de nombreux secteurs au Japon, où plus de 29% de la population est âgée de 65 ans et plus.