«  Progrès significatifs » dans les négociations du Caire sur une trêve à Gaza, selon un média égyptien

Israël subit une pression internationale croissante en raison de la situation catastrophique pour les 2,4 millions d'habitants de Gaza, menacés d'une famine à grande échelle. (AFP).
Israël subit une pression internationale croissante en raison de la situation catastrophique pour les 2,4 millions d'habitants de Gaza, menacés d'une famine à grande échelle. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 08 avril 2024

«  Progrès significatifs » dans les négociations du Caire sur une trêve à Gaza, selon un média égyptien

  • Les délégations du Qatar et du mouvement islamiste palestinien Hamas sont parties du Caire et y reviendront "sous deux jours pour finaliser les termes de l'accord"
  • Les délégations américaine et israélienne doivent quant à elles quitter la capitale égyptienne "dans les prochaines heures" et des consultations vont se poursuivre au cours des prochaines 48 heures

LE CAIRE: Les négociations pour une trêve dans la bande de Gaza et la libération des otages détenus par le Hamas connaissent "des progrès significatifs", a rapporté lundi le média égyptien pro-gouvernemental Al-Qahera News.

Une source égyptienne haut placée citée par le média, proche des services de sécurité égyptiens, a fait état de "progrès significatifs" en matière de rapprochement des points de vue sur plusieurs points de litige de l'accord en discussion, indique le média.

Les délégations du Qatar et du mouvement islamiste palestinien Hamas sont parties du Caire et y reviendront "sous deux jours pour finaliser les termes de l'accord", indique par ailleurs Al-Qahera News.

Les délégations américaine et israélienne doivent quant à elles quitter la capitale égyptienne "dans les prochaines heures" et des consultations vont se poursuivre au cours des prochaines 48 heures, selon la même source.

Ces dernières semaines, les négociations se déroulant au Caire et à Doha ont piétiné. Le Hamas et Israël s'accusent mutuellement d'entraver ces pourparlers indirects via les médiateurs internationaux que sont les Etats-Unis, le Qatar et l'Egypte.

La guerre à Gaza a été déclenchée par l'attaque sans précédent du Hamas sur le territoire israélien le 7 octobre, qui a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP fondé sur des chiffres officiels israéliens.

Plus de 250 personnes ont été enlevées pendant l'attaque et emmenées à Gaza où 129 sont toujours détenues, parmi lesquelles 34 sont mortes, selon des responsables israéliens.

Au moins 33.175 personnes, en majorité des femmes et des enfants, ont été tuées dans la campagne de représailles militaires d'Israël dans la bande de Gaza, selon le ministère de la Santé du Hamas, au pouvoir dans le territoire côtier depuis 2007.

Israël subit une pression internationale croissante en raison de la situation catastrophique pour les 2,4 millions d'habitants de Gaza, menacés d'une famine à grande échelle.


Outrage à Microsoft, qui aurait fermé des comptes palestiniens utilisés pour appeler Gaza

Certaines personnes ont émis l'hypothèse que l'annulation de leurs comptes pourrait être liée au fait que Microsoft soupçonne des liens avec le Hamas. (AFP/File)
Certaines personnes ont émis l'hypothèse que l'annulation de leurs comptes pourrait être liée au fait que Microsoft soupçonne des liens avec le Hamas. (AFP/File)
Short Url
  • Selon une enquête de la BBC, les Palestiniens qui utilisaient Skype pour appeler Gaza depuis l'étranger ont vu leur compte résilié sans raison.
  • "Microsoft a détruit nos vies numériques", affirme une personne

LONDRES : Microsoft a été accusé d'avoir fermé des comptes de messagerie électronique associés à des Palestiniens qui utilisaient Skype pour passer des appels téléphoniques vers Gaza.

Une enquête de la BBC a révélé que plusieurs Palestiniens vivant à l'étranger ont vu leurs comptes de chat vocal et vidéo appartenant à Microsoft fermés sans avertissement, ce qui a eu pour effet de "détruire leur vie numérique".

"J'ai ce compte Hotmail depuis 15 ans", a déclaré Salah Elsadi, un Palestinien vivant aux États-Unis, interrogé par la BBC.

"Ils m'ont banni sans raison, en disant que j'avais violé leurs conditions - quelles conditions ? Dites-moi".

L'enquête a mis au jour au moins 20 cas dans lesquels des Palestiniens ont vu leur compte suspendu sans aucune explication.

Les personnes concernées ont expliqué qu'avec un abonnement payant à Skype, il est possible d'appeler des téléphones mobiles à Gaza à peu de frais, ce qui en fait une bouée de sauvetage pour de nombreux Palestiniens lorsque l'internet est coupé.

Dans certains cas, ces comptes de messagerie avaient plus de 15 ans et les utilisateurs n'avaient aucun moyen de récupérer leurs courriels, leurs contacts ou leurs souvenirs. Certains ont indiqué que leurs comptes de messagerie étaient liés à leur travail.

"Nous sommes des civils sans passé politique qui voulaient simplement prendre des nouvelles de nos familles", a déclaré Eiad Hametto, qui a appelé sa famille depuis l'Arabie saoudite.

"Ils ont suspendu mon compte de messagerie électronique que j'avais depuis près de 20 ans. Il était lié à tout mon travail. Ils ont tué ma vie en ligne", a-t-il ajouté.

Certaines personnes ont émis l'hypothèse que l'annulation de leurs comptes pourrait être liée au fait que Microsoft soupçonne des liens avec le Hamas.

Microsoft n'a pas répondu directement à l'accusation selon laquelle ces personnes avaient été qualifiées de Hamas, mais un porte-parole a déclaré que la société ne bloquait pas les appels et n'interdisait pas les utilisateurs en fonction de la région ou de la destination de l'appel.

"Le blocage dans Skype peut se produire en réponse à des activités frauduleuses présumées", a déclaré le porte-parole sans donner plus de détails, ajoutant que les utilisateurs avaient été informés qu'ils pouvaient faire appel de la décision.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Ryad se prépare à accueillir la conférence des Nations unies sur la désertification en décembre

La conférence se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention. (X/@Cop16Riyadh)
La conférence se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention. (X/@Cop16Riyadh)
Short Url
  • "La COP16 sera un événement marquant pour l'accélération de l'action en faveur de la résilience des terres et de la sécheresse, et elle changera la donne pour la transition verte en Arabie saoudite, dans la région et au-delà", a déclaré l'UNCCD dans un co
  • Une exposition au siège des Nations unies a présenté les préparatifs de l'Arabie saoudite en vue d'accueillir les 11 jours de la CdP16 de la CCD.

RIYADH : La capitale de l'Arabie saoudite accueillera en décembre la 16e session de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, ou COP16.

L'événement se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention.

"La COP16 sera un événement marquant pour l'accélération de l'action en faveur de la résilience des terres et de la sécheresse, et elle changera la donne pour la transition verte en Arabie saoudite, dans la région et au-delà", a déclaré l'UNCCD dans un communiqué publié sur son site web.

En préparation de ce qui est considéré comme le plus grand événement environnemental des Nations unies axé sur la désertification, l'Arabie saoudite a exposé sa vision des solutions environnementales durables, en se concentrant sur la lutte contre le problème lors du forum politique de haut niveau des Nations unies sur le développement durable.

Lors d'un événement organisé du 8 au 18 juillet à New York, la délégation saoudienne a participé à des sessions clés portant sur des questions économiques, sociales, politiques et environnementales qui ont un impact direct sur le développement durable.

La délégation a souligné les initiatives et les efforts législatifs de l'Arabie saoudite en matière de protection de l'environnement, qui ont eu une influence considérable sur les villes et les villages du Royaume.

Une exposition au siège des Nations unies a présenté les préparatifs de l'Arabie saoudite en vue d'accueillir les 11 jours de la CdP16 de la CCD.

La délégation comprenait des représentants de 18 entités gouvernementales saoudiennes et a participé à des réunions bilatérales, des discussions publiques et des sessions clés avec des ministres de différents pays. Elle a également fourni des informations détaillées sur la gestion durable des terres et discuté des effets négatifs de la dégradation des terres sur l'économie mondiale, la sécurité alimentaire, le changement climatique et la pénurie d'eau.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les armes incendiaires israéliennes laissent des traces de destruction dans le sud du Liban

Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne. (Fourni)
Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne. (Fourni)
Short Url
  • Le Hezbollah acceptera toute décision de trêve du Hamas et respectera le cessez-le-feu : Nasrallah

BEYROUTH : L'armée israélienne a allumé jeudi des incendies dans des vergers et des forêts à la frontière libanaise en utilisant des armes incendiaires interdites au niveau international.

Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne.

La frappe, au sud de Kabri, "a eu un impact direct" et a fait des morts et des blessés du côté israélien, a déclaré le Hezbollah.

Le groupe a également pris pour cible des soldats israéliens près de Hanita, affirmant dans un communiqué que l'attaque avait fait "un mort et deux blessés".

Les frappes de drones du Hezbollah ont eu des "conséquences très dures" pour les cibles visées, a déclaré la chaîne israélienne Channel 13.

Dans un communiqué, l'armée israélienne a déclaré "Suite aux sirènes d'alerte qui ont été activées dans la région de la Haute Galilée dans la matinée, des drones ont été observés en train de traverser le territoire libanais et d'atterrir dans la région de la Haute Galilée".

Les systèmes de défense aérienne ont intercepté plusieurs cibles se dirigeant vers Israël, a ajouté l'armée.

Pendant ce temps, l'artillerie israélienne au phosphore a ciblé Mays Al-Jabal, et les restes d'un missile intercepteur sont tombés sur le toit d'une maison habitée à Shaqra.

Le bombardement de Naqoura et d'Alma Al-Shaab a provoqué des incendies dans les forêts et les oliveraies. Les équipes de la défense civile libanaise se sont efforcées d'éteindre les incendies.

L'artillerie lourde israélienne a pilonné plusieurs zones frontalières - Houla, Wadi Al-Saluki, Aitaroun, Naqoura, Alma Al-Shaab et Dhayra - dont certaines ont été des cibles fréquentes depuis le début des affrontements il y a neuf mois.

Les avions israéliens ont violé l'espace aérien du Sud-Liban en volant à très basse altitude.

Le parti socialiste progressiste a appelé jeudi à une action urgente en réponse à l'interception par Israël d'appels téléphoniques au Liban.

Le journal libanais An-Nahar a fait état de cette violation, qui a permis à Israël d'accéder à des données, telles que des appels téléphoniques, par le biais du câble sous-marin qui relie le Liban à Chypre.

Le parti a remis en question l'approbation par le Liban, en 2022, du câble CADMOS-2, qui est relié au câble israélien Ariel reliant Haïfa et Tel-Aviv à Chypre.

Le Liban "n'a pas pris de mesures de précaution pour empêcher une violation aussi importante", a averti le parti.

Le Hezbollah a réagi en demandant à ses membres d'éviter les appels téléphoniques et l'utilisation d'Internet, et de déconnecter les caméras de surveillance dans le sud du pays.

Cette directive fait suite à l'assassinat de membres importants du Hezbollah.

"Nous ne sommes pas au bord d'une guerre ouverte ou de grande envergure. Ni les Israéliens ni les Libanais ne le souhaitent. Même les puissances régionales et internationales ne le souhaitent pas", a déclaré Ibrahim Moussaoui, député du Hezbollah.

Moussaoui a déclaré à CNN : "Depuis le début des hostilités, nous avons établi un modus operandi selon lequel toute escalade provoquée par l'ennemi israélien sera confrontée à une escalade de même intensité, voire plus.

"C'est ainsi que les choses se passent jusqu'à présent. Cependant, je ne crois pas qu'une guerre totale favorise l'une ou l'autre des parties".

Dans son discours de mercredi soir, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a fait référence aux négociations de cessez-le-feu menées à Doha entre le Hamas et Israël, en présence de l'Égypte, du Qatar et des États-Unis.

M. Nasrallah a déclaré que son mouvement accepterait toute décision du Hamas concernant les négociations sur la trêve à Gaza, ajoutant que le Hezbollah mettrait fin à ses attaques transfrontalières contre Israël si un cessez-le-feu était conclu.

"Tout ce que le Hamas acceptera, tout le monde l'acceptera et en sera satisfait", a-t-il déclaré.

"C'est notre engagement en tant que front de soutien. Nous avons été clairs à ce sujet depuis le début, et cela devrait aller de soi.

"Nos frères du Hamas le savent mieux que nous. Nous ne demandons à personne d'écouter notre avis. Nous nous tenons à leurs côtés et les soutenons dans toute position ou décision qu'ils prendront jusqu'à la fin".

Un observateur politique a décrit l'annonce de Nasrallah comme "une position qui tend vers la désescalade et répond aux négociations en cours à Doha".

Et d'ajouter : "L'Iran n'est pas loin d'adopter la même position".

Pendant ce temps, les responsables israéliens ont intensifié leurs menaces à l'encontre du Hezbollah, mettant en garde contre la possibilité d'une guerre sur deux fronts.

Lors de sa tournée en Galilée, le chef d'état-major israélien Herzi Halevi a déclaré : "Nous devons être en mesure d'affronter deux fronts : "Nous devons être capables d'affronter deux fronts simultanément, et nous devons nous rendre compte que ces guerres vont durer longtemps".

Il a ajouté : "L'Iran est plus proche que jamais d'obtenir des armes nucléaires. Nous pourrions être confrontés à des confrontations répétées avec l'Iran".