Antonio Guterres condamne la répression «arbitraire» des Houthis contre les travailleurs de l’ONU au Yémen

Un véhicule de l’ONU au Yémen, le 12 février 2024. Des travailleurs humanitaires internationaux, dont neuf employés de l'ONU, ont été enlevés par des Houthis lors de raids dans quatre villes yéménites le 6 juin 2024. (AFP)
Un véhicule de l’ONU au Yémen, le 12 février 2024. Des travailleurs humanitaires internationaux, dont neuf employés de l'ONU, ont été enlevés par des Houthis lors de raids dans quatre villes yéménites le 6 juin 2024. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 12 juin 2024

Antonio Guterres condamne la répression «arbitraire» des Houthis contre les travailleurs de l’ONU au Yémen

  • La récente campagne des Houthis découragerait les Yéménites de rejoindre les organisations internationales ou les missions occidentales dans les zones du Yémen contrôlées par les Houthis
  • Les Houthis utiliseront les espions accusés et d’autres détenus comme monnaie d’échange pour obtenir des concessions de la communauté internationale

AL-MOUKALLA: Le secrétaire général de l’ONU a appelé les Houthis, soutenus par l’Iran, à libérer des dizaines de Yéménites capturés par la milice lors d’une récente répression. 

La semaine dernière, les Houthis ont arrêté une cinquantaine de Yéménites travaillant pour des agences de l’ONU et d’autres organisations étrangères, ainsi que d’anciens membres de l’ambassade américaine à Sanaa et dans d’autres provinces sous leur contrôle. 

Mardi, Antonio Guterres a déclaré: «Il s’agit d’une évolution alarmante qui suscite de graves inquiétudes quant à l’engagement des Houthis en faveur d’une solution négociée au conflit. Les Nations unies condamnent toute détention arbitraire de civils. J’exige la libération immédiate et inconditionnelle de tout le personnel de l’ONU.» 

Lundi, les Houthis ont affirmé avoir arrêté un «réseau d’espionnage américano-israélien» au sein duquel des ressortissants yéménites utilisent des organisations internationales pour couvrir leurs opérations. 

En plus des quatre membres du personnel de l’ONU détenus depuis 2021, M. Guterres déclare que les Houthis ont arrêté treize travailleurs de différentes agences, dont le Bureau du Haut-Commissariat des nations unies aux droits de l’homme, le bureau de l’envoyé de l’ONU au Yémen, le Programme des nations unies pour le développement, l’Unicef, le Programme alimentaire mondial et l’Unesco, ainsi que onze travailleurs d’autres organisations de la société civile. 

Il accuse les Houthis de garder les travailleurs enlevés dans un endroit secret et de les empêcher de contacter leurs familles ou leurs organisations. 

Pour faire pression sur eux afin qu’ils libèrent les travailleurs, l’envoyé de l’ONU au Yémen, Hans Grundberg, a rencontré, lundi, à Mascate, le négociateur houthi Mohammed Abdoul Salam et de hauts responsables omanais. 

«Nous travaillons assidûment pour obtenir la libération immédiate et inconditionnelle de notre personnel détenu par tous les canaux disponibles», indique l’envoyé, ajoutant que la dernière répression contre les groupes de la société civile sape les tentatives menées par l’ONU pour parvenir à la paix au Yémen. 

Les Houthis ont récemment multiplié les arrestations de propriétaires d’entreprises privées, de travailleurs yéménites œuvrant pour des organisations internationales, de dissidents et d’employés yéménites dans des ambassades occidentales. 

Le ministre yéménite de l’Information a déclaré que des dirigeants et des employés de deux grandes entreprises pharmaceutiques au Yémen avaient été arrêtés lors de la dernière série de raids sur des entreprises privées. 

Moammar al-Eryani affirme que les Houthis ont pris d’assaut les deux entreprises parce qu’elles refusaient de partager les bénéfices. 

Les dirigeants de Modern Pharma Company et de Global Pharma Company à Sanaa ont été enlevés, ainsi que les dirigeants et les employés des succursales des deux entreprises dans d’autres régions yéménites sous contrôle houthi. 

Selon le média yéménite Al-Masdar Online, un «garde judiciaire» houthi nommé Saleh Dubaish, qui supervise la saisie des biens des opposants à la milice, a pris d’assaut les deux entreprises et arrêté des employés. 

Par ailleurs, des groupes et des militants des droits de l’homme yéménites et internationaux ont critiqué les Houthis pour avoir accusé les Yéménites emprisonnés de travailler comme espions pour les agences de renseignement américaines et israéliennes. 

Lundi, les Houthis ont diffusé une vidéo de dix Yéménites appartenant au réseau d’espionnage présumé, dans laquelle ils admettent avoir collaboré avec des agents américains et israéliens et leur avoir fourni des informations militaires sensibles. Ils avouent également avoir sapé les secteurs de la santé, de l’agriculture et de l’éducation du pays et recruté d’autres espions yéménites. 

Sur X, Fatehi ben Lazerq, rédacteur en chef du journal Aden al-Ghad, a qualifié les allégations des Houthis de «choquantes et très douloureuses». Il déclare: «Cela confirme que ce groupe barbare ramène les habitants des régions qu'il contrôle à la préhistoire.» 

Les experts affirment qu’en accusant les Yéménites de travailler comme espions pour Israël et les États-Unis, les Houthis visent à priver ces personnes du soutien public, à inciter à l’hostilité envers l’Occident et à justifier ainsi des règles répressives dans les zones sous leur contrôle. 

Ibrahim Jalal, chercheur non résident au Carnegie Middle East Centre, a déclaré à Arab News que la récente campagne des Houthis découragerait les Yéménites de rejoindre les organisations internationales ou les missions occidentales dans les zones du Yémen contrôlées par les Houthis. 

«Les accusations d’espionnage des Houthis contre des Yéménites travaillant pour des missions diplomatiques occidentales et des organisations internationales humanitaires et de développement marquent un nouveau déclin dangereux des libertés individuelles, de l’accès humanitaire et de la sécurité des civils, y compris des femmes et des enfants», précise M. Jalal. 

Il ajoute que les Houthis utiliseront les espions accusés et d’autres détenus comme monnaie d’échange pour obtenir des concessions de la communauté internationale. 

«Les Houthis, tout comme l’Iran, utilisent les citoyens comme otages pour négocier ce qu’ils veulent, sans tenir compte de leur vie et de la stabilité de leur famille», conclut M. Jalal. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


La lune de Muharram visible dans les heures de jour aujourd’hui

Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet. (AFP)
Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet. (AFP)
Short Url
  • la lune, dans sa phase du premier trimestre pour le mois de Muharram, sera visible dans le ciel au-dessus du monde arabe pendant la journée du samedi 13 juillet, a rapporté l’agence de presse saoudienne.
  • « L’interaction de la lumière et des ombres le long de cette ligne offre une vue en trois dimensions époustouflante », a expliqué Abu Zahra.

JEDDAH : La Jeddah Astronomy Society a annoncé que la lune, dans sa phase du premier trimestre pour le mois de Muharram, sera visible dans le ciel au-dessus du monde arabe pendant la journée du samedi 13 juillet, a rapporté l’agence de presse saoudienne.

La lune se lèvera à midi heure locale de l’horizon oriental et atteindra son point culminant dans le ciel au coucher du soleil, donnant aux amateurs d’astronomie une excellente occasion d’étudier sa surface. Après la tombée de la nuit, Spica, l’une des 20 étoiles les plus brillantes du ciel nocturne, sera visible près de la lune.

Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet.

Il a noté que, pendant sa phase du premier quart, la moitié de la lune est illuminée. C’est le moment idéal, dit-il, pour observer la surface de la lune avec des jumelles ou un petit télescope, car les montagnes, les cratères et d’autres caractéristiques sont particulièrement clairs, en particulier le long de la ligne de terminaison, qui sépare le côté jour du côté nuit. « L’interaction de la lumière et des ombres le long de cette ligne offre une vue en trois dimensions époustouflante », a expliqué Abu Zahra.

Il a ajouté que la lune restera visible jusqu’à minuit, heure locale, pour atteindre son premier quart à 1 h 48, Makkah. À ce stade, il aura terminé un quart de son orbite autour de la Terre pour ce mois.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Une source sécuritaire libanaise affirme qu'une frappe israélienne a tué deux civils

Smoke from Israeli bombardment billows in Kfarkila in southern Lebanon on July 12, 2024(AFP)
Smoke from Israeli bombardment billows in Kfarkila in southern Lebanon on July 12, 2024(AFP)
Short Url
  • La source sécuritaire a déclaré sous couvert d'anonymat que "deux civils prenaient de l'eau d'une source au bord de la route" dans la région de Deir Mimas lorsqu'ils ont été tués dans une "frappe aérienne israélienne".
  • L'Agence nationale de presse libanaise (ANI) a déclaré qu'un "drone ennemi" avait tué les deux hommes samedi, dont un membre du conseil local du mouvement Amal dans le village voisin de Kfar Kila, frontalier d'Israël.

BEYROUTH : Une source de sécurité libanaise a déclaré à l'AFP qu'une frappe aérienne israélienne avait tué samedi deux civils dans le sud du Liban, l'armée israélienne disant y avoir tué deux membres du Hezbollah.

La source sécuritaire a déclaré sous couvert d'anonymat que "deux civils prenaient de l'eau d'une source au bord de la route" dans la région de Deir Mimas lorsqu'ils ont été tués dans une "frappe aérienne israélienne".

Une source proche du Hezbollah a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat que l'une des victimes était membre du mouvement islamiste libanais, tandis que le deuxième homme appartenait au mouvement Amal, allié du Hezbollah.

Les deux hommes étaient "des civils et non des combattants", a ajouté la source.

L'armée israélienne a indiqué dans un communiqué que "des soldats ont identifié deux terroristes du Hezbollah s'apprêtant à lancer des projectiles vers le territoire israélien dans la région de Deir Mimas dans le sud du Liban".

"Peu de temps après l'identification, l'armée de l'air a frappé les terroristes", ajoute le communiqué.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre, le Hezbollah, allié du Hamas, échange quotidiennement des tirs transfrontaliers avec Israël, qui font craindre une guerre à plus grande échelle.

L'Agence nationale de presse libanaise (ANI) a déclaré qu'un "drone ennemi" avait tué les deux hommes samedi, dont un membre du conseil local du mouvement Amal dans le village voisin de Kfar Kila, frontalier d'Israël.

L'ANI a indiqué qu'ils allaient chercher de l'eau à la source "pour la donner au bétail de Kfar Kila".

Le mouvement Amal a publié un communiqué affirmant qu'un de ses membres, né en 1964, avait été tué.

Les violences à la frontière israélo-libanaise ont fait plus de 500 morts au Liban, dont plus de 90 civils, selon un décompte de l'AFP.

Du côté israélien, au moins 29 personnes, dont 13 civils, ont été tuées, selon les autorités.


Gaza: le Hamas annonce au moins 71 morts dans une frappe sur un camp de déplacés

Une jeune fillette marche devant une tente dans un camp de personnes déplacées par le conflit à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 juillet 2024 (AFP)
Une jeune fillette marche devant une tente dans un camp de personnes déplacées par le conflit à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 juillet 2024 (AFP)
Short Url
  • 71 Palestiniens avaient été tués dans une frappe israélienne sur le camp de déplacés d'Al-Mawasi dans le sud de la bande de Gaza.
  • A l'hôpital koweïtien de Rafah, le directeur Suhaib al-Hams, a indiqué que la plupart des blessures étaient graves, dont des amputations.

TERRITOIRES PALESTINIENS : Le ministère de la Santé du gouvernement du Hamas a annoncé samedi qu'au moins 71 Palestiniens avaient été tués dans une frappe israélienne sur le camp de déplacés d'Al-Mawasi dans le sud de la bande de Gaza, revoyant à la hausse son précédent bilan.

La zone d'Al-Mawasi, sur la côte entre Rafah et Khan Younès, avait été déclarée "zone humanitaire" par Israël, en théorie sûre pour les déplacés.

L'Unrwa, agence onusienne pour les réfugiés palestiniens, estime qu'environ 1,5 million de personnes se trouvent dans l'ensemble d'Al-Mawasi, a indiqué une porte-parole à l'AFP.

La frappe de samedi a touché la partie d'Al-Mawasi dans le secteur de Khan Younès.

Dans un communiqué, le ministère de la Santé du gouvernement du Hamas a dénoncé "un massacre odieux de l'occupation (Israël, ndlr) contre des citoyens et des déplacés", faisant état de plus de 71 morts et de 289 blessés.

Interrogée par l'AFP, l'armée israélienne a répondu examiner ces informations.

"Il reste de nombreuses dépouilles de martyrs éparpillées dans les rues, sous les décombres et autour des tentes de déplacés que l'on ne peut atteindre en raison des tirs intenses de l'occupation", a rapporté Mahmoud Bassal, porte-parole de la Défense civile, estimant qu'il s'agissait d'un "nouveau massacre".

Les victimes ont été transférées vers plusieurs hôpitaux de la région.

A l'hôpital koweïtien de Rafah, le directeur Suhaib al-Hams, a indiqué que la plupart des blessures étaient graves, dont des amputations.

Il a qualifié la situation de "vrai désastre qui survient en plein effondrement du système de santé", d'après un communiqué.

Cette dernière semaine, quatre écoles abritant des déplacés ont été visées en quatre jours par des frappes, faisant au moins 49 morts, d'après des sources à Gaza dont le Hamas. Israël a dit viser des "terroristes".

La guerre, entrée dans son dixième mois, a éclaté le 7 octobre après une attaque sans précédent menée par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.195 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, Israël a juré de détruire le Hamas et lancé une offensive qui a fait au moins 38.345 morts, en majorité des civils, d'après des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.