La Jordanie interdit à dix personnes de voyager et accuse vingt-huit autres de traite d’êtres humains et de fraude dans l’affaire des pèlerins

Des pèlerins musulmans accomplissent le rituel de la circumambulation d’adieu, ou «tawaf», qui consiste à faire sept fois le tour de la Kaaba, le site le plus sacré de l’islam, à la Grande mosquée de la Ville sainte de La Mecque. (AFP)
Des pèlerins musulmans accomplissent le rituel de la circumambulation d’adieu, ou «tawaf», qui consiste à faire sept fois le tour de la Kaaba, le site le plus sacré de l’islam, à la Grande mosquée de la Ville sainte de La Mecque. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 25 juin 2024

La Jordanie interdit à dix personnes de voyager et accuse vingt-huit autres de traite d’êtres humains et de fraude dans l’affaire des pèlerins

  • Le ministère public demandera à l’Unité de lutte contre la cybercriminalité de contrôler et de surveiller les témoignages des victimes et les vidéos relatives à la promotion du Hajj illégal sur les réseaux sociaux
  • Des agences de voyages du monde entier ont trompé des visiteurs étrangers se rendant en Arabie saoudite en leur délivrant des visas qui n’étaient pas destinés au Hajj

LE CAIRE: La Jordanie a déclaré qu’elle avait interdit à dix personnes de voyager et qu’elle avait accusé vingt-huit autres de traite d’êtres humains et de fraude pour avoir envoyé au pèlerinage du Hajj un nombre de Jordaniens dépassant le quota officiel du pays, rapporte l’agence de presse Petra.

Le ministère public a annoncé les résultats de ce qu’il a appelé des «enquêtes préliminaires» sur l’affaire des Jordaniens qui se sont rendus pour accomplir les rituels du Hajj «en dehors du cadre de la mission officielle de l’année 2024, ce qui a entraîné la mort de quatre-vingt-dix-neuf personnes», citant les derniers chiffres publiés par le ministère jordanien des Affaires étrangères et des Affaires des expatriés.

L’agence de presse indique aujourd’hui qu’à la suite de l’enquête, le ministère public avait accusé vingt-huit personnes de traite d’êtres humains et de fraude.

Elle ajoute que le ministère public a décidé d’arrêter dix-neuf personnes, dont une femme, et d’interdire à dix personnes de voyager dans l’attente de l’issue de l’enquête.

Le ministère public demandera également à l’Unité de lutte contre la cybercriminalité de contrôler et de surveiller les témoignages des victimes et les vidéos relatives à la promotion du Hajj illégal sur les réseaux sociaux.

Des agences de voyages du monde entier ont trompé des visiteurs étrangers se rendant en Arabie saoudite en leur délivrant des visas qui n’étaient pas destinés au Hajj et en les encourageant à enfreindre le règlement en passant deux mois à La Mecque avant le pèlerinage, a précisé lundi un porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Le porte-parole chargé de la sécurité du ministère saoudien de l’Intérieur, le colonel Talal ben Abdel Mohsen ben Chalhoub, a mentionné que mille trois cent une personnes étaient mortes pendant le Hajj, dont mille soixante-dix-neuf pèlerins qui n’avaient pas de permis pour le Hajj. Les personnes décédées qui n’étaient pas autorisées à effectuer le Hajj représentent 83% du total des décès.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Gaza: report de l'arrivée au Qatar d'une délégation israélienne pour les pourparlers de trêve

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'adresse à une réunion conjointe du Congrès au Capitole, le 24 juillet 2024 à Washington, DC. (Photo AFP)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'adresse à une réunion conjointe du Congrès au Capitole, le 24 juillet 2024 à Washington, DC. (Photo AFP)
Short Url
  • Les réunions qui devaient avoir lieu jeudi ont été repoussées au début de la semaine prochaine, a déclaré cette source sous couvert d'anonymat, sans préciser la raison de ce report.
  • La délégation israélienne devait rencontrer le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani, pour discuter de nouvelles demandes israéliennes.

DOHA : L'arrivée au Qatar d'une délégation israélienne dans le cadre des efforts destinés à relancer les négociations pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza associé à une libération des otages a été reportée, a indiqué mercredi une source proche des discussions.

Les réunions qui devaient avoir lieu jeudi ont été repoussées au début de la semaine prochaine, a déclaré cette source sous couvert d'anonymat, sans préciser la raison de ce report.

Le Qatar, avec l'Egypte et les Etats-Unis, mène depuis des mois des efforts discrets pour négocier une trêve dans la guerre entre Israël et le Hamas, associée à un échange d'otages retenus dans la bande de Gaza et de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.

De récentes discussions ont porté sur un cadre présenté fin mai par le président américain Joe Biden, qui avait indiqué qu'il s'agissait d'une proposition israélienne.

La délégation israélienne devait rencontrer le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani, pour discuter de nouvelles demandes israéliennes, avait indiqué lundi la même source, citant notamment le contrôle du retour dans le nord de la bande de Gaza des civils déplacés.

Arrivé lundi à Washington, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, prononce mercredi un discours devant le Congrès américain.

Il doit s'entretenir jeudi avec Joe Biden au moment où les relations entre Israël et le gouvernement américain sont relativement tendues, les Etats-Unis faisant pression pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, dévastée par plus de neuf mois de guerre.

Le Premier ministre du Qatar a eu un entretien téléphonique avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, selon un communiqué officiel publié mercredi à Doha.

Ils ont discuté des "derniers développements à Gaza et dans les territoires palestiniens occupés, ainsi que des efforts de médiation conjoints pour mettre fin à la guerre dans la région", selon le texte.


Un protocole d'accord pour stimuler la création d'emplois et la formation dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration en Arabie saoudite

Le Ministère du Tourisme et Al-Balad Development Co. concluent un protocole d'accord. (SPA)
Le Ministère du Tourisme et Al-Balad Development Co. concluent un protocole d'accord. (SPA)
Short Url
  • Le protocole d'accord porte sur l'amélioration des services d'accueil dans le quartier historique d'Al-Balad à Djeddah.
  • La collaboration permettra de créer des emplois locaux et de développer une main-d'œuvre qualifiée dans les domaines de l'hôtellerie, du tourisme patrimonial et de l'orientation touristique.

RIYADH : Le ministère du Tourisme et Al-Balad Development Co, une filiale du Fonds d'investissement public, ont signé mercredi un protocole d'accord pour collaborer à la valorisation du capital humain national dans le secteur du tourisme.

Le protocole d'accord se concentre sur l'amélioration des services d'accueil dans le quartier historique de Jeddah, Al-Balad, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Cette collaboration permettra de créer des emplois locaux et de développer une main-d'œuvre qualifiée dans les domaines de l'hôtellerie, du tourisme patrimonial et de l'orientation touristique.

L'accord, signé par Jamil Ghaznawi, PDG d'Al-Balad Development Co. Jamil Ghaznawi, PDG d'Al-Balad Development Co., et Hind Al-Zahid, sous-secrétaire par intérim au développement des ressources humaines dans le secteur du tourisme, en présence du ministre du tourisme, Ahmed Al-Khateeb, stipule un effort de collaboration visant à exploiter les ressources et l'expertise partagées.

Le partenariat vise à renforcer les capacités des ressortissants saoudiens par le biais d'une formation complète, d'un enseignement et d'opportunités d'emploi.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale du Royaume en matière de tourisme, qui vise à attirer 150 millions de visiteurs par an d'ici à 2030 et à créer 1,6 million d'emplois liés au tourisme.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


L'Arabie saoudite se félicite de l'accord conclu entre les parties yéménites en vue de lever les sanctions économiques

Le Gouvernement du Yémen et les Houthis se sont mis d'accord pour augmenter la fréquence des vols de Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et pour introduire des vols quotidiens entre la capitale et Le Caire et l'Inde. (AFP)
Le Gouvernement du Yémen et les Houthis se sont mis d'accord pour augmenter la fréquence des vols de Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et pour introduire des vols quotidiens entre la capitale et Le Caire et l'Inde. (AFP)
Short Url
  • Les autorités yéménites et les Houthis se sont mis d'accord pour augmenter la fréquence des vols de la compagnie Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et pour introduire d'autres vols.
  • Le Royaume a réaffirmé son soutien constant au Yémen, à son gouvernement et à son peuple, ainsi que sa volonté d'encourager les efforts visant à réduire l'escalade et à maintenir le calme.

RIYADH : l'Arabie saoudite a salué mercredi une déclaration de l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen au sujet d'un accord entre le gouvernement internationalement reconnu du pays et les Houthis pour lever les sanctions économiques.

Hans Grundberg, l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, a déclaré mardi que les deux parties avaient convenu d'atténuer les hostilités économiques en annulant les mesures les plus récentes prises à l'encontre des banques dans les zones contrôlées par l'autre partie et s'étaient engagées à mettre fin à toutes les mesures de ce type à l'avenir.

Elles ont également convenu d'augmenter la fréquence des vols de la compagnie nationale Yemenia entre Sanaa et la Jordanie de un à trois par jour et d'introduire des vols quotidiens entre la capitale et Le Caire et l'Inde. En outre, les deux parties discuteront des questions administratives, technologiques et budgétaires liées à la compagnie aérienne.

Le Royaume a réaffirmé son soutien constant au Yémen, à son gouvernement et à son peuple, ainsi que sa volonté d'encourager les efforts visant à réduire l'escalade et à maintenir le calme.

Le Royaume espère que l'accord contribuera au dialogue entre les parties yéménites sous les auspices du Bureau de l'envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen afin de résoudre toutes les questions économiques et humanitaires et de parvenir à une solution politique globale à la crise yéménite dans le cadre de la feuille de route visant à soutenir le processus de paix au Yémen.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com