Un an plus tard, toujours pas de justice pour les victimes de l’attaque aérienne de l’Iran

Un pilote dépose des fleurs sur un mémorial à Kiev, en Ukraine, vendredi 8 janvier 2021, pour les victimes d’un accident d’avion ukrainien 737-800 à la périphérie de Téhéran (AP)
Un pilote dépose des fleurs sur un mémorial à Kiev, en Ukraine, vendredi 8 janvier 2021, pour les victimes d’un accident d’avion ukrainien 737-800 à la périphérie de Téhéran (AP)
Short Url
Publié le Lundi 11 janvier 2021

Un an plus tard, toujours pas de justice pour les victimes de l’attaque aérienne de l’Iran

  • Le vol 752 a été abattu par deux missiles du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) quelques minutes après son décollage de Téhéran
  • Le HRW appelle Téhéran à «coopérer avec les organismes internationaux pour découvrir la vérité et offrir aux familles des victimes la justice et une réparation appropriée

LONDRES : Un an après que deux missiles iraniens ont abattu un avion de la compagnie Ukraine International Airlines, l’ONG internationale Human Rights Watch (HRW) exhorte Téhéran à mener une «enquête transparente et crédible» sur les tirs et dénonce la répression menée à l’encontre des familles des victimes et d’Iraniens qui réclament que justice soit faite. 

Le HRW appelle également Téhéran à «coopérer avec les organismes internationaux pour découvrir la vérité et offrir aux familles des victimes la justice et une réparation appropriée». 

Le vol 752 a été abattu par deux missiles du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) quelques minutes après son décollage de Téhéran. Les 176 passagers, dont des dizaines d’étudiants iraniens de la meilleure université du pays, et les membres d’équipage ont péri dans l’accident. 

«Les familles des victimes ont le droit savoir qui est responsable de la mort de leurs proches», souligne Michael Page, directeur adjoint du HRW pour le Moyen-Orient.  

«Le gouvernement iranien devrait rapidement verser une indemnisation adéquate aux familles et mener une enquête transparente et objective avec des poursuites équitables, quel que soit le poste ou le grade du responsable.»  

Téhéran s'est attiré les critiques du gouvernement ukrainien qui n’a pas été autorisé à participer à l'enquête. 

Le gouvernement du Canada, dont les ressortissants constituaient la majorité des victimes, a aussi demandé à plusieurs reprises à Téhéran d’ouvrir une enquête multilatérale. 

A year ago, 176 innocent people, including many Canadians, were killed when Iran shot down Flight 752. Today, we remember them and stand with those they loved. We will continue to support them and work to get them the justice they deserve. https://t.co/jl8ZEo0mf0

— Justin Trudeau (@JustinTrudeau) January 8, 2021

Le gouvernement britannique a également publié vendredi une déclaration conjointe avec les gouvernements ukrainien, canadien, suédois et afghan, qui ont tous des citoyens tués dans l’accident, dans laquelle ils «demandent d’urgence à l’Iran de fournir une explication complète et approfondie des événements et des décisions qui ont conduit à cet effroyable accident». Ils se sont tous engagés à «exiger des comptes pour que justice soit rendue». 

Les cinq pays ont également déclaré qu’ils veulent que l’Iran «rende justice et s’assure d’accorder des compensations complètes aux familles des victimes ainsi qu’aux pays touchés par cet accident tragique». 

Les tirs et la dissimulation du rôle du CGRI qui a suivi ont également déclenché des protestations à l’échelle nationale de la part des Iraniens. Eux aussi demandent que justice soit faite. 

Selon le HRW, au cours de l’année passée, au moins vingt Iraniens qui manifestaient ont été poursuivis pour avoir pris la parole, alors que personne n’a encore été jugé dans l’explosion de l’avion. 

«Les responsables iraniens doivent immédiatement et inconditionnellement abandonner les charges retenues contre ceux qui manifestent pacifiquement, cesser d’intimider les familles et diriger leurs efforts pour demander des comptes aux vrais coupables», soutient Michael Page. 

Selon un porte-parole de l’autorité judiciaire, six personnes ont été arrêtées dans le cadre de l’accident d’avion, mais cinq d’entre elles ont été libérées sous caution. 

«Toutefois, il n’y a aucune chance que les responsables soient confrontés à une véritable justice», explique Sadeq Saba, rédacteur en chef du journal persan Iran International, à Arab News. «Le système judiciaire iranien n’est pas créé pour protéger les droits des individus en Iran, mais au contraire, pour protéger l’État», poursuit le journaliste, qui exerçait le métier d’avocat avant la révolution de 1979. 

Pour lui, la criminalisation des manifestants à la suite de la frappe de missiles est une «parodie de justice», mais ce n’est pas du tout une surprise, car «Téhéran poursuit généralement les victimes plutôt que les auteurs de crimes. 

«Comme ce sont des membres du CGRI, l’organisation la plus militairement et politiquement puissante d’Iran, qui sont responsables des tirs, le régime fera tout son possible pour se protéger et préserver son image, même s’il doit pour cela entraver le cours de la justice et harceler les familles des victimes qui ne cherchent pourtant qu’à connaître la vérité et à faire leur deuil», confie Sadeq Saba. 

Le HRW affirme ainsi que les autorités iraniennes ont «intimidé et harcelé les familles pour les empêcher de porter plainte». 

Pour Téhéran, les familles qui demandent justice sont de vrais «ennemis de l’État» et une «menace» plutôt que des «victimes qui ont besoin d’aide», confie Sadeq Saba. «C’est toujours le cas dans une telle, prétendue, république islamique!» 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Uber nomme un nouveau directeur général régional pour le Moyen-Orient et l’Afrique

Au service d’Uber depuis 2015, M. Hiemstra occupait récemment le poste de directeur général de la région Afrique subsaharienne. (Photo fournie)
Au service d’Uber depuis 2015, M. Hiemstra occupait récemment le poste de directeur général de la région Afrique subsaharienne. (Photo fournie)
Short Url
  • Basé à Dubaï, M. Hiemstra sera chargé de diriger la prochaine phase de croissance de la société de covoiturage Uber dans la région, qui couvre 15 pays
  • Au service d’Uber depuis 2015, M. Hiemstra occupait récemment le poste de directeur général de la région Afrique subsaharienne

RIYAD: Uber a nommé Frans Hiemstra comme nouveau directeur général régional pour le Moyen-Orient et l’Afrique.

Basé à Dubaï, M. Hiemstra sera chargé de diriger la prochaine phase de croissance de la société de covoiturage Uber dans la région, qui couvre 15 pays, selon un communiqué. Il contribuera à identifier les domaines de croissance, à définir les priorités régionales et à favoriser l’excellence opérationnelle pour stimuler l’activité d’Uber, ajoute-t-il.

Au service d’Uber depuis 2015, M. Hiemstra occupait récemment le poste de directeur général de la région Afrique subsaharienne.

«C’est un honneur pour moi d’être le directeur général pour la région Moyen-Orient et Afrique au moment où nous nous efforçons de développer notre activité de mobilité partagée, de nous engager à atteindre nos objectifs de développement durable et de créer davantage de perspectives de rendement pour les chauffeurs et les coursiers qui utilisent l’application Uber», a déclaré M. Hiemstra.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


La Commission saoudienne de l'éducation approuve le plan stratégique 2023-2027

La Commission d'évaluation de l'éducation et de la formation est l'autorité compétente en Arabie saoudite pour évaluer, mesurer et approuver les qualifications dans le domaine de l'éducation et de la formation. (etec.gov.sa)
La Commission d'évaluation de l'éducation et de la formation est l'autorité compétente en Arabie saoudite pour évaluer, mesurer et approuver les qualifications dans le domaine de l'éducation et de la formation. (etec.gov.sa)
Short Url
  • Ce plan qui s’étale sur quatre ans vise à développer le secteur de l'éducation et de la formation, afin de parvenir à un modèle saoudien de premier plan pour le secteur
  • Il a pour objectif d’améliorer les résultats d'apprentissage des étudiants grâce à des normes et des évaluations de programmes modernes

RIYAD: Le Conseil d'administration de la Commission d'évaluation de l'éducation et de la formation (Etec) a approuvé son plan stratégique pour les années 2023-2027.

L'Etec est l'autorité compétente du Royaume pour évaluer, mesurer et approuver les qualifications en matière d'éducation et de formation. Elle englobe les secteurs public et privé et améliore la qualité de l'enseignement, au service de l'économie et du développement national.

Ce plan qui s’étale sur quatre ans vise à développer le secteur de l'éducation et de la formation, afin de parvenir à un modèle saoudien de premier plan pour le secteur.

Le modèle saoudien est conçu pour parvenir au développement national et à la croissance économique, grâce au travail de la commission avec les autorités nationales compétentes. Il vise également à améliorer la qualité du rendement pour répondre aux besoins du marché du travail et du programme de développement des capacités humaines de la Vision 2030.

Le plan stratégique englobe les étudiants, les stagiaires, les acquis d'apprentissage, les spécialistes, les institutions, les programmes, le système d'éducation et de formation, ainsi que les capacités internes de l'Etec.

Il vise à améliorer les résultats d'apprentissage des étudiants grâce à des normes et des évaluations de programmes modernes, ainsi que l'excellence et la qualité des professionnels de l'éducation et de la formation, en établissant des normes plus élevées, en accordant des licences, et en accélérant le rythme de l'excellence dans le domaine.

Cet objectif est atteint en menant des processus d’examens, d'évaluation et d'accréditation efficaces, en sus du fait d'établir une culture d'amélioration continue du système d'éducation et de formation, en fournissant des conseils basés sur des données pour soutenir la prise de décision nationale, et en développant et renforçant les capacités internes de l’Etec.

Le plan comprend également un certain nombre d'initiatives, de projets, d'indicateurs de rendement et d'objectifs qui relèvent des programmes d'évaluation: l'évaluation nationale des progrès scolaires et le programme national d'évaluation des acquis universitaires.

Le Conseil d'administration de la commission a également approuvé des normes d'accréditation académiques mises à jour en vue d'améliorer les performances.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le Koweït nomme Nasser al-Hain comme son représentant à l'ONU

Nasser al-Hain est un diplomate de longue date, qui a représenté le Koweït lors de nombreux événements internationaux. (Photo, AN)
Nasser al-Hain est un diplomate de longue date, qui a représenté le Koweït lors de nombreux événements internationaux. (Photo, AN)
Short Url
  • La directrice générale du bureau des Nations unies loue les efforts humanitaires du Koweït
  • Al-Hain est un diplomate de longue date et a représenté son pays lors de plusieurs événements internationaux

GENÈVE: Le Koweït a nommé Nasser al-Hain comme son représentant permanent aux Nations unies.

L'ambassadeur a présenté lundi ses lettres de créance à la directrice du bureau des Nations unies à Genève, Tatiana Valovaya, a rapporté Kuwait News Agency.    

Al-Hain a salué les contributions majeures de l'ONU dans divers domaines, et en particulier ses efforts humanitaires.

Valovaya a loué les efforts humanitaires du Koweït et a souligné les liens étroits de ce pays avec l'ONU et d'autres organisations internationales.

Al-Hain est un diplomate de longue date et a représenté son pays lors de plusieurs événements internationaux.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com