La réunion surprise entre Erdogan et Hariri irrite l'opposition turque

Le principal parti d'opposition appelle le gouvernement turc à être tenu pour responsable des allégations de corruption et a blâmé l'AKP pour la bande passante Internet la plus lente du pays en raison de l'allocation inefficace des ressources de l'État. (AFP PHOTO / Service de presse présidentielle turque)
Short Url
Publié le Mardi 12 janvier 2021

La réunion surprise entre Erdogan et Hariri irrite l'opposition turque

  • La visite du Premier ministre libanais en Turquie a suscité des remous au sein de l’opposition turque, son nom était souvent associé à des affaires de corruption dans le pays
  • La famille Hariri est présumée être impliquée dans un scandale de corruption lié à Türk Telekom, première société du pays dans le domaine des technologies de l'information et de la communication

DJEDDAH : Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a rencontré en tête-à-tête le Premier ministre libanais, Saad Hariri, lundi 8 janvier à Istanbul, lors d’une rencontre inattendue.

Les possibilités de coopération entre les deux pays, notamment le renforcement des relations économiques et commerciales, ont été discutées lors de la réunion amicale entre les deux hommes, durant laquelle Saad Hariri a remercié Erdogan pour son soutien aux investissements turcs réalisés au Liban.

Cependant, la visite du Premier ministre libanais a suscité des remous, son nom était souvent associé à des affaires de corruption en Turquie, notamment en ce qui concerne l'implication présumée de la famille Hariri dans Türk Telekom, première société du pays dans le domaine des technologies de l'information et de la communication, société autrefois lucrative.

Au cours de son discours parlementaire lundi, Faik Oztrak, porte-parole du principal parti d'opposition (CHP), a condamné l'accueil chaleureux de Saad Hariri par Recep Tayyip Erdogan. «Comment pouvez-vous vous asseoir à la même table que cet homme qui a gagné des milliards de dollars sans payer un centime pour Telekom ?», a-t-il demandé. 

Le conseiller principal du président turc, Yigit Bulut, et le vice-président turc, Fuat Oktay, ont été membres du conseil d’administration de Türk Telekom, et ont bénéficié de salaires élevés lors du processus de privatisation de la société. Oktay a longtemps travaillé comme vice-président de la compagnie.

«Cette famille a emprunté de l'argent aux banques turques et a payé au Trésor le prix de la privatisation de Telekom. Elle a ensuite pillé des millions de dollars de revenus de dividendes de la Turquie transférés vers le Liban. Au total, cet homme a placé 3,5 milliards de dollars (un dollar = 0,82 euros) de prêts auprès de nos banques», a affirmé Oztrak.

Scandale caché

Les critiques du parlementaire de l'opposition ont à nouveau mis la lumière sur ce scandale longtemps caché, qui avait impliqué l'entreprise de télécommunications. Celle-ci avait été mise sous le feu des projecteurs en mars 2013, lorsque le quotidien pro-gouvernemental Sabah a révélé que Turk Telekom avait secrètement et illégalement mis en vente ses câbles en cuivre, pour les transformer en câbles à fibre optique moins chers.

Mais cette vente qui portait sur des milliers de tonnes de câbles éraflés — d'une valeur de près de 10 millions de dollars — n'a pas été communiquée officiellement à la Bourse, malgré l'existence de deux décisions de justice ayant empêché le groupe libanais possédé par Saad Hariri, détenteur de 55% des actions de l’entreprise, de réaliser cette vente, n’ayant pas reçu l’approbation officielle du Trésor turc.

Cet acte de corruption est passé inaperçu pendant des années et aucune enquête approfondie n’a été menée sur la quantité de cuivre vendu ou sur ses acheteurs. Türk Telekom a été privatisée en 2005, trois ans seulement après l'arrivée au pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP). Oger Telecommunications, propriété de la famille Hariri, a acquis une participation d’une valeur de 6,5 milliards de dollars en recevant des prêts de dizaines de prêteurs turcs et internationaux.

En 2018, la famille Hariri a omis de payer un versement sur ce qui représentait le plus grand crédit aux entreprises de la Turquie, d’un montant de 4,75 milliards de dollars, et ses avoirs ont été repris par une vingtaine de prêteurs, dont plusieurs banques turques.

Le principal parti d'opposition appelle le gouvernement turc à rendre des comptes sur les allégations de corruption, et blâme l'AKP, car en raison de l’allocation inefficace des ressources de l’État, la bande passante Internet est très lente. 

Le porte-parole du principal parti d'opposition a critiqué la gestion par le gouvernement de Türk Telekom depuis 2017. Lors d’une précédente question parlementaire posée en juillet 2017, Oztrak avait déclaré que les ressources publiques étaient utilisées pour compenser l'échec du paiement de la famille Hariri à Türk Telekom, accusant les autorités publiques  de fermer les yeux sur une corruption continue.

À la suite de l’enquête parlementaire menée par Faik Oztrak, le vice-Premier ministre de l’époque, Nurettin Canikli, avait déclaré que Türk Telekom avait transféré environ 3,1 milliards de dollars à l’étranger, sous forme de parts de bénéfices.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Le monde arabe détient le record de jeunes dans le besoin et victimes de violences

Des ambulances passent devant des manifestants antigouvernementaux lors d'une manifestation devant le conseil municipal de Dhi Qar dans la ville de Nasiriyah, au sud de l'Irak, le 27 février 2021, après le jour le plus meurtrier d'une semaine de violence dans la ville qui a fait quatre morts parmi les manifestants antigouvernementaux. (Assaad AL-NIYAZI / AFP)
Short Url
  • Le taux de chômage est de 29% en Afrique du Nord et 25% au Moyen-Orient
  • Plus de 22.000 mineurs ont été tués dans la seule Syrie depuis le début de la guerre civile il y a dix ans, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme

AMMAN : La région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena) détient un double record mondial: celui des jeunes dans le besoin et des enfants victimes de graves violences, affirme le directeur régional de l'Unicef.

Malgré ce triste bilan, Ted Chaiban assure dans un entretien à l'AFP à Amman qu'il existe une lueur d'espoir à condition que se construisent de nouvelles relations entre les gouvernements et les jeunes, dix ans après le déclenchement des révoltes du printemps arabe.

"Après 2011, la vie et l'avenir des jeunes ont été mis en péril par la multiplication des conflits et la chute des prix du pétrole", note-t-il. Le résultat est accablant dans une région qui compte 124 millions de jeunes entre 10 et 24 ans, soit 26% de la population selon l'Unicef.

"Aujourd'hui, 38 millions d'enfants et d'adolescents ont besoin d'une aide humanitaire dans cette région, soit le nombre le plus élevé au monde. Il en va de même pour le chômage", relève ce responsable de l'agence onusienne.

En outre, le taux de chômage est de 29% en Afrique du Nord et 25% au Moyen-Orient. Et il est plus élevé chez les femmes avec respectivement 39 et 41%.

"Pour l'Unicef, la région Mena représente plus de 50% du montant des appels de fonds pour l'aide humanitaire, soit un accroissement significatif depuis 2011 en raison de la dégradation économique et politique", souligne M. Chaiban.

Or, les perspectives ne sont pas réjouissantes. Il faudrait selon la Banque mondiale créer 300 millions de nouveaux emplois d'ici 2050. Pour satisfaire la demande des jeunes entrant sur le marché du travail, les pays de la région Mena devront dès aujourd'hui "créer 800.000 emplois par mois", a indiqué un responsable de la Banque mondiale en janvier.

D'autre part, la région, théâtre de conflits et d'une brutale répression dans plusieurs pays, "a connu depuis 2011 un accroissement exponentiel des violences contre le jeunes", ajoute le directeur régional de l'Unicef.

Selon lui, la moitié des 28.000 "graves violations" contre les jeunes recensées dans le monde en 2019, se sont produites dans sept pays de la région Mena.

Et elles ont doublé entre 2017 et 2019 selon les chiffres de l'ONU.

L'ONU regroupe sous le terme "graves violations" les mineurs blessés ou tués, le recrutement d'enfant soldats, les violences sexuelles, le rapt, les attaques contre les écoles et les hôpitaux, et le refus d'un accès humanitaire aux mineurs.

"Impliquer les jeunes"

Or, selon Juliette Touma, responsable de la communication de l'Unicef dans la région, "ce n'est que la partie émergée de l'iceberg. Le nombre réel d'enfants tués ou blessés semble être bien plus haut."

Pour preuve, plus de 22.000 mineurs ont été tués dans la seule Syrie depuis le début de la guerre civile il y a dix ans, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui recense méthodiquement les victimes du conflit dans ce pays.

Pour ajouter à cette situation déjà difficile, la pandémie de coronavirus a privé de cours 40% des élèves faute d'accès à l'enseignement numérique dans la région Mena. 

"Il faut rouvrir les classes avec un enseignement hybride combinant le présentiel et l'enseignement à distance", plaide M. Chaiban.

Il est néanmoins optimiste malgré ce sombre tableau, car, "en dépit de la tourmente, des conflits armés et de l'incertitude économique, plus d'enfants vont à l'école, sont vaccinés contre les maladies infantiles et ont accès à l'eau potable".

C'est l'occasion d'améliorer la qualité de l'enseignement et le mettre en adéquation avec l'évolution de l'emploi.

"Nous avons une excellente opportunité de réformer le secteur de l'éducation dans la région, d'impliquer les enfants et les jeunes, de leur donner les outils nécessaires pour répondre au changement rapide de l'économie, aux demandes du marché et de l'emploi dans l'avenir", dit-il avec enthousiasme.

Mais pour arriver à l'objectif, explique le directeur régional de l'Unicef, "il y a surtout un besoin crucial de nouvelles relations entre les gouvernements et les jeunes".  

Selon lui, "il faut créer des lieux, et des espaces où les jeunes peuvent s'exprimer, faire part librement de leurs inquiétudes, partager leurs idée de manière constructive sur la pauvreté, les inégalités et l’amélioration de la gouvernance".


La coalition arabe intercepte un drone lancé par les Houthis du Yémen vers l'Arabie Saoudite

Le porte-parole de la coalition arabe, le colonel Turki Al-Maliki, s'exprime lors d'une conférence de presse à Riyad. (Fichier/Reuters)
Short Url
  • Le drone Houthi visait la ville de Khamis Mushait, dans le sud du pays
  • "Les forces conjointes de la coalition ont réussi à intercepter et à détruire un drone piégé lancé par la milice Houthi soutenue par l'Iran" a déclaré le colonel Turki Al-Maliki

RIYADH : La coalition arabe a déclaré avoir intercepté et détruit un drone lancé par la milice Houthi du Yémen vers le sud de l'Arabie Saoudite, a rapporté l'Agence de presse saoudienne mercredi.

Le porte-parole, le colonel Turki Al-Maliki, a déclaré : "Les forces conjointes de la coalition ont réussi à intercepter et à détruire un drone piégé lancé par la milice Houthi soutenue par l'Iran de manière systématique et délibérée pour cibler les civils et les biens civils dans la ville de Khamis Mushait".

Le colonel Al-Maliki a déclaré que le commandement des forces conjointes de la coalition a pris et mis en œuvre les mesures opérationnelles nécessaires pour protéger les civils et les installations civiles, conformément au droit humanitaire international.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


À Bagdad, les musulmans se réjouissent de la rencontre entre le Pape et Sistani

Un panneau d'affichage géant montre le pape François et le grand ayatollah Ali Sistani à Bagdad le 3 mars 2021 avant la toute première visite papale en Irak, dans le but d'encourager la communauté chrétienne en déclin à rester dans leur ancienne patrie. Le slogan arabe sur le panneau d'affichage dit: "Vous faites partie de nous et nous faisons partie de vous". Sabah ARAR / AFP
Short Url
  • Le pape François sera le premier à rencontrer l'ayatollah Ali Sistani – la plus haute autorité de l’islam chiite – dans la ville chiite de Najaf
  • « Toute ma communauté est heureuse de la tenue de cet entretien, qui représente pour le peuple irakien un accomplissement pour la paix, en particulier les chrétiens et les chiites »

BAGDAD: Premier pape à visiter l'Irak, François sera également le premier à rencontrer l'ayatollah Ali Sistani – la plus haute autorité de l’islam chiite – dans la ville chiite de Najaf ce samedi. Un symbole fort pour la communauté chrétienne, mais aussi pour les musulmans. À Bagdad, chiites comme sunnites voient d’un bon œil cet événement.

L’entrevue entre les deux hommes de religion ne durera que quarante minutes. Les deux hommes seront parfois seuls, mais aussi avec leurs interprètes. Ils se rencontreront à l‘écart de la foule et des flashs des photographes, dans une modeste habitation dans une ruelle de Najaf.

Même si la réunion sera courte, elle a été d’ores et déjà été saluée par le président de la République irakienne Barham Saleh, qui y voit « une expression religieuse profonde de modération ».

« Toute ma communauté est heureuse de la tenue de cet entretien, qui représente pour le peuple irakien un accomplissement pour la paix, en particulier les chrétiens et les chiites », s'exclame Jalal Sharif, ecclésiastique et imam de la grande mosquée des prophètes de Rusafa, au centre de Bagdad. « Cette rencontre permettra de montrer la fraternité entre les deux religions et aussi d’aboutir à des résultats concrets qui se refléteront sur toute la société. »

L'une des figures les plus influentes en Irak

« Le grand ayatollah est considéré comme un leader pour tous les musulmans d'Irak », ajoute Jalal Sharif, passionné. « Sistani, pour les chiites, c'est l'équivalent du pape pour les chrétiens », abonde Saad al-Muttalibi, un parlementaire indépendant, auparavant affilié au parti islamiste chiite Dawa. «Lorsque cette visite a été annoncée, j'ai été surpris. Puis j'ai pensé que cette forme de respect que le pape montre à Sistani va l’aider à améliorer son image à l'international, peut-être même auprès des Américains et des Nations unies», affirme le politicien.

«Sistani, c’est quelqu’un qui a toujours su se positionner au juste milieu. Même les sunnites en Irak le respectent», argumente d’un ton convaincu Ali Riyadh. Ce jeune trentenaire travaille au ministère de la Culture et a été actif pendant les manifestations antigouvernementales qui se sont déroulées d’octobre 2019 à octobre 2020. Protestations au cours desquelles Sistani avait exprimé son soutien à la jeunesse en révolte. Considéré à l'unanimité comme l'une des figures les plus influentes en Irak aujourd'hui, le clergé nonagénaire a effectivement le pouvoir de mobiliser la nation en quelques mots.

Souvent critique de la mauvaise gestion politique et de l'étendue de la corruption en Irak, «Sistani est pourtant issu d'une école religieuse traditionnellement opposée à l'intervention d'un ayatollah en politique, mais depuis 2003, il a été presque contraint de le faire, après l'échec de la reconstruction du pays», explique Renad Mansour, analyste pour Chatham House à Londres. «Sistani joue un rôle central dans la construction de la paix en Irak. Je crois qu'il mérite cette reconnaissance lorsque le Pape viendra et je pense que cette rencontre sera le point culminant de la visite papale en Irak», estime pour sa part William Warda, président de l'organisation Hammurabi pour la défense des minorités religieuses en Irak.

Citoyen de seconde classe

Sistani a déjà pris des positions très positives en faveur des minorités chrétiennes en Irak: dans plusieurs fatwas, il a insisté sur le respect et la protection nécessaires qui devaient être accordés aux minorités religieuses. «Je pense qu’il y aura encore besoin de ces fatwas», souffle Wariqa Ghaser. Étudiante en business, la jeune femme de dix-neuf ans vient de Ramadi dans le désert d’Anbar, une région sunnite dans un pays majoritairement chiite. Elle-même membre d’un courant musulman qui est minoritaire en Irak, Wariqa se montre solidaire des chrétiens. «Ils ont encore besoin de beaucoup de soutien, après tout ce qu’ils ont vécu. Je pense que la rencontre [du pape François avec l’ayatollah Sistani] peut aider en ce sens. J’étais très enthousiaste quand j’ai appris qu’elle aurait lieu».

«Il est fort improbable que cette rencontre apporte des changements pour leur communauté», se désespère Muhi al Ansari. Sunnite lui aussi, ce journaliste qui travaille pour une chaîne Irakienne à Bagdad, se sent «un citoyen de seconde classe». «Le gouvernement, les armes, les milices… tout est contrôlé par les chiites et par une idéologie de fidélité envers l’Iran», dénonce-t-il. «Notre pays n’est pas en guerre, mais il n’est pas non plus en paix», acquiesce Ali Riyadh en hochant la tête. «En fin de compte, cette rencontre reste un mystère, non? Nous ne savons pas de quoi ils vont parler, s’ils feront mention de l’influence Iranienne en Irak, ou des relations entre l’Irak et Israël… Tout est possible, mais je me demande vraiment comment cette rencontre pourra déboucher sur des résultats concrets.»

 En février 2019, lors de sa visite à Abu Dhabi – la première d’un pontife dans la péninsule Arabique –  le pape François avait signé une déclaration de fraternité humaine avec le grand imam d’Al-Azhar, figure majeure de l’Islam sunnite. Ils sont nombreux à espérer aujourd’hui la même chose avec l’ayatollah chiite.