HRW critique Téhéran pour sa «répression acharnée de la contestation»

Les gens arrêtent leurs voitures sur une autoroute pour protester contre l'augmentation des prix de l'essence à Téhéran, Iran, le 16 novembre 2019 (Reuters)
Short Url
Publié le Mercredi 13 janvier 2021

HRW critique Téhéran pour sa «répression acharnée de la contestation»

  • «Les autorités iraniennes traitent la société civile comme leur principale menace et ne sont toujours pas tenues de rendre des comptes pour leurs exactions», dénonce HRW dans son rapport annuel 2021
  • HRW dénonce l’exécution par les autorités iraniennes de deux personnes déclarées coupables de meurtre lors des manifestations, dont Navid Afkari, 27 ans, un champion de lutte

LONDRES: L’organisation Human Rights Watch (HRW) critique dans son rapport annuel 2021, publié mercredi 13 janvier, les nombreuses violations des droits humains du régime iranien en 2020, mettant en évidence la mainmise impitoyable de l’État sur la société civile.

Accordant une attention particulière à l'activisme pacifique et aux manifestations antirégime, qui ont attiré l'attention de l’opinion publique mondiale ces dernières années, HRW accuse Téhéran d'«emprisonner des avocats, des défenseurs des droits humains et ceux qui protestent contre la corruption, la mauvaise gestion et la répression du gouvernement».

Le rapport met également l’accent sur la gestion par l'Iran de la pandémie du coronavirus, indiquant que si certains prisonniers se sont vu offrir une libération temporaire alors que l'État luttait pour contenir la propagation de la Covid-19, beaucoup n’ont pas bénéficié de cette mesure. Les prisonniers politiques ont été contraints de rester derrière les barreaux, alors que le virus se propageait à travers les cellules.

«Malgré les nombreuses crises géopolitiques, sanitaires et économiques auxquelles le pays est confronté, les autorités iraniennes traitent la société civile comme leur principale menace et ne sont toujours pas tenues de rendre des comptes pour leurs exactions», explique Michael Page, directeur adjoint de HRW pour le Moyen-Orient. «En réprimant les défenseurs des droits humains et d'autres militants, les autorités ne font qu'alimenter davantage la contestation et la frustration», affirme-t-il également. 

Le rapport souligne la répression brutale de Téhéran contre les manifestants pacifiques, affirmant que depuis janvier 2018, les autorités iraniennes ont répondu aux manifestations ordinaires dans tout le pays par une violence extrême et des arrestations de milliers de manifestants pacifiques sans fondement.

Au plus fort des manifestations de novembre 2019, lorsque l’Iran était au cœur de l’actualité internationale, HRW soutient que le régime a lancé une «répression brutale» en ordonnant la fermeture quasi totale des services Internet.

Condamnations à mort

HRW cite des chiffres publiés par Amnesty International, qui affirment que la répression par l’État des manifestations a entraîné la mort de 304 personnes. Téhéran avance lui le chiffre de 230 personnes tuées.

Le rapport critique également le régime pour son application systématique de la peine de mort. L’ONG précise ainsi que le 21 septembre 2020, les autorités ont exécuté deux personnes déclarées coupables de meurtre lors des manifestations, dont Navid Afkari, 27 ans, champion de lutte, «sans enquêter sur les graves accusations de torture qu'il a dit avoir subies lors de sa détention».

Ali Safavi, responsable de la Commission des Affaires étrangères du Conseil national de la résistance iranienne basé à Paris, affirme à Arab News que «les mesures répressives draconiennes de la théocratie au pouvoir, en particulier l'intensification des exécutions, des arrestations et des tortures de contestataires, doivent être considérées dans le contexte de plus en plus précaire du régime face à une énorme colère publique».

Il ajoute que la répression brutale des contestataires pourrait conduire à «l'explosion d'un autre soulèvement national, d'une ampleur et d'une intensité bien plus grandes que celui qui a embrasé près de 200 villes du pays en novembre 2019».

Safavi a déclaré que les conclusions du rapport de HRW ne constituaient pas une surprise, alors que «l'économie est sur le point de s'effondrer, la monnaie nationale iranienne est en chute libre, la corruption du gouvernement est endémique, et les querelles entre factions à un haut niveau ont atteint de nouveaux sommets».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com


Le rapport Stora: Apaisement ou nouvelle pomme de discorde?

Benjamin Stora pose pour une séance photo à Paris le 19 janvier 2021. (AFP).
Short Url
  • Pendant plus de six mois, Benjamin Stora, lui-même natif de la région de Constantine en Algérie, a élaboré à la demande d’Emmanuel Macron ce rapport qui s’articule autour de plusieurs thèmes
  • La publication du rapport Stora n’a pas encore suscité de réaction officielle algérienne. Par contre force est de constater que les Algériens ne veulent rien céder sur certains préalables a ce qu’ils qualifient de réconciliation durable

PARIS: Le rapport sur la colonisation et la guerre d’Algérie remis par l’historien Benjamin Stora au président français Emmanuel Macron est-il un socle pour des relations franco-algériennes apaisées ou un nouveau motif de discorde ?

Pour Paris, le rapport de M. Stora, spécialisé dans l’histoire algérienne, constitue une remise à plat de la mémoire de la guerre d’Algérie et, d’une façon générale, la mémoire de la colonisation, pour atteindre un double objectif. D’une part, apaiser les deux mémoires antagonistes relatives à cette période et libérer les relations bilatérales de leurs séquelles négatives. D’autre part, construire selon l’Elysée, en exploitant cette histoire, une mémoire de l’intégration républicaine.

Pendant plus de six mois, Benjamin Stora, lui-même natif de la région de Constantine en Algérie, a élaboré à la demande d’Emmanuel Macron ce rapport qui s’articule autour de plusieurs thèmes.

Le thème phare, préconisé par M. Stora consiste à créer une commission chargée « d’impulser des initiatives communes entre la France et l’Algérie sur les questions de mémoires ».

Cette commission sera constituée de personnalités « engagées dans le dialogue franco-algérien » dans le but de dépasser, selon un conseiller présidentiel français, une mémoire qui oscillait depuis 60 ans entre le déni et le non-dit.

Pendant plus de six mois, Benjamin Stora, lui-même natif de la région de Constantine en Algérie, a élaboré à la demande d’Emmanuel Macron ce rapport qui s’articule autour de plusieurs thèmes.

Toutefois, il n’est pas question pour Benjamin Stora ni de repentance, ni d’excuses, mais de reconnaissance de la vérité, qui a longtemps perturbé les rapports de la France avec ses ressortissants d’origine algérienne ainsi que les relations entre les deux pays, constamment marquées par une tension sous-jacente.

Autre thème abordé dans le rapport, la transparence sur un passé commun, qui nécessite selon M. Stora la création du premier fond d’archives communs aux deux pays, accessibles librement.

Il insiste par ailleurs sur la nécessité d’accorder plus de place à cette période de l’histoire dans les programmes scolaires et de rapprocher les jeunes des deux pays à travers un « office franco-algérien de la jeunesse ».

Benjamin Stora s’arrête également dans son rapport sur le poids des symboles et propose à ce sujet de faire entrer au Panthéon l’avocate Gisèle Halimi, une figure de proue de l’opposition à la guerre d’Algérie.

Il propose aussi d’honorer l’émir Abdelkader, pionnier du combat contre l’armée française, avant de devenir l’ami de la France, par l’instauration d’une stèle à sa mémoire, ainsi que la transformation des quatre anciens lieux d’internement d’algériens en France en lieu de mémoire.

Toujours dans le domaine des symboles, le rapport propose de multiplier les commémorations en ajoutant à la date du 19 Mars, qui marque la fin de la guerre, la date du 17 Octobre qui est celle de la répression d’une manifestation pacifique d’Algériens à Paris et celle du 25 Septembre qui sera une journée d’hommage aux harkis, ces algériens qui ont combattu dans les rangs français avant l’indépendance.

La publication du rapport Stora n’a pas encore suscité de réaction officielle algérienne. Par contre force est de constater que les Algériens ne veulent rien céder sur certains préalables a ce qu’ils qualifient de réconciliation durable.

Ce rapport fait suite à plusieurs gestes effectués par Emmanuel Macron, même avant d’avoir accédé à la présidence, et s’inscrit dans le cadre d’une volonté ferme de régler le contentieux historique qui entache les relations avec l’Algérie.

Ainsi, lors d’un déplacement en Algérie pendant sa campagne électorale, il l’avait clairement abordé allant jusqu’à parler de « crimes contre l’humanité », ce qui lui avait valu une pluie de critiques dans des milieux de droite et d’extrême droite.

Après son arrivée au pouvoir, il n’a pas renoncé à son but d’autant plus qu’il n’est, selon l’Elysée, ni acteur, ni témoin de cette période, et qu’il est attaché à vouloir faire quelque chose de commun avec l’Algérie.

D’où la nomination de Benjamin Stora pour l’élaboration de son rapport en commun accord avec la partie algérienne qui a pour sa part désigné le responsable des Archives nationales, Abdel-Majid Chikhi, pour accomplir de son côté un travail semblable. Le but étant côté français non pas de fusionner des mémoires antagonistes, mais de les décloisonner. Pour accomplir un tel travail, il faut que les deux parties concernées soient au même diapason et travaillent chacune selon les mêmes dispositions. Or en regardant aujourd’hui du côté algérien on ne peut que constater doutes et suspicions à l’égard de la démarche française.

La publication du rapport Stora n’a pas encore suscité de réaction officielle algérienne. Par contre force est de constater que les Algériens ne veulent rien céder sur certains préalables a ce qu’ils qualifient de réconciliation durable.

Pour compléter le tableau il suffit de regarder l’actualité pour se rendre compte du climat de défiance qui règne côté algérien. L’ambassadeur de France à Alger, François Gouyette, s’est retrouvé en décembre dernier au centre d’une cabale, pour avoir rencontré des Algériens partisans de l’instauration d’une période de transition politique en Algérie.

Ils insistent sur les excuses que la France devra présenter selon eux pour la période de colonisation et s’opposent à la réhabilitation des harkis, estimant que ce sujet est hors de question.

Ils réclament une restitution totale des archives françaises de la période de la colonisation, une indemnisation des victimes des essais nucléaires français dans le sud algérien ainsi que la levée du secret défense sur les lieux ou sont enfouis des résidus radioactifs sur leur territoire.

Pour compléter le tableau il suffit de regarder l’actualité pour se rendre compte du climat de défiance qui règne côté algérien. L’ambassadeur de France à Alger, François Gouyette, s’est retrouvé en décembre dernier au centre d’une cabale, pour avoir rencontré des Algériens partisans de l’instauration d’une période de transition politique en Algérie.

Avant cela, c’était l’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed Daoud, qui avait été rappelé par les autorités de son pays, en protestation contre la diffusion par une chaine de télévision française d’un documentaire sur le Hirak, le mouvement algérien opposant au pouvoir.


Frappes israéliennes à Hama, les défenses aériennes syriennes ripostent

Des soldats syriens se reposent avant de reprendre leur lutte contre un incendie de forêt dans la région d'Ain Shams, à l'ouest de la province de Hama, le 10 septembre 2020 (Photo, AFP/Archives).
Short Url
  • «Aujourd’hui, vers quatre heures du matin, l'ennemi israélien a lancé une frappe aérienne»
  • La riposte survient après des rapports de sons d’explosions

LE CAIRE: L’Armée de l'air syrienne a riposté vendredi matin à «une agression israélienne» dans le gouvernorat de Hama, selon les médias officiels, après des rapports de sons d’explosions.

«Aujourd’hui, vers quatre heures du matin, l'ennemi israélien a lancé une frappe aérienne, ainsi que des tirs de missiles continus qui semblaient provenir de la ville libanaise de Tripoli. L’agression a visé des cibles à proximité du gouvernorat de Hama, et nos défenses aériennes ont affronté les missiles de l’ennemi, et réussi à abattre la majorité», selon la presse officielle qui citait une source militaire.

 

Quatre civils parmi lesquels deux enfants ont été tués vendredi matin par des missiles tirés par Israël dans la province de Hama, dans le centre de la Syrie, a rapporté l'agence officielle syrienne, Sana. 

D'après l'agence, citant une source militaire, la défense aérienne syrienne a "intercepté la majorité" des missiles israéliens mais l'attaque a entraîné la mort d'une famille, composée d'"un père, une mère et de deux enfants", dans l'ouest de Hama.


Le roi du Maroc reçoit le ministre des Affaires étrangères des EAU

Le roi du Maroc Mohammed VI et le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale des Émirats arabes unis, Cheikh Abdallah ben Zayed, se sont entretenus dans la capitale Rabat ce jeudi 21 janvier 2021 (Photo, WAM).
Short Url
  • Les Émirats arabes unis appuient sans réserve la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental
  • «Cheikh Abdallah ben Zayed affirme que les Émirats arabes unis et le Maroc et leurs leaders partagent des liens fraternels étroits»

DUBAÏ: Le roi du Maroc Mohammed VI a reçu le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale des Émirats arabes unis, le cheikh Abdallah ben Zayed. Le premier diplomate lui a transmis un message du prince héritier d’Abou Dhabi, le cheikh Mohammed ben Zayed.

Au cours de la réunion, ils ont discuté des relations bilatérales, des moyens de renforcer la coopération dans tous les domaines, ainsi que des questions régionales et internationales d’intérêt commun, a rapporté l’agence de presse officielle des EAU, WAM.

photo
Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale des Émirats arabes unis, Sheikh Abdullah bin Zayed, et son homologue marocain Nasser Bourita se sont entretenus dans la capitale Rabat le jeudi 21 janvier 2021. (WAM)

«Cheikh Abdallah ben Zayed affirme que les Émirats arabes unis et le Maroc et leurs leaders partagent des liens fraternels étroits et une volonté constante de faire progresser les horizons de la coopération dans tous les domaines, en vue de réaliser les intérêts communs des deux pays et les intérêts de leurs peuples», a rapporté WAM.

Le ministre des Émirats arabes unis a salué le leadership du roi et son souci constant de renforcer les relations bilatérales. Cheikh Abdallah ben Zayed a également rencontré son homologue marocain Nasser Bourita.

photo
UAE’s Minister of Foreign Affairs and International Cooperation Sheikh Abdullah bin Zayed and his Moroccan counterpart Nasser Bourita held talks in the capital Rabat on Thursday, Jan. 21, 2021. (WAM)

Les deux ministres ont passé en revue les relations bilatérales, les développements mondiaux ainsi que le renforcement de la coopération de manière à lutter contre la pandémie du coronavirus.

Le ministre émirati a souligné que les EAU et le Maroc partagent des relations historiques profondes, et travaillaient de façon continue à les renforcer tout en développant la coopération bilatérale dans tous les secteurs. Il a par ailleurs réitéré que les Émirats arabes unis appuient sans réserve la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com