L’Iran multiplie les violations avec des essais de combustible d’uranium à base de métal

L’organe de surveillance nucléaire de l’Onu et Téhéran ont annoncé mercredi que l’Iran a débuté les travaux sur un combustible d’uranium à base de métal destiné à un réacteur de recherche (Photo, AFP).
L’organe de surveillance nucléaire de l’Onu et Téhéran ont annoncé mercredi que l’Iran a débuté les travaux sur un combustible d’uranium à base de métal destiné à un réacteur de recherche (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 14 janvier 2021

L’Iran multiplie les violations avec des essais de combustible d’uranium à base de métal

  • L’Iran multiplie ses violations de l’accord depuis près de deux mois
  • Certains actes sont d’ailleurs dictés par une loi adoptée en réponse au meurtre de son scientifique du nucléaire éminent en novembre, et que Téhéran impute à son ennemi, Israël

VIENNE: L’organe de surveillance nucléaire de l’ONU et Téhéran ont annoncé mercredi que l’Iran a débuté les travaux sur un combustible d’uranium à base de métal destiné à un réacteur de recherche, une nouvelle violation de l’accord sur le nucléaire, conclu avec six grandes puissances du monde, alors que le pays fait pression pour la levée des sanctions américaines.

L’Iran multiplie ses violations de l’accord depuis près de deux mois. Certains actes sont d’ailleurs dictés par une loi adoptée en réponse au meurtre de son scientifique du nucléaire éminent en novembre, et que Téhéran impute à son ennemi, Israël.

Cependant, elles font également partie d’un processus entamé par Téhéran en 2019 pour commettre des violations en réponse au retrait du président américain Donald Trump de l’accord en 2018  et à sa réimposition des sanctions américaines que l’accord a levées en échange de restrictions sur les activités nucléaires de l’Iran.

Ces mesures exercent une pression supplémentaire sur le président-élu Joe Biden, qui prend ses fonctions la semaine prochaine, et qui ’est engagé à ramener les États-Unis à l’accord si l’Iran en respecte à nouveau les termes. Mais Téhéran exige que Washington lève les sanctions comme condition préalable.

«Le directeur général (de l’Agence internationale de l’énergie atomique) Rafael Mariano Grossi a informé les États membres de l’AIEA aujourd’hui des dernières nouvelles concernant les plans de l’Iran de mener des activités de recherche et de développement sur la production d’uranium métallique, dans le cadre de son objectif de concevoir un type de combustible amélioré pour le Réacteur de recherche de Téhéran», indique l’AIEA dans un communiqué.

L’agence publie des rapports ad hoc aux États membres lorsque l’Iran commet une nouvelle violation de l’accord, bien qu'elle refuse de les qualifier de violations, laissant cette décision aux parties à l’accord de 2015.

L’accord impose spécifiquement une interdiction de produire ou d’acheter de l’uranium métallique pour une durée de 15 ans, car il s’agit d’un matériau névralgique qui peut être utilisé dans la fabrication d’une bombe nucléaire.

Le rapport confidentiel de l’AEIA aux États membres, obtenu par Reuters, précise que l’Iran envisage de produire l’uranium métallique à partie de l’uranium naturel, pour ensuite produire de l’uranium métallique enrichi jusqu’à 20% pour créer un combustible pour le Réacteur de recherche de Téhéran.

L’accord précise également que l’uranium métallique ne peut être produit qu’en petites quantités et en concertation avec les parties à l’accord après 10 ans.

Par ailleurs, l’Iran envisage aussi d’enrichir l’uranium à 20%, un niveau atteint pour la dernière fois avant l’accord de 2015, dans son site de Fordo, enfoui dans une montagne, et a commencé le processus la semaine dernière. Jusqu’à présent, il n’était arrivé que jusqu’à 4,5%, supérieur à la limite de 3,67% imposée par l’accord, quoique bien en deça loin 90% qui sont de qualité militaire.

Les agences de renseignements américaines et l’AIEA pensent que l’Iran avait un programme d’armes nucléaires secret et coordonné, interrompu en 2003. L’Iran nie avoir jamais cherché des armes nucléaires et affirme que ses objectifs avec l’énergie nucléaire sont entièrement pacifiques.

L’Iran a cependant déclaré mercredi à l’agence que ses «activités de recherche et de développement n’ont pas de limitation spécifique» et que « la modification et l’installation de l’équipement nécessaire aux activités mentionnées ont déjà commencé » dans son usine de fabrication de plaques de combustible à Ispahan, selon le rapport de l’AIEA.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Uber nomme un nouveau directeur général régional pour le Moyen-Orient et l’Afrique

Au service d’Uber depuis 2015, M. Hiemstra occupait récemment le poste de directeur général de la région Afrique subsaharienne. (Photo fournie)
Au service d’Uber depuis 2015, M. Hiemstra occupait récemment le poste de directeur général de la région Afrique subsaharienne. (Photo fournie)
Short Url
  • Basé à Dubaï, M. Hiemstra sera chargé de diriger la prochaine phase de croissance de la société de covoiturage Uber dans la région, qui couvre 15 pays
  • Au service d’Uber depuis 2015, M. Hiemstra occupait récemment le poste de directeur général de la région Afrique subsaharienne

RIYAD: Uber a nommé Frans Hiemstra comme nouveau directeur général régional pour le Moyen-Orient et l’Afrique.

Basé à Dubaï, M. Hiemstra sera chargé de diriger la prochaine phase de croissance de la société de covoiturage Uber dans la région, qui couvre 15 pays, selon un communiqué. Il contribuera à identifier les domaines de croissance, à définir les priorités régionales et à favoriser l’excellence opérationnelle pour stimuler l’activité d’Uber, ajoute-t-il.

Au service d’Uber depuis 2015, M. Hiemstra occupait récemment le poste de directeur général de la région Afrique subsaharienne.

«C’est un honneur pour moi d’être le directeur général pour la région Moyen-Orient et Afrique au moment où nous nous efforçons de développer notre activité de mobilité partagée, de nous engager à atteindre nos objectifs de développement durable et de créer davantage de perspectives de rendement pour les chauffeurs et les coursiers qui utilisent l’application Uber», a déclaré M. Hiemstra.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


La Commission saoudienne de l'éducation approuve le plan stratégique 2023-2027

La Commission d'évaluation de l'éducation et de la formation est l'autorité compétente en Arabie saoudite pour évaluer, mesurer et approuver les qualifications dans le domaine de l'éducation et de la formation. (etec.gov.sa)
La Commission d'évaluation de l'éducation et de la formation est l'autorité compétente en Arabie saoudite pour évaluer, mesurer et approuver les qualifications dans le domaine de l'éducation et de la formation. (etec.gov.sa)
Short Url
  • Ce plan qui s’étale sur quatre ans vise à développer le secteur de l'éducation et de la formation, afin de parvenir à un modèle saoudien de premier plan pour le secteur
  • Il a pour objectif d’améliorer les résultats d'apprentissage des étudiants grâce à des normes et des évaluations de programmes modernes

RIYAD: Le Conseil d'administration de la Commission d'évaluation de l'éducation et de la formation (Etec) a approuvé son plan stratégique pour les années 2023-2027.

L'Etec est l'autorité compétente du Royaume pour évaluer, mesurer et approuver les qualifications en matière d'éducation et de formation. Elle englobe les secteurs public et privé et améliore la qualité de l'enseignement, au service de l'économie et du développement national.

Ce plan qui s’étale sur quatre ans vise à développer le secteur de l'éducation et de la formation, afin de parvenir à un modèle saoudien de premier plan pour le secteur.

Le modèle saoudien est conçu pour parvenir au développement national et à la croissance économique, grâce au travail de la commission avec les autorités nationales compétentes. Il vise également à améliorer la qualité du rendement pour répondre aux besoins du marché du travail et du programme de développement des capacités humaines de la Vision 2030.

Le plan stratégique englobe les étudiants, les stagiaires, les acquis d'apprentissage, les spécialistes, les institutions, les programmes, le système d'éducation et de formation, ainsi que les capacités internes de l'Etec.

Il vise à améliorer les résultats d'apprentissage des étudiants grâce à des normes et des évaluations de programmes modernes, ainsi que l'excellence et la qualité des professionnels de l'éducation et de la formation, en établissant des normes plus élevées, en accordant des licences, et en accélérant le rythme de l'excellence dans le domaine.

Cet objectif est atteint en menant des processus d’examens, d'évaluation et d'accréditation efficaces, en sus du fait d'établir une culture d'amélioration continue du système d'éducation et de formation, en fournissant des conseils basés sur des données pour soutenir la prise de décision nationale, et en développant et renforçant les capacités internes de l’Etec.

Le plan comprend également un certain nombre d'initiatives, de projets, d'indicateurs de rendement et d'objectifs qui relèvent des programmes d'évaluation: l'évaluation nationale des progrès scolaires et le programme national d'évaluation des acquis universitaires.

Le Conseil d'administration de la commission a également approuvé des normes d'accréditation académiques mises à jour en vue d'améliorer les performances.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le Koweït nomme Nasser al-Hain comme son représentant à l'ONU

Nasser al-Hain est un diplomate de longue date, qui a représenté le Koweït lors de nombreux événements internationaux. (Photo, AN)
Nasser al-Hain est un diplomate de longue date, qui a représenté le Koweït lors de nombreux événements internationaux. (Photo, AN)
Short Url
  • La directrice générale du bureau des Nations unies loue les efforts humanitaires du Koweït
  • Al-Hain est un diplomate de longue date et a représenté son pays lors de plusieurs événements internationaux

GENÈVE: Le Koweït a nommé Nasser al-Hain comme son représentant permanent aux Nations unies.

L'ambassadeur a présenté lundi ses lettres de créance à la directrice du bureau des Nations unies à Genève, Tatiana Valovaya, a rapporté Kuwait News Agency.    

Al-Hain a salué les contributions majeures de l'ONU dans divers domaines, et en particulier ses efforts humanitaires.

Valovaya a loué les efforts humanitaires du Koweït et a souligné les liens étroits de ce pays avec l'ONU et d'autres organisations internationales.

Al-Hain est un diplomate de longue date et a représenté son pays lors de plusieurs événements internationaux.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com