Le rapport Stora: apaisement ou nouvelle pomme de discorde?

Benjamin Stora pose pour une séance photo à Paris le 19 janvier 2021. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 22 janvier 2021

Le rapport Stora: apaisement ou nouvelle pomme de discorde?

  • Pendant plus de six mois, Benjamin Stora, lui-même natif de la région de Constantine en Algérie, a élaboré à la demande d’Emmanuel Macron ce rapport qui s’articule autour de plusieurs thèmes
  • La publication du rapport Stora n’a pas encore suscité de réaction officielle algérienne. Par contre force est de constater que les Algériens ne veulent rien céder sur certains préalables a ce qu’ils qualifient de réconciliation durable

PARIS: Le rapport sur la colonisation et la guerre d’Algérie remis par l’historien Benjamin Stora au président français Emmanuel Macron est-il un socle pour des relations franco-algériennes apaisées ou un nouveau motif de discorde ?

Pour Paris, le rapport de M. Stora, spécialisé dans l’histoire algérienne, constitue une remise à plat de la mémoire de la guerre d’Algérie et, d’une façon générale, la mémoire de la colonisation, pour atteindre un double objectif. D’une part, apaiser les deux mémoires antagonistes relatives à cette période et libérer les relations bilatérales de leurs séquelles négatives. D’autre part, construire selon l’Élysée, en exploitant cette histoire, une mémoire de l’intégration républicaine.

Pendant plus de six mois, Benjamin Stora, lui-même natif de la région de Constantine en Algérie, a élaboré à la demande d’Emmanuel Macron ce rapport qui s’articule autour de plusieurs thèmes.

Le thème phare, préconisé par M. Stora consiste à créer une commission chargée « d’impulser des initiatives communes entre la France et l’Algérie sur les questions de mémoires ».

Cette commission sera constituée de personnalités « engagées dans le dialogue franco-algérien » dans le but de dépasser, selon un conseiller présidentiel français, une mémoire qui oscillait depuis soixante ans entre le déni et le non-dit.

Pendant plus de six mois, Benjamin Stora, lui-même natif de la région de Constantine en Algérie, a élaboré à la demande d’Emmanuel Macron ce rapport qui s’articule autour de plusieurs thèmes.

Toutefois, il n’est pas question pour Benjamin Stora ni de repentance, ni d’excuses, mais de reconnaissance de la vérité, qui a longtemps perturbé les rapports de la France avec ses ressortissants d’origine algérienne ainsi que les relations entre les deux pays, constamment marquées par une tension sous-jacente.

Autre thème abordé dans le rapport, la transparence sur un passé commun, qui nécessite selon M. Stora la création du premier fond d’archives communs aux deux pays, accessibles librement.

Il insiste par ailleurs sur la nécessité d’accorder plus de place à cette période de l’histoire dans les programmes scolaires et de rapprocher les jeunes des deux pays à travers un « office franco-algérien de la jeunesse ».

Benjamin Stora s’arrête également dans son rapport sur le poids des symboles et propose à ce sujet de faire entrer au Panthéon l’avocate Gisèle Halimi, une figure de proue de l’opposition à la guerre d’Algérie.

Il propose aussi d’honorer l’émir Abdelkader, pionnier du combat contre l’armée française, avant de devenir l’ami de la France, par l’instauration d’une stèle à sa mémoire, ainsi que la transformation des quatre anciens lieux d’internement d’algériens en France en lieu de mémoire.

Toujours dans le domaine des symboles, le rapport propose de multiplier les commémorations en ajoutant à la date du 19 Mars, qui marque la fin de la guerre, la date du 17 Octobre qui est celle de la répression d’une manifestation pacifique d’Algériens à Paris et celle du 25 Septembre qui sera une journée d’hommage aux harkis, ces algériens qui ont combattu dans les rangs français avant l’indépendance.

La publication du rapport Stora n’a pas encore suscité de réaction officielle algérienne. Par contre force est de constater que les Algériens ne veulent rien céder sur certains préalables a ce qu’ils qualifient de réconciliation durable.

Ce rapport fait suite à plusieurs gestes effectués par Emmanuel Macron, même avant d’avoir accédé à la présidence, et s’inscrit dans le cadre d’une volonté ferme de régler le contentieux historique qui entache les relations avec l’Algérie.

Ainsi, lors d’un déplacement en Algérie pendant sa campagne électorale, il l’avait clairement abordé allant jusqu’à parler de « crimes contre l’humanité », ce qui lui avait valu une pluie de critiques dans des milieux de droite et d’extrême droite.

Après son arrivée au pouvoir, il n’a pas renoncé à son but d’autant plus qu’il n’est, selon l’Elysée, ni acteur, ni témoin de cette période, et qu’il est attaché à vouloir faire quelque chose de commun avec l’Algérie.

D’où la nomination de Benjamin Stora pour l’élaboration de son rapport en commun accord avec la partie algérienne qui a pour sa part désigné le responsable des Archives nationales, Abdel-Majid Chikhi, pour accomplir de son côté un travail semblable. Le but étant côté français non pas de fusionner des mémoires antagonistes, mais de les décloisonner. Pour accomplir un tel travail, il faut que les deux parties concernées soient au même diapason et travaillent chacune selon les mêmes dispositions. Or en regardant aujourd’hui du côté algérien on ne peut que constater doutes et suspicions à l’égard de la démarche française.

La publication du rapport Stora n’a pas encore suscité de réaction officielle algérienne. Par contre force est de constater que les Algériens ne veulent rien céder sur certains préalables a ce qu’ils qualifient de réconciliation durable.

Pour compléter le tableau il suffit de regarder l’actualité pour se rendre compte du climat de défiance qui règne côté algérien. L’ambassadeur de France à Alger, François Gouyette, s’est retrouvé en décembre dernier au centre d’une cabale, pour avoir rencontré des Algériens partisans de l’instauration d’une période de transition politique en Algérie.

Ils insistent sur les excuses que la France devra présenter selon eux pour la période de colonisation et s’opposent à la réhabilitation des harkis, estimant que ce sujet est hors de question.

Ils réclament une restitution totale des archives françaises de la période de la colonisation, une indemnisation des victimes des essais nucléaires français dans le sud algérien ainsi que la levée du secret défense sur les lieux ou sont enfouis des résidus radioactifs sur leur territoire.

Pour compléter le tableau il suffit de regarder l’actualité pour se rendre compte du climat de défiance qui règne côté algérien. L’ambassadeur de France à Alger, François Gouyette, s’est retrouvé en décembre dernier au centre d’une cabale, pour avoir rencontré des Algériens partisans de l’instauration d’une période de transition politique en Algérie.

Avant cela, c’était l’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed Daoud, qui avait été rappelé par les autorités de son pays, en protestation contre la diffusion par une chaine de télévision française d’un documentaire sur le Hirak, le mouvement algérien opposant au pouvoir.


En Syrie, le bastion d'Idleb deviendra-t-il un «nouveau Gaza»?

Le secteur est encore sous contrôle des jihadistes (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans une Syrie ravagée par la guerre depuis une décennie, la région d'Idleb (nord-ouest) représente l'ultime grand bastion jihadiste et rebelle du pays
  • Doté de ses propres institutions mais miné par des dissensions entre groupes jihadistes, et sous surveillance de la Turquie voisine, ce bastion peut-il assurer sa survie ?

BEYROUTH: Dans une Syrie ravagée par la guerre depuis une décennie, la région d'Idleb (nord-ouest) représente l'ultime grand bastion jihadiste et rebelle du pays, et l'un des derniers territoires échappant au régime de Bachar al-Assad.

Doté de ses propres institutions mais miné par des dissensions entre groupes jihadistes, et sous surveillance de la Turquie voisine, ce bastion peut-il assurer sa survie ?

Idleb, c'est quoi ?

Une nébuleuse hétéroclite de groupes jihadistes et rebelles tient près de la moitié de la province d'Idleb mais aussi des secteurs adjacents dans les régions d'Alep, Hama et Lattaquié, dans le nord-ouest du pays.

Ce bastion est dominé par Hayat Tahrir al-Cham, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, qui exerce son influence sur un « Gouvernement de Salut », pouvoir civil administrant ces territoires.

Le secteur abrite 2,9 millions de personnes. Selon l'ONU, les deux-tiers sont des déplacés ayant abandonné d'anciens bastions rebelles au fil des reconquêtes du régime, le plus souvent par peur de représailles.

Plus d'un million d'entre eux vivent dans des camps informels miséreux.

Malgré des affrontements sporadiques, la région bénéficie depuis mars 2020 d'un cessez-le-feu négocié par Moscou et Ankara.

Mais après des offensives successives lancées par Damas et son allié russe contre Idleb, jihadistes et rebelles ont vu leurs territoires largement amputés.

« Ils contrôlent aujourd'hui 3 000 km2 », indique le géographe et politologue Fabrice Balanche. « En septembre 2017, ils contrôlaient 9 000 km2. »

Un repaire de jihadistes ?

Pour tenir la région, HTS compte sur quelque 10 000 combattants, Syriens pour la plupart, selon un récent rapport de l'ONU.

La faction, classée « terroriste » par l'ONU et les Européens, nie tout lien avec al-Qaïda.

Elle conserve un monopole sur l'importation et la distribution de carburant, selon le même rapport, qui estime les recettes générées par ces activités à « un million de dollars environ par mois ».

Le groupe contrôlerait aussi « la distribution de l'aide humanitaire », et « il en confisque une partie pour renforcer ses réseaux clientélistes », accuse le même rapport onusien.

Mais Idleb c'est aussi les guerres intestines entre différents groupuscules jihadistes.

Parmi ces factions, on compte Houras al-Din (les Gardiens de la religion), la branche syrienne d'Al-Qaïda (2 000 à 2 500 combattants d'après l'ONU).

Il y a aussi le Parti islamique du Turkestan (TIP) --dont les membres appartiennent majoritairement à la minorité musulmane ouïghoure de Chine (de 3 000 à 4 500 combattants).

Très tôt, le secteur a attiré des milliers d'étrangers, notamment des Français, des Britanniques, des Tchétchènes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Enfin, des rebelles armés et financés par la Turquie se maintiennent même si, affaiblis face aux jihadistes, ils entretiennent des rapports tendus avec HTS.

Un avenir durable ?

Coincée entre la frontière turque et les zones du régime, Idleb n'échappe pas aux marchandages diplomatiques dictant l'évolution du conflit syrien.

L'enjeu pour la Turquie, qui accueille déjà 3,6 millions de réfugiés, est principalement d'empêcher un nouvel afflux massif sur son territoire.

« Une nouvelle vague de réfugiés syriens poserait de sérieux défis politique, économique et humanitaire » à Ankara, souligne Dareen Khalifa, analyste à l'International Crisis Group (ICG).

Ce pays essaye ainsi de trouver un « équilibre » entre ses intérêts pour garder Idleb hors de portée du régime tout en « maintenant ses rapports avec Moscou et éviter une confrontation risquée », ajoute-t-elle.

De son côté, Damas a maintes fois martelé son intention de reconquérir l'ensemble de la province. Il a déjà grignoté des territoires le long de l'autoroute M4, stratégique --elle coupe Idleb et relie la grande métropole d'Alep (nord) à la province côtière de Lattaquié, fief de la famille alaouite des Assad.

Le régime pourrait poursuivre cette stratégie, mais « Erdogan voudrait quelque chose en échange, à mon avis un nouveau territoire kurde », estime Balanche.

Ces dernières années, la Turquie et ses supplétifs syriens ont déjà conquis plusieurs territoires tenus par la minorité dans le nord syrien.

Dans le cas contraire, « une offensive contre Idleb des Russes et Syriens se heurterait frontalement à l'armée turque », juge un diplomate occidental, rappelant qu'à la faveur du cessez-le-feu « les Turcs ont massivement investi l'enclave avec 15 000 hommes environ ».

Pour autant, dit-il, le statu quo est « difficilement imaginable » au vu d'une situation explosive : il cite la menace de « millions de déplacés » et « le fait que certains des groupes terroristes (...) sont une menace directe pour la Turquie ou pour l'Occident ».

Mais des territoires insurgés pourraient survivre sous forme de « protectorat turc », estime Balanche, qui y voit une « nouvelle bande de Gaza ».

« Une étroite bande de territoire sous contrôle de groupes islamistes comme HTS, qui gèrent une population de réfugiés. Elle sera sous perfusion de l'aide humanitaire internationale ».


Marathon féminin de musique numérique pour le 10e anniversaire des soulèvements arabes

La DJ Liliane Chlela (DR)
Felukah (DR)
Emel Mathlouthi (DR)
Lynn Adib (DR)
Yazz Ahmed (DR)
Makimakkuk (DR)
HIYA , le flyer (design graphique Studio Safar)
HIYA, le programme (design graphique Studio Safar)
Short Url
  • À l’occasion du Mois de l’histoire des femmes, HIYA organisera un marathon musical de 12 heures réunissant une sélection entièrement féminine de DJ avant-gardistes, de musiciennes, de chanteuses, de poètes et d’artistes de toute la région SWANA
  • Véritable cartographie de la musique féminine underground d’Afrique et du Moyen Orient, le festival HIYA va donner à voir et à entendre des artistes bouleversantes

BEYROUTH : Commissionné par Al Bustan Seeds of Culture, ONG basée à Philadelphie et enracinée dans la langue et les arts arabes, qui se donne pour mission de promouvoir des événements culturels et artistiques à la croisée des cultures, le festival de musique HIYA (Elle) exclusivement joué par des femmes, va se tenir en mode virtuel le 13 mars prochain pour commémorer le 10e anniversaire soulèvements arabes.

À l’occasion du Mois de l’histoire des femmes, HIYA organisera un marathon musical de 12 heures réunissant une sélection entièrement féminine de DJ avant-gardistes, de musiciennes, de chanteuses, de poètes et d’artistes de toute la région SWANA (South West Asia and North Africa) qui façonnent l’avenir de la musique. Festival numérique de deux jours, HIYA Live présentera un tourbillon de sons radicaux à travers plusieurs genres, entre performances intimistes en direct, DJ sets, lectures de poésie et podcasts dirigés par la journaliste et cofondatrice du Groove Collective Natalie Shooter et la journaliste et DJ Shirine Saad.

De Ramallah à Tunis, de Téhéran à Beyrouth, en collaboration avec Radio Alhara, SceneNoise, Disco Tehran, MARSM, Hammam Radio, Mixcloud Live, Future Female Sounds, Ballroom Blitz, Radio Raheem, ROOT Radio et Beirut Groove Collective, un line-up de 21 femmes artistes va célébrer en continu, 12heures durant, les échos de l’intifada des femmes portée par le Printemps arabe contre les inégalités des genres, les sociétés patriarcales, l’occupation, les guerres, l’exil et surtout la musique commerciale qui n’est pas, en Orient, la meilleure représentation de la réalité des femmes.

Véritable cartographie de la musique féminine underground d’Afrique et du Moyen Orient, le festival HIYA va donner à voir et à entendre des artistes bouleversantes comme la Soudanaise Alsarah, chanteuse, auteur-compositeur, chef d'orchestre et ethnomusicologue, ou encore la chanteuse tunisienne Badiaa Bouhrizi à la voix et au style si particuliers de « Bel canto afro-méditerranéen », par ailleurs compositrice et productrice de musique électronique. Et si vous ne connaissez pas encore El Kontessa, la DJ égyptienne qui mixe des Mahraganat, ce sera l’occasion de la découvrir, de même que la soul poignante de sa compatriote Felukah qui tangue entre l’arabe et l’anglais au fil de ses émotions. Vous adorerez les scats orientaux de la jazz lady syrienne Lynn Adib et les sets de la DJ libanaise Liliane Chlela, improvisatrice de génie dont les aficionados affirment qu’elle a repoussé les limites de la musique expérimentale et électronique depuis plus d’une décennie. N’allez pas dormir sans avoir découvert le trip hop, hip-hop, folk électronique de la Palestinienne Makimakkuk, ni les révélations sonores de l’Iranienne Nesa Azadikhah qui a réussi à s’imposer comme l'une des artistes de musique électronique et sonore les plus sollicitées de Téhéran où elle produit d’autres musiciens. Pour le plaisir des yeux, on ne voudra pas non plus zapper la performance visuelle de l’artiste numérique Zahra Khalaj, 24 ans, également iranienne, initialement ingénieure télécom et mathématicienne.

Sachant que les autres artistes sont toutes de la même dimension créative et de la même ampleur émotionnelle, on comprend que cet événement 100 /100 féminin vaut au moins le détour. Pour s’inscrire : https://secure.qgiv.com/for/ape2/event/827944/


En Turquie, les réfugiés syriens partis pour rester

Selon les chiffres officiels, la ville turque de Gaziantep compte quelque 450 000 réfugiés Syriens, soit un habitant sur cinq (Photo, AFP).
Short Url
  • Sur quelque 5,6 millions de Syriens qui ont pris le chemin de l'exil depuis le début du conflit, plus de 3,6 millions se sont réfugiés en Turquie voisine
  • «Je souhaite rentrer en Syrie, mais j'essaye en même temps d'obtenir la nationalité turque, car tant qu'Assad est au pouvoir, il est hors de question pour nous d'y retourner» explique l’un d’eux

GAZIANTEP: Certains s'en sortent, d'autres moins bien ou pas du tout. Réfugiés en Turquie, des Syriens rêvent d'un retour dans leur pays, mais n'entendent pas bouger tant que leur épouvantail Bachar al-Assad est au pouvoir.

Sur quelque 5,6 millions de Syriens qui ont pris le chemin de l'exil depuis le début du conflit qui entre le 15 mars dans sa onzième année, plus de 3,6 millions se sont réfugiés en Turquie voisine, modifiant profondément la démographie des provinces turques frontalières comme Gaziantep et Hatay.

Selon les chiffres officiels, Gaziantep compte quelque 450 000 réfugiés Syriens, soit un habitant sur cinq. Ils sont originaires en majorité de la ville martyre d'Alep, distante de 110 km de l'autre côté de la frontière, et sa région.

« Je souhaite rentrer en Syrie, mais j'essaye en même temps d'obtenir la nationalité turque, car tant qu'Assad est au pouvoir, il est hors de question pour nous d'y retourner », dit Ismaïl Abtini, propriétaire avec sa famille d'un restaurant sur l'avenue Inönü, l'une des principales artères commerçantes de la ville de Gaziantep, le chef-lieu éponyme.

Abtini a quitté Alep en 2013 avec ses parents, ses frères et soeurs, sa femme et leurs enfants « pour fuir les barils d'explosifs du régime largués sur notre quartier ». L'un de ses frères a péri dans l'un des bombardements.

Devant deux rôtissoires de poulets, une broche verticale tournante de chawarma et un bac de falafel, les employés syriens préparent des commandes pour livraison ou à emporter seulement, coronavirus oblige.

Un homme fait ses courses dans une boutique syrienne de Gaziantep (Photo, AFP).

« Laisser tout tomber »

Le business est florissant, reconnaît Abtini, mais il n'hésitera pas à retourner en Syrie si le régime est évincé. « Nous avons laissé derrière des commerces, des maisons et une grande ferme ».

Dans cette section de l'avenue Inönü, plus connue sous le nom de bazar iranien, la plupart des magasins sont exploités par des Syriens, même si les noms sur les devantures sont écrits en alphabet turc comme l'exige la loi. 

« Nous sommes partis pour fuir le régime, maintenant si on nous dit qu'Assad est tombé, tu ne trouveras plus un seul Syrien en Turquie. Vous voyez tous les magasins des Syriens dans cette rue ? Ils laisseront tout tomber et rentreront immédiatement en Syrie », assure Zakaria al-Sabbagh, 23 ans, vendeur de fruits secs.

« Si le régime reste, il n'y aura pas d'espoir. Mes enfants me sont trop chers pour que je leur fasse vivre ce que nous avons vécu, nous », abonde un autre commerçant, Khader al-Houssein, 41 ans.

Dans son petit salon de coiffure, Mohammad Abou Al-Nar, 28 ans, et ses clients refont le monde en se répandant en conjectures sur les possibles issues du conflit. 

« Si je rentre maintenant, je serai emprisonné et personne n'aura de mes nouvelles, d'autant plus que je suis déserteur de l'armée et ils sont nombreux dans le même cas que moi en Turquie », affirme le barbier en plongeant sa paire de ciseaux dans la tignasse grisonnante d'un client.

« Maybe one day »

Si les commerçants de l'avenue Inönü se sont refait une vie à Gaziantep, d'autres Syriens y vivotent. 

C'est le cas de Zeina Alawi, qui a perdu son mari dans un bombardement en 2014. Elle vit avec ses quatre filles et deux fils dans un miséreux appartement d'un quartier qui l'est autant, non loin du centre de la ville.

La pandémie l'a privée de ses petits boulots et elle dépend de bienfaiteurs pour nourrir sa famille et payer l'équivalent de 50 euros de loyer. Chauffée par un poêle à charbon, la pièce principale de son appartement est meublée de deux matelas et un vieux sofa rayé.

Sans perspective de retour en vue, elle évoque son pays avec nostalgie.

« Je dis aux enfants que la Syrie est un beau pays, on y habitait dans une maison, on était heureux et on n'avait pas à souffrir avec le genre de travail que l'on doit faire ici. Mais Dieu en a décidé autrement. »

Ahd Al-Wali, épicière et confidente de nombreuses familles syriennes du quartier, a quitté Alep avec son fils unique en 2014, un an après la mort de mari qui a combattu les forces du régime. 

« Comment pourrais-je retourner là-bas (maintenant) ? », interroge cette Syrienne de 39 ans dans son petit magasin, où l'ardoise est le moyen de paiement préféré de sa clientèle syrienne démunie.

« Puis-je m'imaginer marcher dans la rue, voir son portrait accroché au milieu de la destruction qu'il a lui-même causée, sans parler des enfants et des femmes qu'il a tués ? Bien sûr que non », ajoute-t-elle.

Une inscription en anglais taguée sur un mur près de l'épicerie semble résumer le sentiment des habitants syriens quant à un éventuel retour au pays: « Maybe one day ». Peut-être un jour.