« L'avenir du pays est entre vos mains », un message adressé aux candidats aux élections en Libye

Stéphanie Williams préside par intérim la mission d'appui des Nations unies en Libye depuis près d'un an, à la suite de la démission de Ghassan Salamé. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 29 janvier 2021

« L'avenir du pays est entre vos mains », un message adressé aux candidats aux élections en Libye

  • L'envoyée des Nations unies salue tous les Libyens « qui ont œuvré courageusement et en toute bonne foi afin de jeter les bases de la réconciliation »
  • Des discussions engagées avec 1 000 Libyens ont révélé qu'ils souhaitaient tourner la page, retrouver la souveraineté de leur pays et prendre en main leur destin

NEW YORK - « L'avenir de la Libye est dans vos mains ». Tel était le message adressé par Stéphanie Williams, envoyée intérimaire des Nations unies dans le pays, aux candidats à l’élection présidentielle, avant son départ pour Genève. Cette visite devrait, selon elle, constituer « une étape décisive dans les négociations entre les parties libyennes ».

Ces négociations devraient aboutir à la création d'un nouveau pouvoir exécutif temporaire qui préparera le pays aux élections prévues en décembre.

Mme Williams préside par intérim la mission d'appui des Nations unies en Libye depuis près d'un an, à la suite de la démission de Ghassan Salamé. Dans le dernier briefing qu'elle a présenté au Conseil de sécurité, avant la prise de fonction de Jan Kubis, Mme Williams a tenu à mettre en lumière les responsabilités qui incombent aux candidats à un poste de direction.

En outre, elle a tenu à saluer tous les Libyens « qui ont œuvré courageusement et en toute bonne foi afin de jeter les bases de la réconciliation et répondre aux aspirations de leurs compatriotes ». Elle a exhorté le Conseil à élaborer une résolution qui apporte un soutien officiel au nouveau gouvernement libyen unifié et qui réclame la dissolution de toutes les autres entités exécutives du pays.

Selon Mme Williams, les pourparlers de paix qui ont été engagés à Berlin l'année dernière n'ont pas abouti à un règlement immédiat du conflit libyen, ni à la cessation de « l'ingérence étrangère flagrante » dans le pays. Toutefois, elle estime que la feuille de route pour la paix de 55 points, adoptée lors de la conférence, a permis d'atteindre son objectif : « La feuille de route a établi un cadre international qui permet aux Nations unies de collaborer de manière directe avec les parties libyennes (et) d'aboutir à une solution entre les parties libyennes en conflit ».

Pour Mme Williams, les avancées sont visibles sur bien des fronts. On peut notamment citer le cessez-le-feu signé à Genève en octobre dernier et qui est toujours en vigueur, la feuille de route approuvée à Tunis le mois suivant, qui prévoit la tenue d'élections nationales le 24 décembre de cette année et la mise en place d'un pouvoir exécutif temporaire unifié, qui guidera le pays vers ces élections. Parmi ces avancées figurent également les réformes économiques et financières « très attendues » et qui vont « bon train ».

Le mois dernier a été marqué par la reconstitution du conseil d'administration de la Banque centrale de Libye, par la stabilisation du taux de change et par la mise en place du premier audit exhaustif concernant l'Autorité libyenne des investissements.

« Sur le plan économique, des progrès réguliers ont été réalisés, grâce aux importantes réformes économiques qui ont été engagées au cours de cette période », précise Mme Williams. « Si ces réformes sont pleinement appliquées, elles paveront la voie vers des arrangements économiques durables, dont la gestion transparente des revenus pétroliers ».

Lors d'une discussion en ligne avec 1 000 Libyens vivant dans le pays ou à l'étranger, Mme Williams a affirmé que la plupart des Libyens étaient favorables à la tenue d'élections nationales qui mettraient fin à la période de transition d'un an et qu'ils souhaitaient que les Nations unies interviennent de manière plus active afin de mettre un terme à l'ingérence étrangère dans leur pays.

« Les Libyens souhaitent tourner la page, récupérer la souveraineté de leur pays et prendre en main leur destin, après de longues années de conflit armé acharné et de divisions sociales et institutionnelles paralysantes », a ajouté Mme Williams. Elle a exhorté le Conseil à soutenir, exploiter et appuyer ce « patriotisme libyen rajeuni ».

Mme Williams a félicité la Commission militaire mixte libyenne (5+5), composée de cinq représentants des parties en conflit, pour son « sérieux et pour l'engagement désintéressé de ses membres ».

Elle a précisé que la Commission a réitéré son appel au rapatriement immédiat de tous les combattants et mercenaires étrangers, à l'approche de l'échéance du 23 janvier qui a été fixée dans le cadre de l'accord de cessez-le-feu. 

Mme Williams a invité les acteurs régionaux et internationaux à aider la Libye à atteindre cet objectif et à honorer les termes de l'accord de cessez-le-feu. Selon elle, la mise en œuvre de cet accord ne relève pas des de la Commission 5+5, mais des responsables militaires de tous les camps.

Le Forum de dialogue politique libyen (LPDF) poursuit les délibérations, à la suite de la mise en place d'un comité consultatif dont la mission est de résoudre les divergences sur le mécanisme de sélection des candidats aux élections. La semaine prochaine, les membres voteront, à Genève, pour élire trois membres du conseil de la présidence. Pendant ce temps, la commission juridique du Forum de dialogue politique libyen (LPDF) a convenu d'organiser un référendum constitutionnel avant les élections nationales de décembre.

Si le cessez-le-feu a fait taire les armes et que des milliers de déplacés internes ont rejoint leurs foyers dans la capitale, Tripoli, Mme Williams affirme que les Libyens continuent de subir les contrecoups de la guerre et les atteintes à leurs droits fondamentaux. En effet, la prolifération des armes et des explosifs représente toujours une menace pour bon nombre de personnes.

Le Covid-19 vient aggraver davantage les conditions de vie des personnes les plus vulnérables en Libye et les prix des denrées alimentaires demeurent exceptionnellement élevés. Le nombre de personnes qui ont besoin d'une aide humanitaire est à présent estimé à 1,3 million.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.comL


Cour suprême saoudienne : aucune preuve de l'observation de la lune du Ramadan

Les Saoudiens utilisent un télescope pour surveiller la nouvelle lune du Ramadan alors que les astronomes et les érudits de l'Islam débattent de la date du début du mois sacré musulman du Ramadan. (Fichier / AFP)
Short Url
  • Suite à une réunion dimanche, correspondant à Shaban 29 selon le calendrier lunaire Umm Al-Qura, la Cour suprême a déclaré qu'elle n'avait reçu aucune preuve de l'observation du croissant de lune dans la soirée
  • La Cour suprême annonce qu'elle tiendra une autre session lundi soir et rendra une décision sur le jour du début du mois de jeûne musulman

RIYAD: Le comité saoudien d’observation de la lune a déclaré dimanche que le croissant de lune du mois de Ramadan ne pouvait pas être vu depuis les observatoires Tamir et Hawtat à Sudair, en raison des conditions météorologiques.

Suite à une réunion dimanche, correspondant à Shaban 29 selon le calendrier lunaire Umm Al-Qura, la Cour suprême a déclaré qu'elle n'avait reçu aucune preuve de l'observation du croissant de lune dans la soirée.

La Cour suprême annonce qu'elle tiendra une autre session lundi soir et rendra une décision sur le jour du début du mois de jeûne musulman.

Cet article est la traduction d’un article paru sur Arab News


Iran: nouvel accident, «terroriste», au centre nucléaire de Natanz

Image satellite fournie par Maxar Technologies le 28 janvier 2020, qui montre un aperçu de l'installation nucléaire iranienne de Natanz, au sud de la capitale Téhéran. (AFP)
Short Url
  • C'est dans cette même usine qu'avaient été mises en service la veille de nouvelles cascades de centrifugeuses interdites par l'accord sur le nucléaire iranien de 2015
  • Les médias iraniens n'ont diffusé aucune photo ni vidéo du centre de Natanz après ce sabotage pour lequel le communiqué de M. Saléhi, qui qualifie l'attaque de "futile", n'incrimine aucun groupe ni Etat directement

TEHERAN : Le complexe nucléaire de Natanz, dans le centre de l'Iran, a subi dimanche un nouvel "accident", qualifié d'acte de "terrorisme" par Téhéran, qui promet de poursuivre sur la voie d'un "développement éclatant" de l'énergie atomique.

L'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) a d'abord annoncé dans la matinée une "panne de courant" --vite qualifiée de suspecte par un député conservateur-- dans son usine d'enrichissement d'uranium du complexe Chahid Ahmadi-Rochan de Natanz, l'un des centres névralgiques du programme nucléaire de la République islamique.

C'est dans cette même usine qu'avaient été mises en service la veille de nouvelles cascades de centrifugeuses interdites par l'accord sur le nucléaire iranien de 2015.

Un communiqué du chef de l'OIEA Ali-Akbar Saléhi, diffusé par la télévision d'Etat, annonce en début de soirée que l'"accident" est en fait un acte de "terrorisme antinucléaire" mais sans fournir le moindre détail sur la nature exacte de cette attaque ni sur ses conséquences. 

Les médias iraniens n'ont diffusé aucune photo ni vidéo du centre de Natanz après ce sabotage pour lequel le communiqué de M. Saléhi, qui qualifie l'attaque de "futile", n'incrimine aucun groupe ni Etat directement.

Faisant référence aux discussions en cours à Vienne pour tenter de faire revenir les Etats-Unis dans l'accord international de 2015 sur le nucléaire iranien et de lever les sanctions imposées par Washington contre Téhéran depuis que les Etats-Unis sont sortis de ce pacte en 2018, M. Saléhi estime que l'action contre Natanz "reflète (...) l'échec des opposants (à ces) négociations".

Selon lui, elle relève aussi de "la défaite des opposants (à un) développement éclatant de l'industrie nucléaire" en Iran qui, promet-il, continuera de "poursuivre sérieusement (son) expansion" dans ce domaine.

Plus tôt, le porte-parole de l'OIEA avait déclaré à la télévision d'Etat qu'un "accident" d'origine inconnue "dans une partie du circuit électrique de l'usine d'enrichissement à Chahid-Ahmadi-Rochan" avait provoqué "une panne de courant". 

"Heureusement, nous n'avons eu ni mort, ni blessé, ni pollution. Il n'y a pas de problèmes particuliers", avait-il ajouté.

Rapidement, le député Malek Chariati, porte-parole de la Commission parlementaire de l'énergie, avait évoqué sur Twitter un incident "très suspect de sabotage ou d'infiltration".

"Cyber-opération israélienne" 

"On estime que le défaut dans le circuit électrique de Natanz (est) le résultat d'une cyber-opération israélienne", a tweeté Amichai Stein, un journaliste de la radiotélévision publique israélienne.

Début juillet 2020, une usine d'assemblage de centrifugeuses perfectionnées à Natanz avait été gravement endommagée par une mystérieuse explosion. Les autorités ont conclu à un "sabotage" d'origine "terroriste" mais n'ont pas encore fait connaître les résultats de leur enquête.

L'agence officielle Irna avait alors mis en garde Israël et les Etats-Unis contre toute action hostile. 

Le président Hassan Rohani a inauguré à distance samedi la nouvelle usine d'assemblage de centrifugeuses de Natanz, en même temps qu'il donnait l'ordre de mettre en service ou de tester trois nouvelles cascades de centrifugeuses.

Ces nouvelles centrifugeuses offrent à l'Iran la possibilité d'enrichir plus vite et en plus grande quantité de l'uranium, dans des volumes et à un degré de raffinement interdits par l'accord conclu en 2015 à Vienne entre la République islamique et la communauté internationale.

Les Etats-Unis ont dénoncé cet accord unilatéralement en 2018, sous la présidence de Donald Trump, rétablissant dans la foulée les sanctions américaines qui avaient été levées en vertu de ce pacte.

Discussions à Vienne 

En riposte, l'Iran s'est affranchi depuis 2019 de la plupart des engagements clés pris à Vienne pour restreindre ses activités nucléaires.

Téhéran a toujours nié vouloir se doter de la bombe atomique et M. Rohani a répété samedi que toutes les activités nucléaires de son pays étaient purement "pacifiques".

Mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui voit dans la République islamique une menace existentielle contre son pays, accuse Téhéran de chercher à se doter en secret de l'arme atomique.

"Un accord avec l'Iran qui ouvrirait la voie aux armes nucléaires (...) ne serait d'aucune façon contraignant pour nous", a affirmé mercredi M. Netanyahu à propos des discussions de Vienne.

Le Premier ministre israélien est un ennemi de la première heure de l'accord de Vienne, dont il a toujours affirmé qu'il n'offrait pas de garanties de sécurité suffisantes pour Israël, où le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin est arrivé dimanche pour discuter du dossier nucléaire iranien.

Un éminent physicien nucléaire iranien et vice-ministre de la Défense, Mohsen Fakhrizadeh, a été assassiné mi-novembre près de Téhéran. L'Iran a attribué cette attaque à Israël.


Téhéran appelle Séoul à libérer ses fonds gélés par les sanctions américaines

Le premier vice-président iranien Eshaq Jahanguiri, le 16 mai 2017 (Photo, AFP)
Short Url
  • «Nous appelons le gouvernement coréen à libérer les ressources financières de l'Iran dans les plus brefs délais», a déclaré le premier vice-président iranien Eshaq Jahanguiri
  • L'Iran était l'un des principaux fournisseurs de pétrole de la Corée du Sud jusqu'à ce que Séoul cesse ses achats en 2018 après la décision des Etats-Unis de sortir de l'accord international sur le nucléaire iranien

TÉHÉRAN: Le premier vice-président iranien Eshaq Jahanguiri a exigé dimanche que Séoul débloque des fonds iraniens de plusieurs milliards d'euros gelés en raison des sanctions américaines en accueillant à Téhéran le Premier ministre sud-coréen Chung Sye-kyun. 

« Nous appelons le gouvernement coréen à libérer les ressources financières de l'Iran dans les plus brefs délais », a déclaré M. Jahanguiri, dans une conférence de presse commune avec M. Chung. 

La visite de M. Chung survient après que l'Iran a libéré vendredi un pétrolier battant pavillon sud-coréen saisi en janvier par les forces iraniennes alors que Téhéran pressait Séoul de débloquer plusieurs milliards d'euros gelés en raison des sanctions américaines. 

Téhéran avait accusé Séoul de retenir « en otage » sept milliards de dollars de fonds (5,7 milliards d'euros) appartenant à l'Iran, mais a nié à plusieurs reprises que l'arraisonnement du pétrolier soit liée à cette question. 

L'Iran était l'un des principaux fournisseurs de pétrole de la Corée du Sud jusqu'à ce que Séoul cesse ses achats en 2018 après la décision des Etats-Unis, sous la présidence de Donald Trump, de sortir de l'accord international sur le nucléaire iranien. 

La visite du Premier ministre sud-coréen intervient également au moment où des discussions ont lieu à Vienne entre Téhéran et les autres Etats parties à l'accord international sur le nucléaire iranien de 2015 (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) pour tenter de réintégrer les Etats-Unis à ce pacte et de lever les sanctions imposées depuis 2018 par Washington contre la République islamique.