L'envoyé de l'ONU se déclare "terrifié" par la situation en Birmanie

Manifestation en Birmanie appelant à libérer l'ex-dirigeante du pays Aung San Suu Kyi (Photo, AFP).
Manifestation en Birmanie appelant à libérer l'ex-dirigeante du pays Aung San Suu Kyi (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 17 février 2021

L'envoyé de l'ONU se déclare "terrifié" par la situation en Birmanie

  • Des appels à la désobéissance civile ont continué d'être lancés malgré le durcissement de la répression par la junte
  • Le pays demeure isolé du reste du monde en raison d'une coupure presque totale des connexions internet

RANGOUN: Des appels à la désobéissance civile ont continué d'être lancés mardi en Birmanie malgré le durcissement de la répression par la junte, laissant craindre « un regain de violence », selon un rapporteur de l'ONU, tandis que l'ex-dirigeante Aung San Suu Kyi est une nouvelle fois inculpée.  

Le rapporteur spécial des Nations unies pour la Birmanie Tom Andrews a lancé mardi une mise en garde, se déclarant "terrifié" par le risque d'escalade de la violence dans le pays, trois semaines après le coup d'Etat militaire. « Je crains un nouveau regain de violence mercredi en Birmanie », a déclaré Andrews, tirant la sonnette d'alarme après avoir « reçu des informations selon lesquelles des soldats avaient été envoyés depuis des régions périphériques vers Rangoun », la capitale économique du pays, où se massent les manifestants.

« Les militaires pourraient être sur le point de commettre des crimes encore plus graves contre le peuple de Birmanie », a ajouté Andrews. Il rappelé que « dans le passé, de tels mouvements de troupes ont précédé des meurtres, des disparitions et des détentions à grande échelle ».

Poursuite de la mobilisation

Interdiction des rassemblements, déploiements de véhicules blindés, interpellations nocturnes, renforcement de l'arsenal législatif : les militaires n'ont cessé de durcir le ton depuis leur coup d'Etat, le 1er février, qui a mis fin à une fragile transition démocratique de 10 ans.

Malgré cela, des manifestants ont bloqué mardi un tronçon de voie ferrée à Mawlamyine au sud de Rangoun, interrompant le service entre la ville portuaire et la capitale économique, d'après des images diffusées par un média local.

Avocats, enseignants, contrôleurs aériens, cheminots : de nombreux fonctionnaires ont déjà répondu à cet appel en se mettant en grève contre le putsch.  

A Rangoun, des moines, qui avaient mené la « révolution de safran » réprimée dans le sang par l'armée en 2007, ont défilé vers l'ambassade des Etats-Unis.

Après le déploiement dimanche de véhicules blindés dans certaines villes birmanes, les foules étaient toutefois moins denses dans les rues.

D'autant que les arrestations se poursuivent. Plus de 420 personnes - responsables politiques, médecins, militants, étudiants, grévistes - ont été placées en détention ces deux dernières semaines, d'après une ONG d'assistance aux prisonniers politiques.  

Le rapporteur des Nations Unies a également déclaré qu'il avait « entendu qu'un procès secret » d'Aung San Suu Kyi et de l'ex-président Win Myint avait commencé cette semaine.

Déjà poursuivie pour avoir illégalement importé des talkie-walkies, l'ex-dirigeante de 75 ans fait face à une nouvelle inculpation pour avoir violé « la loi sur la gestion des catastrophes naturelles », a annoncé mardi son avocat Khin Maung Zaw, précisant qu'une nouvelle audience devait avoir lieu le 1er mars.

Le département d'Etat américain s'est dit « préoccupé » par cette annonce et a appelé l'armée à libérer immédiatement « tous les dirigeants politiques et civils, les journalistes, les militants pour les droits humains et autres membres de la société civile injustement détenus » ainsi qu'à « rétablir le gouvernement démocratiquement élu ».

Internet à nouveau coupé

Les généraux continuent parallèlement à s'attaquer aux outils de communication.

Très tôt mercredi (à 01h00), les connexions internet ont été presque totalement coupées, pour la cinquième fois depuis le putsch. Les deux jours précédents, elles avaient été rétablies huit heures plus tard.

Les généraux font la sourde oreille face aux multiples condamnations internationales et aux sanctions annoncées par Washington. 

Ils disposent de deux soutiens de taille à l'ONU, la Chine et la Russie pour qui la crise actuelle constitue « une affaire intérieure » birmane.

Pas ce que Pékin « veut voir »

« Nous n'avons pas été informés à l'avance du changement politique » qui s'est produit en Birmanie, a assuré mardi Chen Hai, l'ambassadeur de Chine à Rangoun. Des manifestants s'étaient rassemblés la veille devant la représentation diplomatique chinoise, accusant Pékin d'apporter son soutien aux militaires.  

La situation actuelle « n'est absolument pas ce que la Chine veut voir », a ajouté l'ambassadeur, dont le pays a d'importants projets et investissements en Birmanie.

Les manifestations sont pour l'instant dans l'ensemble pacifiques. Mais plusieurs blessés ont été recensés, dont une jeune femme toujours dans un état critique après avoir reçu une balle dans la tête.

Les généraux renforcent aussi l'arsenal répressif : ils ont autorisé les perquisitions sans mandat ou les placements en détention pour une courte période sans le feu vert d'un juge. Une loi très liberticide sur la cybersécurité est également en train d'être mise en œuvre.

Le chef de la junte Min Aung Hlaing est un paria au plan international depuis les exactions commises contre les musulmans rohingyas en 2017. Il a expliqué son coup d'Etat en invoquant des fraudes aux législatives de novembre, massivement remportées par la Ligue nationale pour la démocratie, le parti d'Aung San Suu Kyi.


Virus: l'Afrique du Sud retire deux millions de vaccins Johnson & Johnson

Une fiole du vaccin Johnson & Johnson. (AFP)
Une fiole du vaccin Johnson & Johnson. (AFP)
Short Url
  • L'Afrique du Sud milite pour une suspension temporaire des brevets sur les vaccins anti-Covid, pour permettre à chaque pays de produire des versions génériques à faible coût
  • L'Afrique du Sud compte sur la livraison de 31 millions de doses du vaccin J&J à dose unique, pour immuniser sa population de 59 millions

JOHANNESBURG : L'Afrique du Sud, à la traîne dans la vaccination et qui vient d'entrer dans une troisième vague de pandémie de Covid-19, a annoncé dimanche retirer deux millions de vaccins Johnson & Johnson (J&J), en raison d'"un problème de non conformité" lors de sa fabrication aux Etats-Unis.

L'agence sud-africaine du médicament (Sahpra) a indiqué dans un communiqué avoir "pris la décision de ne pas distribuer les vaccins produits à partir de lots de composants médicamenteux non appropriés".

Les autorités américaines ont annoncé vendredi que "plusieurs lots", soit plusieurs millions de doses, fabriqués à Baltimore aux Etats-Unis et dont la production avait dû être stoppée il y a plusieurs semaines, devront être jetés. Des tests avaient révélé que des composants du vaccin britannique AstraZeneca, fabriqué dans la même usine, avaient été mélangés par erreur à la formule de J&J. 

La ministre de la Santé sud-africaine, Mmamoloko Kubayi-Ngubane, qui a reconnu "un pas en arrière dans le programme de vaccination", avait précisé samedi que les lots concernés sont ceux actuellement stockés dans un laboratoire de haute technologie à Port Elizabeth (Sud). 

Le laboratoire sud-africain Aspen importe les composants du vaccin J&J sur ce site et les conditionne sur place.   

L'Afrique du Sud milite pour une suspension temporaire des brevets sur les vaccins anti-Covid, pour permettre à chaque pays de produire des versions génériques à faible coût. 

"Si nous voulons sauver des vies et en finir avec la pandémie, nous devons développer et diversifier la fabrication", a martelé samedi le président Cyril Ramaphosa au sommet du G7 en Angleterre. 

L'Afrique du Sud compte sur la livraison de 31 millions de doses du vaccin J&J à dose unique, pour immuniser sa population de 59 millions. Le pays a réussi à obtenir 30 millions de doses de Pfizer, mais ce vaccin à deux injections nécessite d'être conservé à très basse température.

Une nouvelle livraison de 300 000 vaccins J&J "approuvés" doit arriver mardi, ont affirmé les autorités sud-africaines. 

Le gouvernement avait déjà suspendu temporairement le vaccin en avril, après des cas de caillots sanguins aux Etats-Unis. En février, il avait aussi renoncé à 1,5 million de doses d'AstraZeneca, après des doutes sur son efficacité contre le variant local Beta.

En retard par rapport au reste du monde, l'Afrique du Sud n'a vacciné qu'un peu plus d'1% de sa population. Pays africain officiellement le plus touché, l'Afrique du Sud compte plus de 1,7 million de cas, dont près de 58 000 décès. Plus de 9 300 nouvelles infections ont été recensées ces dernières 24 heures. 


Produire une fusée comme une voiture, le défi d'Ariane 6

 Un ouvrier du groupe Ariane se tient devant le Vulcain 2.1 d'une fusée Ariane 6. (AFP)
Un ouvrier du groupe Ariane se tient devant le Vulcain 2.1 d'une fusée Ariane 6. (AFP)
Short Url
  • Vu de l'extérieur, rien ne trahit la destination de l'immense bâtiment aux murs aveugles qui étend sa superficie de trois terrains de football sur le site d'ArianeGroup aux Mureaux, près de Paris
  • L'usine a un objectif de cadence maximale de douze unités (étages) par an, deux fois plus rapide que pour les premiers étages d'Ariane 5 dont l'usine se trouve à deux pas

LES MUREAUX : A priori rien ne ressemble moins à une automobile qu'une fusée atteignant plus de 60 mètres de haut, mais le défi engagé avec la future Ariane 6 est celui d'une véritable chaîne de production en flux.

Vu de l'extérieur, rien ne trahit la destination de l'immense bâtiment aux murs aveugles qui étend sa superficie de trois terrains de football sur le site d'ArianeGroup aux Mureaux, près de Paris. 

Devant une maquette en Lego de l'usine, son directeur Vincent Lavisse parle "séquences de production" où "tout bouge en même temps". Avec au bout de l'immense "chaîne" en forme de U, un conteneur de 30 mètres de long pour accueillir dans quelques jours le premier exemplaire du premier étage de la fusée.

Du quai voisin, il filera doucement par la Seine jusqu'au port du Havre, puis de là jusqu'à Kourou, pour l'assemblage final d'Ariane 6. Avec un vol inaugural prévu au deuxième trimestre 2022.

L'usine a un objectif de cadence maximale de douze unités (étages) par an, deux fois plus rapide que pour les premiers étages d'Ariane 5 dont l'usine se trouve à deux pas.

Mais là où cette fabrication est verticale, elle se fait horizontalement pour Ariane 6. "Cela revient moins cher", résume M. Lavisse.

150 tonnes d'hydrogène 

Illustration avec le contrôle d'étanchéité du colossal réservoir d'hydrogène liquide, un cylindre d'une quinzaine de mètres de long, qui ne tolère aucune fuite avant un remplissage de 150 tonnes d'hydrogène maintenu à -250 degrés Celsius. On le soumet à un test de pression comme une vulgaire chambre à air.

Pour Ariane 5, il faut descendre le réservoir avec un pont roulant dans un puits vertigineux, capable d'encaisser une déflagration si l'étanchéité venait à flancher. Pour Ariane 6, on le roule simplement dans une salle de l'usine, isolée par une porte de 50 tonnes.

Tout est dans la même veine. Là où des hommes collaient à la main des plaques isolantes sur les réservoirs, on y projette maintenant une couche de protection thermique.

Les soudures à l'arc des plaques d'alliage d'aluminium pour Ariane 5 sont remplacées par un procédé de "friction-malaxage", effectué avec une machine sur mesure qui les joint "comme deux pâtes à modeler". Plus fiable, moins cher et plus rapide.

"Tous les gains de coût sont dans la façon de faire", résume Mathieu Chaize, ingénieur systèmes d'Ariane 6, en ajoutant qu'ici, "l'enjeu industriel est de créer une culture de flux". Un atout incontournable pour affronter une concurrence toujours plus féroce sur le marché international des lanceurs, Space X en tête.

Même scénario dans la "salle blanche" où des ingénieurs, coiffés de charlottes, circulent au pied du moteur principal de la fusée, le Vulcain 2.1. On pourra à terme en intégrer trois en parallèle.

Une nouvelle génération 

Ils sont fabriqués à une poignée de kilomètres de là, dans l'usine de Vernon, nichée dans une épaisse forêt des coteaux de Seine, en Normandie. Tout y a été pensé pour accélérer la cadence en facilitant le travail des hommes sur les machines.

Un manipulateur 3D, sorte de robot capable de déplacer ses 14 tonnes sur un coussin d'air, tient fermement dans ses bras un Vulcain 2.1 qui pointe lui à plus de deux tonnes. Commandé sur une tablette tactile, il permet d'orienter le moteur sous tous les angles pour en faciliter l'accès.

Dans un grand hall adjacent, c'est déjà l'après Ariane 6 qui se dessine. Avec le projet Themis, un démonstrateur de premier étage de fusée réutilisable, pour assurer la relève à l'horizon 2030.

Avec en pièce maîtresse un moteur, Prometheus, dont la première mise à feu interviendra d'ici à la fin de l'année. Réalisé à 70% en impression 3D, avec l'objectif d'un coût dix fois moindre que le Vulcain 2.1, pour une puissance équivalente.

Fait nouveau, cet avenir s'écrit en rassemblant dans un même espace des personnels de toute la chaîne, des concepteurs aux commerciaux en passant par le développement et le montage. Parce que si les machines ont toujours le beau rôle, il revient à une nouvelle génération de leur donner vie.

"On a essayé de mettre beaucoup de jeunes, pour qu'ils prennent le pouvoir", explique Emmanuel Edeline, responsable du programme Prometheus, qui cache bien sa soixantaine passée derrière un masque anti-covid.


Un patrouilleur grec «harcelé» par un bateau turc

Ce genre de confrontation se produit souvent au cours des patrouilles dans la mer Egée pour repérer les migrants tentant de traverser pour arriver sur l'île grecque de Lesbos.(AFP)
Ce genre de confrontation se produit souvent au cours des patrouilles dans la mer Egée pour repérer les migrants tentant de traverser pour arriver sur l'île grecque de Lesbos.(AFP)
Short Url
  • «Tôt dimanche, à l'est de l'île de Lesbos, un patrouilleur des garde-côtes turcs a harcelé un patrouilleur des garde-côtes de Lesbos, causant des dommages légers»
  • Ce genre de confrontation se produit souvent au cours des patrouilles dans la mer Egée pour repérer les migrants tentant de traverser pour arriver sur l'île grecque de Lesbos

ATHENES : Les garde-côtes grecs ont déclaré dimanche qu'un de leurs patrouilleurs chargés en Mer Egée de repérer les migrants avait été légèrement touché par un patrouilleur turc qui le "harcelait", à la veille d'une rencontre à Bruxelles entre les deux pays.

"Tôt dimanche, à l'est de l'île de Lesbos, un patrouilleur des garde-côtes turcs a harcelé un patrouilleur des garde-côtes de Lesbos, causant des dommages légers", a déclaré le service des garde-côtes grecs dans un communiqué, ajoutant que personne n'avait été blessé.

Ce genre de confrontation se produit souvent au cours des patrouilles dans la mer Egée pour repérer les migrants tentant de traverser pour arriver sur l'île grecque de Lesbos.

Athènes avait accusé en avril la Turquie de "provoquer une escalade" dans cette zone avec des manoeuvres "dangereuses" et une assistance illégale aux bateaux de migrants.

La Grèce demande constamment à la Turquie de respecter les accords passés avec l'Union européenne et de mieux surveiller ses côtes pour empêcher les départs, et de reprendre les centaines de demandeurs d'asile - actuellement près de 1 500 - à qui celui-ci a été refusé après examen de leur dossier.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis doit rencontrer lundi à Bruxelles le président turc Recep Tayip Erdogan, en marge d'un sommet de l'Otan.