La Russie indifférente à un avertissement du Conseil de sécurité sur le sort des enfants syriens

Des enfants syriens dans un camp de réfugiés à Suruç, en Turquie, le 3 avril 2015. Au bout de cinq ans, la situation des enfants syriens reste inchangée, selon les groupes d'aide. (Photo de Shutterstock)
Des enfants syriens dans un camp de réfugiés à Suruç, en Turquie, le 3 avril 2015. Au bout de cinq ans, la situation des enfants syriens reste inchangée, selon les groupes d'aide. (Photo de Shutterstock)
Short Url
Publié le Vendredi 26 février 2021

La Russie indifférente à un avertissement du Conseil de sécurité sur le sort des enfants syriens

  • Selon le responsable de la mission humanitaire des Nations unies, la malnutrition est si répandue que ses signes passent désormais inaperçus auprès des parents
  • L'aide humanitaire est restreinte dans la mesure où la plupart des postes frontaliers sont fermés ; l'envoyé russe écarte la possibilité de les rouvrir car cela signifierait « soutenir les terroristes »

NEW YORK - Dans ce qui pourrait être son dernier briefing devant le Conseil de sécurité sur la Syrie, le chef de l'aide humanitaire des Nations unies a une fois de plus averti, jeudi, de la situation catastrophique dans le pays et du lourd tribut qu'elle inflige tout particulièrement aux enfants. Mais la Russie, qui bloque l’ouverture de postes frontières dans le nord-ouest pour acheminer des aides, sous prétexte que cela bénéficierait aux terroristes, s’est montrée intraitable sur ce sujet.

Mark Lowcock a déclaré ce mois-ci qu'il quittait son poste pour passer plus de temps avec sa famille au Royaume-Uni, après quatre ans dans cette fonction. Il a ainsi tiré la sonnette d'alarme sur une crise humanitaire qui, au bout de dix ans de guerre civile, ne fait que s'aggraver. En effet, l'économie fragile de la Syrie connaît une succession de chocs ; la monnaie est en chute libre, le prix des denrées alimentaires a grimpé de 200 %, le chômage est en hausse et 60 % de la population ne dispose pas d'une alimentation sûre et nutritive, a-t-il déclaré.

Des millions de personnes se trouvent contraintes de recourir à des « mesures désespérées » pour survivre, a-t-il ajouté. Les parents se privent de nourriture pour nourrir leurs enfants, qui sont à leur tour contraints de chercher du travail plutôt que d'aller à l'école. Un demi-million d'enfants de moins de cinq ans présentent un retard de croissance, accompagné d'un retard de développement en raison d'une malnutrition chronique.

Si cette crise sévit dans toute la Syrie, elle est particulièrement grave dans le nord-ouest et le nord-est, où, toujours selon M. Lowcock, un enfant sur trois est victime de retards de croissance aux effets irréversibles. Il a affirmé que la malnutrition est si répandue que ses signes passent désormais inaperçus auprès des parents.

« Cette situation entraînera des répercussions irréversibles sur leur développement et leur apprentissage tout au long de leur vie », a-t-il ajouté.

Sonia Khush, directrice de Save the Children en Syrie, a informé le Conseil de sécurité que près de la moitié des enfants syriens grandissent « en n'ayant connu que le conflit, qui envahit tous les aspects de leur vie et les prive de leur enfance ».

Elle a également souligné que « les enfants sont aujourd’hui confrontés à une réalité plus grave qu'à n'importe quel autre moment de ce conflit de dix ans. Plus que jamais, ils ont besoin d'une aide humanitaire, souffrent de la faim, meurent de maladies que l'on peut prévenir, ne vont pas à l'école et sont exposés à des risques en termes de protection ».

Pour Mme Khush, les répercussions combinées de ce conflit, qui a fait des milliers de victimes parmi les enfants, les déplacements forcés, la pauvreté ainsi que la pandémie de Covid-19 ont tous privé de l'éducation des millions de jeunes Syriens ; les filles sont ainsi obligées de se marier pour subvenir aux besoins de leur famille, les garçons partent à la guerre tandis que le travail des enfants devient de plus en plus courant.

Pour elle, les écoles sont supposées être des lieux sûrs où les enfants apprennent et s'épanouissent.  Elles sont en réalité prises d'assaut, exploitées par des groupes armés et parsemées de munitions non explosées.

Parmi les cinq millions de personnes qui ont besoin d'une assistance transfrontalière dans le nord de la Syrie, deux millions sont des enfants et la moitié d'entre eux ont été déplacés plus de dix fois, dans certains cas, a déclaré Mme Khush.

Par ailleurs, la difficulté à accéder à des réserves de nourriture et d'eau suffisantes entraîne une crise alimentaire alarmante.

« Ainsi, ils ont passé des mois sans manger des aliments nutritifs essentiels à leur survie et à leur développement, et le nombre d'enfants qui se couchent le ventre vide chaque soir se chiffre à plusieurs millions », a souligné Mme Khush.

L'année dernière, les équipes des Nations unies n'ont plus pu accéder à trois des quatre points de passage frontaliers par lesquels elles acheminaient l'aide humanitaire provenant des pays voisins. Sous la pression de la Russie et de la Chine qui agissent au nom du régime Assad, les points de passage fermés n'ont pas été rouverts. Dans le nord-ouest du pays, toute l'aide humanitaire destinée à soulager 2,4 millions de personnes ne peut passer que par un seul point de contrôle situé à la frontière turque.

« Sans l'aide acheminée à travers les frontières, les médecins du nord-ouest de la Syrie, comme ceux à qui j'ai parlé, ne pourront plus fournir à ces enfants les soins dont ils ont besoin pour survivre », a déclaré M. Lowcock. « Ils avertissent qu’ils seront bientôt à court de ressources et de fournitures pour poursuivre leurs activités. La situation passera du terrible au catastrophique ».

M. Lowcock, qui est également coordinateur de l'aide d'urgence, a réitéré la position du secrétaire général des Nations unies, António Guterres, qui estime que « lorsqu'il s'agit de fournir une aide vitale aux personnes dans le besoin, toutes les voies doivent être ouvertes, et ce de manière permanente ».

M. Lowcock a averti que si le Conseil de sécurité manquait à nouveau de prolonger l'autorisation de l'aide transfrontalière, cela « entraînerait des souffrances et des pertes de vies à une très grande échelle ».

En dépit de ces sombres avertissements, la position de la Russie concernant l'assistance transfrontalière reste inchangée.

« Maintenir les opérations transfrontalières signifie sans aucun doute la poursuite du soutien aux terroristes, qui vivent de ce qu'ils extorquent et de la façon dont ils maîtrisent la contrebande », a déclaré Vassily Nebenzya, représentant permanent de la Russie auprès des Nations unies.

« Si nous sommes obligés demain de prendre une décision sur l'extension des aides transfrontalières, nous n'aurons malheureusement aucun motif convaincant pour le faire ».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


La militante iranienne Narges Mohammadi condamnée à 8 ans de prison, selon son mari

La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi a été arrêtée en Iran le 16 novembre dernier (Photo, AFP).
La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi a été arrêtée en Iran le 16 novembre dernier (Photo, AFP).
Short Url
  • Son mari, qui est installé en France, a écrit sur Twitter que la condamnation avait été prononcée à l'issue d'une audience de seulement 5 minutes
  • On reproche à Narges Mohammadi d'avoir publié un communiqué contre la peine de mort et d'avoir organisé un sit-in de protestation pendant sa détention

PARIS: La militante iranienne des droits de l'Homme Narges Mohammadi, arrêtée le 16 novembre, a été condamnée par un tribunal iranien à 8 ans de prison et 70 coups de fouet, a annoncé dimanche son mari.

Taghi Rahmani, qui est installé en France, a écrit sur Twitter que la condamnation avait été prononcée à l'issue d'une audience de seulement 5 minutes.

On ignore les détails des accusations et du verdict.

Mme Mohammadi, porte-parole du Centre des défenseurs des droits de l'Homme fondé par la prix Nobel de la Paix Shirin Ebadi, a été arrêtée à plusieurs reprises ces dernières années.

Libérée en octobre 2020 après cinq ans de prison, elle a de nouveau été condamnée en mai 2021 à 80 coups de fouet et 30 mois de détention, pour "propagande contre le système" politique iranien, diffamation et "rébellion" contre l'autorité pénitentiaire.

Il lui est reproché d'avoir publié un communiqué contre la peine de mort et d'avoir organisé un sit-in de protestation pendant sa détention à la prison d'Evine à Téhéran.  

Mi-janvier, une chercheuse franco-iranienne, Fariba Adelkhah, retenue depuis 2019 en Iran, a été réincarcérée à Téhéran pour avoir enfreint les règles de son assignation à résidence.

Et quelques jours plus tôt, le poète et dissident iranien Baktash Abtin est décédé en prison après y avoir contracté la Covid-19, d'après les révélations de plusieurs organisations de défense des droits humains. Celles-ci accusent Téhéran d'être responsable de ce décès.


Israël: 1ère rencontre du chef de la diplomatie Yaïr Lapid avec un dirigeant palestinien

Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid. (Photo, AFP)
Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le ministère israélien des Affaires étrangères a de son côté décliné tout commentaire sans démentir la tenue de la rencontre
  • Après la visite en décembre de Mahmoud Abbas en Israël, l'Etat hébreu avait approuvé une série de «mesures de confiance» avec l'Autorité palestinienne

JÉRUSALEM : Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid s'est entretenu dimanche soir avec le ministre palestinien des Affaires civiles Hussein al-Sheikh, a indiqué ce dernier sur Twitter, marquant la première rencontre officielle connue de M. Lapid avec un dirigeant palestinien.

"J'ai rencontré ce soir le ministre israélien des Affaires étrangères et nous avons discuté de différentes questions politiques et des relations bilatérales", a affirmé Hussein al-Sheikh, sans préciser où la rencontre avait eu lieu.

Interrogé par l'AFP, le ministère israélien des Affaires étrangères a de son côté décliné tout commentaire sans démentir la tenue de la rencontre.

Fin décembre, le président palestinien Mahmoud Abbas avait rencontré le ministre israélien de la Défense Benny Gantz lors d'une visite en Israël. Il s'agissait de la première fois depuis 2010 que M. Abbas se rendait dans l'Etat hébreu pour une rencontre officielle avec un membre du gouvernement israélien.

Dans la foulée de l'arrivée au pouvoir en juin dernier du gouvernement de coalition mené par Naftali Bennett, des ministres israéliens - dont M. Gantz - avaient cependant rendu visite à Mahmoud Abbas à Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne, en Cisjordanie occupée. 

Dans son tweet dimanche, Hussein al-Sheikh a ajouté avoir "mis en avant le besoin d'un horizon politique entre les deux parties, basé sur le droit international", en référence notamment aux résolutions de l'ONU sur le conflit israélo-palestinien.

Après la visite en décembre de M. Abbas en Israël, l'Etat hébreu avait approuvé une série de "mesures de confiance" avec l'Autorité palestinienne comme l'octroi de 600 permis supplémentaires permettant à des hommes d'affaires palestiniens de se rendre en Israël, et la régularisation de 6 000 Palestiniens vivant dans un secteur de Cisjordanie sous contrôle israélien.


Les défenses aériennes émiraties détruisent des missiles Houthis visant le pays

Les débris des missiles sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi (Photo, AN).
Les débris des missiles sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi (Photo, AN).
Short Url
  • Le ministre émirati de la Défense a annoncé que deux missiles Houthis lancés en direction du pays ont été interceptés
  • Dans un communiqué, le ministère s’est déclaré «prêt à répondre à toutes les menaces» et qu’il prendrait «toutes les mesures nécessaires pour protéger la nation des attaques» qui la visent

RIYAD: Le ministre émirati de la Défense a annoncé que deux missiles Houthis lancés en direction du pays ont été intercepté, une information rapportée par l’agence WAM ce lundi.

Les débris qui sont tombés dans l’émirat d’Abu Dhabi n’ont pas fait de blessés.

Dans un communiqué, le ministère s’est déclaré « prêt à répondre à toutes les menaces » et qu’il prendrait « toutes les mesures nécessaires pour protéger la nation des attaques » qui la visent.

Trois personnes ont été tuées la semaine dernière à Abu Dhabi dans une attaque similaire de la milice soutenue par l'Iran. Cette agression commise sur des civils a été condamnée par la communauté internationale.
Lundi matin, l'Arabie saoudite a également intercepté un missile balistique visant la province d'Asir, dans le sud du Yémen. En riposte, la coalition de soutien au gouvernement yéménite a frappé des cibles Houthies à Al-Jouf.
Deux personnes avaient été blessées à Jazan la veille, à la suite d'une attaque similaire.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Plus d’informations à suivre…