La Russie indifférente à un avertissement du Conseil de sécurité sur le sort des enfants syriens

Des enfants syriens dans un camp de réfugiés à Suruç, en Turquie, le 3 avril 2015. Au bout de cinq ans, la situation des enfants syriens reste inchangée, selon les groupes d'aide. (Photo de Shutterstock)
Short Url
Publié le Vendredi 26 février 2021

La Russie indifférente à un avertissement du Conseil de sécurité sur le sort des enfants syriens

  • Selon le responsable de la mission humanitaire des Nations unies, la malnutrition est si répandue que ses signes passent désormais inaperçus auprès des parents
  • L'aide humanitaire est restreinte dans la mesure où la plupart des postes frontaliers sont fermés ; l'envoyé russe écarte la possibilité de les rouvrir car cela signifierait « soutenir les terroristes »

NEW YORK - Dans ce qui pourrait être son dernier briefing devant le Conseil de sécurité sur la Syrie, le chef de l'aide humanitaire des Nations unies a une fois de plus averti, jeudi, de la situation catastrophique dans le pays et du lourd tribut qu'elle inflige tout particulièrement aux enfants. Mais la Russie, qui bloque l’ouverture de postes frontières dans le nord-ouest pour acheminer des aides, sous prétexte que cela bénéficierait aux terroristes, s’est montrée intraitable sur ce sujet.

Mark Lowcock a déclaré ce mois-ci qu'il quittait son poste pour passer plus de temps avec sa famille au Royaume-Uni, après quatre ans dans cette fonction. Il a ainsi tiré la sonnette d'alarme sur une crise humanitaire qui, au bout de dix ans de guerre civile, ne fait que s'aggraver. En effet, l'économie fragile de la Syrie connaît une succession de chocs ; la monnaie est en chute libre, le prix des denrées alimentaires a grimpé de 200 %, le chômage est en hausse et 60 % de la population ne dispose pas d'une alimentation sûre et nutritive, a-t-il déclaré.

Des millions de personnes se trouvent contraintes de recourir à des « mesures désespérées » pour survivre, a-t-il ajouté. Les parents se privent de nourriture pour nourrir leurs enfants, qui sont à leur tour contraints de chercher du travail plutôt que d'aller à l'école. Un demi-million d'enfants de moins de cinq ans présentent un retard de croissance, accompagné d'un retard de développement en raison d'une malnutrition chronique.

Si cette crise sévit dans toute la Syrie, elle est particulièrement grave dans le nord-ouest et le nord-est, où, toujours selon M. Lowcock, un enfant sur trois est victime de retards de croissance aux effets irréversibles. Il a affirmé que la malnutrition est si répandue que ses signes passent désormais inaperçus auprès des parents.

« Cette situation entraînera des répercussions irréversibles sur leur développement et leur apprentissage tout au long de leur vie », a-t-il ajouté.

Sonia Khush, directrice de Save the Children en Syrie, a informé le Conseil de sécurité que près de la moitié des enfants syriens grandissent « en n'ayant connu que le conflit, qui envahit tous les aspects de leur vie et les prive de leur enfance ».

Elle a également souligné que « les enfants sont aujourd’hui confrontés à une réalité plus grave qu'à n'importe quel autre moment de ce conflit de dix ans. Plus que jamais, ils ont besoin d'une aide humanitaire, souffrent de la faim, meurent de maladies que l'on peut prévenir, ne vont pas à l'école et sont exposés à des risques en termes de protection ».

Pour Mme Khush, les répercussions combinées de ce conflit, qui a fait des milliers de victimes parmi les enfants, les déplacements forcés, la pauvreté ainsi que la pandémie de Covid-19 ont tous privé de l'éducation des millions de jeunes Syriens ; les filles sont ainsi obligées de se marier pour subvenir aux besoins de leur famille, les garçons partent à la guerre tandis que le travail des enfants devient de plus en plus courant.

Pour elle, les écoles sont supposées être des lieux sûrs où les enfants apprennent et s'épanouissent.  Elles sont en réalité prises d'assaut, exploitées par des groupes armés et parsemées de munitions non explosées.

Parmi les cinq millions de personnes qui ont besoin d'une assistance transfrontalière dans le nord de la Syrie, deux millions sont des enfants et la moitié d'entre eux ont été déplacés plus de dix fois, dans certains cas, a déclaré Mme Khush.

Par ailleurs, la difficulté à accéder à des réserves de nourriture et d'eau suffisantes entraîne une crise alimentaire alarmante.

« Ainsi, ils ont passé des mois sans manger des aliments nutritifs essentiels à leur survie et à leur développement, et le nombre d'enfants qui se couchent le ventre vide chaque soir se chiffre à plusieurs millions », a souligné Mme Khush.

L'année dernière, les équipes des Nations unies n'ont plus pu accéder à trois des quatre points de passage frontaliers par lesquels elles acheminaient l'aide humanitaire provenant des pays voisins. Sous la pression de la Russie et de la Chine qui agissent au nom du régime Assad, les points de passage fermés n'ont pas été rouverts. Dans le nord-ouest du pays, toute l'aide humanitaire destinée à soulager 2,4 millions de personnes ne peut passer que par un seul point de contrôle situé à la frontière turque.

« Sans l'aide acheminée à travers les frontières, les médecins du nord-ouest de la Syrie, comme ceux à qui j'ai parlé, ne pourront plus fournir à ces enfants les soins dont ils ont besoin pour survivre », a déclaré M. Lowcock. « Ils avertissent qu’ils seront bientôt à court de ressources et de fournitures pour poursuivre leurs activités. La situation passera du terrible au catastrophique ».

M. Lowcock, qui est également coordinateur de l'aide d'urgence, a réitéré la position du secrétaire général des Nations unies, António Guterres, qui estime que « lorsqu'il s'agit de fournir une aide vitale aux personnes dans le besoin, toutes les voies doivent être ouvertes, et ce de manière permanente ».

M. Lowcock a averti que si le Conseil de sécurité manquait à nouveau de prolonger l'autorisation de l'aide transfrontalière, cela « entraînerait des souffrances et des pertes de vies à une très grande échelle ».

En dépit de ces sombres avertissements, la position de la Russie concernant l'assistance transfrontalière reste inchangée.

« Maintenir les opérations transfrontalières signifie sans aucun doute la poursuite du soutien aux terroristes, qui vivent de ce qu'ils extorquent et de la façon dont ils maîtrisent la contrebande », a déclaré Vassily Nebenzya, représentant permanent de la Russie auprès des Nations unies.

« Si nous sommes obligés demain de prendre une décision sur l'extension des aides transfrontalières, nous n'aurons malheureusement aucun motif convaincant pour le faire ».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Iran: nouvel accident, «terroriste», au centre nucléaire de Natanz

Image satellite fournie par Maxar Technologies le 28 janvier 2020, qui montre un aperçu de l'installation nucléaire iranienne de Natanz, au sud de la capitale Téhéran. (AFP)
Short Url
  • C'est dans cette même usine qu'avaient été mises en service la veille de nouvelles cascades de centrifugeuses interdites par l'accord sur le nucléaire iranien de 2015
  • Les médias iraniens n'ont diffusé aucune photo ni vidéo du centre de Natanz après ce sabotage pour lequel le communiqué de M. Saléhi, qui qualifie l'attaque de "futile", n'incrimine aucun groupe ni Etat directement

TEHERAN : Le complexe nucléaire de Natanz, dans le centre de l'Iran, a subi dimanche un nouvel "accident", qualifié d'acte de "terrorisme" par Téhéran, qui promet de poursuivre sur la voie d'un "développement éclatant" de l'énergie atomique.

L'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) a d'abord annoncé dans la matinée une "panne de courant" --vite qualifiée de suspecte par un député conservateur-- dans son usine d'enrichissement d'uranium du complexe Chahid Ahmadi-Rochan de Natanz, l'un des centres névralgiques du programme nucléaire de la République islamique.

C'est dans cette même usine qu'avaient été mises en service la veille de nouvelles cascades de centrifugeuses interdites par l'accord sur le nucléaire iranien de 2015.

Un communiqué du chef de l'OIEA Ali-Akbar Saléhi, diffusé par la télévision d'Etat, annonce en début de soirée que l'"accident" est en fait un acte de "terrorisme antinucléaire" mais sans fournir le moindre détail sur la nature exacte de cette attaque ni sur ses conséquences. 

Les médias iraniens n'ont diffusé aucune photo ni vidéo du centre de Natanz après ce sabotage pour lequel le communiqué de M. Saléhi, qui qualifie l'attaque de "futile", n'incrimine aucun groupe ni Etat directement.

Faisant référence aux discussions en cours à Vienne pour tenter de faire revenir les Etats-Unis dans l'accord international de 2015 sur le nucléaire iranien et de lever les sanctions imposées par Washington contre Téhéran depuis que les Etats-Unis sont sortis de ce pacte en 2018, M. Saléhi estime que l'action contre Natanz "reflète (...) l'échec des opposants (à ces) négociations".

Selon lui, elle relève aussi de "la défaite des opposants (à un) développement éclatant de l'industrie nucléaire" en Iran qui, promet-il, continuera de "poursuivre sérieusement (son) expansion" dans ce domaine.

Plus tôt, le porte-parole de l'OIEA avait déclaré à la télévision d'Etat qu'un "accident" d'origine inconnue "dans une partie du circuit électrique de l'usine d'enrichissement à Chahid-Ahmadi-Rochan" avait provoqué "une panne de courant". 

"Heureusement, nous n'avons eu ni mort, ni blessé, ni pollution. Il n'y a pas de problèmes particuliers", avait-il ajouté.

Rapidement, le député Malek Chariati, porte-parole de la Commission parlementaire de l'énergie, avait évoqué sur Twitter un incident "très suspect de sabotage ou d'infiltration".

"Cyber-opération israélienne" 

"On estime que le défaut dans le circuit électrique de Natanz (est) le résultat d'une cyber-opération israélienne", a tweeté Amichai Stein, un journaliste de la radiotélévision publique israélienne.

Début juillet 2020, une usine d'assemblage de centrifugeuses perfectionnées à Natanz avait été gravement endommagée par une mystérieuse explosion. Les autorités ont conclu à un "sabotage" d'origine "terroriste" mais n'ont pas encore fait connaître les résultats de leur enquête.

L'agence officielle Irna avait alors mis en garde Israël et les Etats-Unis contre toute action hostile. 

Le président Hassan Rohani a inauguré à distance samedi la nouvelle usine d'assemblage de centrifugeuses de Natanz, en même temps qu'il donnait l'ordre de mettre en service ou de tester trois nouvelles cascades de centrifugeuses.

Ces nouvelles centrifugeuses offrent à l'Iran la possibilité d'enrichir plus vite et en plus grande quantité de l'uranium, dans des volumes et à un degré de raffinement interdits par l'accord conclu en 2015 à Vienne entre la République islamique et la communauté internationale.

Les Etats-Unis ont dénoncé cet accord unilatéralement en 2018, sous la présidence de Donald Trump, rétablissant dans la foulée les sanctions américaines qui avaient été levées en vertu de ce pacte.

Discussions à Vienne 

En riposte, l'Iran s'est affranchi depuis 2019 de la plupart des engagements clés pris à Vienne pour restreindre ses activités nucléaires.

Téhéran a toujours nié vouloir se doter de la bombe atomique et M. Rohani a répété samedi que toutes les activités nucléaires de son pays étaient purement "pacifiques".

Mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui voit dans la République islamique une menace existentielle contre son pays, accuse Téhéran de chercher à se doter en secret de l'arme atomique.

"Un accord avec l'Iran qui ouvrirait la voie aux armes nucléaires (...) ne serait d'aucune façon contraignant pour nous", a affirmé mercredi M. Netanyahu à propos des discussions de Vienne.

Le Premier ministre israélien est un ennemi de la première heure de l'accord de Vienne, dont il a toujours affirmé qu'il n'offrait pas de garanties de sécurité suffisantes pour Israël, où le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin est arrivé dimanche pour discuter du dossier nucléaire iranien.

Un éminent physicien nucléaire iranien et vice-ministre de la Défense, Mohsen Fakhrizadeh, a été assassiné mi-novembre près de Téhéran. L'Iran a attribué cette attaque à Israël.


Téhéran appelle Séoul à libérer ses fonds gélés par les sanctions américaines

Le premier vice-président iranien Eshaq Jahanguiri, le 16 mai 2017 (Photo, AFP)
Short Url
  • «Nous appelons le gouvernement coréen à libérer les ressources financières de l'Iran dans les plus brefs délais», a déclaré le premier vice-président iranien Eshaq Jahanguiri
  • L'Iran était l'un des principaux fournisseurs de pétrole de la Corée du Sud jusqu'à ce que Séoul cesse ses achats en 2018 après la décision des Etats-Unis de sortir de l'accord international sur le nucléaire iranien

TÉHÉRAN: Le premier vice-président iranien Eshaq Jahanguiri a exigé dimanche que Séoul débloque des fonds iraniens de plusieurs milliards d'euros gelés en raison des sanctions américaines en accueillant à Téhéran le Premier ministre sud-coréen Chung Sye-kyun. 

« Nous appelons le gouvernement coréen à libérer les ressources financières de l'Iran dans les plus brefs délais », a déclaré M. Jahanguiri, dans une conférence de presse commune avec M. Chung. 

La visite de M. Chung survient après que l'Iran a libéré vendredi un pétrolier battant pavillon sud-coréen saisi en janvier par les forces iraniennes alors que Téhéran pressait Séoul de débloquer plusieurs milliards d'euros gelés en raison des sanctions américaines. 

Téhéran avait accusé Séoul de retenir « en otage » sept milliards de dollars de fonds (5,7 milliards d'euros) appartenant à l'Iran, mais a nié à plusieurs reprises que l'arraisonnement du pétrolier soit liée à cette question. 

L'Iran était l'un des principaux fournisseurs de pétrole de la Corée du Sud jusqu'à ce que Séoul cesse ses achats en 2018 après la décision des Etats-Unis, sous la présidence de Donald Trump, de sortir de l'accord international sur le nucléaire iranien. 

La visite du Premier ministre sud-coréen intervient également au moment où des discussions ont lieu à Vienne entre Téhéran et les autres Etats parties à l'accord international sur le nucléaire iranien de 2015 (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) pour tenter de réintégrer les Etats-Unis à ce pacte et de lever les sanctions imposées depuis 2018 par Washington contre la République islamique. 


Egypte: huit ans de prison dans une affaire de harcèlement sexuel de mineures

L'affaire avait éclaté en juillet dernier lorsque le compte Instagram "Assault Police" ("Police du harcèlement") avait publié des dizaines de témoignages accusant M. Zaki d'être un prédateur sexuel.(AFP)
Short Url
  • Ahmed Bassem Zaki, âgé d'une vingtaine d'années et ancien étudiant de la prestigieuse Université américaine du Caire (AUC), a été condamné à sept ans de prison pour le harcèlement des trois mineures et à un an pour possession de drogue
  • Emanant surtout d'anciennes camarades, les récits --captures d'écran à l'appui-- décrivaient d'innombrables scènes de chantage sexuel, d'agressions et de viol

LE CAIRE : Un tribunal égyptien a condamné dimanche à huit ans de prison un ancien étudiant pour harcèlement sexuel de trois mineures et possession de drogue, dans une affaire qui avait déclenché une vague d'indignation sur les réseaux sociaux en Egypte.

Ahmed Bassem Zaki, âgé d'une vingtaine d'années et ancien étudiant de la prestigieuse Université américaine du Caire (AUC), a été condamné à sept ans de prison pour le harcèlement des trois mineures et à un an pour possession de drogue.

Il a la possibilité de faire appel, selon une source judiciaire. 

En décembre, le jeune homme avait déjà été condamné à trois ans de prison par le tribunal des Affaires économiques, chargé des infractions liées au numérique, pour harcèlement sexuel envers deux femmes, par téléphone et en envoyant des photos à caractère sexuel à l'une d'elle et en contactant l'autre de façon répétée sans son consentement.

L'affaire avait éclaté en juillet dernier lorsque le compte Instagram "Assault Police" ("Police du harcèlement") avait publié des dizaines de témoignages accusant M. Zaki d'être un prédateur sexuel.

Emanant surtout d'anciennes camarades, les récits --captures d'écran à l'appui-- décrivaient d'innombrables scènes de chantage sexuel, d'agressions et de viol.

Arrêté le 4 juillet, M. Zaki a avoué avoir agressé et fait chanter six plaignantes, dont une mineure.

Les révélations sur M. Zaki ont remis sur le devant de la scène la question du harcèlement en Egypte, où les internautes s'étaient réappropriés, cette fois en nombre, le hashtag du mouvement #Metoo.

Si l'Egypte a connu d'autres vagues d'indignation face au harcèlement, aucune n'a eu d'impact décisif dans ce pays où l'immense majorité des femmes interrogées en ont été victimes, selon l'ONU.