La Vision 2030 et les réalisations des femmes en Arabie saoudite

L'ambassadrice saoudienne aux Etats-Unis Reema bent Bandar participant à un événement. (Photo fournie).
L'ambassadrice saoudienne aux Etats-Unis Reema bent Bandar participant à un événement. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Lundi 08 mars 2021

La Vision 2030 et les réalisations des femmes en Arabie saoudite

  • Les femmes saoudiennes sont désormais ambassadrices, directrices générales, directrices d'entités privées, porte-parole du gouvernement et plus encore
  • Les objectifs des femmes saoudiennes ne sont plus l'égalité ou l'égalité des chances, mais plutôt de dépasser leurs homologues en matière d'idéologie, de réalisation et d'innovation

RIYAD: Alors que nous célébrons la Journée internationale des femmes, nous constatons la progression des femmes saoudiennes depuis le lancement de Vision 2030 dans le Royaume.

Les réformes ont changé le discours entourant l’autonomisation des femmes, passant de l’inclusion et de l’égalité, à la distinction. Les réalisations des femmes dans le cadre de la Vision 2030 leur ont ouvert la voie au succès, et notamment pour de jeunes dirigeantes du Royaume.

Les objectifs des femmes saoudiennes ne sont plus l'égalité des genres ou des chances, mais plutôt de dépasser leurs homologues en matière d'idéologie, de réalisation et d'innovation dans tous les secteurs. Elles ont ainsi ouvert la voie à une génération jeune et déterminée de futures dirigeantes. Ces réalisations innovantes sont toutes dues aux pierres angulaires des vastes réformes sociales de Vision 2030 pour les femmes.

Les femmes saoudiennes sont désormais ambassadrices, directrices générales, directrices d'entités privées, porte-parole du gouvernement et plus encore. Leurs voix sont désormais entendues haut et fort dans le monde entier.

Depuis février 2021, les femmes prennent du galon dans les forces armées du Royaume et occupent des postes de direction, notamment en tant que sergentes commandant des équipes de soldats dans l'armée saoudienne, la défense aérienne royale saoudienne, la marine royale saoudienne, la force royale de missiles stratégiques saoudiens et les services médicaux des forces armées.

Les Saoudiennes n’ambitionnent plus seulement l'inclusion dans la société et sur le lieu de travail. Leurs nouveaux objectifs sont le leadership, la direction et participer concrètement à l'avenir du Royaume, que ce soit par la croissance financière, la réforme sociale ou à travers la réussite de nouvelles générations de femmes.

Les initiatives et les réformes de Vision 2030 ont non seulement impacté la carrière des femmes, mais aussi leur vie sociale – permettant à des voix de se faire entendre. Des lois ont été amendées par Vision 2030 pour garantir les droits des divorcées. Un fonds de pension alimentaire a été créé pour soutenir les femmes et leurs enfants pendant les procédures judiciaires, et les femmes peuvent désormais entrer dans les services judiciaires de manière indépendante, sans présence d'un tuteur. Les jugements enjoignaient auparavant aux femmes de rentrer chez elles sans aucune objection, mais depuis Vision 2030, ces réglementations font littéralement partie du passé – un grand pas vers un avenir brillant.

Il n’est pas exagéré de dire que, lorsque le prince héritier Mohammed ben Salmane a été nommé à son poste en 2017, les promesses ont été tenues.

Les femmes sont impliquées sur le marché du travail, conduisent leur voiture et sont plus indépendantes, notamment avec l'assouplissement l'année dernière de la loi sur la tutelle. Des outils tels que la loi sur le harcèlement sexuel ont été mis en place pour assurer leur sécurité, et elles ont pu compter sur le soutien total du gouvernement pour développer leurs ambitions, et notamment accéder à des postes élevés.

En juillet 2020, en vertu d'un décret royal du roi Salmane, treize femmes ont été nommées pour siéger à la Commission saoudienne des droits de l'homme, soit la moitié des membres de la commission. Cette décision a donné aux femmes une voix plus forte et la possibilité de peser dans les décisions du Royaume.

Les femmes sont désormais une force motrice dans la croissance des ressources économiques alternatives du Royaume, et au cours de la dernière décennie, le nombre de femmes chefs d’entreprise et PDG a augmenté.

Le Dr Maliha Hashmi, directrice exécutive du secteur de la santé et du bien-être du projet de mégapole Neom, est une jeune femme leader de la santé dans la région. Elle déclare que Vision 2030 a permis aux femmes de jouer de nouveaux rôles et de concrétiser leurs attentes.

«Grâce à Vision 2030, à l’acceptation sociale et, surtout, au soutien continu du gouvernement, nous aurons un leadership équilibré, dans les secteurs privé et public, représenté par des hommes et des femmes. De plus, je suis confiante, nous verrons dans un avenir proche davantage de femmes dans la représentation ministérielle et internationale», déclare-t-elle.

«Sous la direction visionnaire du prince héritier Mohammed ben Salmane, l'Arabie saoudite a fait un pas de géant dans l'autonomisation de ses femmes. Alors que le monde évoque les conductrices saoudiennes, ce changement socioéconomique et culturel ne se résume pas à ce que l’on voit», souligne Maliha Hashmi, titulaire d’un doctorat à Harvard, à Arab News.

«Plus de start-up de haute technologie peuvent désormais être créées par des femmes. Il y a maintenant des femmes diplomates dans le Conseil de coopération du Golfe (CCG). Je suis très heureuse que ce changement ait commencé en Arabie saoudite avec la princesse Reema benta Bandar, première ambassadrice saoudienne. Je suis également honorée de représenter Neom comme l'une de ses principales femmes dirigeantes. J'espère que ma passion pour ce projet incroyable sera contagieuse, qu’elle encouragera d'autres jeunes femmes à s’y joindre, et que je pourrai leur servir d’exemple.»

Vision 2030 a changé la dynamique du Royaume en l’ouvrant, lui et ses habitants, au monde.

Les femmes du Royaume, lorsqu’elles sont âgées de plus de 21 ans, voyagent et explorent de nouvelles cultures sans la présence obligatoire d'un tuteur masculin, en raison d'un décret leur permettant d'obtenir leur propre passeport et de voyager sans tuteur masculin.

Vision 2030 a donné aux femmes le droit de conduire, permettant l'émergence de la première pilote de course professionnelle, Reema al-Juffali. Les réformes ont également instauré l'égalité des chances dans la science et ont poussé les femmes scientifiques sous les feux de la rampe, comme Nouf al-Numair, «décodeuse d'ADN» qui étudie la détection précoce des maladies émergentes par mutation génétique. Ce n'est qu'un aperçu des réalisations des femmes dirigeantes d'Arabie saoudite à la suite de la campagne d'autonomisation des femmes du Royaume.

Il est évident que les changements rapides menés par le prince héritier Mohammed ben Salmane ont également eu un impact mondial. Pour la deuxième année consécutive, le rapport baptisé «Les femmes, les entreprises et la loi 2021» de la Banque mondiale a classé l’Arabie saoudite parmi les principaux pays en matière d’inclusion économique et de réformes en direction des femmes.

Noura al-Dossary a bénéficié de ces changements. Orpheline encore jeune, puis divorcée avec une fille, Mme Al-Dossary vivait une situation difficile. Sa sœur et son beau-frère l'ont aidée, mais elle s'est vite rendu compte qu'elle devait subvenir à ses besoins et à ceux de sa fille.

«Vision 2030 m'a ouvert des portes que je pensais fermées», raconte-t-elle à Arab News. Issue d’un milieu conservateur, avec une éducation limitée, elle s'est aventurée dans divers domaines professionnels et a rapidement trouvé un emploi dans un petit collège. Mais elle n'était pas satisfaite de la rémunération ni de l'ambiance au travail et les avantages sociaux et l’assurance manquaient à l’appel. Une occasion s’est toutefois présentée dans la blanchisserie d'un hôtel cinq étoiles.

Attentive aux détails, elle était désireuse d'apprendre et reconnaissante de cette opportunité. «J’ai été exposée à un monde différent. J'ai rencontré des personnes de nationalités diverses, fréquenté le sexe opposé et j'ai rapidement appris l'anglais sur le tas, ce dont je n'avais jamais rêvé.»

L’employeur de Mme Al-Dossary l'a inscrite à des cours, non seulement pour faire avancer sa carrière mais aussi pour encourager ses qualités personnelles. «Je me suis sentie investie», dit-elle, un sentiment partagé par de nombreuses Saoudiennes. «Les gens me disent: “Oh, mais vous travaillez dans une blanchisserie.” Mais laissez-moi vous dire quelque chose: je suis fière de moi.»

De nombreuses femmes comme Noura ont réussi seules. Elles ne font peut-être pas la une des journaux, mais elles sont un élément vital de la société saoudienne.

«Je suis en mesure de subvenir aux besoins financiers de ma famille, d’avoir une assurance et des avantages sociaux, et j’ai acheté une maison. Rien de tout cela n'aurait été possible sans Vision 2030. Je suis indépendante et j'ai enfin trouvé le soutien dont j'avais besoin pour réaliser mes rêves», conclut Noura.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le roi Salmane et le prince héritier saoudien reçoivent le roi de Bahreïn

Le roi Salmane d’Arabie saoudite reçoit son homologue bahreïni au Palais d’Al-Salam à Djeddah dimanche (Photo, SPA).
Le roi Salmane d’Arabie saoudite reçoit son homologue bahreïni au Palais d’Al-Salam à Djeddah dimanche (Photo, SPA).
Short Url
  • Etaient également présents plusieurs responsables parmi lesquels le ministre d’Etat Turki ben Mohammed et l’ambassadeur du Bahreïn en Arabie saoudite
  • Le prince héritier Mohammed ben Salmane a ensuite rencontré le roi au palais, organisant un diner pour ce dernier

DJEDDAH: Le roi Salmane d’Arabie saoudite a reçu son homologue bahreïni pour un déjeuner en son honneur au Palais d’Al-Salam à Djeddah ce dimanche.

Le roi Salmane d’Arabie saoudite reçoit son homologue bahreïni au Palais d’Al-Salam à Djeddah dimanche (Photo, SPA).

Etaient également présents plusieurs responsables parmi lesquels le ministre d’Etat Turki ben Mohammed et l’ambassadeur du Bahreïn en Arabie saoudite Cheikh Ali ben Abdulrahmane Ali Al-Khalifa.

Le prince héritier Mohammed ben Salmane a ensuite rencontré le roi au palais, organisant un diner pour ce dernier.

Le roi du Bahreïn est arrivé à Djeddah plus tôt dans la journée et a été reçu par le gouverneur de La Mecque Khalid Al-Faisal et le ministre d’Etat Turki ben Mohammed.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Tebboune réitère l’intérêt de l’Algérie à rejoindre les BRICS

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune (Photo, AFP).
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune (Photo, AFP).
Short Url
  • Tebboune avait participé au sommet des BRICS par liaison vidéo à la fin du mois de juin
  • En 2018, la production totale des cinq pays membres s'élevait à approximativement 23,2% du produit brut mondial

ALGER : À une ère de conflits où toutes les nations sont sommées de choisir un camp, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a de nouveau évoqué, ce dimanche soir, la possibilité d’adhésion de l'Algérie aux BRICS, constitués du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud.

Le président algérien a déclaré lors de sa dernière conférence de presse que l’Algérie tend à réaliser ce projet étant donné que cette organisation représente une « puissance économique et politique », considérable et espère que l'adhésion à ce groupe préservera le pays de « l'extrême polarisation du monde ». 

Tebboune avait précédemment participé au sommet des BRICS par liaison vidéo à la fin du mois de juin.

Dans ce contexte, Tebboune a souligné, sans « anticiper les événements », que « l'Algérie remplit, dans une large mesure, les conditions nécessaires afin de rejoindre le groupe des BRICS ».

Le Chef de l’État algérien, a, par ailleurs, affirmé que l’économie algérienne « commence aujourd’hui à se redresser » ajoutant que l’objectif « est de développer notre revenu national d’une manière qui nous permettra d’entrer dans le groupe des BRICS. ». 
 

T
Les présidents chinois Xi Jinping, russe Vladimir Poutine, brésilien Jair Bolsonaro, sud-africain Cyril Ramaphosa et le Premier ministre indien Narendra Modi, assistent à une réunion lors du sommet des BRICS à Brasilia (Photo, AFP).

Des rapports précédents parlaient de la possibilité que de nouveaux pays, à savoir l'Égypte et la Turquie, puissent rejoindre l'organisation.

Ces pays réunis, leur population représenterait environ 3 milliards d'habitants, soit plus de 41 % de la population mondiale.

En 2018, la production totale des cinq pays membres s'élevait à approximativement 23,2% du produit brut mondial.

Un nouvel ordre mondial 

Abdelmadjid Tebboune avait également évoqué "l'approche de l'Algérie face à la nécessité de s'efforcer d'établir un nouveau système économique qui garantisse la parité et l'égalité entre les différents pays", selon ce qui a été cité par l'agence de presse officielle algérienne.

En juin, s’adressant par vidéo conférence au dirigeant chinois qui présidait la réunion des BRICS, ce dernier avait déclaré que  « les tensions et les soubresauts qui secouent les relations internationales aujourd’hui nous interpellent tous, non seulement au vu du volume de la gouvernance mondiale et des défis de l’heure, qui se posent aux efforts visant à instaurer la paix, mettre fin aux conflits et impulser la roue du développement, mais aussi pour les dangers de la polarisation qui augure d’un changement des rapports de force sur la scène internationale et présage les contours du nouvel ordre mondial » faisant référence à l’inexorable division du monde déclenchée par la guerre entre l’Ukraine et la Russie.


Iran: L'UE juge «inacceptable» la répression des manifestations selon Borrell

Manifestation contre la mort de Mahsa Amin à Téhéran (Photo, Reuters).
Manifestation contre la mort de Mahsa Amin à Téhéran (Photo, Reuters).
Short Url
  • Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell condamne aussi la décision des autorités iraniennes de restreindre drastiquement l'accès à internet
  • Les manifestations ont commencé le 16 septembre, le jour du décès de Mahsa Amini, arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour port inapproprié de vêtements

BRUXELLES: L'Union européenne a jugé dimanche "injustifiable et inacceptable" l'usage "généralisé et disproportionné de la force" contre les manifestants en Iran, après neuf jours de protestations contre la mort d'une jeune femme détenue par la police des moeurs, qui ont fait 41 morts.

Dans une déclaration au nom de l'UE, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell condamne aussi "la décision des autorités iraniennes de restreindre drastiquement l'accès à internet et de bloquer les plateformes de messagerie instantanée", qui "constitue une violation flagrante de la liberté d'expression".

"L'Union européenne continuera à examiner toutes les options à sa disposition, avant le prochain Conseil (des ministres des) Affaires étrangères, face à la mort de Mahsa Amini et à la façon dont les forces de sécurité iraniennes ont répondu aux manifestations qui ont suivi", a averti M. Borrell, sans plus de précision.

Les manifestations ont commencé le 16 septembre, le jour du décès de Mahsa Amini, arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict.

"Nous attendons de l'Iran qu'il cesse immédiatement la répression violente des manifestations et permette l'accès à internet, ainsi que la libre circulation des informations", ajoute le haut représentant de l'UE pour les Affaires étrangères.

Il a aussi appelé Téhéran à "clarifier le nombre de morts et de personnes arrêtées, à libérer tous les manifestants non-violents".

"La mort de Mahsa Amini doit faire l'objet d'une enquête en bonne et dûe forme, et tout responsable avéré de sa mort doit rendre des comptes", poursuit-il, prenant "note à cet égard de la déclaration du président iranien" Ebrahim Raïssi.

Selon le bilan officiel iranien non détaillé incluant manifestants et forces de l'ordre, 41 personnes ont été tuées en neuf jours de protestations.

Mais le bilan pourrait être plus lourd, l'ONG Iran Human Rights basée à Oslo faisant état d'au moins 54 manifestants tués.