Les célèbres cafés de Beyrouth épuisés par la crise du dollar, étranglés par la pandémie

Des clients portant un masque en raison de la pandémie de coronavirus (Covid-19) sont assis dans un café situé dans le quartier Hamra à Beyrouth, la capitale du Liban. (Fichier/AFP)
Des clients portant un masque en raison de la pandémie de coronavirus (Covid-19) sont assis dans un café situé dans le quartier Hamra à Beyrouth, la capitale du Liban. (Fichier/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 03 avril 2021

Les célèbres cafés de Beyrouth épuisés par la crise du dollar, étranglés par la pandémie

  • Les propriétaires et les employés se souviennent du « bon vieux temps où tout le monde pouvait se permettre de s'asseoir dans un café »
  • L'entreprise dans laquelle je travaille a été créée en 1935 et a survécu à toutes les guerres, mais ce que nous vivons aujourd'hui nous contraint à adopter des mesures douloureuses pour maintenir notre activité

BEYROUTH : L'incertitude plane sur l'avenir des fameux cafés de Beyrouth. Le coronavirus, conjugué à un taux de change du dollar imprévisible, inquiète employés et propriétaires. Pour eux, « le prix d'un café ne parvient pas à tenir le rythme du taux de change ».

Le dernier confinement a duré deux mois et 22 jours. Il a aggravé les problèmes auxquels sont confrontés les cafés de la capitale, endroit de rencontre et de détente privilégié pour de nombreux Libanais.

Bon nombre de ces cafés ont fermé leurs portes sur fond de crise économique. D'autres ont été démolis lors de l'explosion du port l'année dernière et sont restés à l'abandon dès lors.


 Au Liban, les mesures sanitaires visant à freiner la propagation du coronavirus interdisent aux gens de s'asseoir les uns à côté des autres pour fumer, siroter un café, discuter des affaires ou débattre de l'avenir du pays.


 Ali Farhat, 35 ans, est un investisseur dans un café-trottoir situé dans l'immeuble Lazarieh, dans le centre-ville de Beyrouth. Il se souvient du « bon vieux temps qui régnait dans ce quartier avant les manifestations et les émeutes survenues à la fin de 2019 et avant l'effondrement de la livre libanaise et la propagation du coronavirus ».

Selon lui, « le quartier était plein de vie. Le café était un lieu de détente, de rencontre avec les gens. Les clients y passaient pour une petite pause d'une demi-heure durant les journées de travail pour grignoter un bout. À l'époque, les cafés étaient à la portée de tous ».


 « Aujourd'hui, le centre-ville de Beyrouth est désert. Les employés travaillent désormais de chez eux, et mon travail se limite à vendre des cigarettes, du café et du thé aux passants et aux forces de sécurité qui assurent la surveillance du centre-ville ».

 Le prix du paquet de cigarettes locales est passé de 1 000 livres libanaises (0,65 dollar) à 5 000 livres. Les cigarettes importées sont passées d'environ 4 000 livres libanaises à plus de 13 000 livres libanaises pour le paquet.


 Par ailleurs, le prix du pot de café de la marque « Nescafé » a grimpé de façon vertigineuse, passant de 16 000 à plus de 70 000 livres libanaises.


 Le tabac utilisé pour le narguilé, très prisé, a lui aussi vu son prix quintupler. Salam, 28 ans, raconte que « Je payais auparavant 20 000 livres libanaises pour un kilogramme de tabac à narguilé et 3 000 pour un kilogramme de super charbon. Le prix d'un narguilé ne dépassait pas 50 000. Aujourd'hui, le prix du kilogramme de tabac est passé à 110 000 livres et celui du kilogramme de charbon ordinaire à 30 000 ».

 Pour Salam, fumer pour se détendre fait partie de sa routine habituelle et lui apporte un bien-être émotionnel.


 « Le temps que je passe à fumer le narguilé, c'est du ‘temps pour moi’ », a-t-elle ajouté.


 « Le coronavirus m'empêche d'aller dans les cafés avec mes amies et il est désormais impossible de commander un narguilé à emporter ».


 « J'ai réduit ma consommation de narguilé à la maison. Si je fumais auparavant une fois par jour, je suis passée actuellement à une ou deux fois par semaine en raison de la hausse des prix et de la dévaluation de mon salaire. Nous renonçons à bien des choses, et le narguilé sera l'une des choses à sacrifier ».


 Mohammed, 33 ans, caféinomane comme il se décrit lui-même, affirme que : « Le kilo de café est passé de 12 000 livres libanaises à 35 000, et la marque Nescafé ne se vend plus. Comme je dois choisir entre le café et le lait pour mes enfants, c'est le lait qui passe en priorité ».


 Ahmad, 37 ans, est un employé administratif à Café Younes à Beyrouth. Il signale que la crise économique entraine des répercussions considérables sur l'industrie hôtelière.

 « L'entreprise dans laquelle je travaille a été créée en 1935. Elle a survécu à toutes les guerres, mais les événements que nous vivons aujourd'hui nous contraignent à adopter des mesures douloureuses pour maintenir notre activité », indique-t-il.

« Le prix d'une tasse de café ne peut pas évoluer au rythme des fluctuations du taux de change du dollar, sinon nous risquons de perdre notre clientèle ».

« Nous avons augmenté le prix du café de 4 000 à 9 000 livres libanaises, un prix relativement raisonnable. Nous avons perdu plusieurs succursales dans l'explosion du port de Beyrouth, ainsi que d'autres situées dans les marchés et les centres commerciaux qui ont fermé en raison de la crise ».


 « Notre clientèle est toujours la même, mais nous recevons de nouveaux clients qui sont payés en dollars ».


D'après Ahmad, dans le sillage de l'explosion du port de Beyrouth, plusieurs fêtes d'adieu ont été données à des jeunes hommes et femmes ayant décidé de quitter le Liban.


 « C'étaient des clients qui nous ont quittés, et leurs familles ne fréquentent plus le café pour éviter l'émotion », précise-t-il.

Tony Ramy, président du Syndicat des propriétaires de restaurants, cafés, night-clubs et pâtisseries au Liban, affirme que à cause des crises qui se sont succédé depuis l'été 2019, le nombre de restaurants et de cafés est passé de 8 500 établissements à 4 300 ».

« Le secteur du tourisme s'est développé pendant des périodes prolongées. Les cafés ont acquis un caractère particulier et ouvraient 24 heures sur 24 ».


 « Aujourd'hui, seuls environ 1 500 cafés sont opérationnels. Les cafés réunissent les Libanais et font partie de la belle culture du pays. Les prix sont raisonnables, et certains cafés qui offrent le narguilé accueillent désormais les familles ».


 M. Ramy a critiqué la « confusion de l'État » dans la lutte contre la pandémie de coronavirus.


 Selon lui : « Fermer les cafés à 21 heures est une décision injustifiée, car le virus ne fonctionne pas selon une horloge, et c'est à cette heure-là que les cafés enregistrent le plus grand nombre de clients ».


 « Le coût des achats effectués par ces cafés a été multiplié par six à la suite de l'effondrement de la livre libanaise ; le secteur a pourtant choisi de faire des sacrifices pour survivre ».

 « Nous ne sommes pas en mesure d'adapter nos prix au taux de change du dollar, étant donné que le pouvoir d'achat de nos clients a diminué. Certes, il est difficile de poursuivre notre activité et nous essayons de gagner du temps. Néanmoins, nous refusons de baisser les bras et en ouvrant des succursales à l'étranger, nous pouvons assurer des apports d'oxygène supplémentaire ».

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


L'Iran juge «  irresponsable » la décision du Canada de mettre les Gardiens sur sa liste noire

Le Canada peut désormais geler les biens et poursuivre en justice les membres de l'organisation. Et toutes les transactions financières sont également interdites.  La décision d'Ottawa survient dans un contexte de grande tension depuis plusieurs années entre les deux pays, qui n'entretiennent pas de relations diplomatiques depuis 2012. (AFP).
Le Canada peut désormais geler les biens et poursuivre en justice les membres de l'organisation. Et toutes les transactions financières sont également interdites. La décision d'Ottawa survient dans un contexte de grande tension depuis plusieurs années entre les deux pays, qui n'entretiennent pas de relations diplomatiques depuis 2012. (AFP).
Short Url
  • Le Canada a annoncé mercredi d'avoir inscrit les Gardiens de la Révolution sur sa liste noire car l'Iran a fait "preuve de mépris pour les droits de l'Homme"
  • Il s'agit d'"une mesure hostile", a réagi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien, Nasser Kanani, dans un communiqué

TEHERAN: L'Iran a condamné jeudi comme "irresponsable" la décision du gouvernement canadien de mettre sur sa liste d'entités terroristes les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique.

Le Canada a annoncé mercredi d'avoir inscrit les Gardiens de la Révolution sur sa liste noire car l'Iran a fait "preuve de mépris pour les droits de l'Homme" et a démontré une "volonté de déstabiliser l'ordre international".

Il s'agit d'"une mesure hostile", a réagi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien, Nasser Kanani, dans un communiqué.

"Cette action irresponsable et provocatrice s’inscrit dans la mauvaise voie que le gouvernement canadien a empruntée depuis plus d’une décennie", a-t-il ajouté, en précisant que Téhéran se réservait le droit d'apporter "une réponse (...) proportionnée".

Le Canada peut désormais geler les biens et poursuivre en justice les membres de l'organisation. Et toutes les transactions financières sont également interdites.

La décision d'Ottawa survient dans un contexte de grande tension depuis plusieurs années entre les deux pays, qui n'entretiennent pas de relations diplomatiques depuis 2012.

Le Canada suit les Etats-Unis qui avaient placé les Gardiens de la Révolution sur leur liste noire en 2019, alors que certains hommes politiques européens appellent leurs pays à faire de même.

Depuis la contestation déclenchée en 2022 en Iran par la mort de Mahsa Amini, jeune femme décédée en détention après avoir été arrêtée par la police des mœurs, Ottawa a pris plusieurs salves de sanctions contre des organisations et responsables iraniens accusés d'être complices du régime.

Le Canada a notamment banni de son territoire 10.000 responsables iraniens, dont les membres des Gardiens de la Révolution.

Ottawa avait déjà placé sur la liste noire la Force Qods, la branche des opérations extérieures des Gardiens.

Comme plusieurs autres pays, le Canada poursuit l'Iran devant la Cour internationale de justice (CIJ) pour que Téhéran soit tenu légalement responsable d'avoir abattu un Boeing ukrainien en 2020.

Le vol PS752 de la compagnie Ukraine International Airlines, effectuant une liaison entre Téhéran et Kiev, a été abattu le 8 janvier 2020, peu après son décollage, provoquant la mort de 176 personnes, en majorité des Iraniens et des Canadiens.


Le Hezbollah libanais menace Israël et Chypre sur fond de guerre à Gaza

"Une ouverture des aéroports et des bases chypriotes à l'ennemi israélien pour cibler le Liban signifierait que le gouvernement chypriote est partie prenante de la guerre", a prévenu Hassan Nasrallah. Chypre est située à quelque 300 km d'Israël et environ 200 km du Liban, et entretient de bonnes relations avec ces deux pays. (AFP).
"Une ouverture des aéroports et des bases chypriotes à l'ennemi israélien pour cibler le Liban signifierait que le gouvernement chypriote est partie prenante de la guerre", a prévenu Hassan Nasrallah. Chypre est située à quelque 300 km d'Israël et environ 200 km du Liban, et entretient de bonnes relations avec ces deux pays. (AFP).
Short Url
  • Le chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah a averti mercredi qu'"aucun lieu" en Israël ne serait épargné par les missiles de son mouvement en cas d'attaque contre le Liban
  • Dans un discours télévisé retransmis en direct, il a aussi menacé pour la première fois Chypre, pays membre de l'Union européenne le plus proche des côtes du Moyen-Orient

BEYROUTH: Le chef du Hezbollah libanais Hassan Nasrallah a averti mercredi qu'"aucun lieu" en Israël ne serait épargné par les missiles de son mouvement en cas d'attaque contre le Liban, sur fond de craintes d'un embrasement lié à la guerre dans la bande de Gaza.

Dans un discours télévisé retransmis en direct, il a aussi menacé pour la première fois Chypre, pays membre de l'Union européenne le plus proche des côtes du Moyen-Orient, disant "détenir des informations selon lesquelles (...) Israël dit qu'il utiliserait les aéroports et bases chypriotes si le Hezbollah attaquait ses aéroports".

"Une ouverture des aéroports et des bases chypriotes à l'ennemi israélien pour cibler le Liban signifierait que le gouvernement chypriote est partie prenante de la guerre", a prévenu Hassan Nasrallah. Chypre est située à quelque 300 km d'Israël et environ 200 km du Liban, et entretient de bonnes relations avec ces deux pays.

"J'ai lu les commentaires (du chef du Hezbollah, ndlr) et je tiens à dire que la république de Chypre n'est impliquée d'aucune façon dans cette guerre", a rétorqué dans un communiqué le président chypriote Nikos Christodoulides.

Chypre fait "partie de la solution, pas du problème", a-t-il martelé, faisant valoir que son pays jouait un rôle, "reconnu par le monde arabe et l'ensemble de la communauté internationale" dans le déploiement d'un corridor maritime permettant d'acheminer de l'aide humanitaire à Gaza.

La guerre à Gaza a entraîné des violences à la frontière israélo-libanaise, entre le Hezbollah, un allié du mouvement islamiste palestinien, et l'armée israélienne, qui se sont intensifiées ces dernières semaines.

Mardi, l'armée israélienne a annoncé que "des plans opérationnels pour une offensive au Liban" avaient été "validés" et le chef de la diplomatie Israël Katz a affirmé que "dans une guerre totale, le Hezbollah sera détruit et le Liban sera touché durement".

"L'ennemi (israélien) sait parfaitement que nous nous sommes préparés au pire (..) Il sait qu'aucun lieu (..) ne sera épargné par nos missiles" en cas d'attaque contre le Liban, a lancé M. Nasrallah, dont le mouvement armé et financé par l'Iran exerce une influence prépondérante au Liban.

En cas de guerre, Israël devrait "nous attendre par la terre, par la mer et par les airs", a encore dit le chef du Hezbollah, mouvement considéré comme terroriste par les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

« Capacités plus importantes »

Mercredi, le Hezbollah a indiqué avoir tiré "des dizaines de roquettes Katioucha et d'obus" en direction d'une caserne dans le nord d'Israël, près de la frontière libanaise, en représailles à des frappes israéliennes contre des cibles dans le sud du Liban ayant tué quatre de ses combattants.

"Nous avons reçu de nouvelles armes (..) et nous en gardons d'autres pour les jours qui viennent", a poursuivi Hassan Nasrallah, en affirmant que sa formation comptait plus de 100.000 hommes prêts au combat.

Lors d'une visite dans le nord d'Israël, le chef de l'armée israélienne Herzi Halevi a affirmé que le pays détenait "des capacités infiniment plus importantes" que le Hezbollah. "L'ennemi n'en connaît que quelques-unes et il les affrontera au bon moment."

Un émissaire du président américain Joe Biden, Amos Hochstein, qui vient de visiter le Liban et Israël ces derniers jours, a jugé "urgente" une désescalade à la frontière.

Il a défendu le plan de cessez-le-feu dans la bande de Gaza présenté le 31 mai par Joe Biden, affirmant qu'il représentait aussi "une chance pour mettre fin au conflit" entre le Hezbollah et Israël.

Bombardements et combats à Gaza

Dans la bande de Gaza assiégée et dévastée par plus de huit mois de guerre, les bombardements israéliens se sont poursuivis, principalement à Rafah (sud).

Plusieurs véhicules militaires israéliens sont entrés dans un quartier de l'ouest de la ville, appuyés par des tirs de drones et de chars, selon des témoins. Des combats y ont opposé soldats et combattants palestiniens.

Sept personnes ont été tuées, selon les secouristes, par des frappes sur des tentes aux portes de Rafah, où sont réfugiés des centaines de milliers de Palestiniens.

Dans le nord, une frappe a tué trois Palestiniens près du camp de Nousseirat (centre), selon la Défense civile.

Le 7 octobre, des commandos du Hamas ont mené une attaque dans le sud d'Israël qui a entraîné la mort de 1.194 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes. Ce jour-là, 251 personnes enlevées, et 116 sont toujours retenues en otages à Gaza, dont 41 sont mortes, selon l'armée.

En riposte, l'armée israélienne a lancé une offensive d'envergure sur Gaza, qui a fait jusqu'à présent 37.396 morts, essentiellement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.

La guerre a aussi provoqué une catastrophe humanitaire dans le territoire menacé de famine selon l'ONU et où l'aide internationale entre en quantité insuffisante.

L'ONU a dit qu'une pause "humanitaire" quotidienne annoncée par Israël dans ses opérations du matin au soir dans une zone de Gaza n'avait pas encore permis une augmentation des aides pour le territoire palestinien.

Selon des médecins, dix personnes ont été tuées après qu'une frappe israélienne a touché près de Rafah un groupe de Palestiniens attendant l'arrivée de camions d'aide.


Israël : le porte-parole de l'armée rappelé à l'ordre pour des propos sur le Hamas

Alors que le gouvernement israélien apparaît divisé depuis des semaines sur la question de ce qu'il doit avenir de la bande de Gaza une fois la guerre achevée, l'amiral Hagari a ajouté : "Si on ne prévoit pas une alternative, au bout du compte, on aura le Hamas" au pouvoir à Gaza. (AFP).
Alors que le gouvernement israélien apparaît divisé depuis des semaines sur la question de ce qu'il doit avenir de la bande de Gaza une fois la guerre achevée, l'amiral Hagari a ajouté : "Si on ne prévoit pas une alternative, au bout du compte, on aura le Hamas" au pouvoir à Gaza. (AFP).
Short Url
  • Le porte-parole de l'armée israélienne a qualifié mercredi de "poudre aux yeux" l'idée qu'on pourrait "faire disparaître" le Hamas
  • "Si on ne prévoit pas une alternative, au bout du compte, on aura le Hamas" au pouvoir à Gaza

JERUSALEM: Le porte-parole de l'armée israélienne a qualifié mercredi de "poudre aux yeux" l'idée qu'on pourrait "faire disparaître" le Hamas, contre lequel Israël se bat à Gaza, s'attirant un rappel à l'ordre quasi-immédiat du gouvernement.

"Le Hamas est une idéologie, on n'élimine pas une idéologie. Dire qu'on va faire disparaitre le Hamas, c'est jeter de la poudre aux yeux du public", a déclaré le contre-amiral Daniel Hagari dans un entretien à la chaîne de télévision israélienne 13.

Alors que le gouvernement israélien apparaît divisé depuis des semaines sur la question de ce qu'il doit avenir de la bande de Gaza une fois la guerre achevée, l'amiral Hagari a ajouté : "Si on ne prévoit pas une alternative, au bout du compte, on aura le Hamas" au pouvoir à Gaza.

"La destruction des capacités gouvernementales et militaires du Hamas est l'un des buts de guerre définis par le cabinet de sécurité, présidé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu", a rapidement réagi le bureau de M. Netanyahu dans un communiqué laconique.

"Tsahal y est bien évidemment tenue", ajoute le texte, en référence à l'armée israélienne.

Cette dernière a ensuite publié un communiqué selon lequel son porte-parole avait "dans ses propos [...] parlé de la destruction du Hamas comme idéologie et idée", ajoutant que ses dires étaient "clairs et explicites", et que "toute autre affirmation reviendrait à sortir les choses de leur contexte".

Alors que les Etats-Unis tentent de faire advenir une trêve permettant la libération des otages détenus à Gaza en échange de celle de Palestiniens emprisonnés par Israël, M. Netanyahu ne cesse répéter qu'il poursuivra la guerre jusqu'à l'élimination du Hamas.

Le mouvement islamiste palestinien, considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël, exige de son côté un cessez-le-feu permanent et un retrait israélien total de Gaza avant toute libération d'otages.

La guerre a éclaté le 7 octobre quand des commandos du Hamas s'étant infiltrés dans le sud d'Israël à partir de la bande de Gaza ont mené une attaque qui a entraîné la mort de 1.194 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

En représailles, l'armée israélienne a lancé une offensive sur la bande de Gaza qui a fait 37.396 morts, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.