Les célèbres cafés de Beyrouth épuisés par la crise du dollar, étranglés par la pandémie

Des clients portant un masque en raison de la pandémie de coronavirus (Covid-19) sont assis dans un café situé dans le quartier Hamra à Beyrouth, la capitale du Liban. (Fichier/AFP)
Des clients portant un masque en raison de la pandémie de coronavirus (Covid-19) sont assis dans un café situé dans le quartier Hamra à Beyrouth, la capitale du Liban. (Fichier/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 03 avril 2021

Les célèbres cafés de Beyrouth épuisés par la crise du dollar, étranglés par la pandémie

  • Les propriétaires et les employés se souviennent du « bon vieux temps où tout le monde pouvait se permettre de s'asseoir dans un café »
  • L'entreprise dans laquelle je travaille a été créée en 1935 et a survécu à toutes les guerres, mais ce que nous vivons aujourd'hui nous contraint à adopter des mesures douloureuses pour maintenir notre activité

BEYROUTH : L'incertitude plane sur l'avenir des fameux cafés de Beyrouth. Le coronavirus, conjugué à un taux de change du dollar imprévisible, inquiète employés et propriétaires. Pour eux, « le prix d'un café ne parvient pas à tenir le rythme du taux de change ».

Le dernier confinement a duré deux mois et 22 jours. Il a aggravé les problèmes auxquels sont confrontés les cafés de la capitale, endroit de rencontre et de détente privilégié pour de nombreux Libanais.

Bon nombre de ces cafés ont fermé leurs portes sur fond de crise économique. D'autres ont été démolis lors de l'explosion du port l'année dernière et sont restés à l'abandon dès lors.


 Au Liban, les mesures sanitaires visant à freiner la propagation du coronavirus interdisent aux gens de s'asseoir les uns à côté des autres pour fumer, siroter un café, discuter des affaires ou débattre de l'avenir du pays.


 Ali Farhat, 35 ans, est un investisseur dans un café-trottoir situé dans l'immeuble Lazarieh, dans le centre-ville de Beyrouth. Il se souvient du « bon vieux temps qui régnait dans ce quartier avant les manifestations et les émeutes survenues à la fin de 2019 et avant l'effondrement de la livre libanaise et la propagation du coronavirus ».

Selon lui, « le quartier était plein de vie. Le café était un lieu de détente, de rencontre avec les gens. Les clients y passaient pour une petite pause d'une demi-heure durant les journées de travail pour grignoter un bout. À l'époque, les cafés étaient à la portée de tous ».


 « Aujourd'hui, le centre-ville de Beyrouth est désert. Les employés travaillent désormais de chez eux, et mon travail se limite à vendre des cigarettes, du café et du thé aux passants et aux forces de sécurité qui assurent la surveillance du centre-ville ».

 Le prix du paquet de cigarettes locales est passé de 1 000 livres libanaises (0,65 dollar) à 5 000 livres. Les cigarettes importées sont passées d'environ 4 000 livres libanaises à plus de 13 000 livres libanaises pour le paquet.


 Par ailleurs, le prix du pot de café de la marque « Nescafé » a grimpé de façon vertigineuse, passant de 16 000 à plus de 70 000 livres libanaises.


 Le tabac utilisé pour le narguilé, très prisé, a lui aussi vu son prix quintupler. Salam, 28 ans, raconte que « Je payais auparavant 20 000 livres libanaises pour un kilogramme de tabac à narguilé et 3 000 pour un kilogramme de super charbon. Le prix d'un narguilé ne dépassait pas 50 000. Aujourd'hui, le prix du kilogramme de tabac est passé à 110 000 livres et celui du kilogramme de charbon ordinaire à 30 000 ».

 Pour Salam, fumer pour se détendre fait partie de sa routine habituelle et lui apporte un bien-être émotionnel.


 « Le temps que je passe à fumer le narguilé, c'est du ‘temps pour moi’ », a-t-elle ajouté.


 « Le coronavirus m'empêche d'aller dans les cafés avec mes amies et il est désormais impossible de commander un narguilé à emporter ».


 « J'ai réduit ma consommation de narguilé à la maison. Si je fumais auparavant une fois par jour, je suis passée actuellement à une ou deux fois par semaine en raison de la hausse des prix et de la dévaluation de mon salaire. Nous renonçons à bien des choses, et le narguilé sera l'une des choses à sacrifier ».


 Mohammed, 33 ans, caféinomane comme il se décrit lui-même, affirme que : « Le kilo de café est passé de 12 000 livres libanaises à 35 000, et la marque Nescafé ne se vend plus. Comme je dois choisir entre le café et le lait pour mes enfants, c'est le lait qui passe en priorité ».


 Ahmad, 37 ans, est un employé administratif à Café Younes à Beyrouth. Il signale que la crise économique entraine des répercussions considérables sur l'industrie hôtelière.

 « L'entreprise dans laquelle je travaille a été créée en 1935. Elle a survécu à toutes les guerres, mais les événements que nous vivons aujourd'hui nous contraignent à adopter des mesures douloureuses pour maintenir notre activité », indique-t-il.

« Le prix d'une tasse de café ne peut pas évoluer au rythme des fluctuations du taux de change du dollar, sinon nous risquons de perdre notre clientèle ».

« Nous avons augmenté le prix du café de 4 000 à 9 000 livres libanaises, un prix relativement raisonnable. Nous avons perdu plusieurs succursales dans l'explosion du port de Beyrouth, ainsi que d'autres situées dans les marchés et les centres commerciaux qui ont fermé en raison de la crise ».


 « Notre clientèle est toujours la même, mais nous recevons de nouveaux clients qui sont payés en dollars ».


D'après Ahmad, dans le sillage de l'explosion du port de Beyrouth, plusieurs fêtes d'adieu ont été données à des jeunes hommes et femmes ayant décidé de quitter le Liban.


 « C'étaient des clients qui nous ont quittés, et leurs familles ne fréquentent plus le café pour éviter l'émotion », précise-t-il.

Tony Ramy, président du Syndicat des propriétaires de restaurants, cafés, night-clubs et pâtisseries au Liban, affirme que à cause des crises qui se sont succédé depuis l'été 2019, le nombre de restaurants et de cafés est passé de 8 500 établissements à 4 300 ».

« Le secteur du tourisme s'est développé pendant des périodes prolongées. Les cafés ont acquis un caractère particulier et ouvraient 24 heures sur 24 ».


 « Aujourd'hui, seuls environ 1 500 cafés sont opérationnels. Les cafés réunissent les Libanais et font partie de la belle culture du pays. Les prix sont raisonnables, et certains cafés qui offrent le narguilé accueillent désormais les familles ».


 M. Ramy a critiqué la « confusion de l'État » dans la lutte contre la pandémie de coronavirus.


 Selon lui : « Fermer les cafés à 21 heures est une décision injustifiée, car le virus ne fonctionne pas selon une horloge, et c'est à cette heure-là que les cafés enregistrent le plus grand nombre de clients ».


 « Le coût des achats effectués par ces cafés a été multiplié par six à la suite de l'effondrement de la livre libanaise ; le secteur a pourtant choisi de faire des sacrifices pour survivre ».

 « Nous ne sommes pas en mesure d'adapter nos prix au taux de change du dollar, étant donné que le pouvoir d'achat de nos clients a diminué. Certes, il est difficile de poursuivre notre activité et nous essayons de gagner du temps. Néanmoins, nous refusons de baisser les bras et en ouvrant des succursales à l'étranger, nous pouvons assurer des apports d'oxygène supplémentaire ».

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Cisjordanie: des soldats israéliens attachent un Palestinien sur un véhicule militaire

L'armée israélienne attache un Palestinien sur une jeep militaire lors d'un raid à Jénine, dans cette capture d'écran d'une vidéo, en Cisjordanie occupée par Israël, le 22 juin 2024 (Photo, Reuters).
L'armée israélienne attache un Palestinien sur une jeep militaire lors d'un raid à Jénine, dans cette capture d'écran d'une vidéo, en Cisjordanie occupée par Israël, le 22 juin 2024 (Photo, Reuters).
Short Url
  • La ville de Jénine et les camps de réfugiés alentours sont depuis des années le théâtre de confrontation entre l'armée israélienne et les groupes armés palestiniens
  • Selon l'armée, l'homme attaché sur le véhicule a par la suite été transféré au Croissant-Rouge palestinien

JÉRUSALEM: Des soldats israéliens ont attaché un Palestinien blessé sur le capot d'un véhicule militaire lors d'une opération de l'armée israélienne à Jénine, selon des déclarations de l'armée dimanche, admettant que les soldats avaient enfreint les règles de l'armée.

Les images de cette scène qui s'est produite samedi sont devenues virales et montrent un homme, visiblement blessé, attaché en travers du capot d'une jeep qui passe dans une rue relativement étroite.

D'après des sources médicales, il s'agit de Moujahid Fayyad, originaire de Jabriyat, entre Burqin et Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée.

"Au cours d'opérations antiterroristes visant à appréhender des suspects recherchés dans la région de Wadi Burqin, des terroristes ont ouvert le feu sur les troupes", a indiqué l'armée.

Au cours de cet échange de tirs entre les soldats et des personnes armées, l'armée israélienne explique qu'"un des suspects a été blessé et appréhendé".

Il a été "attaché" au véhicule dans le cadre de son arrestation, avance l'armée, précisant que cette arrestation a été faite "en violation des ordres et des procédures opérationnelles standard".

"Le comportement des troupes dans la vidéo (...) n'est pas conforme aux valeurs" de l'armée israélienne, ajoute-t-elle encore dans le même communiqué, précisant qu'une enquête sera menée.

Comportement «pas conforme»

Selon l'armée, l'homme attaché sur le véhicule a par la suite été transféré au Croissant-Rouge palestinien pour recevoir les soins médicaux nécessaires.

Des médecins de l'hôpital Ibn Sina de Jénine ont confirmé à l'AFP que M. Fayyad était soigné dans l'établissement.

La ville de Jénine et les camps de réfugiés alentours sont depuis des années le théâtre de confrontation entre l'armée israélienne et les groupes armés palestiniens.

Le degré de violence en Cisjordanie, qui était déjà élevé avant que la guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas n'éclate le 7 octobre après une attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien sur le sol israélien, n'a fait que s'intensifier depuis lors.

Selon les autorités palestiniennes, dans ce territoire sous occupation depuis près de 60 ans, au moins 553 Palestiniens ont été tués par des soldats israéliens ou des colons depuis que la guerre à Gaza a éclaté.

Les attaques des Palestiniens ont tué au moins 14 Israéliens en Cisjordanie au cours de la même période, selon un décompte de l'AFP à partir des chiffres officiels israéliens.


Un groupe de femmes journalistes annule le prix du courage décerné à une journaliste palestinienne à Gaza

Un groupe représentant les femmes dans le journalisme a annulé le prix du courage en journalisme qu'il avait décerné ce mois-ci à la journaliste palestinienne Maha Hussaini (photo). (X/@MahaGaza)
Un groupe représentant les femmes dans le journalisme a annulé le prix du courage en journalisme qu'il avait décerné ce mois-ci à la journaliste palestinienne Maha Hussaini (photo). (X/@MahaGaza)
Short Url
  • Maha Hussaini accuse la Fondation internationale des femmes pour les médias d'avoir cédé à des pressions qui, selon elle, sont typiques des attaques systématiques dont sont victimes les journalistes palestiniens
  • La décision de la fondation fait suite à un rapport d'une publication conservatrice qui accusait Maha Hussaini de soutenir le Hamas et de tenir des propos antisémites

LONDRES : Un groupe représentant les femmes dans le journalisme a annulé le prix du courage en journalisme qu'il avait décerné ce mois-ci à la journaliste palestinienne Maha Hussaini.

La décision de l'International Women's Media Foundation fait suite à un rapport publié cette semaine par le Washington Free Beacon, une publication conservatrice américaine, selon lequel l'écrivaine indépendante, qui est basée à Gaza, a publié des messages sur les médias sociaux il y a plusieurs années dans lesquels elle a fait l'éloge des actions terroristes du Hamas à deux reprises au moins et a partagé des caricatures antisémites.

La fondation a déclaré que les commentaires contenus dans les messages « étaient en contradiction avec les valeurs de l'organisation « , ajoutant que «  les prix du courage et la mission de l'IWMF sont basés sur l'intégrité et l'opposition à l'intolérance «  : « Nous ne cautionnons pas et ne soutiendrons pas des opinions ou des déclarations qui n'adhèrent pas à ces principes ».

Mme Hussaini a été choisie le 10 juin comme l'une des quatre lauréates du prix du courage, pour son reportage pendant la guerre à Gaza. Elle a notamment publié un article sur les difficultés rencontrées par les femmes qui accouchent chez elles pendant le conflit, ainsi que le récit poignant d'une jeune fille qui a porté son frère paralysé jusqu'à un lieu sûr pendant les campagnes de bombardement de l'armée.

L'IWMF se décrit comme « une organisation audacieuse et inclusive qui soutient les journalistes là où ils se trouvent ». Son conseil d'administration et son conseil consultatif comprennent des personnalités du monde des médias telles que Suzanne Malveaux, ancienne journaliste de CNN, Hannah Allam, du Washington Post, et Christiane Amanpour, présentatrice du journal télévisé de CNN.

Mme Hussaini a dénoncé la décision d'annuler le prix, accusant la fondation basée à Washington d'avoir « succombé à la pression » et « choisi d'agir à l'encontre du courage ». Elle a ajouté que cette décision « démontrait de manière frappante les attaques physiques et morales systématiques que les journalistes palestiniens subissent tout au long de leur carrière ».

Dans un message posté sur la plateforme X, elle a ajouté : « Chaque annonce d'un prix décerné à un journaliste palestinien est systématiquement suivie de vastes campagnes de diffamation et de pressions intenses exercées sur les organisations qui décernent les prix par les partisans de l'occupation israélienne et le lobby sioniste ».

« Si certaines organisations défendent leurs principes et maintiennent leur décision, d'autres, malheureusement, cèdent à la pression et retirent leurs prix ».

Mme Hussaini a déclaré qu'elle n'avait « aucun regret concernant ses publications » et que ses commentaires sur les médias sociaux reflétaient son expérience de la vie sous l'occupation israélienne et exprimaient simplement son soutien aux efforts de résistance.

La décision de la fondation a été largement critiquée par les journalistes et les groupes de médias. Certains ont suggéré que Mme Hussaini avait été victime d'une « campagne pernicieuse », d'autres ont qualifié les résultats du Washington Free Beacon de « décadents et contraires à l'éthique » et déclaré qu'il avait l'habitude de cibler les partisans de la cause palestinienne.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Décès de Saleh Al- Chaïbi, gardien principal de la Kaaba

Saleh ben Zain Al-Abidin Al- Chaïbi, le principal gardien de la Kaaba, est décédé à La Mecque vendredi soir. Les prières funéraires ont eu lieu après le Fajr samedi à la Grande Mosquée (Photo, Fournie).
Saleh ben Zain Al-Abidin Al- Chaïbi, le principal gardien de la Kaaba, est décédé à La Mecque vendredi soir. Les prières funéraires ont eu lieu après le Fajr samedi à la Grande Mosquée (Photo, Fournie).
Short Url
  • Les prières funéraires seront effectuées après le Fajr, samedi, à la Grande Mosquée
  • Il était chargé d'ouvrir et de fermer la Kaaba, de la nettoyer, de la laver, de réparer sa Kiswa (couverture) et d'accueillir les visiteurs

LA MECQUE : Le Dr Saleh ben Zain Al-Abidin Al- Chaïbi, le gardien principal de la Kaaba, est décédé à La Mecque vendredi soir. Les prières funéraires ont eu lieu après le Fajrsamedi à la Grande Mosquée.

Al- Chaïbi, qui était titulaire d'un doctorat en études islamiques, était professeur d'université et auteur de plusieurs ouvrages sur la foi et l'histoire. Il était le 77e détenteur de la clé de la Kaaba depuis la conquête de La Mecque.

Il était chargé d'ouvrir et de fermer la Kaaba, de la nettoyer, de la laver, de réparer sa Kiswa (couverture) et d'accueillir les visiteurs. Il a repris la tutelle après la mort de son oncle, Abdulqader Taha Al- Chaïbi, en 2013.

Son fils, Abdelrahman Saleh Al- Chaïbi, a déclaré à ArabNews que l'adieu à son père avait été l'un des moments les plus difficiles et les plus tristes de sa vie. Il a ajouté que la famille avait accepté la volonté d'Allah pour un homme qui a toujours été proche de tout le monde et qui a consacré sa vie au service de la famille.

Il a poursuivi que son père avait souffert d'une maladie ces derniers temps, mais qu'il était resté patient et inébranlable. L'ensemble de la communauté a partagé la douleur de la famille et a exprimé son chagrin et sa peine pour la perte du pilier de la famille Al- Chaïbi. Al- Chaïbi a présidé le département de crédo de l'université Umm Al-Qura pendant plus de vingt ans. Connu pour son approche érudite et son amour du savoir, il explorait en profondeur les questions religieuses et doctrinales. Universitaire dans l'âme, il a laissé un impact significatif et durable.

Le roi Fahd ben Abdelaziz l'a nommé au Conseil saoudien de la Choura, et Al- Chaïbi a été l'adjoint de son oncle pour la garde de la Kaaba jusqu'à ce qu'il en devienne le gardien principal.

Son fils AbdelRahman a ajouté qu'il avait été l'adjoint de son père à la garde de la Kaaba pendant cinq ans, après quoi son cousin Abdulmalek Al- Chaïbi avait pris la relève.

Il a ajouté que son père avait souhaité qu'il occupe la fonction de gardien de la clé de la Kaaba après lui. Toutefois, si ce souhait n'est pas respecté, la tutelle et la clé seront remises à son oncle Abdelwahab Al- Chaïbi.

Nizar Al- Chaïbi, le cousin du défunt, a déclaré à Arab News que c'était un jour triste pour la famille. Toutefois, l'élan d'amour, de solidarité et de soutien de toutes les strates de la société, qui se sont empressées de présenter leurs condoléances, a contribué à alléger le poids de leur chagrin.Ils ont exprimé leur gratitude pour la vie du défunt, qui avait consacré sa vie à la protection de la Kaaba et à l'amélioration de sa dévotion. La présidence générale des affaires de la Grande Mosquée et de la Mosquée du Prophète a déploré le décès du cheikh Dr Saleh ben Zain Al-Abidin Al- Chaïbi.

Il a déclaré dans un communiqué que « la Présidence générale des affaires de la Grande Mosquée et de la Mosquée du Prophète et tous ses employés présentaient leurs plus sincères condoléances à la famille du défunt, le cheikh Dr Saleh bin Zain Al-Abidin Al- Chaïbi, le gardien principal de la Sainte Kaaba ».

Khaled Al-Husseini, écrivain et expert des affaires de La Mecque, a exprimé sa profonde tristesse face à ce décès.

Al-Husseini a décrit Al- Chaïbi comme un homme de savoir qui, outre le rôle honorable qu'il a joué dans la garde de la Kaaba, était un érudit, un universitaire et un conférencier à l'université d'Umm Al-Qura. Il a généreusement partagé ses connaissances avec les générations successives qui ont bénéficié de son expertise pendant plus de 20 ans.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com