Algérie: le pouvoir hausse le ton contre les manifestants du Hirak

Une capture vidéo de la chaîne publique Algérie 3 montre le président algérien Abdelmadjid Tebboune lors d'un discours télévisé dans lequel il a appelé à la dissolution du parlement et à des élections anticipées, le 18 février 2021 à Alger (Photo, AFP)
Une capture vidéo de la chaîne publique Algérie 3 montre le président algérien Abdelmadjid Tebboune lors d'un discours télévisé dans lequel il a appelé à la dissolution du parlement et à des élections anticipées, le 18 février 2021 à Alger (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 07 avril 2021

Algérie: le pouvoir hausse le ton contre les manifestants du Hirak

  • Le président algérien a mis en garde mardi contre les «activités non innocentes» qui «tentent d'entraver le processus démocratique en Algérie»
  • Abdelmadjid Tebboune a décidé d'organiser des élections législatives anticipées le 12 juin pour tenter de répondre à la grave crise politique et socio-économique

ALGER: Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a mis en garde les manifestants du mouvement pro-démocratie du Hirak contre tout « dérapage », alors qu'une foule d'étudiants, d'enseignants et de sympathisants défilaient à Alger, comme chaque mardi, pour réclamer davantage de libertés. 

La marche, qui rassemble chaque mardi en majorité des étudiants, s'est déroulée sans incident. 

Le président algérien a toutefois mis en garde mardi contre les « activités non innocentes » qui « tentent d'entraver le processus démocratique en Algérie », à l'issue d'une réunion du Haut conseil de sécurité (HCS).  

M. Tebboune a décidé d'organiser des élections législatives anticipées le 12 juin pour tenter de répondre à la grave crise politique et socio-économique qui ébranle le pays le plus peuplé du Maghreb.  

Mais les hirakistes dénoncent à chaque rassemblement un scrutin qualifié de « mascarade ».    

« Libérez les détenus », ont scandé des manifestants dont les pancartes affichaient des portraits de prisonniers. 

Vingt-quatre manifestants ont été écroués lundi pour « atteinte à l'unité nationale », après avoir été interpellés lors d'une marche du Hirak samedi à Alger, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). 

D'autres militants arrêtés dimanche et lundi, dont le « poète du Hirak » Mohamed Tadjadit, doivent être présentés jeudi devant le procureur du tribunal de Sidi M'hamed à Alger, a précisé le CNLD. 

Plus nombreux que la semaine passée, les étudiants ont également manifesté pour les droits à la liberté d'expression et à manifester, jurant de « rester debout face aux corrompus », et lançant les habituels refrains anti-régime. 

« Actes subversifs » 

Né en février 2019 du rejet massif d'un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, impotent et reclus, le Hirak réclame un changement radical du « système » politique en place depuis l'indépendance du pays en 1962. 

Ce mouvement populaire inédit en Algérie est pluriel --des laïcs aux islamistes-- et sans véritable leadership ni structure politique à ce jour, ce qui l'expose à des risques grandissants de divisions. 

Il est aujourd'hui accusé par le pouvoir d'être infiltré par des activistes islamistes, héritiers du Front islamique de salut (FIS, dissous en mars 1992), qui chercheraient à entraîner ce mouvement pacifique dans la confrontation violente. 

Face aux marches du Hirak qui ont repris avec vigueur fin février, le président Tebboune, régulièrement conspué par les manifestants, a dénoncé les « dérapages qui sortent du cadre de la démocratie et des droits de l'Homme », avertissant qu'à l'avenir « l'Etat sera intransigeant ». 

Le chef de l'Etat s'exprimait lors d'une réunion du Haut conseil de sécurité, qui regroupe les principaux hauts responsables de l'Etat, notamment le Premier ministre, le ministre des Affaires étrangères, son collègue de l'Intérieur et le chef d'état-major de l'armée et le patron de la gendarmerie.  

Lors de cette réunion le HCS « s'est penché sur les actes subversifs et les graves dérapages émanant de milieux séparatistes et de mouvances illégales proches du terrorisme, qui exploitent les marches hebdomadaires », du Hirak, selon un communiqué. 

Le texte vise spécifiquement le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK, indépendantiste), interdit, et le mouvement islamo-conservateur Rachad, qui n'a pas d'existence légale en Algérie. 

« L'Etat sera intransigeant face à ces dérapages, qui sortent du cadre de la démocratie et des droits de l'Homme », a averti M. Tebboune. 

Le président algérien a ordonné « l'application immédiate et rigoureuse de la loi en vue de mettre un terme à ces activités (...) sans précédent, notamment à l'égard des institutions et symboles de l'Etat ». 

Les protestataires s'en prennent régulièrement aux généraux en place en reprenant un slogan phare du Hirak -- « Etat civil et non militaire » -- pour dénoncer le rôle prépondérant à leurs yeux de l'armée, le pilier du régime, dans le mécanisme de décision politique. 


Esplanade des Mosquées: Biden appelle au maintien du statu quo aux côtés du roi de Jordanie

Le président américain Joe Biden rencontre le roi Abdallah II de Jordanie à Washington (Photo, AFP).
Le président américain Joe Biden rencontre le roi Abdallah II de Jordanie à Washington (Photo, AFP).
Short Url
  • Joe Biden a ainsi reconnu «le rôle crucial de gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem» joué par la Jordanie
  • Le lieu est administré par la Jordanie mais son accès est contrôlé par les forces de sécurité israéliennes

WASHINGTON: Joe Biden a rappelé jeudi au roi Abdallah II de Jordanie, en visite à Washington, son attachement au statu quo concernant l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, a fait savoir la Maison Blanche.

Lors d'un déjeuner à l'abri des caméras, le président américain a "réaffirmé" auprès du roi et du prince héritier Hussein ben Abdallah "l’amitié proche et durable entre les Etats-Unis et la Jordanie"', selon un communiqué de l’exécutif américain.

Il a, lors de cet entretien, souligné "la nécessité de préserver le statu quo historique" autour de l'esplanade des Mosquées, lieu ultra-sensible appelé Mont du Temple par les juifs et situé dans la Vieille ville de Jérusalem.

En vertu de ces règles, les non-musulmans peuvent se rendre sur le site à des heures précises mais sans y prier - une règle de moins en moins suivie par certains juifs nationalistes qui y prient subrepticement.

Le lieu est administré par la Jordanie mais son accès est contrôlé par les forces de sécurité israéliennes.

Joe Biden a ainsi reconnu "le rôle crucial de gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem" joué par la Jordanie, a ajouté la Maison Blanche dans un communiqué.

A un moment de fortes tensions dans la région, le président démocrate a réitéré la position américaine "de soutien fort pour une solution à deux Etats", saluant le rôle du roi Abdallah II et de son pays "comme point de stabilité au Moyen-Orient."


Maroc: Un an après la mort du petit Rayan, ses parents accueillent un nouveau-né

Des milliers de sympathisants avaient accouru en signe de solidarité et campé sur le lieu du drame, dans cette zone montagneuse et difficile d'accès du Rif (Photo, AFP).
Des milliers de sympathisants avaient accouru en signe de solidarité et campé sur le lieu du drame, dans cette zone montagneuse et difficile d'accès du Rif (Photo, AFP).
Short Url
  • Un an après le drame qui avait ému le monde entier, les parents du petit Rayan ont accueilli un nouveau-né
  • Le 1er février 2022, Rayan, un petit garçon de 5 ans, était tombé accidentellement au fond d'un puits exigu

RABAT: Les parents du petit Rayan, un garçonnet marocain mort coincé au fond d'un puits profond dans le nord du Maroc, ont accueilli un nouveau-né un an après ce drame qui avait ému le monde entier, selon les médias locaux.

"Hier c'était l'anniversaire du drame de Rayan et aujourd'hui nous avons eu un enfant. Dieu reprend et Dieu donne", a déclaré jeudi à la chaîne web populaire Chouf TV Soumia Khachich, dans une maternité de Tétouan (nord du Maroc).

Le 1er février 2022, Rayan, un petit garçon de 5 ans, était tombé accidentellement au fond d'un puits exigu, profond de 32 mètres, creusé près de la résidence familiale dans le village d'Ighrane, dans la province septentrionale de Chefchaouen.

Des milliers de sympathisants avaient accouru en signe de solidarité et campé sur place, dans cette zone montagneuse et difficile d'accès du Rif, située à près de 700 mètres d'altitude.

Il avait été extrait cinq jours plus tard sans vie, malgré les efforts acharnés des sauveteurs dont la course contre la montre avait été suivie en direct par des millions d'internautes.

Son sort, au début incertain, avait provoqué une émotion médiatique considérable, amplifiée par les réseaux sociaux, au Maroc comme dans le monde entier, du Maghreb jusqu'en Irak, au Yémen, en France ou aux États-Unis, dans toutes les langues.

"Vous ne pouvez pas imaginer à quel point je suis heureux", a simplement réagi le père du garçon devant des médias.

En revanche, les parents n'ont pas voulu prénommer le bébé "Rayan".

"Rayan est mort, que Dieu ait son âme, je ne peux pas donner ce prénom au nouveau-né", a expliqué le père.

La maman se porte bien, a précisé le site d'information Hespress.


Accord entre le Soudan et Israël pour une «normalisation» de leurs liens

Le drapeau national israélien à Jérusalem et le drapeau national soudanais à Khartoum (Photo, AFP).
Le drapeau national israélien à Jérusalem et le drapeau national soudanais à Khartoum (Photo, AFP).
Short Url
  • Un traité de paix entre le Soudan et Israël sera signé après le transfert du pouvoir au Soudan à un gouvernement civil
  • Le pays avait ainsi rompu avec la position inflexible de Béchir, grand ennemi de l'Etat hébreu

KHARTOUM: Le Soudan et Israël se sont mis d'accord jeudi pour la "normalisation" de leurs relations et un "traité de paix", lors de la première visite officielle du ministre israélien des Affaires étrangères à Khartoum.

Au cours de ce "voyage politique historique", selon les termes de la diplomatie israélienne, les deux pays se sont "mis d'accord pour avancer vers une normalisation des relations", a affirmé le ministère soudanais des Affaires étrangères.

"Un traité de paix entre le Soudan et Israël" sera signé "après le transfert du pouvoir au Soudan à un gouvernement civil qui sera établi dans le cadre du processus de transition en cours dans le pays", a indiqué le ministre israélien des Affaires étrangères Eli Cohen, une fois de retour en Israël.

Après la chute en 2019 du dictateur Omar el-Béchir, civils et militaires se sont partagé le pouvoir au Soudan jusqu'au 25 octobre 2021, date à laquelle le général Abdel Fattah al-Burhane a pris le pouvoir après un coup d'Etat.

La transition démocratique est depuis interrompue et le dialogue politique dans l'impasse, et la répression exercée par les forces de l'ordre a tué plus de 120 militants opposés au putsch.

M. Cohen a rencontré dans la capitale soudanaise le général Burhane, chef de facto du pays depuis le putsch, et le ministre nommé par ce dernier à la tête de la diplomatie, Ali al-Sidiq.

En janvier 2021, le Soudan avait exprimé son adhésion aux accords d'Abraham, par lesquels trois autres Etat arabes ont reconnu Israël, alors que civils et militaires se partageaient encore le pouvoir au Soudan.

Le pays avait ainsi rompu avec la position inflexible de Béchir, grand ennemi de l'Etat hébreu et longtemps proche du mouvement palestinien Hamas.

Avec ces accords, Khartoum, au ban de la communauté internationale durant un long embargo sous Béchir, avait obtenu une aide financière des Etats-Unis, quelques semaines après son retrait de la liste américaine des Etats accusés de financer le terrorisme.

«Relations fructueuses»
Contrairement aux Emirats arabes unis, à Bahreïn et au Maroc, le Soudan n'a toutefois pas fait suivre l'accord jusqu'ici de mesures concrètes pour approfondir les liens.

Et la ratification formelle par des institutions élues n'a toujours pas eu lieu, le pays nageant en plein marasme politique.

Le putsch a aussi provoqué le naufrage économique du Soudan, la communauté internationale ayant alors interrompu son aide de deux milliards de dollars annuels, une manne précieuse pour ce pays, l'un des plus pauvres au monde.

Selon le Conseil souverain soudanais, présidé par le général Burhane, ce dernier et M. Cohen ont discuté des "moyens d'établir des relations fructueuses" et des "projets possibles de coopération" dans des domaines aussi variés que la sécurité, l'agriculture, l'énergie, la santé, l'eau et l'éducation.

"Israël oeuvrera après la signature (du traité de paix, NDLR) pour aider les efforts de développement du Soudan dans les domaines de l'agriculture, de l'eau, de la médecine", a confirmé M. Cohen. "La signature d'un accord de paix servira les deux pays, elle renforcera la sécurité nationale d'Israël, la stabilité régionale et contribuera à l'économie."

"Nous mettons un terme à 75 ans d'hostilité avec Israël, s'est réjoui M. Cohen.

En octobre 2021, dès son tout premier discours, quelques heures après son coup d'Etat, le général Burhane avait assuré que son pays resterait lié par les accords internationaux qu'il avait signés.

En novembre, il avait ainsi envoyé un message de félicitations au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, qui venait de remporter les législatives avec ses alliés d'extrême droite et ultra-orthodoxes.

Autre pays africain, le Tchad a inauguré jeudi une ambassade en Israël, quatre ans après la reprise des relations diplomatiques entre les deux Etats.

Benjamin Netanyahou, qui a participé à l'inauguration de l'ambassade à Ramat Gan près de Tel-Aviv, avec le président tchadien Mahamat Idriss Déby Itno, a salué "un moment historique", d'après son bureau.