Le Liban, en position de faiblesse, reprend les pourparlers sur les frontières maritimes avec Israël

Une corvette de la marine israélienne au bord de la ville frontalière du sud du Liban de Naqura pendant qu'elle patrouille dans les eaux. (Photo, AFP / Archives)
Une corvette de la marine israélienne au bord de la ville frontalière du sud du Liban de Naqura pendant qu'elle patrouille dans les eaux. (Photo, AFP / Archives)
Short Url
Publié le Dimanche 02 mai 2021

Le Liban, en position de faiblesse, reprend les pourparlers sur les frontières maritimes avec Israël

  • Ces négociations sont les premières entre les deux parties sous la nouvelle administration américaine
  • Le Liban et Israël sont officiellement toujours en guerre et il n'y a pas de démarcation de frontières terrestres ou maritimes entre eux

BEYROUTH: Le Liban et Israël reprendront les négociations techniques sur la délimitation de leur frontière maritime, sous les auspices des États-Unis, au siège de l'ONU à Ras Al-Naqoura dans le sud du Liban ce week-end.

Les deux parties se sont engagées dans quatre séries de négociations du 14 octobre au 11 novembre, mais les pourparlers ont été interrompus en raison de l’attachement du Liban à sa demande d’étendre la zone litigieuse avec Israël pour atteindre 2290 km2 au lieu de 860 km2. Cette zone contestée est située dans une région potentiellement riche en gaz.

Le département d'État américain a annoncé que la délégation américaine chargée de la médiation dans les négociations se rendra à Beyrouth le 3 mai pour reprendre les pourparlers. Ces négociations sont les premières entre les deux parties sous la nouvelle administration américaine.

Le Liban et Israël sont officiellement toujours en guerre et il n'y a pas de démarcation de frontières terrestres ou maritimes entre eux. Le Département d'État a ainsi renouvelé «son engagement à jouer un rôle de médiateur entre le Liban et Israël afin de faciliter les pourparlers maritimes». On s'attend à ce que John Deruscher soit le médiateur américain.

Le Liban a montré une certaine confusion sur la question de la démarcation de sa frontière maritime, car il a tracé une frontière de Ras Al-Naqoura à la ligne 23 et l'a portée à la connaissance de l'ONU en 2011.

Cependant, le Liban a indiqué plus tard que cela était basé sur de fausses estimations et que la bonne était la ligne 29 au lieu de la ligne 23.

Le Liban a en outre exigé lors des séances de négociation une zone supplémentaire de 1 430 km2 qui comprend une partie du champ de gaz israélien Karish dans lequel opère la société grecque Energean PLC.

Néanmoins, la demande libanaise de modification de la frontière maritime n'a pas encore été transmise à l'ONU car le décret n ° 6433 relatif à la démarcation de la frontière, qui prolonge la frontière jusqu'à la ligne 29, n'a pas été corrigé car le président Michel Aoun ne l'a pas encore signé.

Aoun a appelé à une session de son conseil de ministres pour approuver l'amendement avant de le renvoyer au Parlement, mais le Premier ministre par intérim Hassan Diab s'abstient de tenir une session du gouvernement intérimaire parce que selon lui, la question reste en dehors des pouvoirs de son gouvernement.

De son côté, Israël a accusé le Liban de changer sa position par rapport à la démarcation des frontières maritimes, le ministre israélien de l'Énergie Yuval Steinitz a mis en garde contre «l'obstruction aux projets d'exploration pétrolière et gazière offshore».

Michel Najjar, ministre des travaux publics et des transports dans le gouvernement intérimaire, a souligné que l'amendement à la frontière maritime était basé sur «des règlements de coordonnées des points géographiques indiqués sur la carte maritime internationale émise par l'Amirauté britannique».

mise en contexte

Le Liban et Israël sont officiellement toujours en guerre et il n'y a pas de démarcation de frontières terrestres ou maritimes entre eux.

Le commandement de l'armée libanaise, qui a délimité la frontière maritime, a révélé que la délégation de négociation continuait d'accomplir sa tâche dans les négociations techniques indirectes sur la base de l'étude préparée par le commandement de l'armée ainsi que sur la base «de fondements scientifiques et juridiques conformément aux preuves et aux études préparées par le service hydrographique du commandement de l’armée».

De façon remarquable, il y a une semaine, le leader du Mouvement patriotique libre (MPL), le député Gebran Bassil, a proposé dans un discours, «un nouvel accord basé sur une ligne qui s'étend entre la ligne Hof  et la ligne libanaise 29, qui donne au Liban environ 500 km2 et à Israël environ 360 km2 sur toute la superficie de 860 km2».

Basil a déclaré à l'époque: «Il n'est pas sage de rester sur la ligne 23 tant que l'ennemi ne nous la donne pas. Par conséquent, la ligne 29 doit être placée sur la table des négociations».

La proposition de Bassil a suscité des réactions de la part des personnalités politiques qui considéraient sa proposition comme «non souveraine et ayant des antécédents d’un marchandage politique avec la partie américaine, qui lui a imposé des sanctions».

Christina Abi Haidar, une experte juridique du pétrole et du gaz, a expliqué que l’aspect le plus dangereux de la proposition de Bassil était qu’il appelait à la formation d’une nouvelle délégation libanaise. «Cette proposition donne une fausse impression sur la délégation libanaise auprès de l'ONU et du côté israélien, et cela n'est pas du tout permis dans de telles circonstances».

Le commandement de l'armée libanaise a rapidement démenti les informations publiées dans les médias selon lesquelles l'armée «avait introduit un nouvel amendement à sa proposition comme solution de compromis donnant au Liban seulement près de 1300 km au lieu de 2290 km2 en adoptant une nouvelle frontière appelée la ligne de Qana».

Le commandement de l’armée a en outre souligné son engagement et celui de la délégation de négociation et «son adhésion à la proposition annoncée, qui est la ligne 29 et qui est scientifiquement prouvée avec des preuves concrètes».

Abi Haidar a déclaré à Arab News: «La prochaine étape de négociation n'est pas encore claire. Le refus du président Aoun de signer le décret avec les modifications de la frontière maritime signifie que l’affaire est derrière nous, et que nous allons entamer des négociations avec une position faible.

Abi Haidar a de plus ajouté: «Si le Liban acceptait de modifier le décret et que nous le portions à l'ONU, nous pourrions obtenir une partie du champ karish. À présent, la décision d’Aoun revient à dire aux côtés américain et israélien: nous acceptons des compromis. C'est peut-être cette étape même qui a incité la reprise des négociations entre le Liban et Israël».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Au Yémen, une unité militaire créée dans le cadre de la stratégie de reconstruction

Le président du Conseil présidentiel du Yémen, Rashad al-Alimi, rencontre l'envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen, Hans Grundberg, à Aden, au Yémen, le 10 mai 2022 (Photo, Reuters).
Le président du Conseil présidentiel du Yémen, Rashad al-Alimi, rencontre l'envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen, Hans Grundberg, à Aden, au Yémen, le 10 mai 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Rashad al-Alimi a émis un ordre établissant la Force du Bouclier de la nation comme réserve sous son commandement
  • La Commission de consultation et de réconciliation met en garde contre la légitimation de la prise de pouvoir des Houthis dans les pourparlers

AL-MUKALLA: Un nouveau groupe militaire au Yémen, la Force du bouclier de la nation, a été créé par le président du Conseil présidentiel, Rashad al-Alimi, dans le but d'unifier les groupes armés et les unités dispersées dans les territoires contrôlés par le gouvernement.
L'agence de presse officielle SABA a rapporté dimanche soir qu'Al-Alimi a émis un ordre présidentiel établissant la Force du bouclier de la nation comme troupe de réserve sous son commandement et nommant à sa tête un officier militaire peu connu, le brigadier Basher Saif Qaid Ghobair al-Subaihi.
SABA a indiqué que le dirigeant yéménite publiera un autre décret précisant le nombre, l'objectif et le lieu de déploiement des forces.
Al-Subaihi a fait partie des milliers de Yéménites qui ont combattu les Houthis soutenus par l'Iran lorsque la milice a conquis en 2015 la ville portuaire d'Aden, dans le sud du pays.
Des responsables et des experts au Yémen ont déclaré que les combattants de la résistance ainsi que les forces militaires et de sécurité qui ont combattu les Houthis seraient recrutés et recevraient une formation militaire officielle, ainsi que des grades dans la nouvelle unité.
Le général de brigade Mohammed al-Kumaim, un analyste militaire yéménite, a indiqué à Arab News que la nouvelle unité comprendra des forces militaires et de sécurité actives sur le terrain, ainsi que des unités provenant de zones militaires. Cette procédure fait, selon lui, partie d'une stratégie visant à légitimer les unités actives sur le terrain et à les unir sous la direction des institutions du pays.
«Ces forces ne sont pas nouvelles et sont déjà présentes sur le champ de bataille. Ceci s'inscrit dans le cadre de la réorganisation et du repositionnement du ministère yéménite de la Défense, et de la réorganisation de ses forces militaires», a déclaré Al-Kumaim, ajoutant que les troupes de la nouvelle unité participeront aux opérations militaires contre les Houthis dans tout le Yémen.
Ce dernier a rejeté les critiques des opposants qui accusent le leader yéménite de créer une force sous son commandement pour concurrencer les armées privées des autres membres du conseil.
«En tant que commandant en chef des forces armées, il commande toutes les forces sur le terrain et a le pouvoir de former toute nouvelle force. Il n'y a pas de concurrence», a assuré Al-Kumaim.
Dans une interview accordée à la chaîne de télévision Al Arabiya le mois dernier, Al-Alimi a souligné que la priorité du conseil était de rassembler divers groupes militaires sous un seul centre de commandement. Il a par ailleurs reconnu que la fusion des forces sous l'égide du ministère de la Défense pourrait ne pas avoir lieu dans un avenir proche.
En avril dernier, l'ancien président Abed Rabbo Mansour Hadi a transféré son autorité au Conseil présidentiel de direction, composé de huit membres et dirigé par Al-Alimi. Ce conseil comprend des responsables militaires et politiques ainsi que de nombreux gouverneurs de province tels que Aidarous al-Zubaidi, le président du Conseil de transition du Sud pro-indépendance, Tareq Mohammed Abdullah Saleh, le commandant des forces de la Garde républicaine et Abdul Rahman al-Muharami, le commandant de la Brigade des géants.
Par ailleurs, la Commission de consultation et de réconciliation, organe consultatif du Conseil présidentiel, a conseillé au gouvernement yéménite d'œuvrer à l'instauration de la paix au Yémen et de s'attaquer aux difficultés économiques du pays. Elle l’a toutefois mis en garde contre la légitimation de la prise de pouvoir militaire des Houthis dans le cadre de toute négociation directe avec la milice.
«Nous avons souligné la nécessité d'un dialogue politique approfondi et direct entre la légitimité dirigée par le Conseil présidentiel de direction et la milice houthie sur la base de la légitimité et du coup d'État», a déclaré Mohammed al-Ghaithi, le chef de la commission, sur Twitter après une réunion virtuelle avec d'autres membres dimanche.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: Le président limoge deux ministres

Le président tunisien Kais Saied (Photo, AFP).
Le président tunisien Kais Saied (Photo, AFP).
Short Url
  • Début janvier, le président avait déjà limogé la ministre du Commerce
  • Les deux nouveaux limogeages interviennent dans un contexte de tensions politiques

TUNIS: La présidence tunisienne a annoncé lundi soir le limogeage des ministres de l'Agriculture et de l'Éducation, sans donner d'explications, dans un contexte de pénuries de produits de base, dont le lait, et de grèves sporadiques dans l'enseignement. 

Le président Kais Saied a décidé "un remaniement partiel en nommant Mohamed Ali Boughdiri comme ministre de l'Éducation" en remplacement de Fethi Sellaouti, a annoncé un communiqué de la présidence. Le ministre de l'Agriculture Elyes Hamza a été remplacé par Abdelmomen Belati, a ajouté la présidence.

Début janvier, le président avait déjà limogé la ministre du Commerce Fadhila Rebhi Ben Hamza et Fakher Fakhfakh, le gouverneur de Sfax, deuxième ville du pays, engluée depuis des mois dans une crise autour de la gestion de ses déchets.

La ministre du Commerce avait été le premier membre du gouvernement de Najla Bouden, formé en novembre 2021, à être limogé par le président Saied.

Les deux nouveaux limogeages interviennent dans un contexte de tensions politiques, le pays étant en proie à de profondes divisions depuis le coup de force du président Saied qui s'est arrogé tous les pouvoirs en juillet 2021.


Le ministre saoudien des Affaires étrangères s’entretient au téléphone avec son homologue chinois

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères
  • Les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu au téléphone lundi avec son homologue chinois.

Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères, et les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine.

Ils ont également discuté de la coopération bilatérale, de l’évolution des événements régionaux et internationaux, des efforts déployés à l’égard de ces événements afin de renforcer la sécurité et la stabilité, ainsi que des principales questions d’intérêt commun.

La Chine a nommé Qin comme nouveau ministre des Affaires étrangères à la fin du mois de décembre 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com