Procès de Nordahl Lelandais: 30 ans requis pour le meurtre d'Arthur Noyer

Dans cette photo d'archive prise le 7 mai 2021, des personnes attendent d'entrer au palais de justice de la ville de Chambéry, dans les Alpes françaises, au cinquième jour du procès de Nordahl Lelandais pour le meurtre du caporal de l'armée française Arthur Noyer en 2017. PHILIPPE DESMAZES / AFP
Dans cette photo d'archive prise le 7 mai 2021, des personnes attendent d'entrer au palais de justice de la ville de Chambéry, dans les Alpes françaises, au cinquième jour du procès de Nordahl Lelandais pour le meurtre du caporal de l'armée française Arthur Noyer en 2017. PHILIPPE DESMAZES / AFP
Short Url
Publié le Mardi 11 mai 2021

Procès de Nordahl Lelandais: 30 ans requis pour le meurtre d'Arthur Noyer

  • Une peine de trente ans de réclusion criminelle, assortie d'une période de sureté des deux tiers, a été requise mardi devant la cour d'assises de Savoie contre Nordahl Lelandais pour le meurtre d'Arthur Noyer
  • C'est la peine maximale encourue

Une peine de trente ans de réclusion criminelle, assortie d'une période de sureté des deux tiers, a été requise mardi devant la cour d'assises de Savoie contre Nordahl Lelandais pour le meurtre d'Arthur Noyer, soit la peine maximale encourue.

La procureure générale de Chambéry, Thérèse Brunisso, a soutenu devant la cour la "volonté de tuer" de Nordahl Lelandais, dans un réquisitoire salué à la sortie de l'audience par la mère d'Arthur, Cécile Noyer. Il "est à la hauteur de ce qu'on espérait", a-t-elle déclaré.

Le jury, qui pourrait délibérer dès mardi soir après les plaidoiries de la défense, devra choisir de retenir l'homicide volontaire - et donc l'intention de tuer - ou les violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner (coups mortels), passibles de 15 ans de réclusion.

Pour le ministère public, qui reprend les conclusions des experts, la "dangerosité" de l'accusé de 38 ans, également mis en cause dans l'affaire de la disparition de la petite Maëlys, ainsi que le pronostic "défavorable" de Nordahl Lelandais pour son avenir, doivent convaincre les jurés de le condamner à la peine maximale.

"Je considère que la gravité du meurtre commis par Nordahl Lelandais, ses actions périphériques, ses éléments de personnalité très défavorables justifient une peine de trente ans", a lancé Thérèse Brunisso à l'issue d'un réquisitoire d'une heure et quart.

Toujours attentif depuis son box, l'accusé, en chemise blanche, s'est montré impassible après le prononcé des réquisitions.

Le mobile en question

Au fil de son argumentaire, Mme Brunisso a tenté de démontrer les faiblesses de la version donnée par l'accusé depuis le début du procès. 

Nordahl Lelandais assure avoir pris Arthur Noyer en stop vers 3H00 dans la nuit du 11 au 12 avril 2017 et, raconte-t-il, le caporal lui a demandé de le déposer à Saint-Baldoph, une banlieue de Chambéry, où la rixe mortelle aurait eu lieu.

"Arthur Noyer n'a aucun ami, aucune relation professionnelle dans cette commune de Saint-Baldoph. Il n'a donc aucune raison de demander à Nordahl Lelandais de le déposer à cet endroit", a tonné Mme Brunisso, rappelant que deux témoins avaient affirmé à l'audience que le chasseur alpin de 23 ans voulait rentrer à sa caserne, dans une commune voisine.

"J'ai cherché et recherché quel pouvait être le mobile du meurtre (...) le seul mobile qui peut être envisagé est celui d'avoir une relation sexuelle avec Arthur Noyer", a conclu l'avocate générale.  

"Terré dans ses mensonges"

La matinée avait débuté avec la plaidoirie de Bernard Boulloud, l'avocat de la famille Noyer.

"Quatre ans et 29 jours après la mort d'Arthur Noyer, après encore sept jours d'audience, Nordahl Lelandais reste toujours campé droit dans ses bottes, dans sa vérité, dont seul lui-même dans la salle d'audience reste encore convaincu", a regretté le conseil des parties civiles.

"Il se terre dans ses mensonges (...) il ne dira jamais, au grand jamais, la vérité sur les circonstances de la mort d'Arthur Noyer, juste pour sauver sa peau, juste par lâcheté", a affirmé Me Boulloud, devant un large portrait de la victime posé aux côtés de ses parents face au box depuis le début du procès.

Cette grande photo, "ça nous faisait du bien", a déclaré Cécile Noyer devant les caméras. "On se disait : +Oui, t'es là Arthur+. Voilà. De toute façon il est toujours présent dans nos cœurs et ça, personne ne pourra nous l'enlever."

"Espérons que le jury et la cour d'assises suivent ces réquisitions à la lettre, parce qu'effectivement, on n'a jamais cru et jusqu'à encore aujourd'hui, on ne croit absolument pas à la thèse de Nordahl Lelandais", a également déclaré Me Boulloud à la suspension d'audience. 

La première semaine d'audience, du 3 au 7 mai, s'était achevée dans une version figée par l'accusé. L'ancien maître-chien a reconnu des coups mortels, mais en répétant qu'il n'avait "jamais voulu tuer" Arthur Noyer.

Nordahl Lelandais devrait également comparaître en 2022 devant la cour d'assises de l'Isère dans le cadre de la disparition de Maëlys de Araujo en août 2017.


A Poissy, le sport sur le temps de travail pour le bien-être des agents

L'activité physique a un bénéfice reconnu sur la prévention des maladies chroniques (diabète, maladies cardio-vasculaires...) et des pathologies liées au travail, de la lombalgie au burn-out. (AFP).
L'activité physique a un bénéfice reconnu sur la prévention des maladies chroniques (diabète, maladies cardio-vasculaires...) et des pathologies liées au travail, de la lombalgie au burn-out. (AFP).
Short Url
  • Depuis 2017, la mairie de Poissy (Yvelines) propose à ses agents de pratiquer une fois par semaine de l'activité physique sur leur temps de travail
  • Dans des recommandations publiées en mars, l'Académie nationale de médecine juge "important de prendre en considération le niveau d'activité physique et de sédentarité au travail comme déterminants de la santé"

PARIS: Depuis 2017, la mairie de Poissy (Yvelines) propose à ses agents de pratiquer une fois par semaine de l'activité physique sur leur temps de travail. Ce programme "Poissy Bien-être" a permis de "réduire l'absentéisme et de renforcer la convivialité", selon Boris Gros, directeur du service jeunesse et sports.

Q Pourquoi avez-vous proposé de l'activité physique à vos agents ?

R Fin 2016, nous étions à la fin d'un cycle de réorganisation interne difficile avec des diminutions d'effectifs dues à la baisse des dotations de l'Etat. Il y avait un sujet récurrent et important d’absentéisme de courte durée. Le maire (ndlr, l'ancien journaliste sportif Karl Olive) était convaincu que le sport pouvait être un levier important pour améliorer le bien-être des agents.

L'enjeu, c'était d'être sur le temps de travail.

Une fois par semaine, les agents disposent de deux heures (temps de trajet inclus, soit une heure réelle de sport) pour des activités douces et non traumatisantes: natation, aquagym, aqua-jogging, marche, marche nordique, gymnastique d'entretien... Pour éviter le risque d'accidents de travail, on ne pouvait pas proposer du foot ou du self-defense. Ces activités ont lieu dans nos équipements et sont encadrées par nos éducateurs sportifs, eux aussi sur leur temps de travail.

L'agent s'engage sur un cycle de 10 semaines qui se conclut par la venue d'un spécialiste santé, nutrition, sommeil...

Q Les agents ont-ils adhéré ?

R On s'était organisé pour accueillir 200 agents par trimestre. Environ 70% de nos effectifs (850 agents) participent à ce programme "Poissy Bien être".

On a eu des gens complètement novices qui se sont mis au sport, des aquaphobes qui ont appris à nager, des non sportifs qui étaient un peu en surpoids... Des agents, notamment des femmes, n'avaient pas forcément le temps de faire du sport hors travail.

Cela a été aussi très bénéfique en terme de cohésion sociale et de connaissance des collègues: des agents de catégorie A, B et C font des activités ensemble, un directeur de service peut aller marcher avec un jardinier. La communication au travail est plus fluide quand on marche une heure ensemble en forêt que lorsqu'on échange des mails.

 


Législatives: début du vote par internet pour les Français de l'étranger

Le 4 juin se déroulera le premier tour de scrutin en Polynésie française et pour les Français de l'étranger qui votent dans les ambassades et les consulats du continent américain. Le 5 juin ce sera au tour des Français de l'étranger hors continent américain. (AFP).
Le 4 juin se déroulera le premier tour de scrutin en Polynésie française et pour les Français de l'étranger qui votent dans les ambassades et les consulats du continent américain. Le 5 juin ce sera au tour des Français de l'étranger hors continent américain. (AFP).
Short Url
  • Le vote par internet n'est autorisé que pour les Français établis hors de France, et uniquement pour les législatives et les élections consulaires
  • Près de 150 candidats au total sont en lice cette année sur ces 11 circonscriptions, mais tous n'ont pas déposé de profession de foi ou de bulletin

PARIS: Les Français vivant à l'étranger et inscrits sur les listes électorales consulaires peuvent voter par internet pour le premier tour des élections législatives dès vendredi 12H00 (heure de Paris) et jusqu'à mercredi prochain.

Donnant le coup d'envoi de ce scrutin clé, ces électeurs à l'étranger disposent au total de quatre modalités de vote: à l’urne, par procuration, par internet et par correspondance.

Le vote par internet n'est autorisé que pour les Français établis hors de France, et uniquement pour les législatives et les élections consulaires.

Il existe 11 circonscriptions couvrant le globe, et autant de députés des Français de l'étranger depuis 2012. Le vote par internet a été mis en oeuvre cette année-là, mais pas en 2017 pour les dernières législatives. Il s'agissait de parer à d'éventuelles cyberattaques, dans un contexte de soupçons sur l'élection américaine de 2016 qui avait vu la victoire de Donald Trump.

Près de 150 candidats au total sont en lice cette année sur ces 11 circonscriptions, mais tous n'ont pas déposé de profession de foi ou de bulletin. Ainsi le député ex-LREM M'jid El Guerrab, récemment condamné pour une agression, a renoncé à se présenter il y a une dizaine de jours et soutient l'ex-ministre Elisabeth Moreno, investie par la majorité dans la circonscription des Français du Maghreb et Afrique de l'Ouest.

Il était "trop tard" pour un retrait et "il n'y aura pas de bulletin à mon nom", a-t-il expliqué à l'AFP.

Le 4 juin se déroulera le premier tour de scrutin en Polynésie française et pour les Français de l'étranger qui votent dans les ambassades et les consulats du continent américain. Le 5 juin ce sera au tour des Français de l'étranger hors continent américain.

Le 11 juin aura lieu le premier tour en Guadeloupe, Guyane, Martinique, à Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon. Et le 12 juin le premier tour en métropole, ainsi qu'à Mayotte, en Nouvelle-Calédonie et à La Réunion, avant un second tour une semaine après.


Un mort et un blessé grave lors du crash d'un ULM dans la Creuse

Un anesthésiste surveille les fonctions vitales d'un patient lors d'une opération chirurgicale, le 25 juillet 2014, au CHU de Limoges (Photo, AFP).
Un anesthésiste surveille les fonctions vitales d'un patient lors d'une opération chirurgicale, le 25 juillet 2014, au CHU de Limoges (Photo, AFP).
Short Url
  • L'ULM s'est écrasé dans un champ à proximité de l'aérodrome de Saint-Laurent jeudi en fin d'après-midi
  • Le pilote, un homme âgé de 26 ans, était décédé à l'arrivée des pompiers

GUERET: Le pilote d'un avion bi-place a été tué et son passager grièvement blessé lors du crash de leur appareil jeudi près de Guéret, dans la Creuse, a-t-on appris auprès des pompiers.

L'ULM s'est écrasé dans un champ à proximité de l'aérodrome de Saint-Laurent jeudi en fin d'après-midi, à 6 km à l'est de Guéret, après une tentative de décollage manquée, a précisé le maire de Saint-Laurent Alain Clédière à un correspondant de l'AFP.

Selon M. Clédière, "l'avion appartenait à la famille du pilote".

Le pilote, un homme âgé de 26 ans, était décédé à l'arrivée des pompiers. Son passager, âgé de 20 ans a été transporté en état d’urgence absolue au CHU de Limoges.