Des mines terrestres syriennes prises dans la crue dérivent vers le Liban

Les tentes de réfugiés syriens sont inondées d'eaux de crue à Bar Elias, dans la vallée de la Bekaa, au Liban, le 7 janvier 2019. (Photo, Reuters)
Les tentes de réfugiés syriens sont inondées d'eaux de crue à Bar Elias, dans la vallée de la Bekaa, au Liban, le 7 janvier 2019. (Photo, Reuters)
Short Url
Publié le Jeudi 13 mai 2021

Des mines terrestres syriennes prises dans la crue dérivent vers le Liban

  • Plusieurs incidents se sont produits cette année le long de la frontière nord, révèle une source militaire libanaise à Arab News
  • Les autorités exhortent les citoyens à éviter les zones à risque, à rester sur les routes goudronnées, et à ne pas s'approcher ou manipuler des objets suspects

BEYROUTH: Au moment où les autorités libanaises continuent de trouver et d’extraire les mines terrestres laissées par la guerre civile libanaise, une nouvelle vague d’explosifs a traversé la frontière du pays en raison d’une catastrophe naturelle.

Mercredi, les forces armées libanaises ont annoncé que des mines terrestres placées le long de la frontière libano-syrienne ont dérivé vers le territoire libanais en raison des crues printanières.

«Les mines terrestres placées le long de la frontière libano-syrienne sont le résultat du conflit syrien», confie une source militaire libanaise à Arab News.

«Au fur et à mesure que ces mines dérivent vers les territoires libanais, il devient difficile pour l'armée libanaise de les ôter. De nombreux incidents ont été enregistrés cette année, faisant de nombreux blessés qui ignoraient complétement la nature des objets qu'ils ont trouvés».

La même source révèle aussi que la majorité des incidents ont eu lieu dans la région frontalière du nord, à la suite des inondations et de l'érosion subséquente des sols. Tous les blessés se trouvaient sur le sol libanais.

Le commandement de l’armée a diffusé un communiqué qui explique que les «mines sont de formes et tailles différentes, et peuvent être dissimulées de différentes manières et dispersées au hasard».

Les zones potentiellement bourrées de mines terrestres ne sont pas encore marquées de panneaux ou de barbelés pour avertir les gens. Le commandement de l'armée exhorte donc les citoyens à éviter les zones à risque, à rester sur les routes goudronnées et à ne pas s'approcher ou manipuler des objets ou des matériels militaires non explosés.

Le Centre libanais d’action antimines (CLAA), qui fait partie de l’armée libanaise, a mis en œuvre le Programme national d’action antimines libanais, avec le soutien du Programme des Nations Unies pour le développement, afin de combler les pénuries en personnel qualifié et en financement.

L’objectif de CLAA est d’assurer un environnement sécuritaire d'ici 2025, pour que les civils puissent prendre des marches et se déplacer librement sans la menace des mines terrestres. La mission du centre se concentre sur les régions du sud du Liban, qui sont les zones les plus touchées par des mines terrestres et des objets suspects.

«Plus nous nous rapprochons d'un champ de mines dans les régions reculées du sud du Liban, plus nous voyons de pierres peintes en rouge», a indiqué le capitaine chinois Yang Dong, officier de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).

«Les pierres rouges nous rappellent de distinguer entre les zones sûres et dangereuses. Elles nous rappellent aussi de ne pas nous approcher. S'il y a des pierres rouges à proximité, c'est que le secteur est dangereux et peut contenir des mines».

En janvier 2020, les compétences de la FINUL se sont élargies avec la signature d’un nouvel accord avec le CLAA. Le pays a marqué le 4 avril la Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l'assistance à la lutte antimines.

Au cours des cinq dernières années, la FINUL a mené les efforts qui ont déminé près de 5 millions de mètres carrés de terrains dans le sud du Liban. Elle a également détruit plus de 43 500 mines terrestres, bombes et obus non explosés.

La menace des mines terrestres est réelle et la sensibilisation peuple libanais reste vitale.

Depuis 1975, les mines terrestres et les objets non explosés laissés par la guerre civile libanaise ont fait 3847 morts et blessés. Le plus grand nombre de victimes a été enregistré en 2006 lorsque 209 personnes ont été tuées ou blessées, dont 40 enfants de moins de 12 ans.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Trafic interrompu à l'aéroport d'Istanbul en raison de la neige

L'aéroport international Sabiha Gokcen lors d'une forte chute de neige à Istanbul, le 16 février 2021. (Photo, AFP)
L'aéroport international Sabiha Gokcen lors d'une forte chute de neige à Istanbul, le 16 février 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'aéroport international d'Istanbul, l'un des principaux d'Europe, a suspendu ses opérations lundi en raison d'abondantes chutes de neige
  • Le second aéroport, Sabiha Gokcen, sur la rive asiatique, fonctionnait normalement malgré quelques retards

ISTANBUL: L'aéroport international d'Istanbul, l'un des principaux d'Europe, a suspendu ses opérations lundi en raison d'abondantes chutes de neige, ont annoncé les autorités du transport aérien. 

Selon un message de la direction générale des aéroports civils sur Twitter, les opérations ont été provisoirement interrompues « en raison de conditions exceptionnelles » qui réduisent la visibilité sur les pistes et devraient reprendre à 18H00, heure locale (15H00 GMT), après évaluation de la situation. 

Cependant, plusieurs pistes devraient rester fermées jusqu'à 22H00 (19H00 GMT), a prévenu de son côté la Direction de l'Aviation civile, au risque de provoquer au minimum des retards. 

Le second aéroport, Sabiha Gokcen, sur la rive asiatique, fonctionnait normalement malgré quelques retards. 

La neige a commencé à tomber ce week-end sur la majeure partie de la Turquie, redoublant d'intensité dans la nuit de samedi à dimanche. 

Lundi, le gouvernorat (préfecture) d'Istanbul a mis en garde la population contre de nouvelles chutes de neige attendues en soirée, l'invitant à renoncer à prendre la route.   

Un millier d'avions se croisent chaque jour à l'aéroport « Istanbul Havilimani », situé sur la rive européenne à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest du centre-ville, près de la Mer Noire. 

Istanbul Havalimani a été inauguré en 2019 en remplacement de l'aéroport Ata Türk, devenu trop exigu.  

Sa construction avait suscité de nombreuses polémiques, notamment sur les atteintes portées à l’environnement - il est en pleine campagne - et le choix de sa situation, près de la Mer noire, où un épais brouillard sévit fréquemment en hiver. 

En 2021, Istanbul Havalimani a accueilli 37 millions de passagers, selon le ministère turc des Transports, ce qui en avait fait le premier aéroport d'Europe, connecté notamment à l'Asie centrale, au Moyen-Orient et à l'Afrique. 

C'est la première fois que le trafic y est suspendu depuis son ouverture, ont souligné les responsables de l'aviation civile. 

La neige est également tombée lundi sur une grande partie de la Grèce, jusque sur l'île méridionale de Crète et plusieurs îles de la mer Egée, à l'ouest de la Turquie, sans y affecter le trafic aérien. 

Selon Costas Lagouvardos, directeur de recherche à l'Observatoire national d'Athènes, la capitale grecque n'a pas connu de telles conditions météorologiques depuis 1968. 

Les chutes de neige devraient se poursuivre mardi, d'après les services météorologiques. 


Afghanistan: les militantes féministes dénoncent la visite des talibans en Norvège

Mahbouba Seraj du Réseau des femmes afghanes s'entretient avec des journalistes alors qu'elle arrive pour assister à une réunion avec des représentants spéciaux internationaux et des représentants d'Afghans issus de la société civile le 24 janvier 2022 à Oslo, en Norvège. (AFP)
Mahbouba Seraj du Réseau des femmes afghanes s'entretient avec des journalistes alors qu'elle arrive pour assister à une réunion avec des représentants spéciaux internationaux et des représentants d'Afghans issus de la société civile le 24 janvier 2022 à Oslo, en Norvège. (AFP)
Short Url
  • La délégation afghane, conduite par le ministre des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, a rencontré lundi à Oslo des représentants des Etats-Unis, de France, du Royaume-Uni, d'Allemagne, d'Italie, de l'Union européenne et de Norvège
  • De nombreuses femmes, trop apeurées pour sortir dans les rues, ont manifesté contre ce sommet depuis chez elles à Kaboul, Bamiyan (centre) ou encore Mazar-i-Sharif (nord), selon des images postées sur les réseaux sociaux

KABOUL : Déception, trahison, effarement: les militantes des droits des femmes en Afghanistan ont vertement critiqué lundi les discussions actuellement en cours entre les talibans et les puissances occidentales en Norvège, premier pays européen à recevoir les fondamentalistes islamistes.

La délégation afghane, conduite par le ministre des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, a rencontré lundi à Oslo des représentants des Etats-Unis, de France, du Royaume-Uni, d'Allemagne, d'Italie, de l'Union européenne et de Norvège. 

Les discussions portent sur l'urgence humanitaire, plus de la moitié des Afghans étant menacés par la famine depuis l'arrêt de l'aide internationale qui portait le pays à bout de bras, après le retour au pouvoir des talibans en août, et sur les droits humains.

Mais pour les militantes afghanes, qui manifestent depuis des mois pour la défense de leurs droits et dénoncent la répression croissante des talibans, ces pourparlers ont un goût amer.

"Cela me désole qu'un pays comme la Norvège organise ce sommet et passe des accords avec des terroristes autour de la table", a dénoncé auprès de l'AFP Wahida Amiri, une militante féministe qui a manifesté régulièrement à Kaboul depuis août.

"Le monde devrait avoir honte d'accepter cela et d'ouvrir sa porte aux talibans", a-t-elle ajouté.

De nombreuses femmes, trop apeurées pour sortir dans les rues, ont manifesté contre ce sommet depuis chez elles à Kaboul, Bamiyan (centre) ou encore Mazar-i-Sharif (nord), selon des images postées sur les réseaux sociaux.

"La Norvège a invité des criminels et des terroristes qui n'ont aucun respect pour les droits des femmes et les droits humains", a affirmé à l'AFP une manifestante de Bamiyan, qui a demandé à ne pas être identifiée.

Les talibans assurent être plus modérés que lors de leur précédent passage au pouvoir, entre 1996 et 2001, quand les femmes n'avaient pas le droit de quitter leur foyer sans être accompagnée d'un chaperon mâle et étaient contraintes de porter la burqa, un voile intégral.

« Que fait la communauté internationale? »

Mais malgré leurs promesses, les femmes sont largement exclues des emplois dans le secteur public et les écoles secondaires pour filles restent pour la plupart fermées. Elles doivent également être accompagnées d'un homme de leur famille proche lors des longs trajets.

La semaine dernière, deux militantes féministes, Tamana Zaryabi Paryani et Parwana Ibrahimkhel, ont été enlevées à leur domicile de Kaboul après avoir participé à une manifestation, selon plusieurs de leurs camarades. Les talibans ont nié être impliqués.

Invitée à Oslo par le gouvernement norvégien, la poétesse Hoda Khamosh a demandé à M. Muttaqi d'"appeler Kaboul et libérer immédiatement" les deux militantes.

"Pourquoi les talibans qui nous emprisonnent à Kaboul sont-ils assis à la table des négociations avec nous à Oslo? Que fait la communauté internationale face à cette torture et cette répression?", s'est-elle indignée, en accusant ceux qui "restent silencieux ou tolèrent les talibans" d'être "partiellement responsables de ces crimes".

Aucun Etat n'a pour l'instant reconnu le gouvernement des talibans et la Norvège a souligné que ces discussions "ne constituent pas une légitimation ni une reconnaissance" des nouveaux maîtres de l'Afghanistan.

Ces échanges restent nécessaires, selon certaines observatrices afghanes.

La présidente en exil de la Commission afghane indépendante des droits de l'Homme (AIHRC), Shaharzad Akbar, a ainsi qualifié les discussions de "pas important", notamment car elles ont permis des rencontres directes entre les talibans et des figures de la société civile afghane.

Une autre militante présente à Oslo, Mahbouba Seraj, a dit avoir "espoir" après ces rencontres, estimant que les talibans "nous ont reconnues et nous ont écoutées". 

Mais cet avis est loin d'être partagé par les activistes afghanes restées dans leur pays. Ces femmes "ne peuvent pas nous représenter au sommet d'Oslo", a estimé dans un clip vidéo posté sur les réseaux sociaux une femme, qui se présente comme une "manifestante pour la défense des droits des femmes en Afghanistan, devant se battre avec les talibans dans les rues de Kaboul".


Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri annonce son retrait de la vie politique

L'ancien Premier ministre Saad Hariri prononce un discours à Beyrouth, le 24 janvier 2022. (Reuters)
L'ancien Premier ministre Saad Hariri prononce un discours à Beyrouth, le 24 janvier 2022. (Reuters)
Short Url
  • «Je suspends ma participation à la vie politique et invite ma famille politique au sein du Courant du Futur à suivre ma voie», a-t-il déclaré
  • Le quinqagénaire, propulsé sur la scène politique après l'assassinat de son père Rafic Hariri en 2005, a annoncé sa décision lors d'un bref discours prononcé à Beyrouth

BEYROUTH: L'ancien Premier ministre et principal leader sunnite libanais Saad Hariri a annoncé lundi son retrait de la vie politique libanaise, évoquant notamment « l'influence iranienne » sur le pays, le »désordre sur la scène internationale » et les « divisions internes ». 

Le quinquagénaire, propulsé sur la scène politique après l'assassinat de son père, l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, en 2005, a annoncé sa décision lors d'un bref discours prononcé à Beyrouth.  

Cette annonce intervient après une série de revers financiers et politiques au cours des dernières années, tandis que le Liban est frappé par la pire crise socio-économique de son histoire. 

« Je suspends ma participation à la vie politique et invite ma famille politique au sein du Courant du Futur à suivre ma voie », a-t-il déclaré, appelant le principal parti sunnite dont il préside, à ne pas présenter de candidats aux élections législatives prévues en mai. 

« Il n'existe aucune opportunité positive au Liban (en raison) de l'influence iranienne sur le pays, du désordre sur la scène internationale, des divisions internes, du confessionalisme et du délitement de l'État », a dit M. Hariri. 

Poids lourd de la politique libanaise, le Hezbollah est armé et financé par l'Iran chiite, grand rival régional de l'Arabie saoudite sunnite et représente la seule faction libanaise à avoir gardé ses armes après la guerre civile (1975-1990). 

Au Liban abonné aux crises politiques à répétition, M. Hariri a déjà dirigé trois gouvernements. Depuis son accession au pouvoir pour la première fois en 2009, il s'est peu à peu forgé une réputation d'homme de compromis. 

Il a présenté sa troisième démission environ deux semaines après le début des manifestations populaires contre la classe politique le 17 octobre 2019.  

Malgré sa nomination le 22 octobre 2020 pour former le gouvernement, il n'a pas pu aller au bout de sa mission du fait du ressentiment populaire et des divisions politiques. 

Lors des dernières élections de 2018, qui ont consolidé l'influence du Hezbollah, le nombre de sièges du bloc parlementaire de M. Hariri a diminué d'environ un tiers, et certains ont lié la baisse de sa popularité aux concessions politiques qu'il a faites, qui, selon lui, visaient à préserver la paix civile.