Pourquoi le bitcoin consomme-t-il une énergie de «dingue»?

Un employé inspecte l'équipement informatique utilisé pour le minage de cryptomonnaies au centre «Kriptounivers» (CryptoUniverse) lors d'une présentation du plus grand centre de minage de cryptomonnaies de Russie à Kirishi le 20 août 2018. (Photo, AFP)
Un employé inspecte l'équipement informatique utilisé pour le minage de cryptomonnaies au centre «Kriptounivers» (CryptoUniverse) lors d'une présentation du plus grand centre de minage de cryptomonnaies de Russie à Kirishi le 20 août 2018. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 14 mai 2021

Pourquoi le bitcoin consomme-t-il une énergie de «dingue»?

  • «Si le bitcoin était un pays il utiliserait la même quantité d'électricité par an que la Suisse»
  • Pour tenter de sortir de la consommation excessive d'énergie, une solution serait alors de passer du «proof of work» à un système moins énergivore

NEW YORK: Devenu l'un des oracles des cryptomonnaies, le patron de Tesla Elon Musk a fait trembler le cours du bitcoin en fustigeant mercredi son impact croissant sur l'environnement, jusqu'à poser des questions sur l'avenir de la devise virtuelle.

«L'utilisation d'énergie sur les derniers mois est dingue», a encore tweeté jeudi matin le milliardaire fantasque en partageant un graphique du Cambridge bitcoin electricity consumption index (CBECI).

Sur ce tableau figure l'évolution de la consommation d'électricité estimée de la devise virtuelle, en hausse quasi-constante depuis 2016 et en nette accélération depuis la fin 2020, sur une base annualisée. 

Elle est actuellement estimée à son plus haut historique, à 149 TWh (terawatt-heure).

«Si le bitcoin était un pays il utiliserait la même quantité d'électricité par an que la Suisse», décryptent les analystes de Deutsche Bank dans une note. 

À titre de comparaison, Google a consommé 12,2 TWh en 2019, et l'ensemble des centres de données dans le monde à l'exception de ceux qui minent du bitcoin, consomme environ 200 TWh, selon George Kamiya, analyste à l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Mais les choses se compliquent à la lecture de la fourchette haute des estimations du CBECI. La pente est bien plus verticale et pourrait s'envoler au-dessus de 500 TWh si les chasseurs de bitcoin, les «mineurs», utilisaient le matériel le plus énergivore, montre cet indice.

Le cours du bitcoin a plongé de 15%, à son plus bas depuis deux mois et demi, après l'annonce mercredi d'Elon Musk que Tesla n'accepterait plus le paiement de ses véhicules en bitcoin tant que son minage consommerait autant d'énergies fossiles, notamment le charbon. 

Les clients du constructeur, qui a aussi investi en février 1,5 milliard de dollars dans la devise virtuelle, pouvaient officiellement l'utiliser depuis fin mars. 

À l'origine de la consommation toujours plus effrénée d'énergie sur le marché du bitcoin, dont la capitalisation a dépassé les 1 000 milliards de dollars en début d'année avant de redescendre, il y a la juteuse récompense convoitée par ces mineurs, à grand renfort de centres de données dédiés. 

 

Équations complexes

Le code du bitcoin prévoit que les personnes qui participent au réseau, prouvent leur travail en résolvant des équations complexes, qui n'ont pas de rapport direct avec les transactions. En échange, ils reçoivent automatiquement une récompense en bitcoin toutes les dix minutes.

C'est un des principes fondateurs de la star des cryptomonnaies, créée en 2008, par un ou des anonymes qui voulaient une monnaie numérique décentralisée: la «proof of work» ou preuve de travail, qui vise à garantir l'intégrité du réseau.

À mesure que le cours du bitcoin augmente, l'intérêt pour le minage grandit lui aussi et la consommation d'électricité avec.

Ce qui n'est pas sans conséquence pour l'environnement: la revue scientifique Nature a publié le mois dernier une étude montrant que le minage de bitcoins en Chine, qui alimente près de 80% du commerce mondial de cryptomonnaies, risque de compromettre les objectifs climatiques du pays.

Dans ce pays, une partie du minage s'effectue grâce à du charbon particulièrement polluant, le lignite. 

Or pour disposer d'une énergie décarbonée dans le pays à même de permettre un minage massif en énergie renouvelable, il faudra attendre les environs de 2060, anticipe Bloomberg.

Concernant le minage, «de nombreuses personnes diront qu'une grande partie est renouvelable», expliquent les analystes de Deutsche Bank. «Or une part encore plus grosse ne l'est pas du tout!».

Pour tenter de sortir de la consommation excessive d'énergie, une solution serait alors de passer du «proof of work» à un système moins énergivore, qui permettrait d'éviter d'une partie des processeurs, une solution envisagée par la deuxième cryptomonnaie, l'ethereum. Mais difficile de voir le bitcoin adopter un tel changement, qui risquerait de rendre le réseau moins décentralisé et sécurisé.

«La décision de Tesla fait office de prise de conscience brutale pour les entreprises et les consommateurs possédant du bitcoin, et qui n'avaient jusque là pas fait attention à la facture écologique», souligne Laith Khalaf, analyste pour AJ Bell.

«Cela montre que l'adoption sur le long terme de cette monnaie par les entreprises, les consommateurs et les investisseurs est encore très incertaine».


Moody's: Les États du Golfe à faible fiscalité dépendront des hydrocarbures pendant au moins 10 ans

Le pétrole et le gaz représentent à ce jour au moins un cinquième du PIB de la plupart des pays du Golfe. (Shutterstock)
Le pétrole et le gaz représentent à ce jour au moins un cinquième du PIB de la plupart des pays du Golfe. (Shutterstock)
Short Url
  • «La diversification économique dans d’autres secteurs que celui des hydrocarbures reste l'objectif politique le plus souvent énoncé dans la région»
  • En dépit des plans ambitieux des différents gouvernements, les initiatives de diversification engagées depuis l'année 2014 ont donné des résultats limités

DUBAÏ: La réticence des pays du Golfe à hausser les taxes fait partie des raisons pour lesquelles la région continuera à dépendre des hydrocarbures pendant une décennie au moins, indique l'agence de notation Moody's.

Cette dernière estime que la dépendance des pays du Golfe aux hydrocarbures restera la principale contrainte en matière de crédit en dépit de la poursuite des efforts de diversification.

«La diversification économique dans d’autres secteurs que celui des hydrocarbures reste l'objectif politique le plus souvent énoncé dans la région. Toutefois, il faudra probablement attendre plusieurs années pour y parvenir», affirme Alexander Perjessy, analyste principal chez Moody's et auteur du rapport. «Les plans annoncés visant à développer le potentiel de production d'hydrocarbures, associés aux engagements des gouvernements en faveur de l'application de taxes nulles ou très basses ne laissent pas présager une diminution significative de la forte dépendance aux hydrocarbures dans les années à venir», explique-t-il.

En effet, dans la plupart des pays du Golfe, le pétrole et le gaz représentent à ce jour un cinquième du PIB au minimum, plus de 65% du total des exportations et au moins 50% des recettes publiques.

En dépit des plans ambitieux des différents gouvernements, les initiatives de diversification engagées depuis l'année 2014 ont donné des résultats limités et se verront ralenties par la baisse du prix du pétrole, avertit l'agence Moody's.

Si la dynamique de diversification est susceptible de s'accélérer, elle risque toutefois d'être freinée par la baisse des ressources disponibles qui permettent de financer les projets, mais aussi par la concurrence au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG) dans une gamme étroite de secteurs.

Les recettes tirées des hydrocarbures, recueillies sous la forme d'impôts sur les bénéfices, de redevances et de dividendes (versés par les compagnies pétrolières nationales), constituent toujours la majeure partie des recettes publiques de la région.

Moody's attribue notamment cette situation à l'engagement de longue date des gouvernements du CCG en faveur d'un environnement fiscal nul ou très faible, «qui relève du contrat social implicite entre les dirigeants et les citoyens, mais qui traduit également une volonté d'encourager la croissance et le développement du secteur non pétrolier».

L'agence de notation estime que les États souverains du CCG ont encaissé des recettes fiscales non issues des hydrocarbures équivalant à moins de 4% du PIB hors hydrocarbures, en moyenne, pour l'année 2019. Ce chiffre est à comparer au taux des principales économies à revenu élevé, qui dépasse 22%.

Selon Moody's, si les prix du pétrole atteignent une moyenne de 55 dollars le baril (1 dollar = 0,84 euro), soit près de la moitié de ses prévisions pour le moyen terme, les hydrocarbures resteront probablement le principal contributeur du PIB des pays souverains du CCG, ainsi que la principale source de recettes publiques au cours de la prochaine décennie, voire plus longtemps.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Bitcoin ou dollars: la diaspora salvadorienne face à la volatilité des cryptomonnaies

Un homme paie en bitcoins dans un magasin au sud-est de San Salvador, le 9 juin 2021. Le bitcoin va avoir cours légal au Salvador, a déclaré le président du pays (AFP)
Un homme paie en bitcoins dans un magasin au sud-est de San Salvador, le 9 juin 2021. Le bitcoin va avoir cours légal au Salvador, a déclaré le président du pays (AFP)
Short Url
  • Le président salvadorien Nayib Bukele a approuvé le 9 juin le bitcoin comme devise légale dans le petit pays d'Amérique centrale
  • Le Salvador est ainsi le pays d'Amérique latine percevant le plus gros volume d'argent de sa diaspora, qui vit en majorité aux Etats-Unis, proportionnellement à la taille de son économie

MONTEVIDEO : Les Salvadoriens de l'extérieur peuvent désormais transférer des fonds en bitcoin à leurs familles restées dans le pays. Mais se risqueront-ils à utiliser la cryptomonnaie au cours hautement volatile ?

Le président salvadorien Nayib Bukele a approuvé le 9 juin le bitcoin comme devise légale dans le petit pays d'Amérique centrale. Il a affirmé que son adoption évitera de perdre des "millions de dollars" en taux de change interbancaire lors des envois d'argent depuis l'extérieur.

Le Salvador, 6,4 millions d'habitants, est très dépendant de ces "remesas", qui représentent 24,1% de son Produit intérieur brut (PIB). Selon les données de la Banque mondiale (BM), en 2020, il a reçu plus de 5,9 milliards de dollars de ses ressortissants vivant hors du pays.

Le Salvador est ainsi le pays d'Amérique latine percevant le plus gros volume d'argent de sa diaspora, qui vit en majorité aux Etats-Unis, proportionnellement à la taille de son économie.

Avec une contraction de 7,9% du PIB en 2020 en raison de la pandémie, le Salvador parie sur la croissance de ces transferts de fonds (+4,8 % l'an dernier) comme un soutien important pour son économie dollarisée.

"En mai, les expéditions de bitcoins vers le Salvador ont quadruplé et pourraient encore s'accroître si le cours (des cryptomonnaies) continue d'augmenter", constate Edward Moya, analyste de marché chez Oanda.

"Il s'agit d'une expérience en cours qui pourrait être couronnée de succès si la volatilité du bitcoin continue de baisser et que son prix évolue à la hausse", ajoute-t-il.

Mais M. Moya estime que dans un premier temps les "méthodes traditionnelles" d'envoi de dollars perdureront "jusqu'à ce que le bitcoin devienne un actif stable".

Manuel Orozco, directeur du Centre pour la migration et la stabilisation économique à Washington, prévient cependant qu'"il est faux de supposer qu'il n'y aura pas de frais de transaction" pour l'envoi de fonds en bitcoins "car le traitement lui-même et le sceau réglementaire entraînent des coûts".

«Lacunes»

Le bitcoin est régulièrement critiqué par les régulateurs pour ses usages illégaux, notamment le blanchiment d'argent provenant d'activités criminelles, le financement du terrorisme et le manque de protection de ses utilisateurs.

D'autres pointent du doigt son empreinte carbone.

La Banque mondiale a rejeté jeudi la demande d'assistance du Salvador dans sa tentative d'adopter le bitcoin comme devise légale et devenir le premier pays au monde à l'utiliser à partir de septembre pour toutes les transactions.

"Ce n'est pas quelque chose que la Banque mondiale peut soutenir étant donné les lacunes en matière d'environnement et de transparence", a expliqué  un responsable de la BM.

La semaine dernière, le Fonds monétaire international (FMI) avait, lui, avait fait part de ses inquiétudes."L'adoption du bitcoin comme monnaie légale soulève un certain nombre de problèmes macroéconomiques, financiers et juridiques qui nécessitent une analyse très minutieuse", avait déclaré un porte-parole, notant les "risques importants".

Le FMI a cependant accepté de rencontrer cette semaine des représentants du gouvernement salvadorien. La Banque centraméricaine d'intégration économique (BCIE) a annoncé qu'elle fournirait son assistance technique.

Volatilité

L'extrême volatilité du prix du bitcoin, qui peut faire varier la valeur d'un envoi entre son point de départ et son arrivée au Salvador, est l'un des problèmes les plus généralement pointés.

"Pour qu'une monnaie remplisse la fonction de réserve de valeur (...) elle ne devrait pas être aussi volatile", juge Oscar Cabrera, ancien président de la Banque centrale de réserve du Salvador.

Une enquête de la Chambre de commerce et d'industrie du Salvador, publiée la semaine dernière, dévoile que 96,4% des hommes d'affaires du pays préfèrent que l'utilisation du bitcoin soit facultative, que 93,2% des salariés préfèrent conserver le dollar pour percevoir leurs salaires, et 82,5 % choisiraient la monnaie américaine plutôt que le bitcoin pour recevoir des transferts de fonds.

Pour M. Orozco, la circulation du bitcoin aurait cependant un côté positif : la génération d'"une importante liquidité qui générerait un surplus pour le crédit et l'investissement", en plus de la modernisation du système bancaire.

"À court terme, sur le plan stratégique, c'est une opportunité pour le système financier salvadorien", juge-t-il.


Un nouveau fonds saoudien rivalise avec la plus grande caisse au monde

Ceci s’inscrit parmi les nombreuses mesures prises par l'Arabie saoudite dans le cadre d'un plan de diversification de l'économie au-delà du pétrole. (Photo, Shutterstock)
Ceci s’inscrit parmi les nombreuses mesures prises par l'Arabie saoudite dans le cadre d'un plan de diversification de l'économie au-delà du pétrole. (Photo, Shutterstock)
Short Url
  • La fusion va entraîner une réduction des coûts et contribuer à l’augmentation des retours sur investissement
  • Le gouvernement a présenté un plan pour porter les actifs de ses fonds souverains à plus de mille milliards de dollars d'ici 2025

RIYAD : L'Arabie saoudite s’apprête à faire concurrence aux plus grands investisseurs mondiaux dans le secteur des assurances, après la fusion de deux de ses plus grands fonds.

Le cabinet saoudien a approuvé la semaine dernière la fusion de l'Agence des pensions publiques avec l'Organisation générale de l'assurance sociale (GOSI) afin de consolider le parapluie de protection des assurances publiques et privées.

La nouvelle entité va disposer d'actifs de plus de 250 milliards de dollars, rapporte Bloomberg d’après Saad Al-Fadly, le PDG de Hassana Investment Co, la branche de gestion des investissements de l'Organisation générale des assurances sociales du Royaume (GOSI).

Ce chiffre la place parmi les dix premiers fonds mondiaux, et qui sont mesurés par rapport aux actifs sous gestion.

La fusion va entraîner une réduction des coûts et contribuer à l’augmentation des retours sur investissement, explique Al-Fadly dans l’interview.

«La fusion va renforcer la position du fonds, améliorer les performances et positionner GOSI parmi les dix meilleurs investisseurs dans les régimes de retraite au monde», affirme-t-il.

«L’ampleur d’un fonds constitue un avantage dans la gestion des relations, des coûts et des négociations. Elle est utile à bien des égards, ce qui améliore les rendements», explique-t-il.

Ceci s’inscrit parmi les nombreuses mesures prises par l'Arabie saoudite dans le cadre d'un plan de diversification de l'économie au-delà du pétrole.

Le gouvernement a présenté un plan pour porter les actifs de ses fonds souverains à plus de mille milliards de dollars d'ici 2025.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com