L'ancien chef du parlement iranien se présente à la présidentielle

Ali Larijani a occupé par le passé le poste de ministre de la Culture et de l'Orientation islamique et a dirigé la chaîne de télévision publique iranienne. (AP)
Ali Larijani a occupé par le passé le poste de ministre de la Culture et de l'Orientation islamique et a dirigé la chaîne de télévision publique iranienne. (AP)
Short Url
Publié le Samedi 15 mai 2021

L'ancien chef du parlement iranien se présente à la présidentielle

  • Ali Larijani a décidé de se présenter le dernier jour des inscriptions pour l'élection du 18 juin
  • Un groupe placé sous le contrôle de Khamenei approuve les candidats en dernier ressort

TÉHÉRAN: Ali Larijani, ancien président du parlement iranien, s'est inscrit samedi à la prochaine élection présidentielle de la République islamique. Il devient ainsi le premier candidat de renom à soutenir éventuellement les politiques de l'administration sortante qui a conclu l'accord sur le nucléaire désormais en lambeaux entre Téhéran et les puissances mondiales.

Larijani, qui a été pendant longtemps une figure de proue du mouvement conservateur avant de s'allier au président iranien relativement modéré Hassan Rouhani, a pris sa décision le dernier jour des inscriptions pour l'élection qui se tiendra le 18 juin. Un comité supervisé par le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, est chargé d'approuver les candidats. M. Larijani a néanmoins maintenu des liens étroits avec le guide suprême au cours de ses décennies au gouvernement.

A Téhéran, les journalistes ont vu Larijani, 63 ans, s'inscrire au ministère de l'Intérieur, organisme qui supervise les élections. Il a salué les spectateurs après avoir accompli la procédure, le visage couvert d'un masque bleu chirurgical alors que l'Iran continue de lutter contre la pandémie de coronavirus.

Ancien commandant au sein de la Garde révolutionnaire iranienne paramilitaire, M. Larijani a occupé par le passé le poste de ministre de la Culture et de l'Orientation islamique, et a dirigé la chaîne de télévision publique iranienne. Sous le président Mahmoud Ahmadinejad, partisan de la ligne dure, il a occupé pendant deux ans le poste de secrétaire du très puissant Conseil suprême de sécurité nationale et celui de négociateur principal dans le domaine nucléaire. Il a, par la suite, été nommé président du parlement iranien et est resté en poste pendant 12 ans, avant de démissionner en mai 2020.

La famille de M. Larijani compte des membres éminents de la théocratie iranienne. Son frère est un religieux qui a dirigé par le passé le système judiciaire iranien. Son père était un ayatollah éminent.

En début d'année, M. Larijani a joué un rôle déterminant dans la conclusion d'un accord stratégique de 25 ans avec la Chine. En signe de respect, M. Larijani a, semble-t-il, demandé vendredi la permission de se présenter à l'élection à des religieux de haut rang de la ville religieuse de Qom.

En Iran, les candidats appartiennent à un éventail de courants politiques dont les partisans de la ligne dure qui souhaitent développer le programme nucléaire iranien, les modérés qui sont favorables au statu quo et les réformistes qui veulent changer la théocratie de l'intérieur.

Les partisans d'un changement radical ne sont guère autorisés à se présenter aux élections par le Conseil des gardiens, à savoir un groupe de 12 membres placés sous le contrôle de Khamenei qui examinent et approuvent les candidats.

« Tout comme le président sortant Rouhani, Larijani est un homme de confiance pour Khamenei. Il pourra représenter l'Iran sans compromettre les principes fondamentaux du régime, à savoir la maîtrise de la société par la religion et l'indépendance vis-à-vis des puissances étrangères », a récemment écrit Barbara Slavin, directrice de l'Initiative pour l'avenir de l'Iran au Conseil de l'Atlantique.

En outre, un candidat clairement réformiste se fait toujours attendre. On a évoqué le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. Celui-ci a toutefois annoncé qu'il ne se présenterait pas en raison du scandale lié à la divulgation d'un enregistrement dans lequel il critiquait franchement la Garde ainsi que les restrictions imposées au gouvernement civil.

Au moment où Larijani a présenté sa candidature, Mohsen Hashemi Rafsanjani, le fils aîné de l'ancien président iranien Akbar Hashemi Rafsanjani, s'est lui aussi inscrit. Rafsanjani, membre du conseil municipal de Téhéran, est présenté comme un réformateur par les commentateurs politiques.

Plusieurs autres candidats ont un passé important au sein de la Garde, une force paramilitaire qui relève de Khamenei seul. En effet, les partisans de la ligne dure sont de plus en plus nombreux à considérer que la présidence devrait être confiée à un ancien commandant militaire, vu les problèmes du pays. Cela ne s'est pas produit depuis la révolution islamique de 1979 et depuis que les forces armées ont été purgées.

Mahmoud Ahmadinejad, l'ancien président iranien partisan de la ligne dure, s'est lui aussi présenté à l'élection mercredi. Si, en 2017, la tentative de Ahmadinejad de se présenter aux élections a été bloquée après des critiques formulées par Khamenei à son égard, le chef suprême ne l'a pas mis à l'écart cette année.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


L'incendie d'une église en Égypte était accidentel, d’après l’enquête

Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Short Url
  • Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées
  • La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église après qu'il a été allumé en raison d'une panne de courant

LE CAIRE: L'incendie qui s'est déclaré dimanche dans l'église d'Abu Sefein en Égypte n'était pas délibéré, selon une enquête du ministère public.

La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église allumé à la suite d'une panne de courant.

Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées, qui ont affirmé avoir entendu le bruit de charges électriques émanant de l'intérieur de l'église, et l’incendie s'est ensuite déclenché. Le procureur général Hamada El-Sawy a déclaré que les victimes avaient succombé à l'inhalation de fumée.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mohammed ben Salmane reçoit le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Short Url
  • Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak
  • De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion

RIYAD: Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a reçu à Djeddah le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak, Ammar al-Hakim, a rapporté tôt vendredi l'Agence de presse saoudienne.

Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak et de questions d'intérêt commun.

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji.

De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Israël défie l'ONU en lançant un raid contre des ONG palestiniennes

Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Le ministre israélien de la défense, Benny Gantz, a réitéré les allégations de financement d'organisations terroristes
  • Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens faute de preuves fournies par Israël à l'appui de ses accusations

RAMALLAH: Israël a défié la condamnation de l'ONU et de l'UE jeudi en attaquant sept groupes de défense des droits des Palestiniens en Cisjordanie.

Les forces de sécurité israéliennes ont pris d'assaut les bureaux des groupes à Ramallah et ont saisi des dossiers, des ordinateurs et d'autres équipements avant d'en sceller les entrées et de les déclarer définitivement fermés.

Les groupes visés sont les suivants: Addameer Prisoner Support and Human Rights Association ; Al-Haq ; Centre Bisan pour la recherche et le développement ; Defense for Children International – Palestine ; Les comités de travail sur la santé ; Syndicat des Comités de Travail Agricole ; et l’Union des comités de femmes palestiniennes.

Israël a désigné six de ces groupes comme terroristes, et le ministre de la Défense, Benny Gantz, a réitéré jeudi les affirmations discréditées selon lesquelles ils auraient collecté des fonds pour le Front populaire de libération de la Palestine, qu'il considère comme une organisation terroriste.

L'ONU a demandé que les désignations terroristes soient révoquées. «Malgré les offres qui leur ont été faites, les autorités israéliennes n'ont présenté à l'ONU aucune preuve crédible pour justifier ces déclarations», a déclaré le Bureau des droits de l'homme de l'ONU. «En tant que telles, les fermetures semblent totalement arbitraires.»

Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens parce qu'Israël n'a fourni aucune preuve à l'appui de ses accusations. «Les allégations passées de mauvaise utilisation des fonds de l'UE en relation avec certaines organisations de la société civile palestinienne n'ont pas été étayées», a déclaré jeudi Nabila Massrali, porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. «L'UE continuera à défendre le droit international et à soutenir les organisations de la société civile.»

Après les raids, le personnel d'Al-Haq a retiré la tôle qui recouvrait la porte de son bureau et a juré de se remettre au travail. «Nous avons été établis ici non pas par Israël, non pas par leur décision, et nous allons continuer notre travail», a affirmé le directeur Shawan Jabarin.

Le Premier ministre palestinien, Mohammed Shtayyeh, a visité le bureau du groupe et a promis son soutien. «Il ne s'agit pas seulement d'une ONG, mais aussi d'une institution de l'État Palestinien — par conséquent, tant qu'ils travailleront dans le respect de la loi, nous serons à leurs côtés», a-t-il assuré.

Pour certains analystes, Israël a attaqué les groupes parce qu'ils étaient de plus en plus efficaces pour dénoncer la répression du peuple palestinien par l’Etat hébreux. «Je crois qu'Israël veut restreindre les activités des institutions palestiniennes de défense des droits de l'homme qui ont œuvré à soumettre des dossiers à la Cour pénale internationale et qui ont pu faire évoluer l'opinion mondiale sur les questions de droits de l'homme en Palestine», a déclaré Majed al-Arouri, expert en droits humains, à Arab News.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com