Affaire Pegasus

Un ex-diplomate français et ex-conseiller NSO avait vu « les dérives possibles » de Pegasus
  • «Le Mossad et la CIA sont derrière, avec ce que l'on appelle un «backdoor» : ils seraient en mesure de surveiller le déploiement de Pegasus et éventuellement les renseignements recueillis»
  • «C’est le plus puissant des outils de piratage disponibles, permettant de lire secrètement les messages d'une cible, de suivre sa localisation et même d'utiliser sa caméra et son microphone à distance»
Par AFP ·
Les téléphones d’Emmanuel Macron au cœur des soupçons d'espionnage
  • Même si les messages sont chiffrés, les logiciels espions sont capables de voir tout ce qui s'affiche à l’écran de nos téléphones
  • Au printemps 2021, une enquête a révélé que plusieurs dirigeants européens ont été espionnés par les USA, via l’utilisation de câbles sous-marins danois
Par AFP ·
RSF demande à Israël un moratoire sur les ventes du logiciel Pegasus
  • Reporters sans frontières (RSF) a demandé mercredi au gouvernement israélien d'imposer un moratoire sur l'exportation du logiciel espion Pegasus par le géant local de la cybersécurité NSO
  • Le président français Emmanuel Macron, le roi du Maroc Mohammed VI et le Premier ministre pakistanais Imran Khan figurent sur la liste des cibles potentielles de Pegasus
Par AFP ·
Le président Macron dans la liste des cibles potentielles du logiciel espion Pegasus
  • Des numéros du président Emmanuel Macron et de membres du gouvernement figurent sur une liste de cibles potentielles du logiciel Pegasus, utilisé par certains Etats pour espionner des personnalités, a déclaré mardi le directeur de Forbidden Stories
  • Le Monde et Radio France ont révélé mardi que ces numéros figuraient, comme le précise le quotidien, «dans la liste des numéros sélectionnés par un service de sécurité de l'Etat marocain, utilisateur du logiciel espion Pegasus, pour un potentiel piratage»
Par AFP ·
Affaire Pegasus: enquête ouverte à Paris sur l'espionnage de journalistes
  • Cette enquête a été ouverte pour une longue liste de dix infractions dont «atteinte à la vie privée», «interception de correspondance», «accès frauduleux» à un système informatique et «association de malfaiteurs»
  • Ces révélations ont suscité l'indignation dans le monde entier d'organisations de défense des droits humains, de médias et de dirigeants politiques
Par AFP ·